Test cordes BEAL dans les gorges de la Jonte dans le Massif Central

par Expérience Outdoor
gorges du tarn

Philippe GUERIN enseignant à l’UFR STAPS de Montpellier a testé avec ses étudiants option Escalade des cordes Beal

Matériel faisant parti du test cordes Beal

  • 3 cordes neuves BEAL

corde beal joker, 80m
corde beal stinger, 80m
corde beal booster, 80m

Contexte du test cordes Beal

Stage de 3 jours dans les falaises de la Jonte, pour des étudiants optionnaires escalade de l’UFRSTAPS de Montpellier. Objectifs du stage : pratique évaluée en voies équipées de plusieurs longueurs et voies sportives de 1 longueur, dans un but d’autonomie (chaque étudiant doit pouvoir évoluer en tête) et si possible de performance (chaque étudiant doit tenter d’évoluer dans des difficultés proche de son max).
Les niveaux des étudiants vont du 6a au 8b+, de même leurs expériences varient de 1 an ½ à plus de 10 ans de pratique antérieure. Certains s’entrainent quasi quotidiennement, d’autres ont une pratique quasiment limitée à leur pratique dans le cadre des cours universitaires obligatoires.

Gorges du tarn, test cordes beal

Gorges du tarn

Récit du test cordes Beal

1ère JOURNÉE

o 2 grimpeurs testent la joker dans 1 voie de 4 longueurs « Bon baiser, bulon » (7a/6c/7a/6a+)
o Je teste avec un autre grimpeur la stinger dans 1 voie de 3 longueurs « Krups idéal » (6b+/5a/6c)
o L’intérêt dans ces 2 voies est de grimper avec une corde simple, suffisamment longue pour pouvoir redescendre en rappel
o La longueur et la fluidité des cordes nous a permis d’enchainer 2 longueurs en « sautant » un relais (L2 et L3 pour la 1ère cordée, L1 et L2 pour la 2ème). Dans la 2ème voie, le 1er relais se faisant sur un jardin assez vaste, je craignais en le sautant subir du tirage en fin de longueur. Mais des dégaines rallongées, et visiblement la fluidité de la corde, m’ont permis d’arriver au relais sans être gêné.
o Descentes en 3 rappels dans les voies.
o La 1ère cordée termine l’après midi en réalisant 3 voies sportives du Fond du Cirque des Vases : 3 x 35m entre 7c et 7c+, en continuant à grimper avec la joker.

2ème JOURNÉE

o 2 grimpeurs avec la joker dans 1 voie de 3 longueurs « Histoire 2 fous » (7a+/8a/7b, 115m), avec l’objectif de la tenter à vue. La 1ère longueur est enchainée, mais jugée déjà difficile par la cordée. La 2ème est sortie par 1 des grimpeurs après plusieurs chutes dont 1 d’une quinzaine de mètres ; il se fait mouliner jusqu’au relais précédent puis l’enchaine ensuite à l’essai suivant. Le 2ème grimpeur, sac au dos et fatigué par la suspension prolongée au relais, remonte au grigri sur la corde fixée au 2ème relais. Il enchaine en tête dans la 3ème et dernière longueur. Puis descente en 2 rappels derrière la Roche décollée.
o La fluidité et le dynamisme de la joker ont été appréciés, la corde a été mise à rude épreuve, et les 2 grimpeurs estiment qu’elle à « pris un coup de vieux »
o 2 grimpeurs avec la stinger dans 1 voie de 4 longueurs « La gueule du look » (5c/6a/6a/5c, 120m). Le leader a « sauté » le 1er relais, et ainsi réalisé 1 première longueur de + de 60m. Ce n’est pas le tirage qui l’a gêné en fin de longueur, mais le manque de quelques dégaines. 2 dernières longueurs enchainées en 1 encore. Descente en 2 rappels derrière la Roche décollée.

3ème JOURNÉE

voies sportives au secteur du Révérend, de difficulté allant de 5c à 7c+, et d’une longueur moyenne de 35m. Les 3 cordes sont testées par des grimpeurs différents, qui alternent les voies et les cordes. Le Grigri 2 passe aussi de mains en mains. Faits marquants :
o 1 grimpeur réalise avec la joker un 7a+ dégaines en place, et arrive « à poil » (sans dégaine) au relais alors que le dernier point n’avait pas été mousquetonné par le grimpeur précédent. Bilan : chute volontaire d’une quinzaine de mètres avec gros dynamisage de l’assureur, chute jugée très « confort ».
o Un autre grimpeur réalise un long 7b (40m) et saute du relais, avec la stinger. Je le dynamise pour une autre chute « confort » d’une dizaine de mètres.
o 1 grimpeur réalise un 7c+ à vue avec la joker de BEAL.
o Personne ne se bat pour grimper avec la booster qui, comparativement aux 2 autres cordes BEAL est jugée trop grosse et trop peu fluide.

Bilan global du test cordes Beal

CORDES BEAL

Joker et stinger sont unanimement jugées hyper intéressantes dans les voies de plusieurs longueurs. Leur fluidité permet en grande partie de pallier les problèmes de tirage inhérents aux grandes longueurs (relais « sautés »), et s’avère évidemment très confortables pour les Béalmousquetonnages (+ facile qu’avec corde à double…).
Par contre 80m s’avère une taille limite pour les descentes en rappel ; il n’est pas rare en effet que certaines lignes fassent 45m. Du coup, pour une utilisation mixte grandes voies et voies sportives, 90 voire 100m semble la taille la + adaptée. Ce qui fait hésiter à prendre des cordes aussi longues, c’est moins le poids, car ces cordes sont plutôt légères (surtout la joker), que l’encombrement (au relais notamment) et la difficulté de lovage. Cela dit, avec 100m, on passe partout en grandes voies, et on passe dans la majorité des voies du Tarn : bon argument pour cette longueur.
o La joker est incontestablement jugée la + dynamique, et donc la + confortable lors des chutes. La stinger est elle aussi jugée très performante sur ce plan.
o La joker est donc à priori idéale, mais elle est perçue, à tort ou à raison, comme vraisemblablement fragile. Les grosses sollicitations subies en 3 jours donnent
le sentiment que cette corde ne supporterait sans doute ce régime très longtemps. Pourtant, à part une couleur un peu ternie, aucun indice objectif ne vient étayer cette impression pourtant partagée.
o La joker est donc perçue comme une corde ultra performante, mais qu’il faut tenter « d’économiser » pour qu’elle dure.
o La stinger est en ce sens perçue comme un bon compromis entre performance et fiabilité (en tous cas fiabilité perçue)
o La booster « ne joue pas du tout dans la même catégorie » : le terme « cable » est revenu systématiquement pour la qualifier comparativement aux 2 cordes précédentes.

GRIGRI2 PETZLPetzl

Le Grigri2 a été unanimement apprécié, perçu comme très efficace avec des cordes fines, mais le Grigri1 n’est pas déjugé pour autant. L’aspect + compact et léger est agréable, et la + petite taille de la manette de déblocage ne pose pas problème. Avec 1 corde type joker et stinger, on peut quasiment systématiquement donner du mou de « façon classique », c’est-à-dire comme avec un système coulissant.
J’ai par contre pu constater une limite évidente au confort d’utilisation du Grigri2, lors d’assurage avec des cordes usagées de collectivité d’un diamètre > à 10mm. Dans ces conditions, l’assurage, y compris en moulinette, est quasiment impossible : je me suis retrouvé dans l’obligation de tirer la corde des 2 mains sous le Grigri !

Laisser un commentaire