3 jours de randonnée Kayak sur la Chère

par Expérience Outdoor
3 jours de randonnée Kayak sur la Chère

Corinne Thézé nous partage son expérience de 3 jours de randonnée Kayak sur la Chère
3 jours de randonnée Kayak sur la chère

Informations pour préparer une randonnée Kayak sur la Chère

Date :

Nous décidons de naviguer pendant trois jours, les 22, 23 et 24 mai sur le week-end de Pentecôte 2015.

Lieu :

Le choix d’une petite rivière considérée par nous comme a priori navigable (source Google Earth, vue et interprétée par nos soins) s’est imposé à nous. Vivant les uns en Loire Atlantique et moi, en Ille et Vilaine, Cathy, notre cartographe en chef et fille spirituelle du GPS, nous a déniché la Chère. Rivière commune aux deux départements qui prend sa source à Soudan (44), passe par Châteaubriant, et coure sur 65,100 kms jusqu’à Ste Anne sur Vilaine (35). Elle traverse ainsi 10 communes.
Nous prévoyons de partir de Châteaubriant afin de gagner un peu de temps et d’avoir un point de départ intéressant et pratique.
Trajets voiture :

  • Nantes-Beslé : 72 kms
  • Rennes-Beslé : 55 kms
  • Châteaubriant-Beslé : 43 kms

Participants à la randonnée en kayak sur la chère

Je m’appelle Corinne, déjà la quarantaine, et je vis l’expérience outdoor depuis que j’ai … 6 ans, grâce à mes parents. Surtout mon Père, un amoureux invétéré de la nature sans laquelle son existence sans doute, n’aurait pas tout le sens qu’il a su lui donner, et le bon sens qu’il nous a inculqué.
Christophe, Tof, de deux ans mon aîné, est dans cette même mouvance. Il a croisé sur sa route Cathy, que certains de nos enfants considèrent comme étant ma « jumelle ».
Amoureux, entre autres, tous les trois du kayak et du canoë, plus particulièrement en rivière, et habitués aux périples familiaux, (ayant participé à des grands rassemblements où chacun n’est souvent, dans son embarcation, qu’un point sur l’eau), nous avons souhaité consacrer quelques jours à notre passion commune, au plus proche de la nature, en totale autonomie.

3 jours de randonnée Kayak sur la Chère

L’épopée sauvage 

Nous nous retrouvons la veille au soir lors d’un premier bivouac qui servira de point d’arrivée à la fin de notre périple : le camping de Beslé que borde la Vilaine.
Préparation de notre équipement pour 3 jours de randonnée kayak sur la chère
On relit le parcours et le lendemain matin, le briefing logistique s’impose : une fois qu’on sera parti, impossible de se ravitailler et de parer les oublis !!! Il faut donc penser à tout, notamment à mettre la quasi-totalité des affaires à l’abri de l’humidité, ensuite viendra l’heure décisive de trouver une place pour chaque chose. Si pour ma part, j’ai pu m’affranchir de cette difficulté à la maison, pour les deux tourtereaux du 44, c’est moins simple. Moins équipés en sacs étanches, kayak moins logeable, ils parviendront toutefois, à tout faire rentrer, et plus encore…
Nous prenons donc la direction en kayak de Châteaubriant en ce samedi matin…pluvieux.

La route nous fait passer d’une rive à l’autre.

Aux différents ponts, c’est l’occasion de se rendre compte de l’état de la rivière : encombrée et par endroits très peu profonde. C’est le premier coup de massue. Nous dressons vite fait un bilan des outils en notre possession : zéro… Nous optons donc pour l’achat d’un sécateur et d’une petite scie à main dans le premier magasin de bricolage que nous trouvons en entrant dans Châteaubriant. Une très riche idée !!!!!! Avoir des gants en sera une autre…
A Châteaubriant, deuxième déconvenue : peu après le point de départ que nous avions envisagé, la Chère passe dans une usine, et n’est pas accessible pratiquement sur toute la ville. Il nous faut renoncer et pousser encore plus en aval avec la voiture.
C’est donc au hasard d’un lieu-dit, au bout d’un chemin aménagé, que nous retrouvons la Chère. Nous décidons que le point de départ sera là (voir photo ci-dessus). Il est déjà 11h. Nous avons perdu beaucoup de temps.
Très vite les premières difficultés se présentent. Il nous faut d’une part sortir régulièrement du kayak et continuer à pied car le niveau d’eau est faible et, de plus, nos kayaks sont bien chargés et touchent le fond.
Passage entre les arbres des kayaks sur la descente de la chère
D’autre part affronter la « jungle » de la Chère : branchages, troncs d’arbre, amas en tout genre qui nous empêchent de progresser. Nos outils de dernière minute se révéleront des atouts précieux.
Mais le temps avance et le compteur a du mal à s’envoler.
La rivière la chère parfois difficile à franchir en kayak

Nous avançons peu malgré la maniabilité de nos embarcations.

Le moral en prend un coup vers 14h quand nous décidons de nous poser pour un pique-nique qui tournera à une maigre collation : le moral influence toujours l’appétit. Et malgré les efforts déployés et l’énergie dépensée, ça a du mal à passer. Sur l’herbe grasse du champ qui nous accueille pour cette pause, le silence est pesant. L’heure est à la réflexion… Le verdict tombe, sans qu’on en débatte vraiment : on avance coûte que coûte. Nous sommes là pour trois jours ; on fera les comptes à la fin du périple et improviserons un départ avant le final si c’est de circonstance…
Nous rechargeons les kayaks et reprenons la Chère. Ça  tombe bien le soleil s’invite pour l’après-midi et nous redonne du baume au cœur…
Descente agréable en kayak sur la chère
Au fil de notre expédition, car c’est désormais comme cela que nous la vivrons, nous gagnons en hardiesse et en intrépidité. Nos muscles s’activent. Les gestes timides du début laissent place à l’assurance et nous rivalisons d’ingéniosité pour repérer au cœur de cette « jungle » les passages les plus faciles, ceux qui nécessitent le moins de manœuvres et nous permettent de reprendre plus vite le fil de l’eau et ses méandres. Les kayaks sont très malmenés. Nous laissons du plastique à différents endroits quand il faut les tirer toujours plus fort par-dessus un tronc ou les faire glisser sur on ne sait trop quoi. Mais ils se révèleront plutôt maniables et solides.
Débroussaillage durant nos 3 jours de randonnée kayak sur la chère

La nuit tombe.

Nous repérons un champ proche d’une berge accessible. Nous y installons un bivouac pour la nuit. Rassurés par le rythme efficace de l’après-midi et réchauffés par le soleil généreux, c’est le sourire aux lèvres et des images plein la tête que nous montons le camp et nous préparons un repas de Rois. Tof, trempé par un petit dessalage d’accostage aura mérité une bonne toilette à l’eau froide et un déballage total des affaires.
Bivouac durant nos 3 jours de randonnée kayak sur la chère

Le lendemain, nous évitons le pire.

Alors que nous allions prendre un petit affluent de cette rivière, le prenant pour celle-ci, Tof s’étonne du sens du courant. Cathy sort le GPS. On stoppe tout et on prend de l’autre côté, direction l’étang de la Hunaudière.
l’etang de la hunaudiere sur la descente en kayak de la chère
S’en suivront, au fil des deux journées qu’il nous reste, des séries d’écueils à surmonter : portages à répétitions, passages de pseudo toboggans et autres déversoirs, toujours un peu plus périlleux à chaque fois,  passage dans une buse où j’ai failli restée coincée. Malgré la tête recourbée pour ne pas toucher la paroi supérieure, mon gilet trop encombrant au niveau des épaules m’a fait stopper net dans la buse. Cathy et Tof, heureusement passés avant, ont dû faire marche arrière pour me tirer … La solidarité, l’esprit d’équipe opèrent. Aventuriers de la Chère, rien ne nous arrête !!!
De ce fait, nous croisons un peu plus de monde (mais jamais sur l’eau). Sans qu’on nous le dise, le regard stupéfait des riverains est éloquent. C’est certain, ils nous prennent pour des extraterrestres !!!
Franchissement de tronc d
Le temps défile, les kilomètres aussi, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Enfin, on voit se profiler une arrivée en fanfare, en tout cas dans un timing rassurant.
Point orientation durant notre randonnée kayak sur la chère
Le bivouac du soir est encore un moment agréable, et réparateur. La fraîcheur du petit matin ne vient pas perturber le sommeil des Warriors que nous sommes, endoloris pourtant après deux journées passer à « ranger » la rivière.

Le dernier jour se lève.

Agréable… L’humeur est au beau fixe, tout comme la météo. Derniers passages rock’n roll (et plutôt funs après coup) dernières branches sciées et feuillages arrachés… Soudain, une route coupe la rivière, nous voilà posés sur le bitume (voir photo n°1). Situation cocasse qui vient nous redire l’extravagance de notre périple…
A partir de quand doit-on considérer une rivière comme étant navigable ? Les moulins à eau plantés au bord de la Chère coupent notre élan. Culs de sac !!! Nous prenons le temps d’observer les berges et les obstacles et utilisant notre matière avant d’envisager de jouer les gros bras, nous mettons au point une stratégie de portage, ou de glissade, selon que se présente à nous un déversoir franchissable ou un toboggan. A défaut, ce sera une taille à pic dans les arbustes et autres ronces plantés  sur la berge : les élagueurs de l’extrême !!
accostage de nos kayaks durant notre randonnée kayak sur la chère

Puis, tout à coup, la rivière s’élargit.

L’étendue au loin attire notre regard. De part et d’autre alors que nous avançons, nous apercevons des voitures, des maisons, des barques… La  Vilaine ! Déjà… Il est beaucoup plus tôt que nous le pensions et nous l’avons déjà rejoint. On s’arrête pour le pique-nique du midi que nous prendrons le temps de savourer. Derniers coups de pagaies avant l’arrivée au camping. La navigation est beaucoup moins sympa. Décidément les autoroutes fluviales, ce n’est pas notre tasse de thé. Ça manque de piment et d’adversité.  Nous avons parcouru 51 kms sur les 65 annoncés mais environ 60 étaient prévus.

l

L’arrivée su la vilaine


Il faut la lire, la comprendre, l’apprivoiser.  Sans quoi on ne peut la gagner… Elle nous fait grandir et nous oblige à l’humilité ; elle nous pousse dans nos retranchements et nous laisse un petit goût de « reviens-y » qui, une fois le périple terminé, nous fait rêver à d’autres exploits…, la soif d’Aventure !!Valeureux aventuriers que nous sommes désormais, c’est avec le plus profond respect qui s’impose pour cette nature à l’état sauvage que nous aimons nous donner.
Le moulin de MOUAIS durant nos 3 jours de randonnée kayak sur la chère

Le moulin de MOUAIS

Conclusion de notre rando Kayak sur la Chère

J’ai beaucoup voyagé et ai parcouru beaucoup de kilomètres, à pied, à vélo, sur l’eau, souvent seule. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas entrepris ce genre de périple. Aujourd’hui, je suis fière  de notre exploit.

« Tout seul on va plus vite, à plusieurs on va plus loin »

dit un proverbe africain. Une fois encore, il se vérifie.
Et quand en plus on partage cet exploit avec des membres de sa famille, c’est encore plus fort et plus riche. Cette fierté que nous dégageons, a dépassé notre trio : nos enfants, mon mari, nos parents, nos amis, la partage aussi. C’est autant de reconnaissance qui  donne du carburant à notre quotidien. Et ça n’a pas de prix.

Combien coûte 3 jours de randonnée Kayak sur la chère

En parlant de prix : s’il fallait qu’on estime le budget pour cette petite aventure à deux pas de chez nous, il s’élèverait à :

  • Environ 150 et 190 kms de gaz oil pour chacun des véhicules selon qu’on vienne de Nantes ou de Rennes,
  • un emplacement en camping à 13€,
  • des vivres de courses et de quoi se préparer trois pique-niques et trois repas chaud,
  • un peu de combustible pour le réchaud,
  • une scie à main à 16€, un sécateur à 10€.
  • Pour le reste c’est notre propre matériel qui nous sert régulièrement et qui est pour une large part déjà bien amorti !!
  • Ah si j’oubliais, un flacon de bétadine chacun pour la douche du retour, histoire de se désinfecter et permettre la cicatrisation plus rapide de toutes les égratignures et autres écorchures qui sont venus, au fil des jours, marquer le cuir de notre peau laissée à découvert.

L’intérêt d’un tel projet, c’est qu’il ne nécessite pas une logistique et une organisation très poussée. Pas d’avion ou de mode de transport coûteux, pas de réservation à anticiper, de soucis de poids de bagages, de passeport, de visa, de vaccins…c’est à la porte de chacun, le temps d’un week-end simple ou long, à l’heure où les jours rallongent et le soleil commence à chauffer. Qu’on se le dise, de temps en temps, ça fait du bien de redécouvrir son environnement naturel proche.
On peut donc dire, malgré le nom que porte cette rivière, que c’est une aventure qui ne nous a pas coûté cher !!! … mais qui restera « chère » à notre cœur.

Le matériel utilisé durant nos 3 jours de randonnée Kayak sur la Chère

Corinne Cathy et Tof
Kayak solo Luxe Rotomod Kayak bi-place Kiwi 2 Perception
Pagaie double carbone Fun Kayak+ mini pagaie simple pour kayak de plage Pagaie double tribord+ pagaie double démontable en 2 pagaies simple
Gilet de sauvetage AQUAVET Gilet de sauvetage Rotomod
chaussures néoprène Tribord, gants Tribord Chaussures Merrell pour activités nautiques, gants VTT
Jupe ROTOMOD SOLO Jupe ROTOMOD DUO
Shorty Tribord en néoprène Cuissards course à pieds
6 Sacs étanches TRIBORD et autres : 40L, 15l, 2 fois 10L, 5l, 1l Plusieurs d’une grande contenance mais pas suffisamment pour tout mettre à l’abri : le reste sera des sacs plastiques
Eponge, écope, bouts de différentes tailles Eponges, écope, bouts de différentes tailles+mousquetons
Tente MSR Ultralight, 2 peronnes, Matelas Thermarest ¾, sac de couchage blue Kazoo North Face Tente Férino lightent, 2 peronnes, Matelas Thermarest, sacs de couchage ultralight
Kit de siège thermarest trekker chair 1 ptite bâche/couverture pour les repas
Réchaud gaz  camping gaz, popote ELDERID Cuvette pliable
1 mini glacière souple 1 glacière souple
Vache à eau 11l SOURCE
2 gourdes de 1L 2 gourdes de 1L+bouteilles
Appareil photo Canon avec objectif I-Phone+ chargeur batterie d’appoint, montre GPS GARMIN, porte-carte +carte du parcours
Lampe PETZL MYO Lampe PETZL
Changes : t-shirt, sous-vêtements, polaire VERTICAL, pantalon QUECHUA, chaussettes pour le soir et chaussures de trail SALOMON, vêtements de pluie MOUNTAIN HARDWEAR gore tex, chapeau de soleil ou casquette, bonnet, lunettes de soleil OXBOW adaptées à ma vue Changes : t-shirt, sous-vêtements, polaire, pantalon, chaussettes pour le soir et chaussures de trail, vêtements de pluie, chapeau de soleil ou casquette, bonnet
Affaires de toilette+serviette Affaires de toilette+serviette
Petite pharmacie Petite pharmacie

Et si c’était à refaire ?

Pour ma part, j’ai utilisé l’ensemble des affaires que j’avais prévu. Elles se sont révélées efficaces et suffisantes. Il ne m’est resté qu’un peu de nourriture au retour, mais rien de périssable.

Equipement Bivouac

J’avais déjà utilisé mon matériel de bivouac à de nombreuses occasions ; pas de surprise donc de ce côté-là. Rien à redire sur le matelas therm a rest qui me suit depuis 11 ans pour un poids modique de 375g, pas plus de la tente MSR Ultralight de 1,300kgs dont j’ai fait l’acquisition il y a 3 ans. Une tente 2 saisons en Bretagne ou en plaine s’avère plus que suffisant. L’intérêt étant le poids, la solidité et l’habitabilité. C’est un sacrifice financier mais qui en vaut la peine. Le confort du sac de couchage BLUE KAZOO de North Face n’est plus à démontrer. Un vrai cocon !
Pour ce qui est des sacs étanches j’en ai racheté un de 5l et un de 10 l avant de partir ; j’ai été très inspirée. Ils m’ont tous été très utiles. C’est l’accessoire INDISPENSABLE !!
Je ne m’étais pas servi de ma vache à eau SOURCE (ou jerrycan souple)que j’ai depuis 15 ans depuis très longtemps. Elle a très bien vieilli. Calé à l’avant du kayak, elle a épousé les formes, pour ne pas être gênante.

Côté Kayak

j’ai été impressionné par la capacité de rangement du modèle. J’ai pu tout y loger et avoir à portée de main les choses nécessaires. Je ne l’avais jamais testé plus d’une journée consécutive et jamais dans de telles conditions, c’est l’idéal. La dérive présente d’origine n’est pas du tout utile ; j’ai même craint à plusieurs reprises de la casser. Elle m’a servi sur la Vilaine, tout comme la jupe, le modèle Rotomod,  adapté pour le kayak SOLO. Un vrai kayak polyvalent puisque je fais un peu de mer avec par ailleurs. Acheté d’occasion il y a 2 ans et malgré la couleur qui ne m’emballait pas, je crois que je ne devrai plus m’en séparer…

Pagaie

Je ne sais pas quoi penser de ma pagaie que j’adore. Encombrante par moment mais efficace par ailleurs, sans doute eut-il fallu que j’en prenne une démontable. Mais c’est la seule que j’ai en carbone et je crois que je ne sais plus pagayer sans ce genre de modèle. A réfléchir pour une prochaine fois. Ceci dit, elle est d’une robustesse sans faille, vu le mauvais traitement que je lui ai infligée.

shorty de kayak

J’ai été satisfaite d’avoir sur moi mon shorty de kayak. C’est indispensable pour un périple long quand la question du séchage n’est pas de rigueur et que le poids du matériel compte. Je crois que Cathy va investir.

gilet de sauvetage

Je savais que je devais changer mon gilet de sauvetage qui doit avoir plus de 13 ans. Je l’ai remisé à mon retour et ai opté pour le, modèle ADVENTURE beaucoup plus pratique de chez PEAK UK. Un petit plaisir !! Je ne devrai plus restée coincée dans une buse à l’avenir !!!

appareil photo étanche

De même j’ai remisé pour ce genre de périple mon CANON, pour un appareil photo étanche RICOH ADVENTURE PROOF. J’ai été trop frustrée de ne pas prendre de clichés de certains portages et autres descentes périlleuses que nous avons effectués. L’appareil n’aurait pas supporté. Il a fallu s’y résoudre. Dommage…
Inspirée par Cathy, j’ai également fait l’acquisition d’un mini chargeur d’appoint avec port USB pour recharger, montre, cellulaire, appareil photo…

Les INDISPENSABLES à emporter en randonnée kayak

  • Un kayak robuste, maniable et stable, plutôt court, avec une bonne capacité de chargement
  • De quoi tout mettre au sec : sacs, bidons… du moment que ça abrite de l’humidité
  • Une mini pagaie de secours afin de se faufiler quand les passages sont étriqués
  • Du matériel léger, compressible et de qualité
  • Un thermos, pour boire chaud
  • Un appareil photo étanche pour prendre des clichés en toutes circonstances
  • Une montre ou un appareil GPS qui puisse donner la trace et indiquer les kilomètres parcourus : nécessaire quand on navigue au milieu de nulle part
  • Des chaussures fermées pour le bivouac du soir
  • Une (ou plusieurs) petite scie à main et sécateurs, de bonne qualité, des gants
  • Le flacon de bétadine pour la douche du retour !!!

N’oubliez pas de lire notre article :

Comment s’équiper pour un séjour en kayak ?

0 commentaire
0

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire