Corse : Raid Photo de Corte à Girolata

par Expérience Outdoor

Antoine MARTIN-COCHER nous partage son Raid photo en Corse à Girolata

antoinemc_rando_corse-55-regis-qui-a-bien-recupere-de-son-accident

Informations pratiques pour un Raid photo en Corse

Date

Du 11 au 14 mai 2015

Calendrier :

Lundi 11 mai : trajet Ajaccio Corte en train, rando et bivouac à Bocca a A Croce
Mardi 12 mai : rando ; bivouac à Bocca a U Saltu
Mercredi 13 mai : rando ; nuit au gîte de Serriera
Jeudi 14 mai : rando ; retour à Ajaccio en voiture

Participants:

Antoine MARTIN-COCHER photographe, accompagnateur en montagne et Fondateur de U MUVRINU Randonnées accompagné de son ami Regis

Hébergements en Corse :

Deux bivouacs et une nuit en gîte, mais quelques bonnes adresses en plus :
Gites refuges
Bel Ombra

Transports :

http://www.corsicabus.org/

Bibliographie :

Cartes IGN Monte d’Oro Monte Rotondo(4251OT) et Porto (4150 OT)

Liens web :

Randonnée et raid photo en Corse

antoinemc_rando_corse-43-sous-le-capu-di-curzu-vue-sur-la-scandola
Je profite de la présence d’un ami venu sur place, Regis (celui qui a failli se tuer dans les moulins de la mer de glace quelques mois plus tôt) pour tester un itinéraire atypique combinant les plus belles randonnées de Corse à la plus favorable des périodes.
L’idée est d’avoir un itinéraire praticable, toujours au top en terme d’intérêt sportif et photographique et combinant des hébergements de qualité tout le long. Donc pas de sensationnalisme ni de risque en prévision.  Seulement le plaisir de randonner dans le plus bel endroit du monde, ce compte rendu est là pour décrire la beauté de l’itinéraire.
"<yoastmark

Lundi 11 Mai : Ajaccio –Corte- Bocca a Croce

carte-2

Départ de la gare CFC d’Ajaccio(Chemins de Fer Corse) à 10h, petite visite de la Corse en wagon climatisé ; tunnel de Vizzavona, forêt de Vizzavona, Gorges du Vecchio, pont du Vecchio et arrivée à Corte vers 13h (en voiture il faut 1h30).
En Récupérant mon sac à l’arrière du wagon je constate une immense flaque au sol, mon camelback percé, mes affaires trempées, néanmoins, le soleil de plomb qui frappe la cité paoline permet de tout sécher en 30 minutes.
Après un petit café nous nous engageons dans la majestueuse vallée du Tavignano, un décors minéral unique sert de cadre grandiose à nos premières heures de montée.
Le soleil tape fort mais la fraîcheur du Tavignano et des pin laricci rend la progression des plus agréables, après une petite pause pour tremper les pieds au pont de Rusulinu nous repartons en direction du refuge de la Sega (ancienne scierie), le sentier monte raide et surplombe de manière vertigineuse le fleuve en contrebas.
Nous arrivons au refuge vers 18h, après une pause coca nous décidons de poursuivre jusqu’à Bocca a Croce pour y bivouaquer.
Une superbe montée dans les asphodèles avec une belle lumière rasante pour finir la journée par une vue incomparable sur le lac de Calacuccia et la chaine du Cintu. On accroche la nourriture à l’extérieur de la tente car la région est infestée de renards qui sont connus pour leur fourberie.

Mardi 12 Mai: Bocca a Croce – Bocca a U Saltu

carte-3
Réveil à 6h pour prendre un petit dej rapide dans la douce lumière du petit matin, c’est pas si mal, vraiment.
Puis s’amorce la longue marche en direction de la Punta Artica, il faut environ 3h30 pour y parvenir, l’itinéraire n’apparaît pas sur la carte IGN mais est logique et offre, en plus d’une vue exceptionnelle tant sur le Rotondu que sur le Cintu, des obstacles nombreux et ludiques : canyon sur la crête de Piccone, passages enneigés sous le Capu Faccialu et le pierrier terminal pour atteindre le sommet de la Punta Artica.
Le temps est clair, la vue superbe, mais ça on est habitués, cependant si on devine les Pozzines (trous d’eau dans les pelouses alpines à la place d’un ancien lac glaciaire), le Lac de Ninu n’est pas visible du sommet.
Le pierrier de descente n’est guère engageant, je choisi de suivre la ligne de crête en direction de Bocca Stazzona (le col de la forge, et pas n’importe laquelle : celle du diable en personne !) alors que Régis décide de descendre directement dans un terrain plus incertain en ligne droite direction les bergeries de l’Inzecche .

Autour du GR20

Nous rejoignons lac de Ninu que nous contournons par le GR20,  s’ensuit un casse croûte et une sieste dans l’herbe verdoyante au bord du lac pendant 1 ou 2 h.
Reprise laborieuse des hostilités à 14 h avec un bout de GR20 (un des plus beaux d’ailleurs avec la Serra San Tomasgiu, un magnifique chemin pavé jugé sur une crête) de Bocca a Reta jusqu’à Bocca San Petru où nous quittons le sentier pour un ancien itinéraire balisé jaune qui passe en face Sud du Capu a Rughia.
Nous y découvrons d’anciennes bergeries encastrées dans la falaise, puis nous débouchons sur une belle clairière de châtaigner en dessus de la forêt d’Aïtone vers 16h30.
Après un peu d’improvisation hors sentier (en gros aller tout droit plein nord pour recouper la route et prendre la piste des condamnés), quelques sangliers et cochons évités de justesse dans cette magnifique forêt de pins, nous arrivons au pont de Casterica. Il ne reste plus qu’un petit kilomètre pour finir la journée. Mais l’appel du ruisseau est plus fort, s’ensuit alors une baignade revigorante bien méritée (on a marché environ 9h et parcouru 25 bornes dans du terrain assez dégueu, sans parler du dénivelé… Nous croisons un chasseur de chauve souris en montant au refuge de Bocca a U Saltu où nous plantons la tente à équidistance des panneaux interdisant le camping devant le refuge.
antoinemc_rando_corse-10-bivouac-bocca-a-croce
Un repas de plus avec une belle lumière de fin de journée, aaaah… le mois de mai.

Mercredi 13 Mai: Bocca a U Saltu – Serriera

carte-4

Journée facile mais particulière ; en effet, j’avais prévu un itinéraire un peu sportif à l’aide de la seule carte IGN dans l’optique de travailler un peu l’orientation et le hors sentier en vue de ma formation pour l’AMM en fin de mois, ce secteur me semblait adapté. Fatigués de la veille nous décidons de couper court et de nous rabattre sur un itinéraire moins aléatoire. Deux semaines plus tard, il s’avère que le secteur choisi pour le raid de l’UF de l’AMM est exactement le même et que le tracé réalisé est quasiment identique à celui que j’avais imaginé ! mais tout s’est bien passé ! voir la carte pour pour le détail.

En direction de la Bocca Cuccavera

Dès le petit matin nous partons donc pour Bocca Cuccavera, pour amorcer une descente vertigineuse sur le ruisseau de san leonardo que nous longerons jusqu’au pont de Verghe en passant dans la forêt de san leonardo sans jamais croiser personne je réussirai à ne pas voir les ruines de l’ancienne maison forestière alors que je passe juste devant…
antoinemc_rando_corse-5-pont-du-rusulinu
La journée est laborieuse, la journée de la veille était quand même hard. J’ai mal au pieds. Nous faisons une courte sieste à Bocca a Vergholu aux alentours de midi avant d’entamer une interminable descente sur une piste forestière jusqu’à Serriera.
Le maquis fleuri nous accompagne tout du long et nous fait un peu oublier la souffrance et la chaleur, cistes, lavandes, lys, lentisques et pins maritimes nous accompagnent jusqu’au croisement du sentier mare e monti nord, qui signifie que nous ne sommes plus qu’à 20 minutes du village et des bières ! Nous arrivons enfin vers 16h au gîte l’Alivi, une très très belle adresse pour les randonneurs, on profite de l’horaire pour faire plusieurs apéros !
On se prépare pour la longue et ultime journée qu’il nous reste à affronter, je connais l’itinéraire pour l’avoir fait l’année précédente ; il s’agit de doubler les étapes du mare e monti pour finir à Girolata.

Jeudi 14 Mai : Serriera- Girolata

carte-5

Petit déjeuner à 6h30, toujours aussi bien, et c’est reparti, dommage à l’inverse des autres jours le temps est couvert, c’est fort regrettable car on arrive dans un des plus beaux endroits de Corse, en période « creuse » nous ne croiserons pas grand monde à part quelques randonneurs entre Curzu et Partinello et quelques touristes vers Girolata.
Mais revenons au début, l’itinéraire ne présente pas de difficultés mais certaines bifurcations peuvent passer inaperçues si on ne reste pas concentré, l’an dernier j’étais parti en direction de Tuarelli en manquant la première bifurcation, et cette année nous nous égarerons dans Curzu… une fois qu’on arrive au village, surtout ne pas suivre le balisage qui redescend vers le gîte et continuer dans le haut du village, ne surtout pas se fier au balisage jaune un peu plus bas, ça ne rejoint pas !

Grosse chaleur

Malgré le temps maussade, il fait très chaud, trop chaud, et nous n’avons plus d’eau sous le Capu di Curzu, de plus il n’y a pas de sources dans les environs vu que tout le cheminement se fait en crête.  Après une petite pause casse croute sans eau nous décidons donc de descendre directement au col de la croix à la fontaine de Lipto (c’est à dire la paillote au col qui vend du liptonic et du coca…). Après cette énième pause nous reprenons la route de Girolata, ou plutôt le chemin.
Nous arrivons au port de Girolata, au cœur de la réserve de Scandola vers 15h30, la saison commence à peine, les vaches trainent sur la plage, les travaux sont en cours, la mer démontée vomit toutes les heures un bateau de touristes trempés et frigorifiés qui ont 5 minutes pour prendre un café et repartir de ce lieu maudit qui restera a jamais gravé dans leur mémoire. Nous buvons des bières à la cabane du Berger en regardant ce bien amusant spectacle.

La tour de Girolata

Elle est fermée au public, enfin, personne ne surveille vraiment. Donc nous nous aventurons en ses murs. Il est vrai qu’elle est du moins fermée aux personnes en surpoids ; l’escalier en bois vermoulu semble crier sous nos pas et l’interstice laissé par l’entrebâillement de la porte retenue par une chaîne et un cadenas n’offre que peu de marge, mais en tant que spéléologues nous nous faufillons sans peine dans cette étroiture et inspectons les lieux..
Après cette visite  et un petit tour du village nous retournons boire des bières en attendant le repas au restaurant le Bel Ombra, qui vient tout juste de démarrer la saison, la mer ne permettant pas un retour à Ajaccio ou Cargese le lendemain, je me débrouille pour trouver quelqu’un qui nous récupèrera au col de la croix, le rendez vous est fixé à … 23h le même jour !
C’est ainsi, qu’après un bon repas à base de gambas et de vin que nous nous élançons dans la nuit noire sur le sentier du facteur (qui longe le rivage acéré à une altitude moyenne de 100m), nous arrivons à 22h50 en nage après nous être égarés un moment… à minuit et des poussières nous sommes à Ajaccio !

Conclusion de mon raid photo en Corse

Un bel, voir très bel itinéraire , il faudra faire quelques arrangements pour le rendre « tout public » pour moduler la durée des efforts à la journée tout en profitant de pauses photo plus importantes. Une belle semaine sportive entre deux semaines de Canyoning. Un raid qui viendra à coup sûr s’ajouter à mon futur catalogue !

Matériel utilisé lors de mon raid photo en Corse

Équipement utilisé lors de mon raid photo en Corse

CATÉGORIE MODÈLE MARQUE POURQUOI CE CHOIX RETOUR D’EXPÉRIENCE SI C’ÉTAIT À REFAIRE
CHAUSSURES shiraz ASOLO léger, étanche, en prévision des passages enneigés (testé dans le vercors) rien à redire, je préfère le confort des chaussures basses mais c’est personnel idem
PANTALON farley stretch VAUDE léger, aération, ceinture rien à redire idem
SAC air 60+15 DEUTER pour embarquer plein plein de matos sans que ça déborde du sac super confortable, le portage est un plaisir, mais grand sac, même confortable signifie beaucoup de choses inutiles emportées et donc poids conséquent, donc rythme de progression diminué! idem, pas dans une optique de légèreté cependant
CHAUSSETTES trail lite X-SOCKS fiable le modèle conton est plus confortable que le modèle synthétique coton
VESTE radikal jkt MILLET éprouvée et parfait pour ce Raid photo en Corse vieillissante idem
DOUDOUNE crimptastic THE NORTH FACE fit, technicité, encombrement et chaleur top mais fragile, comme toute les microdoudounes idem
T SHIRT x, y et z MILLET toute une gamme de t shirt en synthétique confortable, durable idem

Matériel de bivouac utilisé lors de mon raid photo en Corse

CATÉGORIE MODÈLE MARQUE POURQUOI CE CHOIX RETOUR D’EXPÉRIENCE SI C’ÉTAIT À REFAIRE
FRONTALE nao PETZL puissance, encombrement réduit ras, mais pb sur des modèles précédents, SAV petzl  au top comme toujours idem
RECHAUD pocket rocket+titane MSR peu emcombrant, ultra léger meilleure config jusqu’à maintenant idem
BÂTONS trail lite BLACK DIAMOND pas trouvé mieux pour l’instant toujours en service, j’en change des bouts régulièrement idem
LUNETTES dirt zebra JULBO légère et polyvalente les montures commencent à se décolorer et les verres, en plastique sont assez abimés, usage instensif 2 ans, et mauvais traitements manifeste… à changer,  toujours chez julbo
TENTE hubba hubba nx MSR la plus légère top et a été parfait pour ce Raid photo en Corse idem
MATELAS trail lite THERMAREST poids/prix dans cette catégorie on doit faire plus léger aujourd’hui mais celui ci présentait un très bon rapport qualité prix, jamais crevé en 4 ans d’usage intensif ! idem
DUVET ?? HIGHT COLORADO c’est mon duvet de toujours, je sais pas d’où il vient duvet, en duvet, toujours opérationnel après 15 ans d’activité! idem
GOURDE 3L CAMELBAK grand litrage percée dans le train, irréparable, j’utilise maintenant un tuyau « source » branché sur une bouteille plastique indestructible plus camelbak, trop fragile
BOUSSOLE expedition S SILVA complète, fiable, miroir rien à redire idem
PORTE CARTE ?? SILVA compacte, étanche rien à redire, un peu dure à fermer idem
VECTOR suunto rien à redire, si ce n’est l’altimètre qui est parfois très sensible aux changements de pression (fréquents ici!) passerais bien sur un modèle avec cardio le même

Matériel numérique utilisé lors de mon raid photo en Corse

CATÉGORIE MODÈLE MARQUE POURQUOI CE CHOIX RETOUR D’EXPÉRIENCE SI C’ÉTAIT À REFAIRE
APPAREIL PHOTO 5dmk3 CANON le meilleur ras, même si un peu lourd, mais c’est un choix inaltérable idem
TREPIED m280 MANFROTTO compact colonne centrale pas en carbone donc demeure lourd inutile, un mini trépied costaud à la rigueur

Laisser un commentaire