Retour terrain de la tente Nemo Dragonfly bikepack 2P

par Angèle Paty
Test Tente nemo dragonfly bikepack

Angèle Paty nous partage son retour sur la tente Nemo modèle Dragonfly bikepack spécialement conçue pour le voyage à vélo. C’est un prêt de Katadyn pour l’accompagner dans son voyage bikepacking. Elle termine son projet SAORSA après un périple de deux mois en France, en Irlande et en Ecosse.

Présentation de la marque Nemo Equipment 

« Adventure. Anywhere. » L’aventure partout, que ce soit en bikepacking, camping, trekking ou alpinisme, la marque NEMO Equipment conçoit et propose l’équipement outdoor nécessaire pour partir à l’aventure.

Nemo equipment spécialiste équipement et matériel outdoor

NEMO Equipment a été fondée par l’américain Cam Brensinger en 2002, avec l’objectif de développer des produits innovants et créatifs pour l’industrie du monde outdoor : tentes, sacs de couchage, matelas et oreillers. La marque a fait de la qualité et la performance de ses produits une priorité. Il y a une garantie à vie sur les produits afin d’assurer la durabilité de ces derniers.

NEMO Equipment est distribuée en France par Katadyn aux côtés notamment d’Optimus, Trek’n Eat, Micropur, Pharmavoyage

Test de la tente Nemo Dragonfly Bikepack

Caractéristiques techniques de la tente bikepacking de Nemo

La tente Nemo Dragonfly Bikepack 2P :

  • 1 arceau aluminium DAC Featherlite® NSL
  • Double toit Nylon Ripstop Sil/PeU 15D (1200 mm)
  • Tente intérieure Nylon Ripstop FR-Free 15D/ Mesh anti-insectes
  • Sac de rangement 37x16cm, avec 2 lanières d’attache
  • 10 piquets
  • 5 haubans
  • 1 kit de réparation
  • 1 bac de rangement souple Landing ZoneTM
  • Poids : complet 1,6kg – minimum 1,3kg

À savoir, la tente existe également en modèle 1 place. Le poids complet est alors d’1,3 kg et la taille du sac reste presque inchangée (37 x 15 cm).

Spécificités du modèle Dragonfly Bikepack tente Nemo

D’après NEMO, le modèle Dragonfly a d’abord été pensé pour le backpacking ou la randonnée légère. La tente Nemo Dragonfly est une tente ultralight, autoportante, compacte et spacieuse. En 2021, Nemo a sorti sa petite soeur, un modèle dédié au bikepacking, celui testé ici.

Sac de rangement

La tente Nemo est protégée dans un sac de rangement imperméable. Il est conçu pour le voyage à vélo. La toile est renforcée afin de limiter les frottements avec le vélo, qu’il soit installé sur le cintre ou accroché sur la fourche, grâce à une cage. Il y a une anse sur le coté qui permet de transporter facilement la tente Nemo. Le sac de rangement se ferme avec une fermeture roulée pour assurer l’imperméabilité du sac. Deux sangles réglables, jaunes, pour accrocher le cintre au vélo.

sac-de-rangement-tente-nemo-dragonfly-bikepack

Conçu pour le bikepacking, la taille du sac est réduite de 50x12cm à 37x16cm. Un gain de taille considérable afin de permettre facilement l’accroche de la tente sur le cintre (guidon) du vélo. Un dernier atout de ce sac de rangement : il permet d’économiser l’achat d’une sacoche bikepacking étanche.

Extérieur de la tente

Le bac de rangement Landing ZoneTM est souple et extrêmement léger. Il permet de ranger facilement le casque, les chaussures et les sacs à l’extérieur. Un accessoire bien loin d’être superflu, il s’est avéré très pratique lors mon aventure, surtout en Ecosse avec l’humidité de la nuit. (Voir flèche sur la prochain photo)

Le double toit possède plusieurs caractéristiques intéressantes.

Absides
Tente nemo Dragonfly Bikepack absides

Un des points forts de la tente est l’espace offert par les absides. Les deux absides de chaque côté ajoutent une surface protégée considérable, environ 1m2 de part et d’autre. En bikepacking, cela permet d’avoir un sas spacieux pour poser ses affaires, éventuellement se changer si l’on est mouillé. S’il pleut, les absides permettent aussi de manger un peu dehors tout en restant protégé. Comme j’étais toute seule, j’ai souvent utilisé un abside pour protéger mon vélo.

Double toit modulable

La tente est pensée pour permettre au voyageur à vélo de profiter pleinement de la vue mais surtout de s’adapter à la météo. L’ouverture des deux côtés de la tente est modulable sur trois largeurs d’ouverture différentes. Facile d’installation, Nemo utilise un système d’attache rapide et même réglable.

 Tente nemo Dragonfly Bikepack double toit
Arceaux

Nemo a choisi de faire des arceaux plus courts pour faire un sac de rangement plus compact. Cela permet donc de ranger la tente entre le cintre du vélo, voire loger dans le cadre du vélo, comme indique la marque sur son site internet. Ils sont en aluminium DAC Featherlite® NSL.

Piquets et haubans

La tente est fournit avec 10 piquets (ou sardines), 4 pour la tente intérieure, 4 pour le double toit enfin 2 pour ajuster la toile avec les haubans s’il y a du vent ou bien si l’on perd un piquet. Les bouts des piquets sont bleus ciel et réfléchissants, visibles de jour comme de nuit. On évite de se les prendre dans les pieds. Ce sont des détails mais qui font la différence. Les haubans, que je n’ai que très peu utilisés, sont longs et s’accrochent facilement aux endroits prévus pour sur le double toit.

Tente nemo Dragonfly Bikepack spécificités

Intérieur de la tente bikepacking

L’habitacle est spacieux. 1m05 de hauteur pour être assis confortablement, 1m27 de large pour accueillir deux personnes. La tente Nemo est très spacieuse pour une personne, par exemple pour du long-cours, mais peut très bien convenir pour deux personnes. Cependant, pour un voyage à deux sur plusieurs mois, je recommande un habitacle un peu plus large. Reste à la personne de choisir le bon équilibre entre poids/confort. La Nemo Dragonfly offre un bon compris pour le bikepacking.

La tente intérieure est asymétrique, l’espace est plus large et plus haut au niveau du haut du corps. Nemo économise du poids en réduisant l’espace disponible aux pieds, dont on peut se passer.

Poches

La tente Nemo dragonfly Bikepack est équipée d’une poche sur le dessus, grande, en mesh. Elle permet de ranger en hauteur des objets larges mais relativement légers comme une doudoune, des vêtements etc. Ensuite, il a deux petites poches de chaque côté des ouvertures. En mesh également, elles sont très pratiques pour ranger des petits objets par exemple un téléphone, un livre ou un appareil photo compact.

Enfin, Nemo a ajouté les light pocketTM, deux petites poches au dessus de l’espace de tête pour accueillir une lampe frontale. Oranges, les poches de la tente diffusent un lumière chaude dans l’habitacle, très agréable, un petit confort en plus.

 Tente nemo Dragonfly Bikepack poches

Test terrain de la tente Nemo Dragonfly Bikepack

Premières impressions

J’ai reçu la tente au tout début de mon voyage. Je n’ai donc pas pu la tester avant mon départ. J’appréhendais d’utiliser un nouveau matériel sans le tester au préalable. Cependant, dès la première utilisation, je me suis sentie très à l’aise pour la monter et la démonter, ainsi que dans son utilisation couchage.

Vraiment petit et compact, le sac de rangement est bien moins long que pour des modèles non-bikepacking comme la Hubba Hubba de MSR. Etonnée par sa taille mais aussi son poids, 1,6 kg ! C’est bien une tente ultralight. Les couleurs choisies par NEMO sont belles : le bleu nuit avec un vert kaki pour la discrétion, le vert boréal pour le côté funky mais surtout visible et pratique. Un code couleur très intuitif pour monter la tente rapidement.

tente-nemo-dragonfly-bikepack-interieur

Retour après un voyage bikepacking

Très satisfaite de la tente Nemo Dragonfly Bikepack, j’ai voyagé avec pendant 60 jours. Outre la quarantaine en Irlande, les jours de repos, avant un transfert train et le retour en avion, j’ai campé 31 nuits dans la tente, soit la majorité. Il est temps de vous livrer mes retours. La tente bikepacking autoportante et 3 saisons a été testée dans toutes les conditions possibles, de 9°C à 30°C, des rafales de vent à la chaleur du Sud de la France et sous les averses écossaises. Elle a relevé tous les défis.

Montage et démontage de la tente

Le montage de la tente est simple, intuitif et rapide. Pour cela, Nemo s’est appuyé sur plusieurs idées. Un code couleur pour le côté tête, un autre pour le côté pieds puisque la tente Dragonfly est asymétrique. Le code couleur se retrouve sur les arceaux et les extrémités de la tente intérieur et du double toit. J’ai chronométré le montage complet en moins de 5 minutes. Le système de fixation marche très bien et est de qualité. Je n’ai jamais eu de soucis où le double toit s’est détendu ou autres.

Les 4 ficelles du double toit permettent de tendre la toile. Le système de réglage tient très bien peu importe les conditions météorologiques.

Pour le démontage, la tente est légère et devient très compacte. Il faut veiller à bien faire sortir l’air pour tout rentrer dans le sac de rangement. C’est un peu plus fastidieux mais c’est un gain d’espace considérable.

Résistance au vent

La tente Nemo Dragonfly a été testée face aux vents écossais dans les îles. L’arceau en aluminium a très bien résisté aux rafales de vent jusqu’à 75km/h environ. Il existe peu de moyens pour s’abriter du vent en bivouac sur les îles Hébrides Extérieures, où les vents sont trop forts. Les absides plus larges augmentent la prise au vent, mais la tente bikepacking a bien résisté.

Une anecdote extrême pour vous illustrer la résistance au vent. Vers la fin du périple, dans les îles au Nord-Ouest de l’Ecosse, un matin au réveil, le vent s’est levé d’un coup pour très rapidement atteindre 40km/h de moyenne avec d’importantes rafales. Mon lieu de bivouac était très exposé au vent et je n’avais pas eu le temps de mettre les haubans. Le vent a couché la tente (photo), les arceaux sont rigides mais gardent une part de souplesse. Ils n’ont pas cédé et j’étais bien soulagée !

Tente nemo dragonfly bikepack vent
Imperméabilité

Lors de mon voyage bikepacking, il a très souvent plu la nuit, presque toutes les nuits en Ecosse. Il n’y a rien à dire sur l’imperméabilité de la tente. Je n’ai eu aucun problème d’infiltration d’eau. Avec une imperméabilité de 1200 mm pour le double toit et 3000 mm pour le sol, je suis restée au sec. Le tapis de sol imperméable remonte sur les bords de la tente intérieure pour garantir l’imperméabilité. Cela fonctionne.

En ce qui concerne le séchage, la toile sèche très rapidement. Avec un peu de vent, en quelques minutes c’est plié.

Moustiquaire et Ventilation

L’Ecosse est connue pour ses « midges » l’été. De minuscules moucherons agressifs qui piquent. Je les redoutais mais la moustiquaire en mesh a très bien fait son travail. Les deux grandes ouvertures en D permettent une aération optimale. La hauteur de moustiquaire est idéale pour des températures jusqu’à 10°C. Attention tout de même, le mesh anti-insectes reste fragile car fin. J’ai eu quelques trous dans la moustiquaire dont l’origine m’est inconnue, mais cela n’a pas impacté sa fonction.

Tente nemo dragonfly bikepack ouverture

Le double-toit possède un système de ventilation au niveau de l’ouverture. Je ne l’ai pas utilisé car je n’ai eu aucun problème de condensation lors de mon voyage à vélo.

Conclusion du test de la tente Nemo Dragonfly Bikepack

Le marché du bikepacking est en pleine expansion depuis quelques années. La marque Nemo répond à la demande avec cette tente spécialement conçue pour cette pratique outdoor. Le modèle Nemo Dragonfly Bikepack s’inscrit dans cette offre avec quelques spécificités et innovations bikepacking très appréciables. Tellement satisfaite de ce test, que j’ai demandé à Katadyn le rachat de la tente puisque c’était un prêt. En espérant qu’elle m’accompagnera dans de prochaines aventures à vélo !

Le prix du modèle Dragonfly Bikepack est plus élevé que le Dragonfly classique (549€ contre 449€ pour 2P). Néanmoins la différence de prix s’explique par une réduction du poids (-0,17kg) ainsi que des absides plus larges, des arceaux plus petits, un sac de rangement imperméable (évite l’achat d’une sacoche spécifique), un bac de rangement souple. Ce sont quelques détails, qui, selon moi, justifie la différence de prix, en augmentant le confort.

2 commentaires

MarcB 14 octobre 2021 - 21 h 46 min

J’ai reçu cette tente il y a déjà 2 semaines, mais je n’ai pas eu l’occasion de la tester, ni même de la monter juste pour voir…
Au niveau du poids et des dimensions des absides, il me semble qu’il y a une petite erreur: à priori, la Bikepack est légèrement plus lourde que le modèle « normal » (mais c’est difficile de comparer à partir des spécifications car le sac de la Bikepack est forcément nettement plus lourd) et les dimensions des 2 modèles sont identiques. Il y a quelques accessoires en plus (sorte de daisy chain sur la tente intérieure; la bâche « landing zone » pour une des absides; les accroches porte et abside devraient être plus pratiques); les moustiquaires sont sensées être un peu plus épaisses (15D au lieu de 10D).
Et pour la différence de prix, je pense que les vendeurs (et/ou l’importateur) profitent un peu de la nouveauté, car sur le site, il n’y a que 50 $ de différence…
En tout cas, je trouve que votre article est vraiment très bon, et très bien illustré par toutes ses photos.
Au sujet de vélo protégé par une des absides: comment ? Vélo couché avec la selle vers l’intérieur et les roues qui dépassent à l’extérieur ?
Au niveau des matériaux: à part les quelques petits trous dans les moustiquaires, est-ce que les tissus présentent des signes d’usure prématurée ? (j’ai vu une vidé d’une randonneuse qui a eu rapidement un problème de tissus de sol et dû faire changer la tente).

Répondre
Angèle Paty 18 octobre 2021 - 8 h 21 min

Bonjour Marc,
Merci pour votre retour sur cet article. Erreur bien notée. En effet le modèle « normal », backpacking, est légèrement plus léger (1,41kg vs 1,6kg). Je pense que cela s’explique principalement par le poids du sac de rangement Drybag plus lourd. Je n’ai testé que le modèle bikepacking, mais la moustiquaire devrait être plus épaisse sur le bikepacking et les arceaux sont aussi un peu plus fins (8,5mm vs 8,7mm). La différence de prix peut dépendre du magasin vendeur. Le modèle 1p est à 449.99€ et +100€ pour une 2p sur le site officiel Nemo.
Pour protéger le vélo, c’est exactement comme cela que je procédais, en veillant à ce que la toile de tente ne viennent pas frotter avec les dents du plateau. Selle protégée ainsi que la sacoche de cadre et les « stem bag »/ »food pouch ».
Je n’ai pas remarqué d’autres signes d’usure. Le tissu de sol a très bien fait son travail du côté de mon utilisation, sachant que (pendant un mois en Ecosse) toutes les nuits ou presque, il pleuvait.

Répondre

Laisser un commentaire