Trek de 5 jours entre Agadir et Essaouira

par Michaël ROUHAUD
balade en dromadaire au couché du soleil sur les palges entre Essaouira et Agadir

Randonnée Maroc de 5 jours avec dromadaire sur la côte atlantique entre Agadir et Essaouira au Maroc réalisée par 3 familles avec enfants.

randonnée maroc en dromadaire au couché du soleil sur les plages entre Essaouira et Agadir

balade en dromadaire au couché du soleil sur les plages entre Essaouira et Agadir

Information pour préparer un Trek de 5 jours entre Agadir et Essaouira

Dates du trek :

Du Samedi 20 au 27 Février 2016

Participants au trek :

3 familles composés de 6 adultes et de 9 enfants-ados de 6 ans à 16 ans.

Notre Guide

Moussa OKRAOU, Guide de Montagne et Désert diplômé d’état,  responsable de l’agence Atlas Sahara Aventure.

Compagnie Aérienne

Ryanair pour l’aller et le retour
Trek « Les chameaux de l’Atlantique » – Essaouira
15+14+17+24+4 km soit 74 km au total

Bibliographie et topos :

Vous trouverez plein d’information sur le Maroc avec le guide de voyage Lonely Planet.

Séjour trek Guide de voyage Lonely Planet Maroc

Trek de 5 jours entre Agadir et Essaouira

Samedi 20 février : arrivée à Marrakech et transfert vers Sidi Kaoki

6h, le réveil sonne… Oh, que c’est dur!… Une nuit bien courte entre la fin des préparatifs, boucler les sacs et les 30 gaufres à préparer… Mais nous voilà enfin sur le départ et le voyage nous motive assez pour ne pas hésiter à nous lever! Nous avalons rapidement un petit-déjeuner, tous un peu endormis, et nous voilà dans la voiture vers 8h15 pour quitter Montpellier et retrouver nos amis.
Il nous faut un peu moins de 2 heures de route pour atteindre l’aéroport de Marseille/Provence. Nous attendons Ingrid, Guilhem et Alban pour passer l’enregistrement. Nous avons fait une erreur lors de l’achat des billets et nous n’avons enregistré que 2 bagages sur 4. L’hôtesse au sol, sympathique, nous offre les 2 bagages nous évitant ainsi de payer le supplément de dernière minute (60€!).
Puis nous nous dirigeons vers le contrôle des douanes. Là, surprise ! Alors que nous sommes dans la file d’attente, nous entendons dans les enceintes de l’aéroport : «Mr Maël Rouhaud est demandé au contrôle des bagages». Michaël et Maël se rendent alors vers les postes de contrôle, sous le regard de la foule. Un douanier, derrière une grande vitre, nous demande si c’est bien notre sac ? Si nous l’avons nous-même préparé ? Et s’il a pu se retrouver sans surveillance? Nous répondons que c’est bien le nôtre… mais en fait, c’est celui de Cécile!
La douanière ouvre et déballe le sac devant nous, pour ensuite constater que rien d’illicite ou de dangereux est présent. Elle remet donc tout à l’intérieur et, comme sa propriétaire quelques heures auparavant, a bien du mal à le refermer! On apprendra quelques minutes plus tard, que ce genre de contrôle est tiré au sort de façon aléatoire… mesure dissuasive.
Tout le monde se retrouve dans la file jusqu’au passage du contrôle des identités et du portique à scanner. Cette fois c’est Cécile et Valentine qui sont retenus comme les heureux gagnantes du contrôle aléatoire.

L’embarquement

Enfin nous retrouvons la famille Romand: Hélène, Yannick, Juliette, Thomas, Alicia et Noam. Nous partageons un café rapide et nous voilà repartis dans la file pour rejoindre notre avion et passer le contrôle des passeports. Nous nous rapprochons de plus en plus de notre départ! Enfin, nous montons dans l’avion, prenons nos places et le temps du décalage est déjà là. Il est 10h40.
Après la première heure de vol, nous sortons nos gaufres accompagnées de nos M&M’s BIO… Un pur régal !… Et de quoi patienter jusqu’au repas de midi.
12h50, heure marocaine (il y a une heure de décalage horaire). Nous voilà enfin en « terre africaine ». Nous attendons un long moment pour remplir la traditionnelle feuille de demande de renseignements de la douane marocaine, puis une file d’attente qui dure et qui dure… En fait, on est vraiment impatient de sortir de l’aéroport. Nous prenons enfin nos sacs, sans demander l’aide de porteur qui nous avaient eu la première année en se jetant sur nous pour gagner quelques euros. Nous changeons rapidement nos euros en dirhams pour notre séjour. Voilà toutes nos affaires embarquées sur 3 chariots et c’est parti !
L’accompagnateur nous attend à la sortie mais son panneau n’étant pas très visible, nous passons quelques minutes a le repérer.
Les bagages montés dans le minibus, le moteur démarre… Nous voilà partis avec notre petit groupe: 6 adultes et 9 enfants.

Découverte du pays

Les nouveaux aventuriers découvrent ce pays où les personnes sont 4 sur le même scooter où les camions sont surchargés et où les boutiques s’étalent sur le trottoir! Et pour nous, c’est une belle joie de le retrouver.
À Marrakech, nous nous arrêtons devant un immeuble où habite une famille Berbère de la tribu des Ait Atta. Là, nous rencontrons Mouha, notre guide. Nous sommes accueillis avec un thé à la menthe et un gâteau, puis nos hôtes nous servent un repas succulent : un tajine au bœuf et végétarien, puis à nouveau le fameux thé à la menthe, les connaisseurs reconnaissent le goût, ravis.
L’accueil est chaleureux. Le ventre plein nous remontons dans notre bus pour 3h de route.
On roule en admirant le paysage: d’abord très sec et aride, puis de plus en plus verdoyant en s’approchant de l’océan. On fait une pause dans un village pour boire un thé à la menthe, un soda ou un jus de fruit pressé, suivant les goûts. Nous reprenons la route encore une petite heure. Derrière les vitres du bus, on admire les couleurs du coucher de soleil, ce qui nous permet d’imaginer ceux qu’on verra sûrement au bord de l’eau. Il fait nuit lorsqu’on arrive au village de Sidi Kaoki. Après environ 3 heures de trajet, le bus nous arrête devant un beau gîte à quelques mètres de l’eau. Juste le temps de visiter les lieux et de se répartir dans les chambres, et nous voilà tous sur la plage. Quelques-uns se trempent les pieds, d’autres se font poursuivre par les vagues. Nous voilà vraiment en vacances !!
Revenus au gîte, un bon thé à la menthe nous attend avec quelques petits biscuits secs en guise d’apéritif, car le temps à filé vite et il est déjà l’heure du repas du soir: couscous et banane. Les yeux sont vite fatigués et chacun regagne sa chambre pour sa première nuit marocaine. Il est 22h.
Finalement nous n’aurons pas marché, ni dormi sous la tente pour cette première journée car le voyage ayant été plus long que prévu et la météo trop incertaine, le guide a préféré dormir en gîte.

Nos moments préférés:

Noam: l’avion
Valentine: le bain de pied dans la nuit à l’arrivé au gîte
Alban: l’entrée du premier repas (le gâteau au chocolat!) les gaufres aux faux m&m’s dans l’avion
Manon: les gaufres aux faux m&m’s dans l’avion
Alicia: toute la journée
Anouck: le repas chez l’habitant (le gâteau) et toute la journée
Maël: les gaufres aux faux m&m’s dans l’avion
Thomas: j’ai tout aimé
Juliette: le premier repas marocain (tagine)
Ingrid: dormir dans un gîte
Guilhem: découverte des paysage marocains en bus
Cécile: l’architecture du gîte et toutes les couleurs des décorations
Michaël: le premier thé à la menthe et les tentes berbères sur le bord de la route
Hélène: prendre l’avion avec toute la famille pour la première fois et le premier repas marocain.
Yannick: rue de Marrakech en camion
Mouha: avoir quitté Marrakech et la civilisation

Dimanche 21 Février : Trek en direction de la plage de Sidi Ahmed Sayih (15KM)

Le réveil sonne vers 7h30. La nuit fut profonde et longue… et cela fait du bien! Chacun range sa chambre, son sac de voyage que l’on dépose à l’extérieur et qui sera chargé sur les dromadaires par les chameliers, et le sac à dos pour la journée.  Nous nous retrouvons au PDJ vers 8h, déjà en tenue de randonnée. Sur la table, pain, confitures, nutella, vache qui rit au goût de gruyère, kiri, beurre, miel, accompagnés de thé (cette année nous avons pensé à emmener le notre, pour éviter le thé en sachet pas très bon), café ou chocolat au lait… et quelques restes de brioche, gaufre ou pain français… Il y en a pour tous les goûts. On remplit les gourdes et nous voilà sur le départ vers 8h45.

Premier PDJ a notre gite proche de la mer vers Essaouira

Premier PDJ a notre gite proche de la mer vers Essaouira


Nous prenons la direction de la plage et tournons sur la gauche direction Agadir par le littoral, mettant cap sur les premières dunes de Sidi Mbarek. Notre randonnée commence sur du sable fin, accompagné par le son des vagues faisant des aller-retours. Le temps est plutôt clément.
préparatif de notre depart au gite vers Essaouira

préparatif de notre depart au gite vers Essaouira


chargement de nos affaires sur les dromadaires

chargement de nos affaires sur les dromadaires


départ de la carane de dromadaire vers les plages entre Essaouira et Agadir

départ de la carane de dromadaire vers les plages entre Essaouira et Agadir

Départ du Gite

Dès le départ du gîte, plusieurs chiens nous suivent dans notre marché. Certains nous suivront durant toute notre randonnée, adoptés par les enfants. Au bout de la plage, nous montons une petite colline avant de retrouver à nouveau une grande et longue plage. Cette fois, nous sommes encore plus nombreux à nous déshabiller les pieds pour marcher directement pieds nus dans le sable et l’eau de l’océan. Le groupe est très étalé: Juliette et Thomas se retrouvent en tête de caravane, accompagnés des chameliers et cuisiniers.
Nos premiers pas sur le sable fin des plages marocaines

Nos premiers pas sur le sable fin des plages marocaines


Nous ne les retrouverons qu’au campement. Le reste de groupe se retrouve en fil indienne, espacé parfois de plusieurs centaines de mètres. Vers 11h30, nous faisons une petite pause entre des dunes pour se retrouver tous. Mouha préfère que nous marchions encore 20 minutes pour la pause « sac magique »: cacahuète, datte, figue et autres friandises. Arrivés aux petites cascades de l’Oued Aghbalou, la pause est vraiment bienvenue et le sac est vite vide ! Heureusement que les 2 grands ados ne sont pas là, on leur gardera une bonne portion la prochaine fois! Il nous reste encore environ 1h20 de marche avant de retrouver le campement et de pouvoir manger le repas du midi.
La fatigue se fait ressentir pour les plus petits. À quelques minutes de l’arrivée, Mouha fait venir 2 dromadaires pour transporter Alban et Ingrid, et Noam et Hélène.

Arrivée au premier campement

Trois tentes sont déjà installées: celles des cuisiniers, celle où nous partageons tous nos temps communs, repas et jeux et le tipi toilettes. Le campement est installé en hauteur, nous surplombons magnifiquement l’océan dans les dunes de Sidi Ahmed Sayih. Nous prenons tous la direction de la tente mess, après avoir troqué nos chaussures pour nos sandales. Le thé à la menthe nous est servi, il est presque 14h.
Pour le repas de midi, nous mangerons : riz, thon, olives vertes et noire, fromage, légumes chauds et orange en dessert.

notre premier repas du midi entre Essouira et Agadir

notre premier repas du midi entre Essouira et Agadir


Bien agréablement, une sieste s’impose pour une bonne partie du groupe, plus ou moins longue… Des jeux extérieurs s’organisent, puis un petit groupe décide de descendre de notre falaise pour rejoindre une crique. L’océan est puissant et l’envie de nous baigner pousse quelques courageux à se dévêtir pour s’amuser avec les vagues en bord de rivage. L’eau est fraiche et saisissante. C’est magnifique! Séchés et rhabillés, nous remontons au campement en logeant la plage à la découverte de cabanes de pêcheurs. Pendant ce temps, le groupe resté au campement à orner les lieux d’un beau mandala naturel, fait de caillou, de sable et de fleurs.
Les tentes de camping sont installés en nombre de 6: 3 tentes pour les adultes et 3 tentes pour les 9 enfants. Les discussions pour la répartition entre les enfants vont bons train, mais chacun se retrouve installé.
Premier campement de notre trek Essaouira Agadir

Premier campement de notre trek Essaouira Agadir


C’est l’heure du thé et des biscuits, ainsi que des jeux de carte sous la tente mess.
Nous arrivons tranquillement à l’heure du repas vers 19h.
Repas du soir dans la grande tente Berbère

Repas du soir dans la grande tente Berbère


Ce soir le cuisinier nous a préparé: soupe aux vermicelles + coriandre + pois chiches + fèves sèches +persil et épices, légumes (petits pois, carottes et pommes de terre) avec de l’agneau, salade de fruit à la cannelle et tisane de verveine.
Quelques jeux du soir se poursuivent pour les moins fatigués jusqu’à 22h, avant de tous rejoindre nos tentes pour notre première nuit en bivouac. La pluie ne gênera que les sommeils parfois légers de certains, s’arrêtant au lever du jour vers 7h.

Nos moments préférés durant la randonnée au Maroc

Noam: monter sur le chameau
Valentine: la manière de choisir les tentes et marcher avec les chiens
Alban: se baigner
Manon: aller me baigner dans la mer, tous les chiens qui nous suivaient
Alicia: quand on est descendu à l’océan dans l’après midi
Anouck: voir l’horizon de l’océan avec ses couleurs turquoises
Maël: sauter dans les dunes de sable
Thomas: arriver et se poser au campement après avoir marcher
Juliette: la petite cascade
Ingrid mon tour de chameau
Guilhem: la grande plage où on voyait plein de troupeaux et un paysan qui labourait son champ. Ça m’a rappelé mon grand-père
Cécile: marcher les pieds nus sur la plage
Michaël: aller me baigner dans l’océan
Hélène: mettre les pieds dans l’océan et marcher pieds nus, la soupe, monter sur le dromadaire
Yannick: marcher les pieds dans l’océan
Mouha avoir le soleil pendant la marche malgré les nuages

Lundi 22 Février : Sidi Ahmed Sayih – Arganier D’isskouwa (14km)

Le réveil sonne vers 7h30, la nuit fut courte pour nombreux d’entre nous, dérangés par les éclairs, les coups de tonnerre, parfois au loin parfois très proches, et une pluie battant nos tentes, aidée par le vent. Heureusement, la pluie cesse vers 7h.
On se retrouve sous la tente mess pour déjeuner, des crêpes nous aident à oublier quelques instants notre fatigue et nous redonnent de l’énergie pour la journée. Nous rangeons ensuite nos sacs, puis les tentes et quittons notre campement vers 9h45. Nous descendons de notre promontoire pour se retrouver sur le sable fin au bord de la mer en longeant des cabanes de pêcheurs. Puis nous remontons par un sentier et nous nous retrouvons sur les hauteurs pour randonner en surplombant l’océan. Le temps est complètement dégagé.

rangement de notre campement après une première nuit en tente au Maroc

rangement de notre campement après une première nuit en tente au Maroc


Poser nos sacs de voyages sur les dromadaires pour nous alléger lors de notre randonnée Marocaine

Poser nos sacs de voyages sur les dromadaires pour nous alléger lors de notre randonnée Marocaine


C’est inespéré après la nuit bien humide que nous avons eu. Nous n’y croyons pas! Il commence même à faire chaud. A notre droite, nous pouvons sans cesse admirer l’océan et ses camaïeux de bleus. Sur notre gauche, défilent des forêts d’arganiers, des paysages agricoles, des moutons gardés par leur berger, parfois même des dromadaires en nature.
depart pour notre deuxieme journée de trek sur les plages entre Essaouira et Agadir

depart pour notre deuxieme journée de trek sur les plages entre Essaouira et Agadir


descente vers la plage Marocaine

descente vers la plage Marocaine


Puis nous marchons ensuite sur un sol lunaire où la mer à sculpté les rochers de ses va-et-vient, avant de nous retrouver dans la petite crique de Tigart: paradis pour nous  tremper les pieds quelques minutes. Rechaussés et secs, nous reprenons notre route en surplombant à nouveau l’océan.
pause dans l

pause dans l’eau de l’océan atlantique au Maroc


En contrebas, des pêcheurs sont occupés avec leur ligne, avant que la marée ne remonte trop. Notre chemin nous emmène vers un village de pêcheurs que nous découvrons après un virage, ainsi qu’une grande plage. Nous ne pouvons nous empêcher pour le plus grand nombre de se mettre pieds nus pour marcher entre sable humide et eau. Arrivés au bout de la plage, une falaise nous fait barrage, et il nous faut grimper quelques mètres pour retrouver un sentier plus classique.
Petite escalade lors de notre randonnée sur la côte atlantique marocaine

Petite escalade lors de notre randonnée sur la côte atlantique marocaine


Village de pêcheur vers Essaouira

Village de pêcheur vers Essaouira


Cela laisse quelques souvenirs d’escalade à Ingrid et Yannick! Quelques minutes de marche encore et nous nous arrêtons au niveau d’un puit d’eau douce pour grignoter le contenu du sac magique. Toujours un moment très convivial et vraiment apprécié. Cette fois la pause est arrivée plus tôt que la veille, et nous l’apprécions tous. La pause terminée, nous poursuivons notre itinéraire direction plein sud en suivant notre guide Mouha et pour encore 1h20 de marche.
nous longeons la côte Atlantique de Essaouira vers Agadir

nous longeons la côte Atlantique de Essaouira vers Agadir


Soudain nous découvrons à nouveau après un virage au loin notre campement en partie installé par l’équipe des chameliers, non loin du village de Tagant. Certains de nos enfants ne loupent pas une immense dune de sable pour la descendre en courant, accompagnés de 2 grands « enfants » pour la sécurité (bien entendu) et le plaisir des cabrioles!
Arrivée a notre campement du soir entre Essaouira et Agadir

Arrivée a notre campement du soir entre Essaouira et Agadir


Nous voilà au campement. Hélène, ayant apporter un thermomètre, nous valide qu’il fait bien chaud, avec plus de 30°C! Nous sommes attendus pour le thé à la menthe avant de passer à table pour manger ce midi: maquereau, olives, fromage, salade de lentilles et orange en dessert. Les grands ne résistent pas à la sieste, surtout après la nuit pluvieuse et sonore.
baignade en février dans l

baignade en février dans l’océan atlantique au Maroc


Reposés, nous descendons à la plage pour se baigner dans une eau bien fraîche autour des 16°C, jouer au frisbee, à se démêler les mains et les pieds dans un jeu proposé par Ingrid, puis au foot sur un terrain improvisé par les enfants. C’est en jouant que Cécile se fait mal au pied gauche, une douleur bien inquiétante pour la suite du séjour. Un dernier bain pour se laver et enlever le sable, et nous remontons au campement où nos tentes ont été installées. C’est l’heure du goûter vers 18h , avec la surprise du chef qui nous a préparé des beignets avec de la confiture d’ipomée. Un bon moment de gourmandise pour petits et grands.
Arrivée a notre campement du soir entre Essaouira et Agadir

Arrivée a notre campement du soir entre Essaouira et Agadir


Mouha nous propose quelques minutes de dromadaire sur la plage avec coucher de soleil sur fond de mer. Exceptée Cécile restée en haut car son pied la fait bien souffrir, tout le monde profite de ce moment. S’ensuit différents jeux en plusieurs groupes dans la grande tente pour patienter jusqu’au repas du soir, pendant que les garçons préparent un foyer pour le feu de la soirée.
balade en dromadaire au couché du soleil sur les plages entre Essaouira et Agadir

balade en dromadaire au couché du soleil sur les plages entre Essaouira et Agadir


Tente du cuisinier qui nous prépare d

Tente du cuisinier qui nous prépare d’excellent repas lors de notre trek au Maroc


Ce soir, après la soupe, spaghettis avec fromage et légumes à la tomate, puis banane avant la tisane. Mouha nous annonce le programme pour le lendemain, puis les garçons vont allumer leur feux de camp sous une magnifique pleine lune qui illumine la plage et les environs. Il est 22h30 quand les derniers prennent le chemin du couchage pour etre bercés par les vagues montantes de la marée.

Nos moments préférés:

Noam: la plage et le foot
Valentine: sauter dans les vagues
Alban: l’escalade sur les galets en mer basse
Manon: le tour de dromadaire, la descente de la grande dune
Alicia: monter sur les dromadaires
Anouck: marcher sur le sol lunaire et l’écume de l’océan
Maël: la grande descente de la dune de sable
Thomas: la balade en dromadaire au coucher du soleil
Juliette: se baigner, mettre la tête sous l’eau et les beignets
Ingrid: la variété des paysages durant toute la balade
Guilhem marcher sur le sol lunaire en bord de mer comme Alban
Cécile: les paysages du matin avec les troupeaux de moutons dans le contre-jour.
Michaël: la diversité des paysages et la vue sur le campement qui sortait du virage
Hélène: l’après-midi sur la plage: foot, baignade et dromadaire
Yannick: le tour de dromadaire tantrique avec Hélène derrière moi
Mouha la première petite plage

Mardi 23 Février : Arganier d’Isskouwa – Plage de Tafenda – Timzguida Ouftass (17km)

Après une nuit bercée par le ronron de l’océan, nous nous réveillons vers 7h 30 avant de nous retrouver au PDJ sous la grande tente : le cuisinier nous a préparé à nouveau des crêpes qui font le bonheur de nos ventres.
Cécile a encore bien mal au pied, on improvise un straping pour immobiliser au maximum l’orteil blessé. Heureusement la famille Romand avait pensé à prendre une paire de bâtons de marche, bien utile pour Cécile en guise de béquilles. On aide à ranger les tentes, on se partage dans les sacs le pique-nique pour midi et nous prenons le départ vers 9h.

depart pour notre 3 eme jours de randonnée entre Essaouira et Agadir sur la côte atlantique Marocaine

depart pour notre 3 eme jours de randonnée entre Essaouira et Agadir sur la côte atlantique Marocaine


On emprunte un sentier qui descend vers la baie de Tafdena que nous longeons, puis un chemin nous hisse un peu en hauteur tout en longeant l’océan et nous offrant une vue plus aérienne et plus verdoyante sur notre côté gauche. C’est la vue imprenable depuis le col de Tagant sur la grande plage de Tafdena.
Valentine a encore mal à l’aine après sa partie de foot aussi et adopte parfois une marche en boitant sur le côté. Nous apercevons des pêcheurs isolés et parfois des familles. Il fait beau et chaud et nous sommes obligés de nous remaquiller régulièrement de crème solaire.
En chemin, nous arrivons au moment où un pêcheur est perché sur sa canne, sûrement avec un beau poisson. Le combat dure 5 bonnes minutes mais le poisson, ne voulant pas voir le jour, se décroche laissant au pêcheur un goût amer. Puis nous retrouvons le sable fin de la plage pour quelques minutes de marche avant de se poser à l’ombre d’un rocher pour la pause et la dégustation du sac magique. Ça nous requinque avec plaisir. Un groupe de 4 français avec leur guide font, semble-t-il, le même circuit que nous, mais en sens inverse.
pause cacahuète au bord de l

pause cacahuète au bord de l’océan au Maroc pour notre groupe


vue de notre itinéraire marocaine

vue de notre itinéraire marocaine


Quelques minutes d’échanges et les voilà repartis. Mouha nous annonce que la suite est une bonne montée de 250 m de dénivelé. Nous remettons nos chaussures, sac au dos et nous voilà à arpenter un chemin de terre. Rapidement les mollets se font sentir, Manon souffre plus que tout le monde et à même du mal à respirer. L’air est chaud. Nous arrivons enfin en haut du sentier, et après une courte pause à l’ombre, nous continuons notre route encore 20 minutes sur du plat et un paysage d’arganiers.

L’heure du repas

Nous traversons un grand troupeau de chèvres grimpantes aux arbres et bien gardées par des chiens. Mouha nous trouve un lieu de pique-nique à l’ombre des arganiers, non loin des chèvres, qui nous rejoindront vite, attirée par nos victuailles. Notre panorama pour manger: l’océan turquoise, un peu au loin notre campement et plus au loin encore à l’est les sommets enneigés de l’Atlas. C’est magnifique. Nous mangeons pour ce repas de midi: œufs durs, maquereaux, fromages, pomme de terre, pain, olives et mandarine en dessert.

Repas du midi à l

Repas du midi à l’abri du soleil au Maroc


vue sur notre campement du soir au loin vers Tadfena au Maroc

vue sur notre campement du soir au loin vers Tadfena au Maroc


Reposés et le ventre plein, nous commençons notre descente vers le village de pêcheur de Timzguida en dessous de nous et en direction de notre campement. Encore 1h20 de marche pour le rejoindre. Quelques barques bleues rentrent encore au village après leur journée de pêche en mer, les unes après les autres, en respectant un protocole très strict pour sortir de l’eau tirées par un tracteur. Nous traversons le village. Malheureusement, ce n’est pas un lieu très accueillant, et notre curiosité reste frustrée en poursuivant nos pas vers la sortie de la ville. Nous avons plutôt sentis des hommes hostiles et peut-être dérangés par notre présence (parce que nous sommes occidentaux, qu’il y a des femmes dans notre groupe…? Nous ne savons pas et notre guide ne nous en dit pas plus.)
Un villageois échange avec Mouha et nous devons faire demi-tour car le passage par la plage semble impossible pour rejoindre l’équipe des chameliers et cuisiniers. On termine sur une route carrossable, avec la traversée d’un petit passage à guet après la destruction du pont, et nous voilà enfin arrivés. Nous sommes tous bien rincés de cette journée au soleil. Nous apprécions le thé à la menthe et les biscuits. Mais nous devons nous motiver pour nous rendre à la plage et nous baigner.
La plage Timzguida Ouftass étant à quelques mètres du campement derrière une petite d’une. Cela nous vivifie, l’eau semble plus fraîche qu’hier. Un petit foot pour certains et un retour sous la tente pour des parties de dés, de cartes, ….
Pendant ce temps, Cécile, bien hésitante, décide quand même sous les conseils de Mouha d’aller voir le cuisinier pour se faire masser le pied. Le repas arrive avec la soupe…. Cécile n’est toujours pas revenue, elle s’est réfugiée sous sa tente, sans énergie tant le cuistot lui a fait mal et après s’être plus ou moins évanouie. Elle vient tout de même partager le repas avec nous: un plat de légumes chaud et épicé, puis une pomme en dessert pour accompagner la tisane. Le repas finit, la tente mess se vide petit à petit, la fatigue de la journée et des nuits parfois courtes pour certains se faisant vraiment sentir, chacun retrouve sa tente et son lit vers 21h.

Nos moments préférés:

Noam: le pique-nique
Valentine: la baignade dans la mer avec la main chaude, moelleuse et douce d’Hélène.
Alban: tout
Manon: le pique-nique
Alicia: le petit-déjeuner du matin
Anouck: le pique-nique
Maël: le foot avec Mouha
Thomas: le pique-nique avec vue sur l’océan
Juliette: le paysage durant la randonnée
Ingrid: les crêpes au petit-déjeuner
Guilhem: le village de pêcheurs avec ambiance pas très ouverte au monde et pauvreté
Cécile: les couleurs bleu camaïeu de la mer et tomber amoureuse du cuisinier au point d’en tomber dans les pommes!
Michaël: la diversité des paysages durant la randonnée
Hélène: la main chaude et moelleuse de Valentine
Yannick: la forêt d’arganiers
Mouha: tout sauf le détour par la route

Mercredi 24 Février : Trek en direction d’imssouane (24 Km)

La nuit fut profonde pour presque tout le groupe, seulement dérangés par les aboiements des chiens et le réveil pour la prière vers 5h30.

notre campement au réveil au Maroc

notre campement au réveil au Maroc


PDJ sous la tente berbère avant de repartir randonnée sur la côte marocaine

PDJ sous la tente berbère avant de repartir randonnée sur la côte marocaine


Nous commençons à prendre le rythme du réveil, du rangement et du petit-déjeuner aux bonnes crêpes, pour un départ vers 9h. Nous longeons la plage qui disparaît petit à petit pour laisser place à l’océan. Et nous empruntons un sentier qui grimpe jusqu’à un plateau et nous poursuivons sur une route carrossable entourée de champs d’arganiers. Il fait déjà très chaud et nous devons régulièrement nous protéger avec de la crème solaire. Cette partie de route carrossable n’est pas la partie la plus agréable de la randonnée mais nous avançons rapidement.
Départ de notre groupe de randonneur sur les plages entre Essaouira et Agadir

Départ de notre groupe de randonneur sur les plages entre Essaouira et Agadir


Cécile souffre de plus en plus et, malgré les bâtons, cela devient difficile pour avancer. La pause cacahuète est la bienvenue, à l’ombre d’un grand arganier. Il reste encore une heure de marche pour atteindre l’aire de pic-nique, toujours en poursuivant sur cette route de terre. Mais le lieu prévu pour le repas est déjà pris par un groupe de cavaliers. Nous sommes obligés de poursuivre notre descente vers la plage. Cécile n’en peut plus de marcher sur son pied blessé. Malheureusement le portable pour demander au chamelier de nous rejoindre avec un dromadaire ne passe pas.
Alors une partie du groupe part en éclaireur pour relayer l’information. Cécile attend patiemment son arrivée à l’ombre avec Valentine et Noam, les deux plus petits déjà bien fatigués par cette longue marche au soleil. Le reste de la troupe arrive au campement de midi.
panorama après notre pause repas du midi sur les plages marocaines

panorama après notre pause repas du midi sur les plages marocaines


La tente du cuisinier est mise pour nous abriter d’un soleil bien chaud. Cécile et les enfants arrivent peu de temps après. Il est 14h quand nous commençons à manger des pâtes coquillettes accompagnées de légumes, thon, olives et fromage, en dessert orange à la cannelle, sans oublier le thé à la menthe.
repas du midi sous la tente près d

repas du midi sous la tente près d’une plage marocaine


Nous demandons à Mouha de décaler le départ pour le campement du soir afin de faire la sieste, de prendre le temps de se baigner une dernière fois, mais aussi de finir la randonnée plus à la fraiche.
vue sur notre itinéraire du 4 eme jour de marche au Maroc

vue sur notre itinéraire du 4 eme jour de marche au Maroc


Nous décollons vers 16h pour 1h30 de marche sur un sentier en hauteur, la température étant plus fraîche, cela est très agréable. Les changements de température sont importants dès que le soleil décline.
notre caravane de 6 adultes et 9 enfants lors de notre trek au Maroc sur la côte atlantique

notre caravane de 6 adultes et 9 enfants lors de notre trek au Maroc sur la côte atlantique


marche abrité du soleil sous des arbustes marocains

marche abrité du soleil sous des arbustes marocains


Cécile, Valentine et Noam ont fait le trajet en dromadaire et sont arrivés plus tôt que le reste du groupe sur le lieu de campement. Une fois le groupe réuni, nous prenons le thé à la menthe, accompagné de biscuits. Nous sortons tous pour voir le coucher du soleil. C’est magnifique! Certains commencent des parties de jeux pendant que les enfants ont du mal à s’organiser pour la répartition des tentes. Quand la solution est trouvée, nous pouvons enfin tous ensemble se retrouver dans la tente messe pour une partie de jeu « le loup garou ».
arrivé à notre campement du soir sur la côte marocaine

arrivé à notre campement du soir sur la côte marocaine


Notre campement au couché du soleil au Maroc

Notre campement au couché du soleil au Maroc


Mouha nous retrouve ensuite pour debriefer sur notre trek car il doit nous laisser pour repartir dans le désert avec un autre groupe. Puis le repas arrive: soupe, poulet aux olives avec des frites pour le plus grand plaisir de nos estomacs, fruit et tisane. Comme il se fait déjà tard, nous allons rapidement nous coucher pour notre dernière nuit sous la tente.

Nos moments préférés du séjour

Noam: monter sur le dromadaire
Valentine: la balade en dromadaire
Alban: faire le Ninja et sauter au-dessus du canyon et faire les fous dans les buissons
Manon: jeu du loup garou
Alicia: le jeu du loup garou
Anouck: le petit sentier de l’après midi et jeu du loup garou
Maël: faire le Ninja en sautant le canyon
Thomas: la marche de ce matin
Juliette: le sentier de l’après midi
Guilhem: les pêcheurs de l’extrême
Cécile: le petit sentier de l’après midi… mais en dromadaire
Michaël: la sieste, la baignade et la randonnée en fin de journée
Hélène: le sentier de l’après midi
Yannick: le coucher de soleil
Mouha: la marche sur la première plage et celle de l’après midi

Jeudi 25 février : Fin du trek et route vers Essaouira (4km)

C’est le dernier réveil au dessus de l’océan dans notre campement. Chacun range son sac avant de tous nous retrouver au petit-déjeuner. Certains essayent pain et huile d’olive comme le veut la tradition berbère. Puis nous faisons nos aux-revoir aux chameliers et cuisiniers, Yannick s’étant occupé de donner environ 225€ de pourboire à partager en 4.

rangement de notre dernier campement sur 5 jours de randonnée au Maroc

rangement de notre dernier campement sur 5 jours de randonnée au Maroc


C’est Ibrahim qui remplace Mouha pour ces 2 dernières heures de marche. Cécile, accompagnée de Valentine, Manon et Noam, restent avec les chameliers pour un dernier tour de dromadaire jusqu’au bus garé à 10 minutes à pied de notre campement. Pour le reste du groupe, parti à 9h, nous empruntons une route goudronnée dans un paysage de plantation d’arganiers avant de prendre un sentier de terre. Un aigle de Bonelli vole au dessus de nous quelques minutes.
derniere marche en voyant l

dernière marche en voyant l’océan atlantique du Maroc


Nous arrivons dans un hameau que nous traversons en suivant un chemin de terre parmi les habitations et les champs. Parfois l’océan réapparaît. Il fait très beau mais moins chaud que la veille, il y a davantage d’air. Nous suivons Ibrahim, qui n’est pas très sur de son itinéraire, pour finalement arriver à un embranchement avec la route principale.
traversée de village marocain avant de retrouver notre bus

traversée de village marocain avant de retrouver notre bus


Il appelle le chauffeur garé quelques centaines de mètres plus haut avec le reste de l’équipe. Nous montons dans le bus juste après avoir saluer nos compagnons canins de la randonnée: Badge et Rubi, les 2i chiens qui nous ont accompagnés durant tout notre trek.
Et nous voilà partit pour 2 heures de route en direction d’Essaouira. A quelques kilomètres de l’arrivée, nous nous arrêtons dans une coopérative de femmes pour la fabrication d’huile, de miel et de cosmétiques d’argan. Nous découvrons leur travail, fastidieux, toujours manuel, étape par étape pour extraire la précieuse huile d’argan. Puis nous en profitons, après avoir dégusté de l’huile, du miel et de la pâte tartiner, pour acheter miel, savon et autres produitsà base d’huile d’argan bio.
visite d

visite d’une coopérative d’argan près de Essaouira


On remonte dans le bus pour les 25 km restants. On est arrivés à Essaouira, ville au bord de l’océan. Nous nous dirigeons directement vers un restaurant plutôt que d’aller prendre la douche tant attendu. Nous mangerons: salade de légumes (tomate, poivron, riz, …) , tajine végétarienne, au poulet ou de poisson, ou poisson grillé et poulet frites pour la plupart des enfants, avec orange en dessert. Le restaurant est finalement assez occidental et on fait comprendre à Ibrahim que ce soir nous préférions une restauration plus traditionnelle. Nous retournons au bus récupérer nos sacs et nous prenons la direction de l’hôtel. Quelques disputes classiques pour savoir qui dort avec qui pour les filles.
Tajine dans un restaurant d

Tajine dans un restaurant d’Essaouira


Enfin la douche, pour éliminer les odeurs de la semaine qui nous accompagnaient et pouvoir enfin s’habiller de propre.
Rafraîchis, propres et chacun en famille, nous allons arpenter les petites ruelles de la médina. Boutiques artisanales, nourriture, bazar et autres babioles se côtoient à quelques centimètres. La rue principale du souk est chargée des odeurs diverses d’olives, d’épices, de viande…
visite de la ville d

visite de la ville d’Essaouira


Valentine trouve des petits animaux en bois de tuya pour compléter ses emplettes des années précédentes, Manon choisit elle aussi un cheval sculpté. Dans la boutique, les vendeurs en profitent pour nous faire une démonstration de la « boîte magique », dont l’ouverture est protégée par une sorte de casse-tête. Maël est à la recherche d’un maillot de basket, mais les marocains semblent de loin préférer le foot! Dans une petite ruelle, les échoppes de tapis attirent Cécile.
Et après un choix difficile, hésitations et longues négociations du prix, un beau tapis berbère (kilim) du Haut-Atlas est emballé pour rejoindre la salle de thérapie! Michaël choisit un beau bonnet en laine tricoté et c’est l’occasion de tous nous couvrir la tête pour 10 dihrams chacun. Nous voilà le « gang des bonnets »!
A 20h, nous nous retrouvons tous dans le hall de l’hôtel pour aller dîner. Ibrahim, bien qu’ayant évoqué un repas au port, nous emmène finalement à quelques mètres sur la même place qu’à midi, dans le restaurant « les Femmes Berbères ». Après de longues hésitations pour savoir si cela nous convient, et le temps de nous installer tous à l’intérieur en poussant les meubles… la table se couvre d’une bonne soupe de légumes à la coriandre avec fèves, lentilles.. puis d’un énorme plat de couscous au poulet, d’un tajine végétarien et d’un tajine de bœufs au fruits secs! Un vrai festin et un vrai régal! Repus et bien fatigués, petits et grands déclinent petit à petit. Les enfants se couchent rapidement à l’hôtel, bien fatigués de leur marche.
Un dernier petit tour dans la médina pour Ingrid, Guilhem, Michaël et Cécile qui nous amène boire un thé à la menthe dans un petit café où violon et cithare sont accompagnés de maracas. Mais c’est bien vite la fin de concert et nous rentrons nous coucher.

Nos moments préférés :

Michaël: restaurant du soir et la découverte d’Essaouira

Vendredi 26 Février : Essaouira – Marrakech

Une nuit dans un vrai lit semble avoir fait du bien à tout le monde, même si l’appel à la prière s’est fait entendre à 5h. À partir de 8h, nous nous retrouvons dans un salon de l’hôtel pour nous régaler d’un bon petit-déjeuner occidentalo-marocain (tartine, crêpe de semoule, thé à la menthe, miel, jus d’orange pressée…)
A 9h, nous sommes prêts pour aller visiter Essaouira, accompagnés par un guide de la ville (car les guide de trek n’ont pas le droit de faire visiter les villes). Le pied toujours bien douloureux, Cécile choisit de rester au repos et au soleil sur la terrasse de l’hôtel.
La visite avec le guide est très intéressante, il nous fait découvrir les remparts et l’histoire d’Essaouira, son port de pêche qui commence à s’activer pour les petites barques et chalutiers, certains pêcheurs rentrent avec quelques poissons: dorade, rouget, loup et petit requin. Nous poursuivons dans la médina et découvrons des petites ruelles, l’ancien quartier juif. Enfin nous quittons notre guide vers 11h et avant de retrouver Cécile à l’hôtel, nous faisons quelques dernières emplettes.

barque de pêche au port d

barque de pêche au port d’Essaouira


mouette sur une barque de pêcheur au port de Essaouira

mouette sur une barque de pêcheur au port de Essaouira

Nous récupérons nos bagages et partons en direction du bus, accompagnés d’un porteur pour transporter tout notre bardas. Nous quittons Essaouira vers 12h, pour 3h de voyage. Au fond du bus, Cécile, Michaël et Yannick profitent d’un cour de construction écologique avec Guilhem comme professeur. C’est à la fois passionnant et très instructif. Michaël fait arrêter le bus pour voir des tentes berbères en laine de chèvre qu’il avait remarquée à l’aller à l’atelier artisanal du tapis de Mr Zeroual HASSAN à Sidi el Mokhtar (adresse: route d’Essaouira-Oulan driss-Sidi el Mokhtar, e-mail: zeroualhassa_23@yahoo.fr ).
Plusieurs modèles pour plusieurs tarifs. Mouha lui avait annoncé des prix autour de 12000 dirhams pour des tentes de grandes tailles et refermées sur les côtés. Le premier prix annoncé par le commerçant est de 6000 dirhams pour environ 20 m2. Il ose finalement acheter la plus petite pour 2000 dirhams. Comme il n’a pas la somme complète sur lui et qu’il ne veut pas retarder le groupe en faisant un AR à la banque, il propose au commerçant de lui préparer le colis et de l’apporter à  20 minutes de voiture à peine à Chichaoune sur le parking du restaurant casbahs, là où il était prévu de se restaurer. Mains taupées, Michaël ravi de son acquisition, nous prenons la direction du restaurant. On a demandé à Ibrahim de manger des grillades, et plutôt à l’extérieur.
Nous n’envisageons pas de nous retrouver dans un restaurant à drapeau pour touriste. Nous nous installons sur la terrasse et mangerons brochettes, salade marocaine, tajine végétarienne, frites. Le vendeur de  tente berbère arrive au rendez-vous, et la transaction a bien lieu comme prévu et sans retarder le groupe. Il nous reste encore une grosse heure de route pour arriver à Marrakech. Plus nous approchons, plus il fait chaud et plus nous ressentons le brouaha des grandes villes.
La circulation est déjà bien dense jusqu’à notre hôtel les 3 palmiers, hôtel magnifique caché dans une rue sans artifice. Nous nous installons dans nos grandes chambres. Après quelques minutes passées, nous nous retrouvons tous dans le hall pour se rendre au coeur de Marrakech sur la place Djema El Fna.
Nous prenons un bus de touriste qui nous propose la course pour 200 dirhams, Michaël descend vers le centre artisanal pour aller chercher le cadeau de Maël offert par Cécile. Le reste de la troupe va en direction du restaurant Oscar pour réserver pour 19h et retrouver Michaël. Nous avons un peu moins de 2h pour visiter le souk, éparpillés par groupe familial. La famille Chambe-Rouhaud commence sa recherche d’un maillot de basket pour Maël aux abords de la place Djema El Fna. Nous nous mettons vite au rythme des marocains.
Finalement c’est dans le souk que Maël fait son choix, pendant que Valentine trouve toute sa petite famille de dromadaires, ânes et éléphants en bois. Manon finalise ses achats avec un rouge à lèvre. Cécile et Michaël font une réserve de provisions cacahuètes marocaines et datte pour plusieurs randonnées ou soirées gourmandes!
Nous retrouvons le groupe chez Oscar, qui est attablé et a déjà commandé.  La violence de la foule a eu raison de beaucoup d’entre. Nous regrettons de ne pas avoir passé davantage de temps à Essaouira, correspondant davantage à notre rythme de vie.
Surtout qu’après la visite du guide, nous aurions bien fait un tour plus long, manger des sardines grillées près du port et arriver vers 19h à  l’hôtel, et faire l’impasse sur le souk de Marrakech. Un petit groupe quitte le restaurant pour rentrer à l’hôtel puis le second, nous restons à 6 pour finir notre repas: salade marocaine pour Manon, omelette et frites pour Valentine et Anouck, viande hachée et frites pour Maël et Manon, tajine poulet citron confit pour Cécile et tajine poulet pour Michaël, avec quelques pâtisserie marocaines en dessert avec un thé à la menthe.
Comme il nous reste quelques dirhams nous optons pour un retour à l’hôtel en calèche. Arrivés à l’hôtel, les enfants vont se coucher vers 21h , pendant que les adultes font un puzzle pour ranger toutes les affaires dans les sacs de voyage. Puis nous allons tous nous coucher… demain réveil à 3h50-4h.
Michaël: visite de Essaouira et achat tente berbère

Samedi 27 Février : Départ de Marrakech

3h50 le réveil sonne… comme c’est dur! Comme des automates, nous nous habillons, rangeons les dernières affaires, aidons les enfants à s’habiller, descendons les sacs à l’accueil et buvons un jus d’orange avec quelques croissants. Manon n’est pas très bien, soit un mauvais réveil soit la salade marocaine qui ne se digère pas. Quand Ibrahim arrive avec le bus, nous rangeons les sacs de voyage dans le coffre en faisant attention à ne pas glisser car il a plu une bonne partie de la nuit. Nous quittons l’hôtel vers 4h50 et mettons 15 minutes pour rejoindre l’aéroport, juste le temps de chanter un joyeux anniversaire à Maël.
Ce n’est pas la même circulation à cette heure-ci. A notre arrivée, commence le rituel de l’enregistrement des bagages, les au revoir à Ibrahim, le premier contrôle de police, puis le contrôle de la douane beaucoup moins laxiste qu’à l’aller, puis le coup de tampon des douaniers sur nos passeports, une dernière vérification de nos passeports par un autre policier et nous voilà dans la zone duty free pour prendre un petit-déjeuner occidental et dépenser nos derniers dirhams. Puis c’est l’heure de l’embarquement. Nous prenons place dans l’avion et attendons quelques minutes avant de décoller.
Nous nous envolons en direction du levé du soleil et remettons nos montres à l’heure française.

Autres informations

Emmener de quoi étendre le linge
Comme le matin il fait froid et que nous sommes habilles chaudement penser à avoir un sac de rangement des vêtements chaud inutile pour la randonné et à mettre sur le dromadaire
Repas juste et peut locaux.
Manque 1 à 2 chameliers
Pas assez de repos, et beignets
Être plus précis sur l’itinéraire de la journée.

0 commentaire
0

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire