Le Piton de la Fournaise, la beauté incandescente de La Réunion

par Sandra DALL'ACQUA
piton de la fournaise en eruption

La colère du Piton de la Fournaise embrase le ciel de La Réunion. Crédit photo : Luc PERROT

Caressée par la tiédeur des eaux turquoise de l’océan Indien, La Réunion ne manque pas d’atouts. Elle abrite surtout l’un des volcans parmi les plus prolifiques de la planète : le Piton de la Fournaise. Il crache régulièrement ses laves fluides et ardentes, comme pour mieux marquer de son empreinte l’île à laquelle il a donné naissance. Au fil brûlant de ses éruptions, ce volcan effusif sculpte des paysages uniques au monde et propices à de nombreuses activités. Zoom sur la vedette de l’île intense.

De la Cité du Volcan au Pas de Bellecombe

Direction la Plaine des Cafres pour visiter le musée dédié à la star de l’île. Rénovée en 2014, la Cité du Volcan propose des expositions, des projections holographiques et des animations. C’est l’endroit idéal pour tout savoir sur le protégé du dieu Vulcain et acheter des souvenirs qui feront sensation à votre retour de vacances.

Le village de Bourg-Murat marque le point de départ d’un itinéraire emblématique de l’île : la Route du Volcan. Elle sillonne le flanc ouest du massif du Piton de la Fournaise. Arrêtez-vous à hauteur du parking du Piton Textor pour découvrir le Piton de l’Eau et son étang volcanique. Cette excursion longue de 17 km, mais sans difficulté particulière, dévoile un décor bucolique et magnifié par des arums en fleurs, de juillet à octobre.

Le point de vue du Nez de Bœuf mérite aussi une halte. Il permet d’immortaliser la vue panoramique sur la belle Rivière des Remparts qui traverse Mafate. Très agréable, l’endroit comporte des aires de pique-nique ainsi que des pistes de randonnée.

Votre escapade vous mène ensuite à l’envoûtante Plaine des Sables. Des scories rougeâtres rehaussent cette vaste étendue aride, aux allures de planète inhabitée. Certains prestataires proposent d’y effectuer des balades en gyropodes.

La Plaine des Sables et son paysage lunaire. Crédit photo : Terres réunionnaises

Enfin, le belvédère du Pas de Bellecombe, à plus de 2 300 m d’altitude, matérialise la fin de la Route du Volcan et l’entrée officielle vers la caldeira de l’Enclos Fouqué. Il s’agit du dernier endroit accessible à pied. Au-delà, il faudra marcher !

L’ascension du Piton de la Fournaise

À 600 m des cratères, un gîte propose des dortoirs dans un cadre ressourçant, idéal pour partir très tôt et pallier les risques de brume au sommet. La météo change en effet très rapidement dans les hauteurs de l’île ! Pensez à vous équiper de vêtements chauds, mais aussi d’une bonne protection solaire et d’une quantité d’eau suffisante.

Une courte descente sur la gauche dans l’Enclos Fouqué conduit d’abord au Formica Léo. Peu de personnes résistent d’ailleurs à l’envie d’escalader le fragile petit cône volcanique, ce qui tend à l’éroder. Bon à savoir : jusqu’à ce niveau, la randonnée est accessible avec des enfants. Mieux vaut cependant ne pas les emmener plus loin.

La remontée des hautes marches procure ensuite un avant-goût de la difficulté de la progression sur 12 km. Celle-ci s’effectue sur une étendue croustillante de laves refroidies. Des marques blanches rappellent en outre l’importance de ne pas quitter le sentier balisé.

Au fur et à mesure, l’ascension vers le Piton de la Fournaise devient plus cahoteuse. Des scories coupantes jonchent le sol, d’où émane encore de la chaleur. La beauté du spectacle à l’arrivée récompense néanmoins les efforts fournis. Les fumerolles se dissipent dans un silence initiatique et vous invitent à la contemplation du Cratère Dolomieu, une cavité de plus de 330 mètres de profondeur. Plutôt impressionnante, non ?

cratere dolomieu du piton de la fournaise
Le Cratère Dolomieu s’est brutalement effondré en 2007. Crédit photo : Lionel GHIGHI

Un volcan effusif qui façonne son île à son image

La force libérée au cours des phénomènes volcaniques est appelée point chaud. Quand des bulles de magma remontent à la surface, ce dernier perce la croûte terrestre comme un chalumeau. La lave jaillit alors du fond de l’océan. C’est ainsi qu’est née, il y a 3 millions d’années, l’une des plus belles destinations de l’océan Indien : La Réunion.

Durant 500 000 ans, deux édifices volcaniques fonctionnent ensemble : le Piton des Neiges et le Piton de la Fournaise. Mais le premier s’essouffle définitivement. Ses flancs s’affaissent, en bouleversant la physionomie de l’île. Désormais, seul le second demeure en activité. Avec plus de 4 000 m sous l’eau et 2 631 m au-dessus de la mer, la Fournaise figure parmi les plus hauts volcans du monde, mais surtout les plus actifs !

Tous les 9 mois environ, ses éruptions créent une nouvelle dynamique géologique et des dépressions elliptiques, comme le Cratère Bory ou encore le Cratère Dolomieu. En traçant des deltas incandescents, les coulées dévalent les pentes et agrandissent les terres de plusieurs hectares lorsqu’elles se solidifient.

La Réunion possède un volcan rouge de type effusif. Il crache des laves fluides, moins dangereuses que les hoquets dévastateurs et les nuées ardentes des volcans gris et explosifs. Ses éruptions ponctuent le quotidien des habitants.

piton de la fournaise eruption
Survolez le Piton de la Fournaise en pleine action ! Crédit photo : Corail Hélicoptères

Chacune d’elles constitue un temps fort pour la vie locale. Si une éruption survient durant votre séjour, ne manquez surtout pas l’occasion. Vous pouvez aussi opter pour le survol en hélicoptère pour admirer d’en haut le géant de feu en pleine action. Que les personnes sujettes au vertige se rassurent, La Réunion leur réserve néanmoins bien d’autres alternatives pour vibrer au rythme de son volcan !

Les éruptions du Piton de la Fournaise sous haute surveillance

L’activité éruptive est concentrée autour du cône de l’Enclos Fouqué, terrain de jeu principal du volcan. Mais elle déborde parfois sur les flancs. En 1977, une éruption hors enclos survient. Soudainement, l’air s’alourdit de soufre. La chaleur calcine la végétation. Des fontaines de laves engloutissent la route et les habitations de la commune de Sainte-Rose. Elles épargnent de justesse une église, en la contournant presque parfaitement. Certains locaux y décèlent une protection divine…

Les autorités décident par la suite de créer un observatoire volcanologique. Son rôle consiste à anticiper les éruptions du Piton de la Fournaise et prévenir la population. Équipés d’instruments à la pointe de la technologie, des experts prélèvent des échantillons du sol et surveillent en permanence les ondes sismiques. Depuis, les sentiers sont fermés au moindre risque, pour laisser aux habitants et aux marcheurs le temps de quitter les lieux. Mais la Fournaise rappelle de temps à autre son caractère indomptable.

En 1998, La Réunion assiste ainsi à une longue éruption, avec presque 200 jours d’activité continue. En 2004, le volcan marque de nouveaux les esprits et sa course folle des laves gagne l’océan. Un cône éruptif se forme même au niveau de la nouvelle plateforme de Sainte-Rose. Un phénomène rare et éphémère, qui se joue cependant à huis clos du fait de sa dangerosité. Enfin, l’éruption de 2007 engendre une autre caldeira et nécessite plusieurs mois de travaux pour réhabiliter un axe de circulation qui en conserve encore les séquelles.

Les vestiges des coulées volcaniques du Piton de la Fournaise

Le Grand Brûlé

La Route des Laves relie les communes de Sainte-Rose et de Saint-Philippe, en traversant le Grand Brûlé. Sur cette partie côtière, le noir des roches volcaniques et le vert de la végétation offrent un contraste saisissant. Les falaises léchées par la houle australe laissent deviner la puissance de la rencontre entre la mer et les laves.

Les anciennes coulées du Piton de la Fournaise au Grand Brûlé insufflent au site une atmosphère presque irréelle. Des panneaux indiquent les dates des éruptions, matérialisant un avant et un après sur l’échelle de l’éternité. Quelques arbustes surgissent de l’épais manteau de basalte qui recouvre le sol. Laissez votre imagination vagabonder dans ce décor apocalyptique, mais ne vous aventurez jamais hors sentier. En effet, les risques d’effondrement de terrain sont bien réels.

Les tunnels de laves

Véritable laboratoire de volcanologie à ciel ouvert, La Réunion représente l’un des rares endroits où l’on peut observer des galeries creusées par le magma en fusion. Le sol dissimule en effet des tunnels de laves. Ce monde souterrain unique et préservé s’est formé lorsque les coulées ont refroidi en surface, mais sont restées fluides au cœur.

tunnels de laves du piton de la fournaise
Vivez une expérience inédite dans les tunnels de laves ! Crédit photo : Cilaos Aventure

Ces dédales témoignent par ailleurs d’une île à la physionomie sans cesse remodelée. Il existe ainsi différentes galeries, dotées chacune de leur charme propre, comme :

  • le Citron Galet ;
  • le Tunnel Bleu ;
  • le Tunnel des Gendarmes.

Quelques puits de lumière et de nombreuses stalactites et stalagmites subliment l’ensemble. L’accompagnement d’une équipe expérimentée vous permettra de profiter pleinement de votre immersion dans les tunnels de laves de La Réunion.

Le Piton de la Fournaise a façonné son île à sa guise. Une à deux fois par an, le regard des Réunionnais danse avec les flammes de sa colère. Le ciel se pare alors de rouge, tandis que les laves brûlent de dévaler les pentes pour fusionner avec l’océan. L’intérêt de ce volcan ne réside pas seulement dans ses éruptions grandioses, mais aussi dans les nombreuses activités qu’il réserve. Entre terre et mer et de l’aube à la nuit, la Fournaise n’a pas fini de faire parler d’elle.

Prêts à vous lancer à la conquête du Piton de la Fournaise ? Suivez le guide pour préparer votre voyage à La Réunion.

Sources :

Institut de Physique du Globe de Paris

Info Fournaise

Tourisme Réunion

Laisser un commentaire