VTT dans les Cévennes – Le Vigan

par Expérience Outdoor
VTT dans les cévennes

Florian DESJOUIS nous partage son expérience de VTT dans les Cévennes

Informations pour préparer un séjour VTT dans les Cévennes

Date

Aout 2013

Lieu

France, Languedoc Roussillon, Gard, Le Vigan (30120)

Depuis Montpellier

Montpellier => le Vigan : 63 km, 1h15

Participants :

Gwendoline ATTIA, Florian DESJOUIS

Ou dormir dans les Cévennes

Vigan et les environs :
Hôtel/auberge dans le pays viganais
Gite dans le pays viganais
Camping dans le pays viganais

Ou se restaurer et se réapprovisionner dans les Cévennes:

Au Vigan : Tout ce qu’il faut, supermarchés, stations essence, boulangerie et beaucoup de choses encore etc… C’est la « grosse du ville » du coin (4000 habitant)
Valleraugue : Non loin du mont aigoual, petite bourgade où l’on retrouve épicerie, boulangerie, tabac etc…

Office de tourisme dans les Cévennes:

Le Vigan et les environs – Cévennes méridionales
Le Vigan et les environs – Pays Viganais
Les cévennes

Caractéristique du massif des Cévennes:

C’est le « massif montagneux » le plus proche de Montpellier : bien modeste évidemment. Mais il a l’immense avantage de permettre aux citadins étouffés que nous sommes de juillet à août de prendre un peu le frais, et ceux dans un cadre des plus agréable, et assez sauvage.

C’est la partie la plus méridionale du massif centrale, à cheval entre 2 départements : le Gard et la Lozère.

La vallée où l’on retrouve le Vigan, Alzon, Sumène, n’est pas la partie la plus dépaysante, vous n’avez pas pris encore assez d’altitude (Le Vigan : 350/400 m d’altitude) : il faut prendre un peu de hauteur, franchir cette frontière naturelle qu’est le col du minier (1230 m d’altitude) pour basculer dans un tout autre univers : celui de la vallée de la haute Dourbie. Vous évoluerez ici entre 1000 m et 1565 m d’altitude (Mont Aigoual) dans un univers fait de belles forêts pins, de grands champs, et de petites routes qui tortillent. C’est une région assez peu fréquentée, et c’est un plaisir de se balader en vélo sans être inquiété par les automobilistes.

Mont aigoual
Cévennes

Que faire dans les Cévennes:

Vélo de route dans les cévennes:

De très nombreuses possibilités : en plus de notre journée cyclisme dans les Cévennes quelques circuits pouvant faire une bonne base ici : #nullCevennesViganaises/Circuitsderandonn%C3%A9es/tabid/608/articleType/ArticleView/articleId/27/Circuits-Velos.aspx

4 circuits proposés ici :
Premier Itinéraire : 69 km, 1260 d+
Second Itinéraire : 70 km, 1150d+
Troisième Itinéraire : 101 km, 1900 d+
Quatrième Itinéraire 4 : 77, 1310 d+

De très nombreuses propositions de parcours ici : cliquez sur les poinst rouge/ville sur la carte, cela vous proposera un itinéraire au départ de ce lieu.

Nombreuses propositions de cols dans toutes les Cévennes.

Vit dans les cévennes :

Beaucoup de choses à faire aussi !
Des très nombreuses traces/topos dans les environs du mont Aigoual

Randonnée dans les cévennes:

Un super site sur les randonnées dans l’arrière-pays Montpelliérains et les Cévennes : pratique, simple d’utilisation, choix intéressant.
Un autre super site, très fourni, très complets, à visiter !

Autres activités dans les Cévennes:

De très nombreuses autres activités , sportives et culturelles : les liens des offices du tourisme cités préalablement vous renseigneront efficacement.

Bibliographie des Cévennes:

Carte ign : Mont aigoual/ le vigan : 2641ET

Circuit VTT réalisé dans les Cévennes:

Nous avons fait le circuit suivant :
Arphy => col du minier => route forestière du lingas (plein ouest au départ du col)=> redescente sur prunaret => remonter en direction de l’espinouse => 1 km environ avant ce dernier, prendre la direction du col de minier => Arphy
L’ensemble fait 65 km environ pour 1200 m de d+.

Notre séjour VTT dans les Cévennes

De retour à Montpellier après un mois à vadrouiller, de retour après être allé explorer de nouveaux lieux, de nouvelles vallées, de nouveaux sommets : une découverte perpétuelle qui m’enthousiasme , un besoin d’aller là où mes yeux se sont poser. Il suffit d’une photo, d’une carte, d’un commentaire pour que la curiosité s’aiguise.

Pourtant je suis bien content de retourner à Montpellier : se retrouver chez soi, tout simplement, retrouver la douce atmosphère des soirées estivales, une terrasse au détour d’une ruelle, un apéro qui se prolonge, une vie qui coule à petits flots.

Et je ne la connais pas si bien ma région : les falaises du coin c’est certain, quelques ballades à pied et à vtt dans les environs proches. Mais des excursions qui restent anecdotiques face aux possibilités des environs. Je ne connais pas ma région en définitive, et pourtant je pars « loin » assouvir mes désirs de découverte : paradoxale !

Partir moins loin pour découvrir les Cévennes

Et pourtant c’est le cas… Mais ce we nous allons changer les choses. C’est l’été, il fait chaud, il serait bon prendre un peu de hauteur.

« Les Cévennes » 

un concept lointain, une vague idée, une région auquel j’associe un peu de fraicheur, pas tout à fait la montagne, mais déjà quelques reliefs.

Un coin dont parle certain Montpelliérain pour leurs sports d’hiver : j’en déduis que c’est certainement accessible à la journée… Mais au fait, c’est où exactement les Cévennes. Vaguement au nord oui, mais où exactement : alors de Montpellier, on vise saint Bauzille de putois, puis Gange, puis le Vigan (vous avez roulé 1h15 environ depuis Montpellier centre). C’est la porte d’entrée des Cévennes : une dernière montée de col et vous basculer dans les « montagnes ».

Départ vers Le Vigan

Mais nous nous arrêterons à peine un peu au-dessus du Vigan : une petite route étroite en parallèle de la départementale menant au col du minier. Une route où l’on a peur de tomber dans le bas-côté lorsque l’on croise un voiture, une petite route où se côtoient nid de poules, gravillons, rafistolages médiocres de la DDE, une petite route qui donne l’impression de ne mener nulle part.

Une route aux allures de grandes pistes cyclables dans les Cévennes

En ce qui nous concerne, elle nous mène tout de même dans un petit bled, Arphy, choisi un peu au hasard : pas tout à fait au hasard en fait. C’est un peu à l’écart du Vigan, pour éviter les départs à vélo dans une cohue de petite ville effervescente.

Tout ça nous amène sur le seul et unique minuscule parking du village, 3 places dont 2 déjà prises, où l’on s’étale allégrement le temps de se préparer. L’éternel vieux du village, celui qui rode dans les rues, prêt à sauter sur le moindre non évènement, se rapproche pour nous glisser:

« Ne vous en faites pas, c’est raide à la sortie du village, mais il ne faut pas se décourager, les 15 km qui suivent le sont moins ».

Un encouragement qui fait rire : nous sommes bien rassurer d’apprendre qu’il va falloir s’accrocher sur les 200 premiers mètres des 15 km qui mènent au sommet.

Invitation a traverser ce champ des cévennes en VTT

Ascension du col du Minier en VTT

C’est donc le sourire aux lèvres que nous partons pour la première étape de la boucle : l’ascension du col du minier. L’atmosphère est surprenante pour un mois d’aout, 20°C à peine : c’est certainement plus lié une météo nous laissant un répit qu’à une spécificité locale.

Les routes encore un peu humides, l’odeur d’un feu de cheminée au détour d’un virage, le plafond bas : nous avons 4 mois d’avance, c’est un temps de fin d’automne ! Mais les conditions sont idéales pour rouler.


Effectivement, comme nous l’avait prédit le petit vieux du village, ça ne monte pas très raide. Il y aura donc un bon kilométrage avant de rejoindre le col. Et aura beau dire, l’effort risquant d’être un peu monotone, il va falloir trouver une carotte à l’effort : je mets donc au défie Gwendoline pour qu’elle maintienne un écart inférieur à 200 de d+ entre nous, sur l’ensemble des 800 m de montée.

Descente en VTT au frais dans les belles forêts de conifères des cévennes

Et je sens bien qu’à partir du moment où le défi sera lancé, malgré une petite mou d’hésitation de Gwendoline, le rythme va s‘élever pour de bon. 1h20 d’effort plus tard, nous arriverons au col, avec 185 m de d+ d’écart, le palpitant taquinant les sommets et les jambes un peu lourdes : la concurrence est rude !

Route des Cévennes en VTT plus tranquille

Acte 2 : du col du minier, nous prenons plein ouest sur une petite route bien tranquille. Une route secondaire comme on les aime, un route qui fait faire des détours et qui ne mène un peu nulle part : la garantie d’une certaine tranquillité.

Quelques ressauts à négocier à un rythme de sénateur et nous voilà prêt à plonger pour quelques kilomètres de descente. Nous sentons que le paysage a radicalement changé : sur l’autre versant, c’est une végétation dense, fouillis, se rapprochant encore de ce que l’on peut trouver dans les environs de Saint Bauzille de putois. Mais là nous avons basculé dans une atmosphère de plateau du Vercors ou de montagne du massif centrale : de grande zone de prairies sur des reliefs assez doux ponctuées de forêts de conifères. On aurait envie de planter un bivouac tous les 4 virages…

Nous savourons cette petite pause contemplative en enchainant sans se presser les nombreux virages : nous ne croiserons aucune voiture durant quasiment 1 heure, c’est le calme absolu, quel contraste avec notre appartement à l’atmosphère bien citadine.

Un grand bol d'oxygène, c'est le mot de cette virée en VTT dans les cévennes

La température augmente au fur et à mesure de la descente, jusqu’à être assez douce au point le plus bas. Quelques gorgées d’eau et il sera temps de repartir pour l’acte 3.

Remonter vers la vallée de l’Espinouse

Acte 3 : le troisième et le dernier, remonter la vallée de l’Espinouse et retrouver le col du minier. 200 me après mettre lancé, paf, la roue à plat… Gwen me dépasse tranquillement, bien contente de pouvoir prendre un peu d’avance ! Et de me lancer à moitié sur la route dans les multiples étapes de démontage/remontage de pneu : pas toujours très efficace avec un seul démonte pneu et une mini pompe à faible rendement. Mais bon, j’en viens à bout pour repartir de plus belle.

Une petite route peu raide, ça avance bien et mine de rien, le dénivelé se voit un peu grignoter au fil des kilomètres. Nous traversons quelques petits hameaux bien paisibles, souvent avec quelques tablées sur les terrasses : cela donne envie de s’installer pour laisser couler la fin d’après-midi.

Je reste surpris du calme absolu qui règne sur cette petite route qui est l’axe « principale » de cette vallée que je pensais être un tantinet touristique : mais que nenni, nous croiserons 2 voitures dans l’heure, et des locaux à chaque fois.


Ce sont plutôt les cyclistes des passages qui prennent d’assaut les milles petits virages de cette douce vallée : cela sonne du coin ou non, mais cela ne boude pas son plaisir dans tous les cas.

Petit hameau des cévennes perdu au milieu de nulle part, mais loin d'être abandonné: on voudrait y rester quelques jours !

Crevaison a répétition durant cette boucle VTT dans les Cévennes

Cela fait quelques virages que je distingue Gwendoline qui n’est plus si loin : et on ne se refait pas, avoir une « proie », ça fait pédaler plus fort. Mais manque de bol, deuxième crevaison à 6 km du col : pas envie de ressortir tout le bazar, la crevaison semble assez lente, je regonflerai le pneu le nombre de fois qu’il faudra.

Après 4 gonflages, pas mal de danseuse pour laisser un sursis au pneu arrière, et quelque jurons, j’arrive au col à 5 km/heure, à la limite de rouler sur la jante… Gwen jubile de sa 2e victoire de la journée, mais se questionne sur le pourquoi d’un tel écart, elle qui penser se faire croquer avant l’arrivée au col.


Cela fait près de 4h que nous sommes partis : les jambes tirent et la faim nous étreint. Les petites tables en bois à l’abri des grands pins seront parfaites pour notre repas de milieu d’après-midi.


Nous savons à partir de maintenant qu’il ne reste qu’une dizaine de km de descente, et nous ne sommes pas mécontent. Nous avons la sensation d’avoir trouvé si proche de Montpellier un terrain de jeu à venir explorer, à vélo, à vtt ou à pied. La sensation que nous reviendrons dans les années à venir, c’est certain.


Je reprends mon vélo et constate que pour le coup, le pneu est définitivement à plat : je me lance dans un ultime changement de chambre air pour constater que ce n’est pas la bonne taille ! Tant pis, je ferais la sieste en attendant que gwen vienne me chercher avec la voiture…

Plus de chambre à air de secours, il n'y a plus qu'à attendre la voiture balais pour cette fin de journée VTT dans les Cévennes

Conclusion de notre séjour VTT dans les Cévennes

Une superbe découverte que ce massif qui apporte fraicheur et dépaysement à quelques encablures de Montpellier : la partie du massif la plus intéressante se trouve au nord du col du minier, tout la partie au sud (vigan etc…) est un peu moins charmante. Il semblerait vraiment judicieux et plaisant, quitte à faire le trajet, de faire une boucle sur 2 jours au départ du Col du minier, en autonomie ou non.

De même, le secteur recèle de sentier de randonnée, et certainement vtt. A voir !
Un bol d’air frais et un beau dépaysement si proche, il ne faut pas s’en priver.

Matériel utilisé durant notre séjour VTT dans les Cévennes

 Catégorie  Modèle  Marque Pourquoi avoir fait ce choix lors de l’achat Ce choix a-t-il répondu aux besoins de la sortie VTT dans les cévennes ?  Si c’était à refaire. 
 Chaussure  Speed Cross
 Salomon  Le voyage/tourisme : extrêmement légères, confortables ce sont des pantoufles de ville ! le laçage rapide est aisé et pratique dans les transports (avions, bus, …). Le tissu très fin est aussi intéressant, si les chaussures sont mouillées rapidement, elle sèche extrêmement
rapidement, beaucoup plus que des chaussures classiques (et quand on prend une pluie d’orage ou que l’on marche dans une flaque, elles seraient les deux quasiment aussi humides de toute façon).
– escalade en grande voie : où l‘on se trimballe assez de poids au baudrier pour ne pas s’en rajouter avec les chaussures. Je gagne 700g par rapport au poids d’une paire de chaussures d’approche classique (speed cross : 290 g en 42 et mon ancien modèle pour les approches, les
merrel chameleon 3 : 1040 g en 43). Et l’accroche est bien suffisante (ce sont des chaussures de trail)
 Tout à fait adapté à la fin de vie de ses baskets !  Vraiment top, je les garde : évidemment, cela s’use un peu plus vite que des chaussures d’approches 2 fois plus lourdes, mais on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre !
 Chaussettes  Run feet invisible white  Décathlon  Socquette légère, idéal pour l’été
prix
 Tou à fait
 Une paire de chaussettes légère, pour affronter les chaleurs de l’été sans avoir les pieds dans des bouilloires. Elles ont joué leurs rôles, j’attends de voir leur durabilité.
 Cuissard  Non identifié
 Fox  Un cuissard qui m’a été donné  Pau adaptée, car que moyennement confortable : les tissus sont trop détendu, n’épouse pas bien la forme des jambes et du bassin, donc ne protège pas tant des frottements.  Un short avec cuissard intégré qui est de qualité moyenne, car assez vieux et certainement un peu fatigué. Mais je pense qu’ils en font de très intéressants : il existe des cuissards short dont le cuissard et le short peuvent se désolidariser, avec notamment un cuissard en maille pour une meilleur ventilation. De nombreuses marques doivent le faire.
 T-shirt  Air Flow
 Patagonia  Une belle solde !
 Parfait  Un des t-shirt technique les plus confortable qu’il m’est été donné de porter : hyper ventilé, stretch, très léger, et une coupe au top, en tout cas pour moi. Mes autres tshirt techniques vont prendre la poussière ! Vraiment un bon achat.
 Polaire  Alpinisme stretch  Simond  une jolie remise et une polaire R1 patagonia qui fatigue  Bien adaptée a cette sortie VTT dans les Cévennes
 Je recherchais une polaire bon marché, assez chaude, pour laisser souffler ma R1 patagonia qui commence à montrer quelques signes de faiblesses. C’est certainement moins respirant, et donc moins bien adaptée au sport type ski de randonnée/vélo que la R1, mais elle est robuste, tient bien au chaud et est plutôt confortable. Un bon complément pour une utilisation plus « quotidienne ».
 Veste  Lim  Haglofs  Poids !
Volume de rangement
 Très bien adaptée
 Je reprends la même : cette veste je l’ai achetée dans un souci de gain de poids/volume pour l’utilisation grande voie, alpinisme estival et ski de randonnée à la journée. Dans ces utilisations-là, elle est parfaite. Pas du tout adapter aux mauvaises conditions en montagnes, c’est du light !
 Lunettes de soleil
 Panoramic  Loubsol  Bon marché
 Assez adaptée, bien que pour ce type d’activité (vtt, vélo), une paire de lunette ayant des verres photochromiques (dont la luminosité varie en fonction de la luminosité de l’environnement).  Je me renseignerai quant au prix de lunettes à verres photochromiques.
 Casque  Cross Fire
 Bell  Confortable
Aéré
léger
 Très bien adapté
 Un rapport qualité prix vraiment très bon. Il me convient largement.
 Sac à dos
 Stratos 24
 Osprey  confort ++
volume très polyvalent pour les activités d’extérieurs (ski de rando à la journée, vélo/vtt, randonnée, etc)
technicité.
 Très bien adapté (pour qui veux partir avec un bon pique-nique etc sur ce genre de ballade ; il est tout à fait possible de partir avec moins de matériel et donc un sac plus petit)  Je prends le même : le confort est optimal (dos bien aéré, ne prend pas la forme d’une boule quand il est rempli ++), et sa polyvalence est un atout majeur.
 Gourde de vélo
   Décathlon  Bon marché
Pratique pour avoir un sac plus léger.
 C’est pratique mais n’est pas l’idéal : Un petit litre donc insuffisant pour ces longues sorties, on ne pourra que difficilement se priver d’un autre contenant.  Un camel back semblerai plus adapté : mais j’ai toujours eu des problèmes de fuites avec mes anciens camel, donc j’y vais un peu à reculons.
 Gant  Kevlar protect
 JX jeantex
 Confort
Technicité (petit bout de tissu entre la base de chaque doigt pour les retirer facilement, renfort à la paume, tissu plus douce sur l’éminence thénar…)
 Très bien adaptés a cette boucle VTT dans les Cévennes
 Je les garde, ils sont très bien.
 Vélo  Rapid  Giant  Rapport qualité prix
polyvalence
 Très bien adapté  Un vélo que j’ai acheté pour pouvoir rouler de bonnes distances en ville avec facilité, et faire ponctuellement de ballades avec un peu de distances et de dénivelés. Il est parfait ! Pour 600 euros environ, on peut faire difficilement plus polyvalent je pense : confort, légèreté, nervosité. Il faut acheter un bon antivol avec par contre !