Passer une nuit en portaledge, accrochés à une falaise

par Expérience Outdoor
nuit en portaledge à l'hortus pres de montpellier

Line K. nous partage son expérience insolite d’une nuit en Portaledge

Informations pour passer une nuit en portaledge

Date :

Juin 2020

Lieu :

Falaise de l’Hortus, au Nord de Montpellier

Comment s’y rendre :

à quelques kms de Montpellier

Participants :

Baptiste, Xavier, Line et Ludo de Vue d’en Haut

Qui contacter pour une nuit en portaledge à l’Hortus

Quoi d’autre dans les environs :

Lien Internet :

  • Une autre expérience de nuit en portaledge au verdon, avec de la grimpe et tout, sur le blog d’Aude d’une vie en vrai 
  • Mon expérience en vidéo :

Une nuit accrochés à une falaise : expérience inoubliable

Le vide. Il m’attire depuis très longtemps, et loin de produire un sentiment d’insécurité ou simplement d’inconfort, sa présence m’est en général plutôt apaisante (à condition évidemment d’être en sécurité). Aussi lorsque Ludo m’a proposé de passer une nuit accrochée à une falaise, je n’ai pas hésité un seul instant !

Jusqu’à présent je pensais que dormir dans un portaledge était réservé à une élite d’intrépides aventuriers : des gens qui s’engagent dans des parois si longues, des voies si dures qu’une journée ne suffit pas à parcourir la totalité de l’itinéraire. La cordée est alors obligée de bivouaquer en pleine ascension.

J’ai donc rêvé de ces nuits suspendues en lisant ou en regardant les récits d’aventures verticales, de La montagne intérieure de Lionel Daudet (et ses 9 jours en face Nord de l’Eiger en plein hiver… brrrr.. impensable !) au projet Badaboum (et ses longueurs dans le plus-que-septième-degré), me disant que jamais pareille occasion ne se présenterait à moi.  

La nuit en portaledge était l’unique but de cette sortie, faisant abstraction de tout le reste. Un bivouac suspendu, juste pour le plaisir. Pas d’escalade au programme, seulement trouver la manière la plus simple d’aller dormir là-haut. Ça pourra paraître aberrant pour des puristes, mais l’expérience est là, et constitue à mon sens une très bonne première approche pour ceux qui voudraient ensuite aller plus loin et ajouter la dimension grimpe.

L’approche

En fin d’après-midi, on emprunte le chemin caillouteux mais pas trop raide, qui mène rapidement à la crête – ou plutôt au bord du plateau –  de l’Hortus. Un peu plus d’une heure de magnifique balade avec un panorama splendide qui n’est qu’une mise en bouche de ce que nous réserve cette expérience. Le ressenti sera peut être différent pour Baptiste et Ludo, qui portent chacun, en plus de leur sac à dos, un gros sac en forme de tube : les portaledges. La forme des sacs est sans doute plus adaptée à un hissage en paroi qu’à une promenade sur sentiers étroits et ils doivent régulièrement changer le sac de position pour passer au travers de la végétation dense et épineuse de la garrigue.

Sur le chemin de crete de l'Hortus pour installer le portaledge

L’installation

Arrivés au lieu adéquat, les affaires sont posées en bord de falaise. Ludo met en place une main courante, qui nous permettra de descendre de quelques mètres et de rejoindre les portaledges. Ils sont ensuite montés, puis descendus à leur emplacement et solidement accrochés. Un travail conséquent raconté en deux phrases. Pendant ce temps-là je blague avec Xavier, et Baptiste fait de l’élagage tout en délicatesse sur un pauvre cade qui n’a rien demandé (et au-dessus duquel passe déjà une corde statique).

Ludo en pleine installation de mon portaledge lit douillet
Ludo en pleine installation de mon portaledge « lit douillet »

Premiers pas et réglages

C’est le moment tant attendu : on descend dans les portaledges. Opération un peu acrobatique avec les sacs à dos mais heureusement bien sécurisée grâce à la main courante. Les premiers « pas » sont hésitants, un peu comme sur des œufs.

Comment cette toile tendue va-t-elle se comporter ?

Evitons les mouvements brusques… et soyons coordonnés : Si l’un de nous est assis à un coin et que tout à coup l’autre décide de quitter le portaledge, gare à la bascule !

Nuit en portaledge.Chambre avec vue sur le deuxième portaledge
Nuit en portaledge : Chambre avec vue sur le portaledge n°2

Un peu d’organisation : les sacs à dos sont pendus assez haut sur les suspentes pour ne pas encombrer l’espace, les chaussures, le casque et autres accessoires sont accrochés un peu partout en dehors du portaledge (pourquoi n’ai-je pas pensé à prendre plein de mousquetons). Enfin, le plus important : chacun est encordé sur un brin de corde, lui-même relié au relais ce qui nous permet de bouger « librement » sur le portaledge… attention tout de même à ne pas s’emmêler dans les suspentes. 9 suspentes réglables qu’il va falloir ajuster. Toute une science, tout un art. Xavier et Ludo, qui font équipe sur le portaledge n°1, font leurs réglages avec soin. Baptiste et moi sommes trop occupés à regarder le paysage pour nous soucier de ce genre de « détail », ce qui s’avèrera évidemment regrettable.

Soirée aux étoiles

Assis au bord du portaledge, les pieds nus dans le vide, on se délecte du paysage. Sensation de liberté intense… alors même que nous sommes attachés ! On ouvre une bière. La meilleure bière que vous boirez dans votre vie, peu importe la marque, la température du liquide, le nombre de bulles ou le degré d’alcool. Le moment est indescriptible : tous mes sens sont aux aguets pour ne pas en rater une miette, mais je me sens très apaisée… je vais dormir comme un bébé ce soir !

La meilleure bière du monde est ici sur la falaise de l'hortus assis sur un portaledge
La meilleure bière du monde est ici sur la falaise de l’hortus

La lumière baisse, un faucon crécerelle nous offre le spectacle de son vol… vu du dessus ! Les premières étoiles s’allument, et nous sommes toujours assis au bord de notre tapis volant.

Tous petits dans nos portaledges auprès du grand pic saint loup
Tous petits dans nos portaledges auprès du grand pic saint loup

Le moment délicat

Alors les filles, la pause pipi, c’est LE crux de la soirée ! Fiche pratique en 4 étapes :

  • Saisir sa frontale, raccrocher ses longes sur la main courante et se décorder.
  • Suivre la main courante : passer au-dessus de cade (merci baptiste pour l’élagage), traverser le premier portaledge (coucou Ludo et Xavier), arriver à la petite vire et remonter sur le plateau
  • Faire sa petite affaire et retrouver la main courante
  • Reprendre les étapes 1 et 2 en sens inverse.

J’estime la totalité de la manoeuvre de 5b à 6a selon le degré d’alcool de la bière… (ah ben si finalement c’était important)

Extinction des feux

Il est temps de sortir les duvets. Bien sûr on garde son baudrier, au cas où on ait l’idée de tomber du lit ! Au début je n’ose pas bouger, de peur de trop déstabiliser l’engin et de déranger mon colocataire. Allongée sur le dos, il y a tant d’étoile à regarder. Puis je m’aperçois que je peux très facilement me tourner et dormir sur le côté comme à mon habitude. C’est très confortable et malgré un petit vent qui se lève dans la nuit je m’endors paisiblement, sans penser que je suis en train de m’endormir accrochée à une falaise !

Bien dormi ?

Entre 5 et 6h du matin, la luminosité augmente et tout le monde se réveille. C’est le moment d’admirer le lever de soleil. Bien dormi ? La question n’a que peu d’intérêt, mais après tout elle a du sens puisque nous étions là « pour dormir » !. Personnellement j’ai sans doute peu dormi car je voulais profiter au maximum du lieu, mais oui, j’ai plutôt bien dormi. Je m’attendais à être gênée par le baudrier, la corde ou autre mais ça n’a pas du tout été le cas. Le couchage est très confortable, et on n’est pas embêté par les petites bêtes (ce qui peut arriver quand on dort au sol à la belle étoile)

Rangement au lever du soleil après une bonne nuit en portaledge
Rangement au lever du soleil après une bonne nuit en portaledge

La redescente

Le petit dej au lever du soleil achève de nous réveiller (la prochaine fois qu’on vous parle de « café suspendu », pas sûr que vous compreniez la même chose que vos potes !), et le rangement s’organise. Deux solutions s’offrent à nous pour descendre de notre perchoir : reprendre le même chemin qu’hier en sens inverse, ou descendre en rappel avant de regagner les véhicules. Aujourd’hui ce sera chemin, on garde le rappel (et le chemin caché qui remonte dans la falaise) pour une prochaine fois !

La marche de retour nous permet de redescendre doucement après cette parenthèse verticale hors du temps. Au final nous sommes partis moins de 24h… Vraiment ? J’ai l’impression d’être partie plusieurs jours tant cette expérience était forte. Je la conseille à tous ceux qui comme moi apprécient les chemins en corniches, et voir voler les oiseaux du dessus !

La nuit est un temps de mortelle monotonie sous un toit ; en plein air, par contre, elle s’écoule, légère parmi les astres, la rosée et les parfums.

R.L. Stevenson

Matériel utilisé pour une nuit en portaledge

CatégorieModèleMarqueCommentaire
BaudrierAncien modèle plutôt typé « escalade en couenne »BLACK DIAMONDUn baudrier vraiment pas léger ni du genre à se faire oublier sur les hanches... Je grimpe avec depuis des années, c’est top. Mais pour cette expérience particulière j’avais vraiment peur d’être gênée, notamment par les porte-materiels qui sont assez rigide. En réalité ça ne m’a pas du tout gênée donc pour votre prochaine expérience : pas de prise de tête à avoir sur le baudrier !
Sac de couchageForclaz 10°c light + sac de soieQUECHUATrès bien à cette époque dans le sud de la France. Pas de double curseur au niveau du zip donc il faut laisser sortir la corde par le haut ce qui empêche de réellement fermer complètement le sac de couchage avec la capuche etc.. mais vu les températures ce n’était pas du tout gênant.
CasqueEliaPETZLUn casque au prix abordable, qui me sert essentiellement en escalade. La place ménagée à l’arrière pour laisser passer une queue de cheval ou une tresse est très appréciable.
PortaledgeCliff Cabana DoubleBLACK DIAMONDEvidemment je ne suis pas une spécialiste. Mais en tout cas c’était confortable, il y a pas mal de petite poches/filets très pratiques permettant de ranger ses affaires pour la nuit. Question montage, je n’étais que spectatrice mais ça m’a paru plutôt bien conçu et pratique.
0 commentaire
0

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire