Raid Aran 2018 : Championnat d’Europe de Raid Aventure en Espagne

par Expérience Outdoor

Une équipe motivée nous raconte son expérience du Raid Aran 2018.

Crête durant le Raid Aran 2018

Crête durant le Raid Aran 2018

Information sur le Raid Aran 2018 dans les Pyrénées espagnoles

Date :

Du 1 au 7 juil

Lieu :

Espagne, entre Balaguer et Gerone (Pyrénées)

Hébergement et transport : 200€/pers

Participants :

Notre équipe est constituée de 3 hommes + 1 féminine (exigence du règlement de course). Notre chef d’équipe est Michel, le « diesel » avec 1 raid long à son actif. Il fut notre exemple tout le long de notre aventure. Son objectif : amener l’équipe au bout de l’aventure. Fred, notre féminine. C’est son premier raid long. Un moral d’acier, même dans les moments difficiles, elle est là pour relancer l’équipe. Premier raid long aussi pour Pierre (moi-même). Un peu de pression avant de me lancer dans ce raid Aran, je me suis entraîné comme un fou ! Enfin, Arnaud, le plus expérimenté de nous en raid long. Toujours à fond et très efficace.

Où dormir :

Au beau milieu de la montagne, sous un arbre, dans une cabane abandonnée, au pied d’une fontaine de village, dans un des Alpages… Nous avons eu l’embarras du choix, mais en même temps, nous posions notre couverture (de survie) quand il le fallait.

Où se restaurer/où se réapprovisionner :

Le bar de Nuria, c’est le seul endroit où nous nous sommes arrêtés.

Nourriture de course : 200€/pers

Nous étions entièrement autonomes avec nos caisses emportées par l’organisation aux arrêts techniques.

Office du tourisme :

Clairement, notre objectif n’était pas de faire du tourisme. Et pourtant, la région est magnifique !

Quoi d’autre dans les environs :

Comme dans toutes montagnes, il doit y avoir plein d’endroits pour faire toutes les activités nature. Nous étions concentrés sur notre raid, et donc, nous n’avons pas vu grand-chose.

Lien Internet :

Raids Nature : le site de référence pour tout raideur français

Frais d’inscription au raid Aran : 400€/pers

Le Raid Aran 2018 dans les Pyrénées espagnoles

4 mois avant l’épreuve

Enfin reçue ! La confirmation d’inscription au raid Aran 2018. L’organisation en profite pour rajouter un résumé de la course : ce sera 600 Km et 22000 m de dénivelés au beau milieu des Pyrénées Espagnoles. Un gros chantier comme disent mes collègues de raid ! Il va falloir s’entrainer. Le raid Aran, ce n’est pas une petite épreuve, il s’agit de la finale du championnat d’Europe de raid. Un raid multisport ? c’est une succession d’épreuves en orientation alliant une multitude de disciplines (VTT, trail, canoe, canyoning, via ferrata, via cordata, spéléologie). Comme tout raid long, c’est une épreuve non-stop : donc on dort quand on peut, quand on veut !

Salle de rangement du matériel (à la fin du raid) lors du Raid Aran 2018

Salle de rangement du matériel (à la fin du raid)

Les préparatifs

Arrivés samedi soir à Balaguer pour prendre les dossards et commencer à préparer le matériel. Il nous faudra une bonne partie du dimanche pour tout boucler dans les caisses et dans les sacs. La préparation du matériel est une épreuve à elle toute seule : il faut s’assurer de prévoir le bon matériel pour la bonne épreuve. Sachant que sur certaines transitions, il faudra penser à retirer certains équipements pour les mettre dans d’autres sacs. Un véritable casse-tête, et notre cerveau est encore frais !

Photo d

Photo d’équipe les Daltons avant le départ du raid Aran 2018

18h : briefing.

20h : distribution des cartes de la course (on réussit à être en retard sur ce rendez-vous !). Nous avons 2h pour étudier et trouver le meilleur itinéraire possible. On devra d’ailleurs emprunter surligneur et stylo à une autre équipe les ayant oubliés dans la caisse vélo : ça démarre fort !

22h : c’est enfin le départ, avec une certaine appréhension !

Parcours du raid Aran lors du raid Aran 2018

Parcours du raid Aran

Coup de sifflet, c’est le départ

CO de nuit dans Balaguer (ville d’accueil). On enchaîne sur un VTT de 66km et 1400m de D+, assez roulant et sur un bon rythme toute la nuit. Vers 3h du mat, on récupère les canoës (qu’il faut gonfler!) et c’est parti pour 23km sur un lac interminable, avec quand même au petit matin notre premier levé de soleil !

Notre lac pour le canoe sur notre parcours du raid Aran 2018

Notre lac pour le canoe

Pas le temps de se reposer, il faut se changer et repartir directement pour un magnifique trek de 22km et 1600m de D+. Ce trek est engagé avec des passages équipés de chaînes, et d’autres en dévers.

Sentier technique du trek sur notre parcours du raid Aran 2018

Sentier technique du trek

En pleine descente, il nous faut une courte sieste de 15min. On ne se rend pas compte à quel point une sieste aussi courte peut permettre de recharger les batteries, et de repartir avec une certaine fraicheur. La section suivante sera 11km de canoë. Encore un très beau lac encaissé, par contre le sommeil nous guette en cette fin d’après-midi. A l’arrivée, nous décidons de faire un repos de 30min, qui ne se révèlera pas bénéfique tant il y a du monde sur cette arrêt technique.

Setion VTT montagne

Nous partons donc sur la section de VTT montagne (58km et 3200m de D+). Nous commençons l’ascension du premier vrai col de ce raid Aran. Cette grimpette a donné le ton de ce qui allait nous attendre… Tractage impossible, tout le monde doit monter à son rythme. La suite est enchainement de montées et descentes de nuit jusqu’à épuisement au petit matin. Nous sommes à 36h d’effort avec 2 siestes de 15 min. La nuit est bien installée, nous nous octroyons un repos de 2h en pleine forêt enveloppés dans nos couvertures de survie ! Par soucis de gain de poids, nous n’avons pas ni tente ni sac de couchage dans nos sacs, les périodes de sommeil se font donc à la belle étoile. Le réveil pique un peu, il fait froid mais on repart de plus belle.

Section rogaine

Nous enchainons sur la section rogaine (une course d’orientation en version très très longue, 30km pour notre cas). Nous commençons déjà à cumuler du retard, et il va falloir commencer à être stratégique si on veut passer les barrières horaires. On se contentera de pointer 3 balises. Et on repart de plus belle.

Nous finissons le VTT en pensant pouvoir dormir sur la zone de transition avant le trek de 33km et 2650m de D+. Manque de chance, avec la pression du chronomètre et la longueur du trek, nous devons repartir après les 1h30 de pause obligatoire. La fatigue commence à se faire sentir. Nous sommes tour à tour victimes d’hallucination. Un vieil homme et sa mule qui attendent au bord du chemin. Des smileys dessinés sur les roches. Des smartphones qui jonchent sur le chemin. Le cerveau déconnecte complètement ! Les formes de la nature prennent un sens complètement différent et interprété par notre surmoi.

Après une grosse ascension pyrénéenne, le sentier est technique, les mains sont obligatoires pour la progression et enchaînons plusieurs heures dans ce chaos rocheux. Des vues somptueuses récompensent tous nos efforts. La redescente est tout aussi compliquée et chacun à tour de rôle chute dans les éboulis, heureusement sans gravité.

Mede, mede ! Nous avons perdu le sentier lors de notre parcours du raid Aran 2018

Mede, mede ! Nous avons perdu le sentier

Du repos

C’est reparti pour l’ascension de l’autre versant de la vallée, un peu moins technique. Avec Michel, on s’endort en marchant, une sieste (de 15 min) est nécessaire. Nous savons qu’il y a un refuge au sommet, et nous espérons qu’il soit ouvert pour y passer quelques heures de repos. Dans la nuit et le brouillard, nous commençons à être désorientés, et passons une bonne vingtaine de minutes à chercher ce refuge. Une lumière surgit de la nuit. Miracle ! Cette lumière se distingue de plus en plus, c’est bien le refuge. Nous sommes accueillis par un photographe de la course et le gardien nous loue une chambre avec matelas, oreiller et couverture. 3h30 de sommeil, la plus longue et belle nuit de ce raid Aran 2018 !

Passage étroit et glissant… Voire dangereux avec notre état de fatigue durant notre parcours du raid Aran 2018

Passage étroit et glissant… Voire dangereux avec notre état de fatigue

Un lever de soleil au petit matin sur les sommets nous déconcentre. Nous commettons une erreur d’orientation sur la descente : c’est impardonnable compte tenu de la nuit que nous avons passée. Perdus au beau milieu de la pampa, nous n’avons plus le choix, il faut avancer jusqu’à trouver un point de repère fiable. On bartasse avec des coupes franches à travers bois. Et, par chance, nous tombons sur une piste cartographiée !

Crêtes au dessus de Nuria lors de notre parcours du raid Aran 2018

Crêtes au dessus de Nuria

La suite nous mène sur des crêtes vertigineuses : heureusement, il fait jour. Arnaud fait une chute du haut de cette crête, heureusement sans gravité car du bon côté de la paroi. (30m de vide de l’autre) ! Pas de via ferrata, car nous arrivons trop tard. Seuls les champions peuvent tenir les créneaux horaires pour s’aligner sur les épreuves ludiques. Dommage.

Crête

Vtt qui chauffe…

Ce n’est pas sans crainte que nous nous lançons sur la section suivante : 108km et 4600m de D+. Panique générale de l’équipe car ce vtt s’annonce très dur. Arnaud booste le moral des troupes. Nous prenons des relais pour tracter Fred qui malgré la difficulté tient le coup et s’accroche. Michel ne sait pas où mettre les fesses : 20h de frottement sur la scelle (dur, dur). En milieu d’après-midi, il y a une petite course d’orientation qui permet de couper en deux la section vtt. Encore pressés par la barrière horaire, on se contente de d’aller poinçonner quelques balises. S’ensuit une très belle et longue descente sur monotrace, une régalade !

Mise en jambe sur la première montée lors de notre parcours du raid Aran 2018

Mise en jambe sur la première montée

On enchaine cols, vallées, sommets. La dernière descente se termine par une coupe franche, par un chemin d’entretien de ligne électrique, chemin qui raye les jambes ! Enfin, au beau milieu de la nuit, nous arrivons à l’arrêt technique et nous accordons 3h de sommeil. On retrouve les équipes des Gones et Dsn74 avec qui nous lions amitiés. Eux décident vu la dureté de l’épreuve de basculer sur la short course. Nous hésitons mais la concertation est brève et nous décidons de continuer en full race et d’aller au bout de notre aventure !

Du caillou et de la neige au cours de notre parcours sur le raid Aran 2018

Du caillou et de la neige

L’orage menace mais partons quand même en espérant que cela tienne. 30km de trek montagne 2700m de D+ avec les crêtes du Puigmal au programme, sommet qui flirte les 3000m d’altitude ! Longue montée, orientation difficile sur les crêtes et qui plus est brouillard et pluie par intermittence. On rattrape tout de même les anglais qui hésitent sur une balise mais là encore Arnaud assure et montre la voix ! L’autre balise dans l’abri juste avant de descendre sur Nuria !

Balise bien cachée sur le raid Aran 2018

Balise bien cachée

Une pizza sur le raid Aran 2018 ?

La nuit arrive et il bruine, Fred nous débusque l’unique café ouvert de Nuria où nous dégustons une pizza (peut-être pas la meilleure mais nous l’avons grandement appréciée). Une fois notre repas englouti, nous pressons le pas, l’orage menace. Nous faisons la dernière descente sous une pluie torride et nous arrivons à l’arrêt technique vers minuit (les anglais ne sont toujours pas là et nous retrouvons les polonais qui dorment). Nos bagages sont restés sous la pluie et toutes nos affaires sont trempées, tant pis, nous devrons faire avec ! Nous dormons 3 petites heures et repartons un peu avant le lever du soleil en VTT.

Pas de chance ce matin. 2 pannes vélo. Fuite hydraulique sur mon vélo, je n’ai plus de frein arrière, je devrais finir avec le frein avant uniquement… Michel se rend compte en remontant son vélo que ses plaquettes de freins sont complètement usées. Nous devons tout de même avancer. Nous savons que nous allons rencontrer une ville sur le trajet, nous essaierons de faire réparer son vtt là-bas.

Réparation express

Arrivés à cette fameuse ville, nous tournons un peu en rond afin de trouver un réparateur vélo, et finalement, nous trouvons notre bonheur dans une petite boutique du centre-ville. Un réparateur en or qui garde son calme, avec 4 personnes sur son dos pour vite repartir. Imaginez la scène ! Comme pour un circuit de formule 1, la réparation sera faite en 20min, Michel retrouve le sourire. On enfourche nos vélos pour finir les 84km et 2100m de D+ de cette section. Notre engouement sera de courte durée, un horrible portage nous attend : 1h dans un magnifique canyon mais oh combien exigeant.

Plein d

Plein d’eau

Dans noter course folle derrière les barrières horaires, nous shuntons le canyon qui est une section optionnelle, il vaut mieux gagner du temps sur les sections obligatoires.

La suite du parcours redescend dans la vallée, et au passage d’un un pont, on aperçoit une tête qui nous dit quelque chose… Le temps de remettre nos idées en place, de sortir de cette course de folie, nous nous rendons compte que David (un ami de Taill’aventure) nous pointait avec son appareil photo ! Incroyable surprise ! Michel en a les larmes aux yeux. On le retrouve quelques dizaines de minutes plus tard à l’aire de transition. On fait notre maximum pour faire une transition rapide, qui nous prendra malgré tout 1h. A titre d’info, les meilleures équipes font leurs transitions en 20min.

L

L’instant d’une pause ou d’une pose photo

Canoe de nuit : comment s’orienter ?

La prochaine épreuve sera une section de canoë de 36km. Au bas mot, 9h à 10h de canoë, et cette idée me rebute… Il va falloir prendre son mal en patience. Qui plus est, cette épreuve se fera de nuit, il ne faudra ni se perdre sur ce lac aux fortes ramifications, ni s’endormir ! L’orientation de nuit en canoë est plus difficile que je pensai. La lune n’éclaire pas suffisamment pour voir les crêtes du relief. Il faut donc tout faire à la boussole, et repérer les criques et les avances de terres, sans en confondre une seule.

Vérification matériel avant le canoë durant le raid Aran 2018

Vérification matériel avant le canoë

L

L’épreuve du gonflage du canoë

Préparation d

Préparation d’une nuit à passer sur le canoë

Vers 3h du matin, nous arrivons enfin à la fin de cette section. Nous dormons dans une tente 2 secondes prêtée par l’organisation ! Ce sera encore 3h de sommeil, finalement, c’est une durée qui convient bien à l’équipe et qui permet d’être à peu près frais le lendemain.

Maudite barrière horaire

Il ne reste plus qu’une épreuve de vtt longue en théorie 58km et 1700m de D+, avec une barrière horaire de départ fixée à 10h. On est large ! Sauf que dans la pratique, certains passages sont interdits, et nous valent des détours de dingue… Au final, ce sera 15km supplémentaires. Encore un déboire avec nos vélos, Arnaud casse un rayon qui s’emmêle dans la cassette. Tout le monde s’y met pour réparer, et nous réussissons à force de patience à décoincer le rayon. Sur cette dernière section, la tension est palpable, nous sommes constamment en relance sur nos vélos pour ne pas louper la dernière barrière horaire. On saura plus tard que nous avons réalisé cette épreuve avec un chrono digne des meilleures équipes. Le stress est à son comble, nous arrivons enfin à Gérone. Il est 16h15, le raid Aran 2018 se termine à 17h !

Briefing d

Briefing d’avant CO : recensement des balises obligatoires

La dernière CO dans Gerone lors du raid Aran 2018

La dernière CO dans Gerone

Il nous reste que très peu de temps pour nous lancer dans l’ultime course d’orientation. L’objectif, comme toujours, est de faire les balises obligatoires, et on verra pour les balises optionnelles. 16h55 nous franchissons la ligne d’arrivée, main dans la main, chacun avec son émotion !

Arrivée main dans la main durant le raid Aran 2018

Arrivée main dans la main

Conclusion de ce Raid Aran 2018

139h pour boucler cette aventure et seulement une dizaine d’heures de sommeil. Nous sommes fiers et heureux d’avoir vécu cette expérience. Un grand merci aux bénévoles et à l’organisation du raid Aran 2018. Bravo pour le parcours et ses paysages fabuleux ! Nous nous sommes régalés, même si on a souffert (faut quand même l’avouer). Un petit clin d’œil aux membres de l’équipe 12 Muc O Taill Barbar : merci à vous les gars !

Matériel utilisé pendant le Raid Aran 2018

Accessoire utilisés durant le Raid Aran 2018

CATÉGORIE NOM DU MODÈLE MARQUE POURQUOI AVOIR CE CHOIX DE CE MODÈLE AU DÉPART EST CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉE DANS CE ROADBOOK SI C’ÉTAIT A REFAIRE
VTT Elite C68 CUBE VTT semi regide avec cadre carbone. La légéreté de ce vélo en fait un allié pour ce type d’épreuve. Cependant, sur de longues sorties, je finis par avoir mal au dos, le cadre est-il trop grand ? Le prochain achat sera aussi un cadre carbone. Avec une taille en dessous.
BATON DE TRAIL Microtrail Ta Shark LEKI Batons télescopiques et en aluminium. Solides, et complètement adaptés au trail de montagne. Premier test de ces batons que je viens d’acheter. J’en suis très satisfait. Les poignées Leki sont aérodynamiques et très bien dessinées. A voir sur la durée.
PAGAIE WOLFERINE Pagaie avec manche aluminium. Séparable en 2 parties. Tarif accessible. Je ne suis pas un pro en canoe. Cependant, ces pagaies ont été efficaces.
DOUDOUNE M Atom LT Hoody ARCTERIX Doudoune en synthétique, donc lavable. Compacte. J’en suis content, cependant elle n’est pas assez chaude en statique. Je vais en acheter une plus chaude.

Vêtements utilisés durant le Raid Aran 2018

CATÉGORIE NOM DU MODÈLE MARQUE POURQUOI AVOIR CE CHOIX DE CE MODÈLE AU DÉPART EST CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉE DANS CE ROADBOOK SI C’ÉTAIT A REFAIRE
VESTE Alpine Approach MILLET Goretex. Très léger. En promotion lors de l’achat. Très satisfait. Bon maintien de la capuche, avec double serrage cordelette. Bonne résistance. Cependant, le tissu est de moins en moins imperméable. Je reprends la même !
POLAIRE Forclaz 50 QUECHUA Léger, et répondait aux exigence de l’organisation Cette polaire a pris l’eau dans mon sac à dos, et impossible de la faire sécher. Je prendrai un t-shirt thermique en synthetique qui, je pense, m’apportera plus en terme de chaleur et séchera plus vite
COLLANT 3/4 Grit CRAFT Léger et efficace. Agréable dans toutes conditions Je ne l’ai porté que pour dormir après le dernier canoe. Je reprends le même
BIVY BAG LACD Une sorte de couverture de survie thermosoudée, qui fait l’office dun sac de couchage. Extremement léger, etr garde assez bien la chaleur. Le confort est rudimentaire, mais le rapport qualité / poids est là ! Au final, pas besoin de plus au vu du nombre d’heures passées à dormir. Dans les mêmes conditions, je ne changerai rien.
T-SHIRT Inconnu MILLET A l’époque (2005), c’est mon premier t-shirt synthétique ! Donc, une grosse évolution par rapport au coton. Inusable. Je le combine avec d’autres t-shirt, en synthétique que je gagne lors de trails ou différents courses que je fais. Certains prennent vite les odeurs, d’autres sont plus performants… Ce t-shirt Millet est de loin le meilleur t-shirt que j’ai. J’aimerai tenter les t-shirts en laine de mérinos.

Equipements utilisés durant le Raid Aran 2018

CATÉGORIE NOM DU MODÈLE MARQUE POURQUOI AVOIR CE CHOIX DE CE MODÈLE AU DÉPART EST CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉE DANS CE ROADBOOK SI C’ÉTAIT A REFAIRE
SAC À DOS Raid 38L WILSA Sac ultra léger ! C’est un modèle assez ancien, mais il a été conçu par des raideurs pour le raid J’ai emprunté ce sac, le mien étant trop petit. Ce sac est du pure bonheur, alliant parfaitement la légéreté avec la solidité. Je vais finir par l’acheter !
CHAUSSURE Trabuco ASICS Légères et semblent solides. Bonne réputation chez les traileurs Eles avalent les km et ne bougent pas. Que du bonheur
CHAUSSETTE XA Pro 2 SALOMON Fines, élastiques Je ne ressent aucun échauffement avec ces chaussettes. Et, j’en ai testé ! Il doit y avoir une question de matériau. Une fois que j’aurai compris le tissu qui me convient bien pour les chaussettes, j’aurai tout compris.

1 commentaire

Myriam 13 novembre 2018 - 12 h 02 min

Superbe aventure ! Ça rappelle des souvenirs de mon seul raid long en Corse. Le stress des portes horaires, le dépassement de soi, les situations incongrues, l’état second la nuit (une seule en non stop pour nous alors sur cinq jours ça force l’admiration !) et surtout l’émotion quand tu arrives au bout et que tu peux partager ça avec tes coéquipiers. Un grand kif ! Tu peux être fier de toi en effet ! Merci pour ce récit qui donne envie de recommencer !

Répondre

Laisser un commentaire