Hoka Anacapa Mid : Retour de terrain de la chaussure Hoka One One

par Julien DEFOIS
Anacapa mid confort

Julien Defois vous partage son test des chaussures Mid Hoka Anacapa Mid. Après avoir traversé les Alpes avec les Sky Toa, il découvre un autre modèle de la marque également axé sur la randonnée

Connaissant déjà bien la marque, j’ai décidé d’opter pour un nouveau modèle, les Hoka One One Anacapa Mid. Après les Sky Toa, les Sky Kaha et les Speedgoat Mid, c’est le quatrième modèle de la marque que j’ai l’occasion de tester en randonnée longue distance. Je vous fais une présentation détaillée et un retour de terrain après plusieurs centaines de kilomètres de marche.

Présentation de la marque Hoka One One

« Le changement radical découle souvent d’une tentative de résoudre un problème simple. Notre objectif initial était d’améliorer les temps des coureurs de fond en créant une chaussure qui leur permettrait d’aller plus vite en descente. C’est ainsi que, sans le vouloir, nous avons réinventé la chaussure de running. »

Jean-Luc Diard et Nicolas Mermoud, cofondateurs de HOKA

Hoka One One est une marque française à l’origine, avant de passer sous pavaillon américain. Fondée en 2009, elle se veut atypique dès le départ. Les semelles très épaisses détonnent dans le paysage des chaussures de course à pieds. L’objectif de la marque consiste à fournir un maximum d’amorti au sportif tout en proposant une chaussure très légère. Voilà tous les ingrédients d’une bonne chaussure pour courir sur de longues distances. D’ailleurs, le nom de la marque, en Maori, signifie « Planer sur terre ».

Une chaussure Hoka c’est donc une amorti généreux donné par une semelle qu’on ne rate pas (comme son design), parfois large, des matériaux optimisés, qui sèchent vite, et une accroche particulièrement efficace.

La course à pieds, et en particulier le trail, constitue l’ADN de la marque. Mais Hoka a développé des modèles plus spécifiquement destinés à la randonnée, en plus de ses gammes running et trail. Récemment, elle a lancé ses propres vêtements taillés pour le running.

Prise en main des Hoka Anacapa Mid

hoka anacapa mid
semelle megagrip hoka anacapa mid

Caractéristiques techniques de la Hoka Anacapa mid

Poids: 453g

Drop (écart de hauteur entre le talon et les orteils): 6mm

Membrane: Gore Tex

Semelle: Vibram Megagrip avec crampons de 5mm

Matières principales: cuir nubuck imperméable et mesh en polyester pour le corps de la chaussure, mousse EVA pour la semelle intermédiaire, caoutchouc pour la semelle Vibram

L’engagement écologique d’Hoka One One se concrétise par le choix de matériaux recyclés (bracelet, mesh, lacets, textile gore tex) ou labellisé (Or par Leather Working Group pour les parties en cuir).

Premières impressions

Visuellement, elles ne peuvent qu’être des chaussures Hoka. La semelle XXL, avec un petit débord arrière, et son design la relient immédiatement à la grande famille Hoka. Le débord arrière est prononcé, pas autant que sur les Tennine par exemple, mais bien plus que sur tout autre modèle que je connais. J’en reparlerai plus loin.

Une fois dans la main, on pourrait (presque) les oublier, tant elles sont légères.

Elles montent assez haute et il serait facile de les classer dans la gamme des tiges hautes plutôt que des mid. Les Sky Toa sont plus basses et les Speedgoat mid encore plus basses. La cheville est protégée par 3 crochets en métal qui viennent maintenir les lacets si ils se défont.

L’embase de la chaussure est large et déborde généreusement de part et d’autre de la Hoka Anacapa Mid. C’est un très bon point pour la stabilité.

Elles sont très évasées sur l’arrière de la jambe, ce qui est un très bon point pour la mobilité de la cheville.

Une languette à soufflet apporte davantage de protection contre les intrusions de cailloux ou autres morceaux de bois.

La chaussant de la Anacapa est assez large. Si vous êtes à l’étroit dans les Speedgoat ou les sky Toa, vous pourrez peut être trouver chaussure à votre pied avec les Hoka Anacapa Mid. Il ressemble à celui de la Sky Kaha.

600km avec les chaussures Hoka Anacapa Mid

Voici maintenant mon retour de terrain après un usage intensif de cette chaussure.

Conditions de test

Ces chaussures ont servi exclusivement pour de la randonnée en itinérance et en autonomie. C’est d’abord sur le Tour du Queyras que j’ai pu les découvrir et me faire une première impression. Cette année, contrairement à l’an passé, le terrain était sec et je suis resté presque tout le temps sur sentier.

Anacapa mid sur le tour du queyras

Le second test était beaucoup plus engagé puisque j’achevais ma Via Alpina. Je les ai portées de la Suisse à la Méditerranée, sur une distance de presque 600km. Les terrains étaient très variés et pas toujours secs. Les traversées dans les herbes hautes bine humides ont été nombreuses et les passages dans la neige rares mais mémorables. J’ai évolué sur de bons sentiers mais également dans des terrains très minéraux et difficiles (granite du Mercantour par exemple). Je ne suis pas toujours resté sur les sentiers, entre les variantes et les moments où je coupais pour échapper à un tracé trop ennuyeux. Les sections équipées de câbles ou d’échelles ont été fréquentes.

Confort

Anacapa mid confort

Sans surprise. Hoka est toujours excellent dans ce domaine. Ces chaussures pourraient être mes chaussons. Aucune envie de les enlever à la fin de la journée. La semelle toujours très souple garantit un parfait déroulé de pied. Les textiles sont souples et s’adaptent très bien à la forme du pied.

Contrairement aux autres modèles que j’ai pu tester, le laçage des Hoka Anacapa Mid ne m’a posé aucun problème. Les lacets rentrent parfaitement dans les crochets. Une fois faits, ils ne bougent plus, même si ils se défont. Le maintien reste donc excellent. A ce sujet, la Hoka Anacapa Mid dispose d’un laçage qui ne s’aventure pas très loin vers les orteils. Cela n’a aucunement affecté le maintien du pied dans la chaussure.

Le chaussage est des plus faciles, grâce à la largeur de la chaussure qui nécessite moins d’effort pour que le pied rentre dedans.

Evidemment, l’amorti est fabuleux. La semelle intermédiaire s’avère souple, davantage que sur la Sky Toa qui est plus dure. Les sauts ou les grandes marches ne lui font donc pas peur. Un des grands points forts de cette chaussure c’est qu’elle préserve vos articulations, à la fois en permettant un déroulé très naturel du pied (merci la forme incurvée de la semelle) et en évitant de les soumettre à des chocs répétés. La partie arrière de la chaussure, evasée, ajoute encore un peu plus de confort à la marche.

des chaussures évasées sur l'arrière

La chaussure se fait totalement oublier une fois au pied. Parfaite pour les journées à gros dénivelé ou à grand kilométrage!

Sur ce point, les Anacapa s’installent sur la première place de mon comparatif Hoka.

Stabilité

Hoka Anacapa Mid stabilité

Là encore, la Hoka Anacapa Mid fait honneur à la marque. Habitué des torsions de cheville aussi imprévisibles que violentes, je me suis senti très sécurisé par ces chaussures. En effet, l’embase très large des Anacapa fournit une stabilité exemplaire et je ne me suis jamais tordu la cheville.

J’ai aussi couru dans des zones un peu accidentées ou même sur des portions pleines de cailloux. La chaussure a fourni un maintien impeccable. Une grande confiance dans les Anacapa en a découlé. La chaussure absorbe très bien les irrégularités du terrain.

Je n’aime pas trop les chaussures basses à cause de ces torsions de cheville imprévisibles. Il m’arrive d’en utiliser parfois. Si je devais comparer la sensation de liberté de la cheville entre des basses et les Anacapa, il n’y a pas vraiment de différence. Evidemment je suis très subjectif car les chaussures basses ne sont pas synonymes de sécurité pour moi: il m’est difficile de me lâcher et de me sentir totalement libre avec. Même si elles montent plus que les Sky Toa ou les Speedgoat, je n’ai pas relevé de différence majeure dans la liberté de la cheville ou le déroulement de la foulée.

En termes de stabilité et de maintien, c’est une chaussure excellente. Elle se place au dessus de toutes ses cousines.

Accroche

Chez Hoka, la semelle Megagrip est inséparable des modèles phares. Je connais bien le Megagrip qui équipe les 3 autres modèles Hoka que j’ai eus. C’est une semelle fiable très réputée pour ses qualités d’accroche.

En pratique, l’accroche est très bonne sur la plupart des terrains. La chaussure tient bien même sur terrain mouillé. En rocher, elle est très fiable. Bien entendu, sa souplesse amènera rapidement des limites pour les grimpeurs, comme toutes les autres chaussures du même type. Pour autant, je l’ai utilisée dans des sections techniques et exposées: la Hoka Anacapa Mid s’est montrée très rassurante.

accroche Hoka Anacapa Mid

Malgré ces points très positifs, je me suis senti parfois très limite sur certains terrains herbeux, même secs. La chaussure avait tendance à déraper et j’ai dû être plus prudent qu’à l’accoutumée. Cela m’a surpris car avec les autres modèles Hoka je n’ai pas eu une expérience similaire.

Un autre point à aborder concerne le débord arrière. Il faut bien prendre en compte que la chaussure a une longueur plus étendue. Je me suis retrouvé parfois déséquilibré car le débord arrière venait percuter un rocher ou s’accrocher dans le relief. Quand on court en descente cela peut vite poser problème!

Imperméabilité

Hoka Anacapa mid sur la via alpina
Heureusement, le temps a été plutôt sec pendant ma Via Alpina

Un premier point où la chaussure a été assez limitée.

Normalement, le Gore Tex fournit une protection au moins temporaire contre l’eau. Beaucoup trop souvent, pour ne pas dire systématiquement, il n’a pas fonctionné, à tel point que je me suis demandé si on ne m’avait pas donné un modèle sans membrane. Etant sur le terrain en continue je n’ai pas pris le temps de la renvoyer pour vérifier ma paire avait un défaut.

Un contact bref et limité avec l’eau du torrent entrainait l’intrusion d’eau dans la chaussure. Sur de l’herbe humide, le résultat était le même. En neige, la pénétration de l’eau s’avérait moins rapide mais il n’y avait pas vraiment de barrière. Je n’ai pas eu de pluie torrentielle. Le seul épisode pluvieux significatif a duré 1h30 et était très modéré. Mes pieds étaient légèrement mouillés.

Par contre, la Hoka Anacapa Mid sèche très rapidement. J’ai malencontreusement mis tout le pied dans un torrent et la chaussure a bu la tasse. Il était 15h30. Avant la fin de la journée, elle avait totalement séché. Un point positif pour contrebalancer son imperméabilité défaillante.

Durabilité

Cette chaussure reste fidèle à ses prédécesseuses. Les chaussures Hoka ne sont pas très durables. A l’exception notable de la Sky Toa, sensiblement plus robuste que ses cousines.

Rapidement, les bords de la chaussure ont été éraflés et portaient les traces des agressions du terrain. Les terrains très minéraux ne sont pas très bons pour les Anacapa.

usure semelle anacapa mid
usure semelle sky toa
En haut la semelle d’une Anacapa qui a 600km au compteur et en bas celle de la Sky Toa qui en a plus de 1000. La différence n’est pas flagrante. Celle de l’Anacapa est en meilleur état mais il ne faudra pas longtemps avant qu’elle soit plus usée que sa cousine.

La semelle Megagrip s’use assez vite – ce n’est pas une surprise – mais plus rapidement sur ce modèle que sur les Sky Toa. J’ai pu faire plus de 1000km avec mes Sky Toa et j’aurais pu continuer encore un peu. A 600km, l’usure des Anacapa est plus prononcée. Je ne pense pas pouvoir les faire tenir sur 4 ou 500 km de plus. La souplesse de la semelle intermédiaire est peut être la cause de cette différence: plus rigide sur les Sky Toa, plus souple sur les Anacapa.

Je ne peux qu’encourager Hoka à développer des modèles plus durables et resemelables.

Conclusion du test des chaussures Anacapa mid de Hoka One One

Anacapa mid randonnée longue distance

La Hoka Anacapa mid est une bonne chaussure de randonnée en montagne. Elle s’adresse à des pratiquants cherchant un grand confort doublé d’un amorti et d’une stabilité hors pair. Ceux qui pratiquent le fast hiking ou cherchent un modèle pour évoluer sur de longues distances quotidiennes seront comblés. Son terrain de prédilection reste les sentiers et elle les préfère peu abrasifs. Pour autant, c’est une chaussure très polyvalente: elle vous donnera une grande impression de sécurité si vous vous aventurez hors sentier. Ses limites: les pentes d’herbes moyennes à hautes et la verticalité.

Par contre, son imperméabilité n’est pas satisfaisante. Je ne dirais pas que la durabilité assez limitée constitue un point négatif. De part leur construction, les Hoka ne sont pas faite pour durer plus de 1000km. C’est la rançon du confort et de la légèreté. Avec le recul je connais bien la marque et j’achète des Hoka en connaissance de cause: sachant qu’elles ne sont pas très durables, je ne vais pas m’en plaindre.

C’est un modèle que je recommande vivement.

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire