Comment s’équiper pour un trekking en autonomie?

par Julien DEFOIS
COMMENT S’ÉQUIPER POUR UN TREKKING EN AUTONOMIE

Julien DEFOIS, avec de nombreux Treks à son compteur, nous partage son expérience pour s’équiper pour un Trekking en autonomie .

J’ai fait mon premier trek en 2004, en Ecosse, sur la West Highland Way, sans rien y connaitre. Depuis j’ai enchaîné les expériences, en autonomie ou non, dans de nombreux pays:

  • USA: Pacific Crest Trail, Continental Divide Trail,traversée du Parc National de Glacier, Alaska,
  • Europe: Via Alpina
  • Islande: Laugavegur
  • Pérou: Huayhuash, Ausangate, Cordillère Blanche
  • Bolivie: Trek du Condoriri
  • Argentine: Tour du Huemul
  • Chili: Le O à Torres Del Paine
  • France: Senda de Camille, traversées des Alpes de Haute Provence, traversée du Mercantour, traversées du Vercors
  • Népal: Trek des 3 cols de l’Everest, tour du Manaslu, tour de l’Annapurna, Langtang
  • Inde: traversée du Zanskar

Cet article se base sur la longue expérience que j’ai acquise année après année.

Qu’est ce qu’un trekking ?

L’origine du mot Trek provient signifie la « migration » : Grande migration en Afrique du Sud entre 1834 et 1852 par les pionniers migrants la domination Anglaise.

Depuis, le mot Trekking a évolué comme le montre la définition de Wikipedia :

« Le trekking ou trek ou randonnée d’aventure est une randonnée pédestre caractérisée par sa longue durée et par la traversée de zones sauvages ou difficiles d’accès, telle que la randonnée de plusieurs jours en montagne ponctuée de bivouacs. »

Wikipedia

Aujourd’hui, l’appellation Trekking est aussi bien utilisé littéralement par les agences de voyages proposant des circuits à pied pour découvrir une région. Mais aussi pour des randonnées itinérantes à pied soit de gîte en gîte ou de refuge en refuge, soit en mode bivouac. Le trekking peut s’effectuer aussi en compagnie d’animaux de bat : cheval, dromadaire, âne … surtout pour partager cette expérience avec des enfants ou avoir plus d’autonomie.

Certains n’envisagent le trekking qu’en mode MUL ( Marche Ultra Légère ). Avec l’engouement ces dernières années du cyclotourisme, certains se reconnaîtront dans une démarche de Trekking à 2 roues : Bikepacking et avec les mêmes réflexions liés à l’équipement.

Trekking en autonomie

La liste que vous trouverez dans cet article est destinée aux randonneurs souhaitant faire du trekking en autonomie. Le trekkeur en autonomie transporte tout ce dont il a besoin dans son sac à dos: tente, couchage, nourriture, etc.

Le trekking en autonomie offre de multiples avantages: aller à son rythme, créer des itinéraires à sa convenance, trouver des spots de bivouac inoubliables, rester loin de toute trace de civilisation. L’immersion dans la nature n’en est que plus forte.

La contrepartie de cette liberté réside dans le poids, évidemment. Plus vous serez lourds, plus l’effort sera important et potentiellement le plaisir en sera affecté. De plus, l’équipement que vous transporterez devra être adapté à vos besoins et aux conditions du terrain. Il est donc important de bien choisir son matériel. Tout cela s’affine avec l’expérience qui vous permet de mieux discerner vos priorités.

Je vous propose donc une liste pour s’équiper pour un trekking qui est le fruit de mon expérience. Elle répond aujourd’hui parfaitement à mes besoins. Elle est évidemment perfectible et il est facile de faire plus léger. Dans ma démarche, l’allègement peut être synonyme de réduction du confort. Aussi j’ai souhaité trouver un équilibre entre le poids et l’agrément. Voici donc mes équipements préférés avec leurs points forts et parfois leurs inconvénients.

Quel vêtement pour s’équiper pour un trekking en autonomie

Avant chaque départ, même avec de l’expérience, la même question se pose pour tout projet de grande randonnée : Comment s’habiller pour trek en autonomie ?

Softshell, poncho, veste coupe-vent, polaire … tant de choix.

Avec les années, j’ai affiné mes choix vestimentaires pour trouver aujourd’hui la solution qui me convient le mieux.

Cette liste est évolutive: certains éléments comme mon short de trail ou ma sacoche banane sont des ajouts tout récents, mais bien validés par l’expérience sur la Via Alpina.

Ce que j’utilise me permet de faire face à toutes les possibilités météo d’un trek estival, du grand soleil aux épisodes neigeux. Mon équipement se doit donc d’être polyvalent mais aussi protecteur.

Mais le cahier des charges ne s’arrête pas là. La question du poids est primordiale, tout comme celle du volume. D’autres éléments comme la capacité coupe vent ou la thermicité rentrent en ligne de compte selon les items.

Haut du corps

Avec l’expérience, j’ai réduit mes vêtements portés sur le haut du corps à 4 couches. La doudoune est destinée à rester dans le sac pendant la journée: trop chaude, je ne peux l’utiliser en marche. Ce n’est pas un problème car l’association de la veste et du haut thermique fournissent la chaleur et l’isolation dont j’ai besoin quelles que soient les conditions lorsque je marche. La question des pauses, elle est vite répondue comme dirait l’autre: s’il fait trop froid et que je me gèle, je raccourcis la pause, je ne sors pas la doudoune.

Maillot Attiq Vento Titanium

T Shirt Attiq Vento Titanium

Première année avec ce T shirt que j’ai porté tout au long de la Via Alpina. Je voulais un haut avec une maille très dense pour bien protéger du vent, tout en étant très respirant. Le Vento titanium fait plus que le job et en plus j’adore son coloris! Question odeur, il gère très bien tout cela et supporte sans contrepartie olfactive désobligeante plusieurs jours sans lavage. Le séchage est rapide sans être exceptionnel non plus, du fait de la densité du tissu. Un excellent choix par rapport à mes besoins.

Haut Thermique: Odlo Performance Warm col zippé

maillot Odlo Performance Warm

Un haut que j’utilise depuis de nombreuses années maintenant, été comme hiver. Il est destiné à servir comme première couche mais je le mets toujours par dessus un T shirt manches courtes. Très moulant, il assume sa fonction thermique avec un grand succès. J’aime aussi sa très bonne protection contre le vent. Son poids est très raisonnable et je me sens très enveloppé lorsque je le porte. Pour ce qui est de la respirabilité, du séchage et de la gestion des odeurs, c’est un sans faute.

Doudoune Cumulus Incredilite Endurance

doudoune-cumulus-incredilite-endurance

Un modèle que j’ai depuis 2 ans maintenant et qui me donne entière satisfaction. Un seul mot pour résumer: excellence.

La qualité du duvet Cumulus (oie 850 cuin) est exceptionnelle, compressible, tout comme celle du tissu, en Pertex imperméable. Une doudoune Tous temps donc. Elle vous met à l’abri du froid au bivouac sans aucun problème. Du côté du poids et de la compacité, là encore c’est une réussite totale.

Veste imperméable: Radys R1 Xlight Tech

r'adys r1 xlight tech

Une marque suisse au nom énigmatique, encore peu connue en France, qui propose des produits haut de gamme. Mon choix s’est porté sur cette veste à la faveur d’une promotion qui la rendait plus abordable alors que ses caractéristiques étaient plus qu’alléchantes. Après 2 ans de vie commune, aucun regret.

Le poids de cette veste imperméable est incroyablement léger pour une veste 3 couches et ses performances sont à la hauteur de mes espérances.

La respirabilité de 50.000 g / m2 / 24h associée aux ouvertures de ventilation évite l’effet hutte de sudation. Sa colonne d’eau de 30.000 mm protège très bien contre les intempéries. Des qualités qui rivalisent avec celles des modèles bien plus lourds. Une veste exceptionnelle, parfaite pour le trekking longue distance.

T shirt de rechange: Salomon Sense

Salomon Sense

Parce des fois il faut bien laver mon maillot Attiq ou pour les soirées après la douche que je n’ai pas envie de porter un vêtement sale, j’emporte un autre T shirt technique que vous pourriez avec raison préferer au maillot Attiq.

Le Salomon Sense est là encore destiné au trail. Il est ultra léger, sèche avec une vitesse déconcertante et sa matière est très fine. Il est parfait pour les températures très douces mais il fait quand même moins bien le job que le Vento quand ça devient plus froid. Ceci dit pour ceux qui aiment les matières légères qui se font oublier, c’est un excellent choix.

Bas du corps

Là encore, l’idée c’est d’être polyvalent avec peu. Un short car le plus souvent en été il ne fait pas vraiment froid et un surpantalon pour la neige, le pluie ou le froid, notamment le soir. Le surpantalon est aussi mon joker quand je dois laver mon short.

Short Raidlight Freetrail

Raidlight FREE_TRAIL_SHORT

Une coupe de short de plage qui donne l’impression de s’être égaré sur les sentiers de rando! Mais j’aime bien sa longueur qui permet de protéger les cuisses jusqu’au genou et son amplitude qui assure une très bonne ventilation. Et puis on peut rajouter un séchage ultra rapide qui fait que même la pluie a du mal à le mouiller!

C’est un des nouveaux venus de 2020 : j’utilisais des shorts de rando classiques, avec ceinture. Mon problème venait d’un pincement de la peau des hanches entre la ceinture du sac et celle du short, qui me mettait la peau à vif. Avec l’adoption d’un modèle destiné au trail qui se serre par cordon, ces blessures sont de l’histoire ancienne.

Pantalon pluie imperméable Evadict

pantalon-pluie-impermeable-trail-running-homme-noir

Il se fait oublier dans le sac (160 g). Testé avec succès sous la neige et la pluie, il assure sa mission de protection avec brio. Mais en fait je m’en sers le plus souvent le soir ou le matin lorsque les températures sont trop froides.

Ses capacités isolantes sont très bonnes et il fait le même travail qu’un collant. Il n’est peut être pas aussi cosy et confortable mais dans un vision minimaliste de l’équipement j’ai accepté de faire le sacrifice du collant. Un modèle que je possède depuis plusieurs années et dont le seul défaut est de se retirer difficilement une fois chaussé (surtout avec des mids ou des montantes).

Chaussures

Ma marque préférée du moment c’est Hoka One One. J’aime leurs chaussures légères qui offrent un amorti incroyable grâce à leurs semelles généreuses. Lors que j’enfile des chaussures d’autres marques, je sens immédiatement le la finesse de leur semelle qui semble moins bien me protéger des aspérités du sol.

hoka-one-one-sky-toa-gore-tex

Le modèle qui m’a le plus séduit c’est la Sky Toa. Chaussure très respirante car en synthétique (elle plaira aux vegans!), elle protège néanmoins assez bien grâce à sa membrane gore tex. Son amorti est bon et sa stabilité excellente.

Hoka a eu la bonne idée de faire une paire de chaussures dont la semelle est plus large que le pied: cela offre une excellente protection contre les torsions de chevilles et donne un maintien au top sur des terrains instables. Sa taille moyenne abrite bien la malléole sans étouffer la mobilité. Les moins: usure assez rapide et un peu difficile à enfiler car étroites (à moins que ce ne soit mon pied qui soit trop large!)

Accessoires vestimentaires

Casquette Raidlight R-light

casquette r light Raidlight

Encore du matos de trail! Après avoir étudié différents modèles, j’ai opté pour celui-ci. Il est en matières synthétiques, donc séchage rapide et bonne évacuation de la transpiration. Le bandeau absorbant qui fait le tour de la tête est généreux et avale une quantité appréciable de transpiration. Les modèles plus stylés en coton n’offrent pas ces qualités et j’ai donc décidé de privilégier le côté technique.

Seul bémol: la visière un peu trop longue qui cache un peu la vue vers le haut.

Gants Camp G Comp Warm

camp-g-comp-warm

Un modèle initialement destiné au ski de rando mais que j’ai adopté avec succès pour le trek. Ils ne sont pas étanches (comme la plupart des gants de trek) mais pour le reste je n’ai que du positif à remonter. J’apprécie particulièrement la moufle rétractable qui se compresse dans la poignée: elle procure un gain thermique très appréciable et permet de moduler les capacités du gant. C’est un plus très appréciable!

Les gants CAMP coupent très bien le vent et sèchent avec beaucoup d’efficacité. En résumé, un très bon compagnon pour les mains quand il fait froid, même en dessous de zéro.

Sous vêtement: boxer de running Kalenji

boxer-de-running-homme-respirant-kalenji

Très léger et très fin, il se fait oublier et sa conception évite les irritations. Il évacue bien la transpiration et limite les odeurs. des arguments suffisamment convaincants pour remiser les boxers en coton au placard.

Chaussettes: Quechua MH 500

chaussettes-de-randonnee-montagne-mh-500-bleu-gris

Quechua a fait de gros progrès sur la qualité des chaussettes. Je n’avais pas été convaincu par le passé par leurs produits. Après avoir testé une marque française qui m’a déçu, je suis revenu avec succès au géant du matériel sportif. Ces chaussettes sont très solides et évacuent très bien l’humidité. Leur durabilité est vraiment étonnante.

S’équiper pour un trekking : le gros matériel

Le portage

Quel sac à dos choisir pour un trekking en autonomie

Osprey-atmos-ag-50

Le sac Osprey Atmos 50 AG , le meilleur sac de trek que j’ai porté. Pas meilleur dans l’absolu. C’est le meilleur parce qu’il répondait à tous mes besoins: confort exceptionnel, accessoires très bien pensés, ventilation excellente, qualité de conception et de fabrication Osprey.

Ce n’est pas le plus léger ni le plus adapté pour les très lourds portages mais il se fera oublier sur votre dos et pourra satisfaire même les randonneurs qui ont un peu de volume à mettre dans leur sac avec son grand frère l’Atmos 65.

Accessoire de portage

High Coast Hip Pack de Fjall Raven
high_coast_hip_pack_Fjall Raven

Un nouveau venu dans mon équipement, adopté en 2020 parce que le short Freetrail n’a pas de poche zippée. J’ai tellement aimé que je m’en sers tous les jours maintenant. C’est vraiment pratique d’accéder au téléphone, à son argent ou à ses papiers si facilement.

Cette petite sacoche Fjall Raven se ferme par un crocher latéral ce qui évite l’écueil d’avoir la fermeture qui vous rentre dans le dos pour les modèles qui se ferment par le milieu. Cela permet aussi de régler facilement le serrage.

Le couchage pour bien dormir en trekking

La tente de trekking

big agnes copper spur hv ul 1

Big Agnes Copper Spur HV UL 1, une tente que j’ai depuis 3 ans maintenant. Elle accueille avec générosité ma grande taille (1m90). D’une manière générale, le volume intérieur est spacieux et la tente très bien conçue, avec son montage intuitif et rapide, ses poches de rangement bien situées dans la tente intérieure et sa grande abside.

C’est la tente autoportante la plus légère du marché (à ma connaissance). Quelques trucs qui me font râler: le tissu (très solide) en nylon qui absorbe beaucoup d’humidité et nécessite un séchage presque tous les jours et le zip de fermeture du double toit qui une fois ouvert fait rentrer une partie du double toit dans la tente intérieure.

C’est peut être solutionné avec le nouveau modèle sorti en 2020.

Le sac de couchage

cumulus panyam 450

Un autre élément de mon équipement que j’ai pu valider par des années d’utilisation: le Cumulus Panyam 450. Un sac en duvet d’oie destiné à une pratique 3 saisons, chargé avec une matière de grande qualité (850 cuin) et très léger pour ses capacités thermiques.

Rajoutez à cela une compacité excellente et on peut se demander si se sac est l’un des meilleurs du marché pour le trek estival. Par contre, il n’aime pas trop être lavé, alors je recommande vivement l’utilisation d’un drap de sac.

Le matelas ou tapis de sol

matelas-sea-to-summit-ether-light-xt

Arrivé dans mon sac à dos en 2020, le matelas Sea To Summit Ether Light XT a révolutionné mes nuits sous tente. Littéralement. Auparavant équipé d’un Thermarest NeoAir Xlite, j’avais du mal à me ressourcer la nuit car j’avais parfois mal au dos.

C’est du passé avec ce nouveau matelas très léger et très épais (10cm): le confort est presque digne d’un hôtel 5 étoiles (on a le droit d’exagérer un peu) et mon dos très sensible a trouvé un matelas à sa convenance. Je peux enfin récupérer en dormant sous tente.

Accessoires facultatifs pour dormir en trek

Oreiller Sea To Summit Aeros Ultralight

oreiller sea to summit aeros UL

On ne va pas se le cacher: c’est un article de luxe en trek. Mais l’oreiller est quand même un élément important pour bien dormir. Ce modèle est très léger et se couple avec le matelas Ether Light grâce à des scratchs (bon en pratique ça ne marche pas). Ceci dit, il est vraiment très confortable, bien plus qu’une doudoune repliée dans un sac étanche.

Drap Sea To Summit Thermolite Reactor

drap-sea-to-summit-thermolite-reactor

Certes pas très léger, ce drap vous offre en compensation un très bon complément thermique et il protège votre sac de couchage de la crasse et de la poussière que vous avez sur votre corps. En plus, lorsque vous passez la nuit en refuge, vous n’aurez pas à suffoquer dans votre duvet ou à subir les couvertures qui piquent sur votre peau.

S’équiper pour un trekking: le matériel de cuisine

J’ai une règle: je ne fais rien cuire dans mon réchaud. Je réhydrate seulement mes plats. Tout mon équipement découle de ce principe. Il trouve sa source dans deux raisons principales.

D’abord, faire seulement bouillir de l’eau permet d’économiser du gaz, donc d’avoir soit des cartouches plus légères, soit d’avoir un besoin de ravitaillement moins fréquent. Et comme on ne trouve pas des cartouches partout (surtout au fond des montagnes à 3000 m), ce n’est pas un avantage négligeable.

La deuxième raison c’est pour du confort: j’ai horreur que mon thé le matin ait le goût des pâtes ou du riz de la veille.

Soyons réalistes: il est quasiment impossible de bien faire la vaisselle en bivouac et les popotes de camping ont la fâcheuse tendance à accrocher.

Voici une proposition d’équipement et de conseils pour gérer la nutrition en Trek.

Le réchaud

rechaud-gaz-jetboil-minimo

Après avoir testé tout un tas de réchauds avec différents combustibles, mon choix s’est porté sur le Jetboil Minimo. Sa puissance est très efficace: il fait bouillir de l’eau en un rien de temps. Il est aussi équipé d’un piezzo, ce qui est bien pratique pour l’allumer quand les conditions sont défavorables.

La protection contre le vent fonctionne suffisamment bien pour les conditions estivales classiques, mais elle ne fait pas de miracle quand ça souffle fort. Question poids et compacité, c’est vraiment raisonnable, même si on trouve facilement plus petit et plus léger.

Les popottes

J’ai juste une boîte alimentaire Domedia 0.95L (Intermarché). C’est le contenant parfait pour mes plats ou mes pâtes fraîches et autres raviolis à réhydrater. Solide et légère, elle me sert également de contenant pour ma cartouche de gaz, ma cuiller et ma tasse (je ne ferme pas le couvercle).

Accessoires de camping

light my fire spork titane

La Spork Titanium de Light My Fire m’accompagne depuis des milliers de kilomètres. Initialement, j’avais la Spork en plastique, plus légère. Mais celle est titane ne fond pas, ne se casse et dure plus dans le temps. La preuve par le nombre de kilomètres passés dans mon sac à dos!

Pour les boissons chaudes, j’ai un gobelet en bambou, qui m’a été offert à mon travail. Je n’utilise pas le couvercle mais ça peut être un plus. Il est vraiment très léger, ne brûle pas les lèvres et ne fuit pas. Auparavant, j’avais un mug Laken, mais il s’est déformé et des fuites sont apparues entre le bord anti brûlures et l’aluminium. J’ai donc opté pour un modèle moins fragile.

pierre-a-feu-light-my-fire-swedih-firesteel

Pour le cas (probable) où le piezzo du Jetboil ne fonctionne pas, j’ai une pierre à feu Light My Fire qui permet d’allumer le réchaud quelles que soient les conditions.

Hygiène en trekking

L’hygiène est souvent le parent pauvre du trekkeur. Manque d’eau, absence d’infrastructure, eau froide, météo défavorable: il est parfois difficile de prendre soin de son corps. Pour autant, j’emporte toujours un minimum qui me permet de maintenir un niveau convenable d’hygiène.

sea-to-summit-pocket-towel

Ma serviette est une Pocket Towel de Sea To Summit. Encore un produit que j’ai depuis de nombreuses années. Elle n’est pas très légère mais sèche assez vite. Par contre, elle a vite fait de sentir mauvais dès qu’elle est enfermée après usage.

Samos-washing-gloves

J’utilise un gant de toilette Samos Rubytec. l’usage d’un gant est vraiment très pratique pour faire une toilette de chat à l’eau froide dans le ruisseau. Cela évite d’avoir à s’immerger et quand l’eau est très en dessous de la température du corps, c’est un plus très appréciable.

Pour le papier toilette, la marque CAO propose un produit bio dégradable.

J’ai un morceau de savon d’Alep et une petite fiole de shampoing pour les moments où je peux me doucher. Je n’utilise jamais ces produits lorsque je me lave au ruisseau, même si le savon d’Alep est composé uniquement d’éléments naturels. Il s’agit de préserver le plus possible l’eau.

Ma trousse de secours est assez simple: quelques pansements contre les ampoules de type Compeed, une aiguille à coudre pour percer les ampoules ou extraire les échardes, des compresses désinfectantes, quelques pansements classiques et une petite bande d’Elasoplast.

Petit matériel indispensable pour le Trekking

Equipement électronique pour grande randonnée

Téléphone

huawei p30 pro

A proprement parler, ce n’est pas un équipement spécifiquement lié à l’activité de trekking. Cependant, mon choix de téléphone a été fait par rapport à mes besoins dans cette activité. J’ai choisi un Huawei P30 Pro. Plusieurs raisons à cela.

Une certification IP68 qui permet de protéger le téléphone des intempéries ou d’une malencontreuse chute dans l’eau. Une batterie très solide qui tient plusieurs jours sans avoir besoin de recharger (évidemment elle tient de moins en moins avec le temps). Et aussi des capacités photo excellentes qui me permettent de laisser le reflex à la maison, un gain de poids appréciable!

N’oubliez pas une coque solide pour éviter de le casser…

Batterie externe ou Powerbank

anker powercore 10000 redux

Accessoire devenu indispensable pour la grande randonnée, la batterie doit être choisie en fonction de vos besoins de recharge et de la longueur de votre autonomie entre 2 lieux où vous pourrez recharger.

Ma batterie doit pouvoir recharger mon téléphone, ma balise et ma frontale. Ceci dit, ces dernières ont une autonomie excellente et si tout se passe sans encombre, je n’aurai pas besoin de les recharger avec ma batterie.

Mon téléphone me sert pour la navigation, les photos et les vidéos. Enfin, je passe rarement plus d’une semaine entre 2 points où je peux me connecter à l’électricité.

Donc une batterie de 10.000 Mha suffit. J’ai choisi une Anker Powercore 10000 Redux. Elle charge rapidement (18W), prend peu de place et se recharge vite grâce à l’USB C.

Balise de détresse

garmin inreach mini

Depuis 2 ans je me suis équipé d’un Garmin InReach Mini. Trop souvent il n’y a pas de réseau en montagne, quel que soit le pays où l’on se trouve. Et certains pays n’ont tout simplement pas de services de secours. L’InReach Mini permet de déclencher les secours par satellite.

Il offre également la possibilité d’envoyer des messages pré enregistrés à vos proches ou même de se connecter à votre téléphone pour envoyer des SMS via le réseau satellite. Vous pouvez bien sûr vous en servir comme GPS pour la navigation (connecté à votre téléphone ou pas) et pour recevoir des infos météo. Très utile donc!

Autres accessoires pour s’équiper pour un trekking

Couteau

opinel 7

L’indispensable et made in France Opinel! J’ai un numéro 7, qui me convient très bien. C’est un couteau léger et simple. Il fait très bien le job!

Frontale

PETZL-ACTIK-CORE

Après avoir hésité à opter pour des modèles ultralight comme la Petzl Bindi, j’ai choisi la Petzl Actik Core. Il s’agit également d’un modèle à batterie comme les frontales ultralight, mais avec une autonomie bien plus grande. Elle accepte les piles classiques.

De plus, la puissance de cette lampe est très bonne (450 lumens). Pour 40 grammes de plus qu’une Bindi, elle offre des avantages qui font la différence.

En pratique, sur les 54 jours de ma Via Alpina, je n’ai jamais eu à la recharger. Je ne vois donc aucun intérêt pour les modèles les plus légers.

Dry sac

sac-etanche-lightweight-dry-sacks-seat-to-summit

Sea To Summit (décidément la marque que je cite le plus dans la cette liste) propose des sacs étanches de diverses tailles. Outre leur imperméabilité, ils permettent de compacter le matériel qu’il contiennent en vidant l’air qui s’y trouve. J’ai un sac de 20 litres pour le matériel de couchage et plus si besoin et un sac de 8 litres pour les vêtements de rechange.

Lunettes de soleil

lunettes-de-soleil-randonnee-mh570-adulte-polarisantes-categorie-4

Quechua MH 570 polarisantes: pour leur prix raisonnable, leur protection 4, leur bon enveloppement des yeux. La polarisation est confortable pour le regard.

Chaussures pour le soir ou la traversée des rivières

C’est un équipement de confort mais les plus minimalistes pourront trouver chaussures à leurs pieds sur les sites marchands spécialisés MUL. J’ai depuis quelques années une paire de Tongs Tribord qui ne se fait plus, décathlon ayant une durée de vie assez faible pour ses produits. Ces tongs sont bien appréciables pour faire respirer les pieds après une bonne journée de marche ou aller à la douche sans transformer les sanitaires en champ de boue.

Bouteilles d’eau

bouteille d'eau fiji

J’utilise des bouteilles d’eau Fiji. Elles sont très solides et à fond plat. L’inconvénient des bouteilles comme celles de la plus fameuse marque américaine de sodas est l’absence de fond plat: dès lors qu’une des alvéoles du fond de la bouteille est enfoncée, son équilibre est affecté et elle peut ne plus tenir debout.

Rien de tout cela ne peut arriver avec une bouteille Fiji, qui a fait toute la traversée des Alpes en finissant avec seulement une petite bosse sur la partie supérieure. Après la question de la toxicité de ces bouteilles reste entière. Je n’ai pas encore trouvé bouteille parfaite, légère, solide et saine.

Check list pour s’équiper pour un trekking

Voici en plus un article vous aidant à ne rien oublier pour votre prochain Trekking :

0 commentaire
7

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire