Grimpe & Ski de rando dans le Devoluy en Isère

par Expérience Outdoor
La Montagne de Faraut durant notre journée ski de rando dans le Devoluy

Thibault VITTE nous partage son expérience de son séjour grimpe et ski de rando dans le Devoluy

Informations pour préparer un séjour grimpe et ski de rando dans le Devoluy

Date :

du 05 au 06 avril 2014

Lieu :

France, Rhône Alpes, Isère / Hautes Alpes, Trezanne / Saint Etienne en Devoluy

Comment s’y rendre :

Depuis Montpellier : 3h34, 38 € (autoroute) / 5h, 32 € (sans)

Participants au séjour escalade et ski de rando dans le Devoluy :

Tibo, et 2 acolytes. Notre niveau en ski de rando, c’est environ 2000 D+ à la journée, 400-600 m/h, ski 4.2/4.3, alpi AD. En Grimpe 6c.

Ou dormir dans le Dévoluy :

Saint Etienne en Devoluy :      
Tripadvisor (pas testés)

Le beau reve Gite en accès libre (pas testé)

Saint Didier en Devoluy :
Gite Devoluy (pas testé, mais de chaudes recommandations)

Trezanne :
Gîte équestre

Nuitées en refuge :

Cabane pastorale du Grand Villard (cabane de berger, mise à disposition des randonneurs l’hiver lors de notre passage, se renseigner en mairie)

se restaurer/où se réapprovisionner dans le Devoluy:

Le Devoluy, ainsi que le Triève sont des régions… assez désertes. On y va pour ça, mais pour se restaurer, se réapprovisionner, ça n’est pas le plus évident. La station Super Devoluy permet de parer à tous les besoins urgents.

Office du tourisme :

Site de l’office du tourisme du dévoluy

Caractéristiques du massif du Devoluy :

Ce ne sont que les Pré Alpes, mais comme elles sont belles !

Dans ces régions, Devoluy / Trièves vous passez en 5 minutes de l’influence continentale à celle méditerranéenne. D’un versant à l’autre, vous passez de Chamonix à Saint Etienne de Tinée. Le Dévoluy est un massif calcaire, typique des Préalpes avec une couleur caractéristique grise de la roche. En raison de sa position méridionale, et malgré son altitude, ces glaciers ont entièrement disparu. Les 3 sommets principaux sont l’Obiou (2 789 m), le Pic de Bure (et son célèbre observatoire astronomique) et le Grand Ferrand.

Quoi d’autre dans les environs :

Trièves :

Le Mont Aiguille, sans hésiter ! L’acte de naissance de l’alpinisme, en 1492. Cette molaire caractéristique qui se voit à des kilomètres à la ronde, depuis les hauteurs de Grenoble a été vaincue au moyen âge, sur ordre de sa majesté le Roi Charles VIII. Une escalade facile en estivale, côtée PD. Attention à la foule ! Une entreprise qui peut se faire en hivernale, mais plus sérieuse.

Escalade au Mont Aiguille dans le Vercors

C’est le paradis également pour les VTT, avec le Diois tout juste à côté.

Devoluy :

Super Devoluy pour le ski.Ca n’est pas la station de ski la plus excitante des Alpes, mais il y a de quoi se faire plaisir.

Le Pic de Bure, aller voir son plateau jonché de paraboles en randonnée, où y accéder par la Desmaison, dans le pilier Est. Attention, TD+, engagée, peu de protections en place, vous êtes prévenus !

Site de couenne le plus proche avec un beau potentiel.

Bibliographie :

Trezanne :

Papier : Ze Topo, FFME Isère.

Grand Ferrand

Pas de référence dans mes bouquins, l’itinéraire s’est démocratisé assez récemment grâce à internet.

Lien Internet :

C2C

Skitour

Carte IGN 3337OT

2 jours entre grimpe et ski de rando dans le Devoluy

Cela faisait que cette sortie nous trottait dans la tête. Le problème c’est que c’est assez loin de Grenoble, et qu’étant donnée l’exposition et l’orientation de la course, il est plus prudent de la faire au printemps, et de bonne heure, ce qui signifierait un départ au milieu de la nuit.On décide donc de faire d’une pierre deux coups, et d’aller grimper la veille dans le coin. On choisit le site de Trezanne, parce qu’à proximité du Mont Aiguille, la vue est superbe, et que le potentiel de ce site de grimpe est très important.

Grimpe sur le site d’escalade de Trézanne

Se garer au village de Trézanne au pieds du Mont Aiguille (38), à côté de la chapelle. Faire une centaine de mètres en arrière sur la route, et prendre la piste à gauche. Faire 1km environ sur ce chemin ; passer un pierrier important, redescendre un peu et prendre un petit chemin indiqué par un cairn à gauche. Cairn et chemin évidents. La falaise est juste au dessus.

Guillaume et Igor dans « Gueule de Loup » 6a

Guillaume et Igor dans « Gueule de Loup » 6a

A gauche secteurs faciles pour l’échauffe et l’initiation (du 3 à un 5b+ bien moche). C’est l’inconvénient majeur de ce site : En dessous de 6a il n’y a pour ainsi dire rien à grimper. Sinon l’équipement est rapproché, récent, le bas des voies relativement confort. Le caillou est superbe, un calcaire gris-bleu-ocre, les voies sont longues, parfois plus de 30 m. La grimpe sera plutôt athlétique, les voies étant majoritairement déversantes, même si les dalles sommitales à gouttes d’eau peuvent être bien retorses !

Attention des rapaces niches au printemps dans la partie centrale des voies, ne pas y grimper !

Guillaume dans « A bout d’bras » 6b+

Guillaume dans « A bout d’bras » 6b+

 

ski de rando dans le Devoluy avec l’ascension du Grand Ferrand par les Chourums

1h15 de route pour atteindre le hameau des Grands Villards. Nous avons décidé de dormir dans le camion, au départ de la course, mais nous aurions tout autant pu monter dormir dans la cabane pastorale, si nous avions su qu’elle était ouverte.

Avant de continuer plus loin, un petit point sur la difficulté, l’engagement et l’exposition de la course. Cette course est à mi-chemin entre le ski de randonnée et l’alpinisme. C’est une course abordable, la preuve nous l’avons faite sans de grosses références en alpi, mais c’est quand même une course à ne pas choisir à la légère.

Infos et conseils sur la course du Grand Ferrand par les Chourums

Niveau technique : AD+, pente entre 45 et 55° sur 300m, ressauts mixte glace-roche de 5 à 10m suivant l’enneigement. Ces ressauts ne sont pas protégeables pour le leader. Un ficelou et piton existent pour assurer un second, mais rien ne garantit qu’ils soient là quand vous passerez, l’équipement de cet itinéraire ayant été sujet à polémique par le passé…

Engagement : C’est le Devoluy… Partez du principe que les portables ne passent pas, et que (même si cette course connaît son succès) c’est un massif globalement peu parcouru.

Exposition : Maximale. Le passage sur la vire intermédiaire, sans être gazeux, ne pardonnerait pas une glissade ou une coulée.

Equipement : Piolets (traction, pour le leader ?) / crampons acier / casque / corde 50m / 1 piton éventuellement

Bref, on peut le voir de 2 manières : Une course d’alpinisme accessible, ou une sortie en ski de randonnée très technique, l’important étant qu’elle vaille le coup ! Et cela, quand vous découvrirez sa particularité, vous en serez persuadés. Cette sortie est à faire absolument en fin de saison, afin que les ressauts soient le plus comblés possibles, et pour limiter le risque nivologique qui serait fatal étant donnée l’exposition.

Début de notre course ski de randonnée dans le Devoluy

Nous partons donc de l’épingle 1207 m juste après le Grand Villard à une heure indécente. L’horaire est primordial, on est déjà en avril, et la face de montée est plein Est et la descente plein Sud.

Nous remontons les pâturages à la frontale, la neige est bien évidemment absente à cette altitude, c’est un assez long portage qui nous attend. En remontant le vallon, prendre un sentier très marqué sur la gauche, qui part plein Est vers la lisière de la forêt. Suivre ce sentier (pas évident avec les névés, nous devrons finir par sortir le GPS pour le rejoindre) jusqu’à la cabane pastorale à l’altitude 1515. (Marignane !) Une deuxième option, peut être plus simple en itinéraire, est de partir de la piste carrossable dans le hameau qui aboutit sur la cabane.

Nous ne sommes pas seul dans le Devoluy

Nous rencontrerons 2 groupes partant sur le même objectif à la cabane. Il fait encore nuit, et c’est dans l’aube naissante que nous remontons les pentes surplombant la cabane, et qui donnent accès au vallon du Grand Villard. Les névés deviennent continus, nous chaussons les skis vers 1650 m.

Replat défendant l’entrée du vallon. On devine le Petit Ferrand tout au fond

Replat défendant l’entrée du vallon. On devine le Petit Ferrand tout au fond

 

De là, la pente se calme. Elle est irrégulière à cause de 3 creux successifs jalonnant le fond du vallon. Le soleil se lève éclairant les falaises les unes après les autres.

La Montagne de Faraut

La Montagne de Faraut

Le soleil passe au dessus de la Montagne de Faraut. La crasse pour l’instant reste dans le fond de vallée. L’enneigement n’est pas exceptionnel, il y a eu pas mal de portage, il y en aura à la descente.

le « Gouturier »

le « Gouturier »

Arrivée dans le dernier creux, le « Gouturier ». Le calcaire si particulier du Devoluy se réchauffe doucement, ainsi que la neige. On devine d’ancienne coulée. On est pile dans l’axe du Grand et du Petit Ferrand. Ils sont protégés par un système de doubles barres, qui définissent une vire intermédiaire, dit la « Vire Olympique ». Comment accède-t-on au sommet par cette face ??

 vitte 1

 

Ascension par la voie des chourums

Par les chourums ! A prononcer, selon les envies « Showrooms », « Choux-rhum », ou Chourain, qui veut dire grotte, ou gouffre en parler local. C’est donc Guillaume, qui finit les dernières conversions avant de commencer la remontée de ce gouffre de 100 m de long. 

Voilà l’itinéraire à prendre dans la face

Voilà l’itinéraire à prendre dans la face

 

 vitte 2

L’entrée dans la gueule du loup. Les premiers par sont impressionnants : La pente se redresse, on perd quelques °C à chaque pas, la luminosité diminue. C’est beau.

 vitte 3

Il y a quelques étroitures à négocier, qui font qu’ajouté à l’état de surface moyen de la neige, nous ne tenterons pas la redescente par cet itinéraire (côté 5.2 tout de même).

la sortie du Chourum Olympique

la sortie du Chourum Olympique

Ambiance à la sortie du Chourum Olympique (le premier). C’est à partir d’ici que l’exposition est maximale. La neige est parfaite, portante, les marches se taillent aisément sous les pieds. Nous avions de la marge au niveau de l’horaire, encore 1h30 pour passer sereinement. Mais je n’y mettrai pas les crampons si ça n’était pas en conditions.

 vitte 4

La même photo, dans l’autre sens ! A la sortie du chourum, il faut se diriger droit sur la falaise, puis obliquer à gauche dans la ligne de faiblesse, où l’on découvrira la 2ème grotte à remonter.

Le deuxième chourum

Le deuxième chourum

Le deuxième chourum. Plus encaissé, mais plus court. Au final, avec la neige, la luminosité n’est jamais un problème.

vitte 5

 Guillaume, juste avant le ressaut mixte. Ici il passait en neige, la glace affleurant à quelques endroits.

 vitte 6

 vitte 7

Dans le ressaut. On doit atteindre les 50°. Ce jour-là, ça passait avec un simple piolet de rando (acier).

 Relais disponible sur 2 pitons

Relais disponible sur 2 pitons (renforcé en 2009) dans un pilier 20m au dessus du ressaut, nous ne l’avons pas utilisé.

  vitte 8

L’une des plus belles courses en ski de randonnée

C’est sans doute la plus belle course à la journée que j’ai faite dans ma courte carrière de skieur. S’extraire d’un gouffre pour remonter une pente suspendue sous les rayons d’un soleil printanier…Oserais-je établir le lien avec un accouchement ? Et puis après tout, pourquoi pas ! On va tous en montagne pour, d’une manière ou d’une autre renaître, non ?

Sortir du tunnel, en direction du col séparant Grand et Petit Ferrand. Obliquer rapidement sur la gauche vers une rampe très raide (55° sur 15m). Les pentes se couchent progressivement pour arriver sur la crête qui vous mènera au sommet.

vitte 9

 

Summit !

Summit !

 

La descente par les chourums ne nous inspire pas.

Nous descendrons par la voie Normale, orientée Sud. Du sommet, se diriger au Sud dans des gradins faciles, mais nécessitant encore les crampons (fonctions de l’enneigement). Ensuite, buter sur une petite barre. Un spit+cordelette se trouve au dessus, descendre en rappel une petite quinzaine de mètre, ou éviter cette barre par la gauche (évitement dont nous n’avons eu connaissance que grâce à une autre cordée nous ayant rattrappé alors que l’on lovait notre rappel…) De là on peut skier sur une pente suspendue à 35-40° Sud Sud-Est un peu exposée. On passe une étroiture, et enfin, la pression se relâche, les pentes s’adoucissent.

Plusieurs options de descente du Chourums ici :

1/ Descendre jusque vers 2200m, puis traversée à flanc pour rejoindre le vallon Girier qui ramène au pied du vallon du Grand Villard (aucun repeautage si on vise bien). Il y a pas mal de gouffres indiqués sur la carte, on n’avait pas envie de traverser à flanc pendant des heures, on n’a pas choisit ça.

2/ Remonter par le pas de la coche. (100 m de remontée à 35-40°).

3/ Nous avons choisi de descendre la voie normale en intégrale, quitte à marcher un peu pour remonter à la voiture. Sauf que, par fainéantise de remonter une cinquantaine de mètres à la fin du vallon, nous avons choisi de nous engager dans les gorges du torrent des Adroits. Très mauvaise idée qui nous aura valu 1h de bartasse supplémentaire les skis sur le sac, celles-ci deviennent rapidement franchement scabreuses.

Conslusions sur notre trip grimpe et ski de rando dans le Devoluy

C’est une course magique, qui allie technique et esthétisme. La sensation de rentrer dans une grotte, d’imaginer la skier pour les meilleurs, est véritablement incroyable. Ajouter un franc soleil printanier, et vous aurez l’impression d’être en apesanteur sur ces magnifiques pentes suspendues. Cela se mérite, au prix d’une exposition importante, même si elle n’est jamais « présente » et impressionnante. Cette course nécessite également un peu de technique, le cramponnage, les manips de corde, mais rien d’horrible, cela reste AD. Enfin, ici tout est sauvage

Matériel utilisé sur notre séjour grimpe et ski de rando dans le Devoluy

Catégorie  Nom du model   Marque Pourquoi avoir fait le choix de ce model au départ  Est ce que ce choix a répondu à cette expérience raconté dans ce trip ski de rando dans le devoluy   Si c’était à refaire 
 Sac à Dos Guide 35+  Deuter Confort et durabilité  Très Bon confort, mais lourd Le litrage est un peu grand pour une rando à la journée.J’aurai pu prendre mon Simond 22 light, mais vu le portage velu que comporte cette sortie, j’ai préféré miser sur le confort que sur le poids, d’autant plus que 22 litres est un peu limité avec les crampons. Peut être partir sur un 26-28 litre light?
Skis Aspect  Atomic compromis descente montéepas cher parfait Très bons en pente raide, même si en cas de neige dure, on peut les trouver trop taillés.
 Chaussure ski  Rush Scarpa  Confortpoids Parfait, notamment lors des portions de portage. Le débattement est très bon, et permet un éroulé du pas excellent.
Piolet Summit Petzl angle Bien car pas de glace. Piolet traction dans le cas contraire ? L’angle du manche permet de l’utiliser en « piolet traction » lors des passages les plus raides. Cela a suffit.
Crampons Serac BD Article donné … Tenue parfaite Des campons plus légers peuvent être utilisés.
DVA EVO 3 ARVA Prix, 3 antennes Parfait Parfait, mais pas testé (heureusement !)
Softshell Bionassay Quechua Rapport qualité prix Parfait Très bonne veste. Bonne respirabilité (zips) & petit apport thermique. Limite le nombre de sessions habillage/deshabillage inhérentes au ski de rando. Etre sûr de la météo car pas étanche ! La capuche est trop petite pour la passer au dessus du casque d’alpi.
Pantalon Haute route Mammut Confort Parfait Excellent pantalon softshell, avec des parties imperméabilisées. Utilisé toute l’année. Par contre le bas est évasé, sans système de serrage : galère avec les grosses d’alpi en été (rajouter une pression ou un scratch)
Première couche ML 200 Icebreaker Le mérinos ! Parfait Article gagné l’année dernière au concours le Yéti. Toujours parfait, n’a pas bougé en une saison
Casque Elios Petzl Prix Lourd, peu ergonomique Un casque plus léger sera certainement mon prochain achat.

1 commentaire

przesmycka 15 octobre 2014 - 16 h 30 min

très belles photos

Répondre

Laisser un commentaire