Ascension de la face sud de l’Ailefroide orientale dans les Ecrins

par Yoann FOULON
ascension de la face sud de l'Ailefroide orientale

Yoan FOULON, Ambassadeur TRANGOWORLD  nous partage son Ascension de la face sud de l’Ailefroide orientale dans les Ecrins.

Informations pour préparer la course d’alpinisme Voie normale de la face sud de l’Ailefroide orientale

Date :

La sortie d’alpinisme s’est déroulée du 13 au 14 Août 2019.

Quand partir dans le massif des Ecrins:

Période favorable : Juin à Septembre

Lieu :

Oisan Est/Ailefroide/Hautes Alpes/France

Comment s’y rendre :

En voiture : Temps depuis Montpellier : 4h30

Participants à l’ascension de l’Ailefroide:

Yoann FOULON et son Papa

Où dormir près d’Ailefroide

Le camping d’Ailefroide est au pied de tout.

Caractéristiques de la voie normale de la face sud de l’Ailefroide orientale

Horaire d’approche :

  • 4h pour aller au bivouac
  • 15min pour rejoindre le pied de la voie
  • 5h/4h30 pour la voie
  • 3h de descente jusqu’au bivouac
  • 3h pour rentrer à Ailefroide

Bivouac très confort avec de l’eau

Lien internet :

  • https://www.camptocamp.org/routes/53807/fr/ailefroide-orientale-arete-s-voie-normale-

Bibliographie :

Vous trouverez toutes les infos sur le topo Neige glace et mixte de Sébastien Constant

Topo guide Ascensions en Neige et Mixte  Tome 1 Écrins Est, Cerces, Queyras de Sébastien CONSTANT

Quoi d’autres dans les environs :

Randonnée, escalade de voies, escalade de blocs, kayak, farniente, …

Ascension de la face sud de l’Ailefroide orientale dans les Ecrins avec mon Père

Le massif des Ecrins  un lieu encore bien sauvage

Les vacances en famille c’est aussi l’occasion de faire partager à nos proches les choses qui nous plaisent profondément. Ce mois d’août j’ai eu l’occasion d’emmener mon père faire une course d’alpinisme.

Cela faisait très longtemps que j’en avais envie. Sans doute depuis mon enfance, quand j’ai fait mes premières randonnées avec mes parents. Je rêvais alors d’aller plus haut que les sentiers balisés, de fouler la neige et la glace. Je voulais le faire avec mon père qui je le sentais, prenait un grand plaisir à être là-haut. Partager ce genre de bonheur est magique.

Malheureusement nous n’avions jamais réussi à programmer de sorties et mes premières escapades alpinistiques je les aie faite avec des copains. Mais cette été presque 20 ans après, l’occasion se présente à nous. 

Partager sa passion de la Montagne avec son Père

Un bivouac avec mon papa sous les Aiguilles de Sialouzes

Nous passons nos vacances dans l’Embrunais, je cherche alors une belle course à réaliser dans les Ecrins. En premier lieu je pense évidemment à celles du bassin du glacier blanc qui offre un cadre magnifique pour une initiation. La barre des Ecrins, le dome ou la roche forio seraient des courses de choix, mais en ce plein mois d’août cela risque d’être surpeuplé… et je n’ai pas envie de faire découvrir la montagne à mon père sous cet angle là.

Et si on partait pour la voie normale de la face Sud de l’ailefroide Orientiale

Je pense alors à l’Ailefroide orientale par la voie normale de la face sud. Cette voie est côté PD, il y a quelques passages de grimpe en III, de la pente de neige (40/45°) et sans aucun doute un cadre sauvage. C’est parfait.

En direction de l'Ascension de la face sud de l'Ailefroide orientale

J’avoue maintenant que je me suis pas mal demandé si la course n’allait pas être un peu trop rude pour lui. Il a 61 ans, il se remet tout juste d’une opération de la hanche (hiver dernier), ce n’est pas un grimpeur et il ne s’est jamais servi de crampons… Il y a du challenge. Mais j’ai confiance, et je suis prêt à faire demi-tour à tout moment s’il le faut.

Parti pour 2 jours d’alpinisme

Cette course se fait sur deux jours : le premier nous ferons une belle randonnée jusqu’au pied des difficultés, puis le deuxième jour nous grimperons l’Ailefroide orientale et nous redescendrons à la voiture.

Le Bivouac bien confortable au dessus du bassin du Sélé avant l'Ascension de la face sud de l'Ailefroide orientale

La randonnée du premier jour nous l’avions déjà faite 18ans auparavant jusqu’au basin du Sélé. A cette époque j’avais 13ans et je me souviens toujours d’avoir été émerveillé par le spectacle des montagnes, je m’amusais à grimper sur les névés en me prenant pour un alpiniste. Mon père n’avait pas remis les pieds dans ce vallon depuis cette époque-là ; ça lui a rappelé quelque bon souvenirs.

Ce coup-ci nous continuons à marcher un peu plus haut jusqu’à passer au-dessus du refuge d’hiver en direction des aiguilles de Sialouze.

Le choix du Bivouac

Nous trouvons alors de beaux emplacements de bivouacs. Reste à choisir celui qui nous semble le plus confortable.

Nous avons bien marché, la forme est bien là, je suis assez confiant pour la suite.

Notre bivouac est installé juste en face l’attaque de notre voie. Elle commence par grimper une barre rocheuse par des successions de passage en III et II. Mais d’en face ça semble raide et ça peut paraître impressionnant.

« Gloups, mon papa va-t-il réussir à grimper ça ? N’ai-je pas une fois de plus mis la barre un peu trop haut ? »

Le doute commence à s’installer, mon père n’est pas très convaincu non plus…

« Ne t’inquiètes pas, de face cela semble toujours plus raide de par l’écrasement … »

dis-je à mon père qu’à moitier convaincue.

« On va aller voir au pied pour se rassurer ».

Une fois plus proche on se rendit mieux compte des passages et cela nous sembla moins raide. Nous sommes un peu rassurés.

« Demain si on ne le sent pas on peut faire demi tour quant on veut… » « On ne se met pas de pressions ».

Le passage de la banane de l'Ailefroide Orientale, bien raide

Nous retournons au bivouac pour manger et nous installer pour la nuit. Je n’oublierai jamais la tête de mon père lorsqu’il m’a demandé où était la tente et que je lui ai répondu qu’on en avait pas et qu’on allait dormir à la belle étoile. Ça aussi, c’est une première pour lui !

A l’assaut de l’Ailefroide Orientale

5h du matin. Le réveil sonne, les étoiles sont encore bien présentes dans le ciel et le thermomètre indique -1°C.

« Bonjour, bien dormi ? Tu as du givre sur ton sac de couchage… »

« Oui bien dormi, je n’ai pas eu froid en tout cas ».

Nous prenons notre petit déj’ dans nos sacs de couchage. À 5h50 nous voilà prêt à décoller vers le sommet de l’Ailefroide orientale.

Nous arrivons au pied des difficultés au lever du jour. Alors, nous nous équipons rapidement et commençons à grimper. Nous apercevons rapidement que c’est moins raide que ce qui y paraît et nous trouvons rapidement le bon cheminement pour passer au plus facile. Mon père avance bien, ça devrait bien se passer… Nous basculons de l’autre côté par un système de vires aériennes qui nécessite quelques poses de protections (sangles et deux ou trois friends). Un chamois fait son apparition et nous montre par quelques acrobaties qu’il est bien le maître des lieux. Nous rejoignons ensuite une deuxième barre par des pentes d’éboulis moins agréables à grimper.

Nous prenons de la hauteur et la vue devient de plus en plus grandiose, des sommets apparaissent au fur et à mesure de notre progression.

Nous arrivons au niveau du glacier.

Nous chaussons les crampons et nous continuons vers le sommet. Une courte partie en rocher nous oblige à grimper à nouveau (III), je garde les crampons mais je conseille à mon père de les enlever, ce n’est pas simple de grimper avec des crampons sur le rocher surtout avec des crampons à lanières.

Le sommet de l'Ailefroide orientale, quelle vue !

Il nous reste plus qu’une difficulté avant le sommet, le passage neige et glace de la banane. C’est assez raide et les précédentes chaleurs ont eu raison de la neige au profit de la glace. Puis, nous avançons prudemment et je n’hésite pas à placer une broche de temps en temps pour nous protéger. L’ambiance est magique. Nous surplombons le glacier central de l’Ailefroide et ses crevasses béantes.

Le passage de la banane passé, nous ôtons nos crampons et terminons l’ascension vers le sommet dans un grand pierrier. L’altitude commence à se faire sentir, mais les paysages grandioses qui nous entours à présent nous font oublier la difficulté physique.

Au sommet, quelle vue !

Nous voyons la Barre des Ecrins, la Meije, le Râteau, les Agneaux…et même plus loin comme le Mont blanc d’un côté,  le Viso, la falaise de Ceûse et même le Ventoux !!!

Mon père semble très heureux d’être là ! Je suis si content de pouvoir partager un tel moment avec lui. Nous restons au sommet de l’Ailefroide orientale un bon moment. Puis il  faut décider de rentrer. On ne doit pas oublier qu’au sommet nous venons de réaliser seulement la moitié de la course.

Puis c’est le moment de descendre alors tranquillement et très prudemment en prenant bien le temps de protéger les passages plus délicats.

Du sommet de l'Aildefroide orientale on domine tout

À 13h nous voilà de retour au bivouac avec de belles images plein les yeux et de bons souvenirs que nous nous oublierons sans doute jamais.

Conclusion de mon Ascension de la face sud de l’Ailefroide orientale dans les Ecrins

Cette course a été un très bon choix pour une belle initiation un peu poussé. La variété de l’escalade, le cadre, la tranquillité des lieux et la beauté du sommet en font sans doute une des plus belles courses du coin dans ce niveau de difficulté. J’espère avoir encore l’occasion de réaliser une si belle course avec mon père…

Matériel utilisé pour l’ascension de la face sud de l’Ailefroide orientale

Vêtements alpinisme

CATÉGORIENOM DU MODÈLEMARQUEPOURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODÈLE AU DÉPARTEST CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉ DANS CE ROADBOOKSI C’ÉTAIT À REFAIRE
DOUDOUNETRX2 800FTTRANGOWORLDapport thermique et légerOui, Chaud et léger et très compact. Dommage que la poche de compression n’est pas de anse pour l’accrocher au baudrier.super
PREMIÈRE PEAU (HAUT)Tee-shirt mc merinosRABRespirant et agréableAucune gêneSuper pour les courses estivales
PANTALON SOFTSHELLGamma mx pantARC'TERYXBonne protection sans être trop chaud ou trop lourdOui et le système de serrage aux cheville est bien penséA renouveler
HardshellTrx2 shell proTRANGOWORLDUne protection optimale contre le vent et la pluie (même la très forte pluie).Le mieux que j'ai euJe garde
GantsNavanTRANGOWORLDDes gants chaud et précisNormalement pour la cascade de glace mais ils conviennent bien à de l'alpi estivaleA refaire
ChaussettesMerinosSMARTWOOLChaussettes fines en laines merinosLa seule vraie matière de sous vêtement pour la montagneOn ne fait pas mieux
POLAIRE PULLOVER NAVANTRANGOWORLDLégèreOui, bien pour cette saisonParfaite

Matériel d’alpinisme

CATÉGORIENOM DU MODÈLEMARQUEPOURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODÈLE AU DÉPARTEST CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉ DANS CE ROADBOOKSI C’ÉTAIT À REFAIRE
HARNAISEllipseBEALléger et confortableOui mais j’ai connu mieu en confort. Et les boucle de serrage ne sont un peu duresA refaire
MOUSQUETONS Attache 3DPETZLForme poire de taille moyenne. Model légerOui, le seul point négatif est sa visserie qui a tendance a s’ouvrir facilement.A changer
CORDE À DOUBLEGulli 60m Golden DryunicoreBÉALFine et fluideOui, très bonne fluidité, j'ai pris qu'un brin qu'on a attaché en doubleAu top
CHAUSSURESTriolet gtxSCARPAChaussures d'alpi très polyvalenteBonne tenue du piedA refaire
FRONTALETikka R+PETZLBon éclairage et différents modes d’éclairage (puissance)Oui, et bonne autonomieA refaire
DÉGAINESAngePETZLlégèretéOuiAu top
ASSUREURReversoPETZLAssurage du leader et du second avec corde à doubleOuiA refaire
SANGLEFin anneau 60PETZLPratique pour rallonger les points de protections (spits, pitons, coinceurs…)OuiA refaire
SANGLEFin anneau 120PETZLPratique pour faire des relaisOuiA refaire
SANGLEFin anneau 180PETZLBien pour trianguler 3 pointsouiA refaire
CASQUESirrocoPETZLLégèretéOui, et très bonne tenue sur la tête, le clip aimanté permet une mise rapide du casque même avec des gants
COINCEURS MÉCANIQUESCamalot C4BLACK DIAMONDStabilité, maniabilitéOui, une base bien sûreOn ne change pas.
CramponsLynxPETZLCrampons modulables pour une grande polyvalence d'utilisationOuiPas mieux
PioletQuark marteauPETZLUne base de polyvalenceBien sûrPas mieux
Broche à glaceLase speedPETZLtrès bonne prise en main et amorssage facilparfaitPas mieux

Matériel de Bivouac

CATÉGORIENOM DU MODÈLEMARQUEPOURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODÈLE AU DÉPARTEST CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉ DANS CE ROADBOOKSI C’ÉTAIT À REFAIRE
DUVET Xero 550MOUTAIN EQUIPMENTLéger et compactOuiA refaire sans hésitation
MATELAS LÉGERMousseQUECHUATrès bon prix et suffisant pour dormir dans des cailloux.Prend peu de place et très bonne isolationA refaire
RÉCHAUDCrux liteOPTIMUSLégèretéOui, Parfait pour des courses ou le poids est un élément important pour la réussite de la courseTrès bien

1 commentaire

Line 22 novembre 2019 - 18 h 33 min

Merci pour se beau récit qui fait rêver.. un jour peut être.. 😉

Répondre

Laisser un commentaire