Découvrir Belle-île-en-mer en kayak

par Line KONG A SIOU
Traversée à la voile durant notre tour de Belle-île en mer en kayak de mer

Line Kong A Siou et JC nous partagent leur expérience de la découverte de Belle-île en mer en kayak de mer

Informations pour préparer un voyage en kayak à Belle-île-en-mer

Date :

18 au 20 Août 2021

Quand Partir :

L’été est la période la plus propice car les conditions de navigation seront meilleures, avec plus de chance d’avoir peu de houle pour profiter de la côte sauvage

Lieu :

Belle-île-en-mer, Morbihan. Le bourg le plus important est Le Palais.

Comment s’y rendre :

Nous avons traversé en kayak, mais un ferry fait la traversée en un peu moins d’1h depuis Quiberon. En saison, compter environ 35 € l’aller-retour pour 1 personne et 180 € pour une voiture

Participants :

JC Eloy et Line Kong A Siou

Retrouvez les expériences de Line et JC en Kayak de mer:

Où dormir à Belle-île-en-mer :

Nous avons dormi en bivouac, mais plusieurs possibilités d’hébergement sont possibles. En particulier, si vous êtes en kayak, le camping municipal de Port Andro est un bon point de chute car facilement accessible depuis la plage. D’autres campings et possibilités d’hébergement sont disponibles, plus à l’intérieur des terres.

se restaurer/où se réapprovisionner à Belle-île-en-mer :

Vous pourrez facilement vous réapprovisionner dans l’une des bourgades de l’île : Le Palais, Sauzon ou Locmaria

Office du tourisme :

Le site internet de l’office de tourisme de Belle-île

Téléphone : +33 (0)2.97.31.81.93

Adresse : Quai Bonnelle CS 61102 56360 LE PALAIS

Caractéristiques du plan d’eau :

Les courants de marée sont bien présents mais peu gênants, sauf en quelques points où ils peuvent être forts et générer des vagues et mouvements d’eau pas toujours évidents à négocier. C’est le cas notamment aux deux extrêmités de l’île (pointe des Poulains, pointe de Kerdonis). Il faut également tenir compte du courant de marée pour la traversée.

La houle peut rendre la navigation très engagée, surtout côté large. Il est donc impératif de regarder les prévisions de mer, en plus de la météo. Par forte houle, il sera nécessaire de naviguer loin de la côte (quel dommage !) et les accostages peuvent être vraiment compliqués voire impossibles. Par ailleurs les cartes marines indiquent des zones de fort ressac dont il faudra se méfier.

Enfin, si on a plus de temps et un créneau météo favorable, il peut être intéressant de coupler cette navigation avec la visite des îles d’Houat et Hoedic.

Quoi d’autre dans les environs :

Sur l’île, de nombreuses possibilités s’offrent à vous, à commencer par la randonnée sur le sentier côtier puisque le GR340 parcourt le tour de l’île en 85 km. C’est un endroit de rêve pour tous les autres loisirs nautiques : surf, voile, plongée etc. Il y a également plusieurs sites historiques à visiter : la citadelle Vauban qui surplombe le port de Palais, le grand phare et sa vue panoramique, ou encore le fort de Sarah Bernhardt, résidence d’été de l’actrice, meublée et décorée comme à l’époque.

Bibliographie :

Lien Internet :

  • www.geoportail.fr : la référence pour les cartes de randonnée, mais propose aussi une « carte littorale » très appréciable
  • https://data.shom.fr/ : l’équivalent de géoportail pour la mer, avec les cartes marines complètes, mais aussi les cartes de courants de marée
  • www.kayakalo.fr : ce site répertorie les possibilités de mises à l’eau en France
  • windy.com : site de prévision météo et de houle/vagues qui offre la possibilité de comparer plusieurs modèles de prévision, permettant d’avoir une idée de la fiabilité de la prévision

Traversée en kayak vers Belle-île-en-mer et découverte de la côte sauvage

Cela fait plusieurs années maintenant que nos pagaies nous mènent en îles bretonnes. Des lagons paradisiaques des Glénan aux puissants courants de Molène et Ouessant, nous avons fait quelques belles navigations et agréables bivouacs du côté ouest de la France. Mais s’il n’en fallait voir qu’une, ce serait la bien nommée Belle-île-en-mer !

En kayak à Belle-île, prendre son temps

Le premier conseil que l’on peut donner pour réussir cette navigation, c’est celui de prendre son temps. Il peut évidemment être tentant, pour des kayakistes bien entraînés, d’expédier le tour en deux jours, avec un seul bivouac. Mais ce serait passer au large de bien des beautés cachées dans les recoins de la côte sauvage. Nous avons donc fait deux bivouacs pour profiter au maximum du créneau météo et surtout pour explorer tous les coins et recoins, notamment autour des aiguilles de Port Coton.

La traversée : du vent dans les voiles

On ne le répètera jamais assez : naviguer en Bretagne, c’est vivre au rythme de la marée. Ce jour-là elle est sympa, et le départ se fera en milieu de journée. Grasse matinée donc, et tout le temps nécessaire à la préparation et au chargement des kayaks sans se presser. Il est 13h15 lorsque nous donnons nos premiers coups de pagaie à la pointe du Conguel, tout au bout de la presqu’île de Quiberon. Une traversée de 17 km nous attend pour rejoindre la pointe Est de Belle-île, avec un léger vent de travers. Tous les kayakistes le savent, le vent de travers, c’est pénible à la longue. Mais nous avons la parade : les nouvelles voiles fabriquées par JC nous permettent de tenir une allure très correcte sans nous fatiguer ni dériver ! C’est ainsi que la traversée est avalée en 2h20 quand on s’attendait à y passer 3h.

Traversée vers Belle-île en kayak à voile
Traversée vers Belle-île à la voile

Belles plages et crustacés

Le temps gris nous fait un cadeau : un généreux rayon de soleil pour notre 1er accostage sur l’île. On peut enfin dégourdir nos jambes, enfermées dans le kayak depuis trop longtemps. De retour sur l’eau on poursuit en passant au plus près des cailloux et déjà on est émerveillés : des falaises découpées, des plages de sable fin, et même une grotte marine dont le plafond effondré nous laisse voir le ciel. Sur les rochers, on peut observer des quantités astronomiques de pouce-pieds. Ces crustacés élisent domicile sur les rochers battus par les vagues, juste dans la zone de battement des marées. C’est paraît-il délicieux, mais évidemment la récolte n’est pas aisée !

Port Andro premier accostage au soleil à Belle-île en kayak

Dessiner sur le sable en attendant la marée

Le soir venu nous posons notre bivouac sur une plage magnifique et déserte, accessible uniquement par un sentier très escarpé équipé d’une main courante. Pour le confort de couchage, JC aplanit le sol en se servant de sa pagaie comme une spatule. Tel un pâtissier faisant un glaçage au chocolat !


Le lendemain, comme pour tout bivouac qui se respecte, la tente est pliée le plus tôt possible. Nous devons partir à la mi-journée, on a donc tout le temps de profiter de la plage. JC s’équipe de deux sardines – de gros calibre – et d’un bout de corde. Avec ce compas géant, il commence à tracer cercles et lignes dans le sable. Je monte sur le sentier pour profiter de la vue, et suis comme hypnotisée : cercle après cercle, pétale après pétale, c’est un dessin gigantesque qui apparaît. Les pétales sont tracés à « main levée » avec la pagaie de secours ! Et dire que dans quelques heures, la marée aura tout recouvert.

Dessin sur la plage tracé par JC. Trouverez-vous les deux kayaks sur la photo ?

La côte sauvage : de criques en grottes marines

Belle-île en kayak : la côte sauvage

On embarque aux alentours de midi pour la côte sauvage. Les conditions sont parfaites : pas de houle ni de vent. Voici déjà les aiguilles de Port-Coton, immortalisées par Monet qui passa près de 3 mois sur l’île. Notre point de vue est très différent de celui du tableau du peintre mais nous permet de rentrer dans cette image de carte postale, au sens propre. A cet endroit la côte est en effet exceptionnelle : nous n’avons jamais vu une telle concentration de grottes, d’arches, de tunnels creusés dans la roche. A un moment je ne vois plus JC, a-t-il pris l’arche de droite ou le tunnel de gauche ?

Un des nombreux tunnels et arches vers Port-Coton

Un peu plus loin nous trouvons par hasard le « trou du Vazen » : un tunnel rocheux naturel qui nous mène à une petite plage à ciel ouvert. Epoustouflant ! Avec l’exploration de tous ces recoins, l’après-midi est bien plus avancée que nous. Le bivouac est encore loin. Le vent et le clapot sont plus sensibles maintenant, et on décide donc de mettre les voiles.

Après la contemplation, l’action !

Peu avant la pointe des Poulains, les conditions de navigation deviennent « sportives ». Au passage d’une pointe, quelques vagues désordonnées viennent pimenter cette navigation décidément très variée. En arrivant à la pointe des Poulains, on aperçoit un bon train de vagues. Le courant est contraire mais le vent favorable : on passe au surf et à la voile ! Très amusant ! JC veut repartir pour un tour de manège. On reprend donc un ticket en empruntant une petite passe au calme qui nous permet un retour en arrière facile

Phare des Poulains

Peu après, une plage nous permet d’accoster et d’aller voir de plus près le phare des Poulains. Au milieu des touristes, jupes mouillées et pagaies en main, on ne respecte pas vraiment le dress-code !

Bivouac agité et mer d’huile

On l’aura compris, nous avons maintenant quitté la côte sauvage, et le prochain bivouac sera donc forcément un peu moins isolé. Nous trouvons tout de même une plage au calme. Le GR passe juste à côté, apportant son petit lot de randonneurs et de baigneurs dans la soirée. Le temps gris finit par nous donner quelques gouttes, au moment même où on venait d’enfiler des affaires sèches. Les joies du bivouac.


Vers 22h30, alors que nous venons de monter la tente et que l’on s’apprête à se coucher. Une dizaine de jeunes, lampes et enceinte bluetooth en main, arrivent sur la plage et tentent d’allumer un feu ! Ils y parviendront non sans mal… Boules quies obligatoires ce soir !

Le lendemain, la traversée retour se fait sans encombre, sur une mer d’huile.

Conclusion de ces 3 jours en kayak de mer à Belle-île

Un véritable coup de cœur pour ce séjour à Belle-île. La navigation a été très variée : traversées, rase-caillou et même un peu de surf dans le courant de la pointe des Poulains. La côte sauvage est de toute beauté, même s’il nous aura manqué un rayon de soleil pour faire de plus belles photos ! Enfin, le premier bivouac est sans doute l’un de nos plus beaux bivouacs en kayak en France.

Matériel utilisé pour découvrir Belle-île en mer en kayak de mer

Matériel bivouac utilisé sur notre trip kayak de mer autour de Belle île en mer

CatégorieNom du ModèleMarquePourquoi ce choixChoix adapté à cette expérience ?A refaire ?
TenteArco XTVaudeImmense abside avec deux portes latérales. Nous l'avons même montée sur des dalles avec de grosses pierres : impeccable. Tiens très bien le vent si elle est montée et orientée correctement. Après plusieurs années, elle commence à donner des signes d’usure mais reste parfaitement utilisableOui, confortable. Une plus petite tente moins confortable aurait aussi fait le job au vu de la faible durée du voyage et les bonnes conditions météoOui, sans problème.
Sardines spéciales sableSnow and Sand Peg 31 cmVaudeNous dormons très souvent sur le sable et les sardines classiques ne suffisent pas : il faut créer d’autres ancrage en enterrant les pagaies ou avec des rochers. Ces sardines nous permettent de monter la tente plus rapidement et facilement.Oui, parfaitement.Oui, si la plupart des bivouacs se font sur ce type de sable (fin et sec). Autrement, c’est s’encombrer pour pas grand-chose puisque des alternatives sont possibles.
RéchaudDragonflyMSRRéchaud à essence avec 2 bruleurs (à choisir en fonction du carburant), permettant de bruler tout type d'essence et donc de cuisiner partout dans le monde. Nous l’avions particulièrement acheté pour notre voyage au groenlandTotalement surdimensionné pour ce type d’expérience mais « qui peut le plus peut le moins », et notre réchaud à gaz nous a lâché peu avant le départ.Possible. Ça reste moins pratique qu’un réchaud à gaz classique, et plutôt bruyant (on a l’impression de démarrer un avion à chaque fois qu’on doit faire bouillir un litre d’eau !). Mais en termes de volume et de coût du carburant ça nous semble plutôt avantageux. Pour notre consommation à deux on tiens au moins 4 jour avec la petite bouteille de 300 mL.
Matelas LineProlite SmallThermarestInitialement choisi pour la montagne, je m'en sers depuis des années pour tout type de rando. Bon rapport confort/poidsIl trouve là sa limite en matière d'isolation. J'ai eu un peu froid lorsqu'on dormait sur les dalles de granit.Pour ce type de voyage je prendrais un matelas un peu plus isolant, et peut être un peu plus confortable.
Matelas JCForclazTrek 700 air shortMatelas très compact donc facile à ranger dans le kayak et prix très attractifOuiOui.
Sacs de couchageForclazLight 10°cSac de couchage d’étéoui.Oui, sans problème

Matériel kayak de mer utilisé sur notre séjour à Belle île en mer

CatégorieNom du ModèleMarquePourquoi ce choixChoix adapté à cette expérience ?A refaire ?
Kayak JCRomany SurfNigel Dennis kayakLe kayak à tout faire de JC : Kayak joueur, bien adapté à l’encadrement (c’est son métier), solide et qui supporte d’être chargé pour une itinérance de quelques joursOui. Ce n’est pas typiquement un bateau de rando mais pour quelques jours c’est très bienOui sans problème
Kayak LinePilgrim expeditionNigel Dennis kayakKayak spécialement acheté pour la randonnée, et les conditions un peu musclées. Son volume me permet de le charger très facilement pour des voyages itinérants, et sa longueur de ligne d’eau lui confère une bonne vitesse (contrairement au pilgrim classic que j’avais avant)Oui, parfait. Il reste encore pas mal de place pour le chargement et donc des itinérances plus longuesOui
PagaiesPagaies traditionnelles groenlandaises home madePréserve les articulations, léger, le plaisir de pagayer avec un objet fait maisonOui parfaitementOui Nous naviguons avec depuis plusieurs années, toujours le même plaisir
VoilesPrototypes fabriquées par JCElles permettent un gain de vitesse, mais rendent aussi la navigation plus amusante, notamment lorsque le vent est travers.Oui, notamment pour la première traversée et le passage de la pointe des PoulainsOui.
Jupes-Reed Chill CheaterDes jupes bien étanches et qui sèchent très viteParfaitementOui. Ces jupes sont très bien pour la randonnée. Leur seul inconvénient est qu’elles sont un peu fragiles. Il faut donc éviter de les utiliser le jour où on fait des exercices de sécurité par exemple.
Gilet LineKaikouraPalmBonne flottabilité, nombreuses poches à l’avant, poche à eau dans le dos et un zip devant pour plus de facilité à l’enfiler.Oui. Il y avait 2 inconvénients à ce gilet : (i) Avec les poches, cela fait vite du volume devant ce qui rend difficile la remontée dans le kayak.. bon, je m’y suis entraînée maintenant (ii) Pas de système de remorquage intégré. Un petit bricolage a permis d’en ajuster un (ceinture largable)oui
Gilet JCXtremPalmBonne flottabilité, Système de remorquage avec largage rapide efficace si on ne mets pas tous les passants (autrement ça bloque).OuiOui

Vêtement spécifique utilisé sur notre rando kayak de mer à de Belle île en mer

CatégorieNom du ModèleMarquePourquoi ce choixChoix adapté à cette expérience ?A refaire ?
Veste kayak LineNinoArtisticUne nouvelle veste que je souhaitais légère, pour la mi-saison en méditerranée ou l'été en bretagne.Oui très bien. Le fait de pouvoir enlever facilement la capuche est appréciable, mais le système de fixation par bouton pressions est vraiment trop léger : s'enlève trop facilement, et protège peu le cou lorsqu'on a la capuche sur la têteOui c'était très adapté pour les moments les plus frais/ventés
Veste de kayak JCChinookPalmVeste avec double cheminée et manchons latex aux poignets.Oui. Très bienOui
Pantalon de kayak LineKokatatPantalon avec chaussettes intégrées. Couplé à la veste avec double cheminée, il permet de rester au sec même si on a de l’eau jusqu’aux cuisses pour embarquerUtilisé depuis plusieurs années, il commence à prendre l'eau (porosité au niveau des fesse avec les frottements ?) Néanmoins il reste adapté pour ce type d'expérienceOui
Pantalon de kayak JCcorsaire neopreneOlaianvêtement de mi-saison a prix très attractifpas mal, mais la taille est trop basse pour une utilisation kayak.Non, ce n'est pas très adapté pour le kayak à cause de la taille basse
T-shirt lycra manches longuesKokatatLes manches longues apportent une protection efficace contre les UV. En fonction des matières et de l’épaisseur, cela fait une couche thermique à, adapter à la météoOui. le traitement hydrophobe donne l’impression d’être toujours au sec même mouillé et il apporte une excellente régulation thermique. La couleur claire évite de « cuire » au soleil l’été. Pour les journées les plus chaudes nous avions des lycras fins (type surf) qui n'apportent pas de chaleurOui

Laisser un commentaire