Itinérance Kayak de mer en Bretagne

par Line KONG A SIOU
île de Batz à la voile

JC Eloy et Line Kong A Siou nous partagent leur itinérance Kayak de mer en Bretagne. Une itinérance de 6 jours entre Roscoff et Audierne.

Petite pause dans l'archipel de Molène

Informations pour préparer 6 jours d’itinérance kayak de mer en Bretagne

Date :

Du 14 au 19 août

Lieu :

Bretagne, de Roscoff à Audierne

Comment s’y rendre :

Depuis le sud de la France, compter une grosse journée de route voire une journée et demi si vous souhaitez faire des pauses un peu plus longues. L’itinéraire étant un aller-simple, la navette a été faite en bus (Audierne -> Quimper puis Quimper -> Roscoff). Le réseau de bus est plutôt pratique et les tarifs sont plus que raisonnables : 2€ pour ce trajet de plusieurs heures !

Participants :

JC et Line. Nous pratiquons le kayak de mer depuis 2010. Après quelques navigations en méditerranée, nous partons à la découverte des courants et marées de Bretagne en 2013. Depuis, nous y retournons presque chaque année pour profiter des paysages toujours plus beaux de cette côte… et nous frotter à des courants de plus en plus forts !

Où dormir en Bretagne:

Plusieurs campings assez pratiques pour le kayakiste sont présents le long de cet itinéraire (prévoir tout de même un chariot pour transporter les kayaks chargés) :

  • Camping « Aux 4 saisons » Presqu’île de Perharidi Roscoff : Camping tout ce qu’il y a de plus classique. Accès facile à la mer par toutes heures de marées, ça a été notre point de départ.
  • Aire naturelle de Camping de l’île de Batz : Moyennant quelques euros, vous pourrez poser votre tente dans l’herbe avec vue sur mer et prendre une douche. Le top.
  • Camping de Curnig : camping municipal dans les dunes. Très agréable. Bar sympa avec une provision de bières bretonnes à proximité. Une belle surprise en chemin.
  • Camping de Saint Gonvel (Argenton) : Positionnement stratégique intéressant pour partir ensuite sur Molène. Portage un peu long à prévoir pour monter au camping. Emplacements petits.
  • « camping » de Molène : Un vrai camping « nature », quelques euros pour poser sa tente avec vue sur mer, douches et sanitaire à la Mairie !

Autrement nous avons bivouaqué sur l’estran en prenant soin de ne monter la tente qu’à la tombée de la nuit (donc assez tard en cette saison), de la plier rapidement le matin et bien entendu de ne laisser aucune trace en partant.

Où se restaurer/se réapprovisionner en Bretagne:

De nombreux ports tout au long du chemin comportent des supérettes et autres marchés pour se réapprovisionner. Pour nous le plus pratique a été de se réapprovisionner à Molène : c’était à peu près à la moitié de la randonnée, nous connaissions les lieux et nous y sommes arrivés assez tôt dans la journée.

Caractéristiques de la côte Bretonne :

Naviguer en mer d’Iroise requiert un minimum d’expérience et de préparation. Les courants de marées peuvent être forts et les conditions de navigations assez sportives. Il faut donc veiller à bien se renseigner avant de partir, notamment lorsqu’on souhaite traverser vers les îles (Molène, Ouessant, Sein etc.) et passer la pointe du Raz. Les embarquements et débarquement sur les plages orientées à l’ouest peuvent vraiment poser problème lorsqu’il y a de la houle.

Quoi d’autre dans les environs :

La Bretagne est riche en découverte culturelle comme en activité de pleine nature.

Bibliographie et liens utiles :

Infos campings et aires naturelles :

Guisseny
Île de Batz
Camping de Perharidy
Landunvez
Mairie de Molène

Infos et horaires des bus sur la région Bretagne :

Réseau de transport Breizghgo

Les indispensables horaires de marées 

6 jours d’itinérance Kayak de mer en Bretagne : de Roscoff à Audierne

Le tour de la Bretagne en kayak de mer est un périple qui fait rêver bien des kayakistes avec ses côtes découpées, ses îles et ses paysages changeants avec l’alternance des marées. Nous avons eu un petit aperçu du parcours cet été 2018 en contournant la pointe bretonne sur 200 km.

Carte du parcours et bivouacs en Bretagne

A la voile autour de l’île de Batz

C’est bien en kayak que nous sommes partis, avec en bonus, deux petites voiles de fabrication maison pour nous aider. Nos kayaks sont petits, joueurs… mais bien chargés et donc pas très rapides.

île de Batz à la voile

Vous allez penser qu’il commence bien ce voyage en kayak, déjà on met les voiles pour se la couler douce ! Et pourtant… à ce stade nous sommes loin de nous douter que nous promènerons les voiles pour nous en servir peut être une heure sur tout le voyage tout au plus. Le reste du temps, il n’y avait soit pas de vent, soit vent contraire. Alors profitons cette petite navigation au Nord de l’île de Batz, poussés par le vent d’Ouest.

Dans 5 min, nous devrons longer la côte Sud face au vent, et surtout au courant, pour boucler le tour de l’île et atteindre le camping. A partir de là, promenade touristique à pieds jusqu’au phare (classé monument historique), magnifique coucher de soleil et soupe lyophilisée feront notre soirée.

Bistrot surprise

Non on ne l’avait pas repéré sur la carte, en réalité on ne pensait pas s’arrêter là, sur le site de Curnic près de Guisseny. Mais on était fatigués, l’endroit semblait tranquille et presque sauvage avec seulement cette grande digue et puis du sable. Un bon spot de bivouac en somme. Seulement voilà, derrière la dune, il y avait ce petit bistrot en forme de paillote de plage mais en beaucoup mieux. Après une journée de navigation sous le ciel gris voire crachotant, nous n’avons pas résisté à l’appel de quelque breuvage réconfortant. Si le courant de marée nous a bien aidé au début (coefficient de marée 107 – comprenez : ça pousse fort dans le dos !), il a bien fallu qu’il s’inverse et au bout de quelques heures on l’avait dans le nez.

2ème surprise au comptoir, ici on sert des bières bretonnes exclusivement. C’est donc la bière dans une main et la carte marine dans l’autre que nous passons cette fin de journée parfaite. Demain il faudra nous positionner au mieux si l’on veut atteindre l’île de Molène le jour suivant.

3ème surprise, on nous apprend qu’il y a un petit camping juste à côté, où nous pourrions poser notre tente. Après un peu de chariotage des kayaks, nous voilà donc installés dans notre petit nid entre les dunes. Douche, purée déshydratée et galette de soja à la provençale pour ce soir.

arrivée sous les nuages en kayak en Bretagne

Naviguer dans la brume

De la côte des Abers, nous n’aurons pas vu grand-chose, avec les forts coefficients de marée, il ne faut pas trop nous approcher au risque de nous échouer. A la fois trop près du bord, mais aussi très loin de la côte, nous serions alors condamnés à marcher sur un sol meuble, avec les kayaks chargés. Une vraie galère. En plus, plus on est loin du bord, plus le courant de marée devrait nous pousser dans la bonne direction. On navigue donc loin, en tentant de garder la visibilité de la côte sur notre gauche. Avec cette brume c’est loin d’être facile, et l’orientation est également complexe. De la côte, on ne voit qu’une vague forme… qui apparaît et disparaît au gré de l’épaisseur des nuages.

Comme hier, le courant s’inverse et on commence à forcer un peu contre-courant. C’est alors que la côte qui était à notre gauche semble se dérober et filer vers le Sud. Impossible, nous ne pouvons pas déjà être « au bout »,  on devrait encore pagayer au moins 1h, voire 2 pour atteindre Porspoder !  2 pagayeurs en Stand Up Paddle nous en donnent le cœur net : On vient de passer le port d’Argenton qui jouxte Porspoder. On revient donc un peu sur nos pas (youpi : courant dans le dos !) pour trouver le camping, puis le couvert (première crêperie du voyage).

Au soleil à Molène

Assis là, sur le banc bleu, se séchant, se bronzant même au soleil, on est bien loin de l’état d’esprit de ce matin. Depuis Argenton, on ne voyait pas le phare de Four pourtant tout proche… et c’est avec cette brume toute mouillée qu’on va avaler les quelques 20 km qui nous séparent de Molène ? Pas gagné. La météo annonçait pourtant du beau temps. Faisant confiance à la météo, nous nous dirigeons vers le phare du four (visible maintenant), puis cap au Sud-Ouest vers Molène. Peu à peu, l’île d’Ouessant et le phare de Kéréon s’échappent des nuages. Bonne nouvelle. Peu de temps après on finit par apercevoir notre objectif : 72 Ha et 26 m d’altitude, l’île de Molène ! Le soleil nous arrive et on profite finalement belles conditions pour faire la plus grande partie de la traversée.

Séchage des affaires et ravitaillement : ce soir c’est festin avec du frais : tzatziki, des concombres, du tiramisu trouvés à l’épicerie locale !

Séchage des affaires à Molène

itinérance Kayak de mer en Bretagne : Dauphins dans l’archipel

Journée parfaite le lendemain pour visiter l’archipel de Molène, labyrinthe d’îles bordées de courants puissants. Dès la première traversée, des dauphins nous souhaitent la bonne journée.

On poursuit la visite de l’archipel. Nous craignons de ne voir aucun phoque car ils sont habituellement en chasse à marée haute nous a-t-on dit. Mais ces animaux n’ont semble-t-il pas très faim aujourd’hui. Au soleil, dans un des contre-courants formé par la pointe d’une île, tout un troupeau font la grasse matinée. Seul le museau, dressé vers le ciel, dépasse de l’eau et semble flotter comme un bouchon ! C’est à peine s’ils daignent se retourner à notre passage.

Il est temps de faire la traversée retour vers le continent. D’autres dauphins viennent nous souhaiter la bonne après-midi alors que nous arrivons près du Conquet.

La pointe St Mathieu durant notre itinérance de 6 jours en Kayak de mer en Bretagne

Baie des Trépassés

Audierne, 22h30, on vient de renverser la gamelle de pâtes suite à une manœuvre malencontreuse. Dépités, fatigués mais tout de même affamés, on remet une gamelle d’eau à bouillir…

La journée avait pourtant commencé sous les meilleurs hospices. Une météo excellente, et la marée ne nous autorise pas à partir avant 11h (grasse matinée obligatoire !). Nous sommes tout près de la plage de la Palue, bien connue des surfeurs, sur la presqu’île de Crozon. L’étape d’aujourd’hui n’est pas très longue mais nous ne pourrons pas débarquer pendant assez longtemps.

On prévoit donc pas mal de fruits secs à portée de main, et des pauses régulières sur l’eau. J’essaie de contenir mon stress : ce soir nous dormons à la Baie des Trépassés. Tout près de la pointe du raz, c’est encore une plage à surfeurs et ce n’est pas pour rien. Peu importe le nom, j’ai toujours de l’appréhension quand je dois débarquer sur cette plage. Il y a toujours des rouleaux, plus ou moins grands, et je ne suis jamais bien sûre d’y arriver sur mon kayak. Bref, je m’attends à un débarquement sportif ce soir, même si les prévisions donnent une houle très faible.

Plage près de la Palue durant notre itinérance Kayak de mer en Bretagne

La double étape finale

Après 25 bons kilomètres, nous arrivons à destination. Vu du large, il y a bien 2m ou 2,50 m de vagues qui déferlent sur la plage de la Baie des Trépassés, et il y a beaucoup, beaucoup de monde dans l’eau. Le débarquement n’est pas sportif, il est engagé. Il faut prendre une décision. Arriver à la plage sans heurter un surfeur et dans son kayak (chargé) paraît très difficile. Le départ demain risque aussi d’être compliqué. On renonce donc à ce débarquement scabreux et on décide de poursuivre jusqu’à Audierne. On a de la chance : c’est tout juste la bonne heure de marée pour passer la pointe du raz.

Il est 16h, nous mettons pied à terre pour la première fois de la journée à Bestrée, petit port de pêche avec une cale très inclinée. Nos jambes engourdies par plusieurs heures de kayak apprécient, et il faut attacher les kayaks pour les empêcher de re-glisser dans l’eau. 20 min le temps d’avaler un peu de semoule et c’est reparti.

Nous arrivons vers 21h à Audierne, dans la brume et la nuit qui tombe. Après une étape de près de 50 km, il nous faut encore vider les kayaks, tout mettre dans le véhicule, et tenter de trouver une solution pour manger (nous n’avons plus d’eau). Une expédition au camion pizza échoue lamentablement et se transforme en expédition ravitaillement en eau + cuisine. Vous connaissez la suite 🙂 .

Conclusion de notre itinérance Kayak de mer en Bretagne

La Bretagne est un terrain de jeu magnifique pour le kayak de mer et cette randonnée ne fait pas exception. Les paysages sont variés : on passe des grandes plages de sable à une cote découpée, faite de falaises et de petites criques. La faune est très présente, en 6 jours nous avons vu des phoques, des dauphins, des fous de bassans et à chaque fois nous avons pu les observer pendant plusieurs minutes au moins. En choisissant bien son lieu de bivouac, on peut aussi partir à pied depuis la plage pour prendre un peu de hauteur et se dégourdir les jambes sur le magnifique sentier des douaniers.

Matériel utilisé pour notre Itinérance Kayak de mer en Bretagne

Vêtements utilisés durant notre séjour kayak de mer

CatégorieNom du ModèleMarquePourquoi ce choixChoix adapté à cette expérience de kayak de mer?A refaire ?
Veste de kayak LineThalassaPalmVeste avec double cheminée et manchons latex aux poignets : permet de rester bien au sec (si on ne se retourne pas). Le grand col qui remonte jusqu’aux yeux et la capuche sont un vrais plus. La poche zippée sur la manche est très pratique.Oui. Un poil étroit (difficultés pour l'enfiler), j'aurais dû prendre la taille au-dessus. c’est un super produit que j'utilise depuis plusieurs années.Oui, aucun doute
Veste de kayak JCChinookPalmVeste avec double cheminée et manchons latex aux poignets.Oui. Moins épais que celui de Line : bien pour la mi-saison en méditerranée et l'été en BretagneOui
Pantalon de kayak LineKokatatPantalon avec chaussettes intégrées. Couplé à la veste avec double cheminée, il permet de rester au sec même si on a de l'eau jusqu'aux cuisses pour embarquerParfait, même en été. Dans le kayak (à l'ombre et quasi au contact de l’eau), il ne fait pas particulièrement chaud et le pantalon n'apporte pas de chaleur en plus donc c'est idéal.Oui
short de kayak LineReed Chill Cheatersèche vite, permet de rester au secPas vraiment un peu frais.Non. La version short est pour moi trop légère pour la mi-saison, mais dès qu'il fait plus chaud, et qu'il y a du soleil la couleur noire fait que l'on "cuit" à l'intérieur. La version de pantalon ou corsaire qu'avait JC semble mieux adaptée.
Pantalon de kayak JCcorsaireReed Chill CheaterUne valeur sûre : bon rapport qualité-prix, sèche rapidementOui, pas trop chaud pour l’été mais protège quand même les genoux qui sont souvent en contact avec le kayakOui
T-shirt lycra manches longuesKokatatLes manches longues apportent une protection efficace contre les UV. En fonction des matières et de l'épaisseur, cela fait une couche thermique à, adapter à la météoOui. le traitement hydrophobe donne l'impression d'être toujours au sec même mouillé et il apporte une excellente régulation thermique. La couleur claire évite de « cuire » au soleil l'été.Oui

Matériels de bivouac utilisés durant notre itinérance Kayak de mer en Bretagne

CatégorieNom du ModèleMarquePourquoi ce choixChoix adapté à cette expérience de kayak de mer?A refaire ?
TenteArco XTVaudeImmense abside avec deux portes latérales. Permet de cuisiner au sec si nécessaire (initialement choisie pour un long séjour en norvège). Il a juste fallu remplacer les sardines ultralights fournies par des sardines spéciales sable (du coup le poids de la tente en prend un coup.. !)Oui. Pour cette expérience une tente plus légère aurait suffi (mais nous n'en avons pas d'autres et qui peut le plus peut le moins..)Oui
Matelas Line/JCProlite Small/A150 UltralightThermarest/QuechuaBon rapport confort/encombrementOui, très bienOui
Sac de couchage Line/JCForclaz Light 10°QuechuaDuvets en synthétique pour être moins sensibles à l'humidité qui est très courante lorsqu'on dort au bord de l'eau ! Prix.OuiOui
RéchaudMimer duo stovePrimusAccepte les 2 systèmes de cartouches de gaz, Prix attractifOui, semble solide (plusieurs voyages avec) et chauffe rapidement.Oui

4 commentaires

Saunier 28 juin 2019 - 15 h 19 min

Cette escapade en Bretagne est très rafraîchissante 🙂
Merci beaucoup à tous deux pour le partage de votre expérience et pour ces bonnes idées !!

Répondre
Line 29 juin 2019 - 2 h 37 min

Merci à toi de nous avoir lu 🙂

Répondre
Marie Odile 29 juin 2019 - 9 h 25 min

Belle aventure ! Merci

Répondre
Perrez-Français 30 août 2019 - 15 h 58 min

Salut Line,

enfin je trouve le temps pour lire le récit de ces 6 jours en Bretagne. Très instructive aussi la partie plus technique sur le matériel embarqué.
Maintenant on attend les 3500 photos du Groenland…!!!
Un grand bravo en tout pour ces beaux défis.

JR

Répondre

Laisser un commentaire