Le projet Limitless, une aventure autour du monde pour l’environnement

par Limitless
Puntiagudo, volcan de la région des lacs du Chili

La conviction qui nourrit le projet Limitless : c’est que chacun d’entre nous a en lui un vaste potentiel pour agir dans le but de guérir la planète à l’échelle locale. Si on additionne les petits pas de chacun, cela peut contribuer à de grands changements à l’échelle mondiale.

L’association Partons du bon pied en action
L’équipe Limitless travaille avec Cédric, le créateur de cette association qui nettoie les rive du fleuve Hérault dans le sud de la France. (Photo crédit : Association Partons du Bon Pied )

Lorsque nous – Léandre et Becca – nous sommes associés le 7 septembre 2018 pour créer Limitless, nous savions que ce tour du monde sans véhicule motorisé allait être une aventure hors normes. Mais nous n’avions pas réalisé l’ampleur du travail à exécuter pour faire aboutir ce projet. Après 7 mois de dur labeur et l’arrivée d’Isabelle Muon – responsable de la communication, graphiste du projet et trésorière de l’association Limitless – dans l’équipe, le grand départ a eu lieu le 22 avril dernier (Journée de la Terre) aux alentours de 18h. À l’heure où vous lisez cet article, nous sommes déjà en train d’arpenter les routes du sud de la France sur nos vélos en bambou ! Isabelle reste en France, elle sera notre relais sur place et se joindra au voyage de manière épisodique.

Nous sommes ravis de pouvoir partager nos aventures insensées avec vous… Notre désir est de faire de cette expédition une expérience sociale avant tout !

Un tour du monde pour un objectif ambitieux

Au sommet du Parinacota, 6348 mètres d’altitude dans le parc National Sajama en Bolivie
Au sommet du Parinacota, 6348 mètres d’altitude dans le parc National Sajama en Bolivie, à la frontière du Chili. (Photo crédit : Léandre Deryckere)

Les chemins de Becca et Léandre se sont croisés lorsqu’ils parcouraient le monde. C’est de cette rencontre que le projet Limitless est né…

Après 5 ans de voyage, Léandre prévoyait un projet de voyage initialement intitulé « Cap-Vert les Amériques». Son rêve était de réaliser un tour du monde sans combustible fossile. Où il aiderait des organisations écologiques tout au long de son parcours. De son côté, Becca venait de se libérer de sa vie d’enseignante en sexualité humaine. Dans l’idée de faire du bénévolat auprès des communautés écologiques du monde afin de mieux comprendre leur travail quotidien et de participer à leurs actions.

Limitless, c’est avant tout la rencontre de nos désirs de donner un sens au voyage. Nous voyageons pour nous reconnecter à la Terre et recevoir toute sa sagesse. Nous souhaitons aider les citoyens qui agissent en faveur de l’environnement. Et utiliser nos compétences et privilèges d’occidentaux pour les partager avec les communautés du monde.

Limitless n’est pas seulement une aventure épique. Notre ambition est d’intégrer des actions environnementales dans nos vies en parcourant le monde et d’inspirer d’autres personnes à passer à l’action dans leur quotidien.

L’importance de la vision et des valeurs

À travers ses expériences passées, Becca connaissait parfaitement le processus de planification de projet. Elle nous a permis d’obtenir une vision claire et articulée sur cette grande aventure, et de mettre des mots sur nos rêves communs, qui sont finalement devenus les objectifs portés par Limitless:

  • Partager une expérience exceptionnelle : un voyage sans véhicule motorisé régénérateur pour l’environnement.
  • Acquérir de la sagesse : se connecter aux personnes et organisations qui agissent en faveur de l’environnement.
  • Inspirer le passage à l’action : raconter des histoires qui mettent en lumière les actions environnementales menées par les citoyens du monde.

Sadhana Forest

Après avoir précisé notre vision, nous avons contacté Sadhana Forest – une éco-organisation pour laquelle Becca avait fait du bénévolat auparavant – pour leur proposer un partenariat. Bien qu’ils aient apprécié l’idée de Limitless, ils ont hésité à s’associer avec nous car nous avions prévu de faire une partie du voyage à cheval. L’organisation considère le véganisme comme une valeur fondamentale et l’utilisation d’animaux pour voyager va à l’encontre de leurs convictions. Ils ont ajouté qu’il faudrait être végétalien si nous souhaitions établir un partenariat officiel.

Cette expérience nous a permis de réaliser que nous devions prendre certaines décisions : Utiliser des chevaux ou non ? (Nous avons finalement oublié cette idée) Être végétalien ? Les valeurs fortes de Sadhana Forest nous ont ouvert les yeux sur le besoin définir nos propres valeurs  avant de chercher à collaborer avec qui que ce soit. Il nous a fallu du temps pour parvenir à un accord. Mais en y repensant, c’est l’une des tâches les plus importantes que nous ayons accompli pour concrétiser ce projet. Chaque fois que nous devons prendre une décision, ces valeurs que nous nous sommes engagés à défendre nous guident pour suivre la bonne voie. Mais elles ne facilitent pas toujours notre travail.

Une feuille de route pour atteindre nos objectifs

Collage / Mosaïque de nos voyages autour du monde
Collage / Mosaïque de nos voyages autour du monde ; des peuples et une nature magnifique ! (Photo crédit : Team Limitless)

Dès le début de la planification, nous avons utilisé la carte de voyage que Léandre avait initialement créée pour son tour du monde comme base pour déterminer le parcours de l’aventure Limitless. Après avoir uni nos forces, il nous a paru évident de faire quelques ajustements pour adapter le trajet aux valeurs et aux impératifs du projet :

  • Tout ce que nous faisons doit servir à inspirer les gens à agir pour l’environnement.
  • Nous voulons que notre parcours comporte des défis physiques extrêmes.
  • Nous voulons en apprendre davantage sur les solutions environnementales et sociales. 
  • Aider les gens, les associations et les projets humanitaires à avancer dans leurs missions.
  • Nous voyageons avec des passeports de deux pays différents.
  • Nous voyageons lentement.
  • Devons être attentifs aux conditions météorologiques et à l’impact sur la crise climatique.
  • Nous devons tenir compte de la géopolitique régionale.
  • Nous avons deux niveaux très différents de conditions physiques et d’expériences dans les voyages d’aventures.
  • Becca travaille sur le projet à distance trois mois par an.

Un véritable challenge !

Heureusement, relever des défis épiques fait partie intégrante du projet Limitless, et notre parcours reflète cet état d’esprit. Avec beaucoup d’organisation et un peu de chance, nous allons descendre en canoë un affluent de l’Amazone. Puis gravir plusieurs sommets, effectuer de longues randonnées en autonomie complète, traverser les océans en voilier. Et parcourir des dizaines de milliers de kilomètres avec nos vélos en bambou. Sur le chemin, nous espérons pouvoir rencontrer et travailler avec des communautés du monde entier. Dont les récits d’actions locales inciteront les citoyens à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour changer leurs habitudes en faveur de l’environnement.

Nous avons estimé que ce voyage nous prendrait entre 6 et 8 ans. Alternant entre des périodes sportives et épiques pour avancer sur notre parcours, et des périodes plus calmes pour nous ressourcer et faire du bénévolat auprès des communautés que nous croiserons sur notre chemin.

Le périple Limitless a démarré en France le 22 avril 2019. Notre premier grand défi sera de traverser les Pyrénées de la mer Méditerranée à l’océan Atlantique. Au programme, 24000 m (78740 pi) de montée sur 900 km (600 miles) de pistes de terre, avec des vélos chargés au maximum ! Nous nous sommes préparés de nombreux mois pour que nos corps, esprits et équipements soient prêts pour la longue route qui nous attend…

Bien que nos projets soient probablement amenés à évoluer au fil du temps, nous avons esquissé un plan pour préciser notre vision sur les 3/4 prochaines années du voyage. Pour en savoir plus, rendez-vous sur notre site internet limites.eco/plan.

Les voyages éco-régénérateurs ne sont pas faciles à organiser, mais ils en valent la peine

A vélo le long de la cordillère des Andes en Bolivie à 3500 mètres d’altitude
Le long de la cordillère des Andes en Bolivie à 3500 mètres d’altitude ; les paysages sont grandioses et paraissent infinis. (Photo crédit : Léandre Deryckere)

Après avoir clarifié les valeurs Limitless et établi notre carte de voyage, nous avons été contactés par une multinationale pour tester des prototypes de vélos dans le cadre de notre projet. Nous avons naturellement étudié les valeurs de l’entreprise pour vérifier qu’elles étaient en accord avec les nôtres. Cette dernière menait des actions positives pour l’environnement, ce qui nous a séduit dans un premier temps. Cependant au cours des négociations, nous avons découvert qu’ils envisageaient de défricher des forêts afin de construire des complexes sportifs et commerciaux. Nous nous sommes alors rendus à l’évidence : leurs ambitions n’étaient pas conformes à nos valeurs profondes et notre désir de voyager de façon éco-régénératrice. Nous avons donc décidé d’abandonner ce partenariat.

Alors que nous nous préparions pour le voyage, cet objectif si important pour nous de rendre à la Terre ce que nous lui prenons a été notre plus grand combat. Nous ne comptons plus le nombre de fois où il a été extrêmement compliqué de trouver le juste équilibre pour obtenir ce dont nous avions besoin tout en veillant à ce que l’environnement soit respecté. Par exemple, nous avons choisi de voyager à bord de vélos en bambou. Mais nous devons utiliser des composants à base de pétrole et de métal. Nous avons besoin d’équipements qui nous protègent des intempéries et offrent de bonnes performances lors des longues sorties, mais ces matériaux sont en plastique… Difficile de tout concilier !

S’engager dans un voyage éco-régénérateur peut être compliqué, lent et parfois frustrant ; mais nous n’échangerions notre manière de voyager pour rien au monde. Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour mener la vie que nous voulons tout en respectant la Terre. Nous sommes loin d’être parfaits et avons beaucoup d’ajustements à faire et de connaissances à acquérir. Mais apprendre à marcher sur ce chemin rend le projet Limitless d’autant plus excitant pour nous !

Devenir des athlètes flexitariens végétaliens

Des tomates fraîchement cueillies dans le jardin d'une ferme à Chamonix
Des tomates fraîchement cueillies dans le jardin d’une ferme à Chamonix (Photo crédit : Becca Brewer)

Nous avions initialement décidé d’adapter notre régime alimentaire aux valeurs de Limitless. Et devenir ainsi des végétaliens, mais nous avons également dû nous adapter à notre façon de voyager. Le voyage lent implique de nombreuses rencontres. A travers nos voyages, nous avons tous les deux eu l’occasion de constater que lorsqu’on entre en relation avec des locaux, ils peuvent proposer des repas composés de viande et / ou produits laitiers. Selon les cultures, le refus de la nourriture généreusement offerte par l’hôte peut être considéré comme un manque de respect. Par ailleurs, nous savons que dans certaines régions, la viande sera notre seule option pour obtenir les nutriments nécessaires afin de résister aux conditions physiques parfois extrêmes que nous allons rencontrer.

À travers nos recherches, nous avons pris conscience de l’impact néfaste de la production de viande et des produits laitiers sur l’environnement. Malgré l’urgence de lutter contre la déforestation, de nombreuses organisations productrices de viande défrichent les forêts afin d’y faire paître les animaux. Dans cette situation, être végétalien nous a paru être la meilleure voie à suivre, être végétarien sera une option secondaire.

Pour obtenir les nutriments dont nous avons besoin afin de voyager sainement et d’honorer la générosité de ceux qui nous offrent des repas, nous avons opté pour le compromis d’être des flexitariens végétaliens. Lorsque nous pourrons y contribuer, nous éviterons la viande et les produits laitiers. Lorsque cela ne sera pas possible, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour équilibrer l’impact.

Les réseaux sociaux : un mal nécessaire ?

Nous avions initialement une vision assez tranchée sur la question des réseaux sociaux : nous souhaitions faire sans. Il nous semble parfois irréel de constater à quel point les êtres humains ont progressivement accepté les stratégies et modes de vie imposés par les GAFAM (firmes américaines qui dominent le secteur du web). Après avoir longtemps réfléchi en pesant le pour et le contre, nous avons finalement décidé de faire une exception pour Facebook (et par procuration, Instagram).

Nous pensons que Facebook fonctionne d’une manière qui ne correspond pas aux valeurs de Limitless. Mais c’est un mal nécessaire pour toucher et inciter le maximum de personnes à prendre des mesures environnementales.

Ce sujet a occupé nos esprits et nos conversations pendant des semaines, mais nous avons finalement réussi à trouver un compromis. La pertinence de l’utilisation des réseaux sociaux est indéniable pour nous aider à atteindre nos objectifs. Cependant afin de respecter les valeurs de Limitless, nous communiquerons sur les dérives de ces médias et leur impact néfaste sur notre environnement social et naturel.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux : @limitlessecoadventure

Comment nous finançons Limitless

Les couleurs captivantes de Vinicunca au Pérou
Les couleurs captivantes de Vinicunca (La montagne arc-en-ciel) Cusco, Pérou, 2017. (Photo crédit : Becca Brewer)

Au moment où nous écrivons ces lignes, Limitless est en grande majorité autofinancé. Avant le départ, Léandre a travaillé pendant des mois pour une société d’élagage à plein temps. Et il a utilisé ses dernières économies issues d’une entreprise de maintenance de yachts qu’il avait créé puis vendu en Australie. Becca a mis les dernières économies de sa carrière précédente dans les coûts de démarrage. Et elle travaille actuellement en tant qu’écrivaine indépendante pour faire face aux frais engendrés par le projet. Tout au long de notre parcours, nous prévoyons de travailler si cela est nécessaire, mais notre rêve serait que Limitless devienne le travail de notre vie.

Campagne de financement Limitless

Il y a quelques mois, nous avons lancé une campagne de financement participatif pour permettre aux personnes qui le souhaitent de nous soutenir financièrement dans ce projet. Nous sommes particulièrement reconnaissants envers tous les donateurs qui ont fait un geste pour nous aider ! Cependant à ce jour, nous n’avons mobilisé qu’un peu plus de 22 % de ce que nous avons du dépenser pour lancer le projet. En plus du financement participatif, nous avons établi des partenariats avec des enseignes respectueuses de l’environnement comme Le Yeti, pour qui nous écrivons des articles en échange de réductions sur les équipements dont nous avons besoin, ce qui nous offre aussi une visibilité à travers leur blog. Ces deux solutions ont été une aide monumentale pour nous aider à réduire les coûts conséquents de notre voyage.

Nous savons que faire de ce projet le centre de nos vies nécessitera des efforts considérables. Alors que notre temps sur la route va limiter nos possibilités de collecter des fonds, nous avons récemment accueilli Isabelle Muon – une rockstar du graphisme et de la communication – dans l’équipe Limitless. Elle a apporté une vision nouvelle sur notre façon de communiquer. Elle va participer activement la recherche de financements pour développer le projet. Nous croisons les doigts et espérons que ces efforts nous permettront un jour de consacrer tout notre temps et notre énergie pour Limitless !

Limitless, du travail et de la passion

Nous travaillons chaque jour pour Limitless mais ne le ressentons pas vraiment comme un travail, car il s’agit avant tout d’une passion. Nous nous levons le matin avec la volonté de faire évoluer le projet. Il nous reste encore beaucoup à faire (à commencer par gravir les Pyrénées…) et nous sommes impatients de découvrir les aventures sauvages et les rencontres insolites qui nous attendent sur la route !

Nous espérons que vous suivrez notre périple et que, quelque part sur le chemin, vous trouverez l’inspiration pour intégrer des gestes écoresponsables dans la vie que vous souhaitez vivre.

0 commentaire
0

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire