Wallonne en vélo, un voyage collectif itinérant

par Expérience Outdoor
Armés pour rentrer à Martué

Ce petit récit a pour but de vous faire revivre le camp (ou celui de vos enfants)… Il n’a pas la prétention d’évoquer toutes les situations de ces 8 jours (bien trop nombreuses), mais plutôt de vous partager les moments de vie, les galères et les joies… Bref, ce qui a fait ce camp !
Vous trouverez également quelques petites phrases des jeunes, évoquant un souvenir ou une situation…
Récit écrit par François Struys. Photos : François Perniaux et les jeunes.

Présentation du voyage collectif itinérant en Wallonne en vélo

Date du circuit a Wallonne en vélo

Du 21 août 2015 au 27 août 2015.

Lieu

Belgique,  régions naturelles de l’Ardenne, la Famenne, le Condroz.
Région Wallonne.
Villes et villages : Chassepierre, Fays Les Veneurs, Mirwart, Marche en Famenne, Chardeneux, Marchin
Depuis Montpellier : 886km, 8h30 de voyage en voiture Via A31.

Participants au voyage a Wallonne en vélo

5 animateurs :
François (Francky), François, Damien, Vincent et Anissa.
25 jeunes de 12 à 19 ans :
Théo, Julien, Gauthier, Marek, Inès, Clothilde, Gaia, Catherine, Manon, Youri, Rama, Amara, Adrien, Baptiste, Julien, Jonathan, Romain, Steve, Antoine, Tom, Florian, Louis, Pierre,  Adam, Moïse.

Où Dormir pendant le tour de Wallonne en vélo

Nous avions prévu de dormir dans les prairies de fermiers ou de particuliers, sauf à Marche en Famenne où la Maison des jeunes nous a accueilli et prêté leurs locaux.
Les mauvaises conditions météo ont fait que nous avons accepté l’invitation des hôtes. Ils nous ont proposé de dormir dans une grange et dans une maison de village.
Les lieux de bivouac ont été repérés avant le voyage.

Où se ravitailler pendant le tour de Wallonne en vélo

Eau potable : chez l’habitant.
Nourriture : Magasin et boulangerie dans les villages traversés.

Caractéristiques du tour de Wallonne en vélo

3 régions naturelles de Belgique :
Les Ardennes Belge, La Famenne et le Condroz

Altitude

Chassepierre : 289m
Fays les Veneurs : 388m
Mirwart : 319m
Marche en Famenne : 173m
Chardeneux : 249m
Marchin : 270m
Parcours vallonné et boisé sur petites routes de campagne.

Lien Internet sur le circuit a Wallonne en vélo

Festival international des Arts de la rue de Chassepierre
Maison des Jeunes « Le Goéland »
Maison des jeunes de Marche en Famenne
Centre culturel de Marchin
Collectif Kéfaré : Facebook Kéfaré collectif
Endroit de camp en Belgique pour groupe

Récit de 8 jours de vie… Wallonne en vélo

Nous sommes le vendredi 21 août 2015, il est 9h du matin et petit à petit les jeunes arrivent sur la place de Grand-Marchin. Une petite heure à rassurer les parents, à faire connaissance avec les jeunes et à remplir la soute du car de nos affaires précieusement pesées. Nous partons vers Chassepierre où nous assisterons au festival d’arts de la rue durant le week-end mais ça, c’est pour plus tard !
Nous partons toutes et tous motivés, le sourire aux lèvres, propres sur nous et les cuisses gonflées à bloc ! Nous partons avec 25 jeunes âgés de 11 à 19 ans et nous sommes 5 pour les accompagner, les rassurer, les pousser à aller plus loin et garder un esprit de groupe et de convivialité durant la semaine qui s’annonce…
Nous sommes prêts ! Les endroits de campements sont réservés, les vélos nous ont précédés et n’attendent que nous, les entrées pour le festival sont imprimées… Nous sommes prêts mais nous veillons aussi, par envie de spontanéité, à laisser place à l’inattendu et à la surprise… Nous ne serons pas déçus !

 JOUR 1 – Vendredi 21 août 2015 – récupération des vélos et installation pour le séjour a Wallonne en vélo

Nous arrivons à Martué, petit village situé à 3 km de Chassepierre… Après avoir déchargé l’ensemble de nos packtages respectifs, un premier moment tous ensemble s’impose… Faire connaissance, rappeler les règles qui seront en vigueur durant toute la semaine (elles ne sont pas nombreuses mais essentielles : respect de soi, respect des autres et respect des lieux !), explications du vivre ensemble, des moments libres où ne rien faire est déjà faire quelque chose (si du moins on le fait bien !)… Nous sommes en cercle, chacun occupe une place dans le groupe et on peut déjà sentir l’excitation des jeunes et l’empressement de monter le campement…
Petit à petit, les tentes prennent place aux abords de la prairie… Le centre est laissé vacant pour la tente intendance, pour les jeux qui naîtront de leur imagination et pour les moments ensemble… On mange un morceau, on partage les tartines et on découvre la rivière…
Il est temps de se mettre en route, à pied, pour aller chercher nos bécanes à 5 km de là… La spontanéité mise en place fait déjà effet puisque nous arriverons chez Pierre après plus ou moins 9 km de balade… Pour démarrer un camp vélo, rien de tel qu’une petite marche pour se mettre en jambe… Le retour sera plus rapide, nerveux (telle une première étape sur le tour de France, chacun tente de prendre sa place) et une bonne première expérience de ce qui nous attend avec ce convoi de 30 personnes à vélo !
Nous rentrons tard au campement et nous nous empressons de préparer le premier souper… Cuisse de poulet et pâtes au pesto sont au menu ! Il fait noir et les derniers termineront tranquillement la journée autour d’un feu de camp…
Le calme réapparaît sur la prairie de Martué et c’est sous les étoiles que nous passons notre première nuit ensemble…
« Le pire était de marcher pour aller chercher les vélos chez Pierre ! »
Catherine

 

Préparation du premier repas sur le campement

Préparation du premier repas sur le campement

Installation des portes -bagages

Installation des portes -bagages

JOUR 2 – Samedi 22 août 2015 – Spectacle en Wallonne en vélo

Chacun se réveille au compte-goutte… On découvre les visages ensommeillés de certains, on apprend que d’autres ont déjà pris leur bain matinal dans la rivière… On déjeune sous le soleil, tout va bien ! Le départ vers Chassepierre est prévu dans le courant de l’après-midi, cela nous laisse le temps de vaquer à des occupations diverses et variées. Certains continuent d’explorer les alentours, d’autres donnent un coup de main à la préparation du dîner, d’autres encore testent leur vélo (car après tout, on est là pour ça !).
Nous mangeons chaud à midi pour être tranquille sur le festival. Au menu : papillote de saucisse avec oignon et tomate. « Etrange », « curieux », « dégueu » sont les qualificatifs qui ressortent en découvrant le menu… Les avis changeront après l’épreuve du goût… Une expérience aussi : construction vaille que vaille d’un petit four pour y placer les papillotes… L’heure du départ approche. Chacun prépare son sac (et oublie parfois de prendre l’une ou l’autre chose), monte sur son vélo et donne les premiers coups de pédale de la journée… 3 petits kilomètres et on y est ! Un trajet qui nous rassure, pas trop dur pour aller jusqu’au festival… Sécurisation experte des 30 vélos à l’entrée du festival et on y rentre… Les jeunes se rassemblent en petits groupes de minimum 2 personnes pour vivre cette première après-midi de spectacles.

Au Festival en vélo

Chacun est libre d’aller voir ce qu’il désire, de faire sa vie, de découvrir à son aise, du moins jusqu’au rassemblement 3 heures plus tard… On découvre que certains groupes ont déjà vu plusieurs spectacles, que d’autres ont plus pris la température générale… Une constante revient néanmoins, tout le monde passe un bon moment et en redemande… Ça tombe bien, on ne compte pas repartir tout de suite… La soirée tombe sur Chassepierre, le festival s’habille de ses plus belles lumières, les spectacles nous emportent et nous terminons cette première journée satisfaits du comportement de nos jeunes et de leur curiosité…
Nous reprenons nos vélos pour la première fois de nuit et, armés de nos vestes fluo et de nos phares en tous genres, c’est en convoi lumineux que nous regagnons notre prairie… Les repères sont maintenant bien présents, chacun sait qu’il peut rester autour du feu ou aller rejoindre Morphée… Tant que tout le monde se réveille en forme…

Les phrases du jour

« On s’est tous baignés à la rivière à côté du camp… Il était 6 heures du matin ! »
Théo

« On devait se laver dans la rivière avec de l’eau glacée et du savon spécial ! »
Baptiste

«A midi, nous avons mangé de bonnes saucisses en papillote que François avait préparées avec quelques personnes. Avec Catherine; on a coupé les oignons et les tomates. On faisait tous un vrai travail d’équipe ! »
Manon

« Premier moment de cuisine; un temps fou pour préparer le dîner… mais c’était quand même très bon ! »
Catherine

Petit bain matinal dans la rivière

Petit bain matinal dans la rivière

Spectacle à Chassepierre

Spectacle à Chassepierre

Tous réunis autour de la tente intendance pour un bon repas

Tous réunis autour de la tente intendance pour un bon repas

Spectacle à Chassepierre

Spectacle à Chassepierre

 JOUR 3 – Dimanche 23 août 2015 – deuxième jours du festival

On annonce une journée pluvieuse aujourd’hui, voire orageuse. C’est pourtant bien sous le soleil que nous entamons ce qui est déjà le troisième jour de notre camp… Les consignes sont toujours les mêmes, les jeunes s’occupent, découvrent, explorent, jouent, participent aux tâches communes… Au menu de ce midi : des « dûrums à la Franky »… On teste aussi à ce niveau-là ! On commence à être bien organisé et c’est donc avec un peu d’avance sur la veille que nous nous rendons au festival.
La météo annoncée se révèle exacte dès notre arrivée sur le site. C’est sous les premières gouttes du camp que nous assisterons au premier spectacle de la journée. Plus difficile que la veille, y compris pour les artistes qui doivent parfois annuler leur spectacle. Plus difficile pour les TV locales qui, cherchant désespérément de l’aide, tomberont sur deux animateurs serviables de Kéfaré. Cela se terminera par une petite interview de deux jeunes du camp (sur TV LUX pour ceux qui veulent!). On s’occupe donc comme on peut, on profite des petites accalmies pour aller voir une chose ou l’autre et c’est sous une grande tonnelle que l’on se retrouve pour manger…

La pluie

Les smartphones ne nous annoncent pas de bonnes nouvelles météorologiques et nous décidons donc finalement de rentrer un peu plus tôt pour profiter d’une trêve orageuse annoncée. La trêve aura été de courte durée ! Le deuxième groupe rentrera sous une drache nationale… C’est donc humides que nous terminons ce week- end de festival… La première étape vélo s’annonçant longue et bosselée, nous conseillons à tout le monde d’aller au sec et de reprendre des forces… Demain, l’aventure nomade démarre !

Les phrases du jour

« On est allé au festival. Le premier spectacle a été annulé à cause de la pluie… On est rentré sous la drache et les éclairs… »
Moïse
« Je me rappelle quand on revenait de Chassepierre… On a roulé sous la pluie, sur la route et en pleine nuit ! »
Adam

Armés pour rentrer à Martué

Armés pour rentrer à Martué

 JOUR 4 – Lundi 24 août 2015 : Martué – Fays-Les-Veneurs (41 km)

Ca y est ! Notre convoi se met en route pour les premiers kilomètres officiels du camp. Les premiers coups de pédale qui doivent nous amener à rejoindre Marchin. Nous démarrons dans la bonne humeur, avec force et impatience. Nous démarrons tard également, la préparation des sacs et des vélos n’étant pas encore optimale. Le rangement du campement n’est pas des plus efficace non plus. Mais nous avons la semaine pour améliorer cet aspect.

Départ officiel

Pour commencer, un petit raccourci qui doit nous faire éviter des grosses routes et la circulation qui va avec (« ne jamais suivre les conseils des gens qui veulent nous aider » nous disait François un peu septique). Force est de constater que ce premier chemin dans les bois n’était pas des plus pratique pour nos vélos bien chargés… Nous arrivons près d’un petit lac pour dîner (à 14h) avec les premières réparations sur les vélos !
La suite de la journée sera au fur et à mesure plus compliquée, pluvieuse, bosselée… Nous avalons les kilomètres et les côtes (de plus en plus abruptes) mais toujours avec cette impression que l’on ne se rapproche pas vraiment de notre campement du jour.

L’arrivée a Fays les veneurs

La solidarité se met en place. Les premiers arrivés au-dessus des montées posent leurs bolides, descendent à pied et donnent des coups de main aux plus lents ou aux plus chargés… Les premières chutes, sans gravité ! Les premières erreurs d’itinéraire aussi ! L’heure passe… Nous voulions arriver pas trop tard pour avoir le temps d’installer le campement… C’est raté ! C’est dans la nuit venteuse, pluvieuse et glaciale que nous arrivons finalement à Fays- Les-Veneurs… Difficile d’installer les tentes dans cette obscurité bien entamée… Il est plus de 22h et nous décidons d’installer nos lits dans une vieille grange… Vite préparer le souper… Certains s’endorment sur les épaules d’autres, reprenant quelques forces pour terminer la journée.

Conclusion de la première journée de vélo

On sort les sachets de soupe, première priorité pour se réchauffer… Suivront des nouilles chinoises/saucisses de francfort/œuf… On essaye vaille que vaille de redonner un peu d’énergie à ces jeunes qui auront été exemplaires durant cette première journée… On peut l’avouer maintenant, nous avons douté d’arriver à l’endroit prévu, regardant les prairies aux alentours en se disant que cela ferait office de dépannage… Une première étape remplie d’inattendus, de découvertes, d’apprentissage avec un groupe que l’on sent concerné et motivé à ne pas se laisser aller…
Soyons francs, cette première journée de vélo a été bien plus dure qu’imaginée… Mais elle nous servira à relativiser les petits couacs qui arriveront dans la suite de notre périple.
On s’endort toutes et tous côte à côte, fatigués mais fiers de ce que l’on a accompli !

Le groupe a vélo

Le groupe a vélo

Les phrases du jour

« Sous la pluie; trempés; on s’est trompé de chemin. Les derniers se sont abrités. On a fait demi-tour et on les a retrouvés. Je venais de tomber et mon genou était bien amoché ! »
Inès

« On est arrivé tard le soir; vers 23h30 dans une grange. On était sensé dormir sous tente mais il était très tard et il faisait noir [Avec Catherine; Adrien et Damien, on est allé rentrer les vélos dans un abri. La journée m’a paru très longue ! Une côte de 2,5 km et plein de tournants dans le noir… J’étais contente d’arriver ! »
Manon

« Pendant la pause de midi, mon vélo est tombé sur mon poignet droit. Cela m’a très fait mal. Je ne savais plus bien freiner et, du coup, je suis tombée le lendemain. François voulait que je retourne mais grâce aux autres, j’ai pu tout faire. Ils m’ont aidée à pousser mon vélo dans certaines côtes. En rentrant du camp, je suis allée à l’hôpital et le verdict : bras cassé !! »
Clothilde
« Moïse dormait en faisant un câlin à Rama… C’était mignon ! »

On se pose après une première journée éreintante

On se pose après une première journée éreintante

On se pose après une première journée éreintante

Campement après une journée de vélo

Campement après une journée de vélo

Arrivés durant la nuit, la réaction des jeunes en découvrant la grange fut celle-ci :
« Eh mais c’est tout sale ici, on ne va quand même pas dormir la dedans ? »
Notre réponse :
« Pas de soucis les gars, vous êtes libres de monter votre tente et de dormir dehors… ! »

JOUR 5 – Mardi 25 août 2015 : Fays-Les-Veneurs – Mirwart (31 km), a Wallonne en vélo

Endoloris de la veille, il faut un peu de temps à tout le monde pour se mettre en route… Pourtant, si on ne veut pas rééditer l’expérience de la veille, il nous faut absolument partir plus tôt… On y arrivera, démarrant avec une heure d’avance. On commence la journée par une grosse montée (ce sera une constante pendant ce camp), histoire de bien chauffer nos muscles et, surtout, parce qu’il faut bien ressortir de cette cuvette !
Quelle journée tranquille !! Il fait bon, les côtes sont toujours présentes mais nous avons l’expérience pour nous maintenant et aujourd’hui, les kilomètres passent… On fait des petites pauses contrôlées, on reprend des forces aux moments opportuns et on file littéralement vers notre deuxième arrêt de la semaine… C’est tôt (du moins par rapport à la veille) que nous arrivons dans ce magnifique site de Mirwart. Cela nous laisse le temps de profiter (cela faisait longtemps), de se laver dans la rivière, d’installer un campement digne de ce nom, de découvrir le lieu, de pêcher (et de montrer à un pêcheur équipé qu’avec un bout de fil et un vers de terre, ça marche tout aussi bien !), de jouer au foot, bref de vivre !

La fin de journée a Mirwart

Tout de suite, on sent une atmosphère paisible s’installer… On prépare le souper, on rigole, on fait des photos… Cette deuxième journée nous aura fait un bien fou ! On profite encore un peu de la soirée tous ensemble puis, petit à petit, chacun regagne son cocon personnel laissé de côté le temps d’une nuit. Les batteries se rechargent… Le moral est au beau fixe… Demain, nous passerons la moitié kilométrique de notre voyage, un cap symbolique mais important…
«Avec Julien, on a tiré une charrette qui nous dérangeait pour monter mais c’était une bonne expérience ! »
Théo

« On a péché une truite ! »
Gauthier

Notre campement : Mirwart

Notre campement : Mirwart

Installation de fortune pour l’espace cuisine

Installation de fortune pour l’espace cuisine

JOUR 6 – Mercredi 26 août 2015 : Mirwart – Marche-en Famenne (32 km), a Wallonne en vélo

Notre train-train quotidien reprend et est de mieux en mieux rôdé ! Déjeuner, rangement du campement, préparation des sacs, chargement des vélos… Nous gagnons encore 1h sur le moment de départ, quelle efficacité !
Cette troisième journée de vélo commence tranquillement. Chacun a maintenant son rythme et les coups de main deviennent de plus en plus spontanés. Le trajet du jour ne sera pas néanmoins des plus aisé… On se souviendra toutes et tous de cette fameuse «Crawi»… Une petite montée de 3 bons kilomètres bien pentue nous menant vers Nassogne. De l’avis de deux autochtones, c’est une montée mondialement connue et régulièrement empruntée par les cyclistes professionnels ! Néanmoins, comme toutes les autres montées du voyage, elle se retrouvera un moment derrière nous et nous pourrons nous retourner en la regardant d’un air, certes essoufflé, mais satisfait ! Rien ne pourra nous arrêter et nous dévier de notre objectif !

Réapprovisionnement pendant le séjour Wallonne en vélo

Petit arrêt ravitaillement au magasin du coin et dîner à Nassogne. Snickers et coca pour tout le monde, histoire de reprendre des forces. Petit foot improvisé avec des jeunes du coin… Dernière ligne droite vers Marche et la maison des jeunes ! Durant ce tronçon bien plus fréquenté que les routes empruntées jusque-là, LA chute de la semaine… Un magnifique soleil qui aurait pu mal se terminer si le casque n’avait pas été bien fixé à la tête de ce cascadeur… Une roue voilée dévoilée habilement et subtilement et ça repart… Plus de peur que de mal !

Logement pendant le séjour Wallonne en vélo

Notre logement du jour se fera à la maison des jeunes de Marche… Quel accueil ! Le barbecue qui crépite à notre arrivée, des jeux de société, un baby foot, un ordinateur (wouaw, la civilisation !) et un beau grand local pour accueillir ces jeunes qui, décidément, nous surprennent de jour en jour par leur courage et leur ténacité ! Un endroit de rêve donc pour une soirée conviviale et urbaine… Plus que deux étapes avant d’arriver à Marchin, plus que deux jours dans ce camp, plus que deux fois dormir tous ensemble…

Départ (en côte) de Mirwart

Départ (en côte) de Mirwart

 

Pause dîner à Nassogne. Grimper la « Crawi », ça creuse.

Pause dîner à Nassogne. Grimper la « Crawi », ça creuse.

On s’occupe à la Maison des Jeunes de Marche en Famenne

On s’occupe à la Maison des Jeunes de Marche en Famenne

Petite partie de Babyfoot à Marche en Famenne

Petite partie de Babyfoot à Marche en Famenne

JOUR 7 – Jeudi 27 août 2015 : Marche-en-Famenne » Chardeneux (27 km), a Wallonne en vélo

Pour commencer cette avant-dernière journée, un petit saut dans la piscine de Marche s’impose. Pour faire autre chose, pour se laver à l’eau chaude (cela fait quand même presqu’une semaine !) et pour profiter ! Après le petit test de natation concocté par le maître-nageur, chacun évolue dans cette eau cristalline et chaude (il faut un peu romancer, n’est-ce pas !). Cerise sur le gâteau, un petit tour dans le bain bulle (pas plus de 3 personnes à la fois… En théorie du moins !). Nous sortons de l’eau propres (coiffés même pour certains) et revigorés par ce petit interlude aquatique…
Retour à la maison des jeunes pour dîner et démarrer (enfin) sous la pluie vers notre dernier lieu de repos…
Quelle journée ! La pluie nous aura accompagnés de bout en bout pour cette étape. Pas une seule seconde nous n’aurons été épargnés. Une pluie qui mouille, qui vous transperce les vêtements, qui vous donne des frissons… Une pluie constante qui nous pousse à changer nos plans. Pas de campement chez François, à Bonsin mais solution de repli au Berodi à Chardeneux. Une petite salle de village, gentiment laissée à notre disposition, chauffée avec soin par le propriétaire avant notre arrivée…
On se sèche, on boit un verre, on reçoit des visites et, plus important de tout, on prend la commande des frites ! Une bonne frite plus tard, on vit notre dernière soirée tous ensemble… On fait la fête un peu, on se remémore tous les moments de la semaine, on en rigole maintenant… On a cette drôle d’impression que le camp se termine, que demain matin les parents viendront rechercher tout le monde… Et pourtant, il nous reste encore une ultime étape… Mais on laisse tout ça de côté pour l’instant et on profite… C’est au chaud et au sec que nous passons notre dernière nuit.

Bain à bulles pour …trois

Bain à bulles pour …trois

En chemin vers Chardeneux sous la pluie

En chemin vers Chardeneux sous la pluie

Moment détente au Berodi !

Moment détente au Berodi !

Et une dernière nuit tous collés pour avoir bien chaud…

Et une dernière nuit tous collés pour avoir bien chaud…

 JOUR 8 – Vendredi 28 août 2015 : Chardeneux – Marchin (22 km), a Wallonne en vélo

Le camp n’est pas fini ! Après la fête de la veille, une atmosphère étrange se dégage… On sent tout le monde un peu plus nerveux, irritable… On sent que cela fait plus d’une semaine que l’on vit ensemble, que l’on mange ensemble, que l’on dort ensemble et que l’on transpire ensemble. On sent qu’il est temps d’arriver. Alors on se met en route le plus tôt possible, pour ne pas trop gamberger et pour arriver à l’heure au rendez-vous marchinois (un peu raté, on vous l’accorde)… Une étape assez tranquille dans son commencement et un peu pentue dans son dénouement, comme si on devait en baver jusqu’aux derniers mètres…
Un dernier petit rassemblement ensemble pour remercier, féliciter et se dire au revoir. Car dans 300 mètres, aux contacts des parents, on sait bien que chacun reprendra son chemin… Alors on s’applaudit pour les 153 kilomètres parcourus, pour les difficultés passées ensemble, pour les moments de rigolade et de décontraction, pour les moments pénibles et de souffrance, pour le groupe que l’on a été durant 8 jours, pour les amitiés que l’on a créées, pour les découvertes, pour les rencontres, pour tout ça et bien plus encore…
On arrive sur la place de Grand-Marchin comme on a démarré, ensemble… Les parents sont tout aussi heureux de retrouver leurs enfants que l’inverse… Et puis, en 20 minutes, le calme ! Tout le monde est parti… Chacun retrouve son quotidien avec, on l’espère, plein de supers souvenirs en tête…
Cette semaine aura été intense mais une constante revient tout le temps : un super groupe qui aura fait du super boulot tous ensemble ! Merci à tous et à bientôt pour de nouvelles aventures…
« On sent que la fin approche. Le départ pour rentrer chez soi approche. On sait que tout le monde va nous manquer mais on reste fort et on fait des beaux et gros adieux… »
Catherine

Paysage Condrusien pour rentrer vers Marchin pendant le circuit a Wallonne en vélo

Paysage Condrusien pour rentrer vers Marchin.

Matériels utilisés  pour le séjour a Wallonne en vélo

Chaque participant à ce voyage devait avoir un sac de voyage dans lequel il mettait son matériel personnel. Celui-ci ne devait pas dépasser 10kg.
Les tentes légères de 2 à 3 places étaient partagées ente les occupants de la tente.
Chaque participant avait un vélo en ordre muni d’un porte paquet.
Sur ce porte paquet une planche fut fixée pour augmenter la surface de portage. Le sac et la partie de tente étaient fixés sur ceux-ci à l’aide de sangles.
L’intendance (réchaud, casseroles, nourriture et tarp étaient répartis dans 3 remorques vélo).
Il est impossible de détailler le matériel utilisé car il y a presque autant de matériel différent que de participants à ce voyage.

Matériels utilisés François P. (accompagnateur/animateur) pour le séjour à Wallonne en vélo

CATÉGORIE MODÈLE MARQUE POURQUOI AVOIR FAIT CE CHOIX CE CHOIX A-T-IL RÉPONDU AUX BESOINS DE LA SORTIE SI C’ÉTAIT À REFAIRE
TENTE T2 Ultralight QUECHUA Le prix, La facilité de montage,la résistance à la pluie Parfait surtout concernant l’étanchéité de la pluie ; La même
SAC DE COUCHAGE Forclaz 10°Light QUECHUA Le poids,le prix Parfait pour l’été.Sac de rangement trop petit. Matière agréable. chaud. Sèche très vite. Le même mais plus grand.
MATELAS Matelas autogonflant de randonnée Forvlaz A200UL L Vert QUECHUA Le prix.Le poids Se dégonfle à cause de fuite. Le matériel pour réparer les fuites n’existe plus. Sera remplacé par un autre modèle
VESTE COUPE-VENT Veste coupe-vent Forclaz 600 Light QUECHUA Le prix parfait La même
LAMPE DE POCHE Lampe frontal avec 2 piles AAA Suffisant pour une dizaine de jours La même
GOURDE 2 gourde de 1l Parfait s’il ne fait pas trop chaud. Ravitaillement aisé chez l’habitant quand c’est nécessaire. Prendre un camel bag supplémentaire
CHAUSSURE POUR LA JOURNÉE Chaussure de randonnée homme Forclaz 700 QUECHUA Le prix. Chaussure de randonnée basse. Sa couleur jaune Parfait car compte tenu du dénivelé du séjour nous devions souvent pousser les vélos dans les montées et donc des chaussures de randonnée s’avéraient le choix idéal Les mêmes
CHAUSSURE POUR LA SOIRÉE Chaussures ultra légère. Capable d’aller dans l’eau. CROC’S Avoir une chaussure confortable. Facile à enfiler et à retirer. Peux aller dans l’eau Parfait Les mêmes en orange.
VÉLO Vtt Rockrider DÉCATHLON Pas cher en seconde main. Pas de problème mécanique. Facile à réparer. Parfait Le même genre de vélo
PORTE BAGAGE Alloy Pannier Rack MUDDYFOX Le prix. Peut-être installé sur n’importe quel vélo. Pattes latérale trop faible. Prendre un modèle plus solide
REMORQUE VÉLO Remorque vélo DÉCATHLON Acheté pour le transport des enfants. Remorque utilisé pour le transport de l’intendance. Pour le roulage c’est parfait. Pour le rangement c’est plus compliqué car c’est conçu pour transporter les enfants et pas du matériel. Remorque à fond plat.
PNEU DE VÉLO Pneu de route Nécessaire de remplacer les pneus crantés de vtt par des pneus de route. Impeccable
0 commentaire
0

Vous pourriez aussi aimer

0 commentaire

Zinck Adé 21 novembre 2016 - 12 h 30 min

Trop bien faut continuer! C’est quand le prochain ?

Répondre

Laisser un commentaire