Vols rando et bivouac en parapente et autostop dans le Beaufortain

par Expérience Outdoor
Atterrisage au bord du lac près de deux campeurs allemands

Arnaud PASQUER raconte son voyage bivouac en parapente dans le Beaufortain.

Sommet de l’aiguille Croche face au Mont Blanc lors du bivouac en parapente

Sommet de l’aiguille Croche face au Mont Blanc lors du bivouac en parapente

Information sur les Vols rando et bivouac en parapente

Date :

Septembre 2018 (3 jours)

Lieu :

France, Auvergne-Rhône Alpes, Savoie, Beaufort. Beaufortain, région de montagne en Savoie, centrée sur le village de Beaufort.

Région de montagne célèbre pour ses petites stations de ski familiales. Région touristique l’hiver pour le ski (et le ski de randonnée, il y tombe souvent plus de neige qu’ailleurs) et l’été pour ses randonnées et balades en tous genres.

Participants :

Arnaud, seul, Grenoblois ayant plusieurs récits a son actif.

Trekking et Alpinisme dans le Pamir Afghan en Afghanistan

Solo dans la face Nord de la Grande Casse

Kayak de mer en Croatie avec la traversée de la Dalmatie

Trip escalade Terrain d’Aventure en Corse : Ile Rousse, Bavella et Paglia Orba

Traversée de l’Olan en alpinisme et redescente en parapente

Où dormir lors du bivouac en parapente :

Il y a de beaux campings dans la région. Et de multiples possibilités de se loger, même si beaucoup sont fermés en automne, en dehors de la saison touristique. Mais le but du vol bivouac c’est le camping sauvage ou bivouac à la nuit tombée (sans laisser de trace bien entendu). Et pour cela de multiples endroits existent (parkings, quelques champs en demandant gentiment au propriétaire qui ne doit habiter loin, les exploitations sont petites dans le coin).

Où se restaurer/où se réapprovisionner dans le Beaufortain :

Dans tous les petits villages, mais principalement à Ugine et Beaufort.

Office de tourisme :

A Haute-Luce (fermé à cette période), Arêches-Beaufort, Beaufort ou les Saisies. Les horaires sont réduits à l’automne.

Caractéristiques du massif  du Beaufortain :

Ce massif se prête merveilleusement bien aux vols rando. La saison est propice aux belles couleurs de l’automne. Le vent est faible en général et les thermiques sont doux. Rrien à voir avec les conditions fortes estivales. De multiples vallées et vallons communiquent et les sommets arrondis sont facilement accessibles pour passer d’une vallée à l’autre. L’autostop y est relativement facile aussi puisque les fonds de vallée concentrent les petites routes (pas d’autoroute ou de grande nationale) où les gens roulent peu vite et où il est facile de s’arrêter.

Quoi d’autre dans les environs de Beaufort :

Le fromage de Beaufort bien entendu et sa coopérative à visiter. Les randonnées (sans parapente), l’escalade (de multiples secteurs, falaises de couenne et grandes voies existent) que je pratiquerai dans le coin une semaine à la suite de ce voyage en parapente.

Bibliographie :

–  « Hors série Vols rando» de Parapente Mag’, présentant quelques beaux vols randos dont celui du rocher du vent, qui m’a donné envie de venir dans le coin, la photo prise du sommet sur le lac était juste magique

Lien internet :

– le site du tourisme dans le Beaufortain :

Récit du voyage vols rando et bivouac en parapente dans le Beaufortain

Pas de motivé(e)s pour ma proposition d’aller faire quelques vols randos à plusieurs dans mon club. Je décide de me faire un trip seul de vols randos dans le Beaufortain (la météo s’y prête bien) en effectuant les déplacements entre les différents spots de décollage et de bivouac en autostop. Au final ce fut une petite aventure bien sympa avec quelques moments épiques et improbables comme ma 1ère soirée.

Cela commence par un départ tardif mardi après-midi en TER jusqu’à Albertville puis un décollage depuis le mont Bisanne (orientation Nord-Ouest) lui aussi tardif (autostop pour monter là-haut via Crest-Voland oblige) pour un poser presque à la nuit et sous une forte brise descendante.

Le vol fut donc un peu tendu pour ma part. Puisque je me suis retrouvé un peu sous le vent de la colline au-dessus de laquelle je suis passée pour rejoindre l‘atterrissage. Mais ce sera le seul moment de ces trois jours où j‘aurais une petite angoisse au poser. Le plus dur commençait : remonter en stop pour retrouver là-haut ma petite tente et mon micro-duvet alors que la nuit tombait.

Crest-Voland

Arrivés à Crest-Voland grâce à un agriculteur habitant dans le coin, et ne voyant plus rien venir je sens que je vais être réduit à dormir enroulé dans ma voile et grelotter toute la nuit (j‘ai laissé ma tente emballée là-haut au sommet de Bisanne). Mais une mère de famille et ses trois enfants passent en voiture à 21h et s’arrêtent pour me prendre. Leur indiquant que ma voiture se trouve en haut pour rentrer à Grenoble elle m’y emmène gentiment. Je n’ose lui avouer que je vais dormir dehors ! Mais mon voyage commence bien, car j’étais parti à ce moment pour dormir avec juste ma voile par quelques degrés dehors.

Deuxième jour du bivouac en parapente

Un déco à 10m de la tente au Mont Bisanne toujours, mais de l’autre côté, orientation Sud, après une nuit fraiche, pour atterrir à Beaufort. Quel joli paysage ! Puis de là stop jusqu’au col du Joly, montée à pied à l’aiguille Croche, et après une petite sieste en compagnie de trois autres randonneurs (pour attendre la fin de la brise montante), je m‘offre un superbe vol à 17h dans la vallée avant d’aller se cailler, euh, bivouaquer, au lac Roselend (non, non, ne pas craquer en passant devant un hôtel à Beaufort..).

Superbe pleine lune qui m’a empêché de dormir et me ferait presque regretter de ne pas avoir été en haute montagne faire un beau et haut sommet (les conditions semblaient parfaites).
De là ce matin, montée au rocher du vent (en stop jusqu‘au col, c‘est un col de la traversée des Alpes donc il y a beaucoup de passages à voiture et motos, puis à pied) pour un super vol calme autour et jusqu’au lac où j’ai posé à 10m d’allemands campant là (notez leur joli pyjama à carreau visible sur une des photos ! )

Puis (long) retour jusqu’à Albertville puis Grenoble..
Au final si je compte bien sur trois jours 4800m de dénivelé négatif en volant, et seulement 1500m de dénivelé positif à pied, le reste en auto-stop, un bon ratio !
Il n‘y a plus qu‘à rentrer en faisant un arrêt obligatoire à la coopérative pour acheter du fromage de Beaufort et autre reblochon !

Quelques photos de mes lieux de déco, bivouac en parapente et poser ici :

1er spot la station des Saisies vue depuis sous le sommet de Bisanne lors de on voyage bivouac en parapente

1er spot la station des Saisies vue depuis sous le sommet de Bisanne

Vallée que je vais redescendre depuis l’aiguille Croche lors du bivouac en parapente dans le Beaufortain

Vallée que je vais redescendre depuis l’aiguille Croche

3ème spot et deuxième lieu de bivouac en parapente au lac de Roselend dans le Beaufortain

3ème spot et deuxième lieu de bivouac en parapente au lac de Roselend

Rocher du vent vu à l’aube, décollage derrière tout là-haut (non visible) lors du séjour bivouac en parapente

Rocher du vent vu à l’aube, décollage derrière tout là-haut (non visible)

4ème spot : décollage sous le sommet du Rocher du vent durant le séjour bivouac en parapente

4ème spot : décollage sous le sommet du Rocher du vent

Atterrissage au bord du lac Roselend près de deux campeurs allemands dans le Beaufortain lors du bivouac en parapente

Atterrissage au bord du lac Roselend près de deux campeurs allemands

Conclusion de ce trip bivouac en parapente dans le Beaufortain

Le vol bivouac est un merveilleux moyen pour découvrir une région vue du ciel et une redécouverte de coins que l’on connaît vu du bas ou même depuis des sommets. Je me surprends toujours à mieux comprendre la géographie de lieux ou la façon dont se rencontrent les vallons en volant en parapente. Vu d’en haut, tout s’explique ! Et surtout on se rend compte que les distances à vol d’oiseau sont nettement moins importantes qu’en voiture. Le vol Bivouac c’est aussi se rencontrer soi-même et se ressourcer. Vivre l’essentiel : dormir, se nourrir, et profiter d’une certaine liberté, sans souci, simplement. Un vrai bol d’air et le plein d’oxygène.

Se déplacer avec son parapente c’est tellement simple (avec quelques connaissances en aérologie) si on se contente de petites distances, de petits ploufs en conditions calmes, que cela peut se décider au dernier moment, un peu n’importe où sans avoir besoin de planifier quoi que ce soit, juste avoir un œil sur la météo…
En plus ça ne coûte rien et ça ne pollue pas. Bilan carbone faible si on considère que les gens m’ayant pris en stop auraient de toutes façons fait le trajet (à part le petit détour supplémentaire le 1er soir).

Matériel utilisé durant ces 3 jours de bivouac en parapente

Équipement utilisé durant le séjour bivouac en parapente

CATÉGORIE NOM DU MODÈLE MARQUE POURQUOI AVOIR FAIT LE MODÈLE DE CE CHOIX AU DÉPART EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉE DANS CE ROADBOOK SI C’ÉTAIT À REFAIRE
BÂTONS Distance Carbon Z BLACK DIAMOND modèle très léger et repliable, permettant de rentrer sans dépasser dans mon sac de voile lorsque je vole oui, les essayer c’est les adopter, parfait pour ce pour quoi je les ai achetés J’achèterais les mêmes. Cependant ils sont fragiles (notamment dans les éboulis ou blocs) donc je ne les utilise pas en alpinisme ou lors des marches d’approche pour l’escalade.
CHAUSSURES BASSES Epic SCARPA Je les avais déjà Oui, mais c’est un choix personnel, pour les chevilles au décollage dans un sol avec potentiellement des trous il faut mieux des chaussures hautes Des chaussures hautes mais légères (l’ennemi c’est le poids en vol bivouac)
CASQUE Sirocco PETZL casque léger Oui, même si c’est un casque prévu pour l’escalade Oui, voire même sans casque pour les vols tranquilles que je fais. Mais vu le poids de ce casque ce serait stupide de s’en priver.

Vêtements utilisés lors du trip bivouac en parapente

CATÉGORIE NOM DU MODÈLE MARQUE POURQUOI AVOIR FAIT LE MODÈLE DE CE CHOIX AU DÉPART EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉE DANS CE ROADBOOK SI C’ÉTAIT À REFAIRE
PANTALON M Axiom PRANA Un jean c’est un pantalon à tout faire, pas trop chaud, pas froid (je dors avec, cela me permet de prendre un duvet plus léger), et un pantalon d’escalade permet d’avoir une plus grande souplesse qu’un jean normal Oui. Si je n’avais pas dormi avec j’aurais pu opter pour un modèle plus léger style pantalon en toile fine Ce jean ou un autre d’escalade
VESTE Camino VERTICAL C’est une veste coupe-vent fond de sac, 215g, très légére Oui, pour son poids mais attention c’est du très très fragile. Je la mets au moment de décoller, pour le vent, et s’il fait très froid je dors même avec Il est préférable de prendre une veste un peu plus costaud, et chaude pour pouvoir dormir avec, par exemple la incendo hoody

Accessoires de bivouac utilisés lors du bivouac en parapente

CATÉGORIE NOM DU MODÈLE MARQUE POURQUOI AVOIR FAIT LE MODÈLE DE CE CHOIX AU DÉPART EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉE DANS CE ROADBOOK SI C’ÉTAIT À REFAIRE
DUVET Baikal 750 MILLET Léger et peu encombrant Le sac est étonnamment lourd comparé au poids du duvet, c’est dommage. Un peu plus chaud aurait été mieux L’ALPINE LTK 600 est un poil plus chaud, et un poil moins encombrant encore (mais je n’ai pas vu si le problème du poids du sac était aussi présent sur ce modèle).
TENTE petite tente 1 place pour raid orientation JAMET modèle léger et très petit Dépassée. C’était la tente de raid orientation il y a 15 ans, depuis on fait beaucoup mieux, surtout plus respirant. Dans cette tente il pleuvait de condensation à 4h du matin… Je prendrais un modèle de chez Vaude que j’apprécie, par exemple la Taurus
2 commentaires
0

Vous pourriez aussi aimer

2 commentaires

marinuella 12 novembre 2018 - 9 h 39 min

Çà, c’est vraiment la liberté, cela donne envie d’en faire autant

Répondre
Marie Nuella 12 novembre 2018 - 9 h 47 min

Cà, c’est la liberté, cela donne en vie d’en faire autant !

Répondre

Laisser un commentaire