Ski de randonnée dans le massif des Ecrins avec le tour de l’aiguille de la Meije

par Expérience Outdoor
la brèche de la Meije avant l’arrivée du brouillard

Philippe DELUC, Jérôme MAZZA et Diane DEWAILLY du club CIHM – ski de rando nous partagent son tour de l’aiguille de la Meije en ski de randonnée en 3 jours.

La descente de la brèche

Informations

Date :

Du 27 avril (fin d’après-midi) au 2 mai (3 heures du matin)

Lieu :

France, bassin de l’Oisans, en bordure nord-ouest du massif des Écrins, La Grave

Voyage en voiture* depuis Paris  : 8 heures,
Coûts : 105€ d’essence et  44€+ 47€ de péage,  prix d’amis pour l’amortissement du véhicule.

*Nous serions bien partis en train (style Changerdapproche.org), ou en car-couchette avec le club,  mais la sortie s’est organisée tardivement, et la destination s’est décidée au dernier moment.

Participants :

Diane, Philippe, Jérôme

Ou dormir :

  • Ibis Budget Grenoble Sud, 2 rue du docteur Schweitzer, Seyssins 38180

Nuit réparatrice et petit déjeuner à volonté bienvenu pour débuter la première journée

  • Refuge Adèle Planchard : refuge semi-prive associatif, mais qui offre des prix réduits pour les groupes. Juste en dessous de la Grande Ruine
  • Refuge du Promontoire : qui n’est plus à présenter. Faut y être aller quelques fois dans une vie de ski-alpiniste. Plus petit et rustique que beaucoup d’autre mais tellement plus authentique. FFCAM.

Office du tourisme :

Ski de randonnée dans le massif des Ecrins à la recherche du graal. Le fameux et mythique tour de l’aiguille de la Meije

Nous étions 4 au départ pour un WE pépère aux Dômes de Miages

Et finalement plus que 3 dans la voiture, parce que Anne et plein d’autres prétendantes ont préféré bosser, filer au bord de la mer , ou retrouver un bel italien
La dream team se compose donc :

  • d’une rêveuse de 3000m, de rêve, avec de très jolis gants de ville
  • d’un barbu bavard hirsute toujours partant, ayant presque révisé ses manips de cordes
  • d’un  assoiffé, aux manettes et à la décision claire, limpide, irrévocable

L’objectif : Tour de l’aiguille de la Meije

Passons sur la longue soirée de préparation dans un pub en terrasse très sympa du café de la Gaité (le bien nommé) à Montparnasse où nous avons laborieusement préparé et envisagé les courses et les plans B, goûté quelques produits locaux,…qui nous a surtout révélé notre «  déclic » :

La saison a été trop cool avec plein de beau paysages, d’ambiance de folie, de gavage de peuf, on voulait en baver, tâter du piolet et bouffer du sauvage au naturel, si possible avec une météo correcte. Donc exit les Dômes, vive le Tour de la Meije

Pour l’instant ,

jusqu’au lendemain ,

Foutu critère météo qui nous a fait changer 3 ou 4 fois de direction, de plans, et de réservations

J0 : Top départ : 

Quand faut y aller, faut y aller ! Nous voilà enfin parti à 18 :30 au lieu de 16 :30 pour s’adapter aux contraintes de chacun des mecs. « – Super, mais où qu’on va finalement ? » s’est-on dit vers Beaunes.

La décision allait enfin venir, portée par l’Oracle. L’illumination ! Puisqu’il fait beau et chaud aux Contamines, avec un peu de fraiche, et que  l’hiver n’est pas fini, partons à La Grave où un avis de tempête est annonce pour le dimanche !! Clair, limpide, irrévocable, et pourtant à jeun !!
Hop on téléphone au refuge Adèle Planchard en pleine nuit (21 :30) pour l’ultime réservation , qui a du croire à un canulard de Lafesse

Re-Hop, on téléphone à l’hôtel grenoblois pour annuler l’annulation de la réservation, qui a du croire à un canulard de Francis B.
Et qu’on t’arrive à 2:30 sans problème , et qu’on ronfle comme des bébés ( La morale et la pudeur, et ma réputation, m’interdise de dire qui a couché avec qui dans le lit double) et qu’on se prend un merveilleux petit dej en terrasse , vue sur le parking et la Z.A de cette banlieue industriello-touristique de Grenoble.
Dernière douche avant le passage à l’acte !

1 :30 de route bavardage plus tard, nous voilà au parking de l’alpe de Villar d’Arène, pour une arrivée tonitruante à grand coup de klaxon et d’appels de phare, et de cris de joie pour saluer et surprendre nos amis du CHIM/CAF présents à la même heure, au même endroit , pour le même objectif. Mais eux déjà prêts à partir. JB, Christophe, Lancelot, Marc H & copines. Bref était là tout l’encadrement du car pour la Suisse, annulé faute d’encadrants.

Fin J0

Début J1: tu montes, chéri ? 

Le bonheur après un printemps printanier de rechausser chaussures en plastique, de poser les gros sacs de raids chargés des skis sur le dos, d’oublier la corde et les gants de rechange (de ski ceux-là) dans la voiture, et d’appuyer sur le plip :
puiiipp ! 

6 heures de montée à Adèle Planchard (et non pas 4) En fait, 7 heures de montée pour l’hirsute, attaqué par des crampes sournoises dans le couloir sans fin.

Beaucoup de soleil sur la beau visage fin et délicat de Diane qui ne mets pas de crème de soleil sur la « peaux » . Certes, mais de phoques, Diane ! Fuck, la voilà transformée en afrikaner.

mise en jambe au contact de la première couche de neige pour le tour de l

mise en jambe au contact de la première couche de neige

Et enfin le plaisir de retrouver les copains du club, la bière, le repas, le lit, et la météo attendue : 120 km/h de vent et 20 cm de neige demain vers La mi-journée.

Ok, debout 6 :00 ça devrait suffire pour arriver au Promontoire. Bise à l’air ahurie de la gardienne et dodo …
A demain pour de nouvelles aventures

J2 : ça c’est du ski alpinisme :

On attaque maintenant les choses sérieuses et ça se ressent dès le petit-déjeuner : concentration et suspens, la tempête s’annonce, le vent souffle par rafale dehors, il fait froid, un peu bouché, alors que la couette est encore chaude …Ça murmure…les mousquetons frissonnent sur les baudriers. On se regarde avec Christophe :

« …On y va ! ».

On est parti ! non pas pour tenter, mais pour passer ! et rejoindre le Promontoire à 13 :00.

Enfin nous y voilà, la première halte durant notre Tour de l’aiguille de la Meije

Enfin nous y voilà, la première halte

Branlebas de combat dans le refuge, les baudriers aboient et les sacs sautent en l’air comme des chiens de traîneau sur leur attelage
La Grande Ruine n’est pas faisable faute de temps et de mauvais temps.

On fonce direct s’agglutiner au Col des Neiges. Pour nous ce sera le passage sud, moins de monde, pas de rappel, avec une petite arête et un pas aérien, puis descente « crapahut » dans la neige et les cailloux, encordes. De grosses pierres partent et dévalent juste après le groupe précédent. C’est alpin, ambiance !
Et que c’est reparti pour le Col de la Casse Déserte, à l’aise cette fois, malgré plus de pentes et de longueur, et la descente du couloir de neige collés-serrés et sans corde.   J’apprécie beaucoup que ces passages délicats se gèrent sans anicroche :  la cordée fonctionne.

La déesse de la Meije

La déesse de la Meije

La descente sur le Chatelleret est sublime : en neige glacée et trafollée au départ, puis dure, quelques crevasses, de la moquette, et une grosse soupasse pour finir, direct sur le refuge, Oui mais pas celui du soir.

Faut encore remettre les peaux, enlever les parkas, switch off le cerveau, et monter lentement, longuement, longuement, sous le soleil et sans vent, jusqu’au Promontoire, rejoindre la bande et être accueilli par Freddy qui nous offre l’apéro… fin d’AM sieste et re dodo. Belle journée, tout le ski de rando dans ces 15h.

J3 : tentative du Tour de la Meije

C’est la question qu’on se pose : alors ?
Ben non, encore loupe mais ….

5 :00 :  le gardien nous annonce qu’il a téléphoné aux autres gardiens qui ont appelé les gîtes d’en bas. Donc qu’il y a eu beaucoup de vent et beaucoup de neige et que peut être derrière ça risque d’être pire. A moins que la neige soit passe par-dessus , qu’il se pourrait que ça s’éclaircisse si ça ne se rebouche pas, que les météorologues consultent les oracles qui consultent les astres ,et  résume finalement la situation par  :….qu’est-ce que vous en pensez, vous ?

la brèche de la Meije avant l’arrivée du brouillard

la brèche de la Meije avant l’arrivée du brouillard

Euh, là il faut poser sa tasse de café. Et dire un truc rassurant mais sérieux, tout en retenue mais engageant :

 » il est urgent d’attendre le lever du jour et voir la neige et le plafond (ça c’est le petit terme technique qui fait sérieux) « 

Et ouf ça laisse un peu plus de temps pour se réveiller et se déstressé. Du coup, en voyant que finalement le vent est tombé et la neige pas beaucoup, nous voilà parti en crampons, pour une courte marche d’échauffement tranquille. On enquille la Brèche dans la foulée, et on commence à installer le rappel… De l’autre cote c’est sauvage !!! 

A pic ! 

et très enneigé, on repère plus ou moins les crevasses sur le glacier. 

Glacial.

Mauvais temps

C’est à ce moment-là que le mauvais temps arrive et décidé de s’installer, ainsi que le brouillard : on ne voit plus rien.  S’installe aussi quelques longues minutes a attendre l’éclaircie. Qui ne viendra que pour mieux repartir après que Christophe et les guides se soient lancés dans la descente en rappel.
Faut-il s’engager dans les Enfetchorres et enchaîner sur le Glacier de l’Homme, bien crevassés, en plein brouillard qui risque de durer, sur un manteau neigeux frais a fort risque d’accumulation, avec en plus un skieur moyen, pas très chaud finalement a l’idée de risquer de tomber dans une crevasse ? Et qui d’autre sait faire un mouflage, voire un ancrage ?

La descente de la brèche de la Meije

La descente de la brèche

Nous décidons de faire demi-tour ainsi que les autres cordées. A l’exception des guides qui n’allaient qu’au refuge de l’Aigle, pour se payer une bonne tranche de ski poudreuse dans le vallon, avec arrêt pique-nique CIHM au refuge du Chatelleret, et une petite marche pour arriver à La Bérarde. Pas mal aussi.

les derniers mètres avant l’arrivée sur le parking après notre tour de l’aiguille de la Meije en ski de randonnée

les derniers mètres avant l’arrivée sur le parking

Le retour en stop nous donne en plus l’occasion de s’entasser dans la petite voiture d’un jeune couple de jeunes montagnards bien sympa qui trainait par là à la recherche d’oeufs à vendre (vraiement ) . (Ici , un message perso qu’ils liront car forcement ils consulteront le site de Yéti.net : désolé d’avoir embarqué votre casque neuf  Petzl qui ressemblait trop à mon vieux casque de VTT , et j’espère que les oeufs en chocolats vous ont plu dans le paquet kdo retour. Bye)

La fin d’AM au café de La Grave se serait bien poursuivie en apéro. Et pourquoi pas en petite crêperie, à bavarder avec nos nouveaux amis. Si la longue route vers Paris, via le centre-ville de Lyon, avec dépose minute chez Diane et chez Jérôme, ne nous avait pas rappelé que demain …

quoi demain ? demande Diane, un peu dans le coltar à l’arrière de la voiture

demain, tu bosses !

 

Conclusion du tour de l’aiguille de la Meije en ski de randonnée

Nous étions partis pour le tour autour de l’aiguille de la Meije. Comme le destin le décide parfois, le tour n’a pu être terminé, une fois de plus rajouteront certains…. Mais c’est secondaire car nous avons rencontré l’esprit de la Meije. Celui qui ne répond pas aux questions de ceux qui veulent tout savoir sur de quoi sera fait demain, sur l’évolution de la météo, sur l’état de la neige, sur ça passera ou pas, … Cet esprit raconte cependant de très belles histoires dans lesquelles nous y entendons, si nous faisons attention, toutes les indications dont nous avons besoin la course du lendemain. Cet oracle de la Meije, c’est tout simplement Freddi, le gardien du Refuge du Promontoire.

 

Matériel utilisé pour le tour de l’aiguille de la Meije en ski de randonnée

Equipement ski de randonnée utilisé pour le tour de l’aiguille de la Meije

Catégorie  Nom du modele  Marque Pourquoi ce choix  Pertinence du choix  Et si c’était à refaire
SKI DE RANDONNÉE  Aspect ATOMIC léger , faciles, moderne, un peu de rocker, pas trop large toutes neiges , mais un peu juste en accroche sur les pistes noires Un peu long pour les conversions , prendre plus petit que sa taille
FIXATIONS SKI DE RANDONNÉE  TLT light 1ère generation DYNAFIT  A l’époque, on pouvait choisir la couleur, à condition de prendre Orange, pas la marque ! 15 ans de bons et loyaux service , Ça rajeunit pas. peut-être prendre la orange
CHAUSSURE cosmos  SCOTT légères, confortable, grand débattement, suffisamment précises en descente, etc .. Le choix de mon pied ! et aucun souci d’insert  !!! idem , a savoir que les défauts d’attaches sont corrigés sur la version de GARMONT
PANTALON SIMOND pas trop chaud, extensible, taille bien , confort, prix, indestructible  parfait en prendre un 2eme pour mon fils , c’est dur de partager ..
CRAMPONS acier semi auto crampons d’occasion d’un vieux copain qui ont fait du chemin , indestructibles assez légers et toujours aiguisés, ne craignent pas le mixte avant en acier , arriere en alu ; ca existe ?
SAC À DOS LAFUMA en promo, moderne, ouverture zippée latérale et poches sur ceinture, confortable , et petit (30 l ) parfait pour 2 jours 35 l ! pour les raids glaciaire de 3 jours
BAUDRIER bleu j’avais pris taille L pensant grossir avec l’age , comme mes potes 14 ans après : a peine 1 kilo .. Dur-dur les exos de mouflage  . un modèle léger, non réglable, confortable , à ma taille, .. bref un neuf ! (je sais)
CORDE 37 m / 8,5 mm / dite impermeable BEAL   pour etre à 3 sur la corde , avec un peu de distance et quelques metres entikées dans le sac permet aussi les petits rappels ne pas oublier la deuxieme dans la voiture quand ya des rappel de 25 m  !!!!

Vêtement utilisé pour pour le tour de l’aiguille de la Meije

Catégorie Nom du modele Marque Pourquoi ce choix Pertinence du choix Et si c’était à refaire
DOUDOUNE Doudoune duvet  THE NORTHFACE assez chaude et légère très compressible; Mmmm j’adore une promo qui ne se refuse pas A -70% , j’en doute
VESTE DE MONTAGNE GORE-TEX Mountain X(délavé) Monocouche light en fond de sac? tres bonne occasion, jaune poussin pour etre bien vu des filles Même pas peur de la rayer sur les rochers en alpi peut etre une couleur qui plait aux filles
MONTRE  alto NIKE ASCENT excellent rapport Q/P, look d’enfert, précise la montre de Lance Amstrong ! prendre la gourde avec ….
GANTS le Top, hyper connue agréablement chaud dans le froid, la neige et le vent on se le demande … A ne pas oublier dans la voiture meme si les copains pretent les leurs .. !

 

14 commentaires

Delluc 9 novembre 2018 - 0 h 17 min

Le lire et le relire me fait encore rêver , malgré les coquilles qu’on y a laissé comme des petits souvenirs sur le chemin. L’auteur

Répondre
Franck 9 novembre 2018 - 8 h 58 min

Bon Philippe on le boucle enfin quand ce tour de la Meije !

Répondre
Franck 9 novembre 2018 - 8 h 58 min

Bon Philippe on le boucle enfin quand ce tour de la Meije !

Répondre
Philipp delluc 10 novembre 2018 - 11 h 44 min

Le lire et le relire nous fait encore rêver, comme autant de souvenir posés sur le chemin . vivement d’y retourner avec les amis finir de le boucler.

Répondre
sylvie Mme senanedj 11 novembre 2018 - 9 h 54 min

Bravo pour ce récit truculent bourré d’anecdotes !

Répondre
GUILLOPE 11 novembre 2018 - 11 h 56 min

Bel enthousiasme de partir avec des prévisions moyennes …çà marche pas à tous les coups !. Le brouillard entre la brèche de la Meije et l’aigle, pas terrible…un seul avantage : on voit pas les séracs du corridor donc on a moins peur …

Répondre
GUILLOPE 11 novembre 2018 - 12 h 13 min

Un rappel pour descendre de la brèche de la Meije ? pas absolument nécessaire : remonter un peu le col sur la droite puis trouver un cheminement, paroi raide mais sans réelle difficulté, même si c’est un peu impressionnant au début. Sauf temps moyen ( ce qui était votre cas), le chemin est tracé dans la neige, ce qui évite trop de questions. Naturellement ATTENTION : pas de rambarde….il faut pas mettre un pied de coté mais à la descente du col de la Casse Déserte, c’était un peu la même chose.

Rappel sans doute plus sûr mais cheminement beaucoup plus rapide surtout si il y a la queue au rappel. Et si t’oublies encore la corde ( si si tu en es capable), tu pourras te replier sur le plan B que je décris. Description valable en 2017 et avant; sauf éboulement ( et la Meije, n’est pas à l’abri), je vois pas pourquoi çà ne serait plus possible.

Répondre
Jean-Phi 11 novembre 2018 - 16 h 13 min

Merci pour ce récit ! Et je suis partant pour tenter de terminer ce beau tour avec vous 😉

Répondre
Christian WEBER 11 novembre 2018 - 19 h 35 min

Merci Philippe pour ce récit bien documenté. Ça fait rêver même si le tour n’a pas été bouclé. C’est une belle ballade.

Répondre
Marc 12 novembre 2018 - 10 h 54 min

Trés bien fait, merci pour les infos

Répondre
Jerome 13 novembre 2018 - 10 h 10 min

Avec la corde et vo conseils, nous pouvons terminer ce périple… N’est ce pas Philippe 😉

Répondre
Jeune couple 13 novembre 2018 - 22 h 32 min

Hello Philippe,
Super récit qui donne bien envie de retourner la bas pour vous recroiser. Nous avons récupéré le casque, un grand merci, je me demandais où il était passé. Les oeufs en chocolat était délicieux, ce fût un plaisir de vous servir de chauffeur pour ce retour. Un bisous à vous trois, à bientôt par chez nous

Répondre
Jeune couple 13 novembre 2018 - 22 h 32 min

Hello Philippe,
Super récit qui donne bien envie de retourner la bas pour vous recroiser. Nous avons récupéré le casque, un grand merci, je me demandais où il était passé. Les oeufs en chocolat était délicieux, ce fût un plaisir de vous servir de chauffeur pour ce retour. Un bisous à vous trois, à bientôt par chez nous

Répondre
Sigrine 13 novembre 2018 - 23 h 59 min

Trop bien

Répondre

Laisser un commentaire