Voyage pêche en Patagonie

par Expérience Outdoor
Voyage pêche en Patagonie

Christophe du site Leurres truites nous partage son expérience de voyage pêche en Patagonie.

Informations pour préparer un voyage pêche en Patagonie

Date :

Début Février 2020

Quand partir pour un séjour pêche en Patagonie :

La période la plus favorable me semble être de Décembre à Mars qui correspond à l’été là-bas.

Lieu :

Patagonie Chilienne

Comment se rendre en Patagonie :

Pas le choix, il faut prendre l’avion direction Santiago du Chili, la capitale (environ 14 h en vol direct). Vu la grandeur du pays, il faudra ensuite redécoller en direction du sud pour arriver enfin en Patagonie (environ 3h). Les correspondances entre les vols internationaux et nationaux ne sont pas évidentes, prévoyez de la marge !

Caractéristiques de la Patagonie :

Cette région de l’Amérique du Sud est à cheval entre l’Argentine et le Chili, partagée par la Cordillère des Andes. Terre sauvage et peu peuplée, c’est la destination idéale pour celui qui veut se dépayser. La partie Chilienne est moins connu et moins courue que le coté Argentin. Elle possède un très bon potentiel Halieutique (Salmonidés) et de très belles rivières. Le climat est tempéré mais avec de grandes influences Océanique et même Arctique, alors ça reste frais, venté, régulièrement pluvieux et surtout très changeant, on dit là-bas qu’on peut avoir les 4 saisons dans la même journée.

Quoi d’autre dans les environs ? 

La Patagonie est une région sauvage, très propice aux road trips, randonnées et autres treks nature.

Des montagnes à perte de vue, l’altiplano, de superbes lacs, des glaciers, de quoi en prendre plein les yeux …

Organisation, logement et guidage :

Pour toute les questions pratiques sur le logement et le guidage, je vous invite à vous rapprocher de Jean Domange et Geoffray Begard de Patagonia Fishing. Ils sont sur place depuis plusieurs saisons et connaissent par cœur la région, ils seront vous préparer un super séjour.

Patagonia Fishing agence de voyage pêche en Patagonie
voyage pêche en Patagonie avec Patagonia Fishing

Capables de vous proposer des prestations à la mouche ou aux leurres, en rivière, en lac, en bateau, que ce soit pour la traque de la truite ou du Saumon Pacifique : Le Chinook !

Participants à ce voyage pêche en Patagonie Chilienne :

Je m’appelle Christophe Pousthomis, la quarantaine et passionné de pêche à la truite que je traque aux leurres depuis bientôt 25 ans. Pour assouvir encore plus pleinement cette passion et surtout pour la partager, j’ai créé en 2011 un site de e-commerce spécialisé : LeurresTruites.com

Parallèlement, j’ai beaucoup vadrouillé en France pour pêcher avant d’être attiré par l’étranger, l’Irlande d’abord puis en 2018 mon premier séjour en Patagonie, un vrai coup de foudre ! 

Souvenir de notre premier séjour  de pêche à la truite en Patagonie Chilienne :

Pour ce nouveau trip, j’ai donc réuni autour de moi une équipe restreinte, Tibo avec qui j’ai déjà partagé le premier séjour et Valentin, le jeune surdoué de notre bande avec qui je pêche très souvent. Une petite équipe afin de limiter les moyens logistiques (voiture, hébergement…) tout en gardant une bonne complémentarité et surtout une grande complicité ce qui est essentiel pour ce style de voyage.

Voilà donc le récit de notre séjour :

Retour en Patagonie

retour en Patagonie pour un deuxieme voyage pêche

La saison de pêche 2020 se termine et laisse un souvenir particulier tant cette situation de la Covid 19 et la période du confinement auront bouleversé cette année. Afin d’oublier un peu tout ça, je vous propose de faire un bond dans le passé et de revenir sur ce début d’année pour vous relater notre séjour en Patagonie.

Vu le succès de notre premier voyage en 2018, on s’était promis d’y revenir. Après de longs mois de recherches, de préparatifs mais surtout d’attente nous voilà repartis pour l’autre bout du monde : la Patagonie Chilienne.

Fort de notre première expérience, nous sommes repartis avec l’équipe de Patagonia Fishing, tout en gardant plus d’autonomie et dans un objectif clair : découvrir de nouveaux secteurs, sortir des sentiers battus et bien sûr profiter à fond.

Je vous passe les interminables heures de vols et les péripéties d’une telle traversée, l’essentiel n’est pas là, car malgré tout, nous sommes finalement arrivés à bon port et avec tous nos bagages, l’aventure peut commencer.

La team pour un séjour pêche en Patagonie chilienne

Après un long voyage

Quel plaisir de retrouver ces paysages Patagoniens même si le temps très couvert nous rappelle aussi la rudesse de la région !                 

paysages Patagoniens pour ce deuxieme séjour pêche aux leurres

On dit que là-bas le temps est plus lent qu’ailleurs et cela prend tout son sens quand on circule en Patagonie. Malgré le 4*4, les trajets sont longs, beaucoup de route restent encore des pistes au revêtement irrégulier et très peu roulant, il faut être vigilant et prendre son temps. Il y a quand même des améliorations sur les secteurs les plus fréquentés et d’ailleurs on traverse d’immense zones de travaux routiers mais là aussi la patience est mise à rude épreuve.

La seule petite ville traversée, nous permet de faire les courses et bien sûr de prendre nos permis de pêche. Trois bonnes heures plus tard nous arrivons enfin à notre destination dans un petit village au bord d’un joli rio. Le logement est assez spartiate mais correctement équipé et surtout, il se trouve au milieu de la zone où l’on veut prospecter !

Retrouvailles

Après une installation rapide, il est temps d’aller retrouver les truites, l’impatience est énorme mais on a peu de temps. On opte donc pour un parcours proche et facile d’accès. Rapidement la délivrance arrive sous la forme de quelques poissons, oh rien d’extraordinaire mais de vraies belles retrouvailles !

première truite de notre voyage pêche en Patagonie

La nuit approche mais malgré la fatigue dut au décalage horaire, l’envie de pêcher est plus forte. Pendant que je remonte tranquillement, Tibo et Valentin sont positionnés face à un pool, ils insistent. Je n’y crois pas trop mais alors que je les rejoins, Valentin se retrouve aux prises avec le roi de la rivière : un Chinook (Saumon Pacifique). C’est gros, très gros mais malheureusement, après quelques coups de têtes puissant, la « bête » se décroche !

Nous sommes stupéfaits, partagés entre la chance d’une telle rencontre dès le premier soir et le désarroi de cette décroche ! Précipitation, manque de puissance au ferrage ou fatalité, on ne sera jamais réellement la cause mais on peut dire que l’aventure commence fort …

Après un bon repas et surtout bonne une nuit de récupération, il est temps de mettre en pratique les travaux de repérage sur cartes et de partir à la découverte d’une première rivière.

Ça commence fort :

Un peu de piste, quelques passages délicats en 4*4 et un peu de marche nous emmènent au bord d’un Rio somptueux et clair. Sur la première partie, peu de végétation et peu de caches, rendent la pêche pas très productive.

Magnifique décor de pêche au chili

C’est en remontant dans une partie plus encaissée, que l’on retrouve enfin de très beaux poissons. Les captures s’enchaînent et notre petite équipe profite à fond. Plus haut encore, la progression devient délicate. Il faut toujours tempérer l’enthousiasme des débuts de séjour et ne pas prendre de risque inconsidéré, un accident dans ces endroits reculés, gâcherait irrémédiablement le voyage. Au prix de quelques détours et de petites phases d’escalade, de nouveaux secteurs s’ouvrent à nous et nous livrent de fabuleux poissons.

première journée de pêche en patagonie chilienne

Cette première journée est donc une belle découverte mais il temps de rentrer afin de profiter du coup du soir dans une zone moins escarpée.

Magnifique rivière de pêche au chili
Voyage pêche en Patagonie dans un décor magnifique du Chili

Changement de décor

On choisit une plus grande rivière sur un secteur avec des courants profonds mais assez lents. Changement de matos, on passe sur du plus lourd et on peigne avec de gros leurres (D Contact 85, Meteora 80…).

Sur ces grandes zones sans poste vraiment marqués mais où de beaux poissons peuvent attaquer à tous moments, ça se joue au mental. Encore plus qu’ailleurs, il faut croire en ce que l’on fait, sinon l’absence de touche ou de suivi est vite décourageante. Après avoir ratissé la plage et fait une paire de petites, on s’efforce donc de lancer au plus près de la bordure en face, on laisse le leurre gagner de la profondeur et on anime au plus près du fond.

Bon c’est la description idéale car il faut bien dire que la profondeur importante, la puissance du courant et les arbres morts qui jonchent le fond ne facilitent vraiment pas la chose et nous font même perdre pas mal de matériel.

Mon premier …

Mais après un long moment à s’appliquer en vain et alors que la pluie fait son apparition, une touche de l’espace me réveille !!

Le premier rush me fait de suite comprendre que c’est gros, le jump au milieu du courant me fait comprendre que ce n’est pas gagné et que ça va être long !

En effet le poisson reste à bonne distance tient le fond et se défend tout en puissance, la Smith Lagless 73 travaille bien et je gère au mieux avec le frein. Le combat s’installe dans la durée, Tibo filme et me coache, Valentin prépare l’épuisette, on aperçoit des reflets argentés mais impossible de savoir encore si c’est une big AEC ou un Chinook. J’ai mal au bras et je suis trempé mais le poisson se rapproche et après 2 ou 3 tentatives, il est dans l’épuisette.

Yes, mon premier Chinook, pas gros mais tellement majestueux et puissant !

chinook d'une rivière de patagonie chilienne pris au leurre
Magnifique Chinook pris durant mon deuxième voyage pêche en Patagonie

Voilà qui termine bien cette journée, on peut rentrer, boire un coup, on l’a mérité.

Les soirées dans la cabañas sont relativement simple mais un bon repas, un feu de cheminée, un peu de musique et quelques bières permettent d’aider à tenir le rythme et de préparer sereinement les jours à venir !!

Cap au Nord à la découverte d’un rio :

Pour cette journée notre choix se porte sur un petit Rio plus au nord. C’est une nouvelle découverte et aux vues de nos infos, il doit être moins encaissé et plus facile à prospecter.

La première chose qui nous saute aux yeux lorsqu’on arrive au bord de l’eau, c’est que la rivière est plus large, assez peu profonde mais comme le secteur de la veille au soir, elle est envahie de gros troncs, ça promet beaucoup de caches.

Petit Rio de Patagonie chilienne pour notre séjour pêche

Vu la faible profondeur, l’équipe débute la pêche avec des leurres de tailles moyenne (D Contact 63, D incite 53…) et on insiste le long des arbres immergés. Le début de matinée est assez calme mais l’arrivée du soleil et le petit réchauffement, permettent de rentrer les premiers poissons. On remonte doucement cette belle rivière, ou s’enchaînent de belles bordures et de grands radiers !  Les prises sont alors régulières et c’est assez logiquement sur les postes les plus marqués et les plus encombrés qu’on touche les beaux poissons.

Magnifique truite de patagonie chilienne

Sur un joli courant, on touche plusieurs truites sous la surveillance d’un Martin-pêcheur qui guette nos moindres mouvements, prêt à tenter sa chance. Ces oiseaux sont ici énormes et le spectacle qu’ils proposent est impressionnant.

Le pique-nique au bord de l’eau dans ce cadre enchanteur

Cela nous permet de profiter encore plus de cette nature et d’apprécier le moment.

Voyage pêche dans de magnifique paysage de patagonie chilienne

Après la pause, on reprend notre prospection, les postes sont maintenant plus marqués, les poissons restent actifs mais de plus petite taille. Alors que l’équipe insiste sur une sorte de seuil naturel, je prends un stop en plein dans le « blanc du courant », une touche discrète, mais instinctivement je ferre.

J’annonce poisson, sans trop savoir la taille de l’individu. Il se défend doucement, sans rush mais bizarrement tient très bien le courant. Il me faut une petite minute pour le décider à descendre et enfin apercevoir sa masse sombre au fond de l’eau claire. C’est un très beau mâle qui frise la barre des 60 cm. Un bécard assez maigre marqué par la vie, incontestablement un vieux poisson mais qui m’a offert de belles émotions ! 

Truite de + 60 cm pêché dans une rivière du chili en Patagonie
Belle truite de + 60 cm prise durant notre voyage pêche en Patagonie

Cette rencontre nous incite à continuer mais plus haut les prises redeviennent plus classiques, il est donc temps de faire le long chemin du retour et de rentrer se reposer car demain nous attend une grosse journée !

Effectivement on décide de s’aventurer dans un Rio qui nous avait beaucoup plu lors de notre premier séjour et surtout qui nous avait bien réussi. On part une nouvelle fois pour la journée dans une gorge encaissée, l’accès est un peu compliqué mais surtout il n’y a pas d’échappatoire avec 1 seul point d’entrée et de sortie.

Une journée physique dans des gorges sauvages :

Départ à l’aube avec tout le nécessaire pour une journée de crapahutage : matériel, rechange, tenue de pluie, pique-nique, eau, trousse de premiers secours …

On commence par une traversée périlleuse de la rivière, les niveaux sont hauts et ça pousse fort mais nous n’avons pas le choix. Tibo est surmotivé et nous montre le chemin, il lui tarde de retrouver ce secteur qu’il avait adoré mais il faut faire attention à ne pas prendre un bain avant d’avoir commencé. Arrivés de l’autre côté, pas le temps de souffler, il faut maintenant contourner tout un secteur de falaise.

Ce n’est pas très long mais ça grimpe et avec tout le matériel, il faut adapter l’allure. Le sentier domine la rivière et au lever du jour le spectacle est superbe. Il n’y a plus qu’à regagner la rivière mais c’est plus facile à dire qu’à faire car le dénivelé est important et qu’il n’y a plus vraiment de traces.

la team de truitesleurres.com durant ce voyage pêche en Patagonie

Après cette descente périlleuse, on peut enfin attaquer de pêcher, Valentin est le premier à dégainer alors qu’on finit encore de se préparer. Sans bouger, il capture plusieurs petites AEC de toutes beautés, c’est parti.

Pour moi ça débute moins bien, je me précipite, je ne suis pas dans la pêche alors que Valentin enchaine et touche maintenant une superbe Fario qui passe largement les 50, il nous montre la voie.

super truite fario de 50 cm pêché dans une rivière de patagonie au chili

Changement de leurre

Dérive plus lente et bim au-devant d’une pierre c’est un beau poisson qui sanctionne mon D Contact 72. Le combat s’annonce délicat car le poisson joue de sa puissance et dévale. Le secteur est très torrentueux, le poisson descend cascade après cascade et devient vite inaccessible, c’est la casse inévitable. C’est rageant mais je crois ne pas avoir grandchose à me reprocher tant la défense de ce poisson a été rapide et incroyable, de toute façon je ne pouvais pas le suivre !

Pour me remettre de ce mauvais début et de cette frustration, je décide de poser un peu la canne et de filmer Tibo et Valentin. Ils remontent prudemment toujours les pieds dans l’eau, passant de rocher en rocher. Je filme et m’amuse à commenter leurs faits et gestes mais les yeux dans la caméra, je manque une pierre, glisse et me retrouve allongé dans l’eau. Heureusement pas de blessure, je suis juste trempé, frigorifié par cette eau à moins de 10 C° et surtout vexé et en colère de mon erreur d’inattention. Une pause s’impose, prendre le temps de se sécher, de se changer car ce n’est pas le moment de prendre froid, la journée va être longue.

Une fois reconcentrée et surtout revenu au « sec », je retrouve mes compères pour continuer la remontée de cette gorge, la pêche est plus compliquée et les poissons actifs sont de petites tailles. Il faut gratter et insister au plus près des caches pour faire sortir quelques belles !

Magnifique truite à la robe dorée de Patagonie au chili

Nouveau pool de pêche

A midi nous arrivons à un superbe poste, un pool ou nous avons prévu de pique-niquer, mais surtout un poste où lors de notre premier séjour Tibo a attrapé un énorme Chinook. Ultra motivé par ce souvenir, on peigne la zone sans relâche mais les dieux de la pêche ne sont pas avec nous aujourd’hui !

Après la pause pique-nique et une micro sieste, on continu à s’enfoncer plus profondément, le décor est grandiose, sauvage, impressionnant, les cacades s’enchainent au milieu de blocs rocheux énormes. La pêche reste difficile mais on arrive quand même à toucher quelques beaux poissons.

Cette gorge est sans fin, plus on avance plus la progression est lente et difficile, aucune zone de repos mais partout dans ces courants profonds l’espoir de toucher le poisson d’une vie ! Ça ne sera pas le cas, pas de Chinook ou de poisson trophée à l’horizon, il faudra se contenter de truites à la taille correcte. L’heure avance et le retour serra très long, il faut donc rebrousser chemin et patiemment redescendre toute la rivière.

prospection sur les rivières de patagonie au chili à la recherche de belles truites

Les jambes piquent et la dernière traversée s’annonce périlleuse, il faut redoubler de concentration pour finir la journée au sec.

La fatigue commence à bien se faire ressentir car cette journée a été autant éprouvante que frustrante, une grosse nuit de sommeil sera essentielle pour repartir sur de bonnes bases.

Retour en grande rivière 

Pour cette nouvelle journée, on opte pour monter sur le haut d’une grande rivière, la progression y sera moins sportive et le profil beaucoup plus régulier : courants, plages, radiers…

Après un peu de piste, nous sélectionnons un secteur courant mais pas trop, il nous semble idéal pour nous éclater aux leurres. Il fait beau, l’eau est limpide, la rivière ultra propre, espérons que les poissons soient dehors.

Rapidement plusieurs captures sur le haut d’un radier nous indiquent que les belles sont actives et qu’on va cartonner !

doublé de truites en patagonie chilienne

En grande rivière et quand l’activité est bien présente, la pêche à plusieurs est géniale et participative, tout le monde s’entraide, on pêche en même temps, ça échange, ça chambre, dans tous les cas on profite.

Depuis le matin, le compteur s’affole, ça épuisette à tout va et on fait les premiers doublets du séjour, un pur moment de plaisir !

de beaux plats sur les belles rivières à truite de Patagonie au chili

Doublé de + 50 cm

Alors que nous remontons sur la plage, un poste marqué rive opposé attire notre curiosité, il est inaccessible depuis cette berge mais parait très prometteur. On décide avec Valentin de se rapprocher pour mieux le pêcher. Un arbre immergé presque parallèle à la rive, créé sous lui une petite zone parfaite.

Arrivé à distance, Valentin tente sa chance, le lancer est bon et immédiatement une tache sombre surgit de sous l’arbre pour sanctionner l’intrus, le poisson suit mais n’attaque pas. A mon tour, je lance pour le même résultat, un nouveau suivi infructueux. On pense avoir loupé l’occasion car malgré nos nouveaux lancers plus rien ne bouge maintenant. Un peu par dépits, on se rapproche et se repositionne pour essayer d’obtenir un meilleur angle d’attaque. C’est à nouveau Valentin qui jette et encore une fois c’est parfait, notre position lui a permis de lancer plus haut et plus au ras du tronc, la sanction est ce coup si, immédiate et on épuisette rapidement une superbe Fario de 55 cm.

Sous le regard et les commentaires de Tibo depuis l’autre rive, j’ai maintenant la pression, car il me faut faire le doublet ! Avec un peu d’application, le lancer est correct, l’animation bonne et c’est pendu, la belle vient rejoindre le poisson de Valentin dans son épuisette, on tient notre premier doublé de 50++.  

Superbes truites de Patagonie pêchées aux leurres
Joli doublé durant ce voyage pêche en Patagonie

Quel bonheur de capturer de tels poissons, de partager ces moments avec les amis et surtout de voir ces farios tranquillement regagner leur cachette !

le coup du soir

La journée va ainsi se dérouler jusqu’au coup du soir avec de belles captures régulières nous démontrant, une fois de plus le potentiel extraordinaire de ces rivières.

coup du soir sur une rivière de patagonie aux leurres

Le repas du soir ce sera une première car on a choisi en fin de journée de prélever 3 truites pour gouter ces superbes poissons, un vrai régal, merci encore au cuisto de la bande, Tibo !

Objectif Arc en Ciel pour cette journée pêche en Patagonie

Pour le lendemain notre choix se porte sur une superbe petite vallée perdue qui nous avait enchanté en 2018, espérons qu’il en soit de même cette année.

Boosté par les résultats de la veille, nous prenons donc la direction de ce petit Rio. L’accès par la piste est assez rapide et après un peu de marche, on atteint la rivière dans une zone très végétalisée. Aujourd’hui on va donc utiliser du matos plus léger avec l’espoir de toucher quand même de belles truites Arc-en-ciel ou AEC car ce Rio en possède une bonne population.

pêche dans les montagnes de patagonie chilienne

La pêche commence doucement et malgré la beauté du parcours on peine à toucher des poissons corrects. C’est Tibo qui ouvre le compteur sur une belle Fario grâce à des lancers précis sous le couvert végétal.

truite des montagnes du chili en patagonie

Savoir lancer

Ce sera la solution technique du jour, en effet les poissons sont peu actifs et il faut insister au plus près de leur cache pour les faire réagir. A ce petit jeu, la précision fait la différence et il faut tomber vraiment au ras de la bordure pour espérer une touche. Encore une fois la complémentarité et la collaboration de l’équipe fait merveille, l’un pêche, l’autre observe, filme et vice versa. Pour toucher enfin de jolies AEC, il aura fallu attendre de sortir de cette zone végétalisée et pêcher un secteur plus minéral. Là sur une zone de radier à l’aide d’ondulantes, on cartonne sur des Arc de petites tailles, un vrai Area sauvage, on a bien rigolé !!!

pêche sur les bordures aux leurres dans les rivières de patagonie

La matinée sous le soleil est un succès même si on aurait pu espérer encore mieux en taille, la zone qu’il nous reste à prospecter plus haut est prometteuse, espérons pour l’après-midi.

Revigoré par le pique-nique, nous peignons de jolis postes avec de beaux courants et des berges creuses. Les résultats sont immédiats et à tour de rôle on touche les poissons convoités, des AEC avec de superbes robes !

Farios et truites arc-en-ciel

Les 2 espèces sont bien présentes dans ce petit rio mais réparties très différemment sur les postes.

Les Arc sont postées en plein jus au cœur des courants (même puissant ou très peu profond) alors que les Fario sont sur les zones plus calmes.

En fonction du secteur pêché on sélectionne donc un peu l’espèce qui va attaquer mais il faut attendre les jumps incessants pour confirmer qu’on affronte bien une AEC, quel punch ces poissons !  

Truite arc en ciel de Patagonie chilienne

Plus haut dans une nouvelle zone végétalisée, on assiste stupéfait à une scène impressionnante. Alors que Valentin pêche une belle veine d’eau, une énorme Fario jaillie de sous les arbres à la poursuite d’une libellule, elle saute plusieurs fois pour tenter de l’attraper. Malgré nos multiples tentatives, on ne la reverra pas mais quel poisson et quelle attaque spectaculaire !

enorme fario pêché au leurre dans une rivière de patagonie au chili

Ce soir, on ne fera pas de coup du soir car Jean et Jullian de Patagonia Fishing, organisent un Asado (barbecue typiquement Chilien). Il est donc temps, après un dernier superbe poisson pris par Tibo, d’aller retrouver les amis pour une belle soirée entre passionnés autour du feu.

Asado après une magnifique journée de pêche en Patagonie chilienne
Asado ou repas traditionnel pour un voyage pêche en Patagonie

Cascade et compagnie 

Pour se remettre de notre soirée, le lendemain nous décollons plus tard que d’habitude de notre cabañas. Sur les conseils de Jean, on part pour un secteur plus bas à la confluence de 2 rivières.

des truites en doublés à l'appel durant notre pêche en patagonie

On remonte la plus petite des deux, le parcours est idéal pour notre technique et rapidement on enchaîne les poissons. Ici aussi les AEC et les Fario se côtoient, on passe un très bon début de matinée.

des truites en doublés à l'appel durant notre pêche en patagonie chilienne

Plus haut la rivière se resserre entre des falaises et les coups deviennent plus marqués et surtout plus profond. De vrais pools à Saumon, on les explore méthodiquement avec de plus gros poisson nageurs et des leurres souples mais aucune trace de Chinook, toujours des truites.

truite à l'épuisette après un joli combat

Au détour d’un méandre, le spectacle est saisissant et le bruit infernal, on se retrouve au pied d’un cascade d’une bonne vingtaine de mètres. Elle crée un immense gour, difficile à bien pécher tant il est grand et profond. A 50 m de la chute nous sommes déjà trempés par la brume qu’elle génère, c’est impressionnant. Bien en place, l’équipe attaque ce coup et le succès est immédiat.

Chaque fois le scénario est le même, je touche les poissons au cœur du gouffre et descend les épuiseter sur le radier au-dessus. Mes 2 collègues sont eux resté au LS, malgré de nombreuses touches et de gros combats, ils enchaînent les décroches et pestent.

La belle équipe durant ce magnifique voyage peche en patagonie chilienne

De mon côté, fidèle à mes D contact 72, j’enchaine les captures et commence à bien remplir mon épuisette qui s’est transformée en vivier, impressionnant la densité de ce secteur.

Changement de décor

Après ce moment d’euphorie et vu que la cascade est infranchissable, nous sommes contraints de faire demi-tour et de remonter au 4*4. Pour la suite de la journée nous allons prospecter des grands courants de la rivière principale dans l’espoir d’y dénicher de beaux sujets.

changement de rivière en patagonie chilienne pour ce nouveau spot de pêche

Une nouvelle fois le secteur est miné d’arbres morts qui multiplient les caches mais qui compliquent aussi grandement la pêche. Pour peigner à grande distance et éviter trop d’accrochages, l’option des ondulantes est intéressante et efficace.

nouveau spot nouvelle truite à l'épuisette

Dans les zones plus profondes, changement de stratégie, on monte de gros PN coulant, des lames, des leurres souples, bref on gratte ! A ce jeu Tibo excelle, il a la technique et la patience indispensable à cette traque. Même s’il est un peu déçu car ce n’est pas l’espèce tant espéré, il nous démontre son efficacité en sortant plusieurs très belles truites.

Tibo avec une nouvelle truite pêchée aux leurres en patagonie

La soirée est une nouvelle fois sympathique, mais la fatigue est bien présente, il faut donc être raisonnable car demain nous attend le plus gros morceau du séjour. Après études de cartes, repérages sur place et confirmation de la bonne météo, on se lance en effet dans un rio « vierge » de tout accès. Il va falloir randonner pendant environ 2 heures et avaler un bon dénivelé.  

Randonnée et exploration en terre Chilienne

Réveil à l’aube, les affaires sont prêtes, le 4*4 chargé, on peut démarrer notre expédition. La randonnée commence par une marche d’approche dans des pâturages avant d’attaquer de face, le gros du dénivelé. On suit le sentier des vaches et des gauchos, ça grimpe dur et on monte rapidement en température mais la motivation est là !

En prenant de la hauteur les points de vue sont extraordinaires, nous marchons au milieu des fleurs et des petits arbres, rapidement on domine la vallée qui sera l’objectif du jour.

équipe heureuse de sa journée de pêche en patagonie chilienne

Longtemps le sentier suit la rivière, très haut à flanc de montagne et on traverse maintenant des forêts qui alternent feuillus et résineux dans de superbes paysages vierges de toute activité humaine. Enfin dans le creux d’un petit affluent, on rejoint le rio tant espéré. L’impression est bizarre comme de pénétrer dans une zone inexplorée, d’être les pionniers. Ce n’est certainement pas le cas mais ce qui est sûr par contre c’est que la pression de pêche du secteur est nulle et on va vite en avoir la confirmation.

exploration pêche en patagonie chilienne

La rivière est superbe, des petits courants entres des blocs, puis plus haut des coups plus marqués.

magnifique truite prise lors de notre voyage pêche en Patagonie

Des truites à foison en voila

Les poissons corrects s’enchaînent et les compteurs s’affolent, la matinée passe à une vitesse dingue. L’équipe « prend son pied » comme jamais encore, la densité est impressionnante, nous réalisons nos premiers triplets.

triplé de truites sur cette rivière de patagonie chilienne
Souvenirs de notre voyage pêche en Patagonie

On prend la pause repas en retrait d’une plage de galets, assis sur des troncs au milieu de petits pins, on profite de ces instants au milieu d’une nature intacte, quel bonheur.

rivière à truites en patagonie chilienne

Plus on remonte ce rio, plus on est émerveillé, sur une partie de la vallée plus large, le Rio se divise en plusieurs bras, on se sépare pour mieux les prospecter et partout la pêche est fantastique.  Après 1 h en solo, on se retrouve sur le haut de cette zone.

Tibo nous attend à l’entrée d’un poste magistral ou il vient déjà de toucher 2 très beaux spécimens. La rivière forme un joli virage au pied d’une falaise, le courant lent et profond est idéal pour cacher de beaux poissons. C’est donc à notre tour d’attaquer la zone, encore un grand moment de complicité, de rigolade avec en plus la réussite car les poissons répondent en nombre à nos animations.

Plusieurs postes de ce style se succèdent avec toujours les mêmes résultats, la densité est démente et la taille moyenne impressionnante, l’occasion de filmer des scènes incroyables dans ce paradis de la pêche !

Magnifiques poissons de Patagonie

Fin de journée de pêche

Le temps passe vite et malgré l’attrait toujours important des zones plus hautes, il va falloir se résoudre à rentrer. Un dernier courant, encore quelques lancers dans l’espoir de dénicher le poisson trophée mais en vain, la taille plafonne et on ne passera pas les 55 cm. La casse d’une canne sur une chute sans autre gravité, sonne la fin de la session. La fatigue se fait sentir, il faudra être prudent pour la longue descente et la randonnée du retour.

Arrivé au 4*4, les jambes sont lourdes mais le trajet s’est bien passé, nous avons marché à bon rythme avec des souvenirs plein la tête. Quelle journée, quelle découverte, quel pied, parmi les plus belles journées de pêche de toute ma vie !

Il est tard et on est fatigué mais on ne résiste pas à un coup du soir sous la cabaña, tranquille, un seul objectif, attraper le repas du soir. Mission accomplie, au menu ce sera Arc, Fario et vin Chilien, juste ce qu’il faut pour terminer la journée en beauté.

repas à base de truite arc en ciel, fario et vin chilien

Le séjour touche à sa fin, nos objectifs de prospection sont atteints et nous sommes comblés de ce côté-là. Nous allons donc consacrer les dernières sessions à la traque de poissons trophée en grandes rivières avec l’espoir de toucher un nouveau Chinook !

Objectif Saumon 

Il a plu une bonne partie de la nuit et le vent s’est levé, cela va encore compliquer notre pêche sur ces grands rios mais nous avons eu déjà beaucoup de chance de ne pas rencontrer plus de jours ventés car c’est très fréquent dans cette région. Pour se protéger un peu, on commence la matinée par prospecter une berge boisée, cette berge creuse, borde un courant puissant, elle n’est pas facile à pêcher mais nous permet de toucher nos premiers poissons.

ou pecher en patagonie chilienne

Plus haut la végétation disparait et la rivière change de morphologie, plusieurs pools se succèdent mais nous sommes très exposés au vent, pas facile d’atteindre de grandes distances de lancer ou de maitriser les dérives.

On ressort les leurres lourds, les grosses ondulantes et des LS montés sur de grosses têtes plombées. Une nouvelle fois, Tibo nous montre qu’il maitrise cette technique, il touche sur une lame vibrante un superbe poisson au cœur d’un pool. La défense est lourde mais ce n’est encore qu’une Fario. Un superbe poisson qui laisse malgré tout un gout amer à Tibo, qui espérait encore mieux.

superbe truite de patagonie au chili
Magnifique truite prise durant notre voyage pêche en Patagonie

De mon côté une grosse ondulante, me permet de prospecter la berge opposée. Je prends une belle tape au posé mais rapidement décrochée. Je continu quand même ma récupération linéaire car j’observe depuis ma position surélevée que le poisson suit toujours. Il attendra un long moment avant de se décider mais rejoindra finalement l’épuisette après un sympathique combat en surface et après avoir traversé toute la rivière.

La matinée terminée

nous décidons de bouger pour aller explorer de gros pool plus en aval. Ces secteurs sont connus et très fréquentés par les pécheurs locaux, il va donc falloir se démarquer pour faire la différence. Les Chiliens s’intéressent quasi exclusivement au Chinook, ils affectionnent donc ces zones stratégiques. Ils pêchent, lourd et ratissent inlassablement ces zones avec un matériel assez rudimentaire mais efficace et leur persévérance est parfois récompensée.

rivière à saumon au chinook en patagonie chilienne

Ces pools sont grandioses, des zones très profondes succèdent à des courants très puissants, ils sont vraiment impressionnants. On s’applique malgré tout à les pêcher et on jette nos derniers atouts à l’eau…

En vain, malgré la taille surdimensionnée de nos leurres, on touche uniquement quelques truites modestes. Seul Valentin en grattant au pied des blocs avec un LS sur une grosse TP parviendra à capturer un superbe mâle. Un bécard aux mensurations impressionnantes, l’un des plus beaux du séjour, un sacré coup de ligne, bravo !

Voyage pêche en Patagonie
Surement la plus belle truite de notre voyage pêche en Patagonie

Le saumon ou le poisson aux 1000 lancers

Il faut bien se rendre à l’évidence que même ici la capture d’un saumon reste aléatoire et que ce poisson porte bien son nom : le poisson aux 1000 lancers !

On le touche parfois sans vraiment le vouloir et quand on le cherche vraiment impossible d’en prendre. En 2018 alors qu’on ne l’a pas pêché spécifiquement, Tibo a eu la joie d’en prendre 2 de très beaux, cette année ou il faisait clairement parti des objectifs, il faudra se contenter d’un petit pour moi et d’une rageante décroche pour Valentin. C’est la pêche et il faut croire qu’il faudra revenir pour avoir la joie d’en capturer un autre…

dernière truite pêchée au chili dans les rivières de patagonie

Il est bientôt temps de plier les gaules mais on se réserve une dernière récréation sur notre petit rio préféré, un dernier coup du soir en signe d’adieu. Les derniers lancers, les dernières truites, histoire de profiter encore un peu de ce paradis…

Voilà, la fête est maintenant finie, il faut se préparer au voyage retour qui sera long et éprouvant, mais au moins une fois dans l’avion, la fatigue a permis de rapidement trouver le sommeil.

Conclusion sur ce voyage pêche en Patagonie Chilienne

Merci mes amis de m’avoir accompagné dans cette aventure et d’avoir rendu ce voyage aussi exceptionnel. Ce séjour a été presque trop court mais il n’était pas facile pour moi de libérer plus temps aussi bien professionnellement que personnellement. La parfaite préparation matérielle en amont, notre bonne organisation sur place et surtout l’entente sans faille a pleinement contribué à ce succès. On s’était bien préparé physiquement et c’est une chose essentielle pour tenir le rythme d’une aventure aussi intense. Car je ne sais pas si cela se ressent dans mon récit mais je vous garantis qu’on s’est envoyé des heures de pêches et de crapahutage, comme c’est difficilement imaginable. On voulait sortir des sentiers battus, prospecter et découvrir, mission accomplie, on s’est régalé !

Un grand merci pour ce séjours de pêche en Patagonie :

  • encore à Geoffray et Jean de Patagonia Fishing sans qui ce voyage pêche en Patagonie, rien n’aurait été possible !
  • à notre cartographe en chef (il se reconnaîtra) qui depuis l’autre bout du monde a su nous guider à travers les montagnes, c’était très précieux.
  • aux locaux pour leur sympathie, leur accueil et leurs conseils.
  • et à Smith, à River Shoes, à PVM et à LeurresTruites.com de nous avoir soutenu matériellement sur ce projet.
Partenaires de notre voyage pêche en Patagonie chilienne
Partenaires de notre voyage pêche en Patagonie

Enfin et surtout merci à ma chérie Marlo et mes garçons de supporter ma passion folle, envahissante et égoïste !

Gardez la pêche et à bientôt pour de nouvelles aventures…

Matériel utilisé lors de notre voyage de pêche en Patagonie

Waders respirant et chaussures de wading avec semelle Vibram de chez River Shoes, une qualité et une fiabilité au top (attention certaines rivières de Patagonie sont contaminé par la Didymo, pensez à bien désinfecter votre matériel au retour)

Pour l’habillement, il faut faire simple mais efficace : pantalon de randonnée, tee shirt respirant (manche longue), polaire, casquette, buff, veste étanche (Patagonia River Salt Jacket) et on n’oublie pas les indispensable : créme solaire, stick pour les lévres, anti moustique…

Comment choisir les bons leurres ?

Nous avons longuement préparé notre sélection de matériel de pêche, on a manqué de rien mais je conseille de prendre beaucoup de leurres de rechange. Car avec tant d’heures de pêche et des rivières grandes et encombrées, les pertes sont importantes. Quelques magasins existent maintenant dans les villes principales et peuvent dépanner mais le matériel disponible n’est pas toujours très adapté à notre façon de pêcher. 

Voilà ci-dessous une petite liste des modèles qui ont bien marché. Encore une fois les teintes naturelle et argentées ont été pour nous les plus efficaces :

  • Smith D Contact 63/72/85
  • D Incite 53/64
  • Jackson Meteora 80
  • Ondulante Smith Pure de 5 à 13 g
  • LS en 2 et 3’’ et des têtes plombées de 5 à 10g

Partir avec les bonnes cannes à leurres

La sélection de cannes à leurres pour notre voyage se composait de :

Canne Smith Dragonbait Trout Large Stream
Voyage pêche en Patagonie avec les cannes à leurres Smith
  • Smith Dragonbait Trout Large Stream
  • Smith LagLess Boron 63 DT
  • Canne Smith LagLess Boron 73 DT
  • Smith NX4 Medium Versatile 2 (pour le Saumon)

Pour le moulinet des tailles 2500 sont suffisante pour la recherche des truites.

Pour le fil opter soit pour un nylon en 20 /25 °° ou de la tresse, partez alors sur du 0.8 / 1 Pe et prévoyez du Fluoro costaud pour vos bas de ligne 7 à 10 Lbs !

Bien sûr si vous souhaitez vraiment traquer spécifiquement le Saumon, il faudra partir sur du matos encore plus gros.

Retrouvez ce matériel et des conseils sur ma boutique en ligne Leurrestruites.com

1 commentaire
4

Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

Baptiste 11 novembre 2020 - 19 h 02 min

Magnifique article! Une destination qui fait rêver!

Répondre

Laisser un commentaire