Alpinisme dans les Pyrénées : Face nord de la Munia au cirque de Troumouse

par Expérience Outdoor
alpinisme dans les Pyrénées

Florian DESJOUIS nous partage son expérience Alpinisme dans les Pyrénées avec la Face nord de la Munia au cirque de Troumouse.

alpinisme dans les Pyrénées

Information sur l’Alpinisme dans les Pyrénées

Date :

Mai 2010

Lieu :

France, Midi Pyrénées, Hautes Pyrénées, Gèdre (65120)
Depuis Montpellier :
Montpellier => parking de Troumouse : 5h, 464 km, 32 euros de péage.
Montpellier => Luz Saint Sauveur : 4h20, 438 km, 28 euros de péage.

Participant :

Florian DESJOUIS Kinésithérapeute et M. Olivier : Médecin urgentiste travaillant en Haute Garonne. Olivier affectionne la montagne au sens large, quel que soit le massif, quelle que soit l’activité. Il a commencé par la découvrir à pied et à vélo, et continue à ski, en crampons ou chaussons aux pieds.

Office du tourisme :

Gavarnie

Où dormir :

Cf lien ci-dessus

Où se réapprovisionner :

Tout ce qu’il faut (supermarché, boulangeries, station essence …) à Luz Saint Sauveur.

Bibliographie :

– « Passages pyrénéens » de Rainier Munsch, Christian Ravier, Rémi Thivel, éditions pins à crochets : je ne m’en suis pas directement servi pour le choix de cette course mais quiconque veut avoir des infos pour faire de la montagne sur la moitié ouest des Pyrénées doit l’avoir, c’est la référence.

Lien internet/topo :

Lien

Quoi d’autres dans les environs :

Beaucoup de choses !!
Pour ce qui concerne la cascade de glace (et mixte), vous avez le superbe site de Gavarnie à quelques kilomètres, allez voir le lien suivant.
Juste à côté, non moins beau, le Taillon et sa superbe face.
Et aussi le Piméné, les Astazou, le Mont perdu… Autant de superbes sommets à découvrir dans un massif hors du commun.
En ski de randonnée : beaucoup de choses aussi. Ne pouvant tout lister ici, je vous invite à utiliser le lien suivant, en cherchant dans le massif « Mont perdu, Gavarnie, Bigorre ». Je me permets tout de même de vous conseiller de faire à ski :
Topo du Mont Perdu : superbe tour, présenté sur 3 jours ici, mais qui peut se faire sur 2 si on ne redescend pas sur le refuge de Goritz (on vise la brèche de Rolland). Un moyen fabuleux de découvrir le massif de Gavarnie, panorama superbe sur les sierras espagnoles durant tout le deuxième jour.
Topo le Taillon : classique, à la journée, superbe randonnée.
S’il vous prend des envies de pistes damées :
– Gavarnie Gèdre
– Luz Ardiden
– Cauteret

Récit alpinisme dans les Pyrénées

Il est 20 h, la kangoo et ses pneus slicks avancent péniblement dans ce blizzard qui recouvre la route d’une pellicule glissante de neige : à chaque fin de virage nous reprenons notre respiration, un peu crispés, pas si confiants que ça quant à notre contrôle de la situation. Nous arriverons au parking sans encombre, la neige se calme doucement : le repas se mangera froid ce soir, nous n’avons pas le courage de cuisiner dans le vent et le froid. On se glissera rapidement dans nos duvets douillets le temps d’une bonne nuit.
Le réveil sonne à 6h, le soleil ne va pas tarder à se lever : le petit déjeuner laissera du temps à la lumière pour nous rejoindre. Les cimes prennent des teintes rougeoyantes, le jour pointe le bout de son nez. Nous nous élançons dans la pénombre pour traverser ce grand plateau herbeux au fond de cette amphithéâtre parfait qu’est le cirque de Troumouse : un cirque si proche de Gavarnie, mais tellement plus sauvage.

Réveil en douceur- 2010 - CP. Florian DESJOUIS lors du séjour Alpinisme dans les Pyrénées

Chaine Pyrénéenne – Alpinisme dans les Pyrénées

Le programme du jour lors du séjour Alpinisme dans les Pyrénées

Nous chaussons les crampons au pied de la Munia, une cordée nous devance d’une centaine de mètres, la trace ne sera semble-t-il pas pour nous aujourd’hui. La neige est assez profonde mais ne gêne que peu la progression. Le premier couloir se déroule sans problème, un petit pas de mixte nous déposera sur un grand replat confortable.

La cordée qui nous devance dans le premier couloir conduisant au replat au milieu de la face - Alpinisme dans les Pyrénées
Olivier à l'attaque s'approche du premier couloir qui partira sur la droite lors du séjour Alpinisme dans les Pyrénées

Ascension Pyrénéenne – Alpinisme dans les Pyrénées

Olivier arrive au sommet sous un beau soleil de printemps. - 2010 - CP. Florian DESJOUIS

A l’approche du sommet – Alpinisme dans les Pyrénées

A quelques mètres de la crête conduisant au sommet. - 2010 - CP. Florian DEJOUIS - Alpinisme dans les Pyrénées

Alpinisme dans les Pyrénées

Le soleil nous effleure. - 2010 - CP. Florian DESJOUIS alpisnime dans les Pyrénées

Le soleil nous effleure

La descente

Nous amorçons la descente, peut-être plus délicate que la montée : une arête facile sur un rocher un peu branlant, la neige rendant le tout un peu glissant, il faut rester vigilant. Arrivés au rappel qui nous permettra d’atteindre des pentes de neige peu raides, nous avançons d’un bon train dans cette neige alourdie par la chaleur ambiante ; les deux Sœurs Jumelles et leur symétrie parfaite apparaissent, la fin approche.
Des isards galopent sur la prairie bien dégelée, les bourgeons ne vont pas tarder à apparaitre. Nous quittons la neige, on s’allège de nos couches de vêtements qui nous sont inutiles, à présent le t-shirt est de rigueur. Nous nous avançons un peu sur le plateau, on se trouve un petit coin tranquille, sec et ensoleillé, le temps d’une pause, le temps d’une sieste, le temps d’une discussion aussi. Le printemps a du bon.
  
 

Conclusion de cette session Alpinisme dans les Pyrénées

Pourquoi aller découvrir cette région, ce bout de vallée :
– Si vous êtes adeptes de la cascade de glace, vous y trouverez un très grand massif avec de superbes cascades.
– En s’éloignant un peu des sentiers battus, vous trouverez une montagne très sauvage.
– Les très nombreuses activités proposées vont permettront d’ajuster au mieux les occupations du jour en fonction du temps, des envies, des besoins.

Matériel utilisé lors de cette sorti alpinisme dans les Pyrénées

Matériel de sécurité utilisé lors de cette sorti alpinisme dans les Pyrénées

CATÉGORIE  NOM DU MODELE MARQUE  POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODELE AU DÉPART   EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉ DANS CE ROADBOOK   SI C’ÉTAIT À REFAIRE 
 ARVA evolution +, modèle 2005 NIC IMPEX   RAS  – Indice sonore et visuel – Simplicité  Peut-être un plus compact et encore : dans tous les cas, ce qui fait une bonne recherche arva c’est avant tout chose l’entrainement, et l’entrainement avec son arva pour créer ses automatismes. La simplicité est un atout prioritaire : ne pas avoir trop de signaux, d’informations à traiter lors de la recherche me semble indispensable
PELLE  Pelle Norvégienne   RAS  La pelle norvégienne de mon père, du costaud (pas de marque) – c’est du solide ! – le poids Je la garde car on me l’a donné, mais elle n’est pas très adapté : bien trop lourde !!  Par contre, suite aux différents échos que j’ai pu avoir, je ne prendrai pas la plus légère ou la moins cher : souvent la partie en contact avec la neige se casse si celle-ci est trop dure (ce qui est la cas pour une neige d’avalanche, très compact !).
SONDE   NIC IMPEX  RAS  – légère – montage rapide  Ne pas oublier lors de vos entrainements arva de jouer le jeu de A à Z, c’est-à-dire de monter la sonde aussi : le montage est rapide, mais uniquement quand on a bien pris le coup de main !
 COUVERTURE DE SURVIE  Toujours l’avoir au fond du sac, pour les bivouacs improvisés ou si il y a nécessité d’attendre les secours, pour s’ isoler au mieux du vent et de la neige.

Matériel d’alpinisme utilisé lors de cette sorti alpinisme dans les Pyrénées

CATÉGORIE  NOM DU MODELE MARQUE  POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODELE AU DÉPART   EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉ DANS CE ROADBOOK   SI C’ÉTAIT À REFAIRE 
 CRAMPONS Sarken  PETZL  RAS  RAS  Un crampon très correct, rien à lui reprocher mais si j’avais à investir, je pencherais pour les Lynx de chez petzl. La modularité des pointes avant est vraiment intéressante : pouvoir valoriser le mono pointe dans le mixte où l’on pourra retrouver une gestuelle/technique beaucoup plus élaborée qu’en bi pointe tout en gardant le confort du bi pointe dans des terrains type couloir de neige, etc.
PIOLET  0  le bon vieux piolet droit familial (since 1980) Trop lourd et long Evidemment pas le top.  Le piolet sum’tec (petzl) me semble vraiment intéressant car très polyvalent (léger et assez long) mais conservant une aptitude dans le terrain technique (léger galbe du manche en plus d’un ergot modulable).
 MONTRE ALTIMÈTRE 0  RAS  Atouts : – Pas trop grosse au poignet (disons que les autres modèles sont pires), assez plate. – Nombreuses fonctions que j’apprécie : cardo et alti, vitesse ascensionnelle instantanée et moyenne, etc. – Précision, au Pérou les indications entre cartes sont très grandes, mais mon alti restait logique. En France, toujours très précis. – Pas de problème de pile contrairement à d’autres modèles de Sunnto apparemment.Défauts : La mémoire d’enregistrement équivalente à 3 ou 4 jours max. En trek n’ayant pas d’ordinateur, il n’était pas possible de la décharger donc j’étais obligée d’effacer au fur et à mesure, c’est regrettable.  Je reprendrais la même car c’était la seule qui indiquait la vitesse ascensionnelle et qui était la « moins » encombrante pour mon petit poignet.

Vêtement utilisé lors de cette sorti alpinisme dans les Pyrénées

CATÉGORIE  NOM DU MODELE MARQUE  POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODELE AU DÉPART   EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉ DANS CE ROADBOOK   SI C’ÉTAIT À REFAIRE 
 PANTALON  Backcoutry guide pantmodèle 2010  PATAGONIA  RAS  – Ouverture pour la ventilation de taille un peu réduite Je prends le même ! Un confort au top et enfin une coupe qui convient au taille de grimpeur ! – Confort ! – Coupe parfaite (pour homme fin)  RAS
TSHIRT TECHNIQUE   Capilene 2 Lightweight  PATAGONIA  RAS Atouts : – confortable (élastane) – léger – sèche très viteInconvénients : – l’odeur – le prix (parce que je n’ai pas l’impression que ce soit beaucoup plus efficace qu’un décathlon …)  Tenter un Decathlon ?
 MICRO POLAIRE  R1  PATAGONIA  RAS Atouts : – apport de chaleur correct – très confortable (membrane souple, intérieur doux) – assez bien taillée, bien que le diamètre des manches soit un peu trop important, je flotte un peu (pour moi, mais je suis fin …)Défauts : – cela reste assez cher Je la conserve pour le trek, le voyage et en France.Remarque : Actuellement pour l’ensemble de mes pratiques sportives en extérieur (couenne, grande voie, ski de randonnée, randonnée), j’associe et jongle avec les 5 éléments suivant : carline, mérinos, polaire r1, doudoune sans manche et un bon bonnet. C’est léger, ça n’engonce pas, c’est « solide », c’est souple et ça ne prend pas trop de place : l’idéal.

Doudoune utilisée lors de cette sorti alpinisme dans les Pyrénées

CATÉGORIE  NOM DU MODELE MARQUE  POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODELE AU DÉPART   EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉ DANS CE ROADBOOK   SI C’ÉTAIT À REFAIRE 
DOUDOUNE SANS MANCHES   Down Sweater  PATAGONIA  RAS Cette doudoune a peu servi durant ce trek pour 2 raisons : – en actif, avec le sac de 25 kg, l’association merinos ice breaker 260 + éventuellement polaire PATAGONIA R1 était amplement suffisante – en passif, au campement, la fatigue plus le fort gradient de température m’amenait à enfiler directement la doudoune Valandré. MAIS, cette doudoune est très utile, dans d’autres cadres d’utilisation : – durant le reste du voyage : couenne et grande voie à +/- 4000 m, randonnée à la journée, le soir en ville => polyvalence très intéressante pour ce genre de voyage. – en France : couenne/grande voie, ski de randonnée, randonnée, elle a toujours sa place dans mon sac ! Dans ces utilisations : Atouts : – bon apport de chaleur pour un poids et volume très correct – pas de gène en actif – un peu fragile (je l’ai depuis 2 ans, elle a 2 morceaux de scotch pour boucher des trous et elle tient quand même le choc : je l’utilise fréquemment et ne la ménage pas), Défaut :
– le prix ! beaucoup plus cher que les autres
 Je la supprimerai pour le trek mais je la garderai sans aucun doute pour le voyage.

Veste utilisée lors de cette sorti alpinisme dans les Pyrénées

CATÉGORIE  NOM DU MODELE MARQUE  POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODELE AU DÉPART   EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉ DANS CE ROADBOOK   SI C’ÉTAIT À REFAIRE 
 VESTE  Gore-Tex Stratosphere THE NORTH FACE     RAS  Pas utilisée durant ce trek car nous n’avons pas eu de pluie ni de vent : dans tous les cas, pour ce genre de trek, la question de son intérêt se pose, notamment avec cette problématique du poids qui nous amène à faire le maximum de double utilisation. – s’il pleut : au bout de 30 min sous la pluie avec ma gore tex, je suis trempé. Je pense qu’il doit en être de même avec pas mal de veste.  Je la remplacerai par un poncho grande taille (qui recouvre le sac au passage). Plus léger, beaucoup moins cher, protège aussi le sac (pas besoin de transporter de housse de protection), réellement imperméable, certes moins respirant mais l’ouverture en bas fait ventiler sous le poncho.

Vêtements utilisés lors de cette sorti alpinisme dans les Pyrénées

CATÉGORIE  NOM DU MODELE MARQUE  POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODEL AU DÉPART   EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉ DANS CE ROADBOOK   SI C’ÉTAIT À REFAIRE 
 T SHIRT  laine mérinos 260  ICEBREAKER   RAS Atouts : – Très bon apport de chaleur – Léger, confortable, bien taillé pour les hommes fins : on l’oublie complètement, même en grimpant – 1 détail : l’encoche pour placer le pouce dans la manche => mine de rien, quand il fait frais, ça couvre un peu plus de surface et ferme franchement les écoutilles : efficace.Défaut : – le prix ! beaucoup plus cher que les autres  Je le garde, sans aucun doute. En France, je l’utilise à toutes les sauces : salles, couenne grande voie, ski… Il a sa place partout. Je l’ai payé un peu cher mais je ne regrette pas.
 CHAUSSETTES PATAGONIA   RAS – Bonne protection – Ne bouge pas durant l’effort : pas de frottements.  J’ai eu de mal à trouver une paire de chaussettes bien ajusté à mon pied fin : j’ai pris 2 tailles en dessous de ma pointure et le problème était réglé ! Prendre le temps de bien choisir (bien ajusté au pied et assez épaisse), c’est un élément fondamental en randonnée (à ski comme à pied)
 BONNET  High point  THE NORTH FACE  RAS  – Protection au top – Confort  Je prends le même! Un bon bonnet, c’est un bonnet qui protège TOUTE la tête, les oreilles y compris : c’est le seul bonnet qui est répondu à mes attentes jusqu’à maintenant, à savoir une protection efficace. Une référence.

Équipements utilisés lors de cette sorti alpinisme dans les Pyrénées

CATÉGORIE  NOM DU MODELE MARQUE  POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODEL AU DÉPART   EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉ DANS CE ROADBOOK   SI C’ÉTAIT À REFAIRE 
 GANTS LÉGERS  Olan  RACER   RAS  -Confortable -Bien ajustée -On est quand même un peu empoté pour manipuler certaines choses.  J’essaierai de trouver le même type de gant mais en mitaine, pour une raison : manipuler l’appareil photo plus facilement (le sortir de sa poche, changer les modes de prises de vues etc …)
 GANTS DE SKI Kingston REUSCH  RAS  – Chaleur – Confort  Je prends les mêmes,
LUNETTES DE SOLEIL  Panoramique LOUBSOL  RAS  -Bon rapport qualité prix -Bonne protection pour les visages fins -Fragile : l’encoche qui permet de lier les branches au reste de la lunette casse assez facilement -Des lunettes bon marché, qui sont adapté à un grand nombre de situation avec un maintien au visage très correct pour les visages fins, indispensable en escalade.  RAS
SAC À DOS    Peuterey  MILLET  RAS Confortable – Bon serrage ventrale – Poche à crampons extérieurs (très bien pour mettre le thermos aussi) – Simple et sans fioritures – Solide- Les tiges rigidifiant le dos ont tendance à sortir de leur logement Un sac à dos tout terrain qui répond à beaucoup de mes attentes :ski de randonnée, randonnée à pied, couenne. Un volume et une organisation qui le rend polyvalent  Un sac à dos que j’apprécie énormément et que j’utilise dans la plupart de mes activités mais il n’est pas forcément adapté pour ce type de course où un sac de 35 litres est bien trop gros. Un volume plus réduit et une organisation simplifiée (moins de sangles de serrage, pas de poche à crampons, pas de grosse poche supérieur) permettrait d’avoir un sac bien plus efficient.

Accessoires utilisés lors de cette sorti alpinisme dans les Pyrénées

CATÉGORIE  NOM DU MODEL E MARQUE  POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODEL AU DÉPART   EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉ DANS CE ROADBOOK   SI C’ÉTAIT À REFAIRE 
 THERMOS  75 cL  LA PLAYA  RAS  – Bon maintien de la chaleur – Volume bien adapté pour 2 personnes à la journée. – La coque externe du bouchon/tasse se désolidarise de la structure principale de la tasse : en gros, quand je veux dévisser la tasse, l’extérieur tourne, le reste ne suit pas : un point de colle réglera le problème mais bon… Quoi de plus revigorant qu’un bon thé sucré ! pas convaincu ? allez au maroc ! On le prend systématiquement en ski de randonnée : on s’hydrate, on se réchauffe, on apporte de l’énergie si c’est suffisamment sucré. Je ne vois pas l’intérêt de prendre un volume inférieur, cela fait vraiment peu.  RAS
COUTEAU CORSE  0  Pour couper le saucisson !  RAS RAS
CARTE IGN   0  RAS  RAS  Elle nous manque tellement quand on part à l’étranger !

Corde à double utilisé lors de cette sorti alpinisme dans les Pyrénées

CATÉGORIE  NOM DU MODEL E MARQUE  POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODEL AU DÉPART   EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉ DANS CE ROADBOOK   SI C’ÉTAIT À REFAIRE 
CORDE À DOUBLE  RUBIX TRIAXIALE 8.5 EN 2*50 Acheté en octobre 2008. MILLET   RAS  Atouts : – Durabilité (aucun signe d’usure après une cinquantaine de sortie.) – Couleurs bien différentes pour chacun des brins. Inconvégnents : – Un défaut commun à toutes les cordes à doubles en terrain équipé : le poids. Quasiment le double du poids à tirer par rapport à une corde à simple ! – 2 brins sont malcommodes à manipuler en simultané. Tout ça rend l’escalade assez désagréable au bout d’une certaine longueur.  Je réfléchirai à 2 autres solutions possibles, en penchant je pense pour la seconde: – Pour l’utilisation grande voie équipée stricte : Utiliser un brin de corde à simple de 50 m (une ancienne corde que l’on a coupée par exemple) pour l’assurage durant l’ascension auquel on ajoute une corde de faible diamètre/poids (n’ayant pas besoin de qualité dynamique) que l’on attache sur le porte matériel. Ce dernier brin servira au rappel et à hisser le sac pour que tout le monde grimpe léger et quand ça grimpe un peu, ce n’est vraiment pas désagréable ! – La seconde solution, la meilleur je pense : 2 brins de 50 m joker BEAL pour une utilisation identique à la solution précédente auquel on ajoute l’utilisation en terrain d’aventure.