Goulotte et cascade de glace dans les Hautes-Alpes au départ de Crévoux

par Yoann FOULON
Crevoux-Au milieu de la goulotte

Yoann FOULON et Florian DESJOUIS nous racontent leur expérience  Goulotte et cascade de glace dans les Hautes-Alpes au départ de Crévoux

Informations pour préparer un séjour cascade de glace dans les Hautes-Alpes

Date :

Début décembre 2013

Lieu :

France, PACA, Hautes alpes, Crévoux (05200)

Depuis Montpellier :

Montpellier => Crévoux  (par Aix en provence): 4h, 23,4 euros de péage, 350 km.
Montpellier => Crévoux (par Nyons) : 4h30, 8,8 euros de péage, 305 km.

Participants à cette sortie cascade de glace dans les Hautes-Alpes :

Yoann FOULON et Florian DESJOUIS

Où dormir pour faire de la cascade de glace dans les Hautes-Alpes :

Tous les hébergements de Crévoux et de la vallée :

– Gite « Le glacier bleu » dans le fort de Mont Dauphin : gite avec gestion libre dans le cœur du fort, très joli. Placé stratégiquement entre les Ecrins et le Queyras, des chambres très bien arrangées, des dortoirs très confortables. Un très beau gite.

– Le gîte de Saint Alban : notre coup de cœur. Peu avant Guillestre, on bifurque à gauche sur une toute petite route que l’on remonte pendant même pas 10 minutes. On arrive au hameau de Saint Alban (quelques familles), où se trouve le magnifique gîte de Saint Alban. Daniel et Annick vous accueilleront très agréablement dans cette ancienne bâtisse refaite avec goût : c’est un écogîte confortable, on y est vraiment bien. 2 zones de gestion libre (possibilité d’avoir le petit déjeuner), une qui conviendra très bien aux plus grands groupes (cuisine collective…), une autre (notre préférée) plus arrangée, avec une cuisine en bois dans un salon avec vue panoramique sur la vallée. Bref, allez voir le site, ou encore mieux, sur place !

Le gîte de Pinfol : l’intersection est un peu plus proche de Guillestre, et ce sera toujours à gauche. Compter 15/20 bonnes minutes pour le rejoindre ensuite. Pas de gestion libre normalement, mais si il n’y a personne d’autre que vous durant le we (ça arrive assez souvent les we d’hiver, du fait qu’il soit excentré), ils vous laisseront la cuisine à dispos. Une très belle bâtisse, un intérieur un peu plus rustique que Saint Alban (perso je préfère !), de belles grosses poutres au plafond, une cheminée et un poêle qui seront certainement allumés à votre retour de randonnée, et tout ce qu’il faut pour bien récupérer de vos efforts du we. Différent de Saint Alban, mais pas moins bien !

– Gite « le Montbrison » aux Vigneaux. 04 92 23 10 99. Gite convenant parfaitement à des séjours en groupe : dortoirs confortables, grand salon, coin cuisine où l’on peut aisément faire sécher son matériel. Un gite « pratique ».

Hébergement possible aux Vigneaux, été/hiver.

Hébergement possible dans les environs.

Où se restaurer/où se réapprovisionner dans les Hautes-alpes :

Tout ce qu’il faut à Embrun : essence, supermarchés, boulangerie, restaurants, bars etc.
Et autrement, idem plus au sud à Gap (45 min de Crévoux) et plus au nord à Guillestre (30 min de Crévoux).

Office du tourisme :

– Crévoux
Embrun
Guillestre
Pays des Ecrins, la vallée et même un peu plus
Briançon

Caractéristique du massif des Hautes-Alpes:

Beaucoup de choses à faire au départ de Crévoux :

De la cascade de glace au secteur du Razis => je vous renvoie ci-dessous à «  ce que nous avons fait ».

Des goulottes : de jolies goulottes à faire en conditions nivologiques sûres. La goulotte des enfers que nous décrivons un peu plus bas (« ce que nous avons fait »), une ouverture intéressante et quelques autres à découvrir sur le topo de sébastien constant (cf bibliographie).

Du ski de randonnée : de beaux itinéraires du 2.1 au 4.3.

Du ski en station :
Une jolie petite station aux tarifs défiant tout concurrence (18 euros/journée !), pour un domaine très correct, avec de beaux hors-pistes. Un très bon plan pour qui ne veut pas se ruiner en skiant.

Ski de fond :
De belles balades en perspectives sur des parcours certainement variés.

Ce que nous avons fait comme cascade de glace dans les Hautes-Alpes :

Couenne au secteur de la cascade du Razis :
Superbe secteur à 1h15 du parking de la Chalp environ. 1 à 2/3 longueurs, du 3+ au 5+, 5 ou 6 relais possible avec quelques lignes pour chaque relais (certains sur spits).

Les lignes sont vraiment belles, le coin superbe et assez sauvage: au fond d’une vallée, après avoir quitté la piste de ski de fond, jolie wilderness en perspective. Idéal pour qui veut passer une bonne journée de couenne dans un univers montagne.

Goulotte des enfers intégrale : TD-, 4/4+, 500 m jusqu’au col
Jolie goulotte variée, facile d’accès et peu soutenue, 2 ressauts marqués (la première longueur et la dernière) entrecoupés de ressauts plus faciles en 3/3+ ainsi que d’une pente neigeuse de 250 d+ environ. Attention à la nivologie, grosse pente bien raide dans l’axe.

Autres sites dans les environs :

La Grave, les Orres, Ceillac, le Fournel, Freissinières, autant de noms (et tant d’autres) qui résonnent comme des références pour les glaciairistes. De très nombreux sites plus « confidentiels » mais tout à fait intéressants sont à découvrir. Bref, un choix énorme pour ce beau coin des Alpes.

Bibliographie :

– « Glace et mixte en cascade : Briançonnais, Argentiérois, Embrunais » de E. Fine et Ph.Turin Edition 2005. Le topo de la Mecque de la cascade de glace dans les Alpes. Toutes les informations sur tous les secteurs allant de La Grave aux Orres. Indispensable. 2 petits reproches tout de même : on aurait aimé avoir systématiquement le tracé sur photo (très souvent le cas mais pas systématique) et (la date de l’édition le justifie) avoir le topo des sites de dry de la vallée.

– « Ascensions neige et mixte. Tome 1: écrins est, cerces, Queyras. » par Sébastien Constant. En voilà un beau topo qui comble un réel manque : un très grand nombre d’itinéraires dans les régions en questions, beaucoup de photos pour comprendre la géographie de chaque secteur, permettant d’aller découvrir sans scrupules des coins parfois bien délaissés par les alpinistes. Un topo à avoir !

Lien internet :

Camp To Camp : le portail glace de camp to camp, une bonne base pour prendre des infos sur les conditions et sur des sites que l’on souhaite découvrir.

Ice Fall : une référence pour suivre les conditions des cascades dans les Hautes Alpes : des témoignages réguliers de grimpeurs et des guides à l’origine du site, synthèse de la météo passée et à venir. Très utile.

Sortie Cascade de glace dans les Hautes-Alpes

Arrivée tardive :

19h, la voiture garée devant le magasin, je m’apprête à récupérer Yoann au magasin. Il fait déjà nuit depuis longtemps, c’est une heure où l’on pense surtout à rentrer dans nos chaumières en cette saison.
Mais nous partons pour la première étape de ce we qui s’annonce bien rempli : 4 heures de route pour rejoindre ce bout de vallée, ce recoin des Ecrins, la vallée de Crévoux. Un petit vallon coincé entre le lac de Serre Ponson et la station de Vars/Risoul, un trait d’union entre la haute montagne et le piémont. Un condensé de ce que peu offrir les hautes alpes en terme de variété et de qualité : un joli circuit de ski de fond, une petite station au format familial et au potentiel hors-piste indiscutable, un beau secteur de cascade de glace, quelques belle envolées dans des goulottes d’ampleurs, et de belles randonnées à ski.
Nous avançons à petit pas en direction de la vallée convoitée ; 4 h, à peine le temps de discuter du programme du we, des projets à venir, des semaines passées, et de tout ce qui nous passe par la tête.
A tour de rôle nous avalons notre pitance froide, sans trop de convictions : et puis nous y voilà, arrivés au chalet familial. 23h30 et pas mal de kilomètres derrière nous, un peu fatigués de notre semaine, mais bien heureux de retrouver notre camp de base et notre terrain de jeu. On ne trainera pas, il est temps de se jeter au lit.

Qui va piano va sano :

Une mélodie lointaine qui nous tire, le frottement du duvet voisin qui nous happe, une timide luminosité qui nous enveloppe, et nous voilà sur nos 2 pieds à enfiler ce qui nous protégera un peu du froid cinglant des parois glacées.
Un sommeil lourd dont on peine à s’extraire, mais nous savons qu’au bout du rituel, les sens reprendront leurs éclats. L’eau fraiche sur le visage, l’éclat du jour en ouvrant les volets, l’odeur du café chaud, le gout du pain frais, la mélodie de l’eau bouillante.

Notre matériel jeté en travers du salon, nous tentons d’y mettre un peu d’ordre pour préparer nos affaires du jour : nos sacs ne sont jamais aussi lourds que pour une journée de couennes en cascade : l’activité nécessite du matériel, et le format permet d’envisager un peu de confort, tout ça pèse !
Et nous voilà enfin en voiture, pour les quelques minutes qui nous sépare du parking.

cascade de glace dans les Hautes-Alpes: L'ensemble du secteur du Razis, pauvre en glace, mais tout à fait exploitable

Retour aux sources (gelées):

Le pas pressé, par impatience mais aussi pour éveiller ces corps encore engourdis, nous nous lançons le long de ce qui sera certainement une piste de ski de fond dans quelques semaines : pour l’instant ce sont de vagues taches de neiges entrecoupées de langues de goudrons. L’hiver a pointé le bout de son nez, c’est certain : mais seul les températures négatives des mois passés ont illustré son arrivée.

Malgré tout, nous atteignons l’ombre et la poudreuse fait son apparition : ou plutôt une vieille neige froide, une belle épaisseur de gobelets qui va certainement miner les manteaux pendant une saison tout entière…


Aucune trace, récente ou ancienne, en direction de notre secteur : la montagne sera pour nous aujourd’hui ! Nous traversons avec prudence le cours d’eau partiellement gelé au pied du secteur. Et nous voilà enveloppé pour quelques heures dans cet ombre et ce froid, une nature immaculée, un peu austère, mais teintée d’une belle pureté : une atmosphère que nous sommes bien heureux de retrouver.

Retour à la (dure) réalité :

Le geste maladroit et imprécis, la confiance à reconstruire, la reprise en cascade et ses ingratitudes : difficile, mais certainement pas un niveau d’ingratitude égal à la grimpe sur rocher.

Viser sans frémir, frapper sans mollir, se relâcher, se gainer, accélérer ou ralentir, douter et se ressaisir. Un ancrage qui ne laisse pas de place aux doutes : un son, une image, une vibration, une synthèse qui amène à ce constat rassurant. Une broche qui peine à s’ancrer, un bras qui se gonfle, une respiration qui s’accélère. Temporiser pour reprendre son élan, se détendre pour mieux repartir : un bras mieux positionné, un bassin qui se dégage, un appui franc et une glace qui laisse un droit de passage, puis une dégaine rassurante est clippée. Et l’on repart pour quelques mètres…

Flying climber dans la cascade de glace dans les Hautes-Alpes

Plaisirs multiples :

Sensations qui s’affinent et joie de la redécouverte : les longueurs s’enchaînent, de la gestuelle raisonnable du grimpeur de tête, aux mouvements et trajectoires débridées du grimpeur de moulinette. Toutes les envies sont assouvies, et la nuit nous cueille : la pénombre se fera nuit le temps de ranger tout le matériel. Sensation du travail mené à son terme, il est temps de rentrer au chaud.

cascade de glace dans les Hautes-Alpes: Quelques embruns dans cette longueur proches du geyser

Repos du guerrier :

Les sacs jetés dans l’entrée, sortir au plus vite le matériel à sécher, et se réhydrater un peu d’une soupe chaude, régénérante. Les muscles se détendent au fur et à mesure que le liquide s’écoule dans nos estomacs, et l’on se ne se prive pas d’entamer une partie du repas du soir.
Le temps de prendre chacun notre douche, de réchauffer ses corps encore un peu refroidis, puis vient le temps de lancer les hostilités. Et de mettre à profit le seul sens qui n’aura pas été mis à profit durant cette journée : le goût. Les tranches de magrets saisies sur cette poêle brulante, ces pâtes baignées de gras de canards, et tant d’autres plaisirs régénérant le corps et l’esprit.
Il n’est pas tard, nous avons décidé le programme du lendemain. Repus, il ne reste qu’à laisser filer le temps entre lectures évasives et commentaires laconiques. Plaisirs des contrastes, nous savourons cette inaction entre 2 journées bien remplies.

Douche froide :

Seconde journée, acclimatés à la discipline et au lieu, nous repartons plein de bonnes intentions en direction d’une goulotte qui se trouve à mi-chemin du secteur où nous sommes allés la veille.
Une goulotte très sensible aux conditions nivologiques : cela tombe bien, il n’y a que peu de neige actuellement, et le froid à malgré tout fixé de jolies petites coulées de glace.
Pas tout à fait quand même : Yoann s’élance dans une première longueur, et je l’entends ronchonner. 50 m plus tard, il stoppe et me fais venir. Quelle joie de goûter à cette douce sensation du filet d’eau glacial qui vous glisse du poignet au gros orteil, en ne négligeant aucun cm2 de votre épiderme frileux. Le comble malgré tous ses épaisseurs de se faire prendre à revers par une si petite porte d’entrée.
Au relais, nous distinguons avec soulagement la suite : moins raide et moins dégoulinant, cela nous épargnera le caleçon !

cascade de glace dans les Hautes-Alpes: Au milieu de la goulotte, anywhere...

Dépaysement :

Dernière longueur, dernier effort : le soleil berce l’assureur, et tiédira peut être même le grimpeur sur le haut de la cascade. La glace reste malgré tout un peu cassante et quelques projectiles filent en direction du pied de la goulotte. Yo semble surpris par la raideur : toujours la même chose la glace : de loin la raideur effraie, de près cela ne semble plus si terrible, et une fois au pied on ravale sa salive !
Malgré tout il rejoindra rapidement la fin des 2 ressauts pour rejoindre une partie peu raide : je le rejoins, tout sourire, à évoluer sur de la glace en plein soleil, un plaisir réservé à aux canadiens habituellement ! Bon ok, là, nous sommes du 40 ° d’inclinaison, mais bon, nous nous contentons de ce que nous avons, et l’on ne boude pas notre plaisir.

cascade de glace dans les Hautes-Alpes: Dernière longueur, la plus belle certainement, avant de finir au soleil

Retour au bercail :

Une brassée de rappels et d’errance sur des petits balcons plus ou moins enneigés plus tard, nous retrouvons nos affaires qui attendent sagement au pied de notre dégoulinante première longueur. Le soleil a déjà bien décliné, et la journée n’est pas finie. Nous remballons le cœur léger, prêt à en découdre avec la deuxième partie de la journée, le retour à Montpellier ! 45 mn et quelques plaques de verglas mesquines plus tard, nous voilà dans la voiture en direction du chalet pour faire une petite pause alimentation/hydratation/désinfection. Cela nous redonne un bon coup de fouet avant d’affronter la soporifique route du retour. Mais avec des images et des sensations plein la tête, le temps s’écoulera certainement plus rapidement…

Conclusion sur notre sortie Cascade de glace dans les Hautes-Alpes

Une vallée isolée, un peu en retrait, qui ne laisse certainement pas présager ce jolie coin de montagne : cascade, ski de randonnée, ski alpin, ski de fond, goulotte, il ne vous reste qu’à choisir et savourer ce qui vous est offert.

Matériel utilisé pour notre sortie Cascade de glace dans les Hautes-Alpes

Catégorie
Modèle
Marque
 Pourquoi avoir fait ce choix lors de l’achat Ce choix a-t-il répondu aux besoins de la sortie   Si c’était à refaire
 Piolets techniques
 Quantum tech
 GRIVEL  Léger
Polyvalent
Précis
Parce que l’on m’en avait dit du bien et que j’apprécie le matériel Grivel 
 Tout à fait adapté, bien que pour une pratique glace et dry dans des voies courtes, le nomic semble avoir des atouts. Mais dans un souci de polyvalence (mixte, goulotte, cascade, dry…), le quantum tech me semble plus adapté (notamment avec un gain de poids et un confort d’utilisation majoré par rapport au nomic).  Je reprends les mêmes, sans hésiter. Un excellent piolet ! Ancrage/désancrage aisé, facile à manipuler notamment grâce à un poids raisonnable, très confortable et précis (quantum tech ++).
Nous avons pu essayer les nomic (petzl)qui ont effectivement un ancrage très puissant en glace (plus lourd) mais que le poids important rend moins aisés à manier (notamment dans les portions où de simples crochetages suffisent).
 Crampons  Lynx  PETZL  Polyvalence (alpinisme, glace, mixte…)
Modulable mono/bi pointe
 Très bien adaptés pour cette sortie cascade de glace dans les Hautes-Alpes
  Bonne surprise que le mono pointe : on se sent beaucoup plus précis, il est vraiment très confortable d’utiliser les trous des ancrages de piolets et la gestuelle est bien moins figée (plus de rotation hanche et genou).
 Baudrier  Sama  PETZL  Confort
prix
 Peut-être un baudrier réglable aux jambes serait un peu plus adapté …  Je prends le même. Il faut l’enfiler avant de mettre les crampons ! Sinon c’est galère : c’est ici l’inconvénient (mineur) des baudriers non réglables aux cuisses… Il suffit d’y penser.
Cela reste un excellent baudrier, d’un très bon rapport qualité prix.
 Système d’assurage
 Reverso  PETZL  Simple à manipuler
N’ayant eu que ce système d’assurage, je n’ai peu d’éléments de comparaison !
 Très bien adapté
 Je prendrais le smart de MAMMUT (la version corde à double) car il est autobloquant (pour prendre des photos du premier plus facilement) ! A voir à l’utilisation ce qu’il en est.
 Corde à double
 Ice Line
 BEAL  Longueur : 60 m
Légèreté et fluidité.
 Très bien adaptée
 Fluide, légère, c’est vraiment très agréable de grimper avec ce type de corde. A prendre en 60 m absolument !
 Dégaines  Ange  PETZL  Le poids en priorité ++. La taille (pour les versions longues) aussi (un moyen de plus de lutter contre le tirage)  Très bien adaptées
 Je suis pleinement satisfait de mon achat. Le gain de poids est très concret, c’est évident, mais ce sont aussi des dégaines moins encombrantes que mes précédentes : l’organisation de mon baudrier n’en est que plus clair. Les anges se manipulent bien aussi avec des gants ; le mousqueton taille L côté clippage et quand même bien plus aisée à manier que les petites tailles. Bref, c’est top, avec un gros bémol, son prix !!!
 Broches  Express ice screw
 BLACK DIAMOND
 Ergonomique
Amorce aisée (elles sont neuves, ça aide)
 Très bien adaptées pour cette sortie cascade de glace dans les Hautes-Alpes
 Je prends les mêmes. Nickel. J’avais un peu peur de cette manivelle qui me semblait un peu délicate à manipuler avec des gants : il n’en est rien, c’est extrêmement efficace ! De plus, sa petite taille rend chaque broche bien moins encombrante (face à des broches Grivel où l’on trouve des manivelles très volumineuse). Je ne vois pas ce que l’on peut demander de plus à une broche.
 Porte broches
 Carytool  PETZL  Simple
Léger
 Bien adaptés, bien qu’il serait bien d’avoir un cary tool plus grand.  Je prends le même produit. Très bien. On peut y mettre un nombre conséquent de broches sans prendre le risque d’en faire voler une au passage. Facile à utiliser et sécurisant. Le seul hic est que, sur mon baudrier en tout cas, on ne peut pas en mettre plus de 2 (seuls 2 encoches prévus pour y insérer les cari tools), c’est un peu léger.
 Crochet abalakov
   GRIVEL  Tout en un : une extrémité pour l’accrocher au baudrier, l’autre avec le crochet qui se rabat pour ne pas s’accrocher, et une petite lame pour couper la cordelette.  Peu pratique : surprenant de faire un système de « déverrouillage » du crochet aussi délicat, surtout en cascade où la dextérité en prend un coup avec les gants.  Je m’en fabrique un ou je regarde ce que fait la concurrence. Je l’ai cassé à la deuxième utilisation ! Il faut (un peu, mais pas trop) tordre la tige plastique pour sortir le crochet, la limite de rupture de la tige en question est assez basse, il faut le savoir.
La petite lame n’est pas d’une efficacité redoutable pour couper. Pas mal de bémol pour un outil assez cher à l’achat (pour ce que c’est).
 Cordelettes  5 mm
       
 Sangles  120cm  Dyneema  Léger
Maniable
Beaucoup plus facile de faire des nœuds avec moins de « mou »
 Très bien adaptées  Je reprends les mêmes, 120 cm est la taille idéal.
 Mousquetons à vis
   BLACK DIAMOND
 Léger  Très bien adaptés
 Je prends les mêmes. Attention, les plus léger sont souvent petits, ne conviennent pas à certaines manips (passer dans la poulie bloqueur petzl par exemple)
 Mousqueton libre
         
 Chaussures alpinisme
 Népal Top Extreme
 LA SPORTIVA
 Polyvalent
Protection thermique
 Adapté (mais comme tout produit polyvalent, ce n’est pas forcément l’idéal).  Je prends le même produit. Une chaussure confortable et qui m’a bien protégé du froid. Elles restent assez lourde (notamment pour le dévers en dry), cela fait franchement travailler le gainage. Cela reste anecdotique dans le cadre d’une utilisation, plus « montagne ».
 Casque  Météor 3
 PETZL  Poids : on l’oublie complétement
Stabilité : il a l’énorme avantage de ne pas se ballader tout autour du crâne => le soutien derrière la nuque est très efficace
Confort
 Très bien adapté
 Je prends le même sans aucun doute : je ne demande rien de plus à un casque, et il me fait oublier l’Elios de chez petzl qui était vraiment très moyen pour la grimpe (cf compte rendu maroc taghia)
 Arva  Evolution + (modèle 2005)
 ARVA
 Légère
montage rapide
 Bien adapté pour cette sortie cascade de glace dans les Hautes-Alpes
 Ne pas oublier lors de vos entrainements arva de jouer le jeu de A à Z, c’est-à-dire de monter la sonde aussi : le montage est rapide, mais uniquement quand on a bien pris le coup de main !
 Pelle : la pelle norvégienne de mon père, du costaud (pas de marque)      Héritage familal
 Trop lourd et volumineux
 Je la garde car on me l’a donné, mais elle n’est pas très adapté : bien trop lourde !! Par contre, suite aux différents échos que j’ai pu avoir, je ne prendrai pas la plus légère ou la moins cher : souvent la partie en contact avec la neige se casse si celle-ci est trop dure (ce qui est la cas pour une neige d’avalanche, très compact !).
 Sonde    ARVA  légère
montage rapide
 RAS pour cette sortie cascade de glace dans les Hautes-Alpes  Ne pas oublier lors de vos entrainements arva de jouer le jeu de A à Z, c’est-à-dire de monter la sonde aussi : le montage est rapide, mais uniquement quand on a bien pris le coup de main !
 Sac à dos
 Summit rocket 30L
 MOUNTAIN HARDWEAR
 légèreté
simplicité
se range/se plie facilement (compact) pour mettre dans un autre sac si besoin.
 Très bien adapté
 Un super sac, qui répond vraiment à un besoin : quelque chose d’épuré, de simple, de léger, avec un volume suffisant. Le top pour la cascade et l’alpinisme.
 Pantalon alpinisme/sli  K pro gore tex pant
 MILLET  coupe : que l’intérieur du pantalon soit collé à la cheville, pour que les crampons n’accroche pas en grimpant ou en marchant.
Une ouverture totale sur le côté de chaque jambe : vraiment efficace en ski de rando.
Une coupe adaptée à mon gabarit (grand et fin)
Poches idéalement placées (pas gênées par le baudrier)
 Bien adapté. Un bémol tout de même : pas de renfort au fesses, alors que l’on est souvent amené, en ski, alpi, cascade etc à s’asseoir sur de la neige/glace/roche…  Malgré ce bémol, je ne regrette pas du tout mon achat, bien au contraire, d’autant plus que ma couturière préférée à pallier à ce défaut !
 sous-vêtement chaud
 Capilène 4 (pour les jambes)  PATAGONIA  Apport de chaleur
Très confortable
 Très bien adapté
 Un moyen simple d’avoir une protection thermique au top sans avoir besoin de grimper en doudoune : de bon sous vêtement ! Vraiment très convaincant dans ce type de sport où l’on est inactif pour la moitié du temps, et dans des conditions de froid généralement important. Top.
 Polaire  Strato  Arc’Teryx  Je voulais une polaire bien chaude (plus que ma r1 de chez patagonia) pour toutes les activités relativement statique du cœur de l’hiver (cascade, goulotte…)  Tout à fait adaptée
 Très satisfait : bien chaude, très confortable, c’est ce que je voulais.
 T-shirt Laine mérinos
 Mérinos 260
 Icebreaker  Très bon apport de chaleur
– Léger, confortable, bien taillé pour les hommes fins : on l’oublie complètement, même en grimpant
– 1 détail : l’encoche pour placer le pouce dans la manche => mine de rien, quand il fait frais, ça couvre un peu plus de surface et ferme franchement les écoutilles : efficace
 Très bien adapté
 Je le garde, sans aucun doute. En France, je l’utilise à toutes les sauces : salles, couenne grande voie, ski… Il a sa place partout. J’ai payé un peu cher mais je ne regrette pas. Le prix reste excessif tout de même…
 Doudoune  Down sweater
 PATAGONIA  Je voulais avoir une doudoune plus légère et compressible que ma kiruné (valandré), pour pouvoir la mettre sous ma veste (ci-dessous)  Bien adaptée, mais il ne faisait pas si froid !  Une très bonne doudoune, confortable, légère avec une très bonne capuche (recouvre très haut le cou). Tissu extérieur certainement fragile, à voir avec le temps.
 Veste  Softshell en néoshell
 Westcomb  Une veste qui m’a été prêté, je n’avais donc pas d’argument autre que la curiosité justifiant l’utilisation de cette veste.  Très bien adaptée
 Veste tout à fait intéressante, offrant une vrai protection. Le tissu vieillit t-il bien ? En terme de protection : très bien, j’ai grimpé avec dans de la glace saupoudré de neige, sur de la glace assez humide, et je ne me sentais pas humide.
En terme de confort d’utilisation : pas de gêne dans le mouvement.
Ce qui m’a semblé particulièrement important en termes de protection et confort est la coupe du produit : une bonne veste d’hiver est une veste « longue » ! Et c’est d’autant plus important lorsque l’on met le baudrier sur la veste, et que l’on ne veut pas que celle ci en sorte et recouvre tout le matériel du porte matos (ca m’est déjà arrivé avec une autre veste, et cela m’a franchement aidé à faire tomber une broche). Faites y attention !
 Chaussettes    PATAGONIA  Bonne protection
Ne bouge pas durant l’effort : pas de frottements.
 Très bien adaptées
 J’ai eu de mal à trouver une paire de chaussettes bien ajusté à mon pied fin : j’ai pris 2 tailles en dessous de ma pointure et le problème était réglé ! Prendre le temps de bien choisir (bien ajusté au pied et assez épaisse), c’est un élément fondamental en randonnée (à ski comme à pied)
 Bonnet  High Point
 THE NORTH FACE
 Protection au top
confort
 Bien adapté pour cette sortie cascade de glace dans les Hautes-Alpes  Je prends le même! Un bon bonnet, c’est un bonnet qui protège TOUTE la tête, les oreilles y compris : c’est le seul bonnet qui est répondu à mes attentes jusqu’à maintenant, à savoir une protection efficace.
 Lunettes de soleil
 Spectron  JULBO  Bon maintient au visage (fin)
Protection 4
   Ce serait à refaire, je me renseignerais sur les lunettes en verre polarisant : la protection 4 est évidemment une garantie lorsque l’on évolue sur la neige toute la journée, mais dans des situations plus luminosités plus intermédiaires, c’est un peu trop sombre.
 Gants de ski
 Kingston  Reusch  Chaleur
confort
 Toujours agréable d’avoir de bons gros gants secs au fond du sac, évidemment.  Je prends les même : des bons gros gants de ski.
 Couverture de survie
       
 Carte IGN/boussole
     
 Couverture de survie
       

Autres idées de sorties en cascade de glace:

0 commentaire
0

Vous pourriez aussi aimer