Randonnée et découverte du Tour des Cirques de l’île de la Réunion en famille

par Expérience Outdoor

Guillaume Ledoux nous partage son expérience du Tour des Cirques de l’île de la Réunion en famille

Informations pour préparer le tour des cirques de l’île de la Réunion en famille
Date :
21 au 27 Juillet 2013
6 Jours de randonnée – 1 jour de canyon

Lieu :
France
La Réunion
« Camp de Base » Hell Bourg 97 433

Participants :
Famille Ledoux
Sandrine, Agathe, Marie, Louis et Guillaume Ledoux
Ages des enfants : 11, 11 et 14 ans

Famille de randonneurs, à la journée pendant l’année, ou sur 3 à 5 jours pendant les vacances scolaires

Expérience en randonnée :
Tour des lacs des 7 Laux Belledonne
Autour des glaciers de la Vanoise : la randonnée des Marmottes 3 jours
Corse : Mare et Monti de Porto à Galeria 4 jours.
Corse : Monte Cinto Nord avec bivouac au lac d’Argentu
Pyrénées : 3 jours dans le massif de Néouvielle

Alpinisme :
Tête Blanche (massif du Mont Blanc) depuis le village du Tour
Traversée des Aiguilles Crochues
La Réchasse (Pralognan)
Pic de Néouvielle

Comment s’y rendre :
3 compagnies desservent la Réunion
Air France
Air Austral
Corsair
Ne pas hésiter à comparer les prix avant d’acheter ses billets

Où dormir :
Hell Bourg
Le P’Ti Blanc des « O » Chez Marcellino Nativelle
Possibilité de laisser des bagages et de les récupérer en fin de rando
Chambre côté Est un peu humide…
C’est la patronne qui cuisine et c’est très bon
Nuit 75 € la chambre familiale (5 personnes)
18 € le repas

La Nouvelle
Gîte Oreo
En dortoirs de 8 places
Assez confortable
Les plus : la cheminée dans la salle à manger, car le soir, en juillet , à
Mafate, il fait frais…
Bouteille de Ti punch offerte à la tablée !
Nourriture plus que correcte
Nuitée 17 €

Marla
Gîte Hoareau
Chambre de 4 personnes
Nuitée 16 €
Penser à réserver la demi-pension

Cilaos
Gîte la case Bleue
Pas de demi-pension-Très bon accueil
Dortoirs très confortables
Possibilité de cuisiner
Nuitée 16 €

Refuge de la caverne Dufour
Nuitée soit en dortoir, soit en bungalow
Les bungalows sont assez confortables (grosses couettes)http://www.reunion.fr/etablissement/hebergement/gite-d-etape-et-derandonnee/piton-des-neiges/piton-des-neiges-refuge-de-la-cavernedufour.
Nuitée 14 €

Restauration approvisionnement :
A la Nouvelle : boulangerie en haut du village
A Mafate : snack, attention, il faut parfois réserver
A Cilaos : tous commerces

Moyens de locomotion :
De l’aéroport de Saint Denis de la Réuion à Hell Bourg

Au choix :
 le bus (4 changements) Bus jaunes
Aeroport -> Saint Denis -> Saint André -> Salazie -> Hell bourg

 Le minibus
Contacter Monsieur Françoise à Sainte Clotilde 06 92 85 79 96 (aéroport –
Hell Bourg 100 € pour 5 personnes) Accueil impeccable, Avec monsieur
Françoise, on profite déjà de l’âme de la Réunion.

D’Hell Bourg au Belier : Bus
Hell Bourg Salazie – horaires à Hell Bourg : 6 h 15 – 7 h 35 – 9 h 45
Salazie le Bellier – horaires à Salazie -6 h 45 – 8 h 10 – 10 h 15

Cilaos
En cas de fatigue au départ de Cilaos
Bus Cilaos – Le Bloc économie : 1 h de marche !
6 h 7h 30 9 h 10

Office du tourisme :
Hell Bourg / Salazie
Cilaos

Caractéristiques :
Les sentiers sont très bien balisés
La végétation dense ne se prête pas à des variantes : il faut suivre les sentiers !
La rando dans les cirques, il faut s’y faire, il n’y a pas de plat, même si on peut le croire sur la carte IGN.
Ça monte parfois dur ! Le sentier est régulièrement fait en marche d’escaliers parfois hautes.

Attention à la météo

Juillet Août, l’hiver à la réunion, semble être la meilleure période pour randonner.

Remarques concernant la Randonnée avec des enfants
L’important est que parents et enfants prennent du plaisir.
Les enfants doivent déjà « savoir » marcher.
Leur sac doit rester léger (5 kg environ), les parents servant de sherpa et portant éventuellement le sac des enfants dans les moments durs.
Ne pas hésiter à prendre quelques raccourcis en cas de fatigue (je conseille de planifier les raccourcis à l’avance…)

Les étapes de la Randonnée

 

Jour 1 :
Navette en bus Hell Bourg – Le Belier
Le Belier – col de la Fourche
La nouvelle
Compter 4 à 5 h

Jour 2 :
La Nouvelle – Roche Plate – Cascade des 3 Roches – Marla
8-9 h (possibilité de shunter le début de l’étape en allant à la cascade des 3
Roches par la plaine au sable.)

Jour3 :
Marla – Col de Taïbit – cascade de Bras Rouge – Cilaos
4-5 h pour la traversée du col de Taïbit
3 h pour la cascade de Bras Rouge

Jour 4 :
Journée de repos à Cilaos
Ou canyoning contact : Daniel Ducrot – Canyon Cilaos Reunion

Jour 5 :
Cilaos – le Bloc – Refuge de la Caverne Dufour
3-4 h

Jour 6 :
Piton des neige 3070 m (lever de soleil ***)
Retour au refuge
Hell Bourg par le cap anglais

Quoi d’autres dans les environs:
Escalade possible dans le cirque de Cilaos vers la cascade de Fleur Jaune (Entre Cilaos et Grand Ilet)
Canyon possible à Cilaos
Descente du Maïdo à VTT
Après votre rando : plongée – plage – apnée – observation des baleines (Juillet Août) – parapente à Saint-Leu – randonnée au piton de la Fournaise *** – La Recherche des Gouzou (tags spécifiques de la Réunion) VTT au Maïdo

Bibliographie :
Carte IGN :
La Carte IGN Sainte Denis 4402 RT
suffit pour la rando :

Topo
Guide   Lonely planet sur la Réunion
« Guide parfait pour préparer la randonnée »
La moitié du guide est consacré à la randonnée sur l’île (dont une bonne partie sur la randonnée dans les cirques) Conseils concernant les gîtes dans les cirques

A Besançon librairie du forum

« Topo guide de la féfération Française de Randonnée pedestre : île de la Réunion »
Topo et mini cartes inclus dans le guide.

Livre
Les plus beaux paysages de la Réunion en 80 randonnées
Luc Reynaud
Des itinéraires inédits magnifiquements illustrés sur la rando à la Réunion !
Le livre qui donne envie de marcher !

Lien Internet :
– rando piton la Réunion
– RandoGPS

Randonnée et découverte du Tour des Cirques de l’île de la Réunion en famille

Partir en rando à l’autre bout du monde en famille, c’était mon rêve. 10 ans que j’avais le projet d’aller découvrir l’île de la Réunion et de découvrir l’intérieur de l’île en mode rando.
Marie et Louis ayant 11 ans, Agathe, 14 ans, il me semblait qu’ils avaient assez d’expérience pour ce petit périple. J’organisais au mieux les étapes.
J’espérais qu’il n’y aurait pas trop d’imprévus, parfois compliqués à gérer avec des enfants…
11 h d’avion, 2 h de décalage horaire plus tard, nous voilà sur l’île, premier souci, la personne qui devait confirmer notre réservation au minibus ne l’a pas fait, par chance, le bus est sur le parking de l’aéroport, et le chauffeur accepte de nous emmener à Hell Bourg alors que ça n’était pas prévu dans son planning ! Notre chauffeur, Monsieur Françoise, nous fait le guide sur la route de Saint-André puis sur celle de Salazie. Nous voilà tout imprégnés de culture créole…
Nous voilà au gîte Petit Blanc des « O », ou les enfants se reposent tandis que nous partons à la découverte d’Hell Bourg, profitant d’un concert improvisé dans la grande rue.
Madame Nativelle, la gérante du gîte, nous observe d’un oeil circonspect, elle nous prévient que les randos dans Mafate, c’est pas pour les enfants… Léger coup de stress chez Sandrine, connaissant les étapes, je sais qu’il y a souvent moyen de « couper », mais ça met dans l’ambiance.

Premier jour : 22 Juillet

Nous sommes à 7 h à la mairie d’Hell Bourg pour prendre le bus qui nous emmène jusqu’au Belier. Rien que le trajet de bus vaut le voyage, il louvoie sur une route peu large, aux abysses insondables. Nous découvrons Grand Ilet, puis le Bus nous dépose au Belier, sans doute une idée du bout du monde.

L’ambiance est bonne, les enfants surmotivés et nous remontons la route sur 2 km avant de la quitter pour le joli sentier du col de la Fourche, vue imprenable sur le cirque de Salazie et le piton d’Anchain. Les enfants chantent (les musiques créoles entendues dans le bus…) et nous arrivons sans encombre au col de la Fourche, qui marque l’entrée dans le cirque de Mafate, cirque uniquement accessible à pied. En face de nous l’impressionnant rempart. Les enfants jouent avec les Tec Tec, petits « moineaux » locaux peu farouches.

Nous partons pour la Nouvelle, rejoignant le sentier du col des Boeufs, et pas mal de monde (oui, depuis le col des Boeufs, c’est beaucoup moins long…)
Quelques filaos, une bonne descente, et nous voilà à La Nouvelle pour assister à un impressionnant match de foot Mafatien.
Petit repérage en soirée, puis délicieux repas en compagnie d’une famille de Ch’ti, d’un couple de Franc Comtois qui bossent à 20 km de chez nous…

Deuxième jour : 23 Juillet

Compte-tenu de l’état des troupes, nous avons décidé de nous séparer en deux groupes : le groupe, également appelé les Costaux (en gros les hommes, Louis et ma pomme) rejoindront la cascade des Trois Roches par Roche Plate, tandis que les filles, partiront par la plaine des Sables et économiseront ainsi 2 à 3 heures de marche.
Nous partons tôt, la journée est longue. Descente impressionnante vers la Rivière des Galets. C’est raide, et quelques araignées jaunes et noires nous menacent… Mais nous sommes d’intrépides randonneurs et feignons d’ignorer le danger !

Arrivés au point bas de notre rando 742 m, nous traversons à guet la rivière avant de nous taper une bonne montée sous le Bronchard, piton qui tient son nom d’un chasseur d’esclave. A savoir, dans les cirques, les pitons ont les noms soit d’esclaves marrons, soit de chasseurs d’esclaves.).
La montée est rude, et le soleil cogne déjà. Petite pause au col sous le Bronchard avant de contourner, l’ilet de Roche Plate. L’église est originale, en taule, le lieu est fleuri, nous poursuivons sous le rempart par un sentier qui sur la carte est plat, mais sur le terrain tout en « montée descente ». La vue sur la partie Nord du cirque de Mafate est superbe. Le Piton Cabris, imposant, comme l’étrave d’un énorme paquebot.

Après un sentier en montagne Russe sous le Rempart (bord Sud du cirque de Mafate) un peu long à notre goût nous rejoignons les Trois Roches et Agathe Sandrine et Marie qui profitent de la fraicheur du lieu.
Reste juste à traverser la rivière, Sandrine m’indique la présence d’un guet au dessus, mais nous décidons de couper à travers flots, erreur ! Louis traverse, je le suis, les chaussures à la main, le sac sur le dos, « C’est pas 10 mètres les pieds dans l’eau qui vont m’arrêter, j’ai ma fierté… » . En fait c’est une erreur, je glisse sur la vase, et me retrouve dans l’eau, les 4 fers en l’air. Je me relève, penaud, je vérifie de suite l’état de l’appareil photo (et oui j’ai déjà fait l’erreur lors de la descente des gorges de l’Ardèche où un perfide rapide avait renversé mon embarcation, et je m’étais retrouvé à l’eau, appareil photo à la main. Il n’a pas apprécié ! ), et regarde mes chaussures… remplies d’eau. Je sens que la fin de journée va être galère…
Je les retourne circonspect, elles sont emplies d’une eau fraiche en quantité, ça fait rire les passants…
Je rejoins Sandrine, qui est morte de rire. Nous opérons une pause baignade et repos (séchage pour mes chaussettes et mes chaussures). La cascade est jolie.
Une heure plus tard, nous repartons, ça fait floc floc à chaque pas, et j’ai une légère sensation d’humidité…
La balade est belle, le soleil décline, une dernière montée, un peu longue, et nous voici à Marla, où nous cherchons un peu notre gîte.( Oui, plusieurs gîtes ont le même nom !)
Petite galère, nous n’avons pas réservé de repas, et on nous indique qu’on ne peut pas manger, il en est de même au snack (et oui, à Mafate, il faut réserver le snack…) Tout se termine dans un pique-nique improvisé dans la chambre des enfants où nous avons bien rigolé. Il faut avouer que la nourriture, ça n’était pas typique Créole !

Troisième jour : 24 Juillet

Au lever du soleil nous voilà parti, sur le sentier du col du Taïbit (qui se traduit par « crotte de lapins » en créole, ça a bien fait rire les enfants). Le sentier est bon et dénivelle bien, la vue sur le cirque de Mafate est superbe, je lambine un peu derrière, profitant du paysage et de la végétation. Et moins de 2 heures, nous sommes au col. Nous tentons de gravir un petit sommet par l’arête ouest, mais l’absence de sentier nous empêche de progresser, rapidement nous revenons au col. Et nous lançons la longue descente vers la Source Petit Louis, descente qui marque l’entrée dans le troisième cirque : le cirque de Cilaos.

 
 

La descente se fait bien, bien qu’elle soit assez longue, nous rejoignons la route de Cilaos, et profitons des kiosques pour pique-niquer.
Je décide de poursuivre vers la cascade de Bras Rouge. J’avoue que cette décision n’a pas emporté l’unanimité… (la variante n’était pas prévue au départ). Il y avait la possibilité de prendre le bus pour Cilaos…
Comme d’habitude, le sentier plat sur la carte, s’avère assez vallonné, pas de plat, c’est la règle ici ! Une longue descente nécessite une longue histoire pour ne pas trop penser à la difficulté… Je vous la fait brève : l’histoire d’un tec tec de la cascade de Bras Rouge qui passe par le Piton des Neiges pour aller chercher des moustiques à Hell Bourg pour les ramener et plaire à sa belle. Et bien sût il devra affronter de nombreux obstacles (notamment un rapace peu sympathique). Ben oui, l’histoire devait durer jusqu’à la cascade (1 h 1 h30, il faut savoir doser, toute l’expérience d’un père !)
Cascade de Bras Rouge, vasque, baignade trois étoiles (mais fraiche en cette saison). Beaucoup de monde en provenance de Cilaos, une heure du lieu.
La remontée vers Cilaos est en pente douce, ça change, et bizarrement, on ne se rend compte qu’on est arrivé qu’au dernier moment, le village est sur un plateau, bienvenue dans la civilisation. Passage à l’office du tourisme pour trouver notre gîte, passage au gîte pour poser nos affaires, puis nous faisons quelques courses pour les 48 heures que nous allons passer ici.

Quatrième jour :
25 Juillet, la surprise Pour motiver mes troupes, je leur avais programmé une journée de repos avec surprise. Ca avait pas mal occupé les conversations des 3 premiers jours de rando, je leur distillais de mauvais indices avec malice. Mais il s’avérait que mes 3 enquêteurs avaient trouvé l’objet de la surprise en lisant les dépliants du gîte (oui je leur avais donné le prénom de notre accompagnateur et celui-ci était indiqué sur le dépliant)
Bref nous nous retrouvions à 8 h à l’office du tourisme de Cilaos, Philippe, nous emmenait au parking sous le piton de sucre pour un petit canyon.
Entrainement au rappel, et zou, rando jusqu’au départ avec des portions
typées Via Ferrata.

 

Un premier rappel de 40 mètres en fil d’araignée pour mettre dans l’ambiance et nous voilà à l’eau … froide, 10°C, pas plus… C’est frais même pour des Franc-Comtois en tenue de plongée, la prochaine fois on reviendra en décembre quand l’eau sera plus chaude.
La suite, un petit saut, un passage dans un trou, un rappel sur le dos, un peu de nage, tout ça dans une bonne ambiance, on avait notre guide pour nous tout seul…Impeccable. Avant un dernier rappel de 35 mètres dans un petit lac, où nous avons guerroyé les uns contre les autres. A midi et demi nous prenions l’apéro avec notre guide au gîte.
La Réunion, c’est bien le paradis du canyoning.
Après-midi fait de sieste, et d’achat de souvenirs, légers, faudrait pas alourdir les sacs !

Cinquième jour : 26 Juillet

Je pars à 7 h 30 tandis que Sandrine prend un bus avec les enfants à 8 h 30, le but : qu’on se rejoigne au lieu dit le Bloc. Je monte à fond, et vu que les sentiers sont raides, ça se fait bien !

Au bloc, la famille est réunie, c’est parti pour 3 heures de montée dans les Filaos. Le sentier grimpe efficacement, nous croisons quelques trailers impressionnants, ils virevoltent sur les cailloux, moi qui pensait savoir courir sur les sentiers, je suis bluffé !
Nous progressons dans le brouillard, ce qui donne une ambiance particulière. Arrivés sur la crête on sent que le soleil n’est pas loin, oui, ça se dégage et c’est magnifique, les nuages coté Cilaos, le Grand beau au Nord, côté forêt de Bébour. En 10 minutes nous sommes au refuge. Je file faire une reconnaissance vers le sommet du piton des Neiges tandis que Sandrine et les enfants font la sieste. En 1 heure, je suis au piton des neiges, Lunaire ou peut être Marsien, magnifique, vue à 360° sur toute l’île et l’océan indien de tout coté, puis je redescends au refuge de la Caverne Dufour. Sieste dans le bungalow où les enfants ont fait la connaissance d’un couple d’allemand avec qui ils essaient de discuter (avec 1 an d’allemand ça reste limité, heureusement que nos hôtes parlaient le Français !)
Repas en compagnie de militaires en vadrouille qui nous donnent plein de conseils sur les activités de l’île, les plages, les incontournables… puis au lit !


Sixième jour : 27 Juillet


Lever 4 h, oui, le but est d’être au lever du soleil au sommet, La colonne de frontale démarre à 4 h 30. Il y a du monde, l’ambiance est bonne. Agathe file devant, elle est motivée, elle a parié avec moi qu’elle mettrait moins de 2 h 20 ! Sandrine et Louis suivent, j’aide Marie à l’arrière. Nous dépassons quelques randonneurs peu adaptés à la rando by night…
La végétation disparait, ambiance lunaire, des nuages en bas sur la mer, le soleil point, nous voilà au sommet, il est 4 h 30, Agathe a gagné son paris,
Nous sommes au sommet de l’océan Indien, Piton des Neiges 3070 m le vent est là, le froid aussi, il y a du monde et l’ambiance est magique. J’ai pourtant déjà vu un paquet de levers de soleil, mais là, il y a quelque chose d’autre, indéfinissable.

 

Et le voilà, petit point augmentant, moment magique, tous ensembles avec cette météo de rêve. Et ce lever de soleil. Nous en profitons pour faire quelques photos.

Il faut déjà redescendre. J’ai prévu une longue journée.
Descente assez rapide pour rejoindre le refuge, où nous déjeunons, puis faisons une sieste, écourtée à 10 h où l’on nous met dehors, car c’est l’heure de faire les chambres, dommage, on dormait bien.
Nous refaisons les sacs, et c’est parti pour la descente. Au bout de 10 minutes nous sommes dans la brume humide qui ne nous lâchera plus.
Nous sommes dans la forêt de Bébour, avec ses Tamarins.
La première partie de la descente jusqu’au cap anglais est tranquille (tout est relatif) Quelques passages boueux, quelques marches un peu hautes. Louis et Agathe filent devant, nous les entendons papoter et rire, tandis que les genoux de Marie et Sandrine donnent des signes de faiblesse.

Pause au cap Anglais avant la looooonngue descente sur Hell Bourg. Il se met à pleuvoir. Nous sommes de nouveau dans le cirque de Salazie, le plus humide des trois, et il nous le fait savoir. Le sentier est raide et glissant. La végétation plus grasse. Nous mettrons près de 3 heures pour réaliser cette dernière partie. Arrivés à Hell Bourg dans la joie, nous filons à notre gîte qui est judicieusement placé, en haut du village.

Ce dernier jour nous aurons descendus plus de 2000 m de dénivelé négatif !
La rando se termine avec un excellent repas au gîte, et une nuit réparatrice.
Madame Nativelle restant étonnée que nous ayons pu réaliser la rando, avec des enfants !

Conclusion :
Pas de souci pour faire une rando avec des enfants, même avec des étapes un peu longues. Il faut juste gérer le problème de poids, moins ils portent, plus ils marchent (en gros dans leur sac il y avait : 1 l à 1 l 5 d’eau, leurs habits, un appareil photo, un carnet de dessins)
En matière d’habits, le strict nécessaire : 3 Tshirt, 2 ou 3 paires de chaussettes, 2 ou 3 slips ou culottes, une polaire, un short, un K Way
La pause canyoning à Cilaos fut une excellente idée. Elle a permis à tous de restaurer les batteries et de faire une petite lessive !


Le sommet du piton des Neiges au lever du soleil restera un grand moment pour tous.


On aurait pu redormir au refuge du piton des neiges, mais je pense que ça n’aurait pas changé les choses quant à la descente sur Hell Bourg .


Pour le reste, la Réunion est une île magique, les habitants sont hyper accueillants, même les tags dans les villes deviennent sympathiques… Il y a une multitude d’activités à faire, et débuter un séjour sur place par 6 jours de randonnée fut une excellente idée.


Dernière chose : il semble que Sandrine soit tombée sous le charme de l’île : elle veut que nous allions habiter là bas !

Les Vidéos de la Rando :
Première partie : Le Cirque de Mafate : du Belier à Cilaos
Deuxième partie : Le Piton des Neiges depuis Cilaos , descente sur Hell Bourg par le Cap Anglais

3ème partie : Matériel utilisé

Catégorie
Nom du modèle
Marque
Pourquoi avoir fait le choix de ce modèle au départ   Est ce que ce choix a répondu à cette expérience raconté dans ce roadbook Si c’était à refaire
 Sac à dos
 Guide 45
 Deuter  Sac à dos polyvalent, technique et confortable
Volume correct
 Un peu lourd
Confort excellent (surtout pour mon dos)
 Un sac à dos un peu plus léger
En conservant les 45 litres (et si possible le confort pour le dos)
 Sac à dos  Prolight 35
 Millet  Le poids
 Oui
Le rabat trop rempli est parfois difficile à placer
 Sac correct.
Sa légèreté est adapté
 Sac à dos
 Alpinism 22
 Simond  Confort et polyvalence
Le volume réduit pour les enfants
 Fermeture éclair parfois difficile à fermer en haut.
C’est le sac qu’ont utilisé les enfants
 Un sac de 25-30 litres bien léger et confortable
 Pantalon  Pantalon Cooltrek
 Vertical  Poche pour la carte !
Déperlance
 Oui
Pantalon peut-être un peu lourd
 L’indispensable, c’est pour moi de pouvoir glisser une carte dans une poche du pantalon
 Pantalon  Forclaz 900
 Décathlon  Confort et légèreté
 Oui  Produit pas cher, répondant bien à ce type de rando
 Short  Men’s Meridian Cargo
 The North Face
 Chaleur
Poche
 Impeccable
Léger, poche pour la carte
 L’important : la poche pour la carte !
 Polaire  Aconcagua jkt
 Mammut  Chaleur
Poche
 Impeccable pas eu froid au piton des Neige
Poche tip top pour appareil photo ou GPS
 Je prendrais le même !
 Polaire  Forclaz 200
 Décathlon  Chaleur  Peut être un peu juste
Coupe pas top, mais on n’était pas là pour faire un défilé de mode !
 Une polaire plus chaude : Une Mammut par exemple
 Carline    Lafuma  Chaleur
Rester au sec
 Je ne suis pas toujours resté ausec  Peut être un souci d’hyper sudation de son propriétaire…
 Buff    Buff  Antisueur
Chaud pour le piton des neiges
 Impeccable  Incontournable à mon avis
 Chaussettes  Forclaz 500
 Décathlon  Confortables
Chaudes
 RAS  Même choix
 Chaussures  Quest 4D Gore Tex
 Salomon  Confort  Confort excellent  Choix toujours délicat entre le poids, le confort et la solidité (les roches volcaniques de la Réunion sont assez abrasives)
 Chaussures  Sultan  Meindl  Solidité  Le cuir n’a pas trop apprécié les roches volcaniques…  Modèle peut être plus léger et mieux protégé style Cripi Lapponia HTG
 Bâtons de randonnée
 Diamond trail trekking pole
 Black Diamond
 Fiabilité  Rien à redire, ils n’ont pas bougés  Je reprendrais les même
 Bâtons de randonnée
 Cham 3S  Cham 3S
 Légèreté  Après 8 ans de bons et loyaux services, ce fut leur dernière rando. La corrosion a affecté les pas de vis, et le dernier brin était ingérable !  8 ans pour des bâtons de rando/alpi c’est déjà pas mal. J’aurais du partir avec une paire neuve !
 Lunettes  Bivouac J383 Spectron 4
 Julbo
 Qualité des verres
 Pas de problème pour les yeux, mais je les trouve un peu inconfortable ( pas assez derrière l’oreille)  Choix d’un autre modèle avec la même qualité de verre !
 Frontale  Icon  Black Diamond
 Résistance au choc  Lampe efficace
Puissante et solide
 Bien suffisant pour le piton des neiges
 Frontale  Myo XP
 Petzl  Puissance  Rien à redire pour la puissance, par contre les boutons sont un peu petits et parfois difficiles d’accès  Je prendrais la même On avait 2 frontales pour 5 plus une petite lampe de poche, ça suffit bien.
 Appareil photo
 Cyber-shot DSC H50 Sony
Compact
 Un peu trop lourd
Grain sur les photos
Vidéo au top
 Peut être revenir chez Panasonic (TZ 40 par exemple)
 GPS  E Trek Vista HCX
 Garmin  GPS de rando
 Rien à redire
Avec le fond de carte et la préparation de la rando (téléchargement des fichiers GPS sur internet)
 Je rachèterais le même modèle !

1 commentaire
0

Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

Robin 30 août 2019 - 17 h 11 min

Bonjour,
Super récit, je serais sur l’ile dans un mois ça donne envie !

Concernant le Canyoning le 4e jour vous souvenez vous du nom du canyon dans lequel vous êtes allés svp ?

Répondre

Laisser un commentaire