Comment préparer un voyage d’un an en Amérique: de la Patagonie à l’Alaska

par Expérience Outdoor
Voyage d'un an en Amérique

Laureline et Antoine vous présentent comment ils ont préparé leur voyage d’1 an en Amérique et leur projet: « Les Amériques au fil de l’eau« 

Le projet des Amériques au fil de l’eau

Itinéraire de voyage Patagonie Alaska Amérique

Notre projet « Les Amériques au fil de l’eau » est un voyage d’un an dont l’objectif est de rallier Balmaceda en Patagonie, à l’île du Prince de Galles en Alaska.

Nous nous arrêterons en chemin pour pêcher des poissons emblématiques de ces régions:

  • la truite fario et la truite arc-en-ciel en Patagonie,
  • le tarpon au Costa Rica
  • l’Omble à tête plate dans les rocheuses Canadiennes.

Nous emprunterons à pied, des itinéraires de trek longue durée comme la Greater Patagonian Trail ou la Continental Divide Trail sur plus de 3000 km. Le but principal de ce projet est la réalisation de trois courts métrages documentaires qui seront soumis à une douzaine de festivals.

Le premier, concerne la quête de quatre espèces de poissons dans des zones reculées en pêche à la mouche, et la protection des milieux aquatiques.

Il sera présenté au :

  • Festival Nature Environnement (Isère)
  • Festival international du film d’aventure (Dijon)
  • Rise Festival film de pêche à la mouche
  • l’International Fly Fishing Film Festival (IF4)
  • Festival International du Film Eau et Climat (Belgique)
  • Festival Les écrans de l’Aventure

Le deuxième, le premier retour de Laureline dans son village natal en Colombie.

Il sera présenté :

  • au Festival des familles (Saint-Ouen)
  • Festival du court métrage (Clermont-Ferrand)
  • Festival Amérique latine (Biarritz)
  • Festival Devenir Réalisateur

Le dernier relatera les rencontres féminines et leurs histoires filmées au gré du voyage.

Le film sera présenté :

  • au Festival Filministes (Québec)
  • Festival film de femmes (Créteil)
  • Festival Femmes en résistance (Arceuil)
Itinéraire Patagonie à l'Alaska pêche et trek

Treks de longue durée sur les continents américains

Voici les principaux itinéraires de trek que nous emprunterons sur une partie de leur longueur.

Trek en Patagonie

La Greater Patagonian trail est un itinéraire unique en son genre. Fondé par Jan Dudeck, il relie l’extrême sud de la Patagonie à Santiago (Chili) avec des sections empruntables en packraft. Attention, cet itinéraire n’est pas balisé, il est constitué de routes, chemins privés, et de zones sans chemin !
Pour plus d’informations, le site de la communauté Greater Patagonian Trail.

Trekking au Pérou

Le Choquequirao trek rejoint le Machu Picchu sur 9 jours depuis le petit village de Huanicapa. Il passe par les ruines de Choquequirao, moins connues que celles du Machu Picchu. C’est un des seuls treks de la région qui peut se pratiquer sans guide !

Trek aux USA

La Continental divide trail suit la ligne de démarcation des bassins versants pacifique et atlantique aux USA, de la frontière Mexicaine à la frontière Canadienne. Cet itinéraire de 5000 km traverse nombre de parcs nationaux comme Yellowstone ou Rocky mountains.
Pour plus d’informations, le site de l’association Continental divide trail

Zones de pêche incontournables pour un voyage en Amérique

La pêche en Patagonie

La Patagonie à été largement ensemencée en salmonidés d’origine Nord Américaine comme la truite arc-en-ciel, et Européenne comme la truite fario. Ces espèces s’y sont très bien développées et génèrent un tourisme de pêche important, notamment dans certains lodges Argentins ou Chiliens. Nous nous posons des questions sur les impacts qu’ont pu provoquer ces poissons introduits sur les écosystèmes d’origine .

Pour les trouver nous comptons sur les nombreuses rivières et lacs que nous croiserons sur notre chemin et sur les précieux conseils de contacts locaux. Nous vous conseillons de bien vous renseigner sur la règlementation locale qui est souvent très spécifique, plus de détails ici.

Truite fario dans son milieu
Une truite fario Française à peine relâchée par Antoine, lointaine parente des farios Patagoniennes

La pêche au Costa Rica

Le Costa Rica, comme ses pays voisins est le paradis des pêches exotiques: tarpon, snooker, barracuda, carangues et tant d’autres poissons pullulent dans ces eaux. Nous nous intéressons plus particulièrement aux eaux intérieures, où les tarpons remontent dans des rivières parfois très étroites et où le capturer devient alors un défi incroyable. Ce grand migrateur est dépendant de l’eau douce pour ses premières années de vie, il fréquente les marais et mangroves anoxiques pour échapper aux prédateurs qui ne supportent pas ces milieux.

Ces zones estuariennes sont en forte diminution, ce facteur additionné à la surpêche et à la longévité du tarpon compromet la stabilité des populations du “Silver King”, qui est aujourd’hui classé vulnérable par l’UICN. La pêche sportive de ce poisson est elle conciliable avec sa protection ? Nous essayerons de trouver la réponse à cette question sur le chemin.

Pêche à la mouche en mer femme
Entrainement mouche en mer pour Laureline ! Mai ici c’est morue de roche et crapaud de mer

La pêche dans l’Ouest Canadien

Très connu pour la pêche des saumons du Pacifique, l’ouest Canadien l’est moins concernant un des plus grands ombles de la planète: l’omble à tête plate, appelé localement truite taureau. Les populations anadromes de cet omble sont en fort déclin. Notamment à cause de la segmentation et la dégradation de leur habitat.  Au Canada elle est considérée localement comme menacée, ou d’intérêt préoccupant .

La compétition avec les salmonidés non natifs et l’hybridation avec l’omble de fontaine sont une si grande menace que ces espèces doivent être abattues après capture dans certaines rivières du Montana. Nous partirons à sa recherche dans la région de Fernie, reconnue pour ses grands poissons et ou les populations se portent bien.

Truite grise ou touladi pêche à la mouche
La truite grise, cousine de la truite taureau, est bien un omble contrairement à son nom !

Les rencontres féminines au gré du voyage

Quelles que soient les régions et les cultures, chaque génération de femmes va, à son tour, influencer les modes de vie et de pensée d’une société donnée. Trop souvent oubliées de l’histoire, les femmes ont aussi construit les Amériques que nous connaissons aujourd’hui. C’est pourquoi nous souhaitons offrir une tribune à celles rencontrées sur notre chemin. Nous souhaiterions donner à voir et à entendre leur parole, leurs histoires, l’expression de leur conscience d’être en société. Et, enfin, leurs satisfactions ou bien leurs espoirs pour tendre vers une meilleure qualité de vie.

Moyens de transport au fil des parallèles d’Amérique

Afin de pouvoir concilier de longues périodes de marche, la visite sur plusieurs jours de sites importants, les imprévus, et la contrainte de faire le voyage en un an, nous avons fait un certain nombre de concessions par rapport à nos premières idées. Nous avons par exemple privilégié la marche sur 4 mois. Nous nous sommes limités à un seul long séjour d’échange sur une ferme en Alaska qui nous attirait particulièrement. Pour finir, nous avons dû à regret abandonner la traversée du Mexique et de certains pays d’Amérique centrale instables où le camping et l’autostop sont peu recommandés.

Globalement, on trouve des lignes de bus partout en Amérique, le site Rome2Rio est d’ailleurs très utile pour les repérer (attention à vérifier directement sur le site des compagnies proposées !). Le prix varie de quelques dollars en Bolivie à plusieurs centaines de dollars pour aller de San Francisco à Denver.

Le train est plutôt rare en dehors des trains touristique onéreux en Amérique. On trouve certaines lignes au Chili, ou en Bolivie qui sont intéressantes en termes de temps de transport et de budget !

La pratique du taxi partagé est courante en Amérique du sud et en Amérique centrale, néanmoins elle est difficile à prévoir à l’avance ! Tout comme l’autostop, qui doit être pratiqué avec prudence.

Soucieux de notre impact écologique, nous avons calculé l’impact carbone lié aux transports durant notre voyage. Les transports en commun nous permettent de diminuer considérablement celui ci. Même si il reste suffisamment élevé pour ne pas se permettre un tel périple tous les ans !

impact carbone de notre projet de voyage d'un an en amérique

L’itinéraire que nous avons choisi pour notre voyage

Nous vous présentons ici l’itinéraire que nous avons choisi et les dates qui y sont associées, qui permettent de réaliser ce trajet dans des saison praticables la plupart du temps ! Attention néanmoins, la partie Nord de l’Amérique du sud est en saison des pluies entre janvier et mai sur notre itinéraire, ce qui nous à paru le meilleur compromis pour boucler le voyage en un an.

En effet, avec deux hémisphères ou les saisons sont inversées, des climats tropicaux, montagnards et désertiques il fut un vrai casse tête de trouver la date de départ optimale et le bon sens pour notre voyage.

Un petit algorithme sur Excel nous a permis d’afficher en vert ou en rouge tous les pays traversés suivant la date de départ et le temps de séjour. Notre choix s’est vite porté sur Novembre. Qui sera le début de l’été à notre départ en Patagonie et la fin de l’automne à notre arrivée en Alaska !

Notre itinéraire au Chili

Itinéraire de voyage au chili
  • 1er novembre – 7 novembre : Arrivée à Balmaceda après un transit à Santiago. Direction Puerto Chacabuco en autostop. Tournage d’une partie du documentaire sur les milieux aquatiques.
  • 8 Novembre – 17 novembre : Remontée du Fjord vers Puerto Montt en Ferry, Trek sur les iles Chiloé et dans le parc Pumalin.
  • 18 Novembre – 26 novembre : Visite de Frutillar, tournage d’une autre partie du documentaire sur les milieux aquatiques
    27 novembre – 13 janvier : Trek sur les sections 21 à 8 de la Greater Patagonian Trail, avec l’ascension de 4 Volcans.
  • Distance : 1 014 km
  • Dénivelé positif : 35 867 m
  • Dénivelé négatif : 36 562 m
  • Étapes de ravitaillement : 20
  • Pied de pilote : 7 jours
  • 14 Janvier – 25 janvier : De San Fabiàn de Alico à Valparaiso en bus et train, visite de Talca, Santiago, Valparaiso et d’une ferme expérimentale aquacole
  • 26 janvier – 27 janvier : Passage de la frontière vers l’Argentine en bus, vers Mendoza

Notre itinéraire en Argentine et en Bolivie

Itinéraire de voyage en Argentine et Bolivie
  • 28 janvier – 1er février : de Mendoza à Salta en bus, en randonnant dans le parc Aconcagua où se trouve le plus haut sommet du continent. Visite de Salta, ville Argentine du XVIe siècle.
  • 3 février – 9 février : Voyage en autostop de Salta à Tupiza, en passant par la Quebrada d’Humahuaca, canyon inscrit au patrimoine de l’UNESCO où nous resterons quelques jours. Ensuite traversée d’une partie de la Bolivie par le train vers Oruro.
  • 10 février – 21 février : Départ en bus pour La Paz, puis visite du site archéologique de Tihauanaco. Pour continuer, trek de 250km le long du lac Titicaca.
  • 22 février – 23 février : De Puno à Cuzco en bus, visite de l’ancienne capitale de l’Empire inca.

Notre itinéraire au Pérou et en Equateur

Itinéraire de voyage au Perou et en Equateur
  • 24 février – 6 mars : De Cuzco à Cachora, vers l’entrée du trek Choquequirao qui nous mènera au Machu Picchu. Visite des ruines de Choquequirao, Quriwayrachina et du Machu Picchu.
  • Distance : 110 km     
  • Dénivelé positif : 7383 m
  • Dénivelé négatif : 8114 m
  • Altitude max : 4650 m
  • Étapes de ravitaillement : 0
  • Pied de pilote : 3 jours
  • 7 mars – 17 mars :   Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Trajet du Machu Picchu à Ayacucho à pied avec l’ascension de la cordillère de 550 m à 4373 m d’altitude.
  • Distance : 319 km     
  • Dénivelé positif : 27 024 m
  • Dénivelé négatif : 28 809 m
  • Pied de pilote : 2 jours
  • 18 mars – 21 mars : Voyage en bus de Ayacucho à Lima par Pisco.
  • 24 mars – 30 mars : De Lima à Piura par la cordillère blanche (Parc national Huascarán) en bus puis en autostop.
  • 31 mars – 9 avril : Piura à Quito par la lagune Quilotoa, lac volcanique situé à 3500 m d’altitude.

Notre itinéraire en Colombie, au Panama et au Costa Rica

Itinéraire de voyage en Colombie, au Panama et au Costa Rica
  • 11 avril – 28 avril : Quito à Bogota en bus, puis trajet vers Arauca, ville natale de Laureline en Bus. Retrouvailles avec la famille de sa nourrice et tournage du court métrage
  • 30 avril – 3 mai : Départ d’Arauca en bus, direction Carthagène des Indes, ville côtière fortifiée du XVIe siècle. Exploration des iles du rosaire et du récif corallien.
  • 4 mai – 8 mai : Route vers Necocli en bus, puis passage de la frontière panaméenne en plusieurs étapes de « lancha » (petit bateau à moteur)
  • 9 mai – 20 mai : Remontée de la côte atlantique Panaméenne en bateau jusqu‘au petit village de Carti. Ensuite autostop ou taxi partagé si la zone est trop dangereuse jusqu’à Panama. Traversée de la frontière à Guabito en visitant Boquete et Bocas del Toro sur la route.
  • 21 mai – 4 juin : Après un passage à Limon, départ pour San José avec une option de déplacement au parc national Tortuguero. Pour clore la première partie du voyage : Visite du parc national du volcan Poas et déplacement en bus vers le Rio Frio à la frontière du Nicaragua, où nous pourrons trouver le tarpon atlantique et continuer le tournage du film.  Enfin, vol vers Los Angeles.

Notre itinéraire aux USA

Itinéraire de voyage aux USA
  • 5 juin – 9 juin : Visite de Los Angeles et ses musées, puis voyage en bus jusqu’à Las Vegas d’où nous repartons pour le Grand Canyon et éventuellement les Red Rocks Mountains.
  • 10 juin – 25 juin : Traversée du grand Canyon à pied (38 km) puis jonction du parc National Zion en autostop pour y randonner. Ensuite, long trajet en bus jusqu’à Denver où nous retrouvons la cousine d’Antoine pour quelques jours afin de préparer la Continental Divide Trail.
  • 26 juin – 14 juillet : Traversée d’une partie de la Continental Divide Trail dans les états du Colorado, du Wyoming et du Montana. Arrivée à West Yellowstone.
  •  Distance : 1 227 km  
  • Dénivelé positif : 20 701 m
  • Dénivelé négatif : 22 298m
  • Étapes de ravitaillement : 7
  • Pied de pilote : 10 jours
  • Trois sommets de plus de 3700 m visés
  • 15 juillet – 23 juillet : Pêche à la mouche et randonnée dans le parc de Yellowstone, puis autostop vers le parc national Glacier, avec un arrêt possible au « Museum of the Rockies ».

Notre itinéraire au Canada

Itinéraire de voyage au Canada et en Alaska
  • 24 juillet – 4 septembre : Après la visite du parc national du Glacier, traversée de la frontière canadienne en autostop. Ou en bus, direction Fernie où nous tournerons la dernière partie du court métrage sur les milieux aquatiques.
  • 5 septembre – 20 septembre : Départ pour Castlegar et la vallée de l’Okanagan pour y travailler 2 semaines dans les vergers ou les vignobles.
  • 21 septembre – 27 septembre : Fin du séjour canadien à Vancouver et son Ile que nous rejoignons en autostop.
  • 28 septembre – 31 octobre : Départ en bus pour Seattle d’où nous nous envolons vers Ketchikan, puis un avion léger nous emmènera à Klawok. Cindy et Éric, Ostréiculteurs viendront alors nous chercher en bateau. Nous passerons un mois chez eux à les aider sur leur petite ferme ostréicole, à partager autour de nos passions communes en lien avec la nature. Ils produisent ou récoltent une grande partie de leur alimentation (pêche, jardin, chasse, huitres…) ce qui a grandement motivé notre venue. Sans compter sur les orques qui viennent nager devant leur maison flottante…

Notre périple s’arrête ici, après un trajet retour vers Seattle d’où nous rejoindrons la France en avion.

Matériel pour un voyage d’un an en Amérique

Nous vous présentons ici le matériel que nous avons choisi pour notre aventure. Comme nous souhaitons emporter, en plus de notre équipement Trekking, du matériel de pêche à la mouche et du matériel audiovisuel, nous avons donc tenté de réduire au maximum l’équipement de base.

Nous comparons scrupuleusement le poids des différentes offres du du marché pour chaque item afin d’optimiser au mieux notre sac. Nous arrivons ainsi à un poids total de 13.1 kg par personne (que nous nous efforçons de diminuer!). Ensemble réparti comme illustré dans le camembert ci dessous et détaillé avec les poids estimés dans le tableau encore en dessous !

Répartition du poids d'un sac pour un voyage en Amérique
Répartition du poids du matériel en kilos
Liste du Materiel pour un voyage d'un an en Amérique

Le matériel que nous possédons deja

  • La tente décathlon trek 900: 1kg8 ce qui n’est pas le plus léger pour deux personnes. Mais avec de grands espaces de rangement protégés !
  • Sacs à viande en soie pour gagner quelques degrés en altitude
  • Deux Leatherman Charge pour vider une truite, construire une maison ou se défendre contre un puma !

Le matériel et l’équipement de trekking prévu

Nous possédons certains de ces items. Mais ils sont soit trop lourds soit trop vieux pour être performants sur une telle aventure. Nous vous proposons donc le fruit de nos longues recherches, avec un comparatif des modèles qui ont retenu notre attention !

La popotte

Coté popotte nous choisissons le titane, qui permet d’avoir des casseroles incroyablement légères. Nous pensons aussi utiliser un réchaud déporté pour plus de confort !

  • Réchaud à Gaz (on trouve des cartouches partout en Amérique, mais pas campingaz !)
  • Gamelles (on mange directement dedans !)
  • Quarts
  • Couverts
  • Gourdes
  • Sacs à eau pour les grandes étapes « sèches »
  • Filtre à eau mécanique
Réchaud casseroles voyage trek
Notre sélection de popottes et réchauds

Le campement

Quel matelas de trekking choisir

Nous choisissons un matelas de sol gonflable pour plus de confort. Mais attention à choisir une bonne qualité pour le voir durer jusqu’au bout !

Matelas sol gonflable voyage trek
Le choix du sac de couchage

Les régions tropicales étant humides nous préférons des modèles de sac de couchage en synthétique. Ils sont plus lourds mais sèchent mieux que ceux en duvet, et ne perdent pas leur plumes ! Une température de confort autour de 5°C nous a paru un bon compromis.

Duvets légers synthétiques voyage trek
Trouver la bonne lampe frontale

Rien de tel qu’une lampe rechargeable pour ne pas être embêté avec les piles

Lampe frontale rechargeable voyage trek

L’habillement

Nous avons choisi un système composé de quatre couches :

  • composé d’un t-shirt mérinos,
  • un softshell bien respirant pour la marche,
  • une doudoune pour le statique,
  • et une membrane imperméable pour la pluie !

Avec en bonus un haut Woolpower 400 qui est extrêmement chaud en cas de froid glacial.

Tshirt merinos voyage trek
Première couche : T-shirt mérinos
Veste softshell voyage trek
Deuxième couche: softshell
Doudoune duvet voyage trek
Troisième couche: doudoune
Veste imperméable goretex voyage trek
Et quatrième couche: membrane imperméable !

Des chaussures de trek basses pour éviter les tendinites.

Chaussures goretex voyage trek

Et pour compléter:

  • Pantalons convertibles en short pour économiser encore un peu de poids
  • Des slips (x3), chaussettes (x6) et soutiens gorge (x2)
  • Bonnets et gants légers pour les matins frisquets !

Les divers

  • Un GPS indispensable pour la GPT qui fait également téléphone satellite (penser a l’abonnement !)
  • Une couverture de survie, trousse de premiers secours et médicaments
  • Nécessaire de toilette
  • Deux « cordes à vache » bien solides de 2m

Le matériel de pêche à la mouche de voyage

Avec les espèces de poissons que nous visons, qui sont tout à fait différentes en termes de taille et de puissance, nous avons choisi d’emporter constamment deux kits très polyvalents avec nous: une canne 9 pieds soie de 7 et soie de 5.

Nous possédons déjà ce genre de matériel mais hésitons à franchir le pas vers des cannes voyage plus légères ! Nous devons trouver du matériel spécifique pour le tarpon, que nous ferons livrer par la poste au Costa Rica. C’est une option très intéressante pour n’importe quel matériel que vous n’utiliserez pas durant tout un voyage !

Canne moulinet pêche mouche tarpon voyage
  • Truite: une canne et un moulinet de 9 pieds soie de 5
  • Tarpon: une canne et un moulinet en 9 pieds soie de 12
  • Omble à tête plate (bull trout): une canne et un moulinet en 9 pieds soie de 7
  • Le petit équipement : Fils en 50, 40, 30, 25, 20, 16 centièmes, une petite pince forceps, une boite à mouche bien garnie et des lunettes polarisantes.
Grosse mouche pour carnassiers en Amérique
Une grosse mouche montée par Antoine, qui nous espérons plaira aux grands ombles

Le matériel audiovisuel de voyage

Difficile de faire des choix quand on veut emporter un kit de réalisation vidéo sur son dos ! Nous avons choisi de sacrifier le guimbal trop lourd et de privilégier un appareil et des objectifs bien stabilisés.

  • Un appareil photo hybride pour un poids plus léger qu’un reflex. Et deux objectifs lumineux: un 24-70 et un 70-200 (équivalent full frame)
  • Un micro cravate, un micro canon et un enregistreur
  • Un drone léger pour éviter des démarches administratives aux USA (moins de 250g)
  • Une Gopro pour les plans sous marins et pour filmer plus discrètement dans certaines ville
  • Un panneau solaire et une batterie pour charger toute l’électronique
  • Et pour finir un trépied léger, mais stable !
  • Des batteries, un kit de nettoyage, un filtre ND progressif, un filtre polarisant. Et un filtre neutre pour protéger les objectifs, des cartes SD en pagaille !
Orage en préparation lac Léman
L’intérêt d’aller du 24mm …
Vautour à l'atterrissage
au 200 mm !

Se nourrir durant un voyage d’un an en Amérique

Sur les grands itinéraires de trail vous pouvez profiter des réseaux d’utilisateurs pour trouver les points de ravitaillement. Les retours que nous avons pu lire nous montre qu’il est possible d’acheter directement de la nourriture dans les fermes Chiliennes et Argentines tout en partageant un moment d’échange. Nous pensons nous faire livrer à quelques points clefs des sachets de nourriture déshydratée qui facilitent grandement le portage sur de longs tronçons !

Nous vous conseillons de faire attention aux poissons et viandes pas suffisamment cuites (parasites) et à l’eau que vous buvez si vous ne possédez pas d’aquatabs ou de filtre UV.

Se loger durant un voyage d’un an en Amérique

Différents réseaux, certains bien connus vous permettrons de trouver des logements gratuits ou peu chers en échange de services (attention, durée minimale de séjour souvent requise): workwaway, woofing, helpx ou encore couchsurfing. Si vous êtes de passage nous vous conseillons de vous pencher du coté des auberges de jeunesse ou de demander conseil aux locaux !

Concernant le camping sauvage, il est toléré dans certains pays (mieux vaut demander l’autorisation du propriétaire sur une terre privée !) mais tout à fait interdit dans d’autres. Notamment aux USA où il faut réserver à l’avance son site de camping dans certains parcs. Il en est de même pour le feu.

Le budget pour un voyage d’un an en Amérique

Il est possible de diviser facilement le budget en quatre poste principaux. Le transport, qui sera extrêmement variable suivant vos choix. La nourriture et le logement qui peuvent être estimés ici suivant votre mode de voyage. Pour nous ce poste représente 36 euros par jour en moyenne. Le matériel qui dépendra de ce que vous possédez déjà et des activités que vous souhaitez réaliser. Et pour finir les assurances, vaccins, formalités administratives qui ne sont pas à négliger ! Nous vous conseillons de prévoir un budget « imprévus » d’au moins 10% de la valeur des deux premiers postes de dépense !

Avec l’obtention d’un Permis vacances travail il est possible de réaliser la cueillette des fruits, ou des morilles dans l’ouest Canadien à la bonne saison. Ce travail est payé au rendement et est donc rémunéré de façon très variable suivant si la saison est bonne et suivant votre efficacité.

Les démarches administratives et médicales pour un voyage en Amérique

Les visas de voyage

En dessous de 90 jours de séjour, avec un passeport Français il est possible de visiter sans visa la plupart des pays d’Amérique du Sud. Sauf le Pérou ou la période est de deux mois, et la Bolivie ou il faut renouveler une autorisation de séjour après 30 jours. Pour les USA et le Canada il faut remplir à l’avance une autorisation de voyage électronique. Attention tout de même à toujours vérifier à l’avance sur un site officiel les démarches à effectuer !

Les vaccins et médicaments

Il est évidemment nécessaire d’être à jour de tous ses vaccins réguliers avant de partir. Une consultation à la médecine du voyage avant votre départ vous permettra de voir avec un spécialiste tous les prérequis supplémentaires. Attention au paludisme dans certains pays Américains qui peuvent réclamer un traitement préventif suivant la durée du séjour et la localisation. A titre d’exemple voici les médicaments permettant de pallier à certaines urgences que nous emporterons: Tiorfan, spasfon, paracetamol, biocidan collyre, insecte cran, biseptine, apasyl, biafine, niflugel, polaramine, primperan

Conclusion pour ce voyage 1 an en Amérique

Nous espérons que cet article aura pu vous aider à mieux vous préparer pour votre voyage, ou tout simplement vous en donner l’envie ! Nous avons décidé de nous préparer avant le départ sur un petit peu moins d’un an. Ce qui est un minimum si vous souhaitez réaliser un itinéraire de cet longueur et demander des bourses ou chercher des partenariats. Vous pourrez nous suivre dès Novembre 2021 pour le départ de cette aventure sur Facebook et Instagram, et nous espérons vous voir en festival pour la projection de nos courts métrages à venir !

0 commentaire
2

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire