Initiation à la Cascade de Glace à Aiguille dans le Queyras

par Expérience Outdoor

Florian et Gwendoline se retrouvent cette fois ci au pied de la cascade de glace à Aiguille.

Information initiation cascade de glace à Aiguille

  •  Date

Janvier 2013

  • Lieu

France, Provence alpes côte d’azur, Hautes alpes (Queyras), Aiguille (05470)
Depuis Montpellier :
Montpellier => Aiguille : 4H30, 22 euros de péage, 378 km dont 280 sur autoroute

  • Participants

Gwendoline ATTIA et Florian DESJOUIS

  • Où dormir dans le Queyras

Le gîte de Saint Alban :

Peu avant Guillestre, on bifurque à gauche sur une toute petite route que l’on remonte pendant 10 minutes. On arrive au hameau de saint Alban (quelques familles), où se trouve le magnifique gîte de Saint Alban. Daniel et Annick vous accueilleront très agréablement dans cette ancienne bâtisse refaite avec goût : c’est un gîte confortable, on y est vraiment bien. 2 zones de gestion libre (possibilité d’avoir le petit déjeuner), une qui conviendra très bien aux plus grands groupes (très grande cuisine…), une autre (notre préférée) plus arrangée, avec un salon et une cuisine en bois dans un salon avec vue panoramique sur la vallée. Bref, allez voir le site, ou encore mieux, sur place !

Le gîte de Pinfol :

l’intersection est un peu plus proche de Guillestre, et ce sera toujours à gauche. Compter 15/20 bonnes minutes pour le rejoindre ensuite. Pas de gestion libre normalement, mais si il n’y a personne d’autre que vous durant le we (ça arrive assez souvent les we d’hiver, du fait qu’il soit excentré), ils vous laisseront la cuisine à disposition. Une très belle bâtisse, un intérieur un peu plus rustique que Saint Alban (perso je préfère !), de belles grosses poutres au plafond, une cheminée et un poêle qui seront certainement allumés à votre retour de randonnée, et tout ce qui faut pour bien récupérer de vos efforts du we. Différent de saint Alban, mais pas moins bien !

Gite « Le glacier bleu »

dans le fort de Mont Dauphin : gite avec gestion libre dans le cœur du fort, très joli. Placé stratégiquement entre les écrins et le Queyras, des chambres très bien arrangées, des dortoirs très confortables. Un très beau gite.

  • Où se restaurer/où se réapprovisionner dans le Queyras

Supermarché 2 km avant Guillestre, et dans Guillestre, à l’Argentière la Bessée, à Briançon.
Boulangerie à Eygliers (au pied de Montdauphin, où se trouve la gare) et évidemment dans les patelins cités précédemment.
Station essence dans tous les supermarchés cités, ainsi qu’à Embrun, Savines le Lac, Chorges sur la route en venant de Gap.
Il y a également un supermarché à Molines en Queyras.

  • Office du tourisme du Queyras

Aiguilles
Queyras

  • Caractéristiques du site de cascade de glace d’aiguille

Le site de cascade de glace d’Aiguille est un site « artificiel » dans le sens où un débit d’eau minimum est assuré par le biais de tuyaux d’eau posés sur le haut des cascade de glace, permettant de former un volume de glace suffisant.
Le site comporte 8/10 relais chainés, chaque relais pouvant servir pour différentes lignes. La très grande majorité des relais sont facilement accessibles par une petite pente peu raide équipée d’une corde fixe, juste à droite des premiers panneaux de glace du secteur.

L’accès se limite à quelques secondes de marche, le parking étant juste à côté du site.
Le niveau des lignes s’échelonne du 3 au 5+, assez également répartis. Quelques lignes de dry au fond du site.
Il est nécessaire de réserver à l’office du tourisme d’Aiguille, car le nombre de personnes est limité à 20. Le secteur n’est pas payant, mais comme vous le dira l’office du tourisme, une contribution du montant que vous souhaitez peut être déposée à l’OT, ou au magasin « sport services », juste à côté. A lire : Réservation-Queyras.
Grimper à 20 personnes se fait aisément, pas d’embouteillage en perspective : ce qui en fait un site très bien adapté aux grands groupes.

  • Dans les environs du site de cascade de glace

Ceillac :
5 cascades, en conditions en général tôt en début de saison et tard en fin de saison :
– Les formes du chaos : 300 m, grade 4
– Sombre héro : 100 m, grade 5
– Holiday on ice : 250 m, 3+
– Easy rider : 80 m, 3/3+
– Vermicelle : 5 (+), 50 m
On trouve quelques lignes de dry de part et d’autre du cigare de Sombre héro (M7 à gauche, M6 à droite).
Pour toutes les cascade de glace l’accès est rapide (entre 10 et 20 min) et les descentes sont aisées (on retrouve facilement le
GR qui vous ramène au point de départ).
Un site idéal pour se lancer dans des cascades de plusieurs longueurs.

  • Le reste des Hautes Alpes

Les hautes alpes sont une des régions les plus privilégiés de France en termes de cascade de glace : Fournel, Freissinières, la Grave, Cervières, et tant d’autres. Toutes les infos sont retrouvées sur le topo « glace et mixte en cascade dans les hautes alpes » Etienne Fine et Philippe Turin et édité en 2007.

  • Lien internet

ICE FALL : un site bien utile pour ceux qui ne peuvent suivre les conditions sur place. Un bon nombre des cascades du secteur sont susceptibles d’être « évaluées », et les grands classiques (fournel, freissinières, ceillac…) le sont très régulièrement.
CAMP TO CAMP : Idem, mais à l’échelle de l’Europe. Permet de croiser les infos.

Initiation à la cascade de glace au Queyras

Doigts gelés, onglés nauséeuses, froid cinglant et visages anesthésiés. Milieu hostile et conditions « extrêmes », prise de risques maximal et univers dangereux. Structures instables, effort intense.
Tout cela peut caractériser certaines pratiques de la cascade de glace, en partie… Des aprioris aussi car à tout point de vue chacun est libre de placer le curseur où bon lui semble.
Mais pour Gwen, la cascade de glace, c’est cela : une succession de souffrances et de difficultés à surmonter. Peu de sources de plaisir si ce n’est celle d’être soulagé d’être vivant à la fin de la journée… Quelques réalités mais beaucoup de fantasmes se basant sur le pire, rien que le pire.
Gwen est ses onglés par 15°c, sa doudoune sur le dos par 20°c. Ses engelures récurrentes en montagnes, et son envie de ne pas avoir à se battre contre son pire ennemie : le froid… La partie ne promettait pas d’être facile, le public difficile à convaincre.

Par ou commencer ?

Le Fournel : certainement pas. Loin d’être l’idéal pour de l’initiation, j’ai le souvenir de mes pires onglées dans ce couloir à courant d’air. Air polaire évidemment.
Fressinières : pourquoi pas, mais avec un Ice Climbing prévu au même moment. Les places promettent d’être chères…
Ceillac : un peu trop froid aussi en ce mois de janvier, et surtout, pas de couennes. La découverte se doit de se faire en douceur, autant que possible.
Aiguille : le souvenir d’une visite éclair au pied de ce mur bleuté l’année passée, pour voir à quoi ressemble ce mur d’initiation dont la fréquentation semble croitre au fil des saisons. Un site facile d’accès, quelques minutes à peine du centre du village. Des relais bétons, des voies tous niveaux, un pied de voies confortable, et au fond coule un petit ruisseau… Sa proximité avec le petit village n’enlève rien à son charme, cette petite gorge, loin d’être austère, conviendra parfaitement à une prise de contact avec cette pratique un peu à part.
Un coup de téléphone pour réserver à l’office du tourisme, le souci de ne pas voir ce site sur fréquenté, d’y entretenir une atmosphère agréable. Une démarche qui peut surprendre, mais qui prend tout son sens sur un site où le risque de bouchons est bien réel. On nous précise que le site est éclairé jusqu’à 22h, pour ceux qui souhaitent jouer les prolongations.

Cascade de glace à Aiguille

Il est 10 h, nous garons notre voiture sur le pont surplombant le cours d’eau qui longe les cascade de glace: cascade que nous voyons distinctement, à 100 m à peine de notre emplacement. Un grimpeur s’y trouve déjà, seul : il enchaîne les longueurs sur ce grand cigare, auto assuré. On vient à Aiguille comme on pourrait aller à la salle, ou presque. Pour s’entraîner, pour faire des longueurs, faire ses gammes, et pour rencontrer du monde aussi.

passez votre chemin - cascade de glace

Si vous n’aimez pas les choux fleurs – cascade de glace

Car il est difficile d’y être totalement seul : mais l’ambiance est plutôt amicale. Chacun semble avoir le souci de ne pas empiéter sur le territoire de l’autre, et peut-être même de le partager. Quelques conseils s’échangent rapidement, on se propose mutuellement de s’assurer, d’échanger nos lignes et nos cordes.
Notre néophyte du jour, découvre avec un certain plaisir cette nouvelle activité de cascade de glace. Les températures du jour ainsi que l’ambiance régnant au pied des voies dénotent avec des aprioris sur l’austérité de la pratique. Découverte du matériau, découverte du matériel, des techniques, et d’un effort. Les éclats de glace impressionnent un peu au départ, mais les règles du jeu sont vites assimilées. Ici comme en escalade, il faut lire la paroi et se servir de ses lignes de faiblesses. Ne pas chercher à passer en force, autant que possible.

Avec toujours comme ingrédient principal le choux fleur - cascade de glace

Un peu plus raide et un peu plus long – cascade de glace

Vive la doudoune et le thermos

Chaque longueur s’achève sur une pause où l’on bénit cette doudoune et son pouvoir de protection. Un miracle dont on ne se lasse jamais, une chaleur qui vous enveloppe quasi instantanément. Tout ça accompagné de son indispensable acolyte, le thermos. Les pauses n’en sont que plus agréables, et le froid n’est qu’un lointain souvenir.
Le plafond nuageux se déchire pour laisser apparaître le soleil qui viendra lécher le haut des cascade de glace : l’eau vaporisée par les tuyaux sur le haut d’escalade nous fait le spectacle d’un nuage étincelant.
C’est un peu une découverte pour moi aussi, ou une redécouverte plutôt. Car c’est la première de la saison, et les gestes gauches, le manque de confiance, les placements médiocres laissent place peu à peu à un peu plus d’aisance et de facilité. Des ancrages francs, des décisions adaptées, une progression qui devient fluide et une gestuelle plus évidente. Quel plaisir de repartir pour une nouvelle saison de cascade !
Le soleil décline, nous repartons pour une dernière, par gourmandise. Un peu plus raide, un peu plus technique, parfaite pour terminer cette journée. Gwen ne se démonte pas sous ce mur raide surplombé par une belle cloche. Joie des sites de couennes, il suffira de viser les ancrages déjà nombreux pour évoluer avec facilité sur ce petit morceau vertical. Puis vient le contournement de la cloche, des pieds qui pédalent dans le vide, des ancrages moins évidents, la corde se tend mais ça passe quand même, avec un peu d’aide.

Entre ciel et terre... - cascade de glace

Du blanc et du bleu – cascade de glace

La cascade de glace … que du plaisirs

Je repars derrière, m’impatiente de ce petit passage qui semble intéressant : et je ne suis pas déçu, ce n’est pas si simple. Les pieds ne peuvent être qu’en retard par rapport au reste, le temps de se rétablir au moins. Les éclaboussures du tuyau d’eau qui travail sans relâche n’aident pas à y voir clair. Je grimace un peu et rejoins la broche qui aura permis la dérivation pour atteindre cette ligne. Le soleil vient réchauffer la carcasse humide du bonhomme. Le crachin du Queyras n’a rien à envier à celui de Bretagne.
Il est déjà 17h, la journée s’est écoulée à grande vitesse. Et sans une plainte, c’est bon signe ! Il est temps pour nous de tout remballer car la journée n’est pas terminée.

Qui continue un petit peu derrière (glace et dry) - cascade de glace

Vue d’une partie du site – cascade de glace

Nous changeons de camp de base ce soir, et pour une valeur sûre : le refuge de la Cime. Un joli petit refuge non loin des cascades de Ceillac, un petit coin comme on les aime. Où l’on passe de bons moments à coup sûr.
Mais il faudra rechausser les skis, le temps d’une courte montée, 20 min à peine, pour rejoindre cette bâtisse qui a eu le bon goût de se perdre un peu dans la montagne. Rapidement nous distinguons la petite bougie à la fenêtre, un repère comme un phare, un signal pour nous rappeler que l’accueil sera chaleureux, au sens propre comme au figuré. A peine arrivés dans l’antichambre que cette chaleur nous enveloppe. Nous déposons nos affaires et sommes accueillis avec un jus de pomme chaud au miel et aux épices. Ine attention qui réchauffe le corps et le cœur. A peine quelques minutes que nous y sommes et nous ne regrettons pas notre choix…

Conclusion de cette initiation à la cascade de glace

Un site aux très nombreux atouts. Il conviendra à merveille aux sorties en groupe et à l’initiation : la facilité/rapidité d’accès du site, la rapidité d’installation des moulinettes dans le cas d’initiation, la variété des niveaux, la présence de quelques lignes de dry et la proximité du village et de ses services pour ceux qui se lasserait du froid et de l’activité. Autant d’éléments qui rendent ce site attrayant, pouvant convenir à toutes et à tous, pour apprendre ou reprendre. Une très bonne initiative !

Matériel  utilisé lors de cette initiation à la cascade de glace

 CATÉGORIE  MODÈLE  MARQUE  POURQUOI AVOIR FAIT CE CHOIX LORS DE L’ACHAT  CE CHOIX A-T-IL RÉPONDU AUX BESOINS DE LA SORTIE  SI C’ÉTAIT À REFAIRE
 PIOLETS TECHNIQUE  Quantum tech  GRIVEL  Léger. Polyvalent. Précis. Parce que l’on m’en avait dit du bien et que j’apprécie le matériel Grivel  Tout à fait adapté, bien que pour une pratique glace et dry dans des voies courtes, le nomic semble avoir des atouts. Mais dans un souci de polyvalence (mixte, goulotte, cascade, dry…), le quantum tech me semble plus adapté (notamment avec un gain de poids et un confort d’utilisation majoré par rapport au nomic).  Ainsi, je reprends les mêmes, sans hésiter. Un excellent piolet ! Nous avons pu essayer une multitude de piolets durant ce stage, 2 se sont particulièrement démarqués (pour la petite dizaine de participants) : les quantum tech de chez Grivel et les quarks (Petzl). Dans les 2 cas un ancrage/désancrage aisé, facile à manipuler notamment grâce à un poids raisonnable, très confortable et précis (quantum tech ++). Nous avons pu essayer les nomic (petzl)qui ont effectivement un ancrage très puissant en glace (plus lourd) mais que le poids important rend moins aisés à manier (notamment dans les portions où de simples crochetages suffisent).
 CRAMPONS  Sarken  PETZL  Polyvalence (alpinisme, glace, mixte…)  Bien adapté, mais le bi pointe ne permet pas d’exploiter au mieux les reliefs de la glaces : un mono pointes (ou bi pointes asymétriques) se glisserait mieux entre les replis de la cascade, et permettrait d’utiliser les anciens ancrages de piolets.  Je me pencherai vers les sphinx de la même marque (pointes modulables): le mono pointe semble avoir beaucoup d’adepte (permet de retrouver une gestuelle et une technique très proche de l’escalade grace au pivot du genou, permet de coincer la lame dans les fissures).
 BAUDRIER  Sama  PETZL  Confort. Prix.  Pas le plus adapté : les cuisses non réglables ne sont vraiment pas pratique pour ce genre d’activité.  Il s’use beaucoup trop vite !! Et je ne suis pas le seul à faire le constat sur les derniers baudriers petzl. C’est décevant. il conviendrait d’avoir les cuisses réglables, beaucoup plus simple si on veut enlever le baudrier (chaussures et crampons au pieds) pour une raison ou une autre.
 SYSTÈME D’ASSURAGE  Reverso  PETZL Simple à manipulerN’ayant eu que ce système d’assurage, je n’ai peu d’éléments de comparaison !  RAS tout à fait adapté  Je prendrais le smart de MAMMUT (la version corde à double) car il est autobloquant (pour prendre des photos du premier plus facilement) ! A voir à l’utilisation ce qu’il en est.
 CORDE À DOUBLE  Sylver triaxale  MILLET  Un diamètre assez élevée pour avoir une bonne durée de vie Mais suffisamment fluide pour ne pas gêner les clippages  Bien adapté. Une corde avec ne force de choc plus faible serait intéressante tout de même.  Je cherche avant tout la polyvalence donc je garde cette corde.
 DÉGAINES  Ange  PETZL  Le poids en priorité ++. La taille (pour les versions longues) aussi (un moyen de plus de lutter contre le tirage)  Tout à fait adapté : le baudrier pour grimper en cascade et déjà lourd et bien encombré. Des dégaines légères et compactes sont donc la bienvenu. Et elles se manipulent très bien avec des gants.  Je suis pleinement satisfait de mon achat. Le gain de poids est très concret, c’est évident, mais ce sont aussi des dégaines moins encombrantes que mes précédentes : l’organisation de mon baudrier n’en est que plus clair. Les anges se manipulent bien aussi avec des gants ; le mousqueton taille L côté clippage et quand même bien plus aisée à manier que les petites tailles. Bref, c’est top, avec un gros bémol, son prix !!!
 BROCHES  Express Ice Screw  BLACK DIAMOND   Ergonomique. Amorce aisée (elles sont neuves, ça aide)  Très bien adaptées  Je prends les mêmes. Nickel. J’avais un peu peur de cette manivelle qui me semblait un peu délicate à manipuler avec des gants : il n’en est rien, c’est extrêmement efficace ! De plus, sa petite taille rend chaque broche bien moins encombrante (face à des broches Grivel où l’on trouve des manivelles très volumineuse). Je ne vois pas ce que l’on peut demander de plus à une broche.
 PORTE BROCHE  Caritool  PETZL  Simple. Léger.  Très bien adaptées  Je prends le même produit. Très bien. On peut y mettre un nombre conséquent de broches sans prendre le risque d’en faire voler une au passage. Facile à utiliser et sécurisant. Le seul hic est que, sur mon baudrier en tout cas, on ne peut pas en mettre plus de 2 (seuls 2 encoches prévus pour y insérer les cari tools), c’est un peu léger.
 CROCHET ABALAKOV  GRIVEL  Tout en un : une extrémité pour l’accrocher au baudrier, l’autre avec le crochet qui se rabat pour ne pas s’accrocher, et une petite lame pour couper la cordelette.  Peu pratique : surprenant de faire un système de « déverrouillage » du crochet aussi délicat, surtout en cascade où la dextérité en prend un coup avec les gants.  Je m’en fabrique un ou je regarde ce que fait la concurrence. Je l’ai cassé à la deuxième utilisation ! Il faut (un peu, mais pas trop) tordre la tige plastique pour sortir le crochet, la limite de rupture de la tige en question est assez basse, il faut le savoir. La petite lame n’est pas d’une efficacité redoutable pour couper. Pas mal de bémol pour un outil assez cher à l’achat (pour ce que c’est).
 CORDELETTE  5mm  R A S  R.A.S  Rien A Signaler
 SANGLE  120cm  DYNEEMA  Léger. Maniable. Beaucoup plus facile de faire des nœuds avec moins de « mou ».  Très bien adaptée  Je reprends les mêmes, 120 cm est la taille idéal.
 MOUSQUETON À VIS  BLACK DIAMOND  Léger  Très bien adapté  Je prends les mêmes. Attention, les plus léger sont souvent petits, ne conviennent pas à certaines manips (passer dans la poulie bloqueur petzl par exemple)
 CHAUSSURE ALPINISME  Nepal Top Extrem  LA SPORTIVA  Polyvalent. Protection thermique  Adaptée (mais comme tout produit polyvalent, ce n’est pas forcément l’idéal).  Je prends le même produit. Une chaussure confortable et qui m’a bien protégé du froid. Elles restent assez lourde (notamment pour le dévers en dry), cela fait franchement travailler le gainage. Cela reste anecdotique dans le cadre d’une utilisation, plus « montagne ».
 GUÊTRE  Front Point Guaiter  BLACK DIAMOND  Augmenter la protection du pantalon et de mes chaussures pour gagner en thermicité.  Très bien adaptées (indispensables)  Ainsi, je prends le même produit. Très bien. Une protection thermique vraiment améliorée, et ce n’est pas négligeable dans ce type de pratique, auquel s’ajoute un risque réduit de se prendre les crampons dans le pantalon (taillées plus près de la cheville que mon pantalon)
 CASQUE  Meteor 3  PETZL  Poids : on l’oublie complétement. Stabilité : il a l’énorme avantage de ne pas se ballader tout autour du crâne => le soutien derrière la nuque est très efficace. Confort.  Très bien adaptés. J’ai fait mettre une visière, c’est extrêmement pratique. Les visières ont le meilleurs compromis entre visibilité et protection.  Je prends le même sans aucun doute : je ne demande rien de plus à un casque, et il me fait oublier l’Elios de chez petzl qui était vraiment très moyen pour la grimpe (cf compte rendu maroc taghia)
 ARVA  Evolution + (modèle 2005)  ARVA  Légère. Montage rapide.  R.A.S  Ne pas oublier lors de vos entrainements arva de jouer le jeu de A à Z, c’est-à-dire de monter la sonde aussi : le montage est rapide, mais uniquement quand on a bien pris le coup de main !
 PELLE : LA PELLE NORVÉGIENNE DE MON PÈRE, DU COSTAUD (PAS DE MARQUE)  Héritage familial  Je la garde car on me l’a donné, mais elle n’est pas très adapté : bien trop lourde !! Par contre, suite aux différents échos que j’ai pu avoir, je ne prendrai pas la plus légère ou la moins cher. Souvent la partie en contact avec la neige se casse si celle-ci est trop dure (ce qui est la cas pour une neige d’avalanche, très compact !).
 SONDE  NIC IMPEX  légère. Montage rapide.  R A S  Ne pas oublier lors de vos entrainements arva de jouer le jeu de A à Z, c’est-à-dire de monter la sonde aussi : le montage est rapide, mais uniquement quand on a bien pris le coup de main !
 SAC À DOS  Summit rocket  MOUNTAIN HARD WEAR  Léger. Compact mais volume suffisant. Ce qu’il faut d’accessoirisassions, mais reste simple.  Pour une journée couenne de ce genre, aucun intérêt : autant prendre un sac plus costaud et volumineux, plutôt que de prendre le risque d’user un sac certainement un peu fragile.  Un sac à dos que j’utilise en cascade et alpinisme technique : un très bon produit, qui répond très bien aux exigences de ces pratiques : compact, simple et léger, il se fait oublier et ne gêne pas l’accès au portes matériels. Sauf : les 2 petits élastiques qui maintiennent les piolets se décrochent très facilement, cela m’étonnerait que je ne les perde pas un jour !Mais il aurait été tellement plus simple et fiable de faire avec un scratch. LA deuxième critique : à voir la durabilité des tissus, me semble assez fragile pour ce genre d’activités…
 PANTALON ALPINISME/SKI  Backcoutry guide pant (2010)  PATAGONIA  Confort ! Coupe parfaite (pour homme fin)  Un très bon pantalon, vraiment confortable. Mais des trous apparaissent deci delà, particulièrement une grande encoche aux fesses. Autant les genoux ont des renforts adaptés, autant l’assise n’est pas assez solide pour ce genre d’activités… Mais c’est effectivement un pantalon qui n’a pas été prévu pour cette activité, bien plus orienté ski.  En effet, je prends le même. Un confort au top et enfin une coupe qui convient au taille de grimpeur !
 SOUS VÊTEMENT CHAUD  PATAGONIA  Apport de chaleur. Très confortable.  Très bien adapté  Un moyen simple d’avoir une protection thermique au top sans avoir besoin de grimper en doudoune : de bon sous vêtement ! Ainsi, vraiment très convaincant dans ce type de sport où l’on est inactif pour la moitié du temps, et dans des conditions de froid généralement important. Donc top.
 T-SHIRT TECHNIQUE  BANDAVEJ  C’est un produit qui m’a été prêté.  Bien adapté car confortable, néanmoins sa coupe ne permet pas d’assurer pas une protection optimale.  Le tissu est tout a fait agréable au toucher, les manches recouvre bien les poignets et le cou. Par contre la coupe est un peu surprenante : les avants bras sont un peu trop resserré (j’ai pourtant des avants bras assez fins) et la taille un peu trop large. La coupe des sous-vêtements est essentiels, et doivent être vraiment prêt du corps, sans gêner le mouvement, sur l’ensemble de la partie protéger. Bien que imparfaite car ayant tendance à remonter, la coupe très près du corps des sous vetements X bionic apportait une solution intéressante pour ce genre d’activité. Ainsi le corps est vraiment enveloppe par le tissu, et la protection n’en est que meilleur.
 MICRO POLAIRE  R1  PATAGONIA  – apport de chaleur correct. – très confortable (membrane souple, intérieur doux). – assez bien taillée, bien que le diamètre des manches soit un peu trop important, je flotte un peu (pour moi, mais je suis fin …)  Assez bien adapté car confortable, c’est un produit très polyvalent, mais qui n’assure peut être pas la meilleur protection thermique pour ce type d’activité.  Ainsi je le garde, sans aucun doute. En France, je l’utilise à toutes les sauces : salles, couenne grande voie, ski… Il a sa place partout. J’ai payé un peu cher mais je ne regrette pas.
 DOUDOUNE  Down sweater sans manches  PATAGONIA  – bon apport de chaleur pour un poids et volume très correct – pas de gêne en actif, elle se fait complétement oublier.  Très bien adapté  En conclusion je la garde : j’ai fait ici un très bon achat, extrêmement polyvalent, je l’utilise à toutes les sauces : ski, alpinisme, escalade et tout simplement chez moi. Top.
 VESTE  Softshell en néoshell  WESTCOMB  Une veste qui m’a été prêté, je n’avais donc pas d’argument autre que la curiosité justifiant l’utilisation de cette veste.  Très bien adapté, un très bon compromis entre protection et confort pour la grimpe.  Veste tout à fait intéressante, offrant une vrai protection. Le tissu vieillit t-il bien ? En terme de protection : très bien, j’ai grimpé avec dans de la glace saupoudré de neige, sur de la glace assez humide, et je ne me sentais pas humide. En terme de confort d’utilisation : pas de gêne dans le mouvement. Ce qui m’a semblé particulièrement important en termes de protection et confort est la coupe du produit : une bonne veste d’hiver est une veste « longue » ! Et c’est d’autant plus important lorsque l’on met le baudrier sur la veste, et que l’on ne veut pas que celle ci en sorte et recouvre tout le matériel du porte matos (ca m’est déjà arrivé avec une autre veste, et cela m’a franchement aidé à faire tomber une broche). Faites y attention !
 CHAUSSETTES  PATAGONIA  Bonne protection. Ne bouge pas durant l’effort : pas de frottements.  Très bien adaptées  J’ai eu de mal à trouver une paire de chaussettes bien ajusté à mon pied fin : j’ai pris 2 tailles en dessous de ma pointure et le problème était réglé ! Prendre le temps de bien choisir (bien ajusté au pied et assez épaisse). C’est un élément fondamental en randonnée (à ski comme à pied)
 BONNET  High Point  THE NORTH FACE  Protection au top. Confort.  Bien adapté  Ainsi, je prends le même! Un bon bonnet, c’est un bonnet qui protège TOUTE la tête, les oreilles y compris. C’est le seul bonnet qui est répondu à mes attentes jusqu’à maintenant, à savoir une protection efficace. Une référence à mes yeux.
 LUNETTES DE SOLEIL  Spectron  JULBO  Bon maintient au visage (fin). Protection 4.  Peu servies ici  Ce serait à refaire, je me renseignerais sur les lunettes en verre polarisant : la protection 4 est évidemment une garantie lorsque l’on évolue sur la neige toute la journée. Mais dans des situations plus luminosités plus intermédiaires, c’est un peu trop sombre.
 GANTS DE CASCADE  Arc  BLACK DIAMOND  Le meilleur compromis entre protection thermique et dextérité  Difficile de trouver le gant idéal en cascade : mais après avoir eu de trop nombreuses onglées, je voulais un gant avec une bonne protection. C’est le cas ici, et la dextérité est correct.  En conclusion je reprends les mêmes.
 GANTS DE SKI  Kingstong  REUSCH  Chaleur. Confort.  Tout à fait adapés  Je prends les même : des bons gros gants de ski, idéal pour être au chaud au relais, tout en arrivant à manipuler le matériel.
 COUVERTURE DE SURVIE  R A S  Rien A Signaler  R.A.S
 CARTE IGN/BOUSSOLE Rien A Signaler  R.A.S. Rien A Signaler
0 commentaire
0

Vous pourriez aussi aimer