Escalade à Guillestre sur les Couenne des Hautes-Alpes

par Expérience Outdoor

Florian DESJOUIS nous partage son séjour escalade à Guillestre sur les falaises des Hautes Alpes.

Informations pratiques sur les couennes d’escalade à Guillestre

Lieu :

France, Provence alpes côtes d’azur, Hautes Alpes, Guillestre, 05600

Depuis Montpellier :

Montpellier => Guillestre : 352 km, 4h, 22 euros de péage.

Participants :

Pas mal de monde, puisque nous y allons régulièrement depuis quelques années.

Sur le pilier aerien du Berger de ghisoni 7a

Où dormir escalade à Guillestre :

Quelques spots pour des bivouacs sauvages très sympa si vous êtes équipés ; à vous de trouver (ce ne sera pas trop dur !)

Les campings dans Guillestre et ses environs :

Camping guillestre
– Le Saint James
Camping Caravaneige

Où se restaurer/où se réapprovisionner :

Supermarché, station-service, bonne boulangerie, boucherie, bar, restaurant, garagiste, librairie, etc… tout y est, et certainement plus encore !

Office du tourisme :

Guillestre et ses environs :
Pays du Guillestrois
Guillestre office

Sites d’escalade proches :

Ça ne manque pas ! Je vous laisse aller jeter un coup d’œil aux autres CR concernant la couenne dans les Hautes Alpes, compte rendu loin d’être exhaustif.

Quoi d’autres à Guillestre

Bibliographie :

« Escalade en Briançonnais, Haut val Durance, Queyras », par Yann, Martine et Jean Jacques Rolland. Le topo de référence pour la falaise et les grandes voies équipées dans ce coin-là.

Lien internet :

Quelques blogs avec des photos de Rues des masques pour illustrer le propos :
Beaucoup de photos !
Quelques photos de Montdauphin

Séjour Escalade à Guillestre

Les Ecrins : quel mot aurait pu mieux illustrer les ressources dont recèlent ce massif. Car ce sont bien les Ecrins et non l’écrin : le pluriel est de mise tant la variété des activités qui vous sont offertes ainsi que leur qualité est immense.

Falaises, grandes voies équipées, alpinisme, ski, cascade, vtt, rando, etc… Rien ne manque, rien à jeter.

A peine à la mi-juillet, mais nous sommes déjà lassés de cette chaleur qui accable. Nous essayons tant bien que mal de se convaincre que ça passera, que l’on ira grimper, que l’ombre et un petit courant d’air salvateur nous épargnerons la canicule, un peu. Chaque été la même rengaine, nous cherchons tant bien que mal la fraîcheur dans le midi, à Montpellier, en vain. Mais nous savons où se trouve notre salut… comme en hiver… définitivement, nous y avons certainement planté quelques racines dans ces hautes alpes, dans ces vallées radieuses qui s’étalent de Guillestre au col du Lautaret.

C’est donc un écrin de fraîcheur que nous venons chercher en premier lieu : il y fait bon, simplement agréable. Une météo qui ne vous fera certainement pas faux bond, les 300 jours de beaux annoncés à Briançon ne doivent pas être loin de la réalité.

Voilà quelques années que nous y retournons chaque année, au moins pour un we, si possible plus : mais le pèlerinage annuel n’est pas prêt de disparaître. Pourtant, aucune lassitude ne pointe : nous découvrons, encore ; nous retournons sur certains sites aussi, avec plaisir. Autant de falaises, de type de cailloux différents, une variété qui surprend : granit, conglomérat, quartzite, calcaire, tout y est.

Falaise d’escalade de Mont dauphin :

Caillou : Conglomérat
Profil : dalle, vertical, dévers
Nombre de voies : une centaine
Niveau : du 3 au 7c+
Orientation : est, ouest, nord-ouest, en fonction des secteurs…
Accès à pied : 10 min max
Accès routier : 5 min de Guillestre, sous le fort.

On y retourne avec plaisir dans ce grand classique de la vallée, malgré la concurrence que lui fait le secteur de rues des masques, la voisine d’en face. Pied de falaise très confortable, voies généralement assez longues, une escalade agréable où l’on alterne entre trous et galets. Les pins au pied des voies rend l’atmosphère agréable, quelques marmottes bien gourmandes, voire audacieuses, viendront certainement réclamer (ou s’approprier) un peu de nourriture. Grimpeur de 8, passés votre chemin, par contre quelques secteurs tout à fait intéressant pour l’initiation (4 et 5) et grimpeurs de 6.

Voies d’escalade réalisées à Mont Dauphin :

– Secteur 3 « solo boys » :
  • « Pochette surprise », 6c+, voie n°6 : petite dalle un peu technique, puis bombé teigneux, et enfin mur raide conti.
  • « Patchwork », 6c+, voie n°7 : le même style que la précédente ! Bombé un peu plus dur
On se surprend à avoir les coudes un peu levés dans le crux de « pochette surprise », où les bonnes réglettes se font discrètes durant une session escalade à Guillestre
On se surprend à avoir les coudes un peu levés dans le crux de « pochette surprise », où les bonnes réglettes se font discrètes
– Secteur 4 «  Total Khéops » :

Du 4c au 6a +, ce sont des voies courtes d’intérêt secondaire, moins dur que le secteur qui suit.

Sur le pilier aerien du Berger de ghisoni 7a durant une session escalade à Guillestre
Sur le pilier aerien du Berger de ghisoni 7a
– Secteur 5 « 1er de corvée » :

Secteur ultra classique pour les grimpeurs de 6.

  • « 1er de corvée », 6a, voie n°1 : voie de résistance, intéressante
  • « Les chauves sourient », voie n°4 : très jolie 6a, physique pour la cotation. Un beau mur de continuité, bien vertical.
  • « Rifougnette » 6b, voie n°7 : un départ un peu tonique, puis continuité.
  • « La taille du bambou », 5c, voie n°9 : petite voie courte d’intérêt secondaire.
  • « Flatulence indécente », 6c+, voie n°11 : très jolie voie où cela monte en puissance, un bel effort de résistance.
  • « Coït infernal », 7b, voie n°13 : Dur ! J’y suis allé 2 fois, je me suis fait secouer. Vraiment pas facile pour la cotation.
  • « Un baiser sous les astres », 7a, voie n°14 : très jolie voie de continuité, très agréable à grimper.
  • « Le berger de ghisoni », 7a, voie n°16 : une première section intense qui sera suivie d’un bon repos. Un pas pour en sortir puis continuité.
Sur le pilier aerien du Berger de ghisoni 7a lors d'une session escalade à Guillestre
Sur le pilier aerien du Berger de ghisoni 7a
– Secteur 6, « Flavie » :
  • « Solo girl », 7b, voie n°1 : très jolie voie, un départ athlétique dans le bombé puis un effort de résistance jusqu’au relais.
  • « La noiraude », 7a, voie n°2 : un effort plus décousu que la précédente, assez intense sur certaines sections.
  • « Short story », 6b+, voie n°3 : pas facile pour la cotation, départ teigneux.
  • « L’exode du pendu », 6c, voie n°4 : très jolie voie, pas dur, tout en conti.
  • « Flavie », 6b voie n°5 : jolie voie plus technique que la précédente, pas beaucoup plus facile d’ailleurs.
  • « Voyage d’automne », 6b, voie n°6 : un départ bloc puis une longue dalle technique, sympa.
– Secteur 7, « El pouding » :
  • «  Le cri du papillon », 7a+, voie n°4 : voie résistante, avec un pas sous le relais. Le caillou commence à être très sale (magnésie), un peu patiné aussi.
  • « Bossa nova », 7b, voie n°5 : idem précédente.
– Secteur 10 « Cosmos » :
  • « Cosmos factory », 6a, voie n° 10 : une belle envolée pour ce 6a continu, sans mauvaises surprises.
  • « Yes futur », 6b, voie n°13 : jolie petite voie, pas trop dure, bonnes prises dans la partie raide.
  • « Golgot », 6c+, voie n°5 : une longue envolée, tout ce qu’il a de plus continuité, avec un petit crux au milieu. Attention au caillou !! Tenez-vous en aux prises poffées.
  • « Margaleff », 7b, voie n°12 : Jolie voie pas trop dure, effort concentré sur la deuxième moitié de la voie.
  • « Donjon », 7a+, voie n°11 : Idem précédente.
– Secteur II, Raph :

6b sans nom, voie n°1 : superbe envolée de continuité.

  • « La grandelle », 6c, voie n°2 : Idem précédente.
  • « Bijoux en décomposition », 7b, voie n° 5 : très jolie voie, effort très continu, vraiment sympa. Le reste du grand mur doit être comme ça.

Falaise d’escalade de Rue des masques :

Caillou : Conglomérat
Profil : dalle, vertical, dévers
Nombre de voies : une centaine
Niveau : du 5b au 8b
Orientation : nord
Accès pédestre : de 5 à 10 min
Accès routier : 5 min du centre de Guillestre

Une autre base du pays guillestrois : c’est toujours du conglomérat, le même qu’en face à Mont Dauphin mais le niveau est globalement plus élevé : pas d’initiation ici, il faut être à l’aise dans le 6 pour réellement profiter des lieux. De belles envolées, secteur idéal pour l’été, tout particulièrement le secteur du canyon où vous mettrez sans problème la petite polaire entre les essais malgré la chaleur sur le plateau sommital.

Grimpe entre les pins et les galets, un petit goût de mer à la montagne lors d'une session escalade à Guillestre
Grimpe entre les pins et les galets, un petit goût de mer à la montagne

Voies d’escalade réalisées à Rue des masques :

– Secteur canyon :
  • « Snatch », 6a, voie n°1 : voie avec un pas de bloc morpho, à déconseiller.
  • « Mes anges et mes démons », 6a+, voie n°3 : très jolie voie, originale pour le secteur car on suit en partie une fissure. Pas trop difficile.
  • « La malédiction du voyageur », 6c+, voie n°4 : Belle envolée, où les difficultés sont concentrées sur quelques mouvements. Pas trop dure non plus pour la cotation.
  • « Fight club », 7b+, voie n°7 : très jolie voie, effort de résistance à partir du dévers après un début pas trop dur.
  • « La teigne », 7b, voie n° 9 : tout est dit, ça secoue un peu ! Difficultés concentrées sur quelques mouvements.
  • « Le chibre », 7b, voie n°15 : très jolie voie de continuité, à faire.
  • « Les dingues et les paumés », 7a, voie n°18 : voie de continuité après un petit toit physique.
  • « Zamal à la tête », 6c, voie n°21 : très jolie voie mais pas évidente ! Succession de léger bombé qui ne facilite pas la lecture. Cotation pas évidente par rapport au reste du secteur.
  • « Indian trip », 6b+, voie n°22 : idem précédente
– Secteur La truite :
  • « Les naufragés de sikati », 7c+, voie n°5 : un toit au départ demandant un bon niveau de force, un réta teigneux, puis grosse rési dans du vertical léger dévers sur prises moyennes. Pas facile.
– Secteur Petite lune :
  • « Petite lune », 6c+, voie n°15 : Superbe voie de continuité, assez technique. Très sympa.
  • « Gugus tube de l’année », 7b, voie n°20 : Jolie voie de résistance.
– Secteur le vent des croix :
  • « Le vent des croix », 7b+, voie n°8 : très belle voie de résistance, technique.

Conclusion de notre séjour escalade à Guillestre :

Rues des masques et Montdauphin : 2 valeurs sûres qui vous garantissent une escalade de qualité sur un caillou original, très peu retrouvé en France. Et tout ça dans un cadre très agréable, facile d’accès, dans des secteurs ombragés qui vous feront vite oublier les canicules du midi et d’ailleurs.

Matériel utilisé pour notre séjour escalade à Guillestre

Équipement d’escalade utilisé pour notre séjour escalade à Guillestre

CATEGORIEMODELEMARQUEPOURQUOI AVOIR FAIT CE CHOIX AU DEPARTCE CHOIX A-T-IL REPONDU AUX BESOINS DE LA SORTIESI C’ÉTAIT A REFAIRE
CHAUSSONS D’ESCALADEAPACHEANDREA BOLDRINI– Super précis, confortable Nickel Des chaussons que j’ai pris taillés assez petits pour la couenne et je me régale : un confort tout à fait honnête pour une précision vraiment très appréciable. Je pensais ne pas quitter mes katana LA SPORTIVA, je nuance, à chaque chausson son domaine. Les katanas conservent tout de même la palme de la polyvalence !
BASKETARPENAZDECATHLON – bon marché, robuste Très bien Un rapport qualité prix qui semble excellent, il faudra voir concernant sa durée de vie…
SHORT DÉCATHLON  RAS 
T-SHIRTLAINE MÉRINOS 260ICEBREAKER Très bon apport de chaleur, léger, confortable, bien taillé pour les hommes fins : on l’oublie complètement, même en grimpant, 1 détail : l’encoche pour placer le pouce dans la manche => mine de rien, quand il fait frais, ça couvre un peu plus de surface et ferme franchement les écoutilles : efficace, Tout à fait adapté Je le garde, sans aucun doute. En France, je l’utilise à toutes les sauces : salles, couenne grande voie, ski… Il a sa place partout. J’ai payé un peu cher mais je ne regrette pas. Le prix reste excessif tout de même…
MICRO POLAIRER1PATAGONIA – apport de chaleur correct, très confortable (membrane souple, intérieur doux), assez bien taillée, bien que le diamètre des manches soit un peu trop important, je flotte un peu (pour moi, mais je suis fin …) Tout à fait Je la garde, sans aucun doute. En France, je l’utilise à toutes les sauces : salle, couenne grande voie, ski… Il a sa place partout. J’ai payé un peu cher mais je ne regrette pas.

Accessoire d’escalade utilisé pour notre séjour escalade à Guillestre

CATEGORIEMODELEMARQUEPOURQUOI AVOIR FAIT CE CHOIX AU DEPARTCE CHOIX A-T-IL REPONDU AUX BESOINS DE LA SORTIESI C’ÉTAIT A REFAIRE
SAC À MAGNÉSIE LE YÉTI  RAS J’achèterai le cocoon clic clac de chez BEAL : il a une fermeture plus simple et hermétique que le serrage avec cordon.
LUNETTES DE SOLEILPANORAMIQUELOUBSOL – bon rapport qualité prix, bonne protection pour les visages fins RAS Des lunettes bon marché, qui sont adapté à un grand nombre de situation avec un maintien au visage très correct pour les visages fins, indispensable en escalade. Un bémol, elles sont un peu fragiles : l’encoche qui permet de lier les branches au reste de la lunette casse assez facilement.
DÉGAINESANGESPETZL Le poids ! Plus ou moins : le mousquetonage n’est pas si évident sur ces petits mousquetons. De plus lorsque l’on arrive au taquet et que l’on veut s’agripper à la dégaine, la sangle est vraiment très étroite ! C’est un modèle plus adapté à la grande voie et la montagne qu’à la couenne.  Si c’était à refaire, je me renseignerai sur les dégaines CAMP, la nano 23 express : plus légère encore (52 grammes), à voir si le clippage est plus aisé. Autrement je reprends les anges mais la version avec le mousqueton de clippage plus grand, et en grande taille majoritairement. Dans tous les cas, je m’orienterai vers ce type de dégaines light, le gain de poids est considérable : particulièrement intéressant en montagne et grandes voies, ainsi que pour les à vue en couenne.

Matériel d’escalade utilisé pour notre séjour escalade à Guillestre

CATEGORIEMODELEMARQUEPOURQUOI AVOIR FAIT CE CHOIX AU DEPARTCE CHOIX A-T-IL REPONDU AUX BESOINS DE LA SORTIESI C’ÉTAIT A REFAIRE
BAUDRIER ESCALADESAMAPETZL– Confort, bon marché Tout à fait adapté Baudrier qui répond à mes attentes : plutôt léger, confortable (en couenne comme en grande voie), et j’arrive à l’enfiler avec mon pantalon d’alpinisme malgré les jambières non réglables. Mais hélas il s’use à vitesse grand v, bien plus vite que mon ancien baudrier (un petzl aussi)…
SYSÈME D’ASSURAGEGRGRIPETZL– Facile d’utilisation, Permet de donner le mou rapidement, par rapport à d’autre système d’assurage IdéalUne référence mais quelques bémols : les diamètres de cordes trop fins ne sont pas conseillés, poids, volume, tous les défauts évoqués ici sont résolus dans le grigri II. Donc ce serait à refaire, je prendrai ce dernier
LUNETTES D’ASSURAGECUPOWER N PLAY– Tellement plus confortable en falaise, Je suis beaucoup plus attentif à mon grimpeur : je le suis du regard en permanence Vraiment confortable Très utile en en extérieur dans des voies un peu longue, dans des essais qui s’éternisent, dans des voies au dévers prononcé… Peu d’intérêt en salle où les voies sont courtes, et les essais aussi. Dans tout les cas, je ne regrette pas mon achat.
SAC À CORDEROPE BAGSALEWA  – Assez compact, Grande surface au sol quand il est déplié Bien Un bon sac à corde, pratique. Bien confortable d’avoir une grande surface au sol quand il est déplié, pour que la corde ne traine pas dans la poussière, et nos shorts, pantalons et chaussons non plus.

Équipement d’escalade utilisé pour notre séjour escalade à Guillestre

CATEGORIEMODELEMARQUEPOURQUOI AVOIR FAIT CE CHOIX AU DEPARTCE CHOIX A-T-IL REPONDU AUX BESOINS DE LA SORTIESI C’ÉTAIT A REFAIRE
CORDECRISTALMILLET Bonne durée de vie, agréable à manipuler Tout à fait adapté Je garde celle-ci : je ne céderai pas à la mode des cordes fines car bien qu’extrêmement agréable à manipuler (fluide, légère) leur durée de vie est quand même assez réduite.
SAC À DOSPEUTEREYMILLET– confortable, bon serrage ventrale, poche à crampons extérieurs (très bien pour mettre le thermos aussi), simple et sans fioritures, solide Tout à fait adapté Un sac à dos tout terrain qui répond à beaucoup de mes attentes : ski de randonnée, randonnée à pied, couenne. Un volume et une organisation qui le rend polyvalent. Petit bémol concernant les tiges rigidifiant le dos qui ont la fâcheuse tendance à sortir de leur emplacement : un peu pénible.