Découverte des sites Escalade en Catalogne – Nord Est de l’Espagne

par Expérience Outdoor
Escalade en Catalogne à Os de Balaguer

Florian DESJOUIS nous emmène découvrir les sites d’Escalade en Catalogne.

Informations pour préparer un séjour Escalade en Catalogne

Date :

du 28 avril au 11 mai

Lieu :

Espagne, catalogne, Lleida, 25001
Depuis Montpellier :
Montpellier => Lleida : 4h47, 483 km, 30 euros de péage
Montpellier => Balaguer : 5h, 500 km, 30 euros de péage

Participants :

Gwendoline ATTIA  et Florian DESJOUIS

Où dormir après la pratique de l’Escalade en Catalogne :

Nous avons systématiquement dormi en bivouac (dans la voiture). Les sites où nous sommes allés s’y prêtent tous : soit sur le parking, soit en cherchant un peu. Petite nuance pour Cavallers tout de même : vous pouvez bivouaquer partout tant que vous dormez dans votre voiture, par contre pas le droit de planter de tente.
Les autochtones sont généralement aimable, peu méfiant face à votre présence : et cela est dut au fait que la majorité de ces sites ne sont pas très fréquentés à l’inverse de spot plus connus type Margalef, Siurana etc ; les locaux ne sont donc pas saturés du souillage lié à de trop nombreux bivouacs, à vous de faire durer cette bonne entente, discrétion, amabilité (un petit salut de la main ne coûte rien), et propreté sont les clés !

Où se restaurer/où se réapprovisionner lors de votre séjour Escalade en Catalogne :

Barcelone : évidemment tout ce qu’il faut, il faut juste avoir envie de se lancer dans ce grand labyrinthe…
Lleida : la « grande » ville la plus proche des secteurs de grimpe. Grande mais raisonnablement, la circulation y est aisée et on y trouve tout ce dont on a besoin (supermarchés, essence, matos grimpe etc…)
Balaguer : petite ville à une vingtaine de km au nord de Lleida, a été notre point de chute pour la nourriture et l’essence durant une partie du séjour. Quelques cybercafés si besoin. Centre assez agréable : petite rambla où il fait bon se poser en terrasse, il est aussi très agréable de se poser aux abords de la rivière qui traverse la cité.
Os de balaguer : petit village à proximité de la très jolie petite falaise éponyme. Vous y trouverez une épicerie assez bien achalandée dans le cœur du village. Pour les gourmands, aller visiter la petite boutique « Moli del Pau » à l’entrée du village en venant de Balaguer, des produits pas mal (huile d’olive, miel, confiture, charcuterie etc…) à des prix raisonnables.
Tartareu : Rien ici hormis une fontaine municipale qui vous sera certainement très utile.
Tremp : tout ce qu’il faut aussi pour cette petite ville bien agréable : de belles terrasses au centre pour buller. Quelques cybercafés.
Pont de Suert : Supermarchés, essence, matos grimpe etc… Tout y est.

Office du tourisme :

– Lleida et sa région, avec une version française
– Balaguer
Tremp
Pont de suert

Caractéristique de la falaise :

Vous avez signé ici pour du calcaire (hormis cavallers => granit, montserrat => conglomérat). Du beau calcaire, jamais patiné, quasi exclusivement excellent, vous ne serez pas déçu.
L’équipement est toujours excellent, pas de mauvaises surprises, si ce n’est une ou 2 voies à Cavallers.
Les voies sont généralement assez longues (30 m en moyenne), quasiment tous les styles sont retrouvés : dans les falaises où nous avons grimpé, peu ou pas de gros dévers, plutôt des profils allant de la dalle au léger dévers.
La majorité des sites que nous avons fréquenté ne sont pas des sites d’initiation sans pour autant être des sites élitistes : il faut généralement pouvoir se chauffer dans le 6a/6a+ au plus facile. Les niveaux s’étalent généralement du 6a au 8a. Les voies sont aussi assez également réparties dans le 6 et le 7.
Et si vous êtes partisan du moindre effort, sachez que les approches oscillent entre 5 min et 15 min (en trainant la patte), pour les sites que nous avons fréquenté.

Saison :

Tout est précisé dans le topo, site par site. Nous concernant, les conditions étaient très agréable, à peine un peu chaud certains jours. Je vous conseille vraiment de partir au printemps, la nature y est superbe : champs verdoyants, coquelicots rutilants etc… Très agréable. Tout ça doit être un peu brulé à l’automne. L’escalade se fait semble-t-il en toute saison sur quasiment tous les sites selon le topo, l’été me semble tout de même un peu délicat. Les intersaisons donnent accès à quasiment tous les secteurs.

Bibliographie :

Nous avons utilisé le topo suivant : « Catalunya : lleida climbs » de Pete O’Donovan et Dani Andrada (anglais, espagnol et catalan), 32 euros. Ce topo a un immense avantage par rapport à beaucoup d’autre, c’est ce que c’est un topo photo ! La quasi-totalité des voies sur les sites visités n’avaient pas de nom écrit au pied… Je vous déconseille franchement les topos « schémas/croquis » pour en avoir feuilleté durant le séjour, tout y est beaucoup moins clair.
Le topo a répondu à toutes nos attentes : accès tout à fait lisibles et compréhensibles, tracés des voies justes, pas mal de photos, cotations cohérentes etc… un topo avec toutes les infos nécessaires pour sillonner la région de lleida sans soucis. Sur certains sites (os de balaguer, tartareu), les auteurs ont fait le choix de ne pas mettre toutes les voies de certains secteurs : une pré sélection qui a tout son sens compte tenu de la taille des secteurs rencontrés ! Dans tous les cas, 80/90% des voies seront retrouvées au minimum, et dans le cas de Tartareu, les cotations des voies sont indiquées aux pied des voies.

Les sites topographiés :

Camarasa, St llorenç de Montgai, Cubells, Alos de Balaguer, La pauta, Santa Anna, Os de Balaguer, Tartareu, Santa linya, Ager, Terradets (uniquement les itinéraires équipés), Vilanova de Meià (uniquement les itinéraires équipés), Abella de la conca, Collegats, Oliana, Coll de Nargo, Perles, Tres Ponts, Cavallers, La cova de juncosa, El cogul (bloc).
Les sites en gras sont ceux où nous avons grimpé.
Nous avons aussi grimpé une journée à Mont serrat. Le topo utilisé est « Montserrat cara sur » de Luis Alfonso et Xavier Buxo. Ce n’est pas l’idéal mais le meilleur des topos concernant Montserrat : pour avoir essayé les autres, ils sont généralement inutilisable (genre caroux). Ce n’est pas l’idéal car il n’est pas entièrement composé de photos (alternances de vues de secteurs en photos et de zoom sur des schémas, assez bien fait tout de même). Pour les grandes voies, c’est généralement clair, mais pour les couennes se trouvant sur de grands murs où aucun relief particulier ne vient vous donner de repères, couplé aux nouvelles voies qui parasitent le décompte… c’est un peu galère, sauf si des locaux vous aident.

Trajet et Coût du voyage :

Montpellier => Montserrat => Tartareu => Os de balaguer => La pauta => Alos de balaguer => Os de balaguer => Cavallers => Montpellier (tunnel de vielha, puis en passant au sud de Toulouse, en reprenant autoroute à Villefranche de Lauragais).
Une boucle cohérente qui permet de réduire les trajets au minimum. Nous avons fait 1500 km pour un coût total de 166 euros (120 euros d’essence et 46 euros de péage).
Nous avons dormi exclusivement dans notre voiture et la nourriture est a peu près au tarif français.
Un voyage très bon marché en somme !

Lien internet :

Grande voie à Cavallers 
– Vue d’ensembles des sites de grimpe en Espagne

Visite des sites d’Escalade en Catalogne

Site d’escalade de Montserrat

Localisation

à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Barcelone
Quel type d’escalade : de tout ! De la couenne à la grande voie, équipé ou non, des voies d’artifs. Le massif de Montserrat est immense (2 topos de 300 pages, Montserrat sud et Montserrat nord)

Caillou de Montserrat

Conglomérat

Niveau

Concernant les couennes, les niveaux les plus représentés sont le 6 et le 7. Pour autant, les V+ et les 8 ne manquent pas : le très grand choix de secteurs permet de trouver son bonheur. Concernant les grandes voies, la majorité se trouve dans un niveau allant du V+ au 6c : quelque beaux défis d’escalade libre sont là tout de même, notamment à la grande paroi et au Caval bernatt (les 2 se trouve à Montserrat nord) => superbe ambiance dans ces 2 parois.
Approche : de 10 min à 1h30…

Voies faites

nous n’avons fait qu’un jour de couenne au secteur « El Vermell del Xincarro », secteur D (p 46 du topo « Montserrat cara sur ») :
– « tal i kual, Paskual », V+, voie n° 7 : des trous francs (profitez-en, c’est rare), un peu patiné, mais cela ne gêne pas l’escalade
– « guti gutae gutum », 6a, voie n°10 : la même, un peu plus dur !
– Voie n°16, 6a : super fissure/dièdre dans une dalle assez facile mais vraiment sympa à grimper.
– « D’oca a oca », 6c, voie n°2 : jolie voie, pur style Montserrat c’est-à-dire à la lecture délicate (immense choix de galets, à vous de trouver le bon !)
– « Sarrampio », 7a+, voie n°1 : une voie exigeante (technique, rési et à lecture), intéressante.
– « Ultravox », 7b+, voie n°4 (le relais intermédiaire indiqué sur le topo n’existe pas, est la voie fait plutôt 35/37 m que 30 m) : superbe voie, assez déstabilisante. Un départ teigneux puis s’ensuit une grande envolée technique et conti, où l’on se sent un peu seul dans cette océan de galets. Equipé assez large.
– « Sessio digital », 7b+, voie n°12 : tout autre style ici, amateur de pan à 45°, cette voie est pour toi ! C’est dévers, c’est péchon, c’est sympa, un peu l’opposé de la voie précédente en terme de style.

Du gros dévers aux prises surnaturels, de quoi reposer les mollets, mais certainement pas les bras. - 2012 - CP. Florian DESJOUIS
Du gros dévers aux prises surnaturels 2012 – CP. Florian DESJOUIS -escalade en Catalogne
 Bienvenues dans le massif hors normes de Montserrat durant le trip escalade en Catalogne
Entre champs d’olivier et parois aux formes ahurissantes – 2012 – CP. Florian DESJOUIS – session escalade en Catalogne

Samedi

Nous ne sommes pas pressés en ce samedi, pas de train à prendre, pas d’avion, aucune contrainte horaire. Et heureusement, car le chargement est long : vivre en (quasi)autonomie durant 15 jours dans notre kangoo nécessite du matériel, et des ajustements : nous pensions partir en fin de matinée, ce sera le début d’après-midi.
C’est à petit train que nous atteignons à Barcelone : le ciel est bas, quelques gouttes éclatent sur le par brise sale de la voiture. Mais peu importe, nous partons 2 semaines, nous aurons le temps de nous rattraper si le temps n’est pas de la partie dès les premières instants passés sur le territoire espagnole.
Nous atteignons ensuite rapidement El bruc qui signera la fin du trajet : une dizaine de minute plus tard, nous sommes garés le long d’une piste, face aux oliviers, protégés de la pluie par de grands conifères ; nos cuisinerons et mangerons à l’intérieur de la voiture, un peu tassés ; le voyage se lance, Montpellier est déjà loin.

Notre réveil

Le soleil sera notre réveil ce matin : les rayons transpercent les vitres pour venir chauffer nos visages, il est déjà tard. Le grand bleu nous accueille pour le petit déjeuner, un grand bleu qui nous sera fidèle durant la très grande majeure partie du séjour. On laisse couler le temps, s’imprégner de la chaleur, déguster ce café, et même s’en faire un second, laissé aller la conversation où bon lui semble, ignorer l’heure, n’écouter que l’envie.
Le sentier n’est plus très loin, nous ne prendrons pas la voiture ce matin : la moiteur des sentiers se voit chahuté par une légère brise. Nous anticipons le parcours de notre astre lumineux, nous commencerons à l’ombre.
Pas de noms aux pieds des voies, les quelques locaux présents seront sollicités, le grand jeu de piste qu’est l’escalade à Montserrat commence ici : trouver la bonne voie ou la bonne prise…
Les voies sont belles, moins monotones que l’on pourrait imaginer. Pour autant l’escalade est exigeante, la lecture délicate : peu de traces de magnésie, des océans de galets de toutes tailles. Peu d’indices et autant de possibilités, autant de bonnes raisons pour justifier le manque de croix de ce premier jour !

Gwendoline au pied de la longue et superbe . - 2012 - CP. Florian DESJOUIS - escalade en Catalogne
Envolée d’Ultravox, 7b+ – escalade en Catalogne

Site d’escalade de Tartareu

Localisation

Se situe à 50 km au nord de lleida, 20 km de balaguer, 7 km de Os de balaguer.

Quel type d’escalade

Couenne, 20/25 m environ, dalle, vertical, légers dévers (un peu de gros dévers). Secteur intéressant mais certainement pas le plus beau caillou rencontré lors du séjour.

Caillou de Tartareu

Calcaire

Niveau

majoritairement dans le 6 et le 7, quelques voies dans le 8, et quelques V+.

Approche :

5 à 10 min.

Voies faites (P 121/122 du topo) :

Gwen savoure sa croix - escalade en Catalogne
Gwen savoure sa croix – escalade en Catalogne
Petit village de Tartareu perdu au cœur de la Catalogne, - 2012 - CP. Florian DESJOUIS - escalade en Catalogne
Quiétude assurée – escalade en Catalogne

– « Si fas fum no fas grau », 6a, voie n° 8, secteur « anima negra » : jolie dalle, technique.
– « Krabi Krabi », 6b, voie n°7, même secteur : jolie petit 6b, pas trop dur.
– « marcat per l’odi », 6b, voie n°15, même secteur : voie variée (petit bombé, fissure, dièdre), intéressante.
– « Bangla road », 6c+, voie n°14, même secteur : voie assez peu homogène, avec 2 pas bien marqués, où l’allonge sera votre allié.
– « Anima negra », 7a+, voie n°10, même secteur : entre les prises péteuses identifiées (croix de magnésie), et celles qui ne le sont pas, on ne s’en sort pas : dommage, n’y aller pas.

Et

– « el coda da vinci », 6b+, voie n°5, secteur bombo suis : belle envolée en traversée ascendante, sympa.
– « de cap al plato », 7a+, voie n°19, secteur bombo suis : Voie sympa si l’on n’est pas allergique aux (quelques) prises taillées. Vaux le coup, section final pas si évidente à vue.
– « bombo suis », 7b+, voie n°18, secteur bombo suis : Assez péchon, limite bloc, mais beau caillou. Allez-y si vous ne rechignez pas à des efforts courts.
– Nous avons fait aussi 2 voies tout à gauche du secteur, non répertoriées dans le topo : les noms et les cotations sont aux pieds des voies, pour une fois. Le 7a est plutôt jolie, effort concentrés sur la partie dévers. Le 7b+ à sa droite à beaucoup moins d’intérêts, effort très bloc, sikaté à la truelle…
La pluie a fait son œuvre la veille et l’avant-veille, ce sera bien la seul fois du séjour : la piste de glaise qui conduit au pied de la falaise nous fait patiner, la voiture peine, et nous avec.
La falaise a su résister aux assauts des rideaux de pluie et autres résurgences, le caillou est sec. L’atmosphère est un peu étouffante, l’humidité accumulée dans cette selva s’évapore le soleil venant, une moiteur tropicale nous enveloppe. Pour autant cette luxuriance se fait apprécier, une nature qui respire et nous fait respirer à plein poumon, une nature vivace, un équilibre respecté.
Le caillou n’est pas celui rêvé, mais nous sommes bien trop contents de pouvoir nous remettre en marche, simplement grimper, retrouver nos sensations anesthésiées par la journée de la veille, à regarder la pluie tomber au travers du pare-brise, bien propre à présent.

Site d’escalade de Os de Balaguer

Localisation
40 km de lleida, 12 km de Balaguer

Quel type d’escalade

Couenne, dalle, vertical et légers dévers, entre 25 et 30 m.

Caillou de Os de Balaguer

Calcaire, excellent sur la grande majorité des voies. Le départ des voies en face nord de la voie n°11 à n°16 est un peu plus péteux.

Niveau

dans le 6 et le 7 quasi exclusivement, pas de 5, un seul 8a.

Approche

10 min

Voies faites

– « Kin tostao », 6a, voie n°12 : très jolie voie, dalle à goutte d’eau.
– « L’Espero del Nico », 6b, voie n°11 : dans le même style que la précédente, des ressauts un peu plus raide, pas si évidente !
– « L’equivocacio del teixo », 6c, voie n°14 : superbe ! Très variée, dalles, fissures, et même une pincée de dévers. Caillou excellent.
– « No M’atabalis », 6b+, voie n°15 : belle envolée technique.
– « El sostre Villars », 7a, voie n°16 : excellent ! Un plafond assez facile pour commencer, un rétablissement tonique puis un mur vertical technique.
– « El 7eme art », 7b+, voie n°17 : jolie voie assez technique, avec 2 prises tartinées de sika dans le crux… Dommage !
– « Fanatic », 7a, voie n°21 : magnifique, caillou superbe, très variée : mur à réglettes, dalles à gouttes d’eau, mur à trous, puis petit dévers à prises franches. Excellent.

Et

– « Vasectomia al dia », 6c, voie n°22 : Magnifique aussi, caillou vraiment très beau. Même style que la précédente, c’est-à-dire un peu de tout, avec un peu de fissure en prime.
– « Masala », 7b, voie n°23 : Superbe caillou, toujours. Coincement de main subtil pour se lancer dans le dévers, dévers pas trop dur puis rétablissement bien tonique. S’ensuit une succession de dalle assez technique après un repos total. Très jolie, difficultés assez concentrées.
– « Quarente », 6b, voie n°27 : Belle envolée technique. Beau caillou.
– « Lidia », 6a+, voie n°1 (face nord) : départ tonique, puis dalle sans trop de surprises
– « Robocop », 6c, voie n°4 (face nord) : Belle envolée, dalle à strate pas trop difficile, puis le mur se redresse pour donner une escalade plus physique.
– « Ton say bay », 7a+, voie n°14 (face nord) : Le premier tiers se déroule dans un caillou un peu fragile, mais la suite vaut la peine. Voie relativement homogène, un pas un peu plus marqué à mi-parcours.
– « Gandalf », 7b+, voie n° 13 (face nord) : même remarque que la voie précédente concernant le caillou, mais la deuxième moitié est très jolie. Pas évidente pour la cotation.

 la gorge d'os de Balaguer, caillou superbe et cadre enchanteur. - 2012 - CP. Florian DESJOUIS - escalade en Catalogne
Coup de cœur du séjour – escalade en Catalogne
2012 - CP. Florian DESJOUIS - escalade en Catalogne
Escalade en Catalogne
La partie droite du secteur nord - 2012 - CP. Florian DESJOUIS 2012 - CP. Florian DESJOUIS - escalade en Catalogne
Voies allant du 7a au 7b+ – escalade en Catalogne

Pleine nature

Une petite piste serpente entre champs de coquelicots rutilants et grandes étendues verdoyantes et charnues. Un piste qui monte un peu et nous dépose sur une grande plate-forme qui semblait nous attendre : une vue dégagée, un œil se pose sur le village, l’autre prend la direction de la gorge où se dessine le programme des jours à venir.
Les quelques champs d’olivier qui nous entourent nous assurent l’intimité suffisante. L’endroit est idéal, quelques jours à construire notre quotidien épuré autour de plaisirs simples, un rythme à part, une petite parenthèse.
Des journées qui se ressemblent, pour autant aucune lassitude ne pointe à l’horizon : réveillés par les rayons de soleil qui transpercent les vitres, laissé s’engouffrer ce souffle frais accompagner des frémissements de cette journée naissante, les pupilles se dilatent face à l’éclats du jours, s’asperger le visage d’eau fraiche, écouter et s’impatienter du frémissement du café du matin : laisser à chaque sens le temps de s’éveiller.
Ce petit vallon est un écrin où s’épanouit une faune et une flore riche : les pépiements des oiseaux résonnent, nous bercent, les lieux nous adoptent, nous sommes à notre place mais restons discret, tout de même.
La falaise sera à nous quasiment tous les jours : nous sommes privilégiés, nous le savons, nous le savourons.
Pas de fausse notes, les voies sont belles, le caillou est excellent, tout niveau, chacun trouve son bonheur. Les journées s’achèvent le soleil déclinant, les articulations douloureuses, les muscles raidies, et la langue bien sèche : pas de soucis, le camp n’est pas loin.

Site d’escalade de La Pauta

Localisation

100 km au nord-ouest de Lleida

Quel type d’escalade

Couenne, 25 à 30 m, dalle, vertical, légers dévers.

Caillou de la Pauta

Calcaire de très bonne qualité.

Niveau

du 6a+ au 8a+, équitablement réparties dans tous les niveaux.

Approche

5 min
Voies faites
– « couch surfing », 6a+, voie 42, sector principal : jolie petite voie variée.
– « Nespresso » 6b+,voie 9, sector principal : pas si évidente.
– « Alvalle de gespatxo » 6b+, voie 14, sector principal : belle envolée, longue fissure raide bien équipée, un pas à lecture à la sortie si l’on reste bien dans l’axe. Jolie.
– « Malongo » 6c+, voie 13, sector principal : voie technique, jamais facile, avec un pas plus prononcé pour se lancer dans le vertical. Intéressante.
– « Homo sapiens » 7a, voie 28, sector principal : une première partie dalle/vertical technique sans être trop dur, puis on se lance dans une courte traversée dévers physique qui sera la section difficile de la voie, il faut ensuite tenir la distance car ce n’est pas encore le relais.
– « El secreto esta en aneto », 7a, voie 15, sector principal : jolie voie vertical de résistance, globalement assez homogène, ponctuée de quelques rappels à l’ordre tout de même. Jolie.
– « Realinea’m el Xacra », 7a+, voie 6, sector principal : voie d’intérêt plus secondaire, caillou de moins bonne qualité.
– « Temps de temps », 7a+, voie 29 : voie de résistance, la difficulté réside dans les 2 traversées successives de part et d’autres du petit toit. Intéressante.
– « divagant el sol », 7c, voie 8, sector principal : Jolie voie, une section en dalle à déchiffrer, un pas bien marqué sur le rétablissement, et une fin qui se calme, pas trop dur pour la cotation. Sympa.
– « cap cap », 7c, voie 7, sector principal : Bien jolie voie, section vertical technique puis crux à mi-parcours lorsque l’on se lance dans la dalle, bien technique et très intéressant. Traversée facile ; ce n’est pas finis, un ou 2 pas teigneux vous maintiendront éveillé le temps d’attendre le relais.

La catalogne :

Escalade en Catalogne
Escalade en Catalogne

N’y associer que cette grande cité de Barcelone serait une erreur. La catalogne, c’est avant tout de grandes étendues agricoles, du vert à perte de vue, des reliefs doux qui vous déposeront aux pieds de la chaine des Pyrénées. La catalogne, c’est aussi de nombreux petits villages paisibles, certain un peu abandonnés.

L’exemple type sera le site de la Pauta : quittant Baldomar, dernière petite ville du secteur, nous nous élançons au travers d’immenses champs aux couleurs printanières. La vue n’est barrée que par les reliefs lointains vers lesquels nous nous dirigeons. Les lignes droites se transforment en petites routes sinueuses, le plat monotone courbe un peu l’échine, nous n’avons croisé personne depuis une bonne demi-heure déjà.
Et puis nous nous élançons sur une piste, nous croisons de grandes bâtisses en pierres abandonnées, envahis par le lierre et les ronces. Douce sensation que celle de s’enfoncer, de s’éloigner, de prendre ses distances.
Nous passons à côté de la falaise, aucun grimpeur sur place. Nous continuons notre chemin, la grimpe sera pour demain. Il est temps de trouver un bivouac, toujours le fruit d’un savant mélange entre intuition et heureux hasard : pourquoi prendre cette piste plutôt qu’une autre… nous nous élançons, les grandes herbes qui recouvrent la piste nous font douter quant à l’issue…
Eet puis nous débouchons sur une petite clairière idéale pour nous poser en toute discrétion, un petit canyon où coule un petit ruisseau, nous ne demandions pas mieux.
3 journées s’écouleront dans ce petit havre de paix, juste le temps de s’approprier les lieux, de s’y sentir un peu chez soi.

Sa barre calcaire, ses collines verdoyantes... - 2012 - CP. Florian DESJOUIS - escalade en Catalogne
La pauta – escalade en Catalogne

Site d’escalade de Allos de Ballaguer

Localisation

63 km de Lleida

Quel type d’escalade

couenne, dalle/ vertical/court passage dévers pour les voies entre 6a et 7b. Dévers au-delà.

Caillou de allos de Ballaguer

calcaire, 25/35 m pour le secteur L’estret, 15/20 m pour le secteur El balco del segre.

Niveau

du V+ au 8b+, exclusivement 7 et 8 au secteur balco del segre.

Approche

10 min

Voies faites

– « Concordia » 6a, voie 3, secteur l’estret : jolie voie en dalle se déroulant sur un beau caillou.
– « Perestroika » 6b+, voie 2, secteur l’estret : très jolie voie se déroulant sur un excellent calcaire. Dalle sans soucis, mur vertical avec prises crochetantes, puis crux au rétablissement.
– « Porca miseria », 6c, voie 7, secteur l’estret : très jolie voie, nous n’avons pu continuer dans la version en 7a+, faute de dégaines, prenez en au moins 16 (le 6c est particulièrement équipé)
– « La forca del Tanga » 7a+ (6c+ pour L1 seul), secteur l’estret : belle et grande envolée, mais le caillou mériterait un peu plus de passage pour enlever ce lichen un peu pénible sur le premier tiers de la voie : dommage !! Autrement très jolie, technique pour le 6c+ (dalle/vertical), crux dans le rétablissement pour la version en 7a+.
– « Paranoia vertical » 7b (L1 seul : 7a+), voie 8 : Pièce en 2 actes, avec une première portion dalle/vertical qui monte en puissance, puis repos total sous le dévers ; s’ensuive 4/5 mouvements assez intenses pour atteindre le relais.
– « Powerpoint » 8a, voie 14 : voie ayant moins d’intérêt, sikatage grossier.

Site d’escalade de Cavallers

Localisation

142 km de lleida

Quel type d’escalade

couenne équipée, grande voie équipée/semi-équipée, dalle/vertical ++

Caillou de Cavallers

granit

Niveau

du 5 au 8a, assez également réparti du V+ au 7c.

Approche

10 à 15 min

Voies faites

– « Que bueno que viniste », 6a, voie 11, secteur pared inerte : jolie petit 6a pour se remettre dans le bain du granite.
– « Liiiha » 6c, voie 10, secteur pared inerte : La voisine de gauche, les adhérences s’affinent…
– « Salam alekum » 6c, voie 4, secteur pared inerte : voie expo au 4 ou 5 eme point je crois (chute au sol si vol)… Equipement assez surprenant. Dommage car la voie est superbe et très variée !
Renfougne, rétablissement, fissure, dalle, tout y est !

Et

– « Felicidad para el muneco », 6c+, voie 17, secteur pared inerte : Très jolie voie, plus physique que les précedentes, jamais difficile, homogène.
– « Mi muneca peferida », 7b, voie 18, secteur pared inerte : Superbe ! Voie magnifique se déroulant sur un granit évoluant du rouge au noir en passant par l’orange. Fissure technique où il faudra garder un oeil sur les prises alentours.
– « Martiriro », 8a, voie 19, secteur pared inerte : ouch, ca fait mal au doigts ! il faut y aller avec un capital peau de doigts au top pour serrer au mieux les réglettes aux gros cristaux agressifs, difficultés concentrées sur 2/3 dégaines.
Le voyage touche à sa fin, la pulpe des doigts est déjà bien crevassé, nous ne sommes pas mécontents de changer de cadre et de caillou après cette orgie de calcaire. Nous ne sommes plus en plaine, mais clairement en montagne : des neiges tardives persistent sur les hauteurs, l’air est frais, le torrent s’écoule bruyamment sur des énormes blocs de granit aux formes adoucies par le temps et l’eau.
La voiture garée sur le parking au pied de ce grand barrage, nous nous sentons un peu oppressés : ce mur de ciment certainement, mais surtout ces millions de litres d’eau qui pèsent par leur présence. Nous redescendrons un peu, près du torrent, enfouies dans cette forêt de sapin.

Gwen dans le superbe 7b - escalade en Catalogne
Superbe 7b – escalade en Catalogne
Gwen dans le 6c de « liiiha » - 2012 - CP. Florian DESJOUIS - escalade en Catalogne
Sur un superbe granit à knobs – escalade en Catalogne

Courte approche

La courte approche nous fait surplomber ce monument, le fait disparaitre : un petit sentier tapissé d’aiguilles nous dépose au pied de ce grand mur de granit. Des dizaines de knobs rompent le lissé parfait de cette paroi aux rondeurs attrayantes. L’odeur de sève, si caractéristique de ces forêts d’altitudes, nous embaume.
Les premiers pas du séjour sur cette roche se font prudemment : le but du jeu est le même, mais les cadre change. Dès la première longueur, le ton est donné : finis les réglettes agressives, les écailles tranchantes, le caillou sculpté de milles formes : appréhender les rondeurs et les cristaux, il suffit d’oser.
Nous apprécions ces nouvelles sensations, une technique à renouveler, à adapter. Les longueurs s’enchainent sans autres prétentions que de se faire plaisir, la fatigue pointe le bout de son nez, les corps sont un peu usés par le séjour.
La dernière soirée se déroule dans la joie et la bonne humeur, satisfait d’avoir pu profiter autant que possible d’une région si riche, l’esprit reposé par cette intermède

Conclusion de notre séjour Escalade en Catalogne :

De plus en plus se pose la question du ratio coût/intérêt du voyage : se déplacer coûte et coutera de plus en plus cher, il convient donc de ne pas se tromper sur l’intérêt d’une destination. Le ratio de ce voyage nous a semblé imbattable pour qui apprécie les roads trips escalade.
Des falaises variées, souvent de grandes qualités, climat propice à l’escalade, équipement homogène, cotations cohérentes, bivouac facile à trouver pour qui peut dormir dans sa voiture et un seul topo pour tout ça : à tout cela s’ajoute des distances très raisonnables à parcourir entre les différents spots, des locaux plutôt sympa et pas encore saturés de la présence (certaines fois envahissantes) des grimpeurs. Nous y retournerons certainement, pour des vacances courtes et faciles à organiser. Bref, un très bon plan.

Matériel utilisé durant notre Trip Escalade en Catalogne :

Équipement utilisé durant notre Trip Escalade en Catalogne

CATEGORIEMODELEMARQUEPOURQUOI AVOIR FAIT CE CHOIX AU DEPARTCE CHOIX A-T-IL REPONDU AUX BESOINS DE LA SORTIESI C’ÉTAIT A REFAIRE
CHAUSSONS D’ESCALADE APACHEANDREA BOLDRINI – Super précis – Confortable RAS Des chaussons que j’ai pris taillé assez petit pour la couenne et je me régale : un confort tout à fait honnête pour une précisions vraiment très appréciable. Je pensais ne pas quitter mes katana LA SPORTIVA, je nuance, à chaque chausson son domaine. Les katanas conservent tout de même la palme de la polyvalence !
BASKETARPENAZDÉCATHLON– Bon marché – Robuste Nickel Un rapport qualité prix qui semble excellent, il faudra voir concernant sa durée de vie…
SHORT DÉCATHLON   
T SHIRTLAINE MÉRINOS 260ICEBREAKER Très bon apport de chaleur – Léger, confortable, bien taillé pour les hommes fins : on l’oublie complètement, même en grimpant – 1 détail : l’encoche pour placer le pouce dans la manche => mine de rien, quand il fait frais, ça couvre un peu plus de surface et ferme franchement les écoutilles : efficace RAS Je le garde, sans aucun doute. En France, je l’utilise à toutes les sauces : salles, couenne grande voie, ski… Il a sa place partout. J’ai payé un peu cher mais je ne regrette pas. Le prix reste excessif tout de même…
MICRO POLAIRER1PATAGONIA – apport de chaleur correct – très confortable (membrane souple, intérieur doux) – assez bien taillée, bien que le diamètre des manches soit un peu trop important, je flotte un peu (pour moi, mais je suis fin …)  Je le garde, sans aucun doute. En France, je l’utilise à toutes les sauces : salles, couenne grande voie, ski… Il a sa place partout. J’ai payé un peu cher mais je ne regrette pas.

Materiel d’escalade utilisé durant notre Trip Escalade en Catalogne

CATEGORIEMODELEMARQUEPOURQUOI AVOIR FAIT CE CHOIX AU DEPARTCE CHOIX A-T-IL REPONDU AUX BESOINS DE LA SORTIESI C’ÉTAIT A REFAIRE
SAC À MAGNÉSIE LE YÉTI  Tout à fait adapté J’achèterai le cocoon clic clac de chez BEAL : il a une fermeture plus simple et hermétique que le serrage avec cordon.
BAUDRIER ESCALADESAMAPETZL– Confort – Bon marchéTout à fait adapté Baudrier qui répond à mes attentes : plutôt léger, confortable (en couenne comme en grande voie), et j’arrive à l’enfiler avec mon pantalon d’alpinisme malgré les jambières non réglables. Je reprendrai donc le même.
DÉGAINESANGESPETZL Le Poids C’est léger, c’est clair, mais le mousquettonage est difficile avec la petite taille (Ange S, la dégaine orange)Si c’était à refaire, je me renseignerai sur les dégaines CAMP, la nano 23 express : plus légère encore (52 grammes), à voir si le clippage est plus aisé. Autrement je reprends les anges mais la version avec le mousqueton de clippage plus grand, et en grande taille majoritairement. Dans tous les cas, je m’orienterai vers ce type de dégaines light, le gain de poids est considérable : particulièrement intéressant en montagne et grandes voies, ainsi que pour les à vue en couenne.
SYSTÈME ASSURAGEGRIGRIPETZL – Facile d’utilisation RASUne référence mais quelques bémols : – Les diamètres de cordes trop fin ne sont pas conseillés – Poids – volume Tout les défauts évoqués ici sont résolus dans le grigri II. Donc ce serait à refaire, je prendrai ce dernier

Équipement d’escalade utilisé durant notre Trip Escalade en Catalogne

CATEGORIEMODELEMARQUEPOURQUOI AVOIR FAIT CE CHOIX AU DEPARTCE CHOIX A-T-IL REPONDU AUX BESOINS DE LA SORTIESI C’ÉTAIT A REFAIRE
LUNETTES D’ASSURAGECUPOWER’N PLAY– Tellement plus confortable en falaise – Je suis beaucoup plus attentif à mon grimpeur : je le suis du regard en permanence Parfait Très utile en en extérieur dans des voies un peu longue, dans des essais qui s’éternisent, dans des voies au dévers prononcé… Peu d’intérêt en salle où les voies sont courtes, et les essais aussi. Dans tous les cas, je ne regrette pas mon achat.
SAC À CORDESROPE BAGSALEWA– Assez compact – Grande surface au sol quand il est dépliéRASUn bon sac à cordes, pratique. Bien confortable d’avoir une grande surface au sol quand il est déplié, pour que la corde ne traine pas dans la poussière, et nos shorts, pantalons et chaussons non plus.
SAC À DOSPEUTEREYMILLET– Confortable – Bon serrage ventrale – Poche à crampons extérieurs (très bien pour mettre le thermos aussi) – Simple et sans fioritures – Solide Parfait Un sac à dos tout terrain qui répond à beaucoup de mes attentes : ski de randonnée, randonnée à pied, couenne. Un volume et une organisation qui le rend polyvalent. Petit bémol concernant les tiges rigidifiant le dos qui ont la fâcheuse tendance à sortir de leur emplacement : un peu pénible.
CORDESILVER TRIAXALEMILLET– Bonne durée de vie – Agréable à manipuler Tout à fait adapté. Je garde celle-ci : je ne céderai pas à la mode des cordes fines car bien qu’extrêmement agréable à manipuler (fluide, légère) leur durée de vie est quand même assez réduite.