Grimpe à Claret dans l’Hérault

par Expérience Outdoor
Escalade à Claret falaise près de Montpellier

Pascal LUU-VAN nous partage son expérience de grimpe à Claret dans la voie d’escalade Théodolite

Informations pour préparer un séjour grimpe à claret

Date:

Dimanche 13 janvier 2013

Lieu :

La falaise des Embruscalles, Claret, Hérault, Languedoc-Roussillon

Conseil pour ceux qui viennent du Far West et plus particulièrement du côté de Béziers: pour avoir testé tous les itinéraires possibles et inimaginables, mieux vaut passer par l’A75 puis récupérer l’A750 direction Montpellier, prenez la sortie 62 « Grabels », suivez les panneaux jusqu’au dit village et passer le pont très étroit (vraiment étroit…). Juste quelques mètres après, ne prenez pas à droite pour rentrer dans le village, mais à gauche direction Saint Gély du Fesc par la D127 puis 102.

A l’entrée de Saint Gély, passez le 1er giratoire puis prenez la 1ère à droite, la rue des Verriès. Passez devant la gendarmerie (supers bien logés les gendarmes, au cœur de la pinède, petites maisons individuelles…). Au Stop, prenez à droite, passez un 1er giratoire puis, après le 2ème giratoire au niveau du supermarché, ne pas manquer la bretelle de sortie à droite direction Saint Martin de Londres/Ganges, vous rejoignez la D986.

Au bout de 4 km vous arrivez à un giratoire où vous prenez la 2ème sortie, la D68, le fameux « Liaison Intercommunale d’Evitement Nord » ou LIEN, belle saignée à travers la garrigue… Suivre le LIEN sur presque 6 km et prenez la 1re sortie direction Saint Mathieu de Tréviers par la D17. Traversez le village, direction Quissac. A la sortie de Saint Mathieu, suivez les indications de la description de CLARET.

Depuis Béziers, vous pouvez compter 1h30, sans s’énerver.

Merci de bien vous garer !!!

Participants :

Je grimpe depuis que Patrick Edlinger est passé aux « Carnets de l’Aventure » sur Antenne 2 avec le film de Jean-Paul Janssen « La vie au bout des doigts », nommé aux César dans la catégorie meilleur court métrage documentaire. J’étais au collège et les murs de ma chambre se sont rapidement couverts de posters : Edlinger bien sûr, mais aussi Didier Raboutou, Stefan Glowacz, Catherine Destivelle…

C’est Gérard Bartholomé, kiné et père de Nicolas, responsable d’Altissimo Grabels qui m’a filé le virus. Grâce à lui, je me suis retrouvé au sommet du Mont-Blanc à l’âge de 15 ans, l’année célébrant le bicentenaire de la première ascension. Jo Chambaudy et Denis Dainat de l’ASPTT Montpellier et Pierre son frère, ouvreurs de nombreuses voies à l’Hortus, au Thaurac, Jean-Luc Platet, Stéphane Péron, Philippe Triay (Le Père), Philippe Depré (dit Bic dit Chinatown, comme la voie à Montmel)… m’ont accompagné un bout de chemin.

Puis ce fût la révélation de la falaise de Claret avec Pierre Rouzo et Hugues Bauzille… J’ai fait partie de l’équipe départementale d’escalade, plusieurs fois qualifié aux interrégionaux mais c’est en falaise que je trouve vraiment mon compte. Je me suis mis à réaliser des voies dans le 8ème degré depuis 2004, paradoxalement depuis que je suis père et que je ne peux grimper que 2 fois par semaine (dont une fois en falaise le weekend end quand il fait beau).

L’escalade, c’est dans la tête !

Je ne grimpe pas souvent mais quand j’y suis, j’y suis à 200% !!!

Ceux qui me supportent au pied du caillou : dans le désordre ou presque Le Dav Foiss, le Médé, le Phil R., Samuel, Paul, Phil D., Jeff F. et Isa L., Jordane C., Nico Bartho, Raphaël le paparazzi, Julie M., Quentin J., Loïc Fossard, Oliv M., Antonin Ch., Thibault « Bayou », Thomas H., Fèd, Emilie et Vincent, Stef Med., Aurélia et Vladimir, Pierre B. l’happy/culteur/grimpeur, Magalie L., et de manière épisodique, Nain Pact et Corsia Bloc, Michael du Yeti…

Mes sites favoris : Fauzan, Saint-Guilhem, Joncas, et… Claret ! Je ne vais jamais en Espagne et encore moins en Thaïlande, rapport au bilan carbone… il y a tellement à faire chez nous !

Où dormir  après une journée de grimpe à Claret :

Ou encore la page de l’Office de Tourisme du Grand Pic Saint Loup
Le Mas des Violettes près de Valflaunès propose plusieurs solutions d’hébergement, au milieu de la garrigue, à 5 minutes d’une falaise d’initiation VALFLAUNES et d’un déco de parapente ! Un endroit plein de charme à 10 minutes de la falaise de Claret

Où se restaurer/où se réapprovisionner :

A Claret, la boulangerie Simone et Emilie près de la place Hermet (La Poste). Tél: 04 67 59 29 60

A Saint Mathieu de Tréviers, la Maison Chabanol, boulangerie pâtisserie ouverte même le dimanche soir jusqu’à 19h! Indispensable sur le retour de la falaise ! Pains spéciaux avec la fameuse farine du MOULIN DE SAURET dernier minotier de Montpellier. Quand vous venez de Claret, au 1er feu tourner à droite pour vous garer sur le grand parking. La Maison Chabanol est juste à l’angle. Si la patronne est dans le pétrin quand vous entrez, criez bien fort pour l’appeler ! Tél: 04 67 55 36 49
Toujours à Saint Mathieu, l’Intermarché pour les courses et le carburant. Tél: 04 67 55 13 00

Pour le miel c’est Aux Délices de Maya à Claret. Tél: 04 67 59 08 66
Pour le vin, vous n’aurez que l’embarras du choix ! Ce terroir vaut de l’or et les vignerons du coin peuvent maintenant rivaliser avec les autres appellations françaises ! Vous pouvez-vous vous rendre sur le site QUALITE HERAULT pour retrouver les vins de la région du Pic Saint Loup.

Préférence pour le Mas Bruguières au pied de l’Hortus (Xavier BRUGUIERE, Marjorie BRUGUIERE Tél : 33 (0)4 67 55 20 97 E-mail: xavier.bruguiere@wanadoo.fr);
Pour ceux qui préfèrent les vins bio et natures Le Mas Foulaquier à la sortie de Claret en direction de la falaise.
Un dernier pour la route, très bon accueil d’Anne-Lise Fraisse au DOMAINE DE VILLENEUVE.

Si vous préférez faire votre marché, à Claret c’est le mercredi sur la place Hermet. A 4km de Claret, à Corconne c’est le dimanche. Lauret (5 km) c’est le samedi. Vacquières le mercredi et vendredi. Et Valflaunès le jeudi.

Office du tourisme :

L’Office du tourisme du Pic Saint Loup : giratoire nord à la sortie de Saint Mathieu de Tréviers

Ou acheter le Topo de la falaise de Claret: 

Topo escalade de Claret

Quoi d’autre dans les environs:

S’il pleut: BAMBOUSERAIE A ANDUZE
LA GROTTE DES DEMOISELLES

Bibliographie :

L’ouvrage : « Les «voleurs» de falaise : un territoire d’escalade entre espace public et espace privé  » d’Eric de Léséleu

Lien Internet :

Monsieur Trait est « interdit de séjour » à Claret!
ClimbingAway l’annuaire mondial des sites d’escalade 

Grimpe à claret

Arrivé pour une séance grimpe à Claret sur le site de THEODOLITE

THEODOLITE (définition Wikipedia) est une voie cotée 8a. J’avais déjà fait plusieurs essais il y a deux ans, nous étions quelques uns à la travailler.

Départ surplombant, typiquement Clarétien mais avec des prises calciteuses mais correctes, une section plus facile jusqu’à un repos, puis une partie un peu explosive pour aller chercher trèèès loin (pour les nains..) le bord de l’énorme trou ; je préfère croiser, ça me convient mieux et puis c’est beau ! D’autres bidouillent un mouvement en triceps… Nouveau repos mais pas réellement confortable avec un genou à coincer, et c’est à encore une fois un pas un peu explosif pour retomber sur une suite de plats. A partir de là, avant de rejoindre la base du toit, il y a deux méthodes : à droite ou… à gauche !

Dans les deux cas, il y a un repos sommaire à prendre avant de se jeter dans la partie surplombante et critique de la voie. Il est bien pratique d’avoir une grande sangle pour cliper ! Il y en a même deux depuis un moment mais les maillons rapides commencent à être un peu fatigués, gare ! Dans le toit, chacun trouvera sa méthode, selon sa taille, la grosseur des doigts, sa capacité à gainer… puis c’est le « réta » où le talon est salvateur. Un genou à trouver pour souffler un coup et c’est le dernier mouv’ où il faut aller chercher bien loin la prise de mousquetonnage du relais. Ouf !

Le plaisirs de la Grimpe à claret

La base du toit lors d'une sortie grimpe à Claret: une grande difficulté rencontré par pascal

Le profil de la voie est plutôt axé sur la résistance de force, filière qui n’est pas du tout ma tasse de thé ou de café, ça dépend. Résultat, les copains font la croix les uns après les autres et pas moi… Certains en ont même fait des textes plein de moqueries : A MUERTE BICHO

Puis le printemps arrive, il fait trop chaud pour grimper à Claret ou alors à partir de 16h. Mes compagnons de cordée décident de changer de site, j’abandonne donc Théodolite. L’hiver d’après, 2011/12 donc, je profite d’une bonne période de forme pour enchainer un autre 8a majeur de Claret « Araldite ». Je passe régulièrement au pied de Théodolite qui, bien entendu, me fait de l’œil (si si si, je vous ai dit qu’il y a une anfractuosité cyclopéenne !). Mais point de tentative.

Et puis retour aux affaires à la fin de l’automne 2012:

je cherchais un nouveau projet, j’hésitais… Pas de croix majeure de tout l’automne… Allez, ça suffit ! Je ne pouvais plus longtemps laisser ce chantier sans réponse ! Théodolite me revoilà !

Je pense que ce qui me rebutait, inconsciemment, c’était la nécessité d’accepter une certaine régression ; ça n’a pas manqué ! La première journée est laborieuse. Mise à part la première partie jusqu’au croisé, tous les pas me posent à nouveau problème et particulièrement… Le toit !!! Je me rappelle avoir pris l’option de gauche il y a deux ans, mais je n’arrive plus à retrouver les placements et les sensations. J’essaie du coup par la droite, c’est pire… La séance d’après me confrontera aux mêmes problématiques, ça commence à m’agacer !

Heureusement, Vincent de Ganges me donne un coup de main la séance d’après en me convaincant de passer par la gauche et me donne au détail près les méthodes qui lui ont permis de faire la croix. Cependant, il me reste la sortie du toit à résoudre, la méthode de Vincent ne me convient pas. La perspective des vacances de fin d’année me motive, je vais enfin avoir plus de temps et de régularité pour travailler la voie.

Test de corde lors de journée de Grimpe à claret

Heureusement aussi, Michael du magasin Le Yeti me confie la mission d’essayer une nouvelle corde qui n’est pas encore commercialisée. Ça tombe bien, ma corde Millet a 5 ou 6 ans et elle bien fatiguée ! Très mystérieux Michael sur la marque de la corde, il ne répond même pas à mon interrogation quant au diamètre (qui m’inquiète…). « Tu verras !» me répond-il… Je suis étonné par la légèreté du colis alors que c’est une 80 mètres !

Grimpe à Claret pour Essayer la corde EDELRID : la Swift

La couleur est sympa, pas trop flashy mais remarquable. Au déballage, mauvaise impression : je passe 20 minutes à dénouer la multitude de boucles. L’enfer ! J’ai entendu parler du pliage à plat des cordes Millet qui permet une utilisation quasi immédiate. « Anti twist pack » qu’ils appellent ça ! Là, j’avais beaucoup de twists… Finalement, à l’usage, ça ne se reproduira pas. Je pense qu’il ne faut pas la lover mais la conserver dans un sac à corde.

Grimpe à Claret: Après un déballage compliqué la SWIFT présentée sur un sac à corde

Passée la raideur de sortie d’usine, la corde est déjà souple, fluide et agréable à manipuler dès la première journée. Peut-être un peu glissante dans la main. Le très faible diamètre est effrayant au départ, Michael m’avait bien mis en garde, mais quand même : il semblerait que ce soit autour de 9 mm, comme on peut retrouver chez EDELRID avec LA SWIFT ou chez BEAL avec la JOKER ou encore la ABSOLUTE PRO de MILLET. Aussi, je me suis appliqué à essayer toute sorte de système d’assurage : GriGri 1 et 2, plaquettes et puits, Cinch…

Pascal à l'assurage de la corde SWIFT EDELRDI sur une journée grimpe à Claret
Assureur Cinch de chez TRANGO lors d'une séance de grimpe à Claret
Grigri 2 de Petzl sur la corde SWIFT d'EDELRID lors d'une séance de grimpe à Claret

Comme je suis habitué à assurer avec le GriGri, je trouve que le GriGRi 2 est le système qui me convient le mieux. Il est aussi possible d’utiliser le 1 MAIS il faut rester trèèès attentif ! D’autant qu’il n’est pas homologué pour ce type de diamètre de corde… Rappel en passant à ceux qui n’auraient toujours pas compris ou oublié : ne JAMAIS lâcher la corde côté freinage !!! Même pour donner du mou !! Que vous assuriez quelqu’un en tête ou en moulinette, vous devez utiliser la même gestuelle qu’avec un descendeur en 8 !

Vidéo de Chris Sharma utilisant le grigri à l'assurage

Test de corde EDELRID sur des sorties Grimpe à Claret

Ceci étant, avec ce type de corde, assurer un grimpeur en tête est confortable : la corde coulisse bien, même s’il faut donner rapidement du mou. Vous n’entendrez plus la phrase mythique immortalisée par Maître Pierre Rouzo (dessinateur, équipeur, grimpeur, agitateur des forums…)

« hu mou mornel !!! »…

Préférez donc les systèmes adaptés à ce type de cordes de faible diamètre : le VERSO peut être intéressant car il a une plage d’utilisation très large (à simple pour les couennes, à double pour les grandes voies), même chose pour le MEGA JUL d’Edelrid…

Pour ce qui est de la longueur, 80 mètres (marquée au milieu) c’est un peu trop pour la grimpe à Claret mais finalement ce n’est pas un obstacle majeur puisque le poids et le volume dans le sac ne varient pas non plus de manière excessive. Juste un peu plus de temps dans certaines manips de corde. Si cette nouvelle corde veut se situer sur le même créneau que la swift ou la joker, elle sera utilisable en corde à simple, corde à double et corde jumelée.

Après 3 mois d’utilisation :

Contrairement à des cordes comme la Joker, la corde mystère n’a pas perdu pour le moment ses qualités de souplesse, de fluidité. Après 3 mois passés à l’utiliser pour travailler des voies (frottements multiples et poussière Clarétienne !) elle n’a pas bougé et garde son aspect neuf.

Seul problème rencontré juste après avoir pris un énième plomb : pomper ! Dur de saisir la corde tendue et de tirer dessus ! Par conséquent, je ne recommande pas forcément cette corde pour ce type d’usage même si ça ne m’a pas empêché de travailler Théodolite avec, mes assureurs n’ont pas râlé…

Dernier mystère, de taille : son prix. La marque mystère va-t-elle casser les prix ou revendiquer un tarif un peu élevé correspondant à un excellent produit/produit d’excellence comme pour les autres cordes « formule 1 » selon le qualificatif du magazine GRIMPER dans son dernier essai comparatif. Elle peut se le permettre, elle semble être un sérieux concurrent !

En résumé, cette corde est vraiment un bonheur absolu pour celui qui grimpe en tête car elle est légère, souple, elle coulisse parfaitement même dans des voies où normalement il y a du tirage, elle semble garder ses qualités dans le temps, la couleur est sympa, elle est agréable au toucher. En revanche elle n’est pas à mettre entre toutes les mains au regard de son diamètre. Il faut absolument bien maitriser la gestuelle de l’assurage et utiliser un système d’assurage adapté. Une arme fatale !

Pascal à l'encordement de la SWIFT D'EDELRID lors d'une journée de grimpe à Claret

Les vacances arrivent et les essais se rapprochent.

J’arrive enfin à me caler dans le toit avec une méthode qui me permet de ne plus subir le balan et de déplacer efficacement les pieds avant le crochetage talon. Quelques énergumènes moqueurs comme Quentin J. m’envoient à ce propos des photos et des exercices pour travailler la position de la planche, indispensables pour améliorer le gainage abdominal ! Mais je finis l’année avec un steak sur la première phalange de l’index gauche. Le strappal ne suffira pas à protéger la plaie et puis je n’ai pas du tout l’habitude de mettre ce genre de protection. Je reviens le lendemain du réveillon de la nouvelle année, même problème, en pire !

Même mon célébrissime pantalon Quechua n’arrive plus à absorber !!!

Je suis carrément furax !!!

Heureusement, passage rapide par Le Yeti à Jacou, l’ami Michael me recommande ce produit qui semble fonctionner: BAUME CLIMB’ ON

Réparation en moins d’une semaine !

Le produit se présente sous la forme d’un petit savon; Je garde la boite dans la poche pour maintenir le baume souple. Mais j’ai désormais un problème avec le talonnage de sortie de toit que je n’arrive pas à optimiser… Là, je sens que je vais craquer à nouveau. Cela fait trop longtemps que ce projet traîne, que je fais 3 heures de route pour à chaque fois vivre l’échec. Cette voie m’obsède. Je me rassure en me disant que je progresse à chaque fois, que les essais sont meilleurs… Mais le doute m’assaille. Je ne crois pas avoir passé autant de temps dans les autres 8a que j’ai pu réaliser. Les vacances sont terminées et je reprends le chemin du travail la mort dans l’âme, quasi prêt à poser une RTT dans la semaine pour y retourner !

Je passe la semaine à ruminer ma colère et ma frustration. Je m’interroge sur le sens et les dérives de cette passion pour l’activité: tout ceci est il bien raisonnable? Il y a parfois des moments comme ça dans ma pratique, des moments où la motivation devient colère, la frustration insupportable…

Fin de journée de grimpe à Claret
Fin de journée de grimpe à Claret

Le weekend arrive, météo pas mal avec des passages nuageux qui vont faire baisser la température, c’est de bon augure. Clair Obscure à la chauffe, puis je place les paires dans La Rançon du Succès pour Julie M. pour finir la chauffe. Elle fait la croix ! Je suis très content pour elle, c’est son premier 7a+ à Claret et il est majeur ! Les nuages sont plus présents et ça colle très bien quand je me lance dans Théodolite.

Ce premier essai de la journée sera le bon, comme dans mes rêves, comme je l’avais imaginé : détermination, propre, en bon style, sans hésitation, avec le bon rythme… Je suis trop heureux ! C’est tellement bon et c’est aussi un soulagement ! Sur mon visage, la banane ne va pas me quitter et le soir dans mon lit, juste avant de m’endormir, elle sera encore là ! Ces moments là sont tellement beaux ! Je continue à grimper aussi pour ça, la passion du moment parfait.

Matériel pour des journées de Grimpe à claret :

Catégorie Nom du modèle Marque Pourquoi avoir fait le choix de ce model au départ Est ce que ce choix a répondu à cette expérience raconté dans ce road bookSi c’était à refaire ?
 BAUDRIER ESCALADE ? BLACK DIAMOND J’ai toujours eu des Baudriers PETZL mais je ne supportais plus leur usure prématurée. BLACK DIAMOND est une marque qui utilise des matériaux qui tiennent la longueur. Oui Les points forts : la solidité et la longévité des matériaux, la boucle de serrage du côté droit (mais dans le nouveau catalogue ce n’est plus le cas !), des portes matériels cousus en porte à faux sur la partie haute de la ceinture (confortable pour dégainer), couleurs gris et noir, très sobre. Regrets : Sangles arrière élastiques de maintien des cuisses se sont détendues assez vite, et le point noir des baudriers, la sangle basse d’encordement qui s’use (beaucoup moins vite que chez PETZL) au niveau du passage du pontet et donc de la corde ! A refaire : EDELRID ou MAMMUT qui placent une pièce en plastique sur cette zone d’usure intense !
 CHAUSSON ESCALADE Testarossa LA SPORTIVA J’ai les pieds très fins et c’est le seul chaussant qui répond à cette contrainte. Du coup, à la fois précis et confortable ! Le talon est bien enrobant… Les FIVE TEN Anasazi lace-up V2 ne me conviennent pas du tout par exemple. Le secret de la réussite Je n’achèterai plus des chaussons LA SPORTIVA, trop d’attente en plein hiver pour obtenir la commande. Commande d’un 37 au Yeti fin décembre, fin mars toujours pas arrivée…
 SANGLES DE DEGAINES Express 17 sérigraphiées « Le Yeti » PETZL Le Yeti me les a fournies !  Elles sont magnifiques ! Et quand vous êtes au také pour cliper, elles se saisissent facilement…
 MOUSQUETON ESCALADE ? COLOMBET  un fabriquant qui n’existe plus…Je ne me rappelle plus, c’était il y a au moins 15 ans…  Oui, il faut que je change mon jeu de mousquetons, ils ont plus de 15 ans d’âge et ont vu un nombre incalculable de chutes…
 SAC A CAKE ? SNAP Couleurs et design sympa, large ouverture, rigidité.  Le même car cela fait plus de 10 ans que je l’utilise et il n’a pas bougé!
 ASSURAGE Grigri 2 PETZL En rapport avec ma pratique personnelle et le diamètre de la corde. Oui ! Très rassurant ! Le même, même couleur pour être dans les mêmes tons que la corde.
 SAC A CORDE Crag Bag EDELRID J’ai le modèle première génération. Je cherchais un sac où je puisse tout mettre mais qui reste confortable au portage (à Saint Guilhem l’été, c’est important!), avec une bâche.  … je reprendrai le même! Solide et résistant dans le temps, relativement confortable même pour une marche d’approche de ¾ d’heures, les bretelles peuvent se cacher dans une doublure pour éviter de les salir une fois au pied de la voie, poche pour téléphone portable, poche peut-être trop petite pour le portefeuille, sangles de compression, poignées de transport multiples dont une en caoutchouc pour plus de confort. Très pratique au niveau du volume puisque je rentre le matériel d’escalade, une bouteille d’eau, mon casse-croute, une veste polaire. Le CRAG BAG2 a encore été amélioré! Avec même un petit tapis incorporé au sac à corde pour essuyer ses chaussons!!!
CHAUSSURE D’APPROCHELa Scree modèle femme VASQUE C’est la troisième fois que je prends un modèle de ce fabriquant car c’est un des rares qui continuent de proposer un modèle à tige haute. Je prends le modèle femme (pied fin).  Encore une fois je ne suis pas déçu! Tige haute et gomme stealth pour une adhérence extra! Laçage rapide et précis, cuirs bien protégés. En revanche, d’année en année je remarque une baisse dans la qualité des matériaux et la finition des assemblages.
 PANTALON ESCALADE  Quechua Coincements de genou et autres jambonages de règle provoquent une usure prématurée des pantalons.  Les pantalons Quechua sont résistants et ne coutent pas cher!