Ski de randonnée dans le Beaufortain

par Julien DEFOIS
ski de randonnée au pic de vache rouge dans le Beaufortin

Julien Defois vous présente son récit d’une semaine de ski de randonnée dans le Beaufortain en étoile en février 2021.

Informations pour préparer son séjour de ski de randonnée dans le Beaufortain

Dates:

du 20 au 27 février 2021

Lieu:

vallée du Beaufortain, Savoie, France

Comment s’y rendre:

Idéalement, il faut s’y rendre en voiture. Les départs de ski de randonnée ne sont pas facilement accessibles en transports en commun. Le véhicule personnel est donc l’option la plus pratique.

Ceci dit, pour les adeptes du zéro carbone et pour ceux qui n’ont pas de voiture, des possibilités existent. La gare la plus proche est celle d’Albertville. De là, une navette (en saison), vous montera dans le Beaufortain. Une fois sur place, un réseau bien constitué de navettes pourra vous déposer aux stations de ski. La plupart de nos départs se sont faits depuis les stations. C’est donc une option envisageable, même si plus contraignante en termes d’horaires.

Participants au séjour de ski de randonnée dans le Beaufortain

chalet de Margeriaz
  • Charline: luchonnaise et très bonne skieuse, elle a fait partie du groupe qui est parti en Géorgie et au Japon
  • Damien: toulousain avec qui j’ai fait plusieurs sorties au CAF de Toulouse dont un séjour au Japon
  • Gaëlle: Haute Savoyarde, fournisseuse officielle du séjour en fromage à fondue et contributrice du Blog
  • Julien: toulousain également, organisateur du séjour et écrivain à temps perdu
  • Laurent: un toulousain de plus, adepte de la godille bigourdane et participant au séjour en Géorgie et au Japon
  • Marie: notre ange gardien local, qui nous a accueilli au dernier moment et a partagé quelques sorties avec nous
  • Max: français vivant en Colombie, membre du quatuor qui a visité le Japon et la Géorgie
  • Vincent: encore un toulousain, inséparable de Damien, qui a donc voyagé au Japon avec moi

Où dormir dans le Beaufortain

Les gîtes et les hôtels sont innombrables. Nous avons réservé un gîte sur le bon coin mais ça ne s’est pas passé comme prévu (voir le début du récit).

Idéalement, il faut loger à Beaufort car c’est la ville qui dessert le mieux tous les secteurs du Beaufortain.

Où manger et se ravitailler

Si vous venez dans le Beaufortain, laissez votre fromage à la maison! Et oui c’est la patrie du Beaufort, cet excellent fromage alpin. Une coopérative très fréquentée en saison vous permettra de vous équiper en conséquence. On y trouve aussi des produits locaux comme des crozets. Et si vous préférez des adresses plus authentiques, de nombreuses fermes vendent leur propre Beaufort et parfois de la viande.

Nous avons également dévalisé la très bonne boulangerie des Croës à Beaufort, qui outre son pain et et ses viennoiseries, vous régalera avec ses petits plats salés parfaits pour un pique nique en ski.

Caractéristiques du Massif du Beaufortain

col de la cicle ski de randonnée dans le beaufortain

Le Beaufortain est une région assez enclavée, surtout l’hiver quand les cols sont fermés. L’accès routier principal se fait depuis Albertville et remonte dans la vallée. De nombreux villages témoignent d’un peuplement ancien et d’une agriculture vivace. Au nord et à l’est, le Beaufortain est bordé par la Haute Savoie. Le domaine de ski de Hauteluce est ainsi relié à celui des Contamines à Val Joly. Ce n’est donc pas une région très sauvage mais en cherchant bien il n’est pas difficile de trouver des secteurs avec peu d’empreintes humaines.

Géographiquement, le Beaufortain est très bien placé pour recevoir les perturbations. Il bénéficie d’un enneigement important. Les températures y sont assez froides (comparativement aux Pyrénées!) donc la neige se conserve bien. On retrouve beaucoup de pentes orientées nord mais la configuration du Beaufortain offre beaucoup de possibilités. Les vallées ont des pentes de toute orientation. Si bien qu’il est assez facile de trouver le secteur avec les pentes les plus favorables. Le relief est également accessible: ici, on n’est pas dans l’Oisans! Vous aurez le choix pour la raideur des pentes mais, majoritairement, celles-ci sont peu raides (inférieures à 35°). Les pentes assez douces sont également nombreuses: le Beaufortain est donc un bon secteur pour skier quand le risque d’avalanche est important.

Cette région dispose d’un grand potentiel de ski de randonnée avec d’innombrables possibilités, un enneigement généreux à basse altitude et un niveau relativement accessible.

Quoi d’autre à faire en plus du ski de randonnée?

En été, le VTT se pratique souvent dans le Beaufortain.

Pour les randonneurs, le Tour du Beaufortain est un classique sur une semaine. Le Beaufortain se situe également sur la Grande Traversée des Alpes.

Les grimpeurs pourront y trouver leur compte avec de belles voies à escalader dans le Beaufortin :

Enfin, le relief assez doux du Beaufortain en fait un bon spot pour le parapente:

Office du tourisme

L’office de tourisme du Beaufortain dispose de plusieurs antennes. Il propose également des locations.

Liens internet

Pour préparer nos sorties, nous avons regardé la carte IGN du coin mais également les sites suivants, toujours bien fournis en précieuses infos:

Ski de randonnée dans le Beaufortain avec les itinéraires

Quand ça commence mal…

Attention aux annonces sur le bon coin

La voiture roule tranquillement vers Albertville. Avec Charline, Max et Vincent, nous profitons des paysages ensoleillés sur l’autoroute délaissée par la foule. La fermeture des stations de ski fait égoïstement notre bonheur en éloignant les hordes urbaines des montagnes.

Damien et Gaëlle sont arrivés en avance et sont allés reconnaître notre gîte. Un magnifique chalet déniché sur le bon coin, riche en belles opportunités. Nous avions hésité avec un autre gîte moins cher et plus bas dans la vallée, tenu par une propriétaire très sympa. Mais malgré l’accueil peu amène du propriétaire, nous avions opté pour le choix le plus cher et le plus confortable.

Par téléphone, Damien et Gaëlle s’inquiètent du propriétaire qui ne répond pas. Puis, sur place, constatent que le gîte est déjà occupé. Pour finir, ils rencontrent un couple qui a également loué ce même gîte. Malgré mes tentatives, aucune réponse du propriétaire. Il faut se rendre à l’évidence: l’annonce était fausse et nous nous sommes faits arnaquer.

Nous ne nous étions pas méfiés et pourtant quelques signes auraient dû nous alerter. Nous en serons pour 1000€ de notre poche. Mais ce n’est pas la question qui nous taraude dans l’instant.

Une bonne étoile

Toulouse est à 6h30 de route et il est 16h30. Il va nous falloir trouver une solution d’hébergement à la dernière minute. Je regarde les annonces sur le bon coin, sans grand succès, puis recontacte la propriétaire du gîte que nous n’avions pas choisi, lui expliquant notre situation. Sans surprise, elle me dit que son gîte est loué. Et c’est là que la magie de la vie se déploie: elle nous accueille dans son logement, qui assez grand pour nous recevoir! Nous avons une chance incroyable dans notre malheur. Elle veut bien nous recevoir une nuit le temps que nous trouvions une solution.

Marie nous reçoit dans ce grand chalet qui appartient à son père. Son chien, Blue, la suit partout, y compris en ski de randonnée. Rapidement, on sympathise, on partage le repas et on invite Marie à se joindre à nous pour la journée du lendemain vers le Grand Mont, qu’elle n’a jamais skier. Nous sommes bien chez Marie et visiblement Marie nous apprécie car finalement elle nous propose de passer la semaine ici! Tout s’arrange!

Le Grand Mont 2686m, le plus haut sommet de ski de randonnée dans le Beaufortain

Cliquez ici pour le topo ski de rando du Grand Mont .

Des kilomètres à skis

Nous commençons notre semaine de ski de randonnée dans le Beaufortain par le plus haut sommet de la région. Et pour faire un clin d’oeil à la vie et à nos péripéties de la veille, nous passerons par le col de la Louze, avant de monter au sommet par son versant est.

Nous prenons la route du lac de Saint Guérin, fermée au lieu dit La Mappaz. Nous ne sommes pas seuls: le lieu attire du monde, skieurs de randonnée, raquettistes ou promeneurs. Sans, parking, il faut garer la voiture le long de la route et espérer qu’elle ne soit pas accrochée. La montée vers Saint Guérin est très interminable. Elle suit la route, bien enneigée car encaissée, et seule un petit raccourci au lieu dit l’Ami abrège la monotonie de cette première partie. Raccourci en neige dure et traffollée, qui augure tout de bon par descente!

lac de saint guérin

Saint Guérin: l’étau de la vallée se desserre et les paysages se dévoilent. La montagne qui se laisse enfin un peu d’espace pour respirer reçoit aussi les rayons du soleil. Nous prenons le contournement occidental du lac qui se fait bien mais nécessite un peu d’attention par endroit au début afin de ne pas plonger vers la glace. Puis c’est le vallon de Louze, débonnaire à souhaits, que l’on remonte avec patience. Il est déjà midi lorsque nous célébrons notre passage au col de la Louze. L’itinéraire tout en longueur a dévoré le temps qui nous était imparti.

col de la louze

Les bonnes pentes du Grand Mont

grand mont

Maintenant, nous remontons plein est sur des pentes enfin sérieuses, que des skieurs plus matinaux dévalent facilement. La descente sera bonne. Mais elle n’est pas pour de suite. Le parcours s’éternise: une fois les abords du col de la Forclaz, les pentes s’adoucissent à nouveau. Des skieurs montés par la station sont plus nombreux: l’itinéraire est plus direct mais moins sauvage. Au sommet, il y a du monde mais la fréquentation reste raisonnable pour un dimanche de beau temps. Tout le monde arrive progressivement, nous célébrons le premier Grand Mont de Marie qui fait ce dénivelé pour la première fois de sa vie. Le panorama est grandiose, du Mont Blanc à l’Oisans, en passant par la Vanoise et la Chartreuse.

Remontée dans la poudre

Après une bonne première descente, nos skis avaient reniflé un peu de poudre sous une petit pic rocheux à l’est du col de la Louze. Nous ne savons pas dire non à la poudre, et nous voilà repartis vers les hauteurs pour skier les seuls virages poudreux du séjour. Le reste de la descente consistera à éviter les pièges de la neige regelée: la croûtée, tapie dans l’ombre, attend patiemment le départ du soleil pour refermer ses griffes sur nos spatules. Une belle première sortie!

col de la louze beaufortain

Le col de la Cicle 2377m

Cliquez ici pour le topo de ski de rando du col de la Cicle .

parking du val joly

Ce sera la plus mauvaise journée de la semaine question météo. Le vent de sud envoie ses nuages voiler le soleil. La luminosité sera bonne, même si la chaleur ne sera pas au rendez vous. Les T Shirts, contrairement à la veille, resteront au chaud. Depuis la station du Val Joly, nous remontons les pistes pour sortir de la station. L’endroit est désert, nous sommes loin des espaces surfréquentés, tel que je les imaginais dans les Alpes. Les classiques sont parcourues: pour le reste, il y a moins de monde que dans les Pyrénées.

montée au col de la cicle

Arrivés au Bolchu, nous regardons la montagne: le col de fenêtre situé juste au dessus offre un débouché sympathique sur la Haute Savoie. Mais son accès barré par un verrou en mauvaise neige ne nous convainc pas. Aussi nous remontons plein sud sur des pentes douces. La montagne a un air de savane: les épisodes de sable saharien ont laissé des zébrures sur le manteau neigeux, tacheté comme un animal africain.

Col de la Cicle
Col de la Cicle, remarquez les skieurs en haut à droite

Le vent se renforce à l’approche du col: nous n’irons pas jusqu’à lui. Trop d’air et pas assez d’intérêt. Redescente sage dans une neige pas si mauvaise mais parfois collante.

Petite descente vers le col de la cicle
station du val joly

Passage du Dard 2342m et improvisations

Cliquez ici pour le topo de ski de rando du Passage du Dard .

Aujourd’hui, nous avons un beau programme: la visite du chainon de Comborsier que nous avions repéré depuis le Grand Mont avec l’espoir non dissimulé d’y trouver de la poudre. Nous nous garons au Quefin, un peu au dessus du Planay. Quelques skieurs sont déjà là. Nous remontons une piste en forêt, à la recherche d’une trouée non visible sur les cartes IGN qui avait été créée pour la Pierra Menta. A 1543m, le passage est là et nous traversons le ruisseau. La remontée de la trouvée est laborieuse. Très raide et en neige dure, elle nécessite beaucoup d’attention. Nous éviterons de redescendre par là.

passage à 1543m le Planay
Trouée à 1543m
montée au passage du dard
Mont Blanc omniprésent

Enfin, la montagne adoucit ses exigences. Les conversions sont moins compliquées, mais l’une d’elle attire mon attention. Une de mes fixations bouge. Je l’examine et réalise qu’il manque deux vis! L’heure est à une réparation d’urgence: j’enlève une vis de l’autre fixation et la met sur l’autre pour que chacune ait 3 vis. Puis je passe un appel au Veux Campeur d’Albertville. le diagnostic est sans appel: il me faut redescendre.

pointe du dard

Confortablement installé au soleil, je regarde mes amis continuer à monter. Charline et Laurent redescendront en premier pendant que les autres iront visiter les pentes du secteur. Gentiment, ils ont accepté d’attendre que mes skis soient en forme pour skier Comborsier. Merci les amis!

massif du comborsier

Avec Charline et Laurent, nous rebasculons sur la station du Planay pour retrouver les pistes. La neige est pourrie en hors piste et nécessite de bons appui mais mes skis tiennent bons. Un petit repeautage plus tard, nous voilà à la station. Il faudra quand même remonter au parking pour avoir le droit de s’asseoir dans la voiture.

grand mont d'arêches

Grande pointe de Bizard 2507m

Broucouille à la chasse à la poudre

Arêches beaufort

Après une admission immédiate aux urgences ski du Vieux Campeur, mes skis avaient été réparés et prêts pour chasser l’hypothétique poudre du massif de Comborsier. Une sortie solide avec plus de 2000m de D+. Damien, Max et Vincent m’accompagnent. Gaëlle est rentrée car elle devait retrouver ses enfants; Laurent et Charline iront avec Marie remonter les pistes plus tard dans la journée.

descente du passage du dard

Nous remontons l’itinéraire de la veille, avec plus d’efficacité, jusqu’au passage du Dard. Les pentes sud qui s’offrent à nous nous régalent avec du bon ski. La fin, juste au dessus des chalets de Chizeraz, est raide et en neige très pourrie. L’avalanche n’est pas loin. Il aurait mieux valu descendre légèrement à main droite, juste à l’ouest des barres rocheuses marquées sur la carte IGN. Mais ça ne se voit pas d’en haut quand on passe pour la première fois.

montée dans le vallon de comborsier

La remontée vers la Pointe se fera sans Damien qui, à son tour, a quelques soucis avec son ski et devra attendre la civilisation pour régler une fixation qui avait bougé. Le groupe de plus en plus étriqué découvre que la poudre a décampé. Neige dure et croûte tapissent le vallon. Au col, en revanche, le soleil a préparé une délicieuse moquette. Nous remontons à la pointe cotée 2492 et renonçons à la Grande Pointe de Bizard: elle n’apporterait rien d’intéressant. La Pointe de Comborsier nous fait de l’oeil par contre. Elle s’atteint moyennant une progression sur une crête un peu effilée, avant d’offrir une belle descente dans un couloir. Mais, sans piolet, nous préférons rester raisonnables.

pointe de Bizard
pointe de comborsier

Descente, montée, descente, montée, bière, descente

vallon de comborsier

La descente vers Chiseraz sera encore une fine négociation avec la neige afin de trouver les secteurs les plus favorables, le plus souvent au soleil. Il faut ensuite remonter les pentes surchauffées du passage du Dard. Pas vraiment de risque d’avalanche mais plutôt de coup de chaud! Le passage du Dard nous délivre des assauts du soleil mais pas de la remontée: nous avons choisi de monter à la Pointe du Dard pour repasser sur les pistes du Planay. La neige a déjà durci de ce côté: le Beaufortain a la croûte facile!

Vincent dans la descente de Comborsier

Sur les pistes du Planay, nous croisons Charline, Marie et Laurent: ils montent vers le refuge des Arolles pour y prendre une bière. Allez, on remet les peaux une fois de plus! Le ski de randonnée dans le Beaufortain ne doit pas être qu’une affaire de dénivelé. Une bière ne se refuse pas après les coups de chaud de la journée! La dernière descente sur les pistes damées n’est qu’une formalité.

descente pointe du dard
ski de randonnée Beaufortain pointe du dard
ski de randonnée beaufortain mont blanc
refuge des arolles

Pointe de la Grande Journée 2460m, le plus bel itinéraire de ski de randonnée dans le Beaufortain

Montées vers le sommet

La plus belle sortie de notre séjour ski de randonnée dans le Beaufortain. Elle porte d’ailleurs bien son nom. L’itinéraire est une boucle qui visite des vallons très sauvages et peu parcourus.

Le départ du Planay fait un peu pleurer nos skis: la neige est en voie de disparition, si bien que nous portons un moment sur cette partie très fréquentée de l’itinéraire. C’est le chemin de la Légette du Mirantin, une dent très photogénique pas si haute mais avec de jolies pentes. Apparement son ski appeal est très fort, car elle est surtracée. Pas vraiment intéressante à skier.

pic de vache rouge

Nous quittons sa route vers 2000m pour descendre vers les Chalets du Mirantin. Nous choisissons de remonter un peu sous le pic de vache Rouge, renonçant non sans mal à un couloir qui nous fait de l’oeil, pour enlever encore une fois les peaux afin de traverser plus vite les débonnaires flancs est des montagnes. Si nous avions eu plus de temps, nous aurions pu faire le pic de Vache Rouge en plus, donc le cirque sud-est est très skigénique!

itinéraire pointe de la grande journée

La remontée vers le point coté 2376m pour magnifique qu’elle soit demande de l’attention. La neige dure et les pentes exposées ne pardonneraient pas une erreur. Nous avons regretté de ne pas avoir mis les couteaux, même si le changement de consistance de neige nous a pris par surprise, sans prévenir.

Depuis le point 2376, la fin de l’itinéraire est en crête. Nous laissons les skis aux pieds de la pointe. Le sommet, un peu aérien, impressionne. Les pentes sont raides, la vue est panoramique. Ici, nous sommes perchés au bout de la terre.

pointe de la grande journée

Descentes frénésiques

ski de randonnée Beaufortain

Place à descente, la troisième de cette belle journée de ski de randonnée dans le Beaufortain! La neige versant sud est bonne voire très bonne et nous n’avons pas le temps de voir le paysage défiler. Les lacs Sans fond et du Lavouet resteront inaperçus. Au chalet du soufflet, nous remettons les peaux, les plus irréductibles ayant skié plus bas jusque dans la forêt. J’essaie en vain de convaincre mes amis de s’en faire une petite dans la secteur pour profiter de la bonne neige. Mais personne n’est tenté, le compteur affiche plus de 1700m de D+ et il en reste plus de 300 avant le col de la Grande Combe qui nous ramène sur les pistes du Planay.

Nous remontons donc, sous une chaleur écrasante. Les jambes commencent à tirer pour certains et la session sudation n’aide pas. Malgré tout, le col est atteint et nous nous lançons dans l’ultime descente de la journée, avec pour destination une bière au Planay. Comme si cette carotte ne suffisait pas en elle même à nous motiver, nous faisons un concours de « cuisse dure »: le premier arrivé en bas. Malgré mes quadriceps agonisants, je finis premier, à ma grande surprise car je ne suis pas le meilleur skieur, ni le meilleur buveur de bière!

bière au planay

Passage de la Charmette 2058m et lac de Roselend

Cliquez ici pour le topo de ski de rando du Passage de la Charmette .

Ultime sortie de cette semaine de ski de randonnée dans le Beaufortain. Nous repartons vers la Mappaz, moins fréquentée que dimanche. Cette fois-ci, notre destination sera le lac de Roselend par le passage de la Charmette. Une sortie courte qui permettra à chacun de faire ce qu’il a à faire avant le départ demain.

montée au passage de la charmette

La montée à l’ombre sur le versant ouest du passage de la Charmette est désagréable à souhait: l’itinéraire fréquenté est patiné et gelé. La marche de l’empereur sera notre référence dans cette montée ombragée, jusqu’à ce que les Alpages nous libèrent de la forêt. Ensuite, nous montons un peu au hasard pour déboucher au passage. Versant est, la neige est délicieuse comme une repas chez un étoilé Michelin.

descente vers le lac de roselend
lac de roselend
passage de miraillet

Aujourd’hui, ce sera ambiance resto gastronomique: on n’est pas au resto buffet à volonté. Du coup pas de rabe. Nous remontons quand même vers le passage de Miraillet, au sud du lac pour éviter la descente par l’itinéraire de montée. C’est tout en longueur sur des pentes douces. Arrivés là haut, la Pierra Menta, omniprésente depuis le début, nous salue une dernière fois. Puis nous plongeons vers le lac de Saint Guérin sur de très belles pentes en bonne neige. C’est un excellent dessert pour achever nos délices de glisse dans le Beaufortain.

Conclusion de cette semaine de ski de randonnée dans le Beaufortain

Le Beaufortain nous révélé tout son potentiel de ski. Nous l’avons seulement aperçu: avant d’en faire le tour il faudrait plusieurs séjours. Alors certes, la neige fraîche fut la grande absente de la semaine. Mais on ne peut pas tout avoir. Le soleil a bien soigné notre bronzage de skieur tout en garantissant de bonnes conditions sur les pentes bien exposées. Le groupe était au top et nous avons passé de très bons moments ensemble. Et puis on a bien mangé aussi! Une très bonne surprise fut la faiblesse de la fréquentation en ski de randonnée: alors que cette semaine se trouvait au beau milieu des congés scolaires, la foule n’avait pas envahi les cimes. Peut être parce que la neige avait eu de meilleurs jours et que le covid appelait à rester chez soi.

Une très belle semaine en tout cas. On espère pouvoir profiter de conditions propices au ski forêt la prochaine fois car c’est un autre attrait du secteur: même si les conditions de visibilité sont mauvaises, les forêts beaufortines sont accueillantes pour les lattes. A bientôt la Savoie!

Matériel utilisé pour le ski de randonnée dans le Beaufortain

Au fil des années mon équipement a très peu varié. Je l’ai éprouvé sortie après sortie et j’y reste fidèle. Il correspond en effet parfaitement à mes besoins et je n’ai pas besoin d’en changer, en dehors de l’usure normale. La liste que je présente est donc assez similaire à celle d’autres récits comme Train Vélo Ski de Toulouse au Vignemale. Pour moi, le plus important dans mon choix d’équipement pour le ski de randonnée c’est qu’il me permette de passer la meilleure journée possible en montagne: je ne cherche pas le renouvellement. J’ai plutôt tendance à l’utiliser jusqu’au bout de ses capacités et à reprendre le même s’il est encore disponible.

Vêtements utilisés pour ce séjour ski de randonnée dans le Beaufortin

CatégoriemodèleMarquePourquoi avoir fait ce choix au départCe choix a-t-il répondu à mes besoinsSi c'était à refaire
GantsG Comp WindCampModularité et chaleur avec la surmoufle qui se range dans le haut du gantParfait. Très bonne protection dans toutes les situations.Je ne changerais rien.
DoudouneNeutrino EnduranceRABRABApport thermique pour les moments statiques. Pertex quantum Endurance imperméable.Très chaude, solide, une grande amie par temps froid lorsque je reste statique.Je ne changerais rien.
GiletD+VerticalApport thermique et coupe-vent près du corps. Légèreté et centrer l’apport thermique sur le buste.Parfait.Je ne changerais rien.
VesteSanti SummitVerticalRobustesse, stretch, imperméabilité. Parfaite !Très bonne imperméabilité.Je ne changerais rien.
T Shirt MLWarm Turtleneck ZipOdloChaleur, poids et stretch.Parfait. Il ne sent jamais mauvais.Je ne changerais rien.
PantalonWindy SpiritVerticalPantalon dédié au ski de randonnée : imperméable, stretch, avec des aérations et très solide.Je recommande ce pantalon à tous les pratiquants du ski de randonnée ou des treks en conditions hivernale. Le stretch est un vrai plus et la protection thermique est réelle.Je ne changerais rien.

Matériel de ski de randonnée pour le Beaufortin

CatégoriemodèleMarquePourquoi avoir fait ce choix au départCe choix a-t-il répondu à mes besoinsSi c'était à refaire
ChaussureMaestrale 2.0ScarpaRigidité, confort, légèreté, 4 boucles.C'est un grand plaisir de skier avec ces chaussures ; même la marche est agréable ! Après 6 ans d'utilisation, elles sont toujours au top. Solidité et longévité incroyables.Je ne changerais rien.
SkisMythic 97DynastarSki large, léger, très polyvalent et tolérant.Pour les skieurs moyens comme moi, rien de mieux, il va bien en toutes neiges. Un peu fragile quand même au niveau de la semelle, qui se troue facilement.Je ne changerais rien.
FixationIon 12G3Fixation à inserts avec une très bonne sécurité (élasticité de la butée arrière) . On peut mettre les couteaux sans déchausser.J'ai parfois du mal à passer du mode marche au mode ski car la butée arrière est très difficile à tourner. Parfois elle tourne intempestivement à la montée et je dois déchausser. Insertion très compliquée.Je pensais que les Diamir Vipec première génération étaient problématiques, celles-ci sont pires encore. Je reprendrais des Diamir Vipec, en version evo.
PeauxMix BlackGeckoessai d'une peau sans colle.Satisfait dans l'ensemble mais elles nécessitent un soin important lors des sessions de peautage/dépeautage : il faut veiller à ce qu'il n'y pas la moindre trace de neige sur la partie intérieure de la peau pour maintenir le collage.Je prendrais des peaux à colle en complément .

Autres matériel indispensable pour un séjour ski de rando dans le Beaufortin

CatégoriemodèleMarquePourquoi avoir fait ce choix au départCe choix a-t-il répondu à mes besoinsSi c'était à refaire
Sac à dosSpindrift guide 35MammutLéger, grand espace à l'intérieur, des accessoires intéressants (accès latéral) et surtout une grande poche frontale qui accueille crampons et matériel de sécurité.Je suis ravi de ce sac. On peut même l'utiliser en raid.Je ne changerais rien.
Détecteur de victime d’avalancheElementMammutEfficace en mode multivictimes, mode contrôle de DVA pour le groupe, fiabilité.Jamais utilisé en conditions réelles, ce DVA fait des merveilles en exercice.Je ne changerais rien.
SondeTour ProbeBlack DiamondC'est un cadeau.Généralement efficace, mais sa taille de 1.9m est un peu courte.Je passerais sur un modèle de 2.4m.
PellePro AluOrthovoxC'est un cadeau.Son manche télescopique permet de gagner beaucoup de puissance, le métal à la place du plastique est bien plus performant pour la neige dure et la possibilité de la transformer en pioche est un vrai plus.Je ne changerais rien.
Casque09-octGiroProtection et aération.Le revêtement plastique est un peu fragile. Sinon ce casque est tellement confortable que je l'utilise en alpinisme estival.Je ne changerais rien.
MasqueOriginalCoreuptDouble écran anti buée, vendu avec un écran beau temps et un écran mauvais temps.L'écran rose livré avec le masque n'est pas aussi efficace qu’un écran jaune. Sinon ce masque est solide, le changement d’écran se fait facilement et la ventilation aussi.Je prendrais un écran jaune.
LUNETTES DE SOLEILIsolaOraoProtection 4 et prix.Un modèle qui enveloppe bien les yeux et protège parfaitement sur neige.Je ne changerais rien.

Laisser un commentaire