Traversée de l’Eur​ope vers l’Asie en tandem ​pour un roadtrip d’environ 9 mois 1/2

par Expérience Outdoor

Rémi et Pauline nous raconte leur expérience d’un voyage en Eurasie. Un périple qui aura duré 9 mois et demi.


voyage en Eurasie

Informations sur ce voyage en Eurasie à vélo

  • Date du voyage en Eurasie à vélo

Du 28 février au 10 décembre 2011

  • Itinéraire

Il y aura en en tout 18 étapes, avec plusieurs modes de transports : train, vélo, bus

voyage en Eurasie

Pauline et Remi prenant le petit dejeuner dans le transiberien

Récit de ce voyage en Eurasie à vélo

Du 28/02 au 31/03/2011

La Rochelle – Paris – Berlin – Moscou – Irkoutsk – Ulan Bataar – Datong
Mode de transport: Train
Distance parcourue: 15 000 km
Dénivelé: _
Températures minimum: -15’C, maximum: +5’C
Nombre de nuits sous tente: 0
Matériel non utilise: Matériel de camping, vélo et attelage.

Pour la première grande étape de notre voyage en Eurasie à vélo, nous traversons tout le continent en train.
Nous effectuons le trajet en 6 étapes, avec autant de chargements réussis du vélo partiellement démonté dans notre compartiment. Le démontage du pédalier avant, du siège, du guidon et de la béquille permet d obtenir un bagage de 2.05m, sur 1m et 30cm de large. Une fois emballé dans une bâche plastique, il a été accepte dans les 3eme classe russes (Platzkart), 2des classes françaises, allemandes, russes et mongoles. Le plus important est de réussir a faire rentrer le vélo dans un lieu ou il ne gène pas la circulation dans le wagon.

voyage en Eurasie

Le lac Baikal gelé

En attendant l obtention de nos visas Ouzbeques et Kirghizes pour notre voyage en Eurasie à vélo, nous faisons un peu de tourisme a moscou et visitons la place rouge. Nous allons également jusqu au lac Baikal, a cote d Irkoutsk, et découvrons rapidement les magnifiques et grandioses paysages mongoles. En Russie, il est nécessaire de s’enregistrer pour tout séjour de plus de 3 jours dans une ville. Nous prenons le risque de faire l’impasse sur cette procedure et ne rencontrons pas de problème particulier. Le passage des frontières se déroule sans incident: Pas de question particulière sur notre étrange monture et aucune demande de déballage de nos affaires.

Temps de passage des douanes durant ce voyage en Eurasie à vélo :
Pologne – Bielorussie: 3h
Bielorussie – Russie: 0h (accords de libre échange entre les deux pays)
Russie – Mongolie: 8h
Mongolie – Chine: 4h

voyage en Eurasie

Pauline au Lac BAIKAL

Du 01/04 au 15/04/2011

Mode de transport: vélo
Distance parcourue: 1026 km
Profil :

voyage en Eurasie

Profil distance parcourue Datong – Otog Quianqi

Températures minimum: -5’C, maximum: +23’C
Nombre de jours de pluie:0, de neige:1
Nombre de nuits sous tente: 7
Matériel non utilise: aucun

voyage en Eurasie

Remi troquant le tandem pour de la glisse

Nous partons de Datong dans une tempête de neige, contre laquelle nous nous équipons entièrement de la tète aux pieds: bonnet, moufles, vestes et pantalons imperméables, surchaussures neoprenes.

voyage en Eurasie

Pauline et Remi, pour le depart sous la neige, équipés en consequence

Notre première semaine est difficile car la route que nous suivons emprunte des gorges surexploitées par des carriers et des charbonniers. La compagnie ininterrompue des camions est usante moralement et les pollutions provoquées nous noircissent le portrait.

voyage en Eurasie

Pauline et Remi derriere leur masque contre la poussiere des routes chinoises

De plus nous essuyons chacun notre tour une tourista de 3 jours. Les chinois très nombreux, gentils mais curieux et envahissants, finissent de nous épuiser. Passée la phase d acclimatation, nous empruntons enfin des petites routes tranquilles, le long de vallées fertiles et paisibles. Dans cet environnement propice, nous montons la tente pour la première fois.

Nous traversons ensuite le sud du désert de Gobi, pour continuer notre voyage en Eurasie à vélo ou la pente est faible mais le vent bien présent. Pour compléter notre carte ou seules les grosses villes sont traduites en signes chinois, nous mettons au point une technique qui nous fait travailler notre accent mandarin : nous tentons de prononcer au mieux le nom de la ville ou nous allons, écrite en pinyin sur notre carte (pinyin = traduction en alphabet latin et phonétique chinoise des signes). Lorsque le visage de notre interlocuteur s’éclaire, nous supposons qu’il a compris et nous lui demandons sans plus attendre d’écrire le fameux nom… Nous sommes alors en mesure de déchiffrer les rares panneaux d’indications sur notre route, écrits en signes chinois.

voyage en Eurasie

La tente coincée dans les dunes du desert de Gobi

Du 16/04 au 26/04/2011

Otog Qianqi – Golmud
Mode de transport: vélo et train
Distance parcourue: 601 km a vélo, 1 003 km en train
Profil du trajet a velo :

voyage en Eurasie

Profil distance parcourue Otog Qianqi – Golmud

Températures minimum: +5’C, maximum: +23’C
Météo: clémente.
Nombre de nuits sous tente: 6
Matériel non utilise: vestes et pantallons imperméables, surchaussures.

voyage en Eurasie

Terrasses chinoises

Pour ensuite rallier Lanzhou ou nous allons prendre le train, il nous faut traversée une zone ou le relief est plus prononce. La moyenne montagne qui nous entoure est sculptée de terrasses. La période n est pas encore propices aux verts tendres des jeunes pousses dans les champs, mais nous avons la chance de planter la tente sur des terrasses d arbres fruitiers en fleur. Lorsque nous pédalons, nous voyons partout les paysans chinois s’activer dans les champs, pour être prêts pour la pluie tant attendue du mois de mai. Tout est fait a la main, ou au mieux, avec l’aide d’un âne, pour les travaux les plus pénibles.

Avec ce relief plus prononce que nos précédentes journées, notre vitesse moyenne chute et s’élève a 14 km/h alors que nous atteignions plus de 15 km/h de moyenne lors de notre traversée du désert de Gobi.

voyage en Eurasie

Préparation d’un repas

Le remplacement du petit plateau d’origine de notre vélo par un petit plateau de VTT (nombre de dents a préciser plus tard) s’avère très utile pour grimper les nombreux cols qui nous séparent de Lanzhou.

voyage en Eurasie

Statutes Bouddhique de Xumi Shan

Nous passons par un site touristique, Xumi Shan.Ce magnifique site Bouddhiste présente d immenses statues de bouddha directement taillées dans la pierre de la falaise, de petites niches abritant des statues et des peintures ! Le site est entièrement sculpte dans la roche jusqu aux escaliers, uses par le temps…
Nous visa chinois n’étant que de 2 mois, nous accélérons notre traversée du pays en prenant le train sur un tronçon de montagne de 1000 km.

Du 26/04 au 15/05/2011

Golmud – Kashgar
Mode de transport: vélo et bus
Distance parcourue en velo : 1536 km
Profil :

voyage en Eurasie

Profil distance parcourue Golmud – Kashgar

Températures minimum: +2’C, maximum: +35’C
Météo: Fort vent de face, tempete de sables.
Nombre de nuits sous tente : 13
Matériel non utilise: vestes et pantalons imperméables, surchaussures, bonnets, moufles.

voyage en Eurasie

La tente de nuit, sur une terrasse agricole

En raison de la longueur de notre visa en Chine pour ce voyage en Eurasie (2 mois seulement pour parcourir pres de 5000 km), nous prenons le train enter Lanzhou et Golmud (1003 km, 12h de trajet). Ce train mene a Lhasa, aussi sommes nous accompagnes de nombreux tibetains dans notre wagon, qui transportent des bagages enormes : tapis et tissus ramenes de la grande ville. Notre velo a ete refuse par les services ferroviaires : impossible de le prendre avec nous. Nous devons passer par le fret. Petite inquiétude sur le fait de le retrouver en entier a l’arrivee mais finalement pas de probleme.

Apres un court sejourt a Golmud ou nous avons rencontre un producteur de Goji, petite baie rouge qui pousse sur les hauts plateaux de Chine et de Mongolie, nous prenons la route empruntee par Marco Polo vers 1300. Notre objectif : rallier le desert du Taklamakan, au Nord Ouest et reprendre la route de la soie qui le longe par le Sud. Nous progressons sur un plateau desertique, entre 2800 et 3300 m d’altitude. Nous longeons plusieurs jours des montagnes au sommet enneiges, culminant a plus de 5000m.

voyage en Eurasie

Filtration des eaux chargées des rivières chinoises

Autour de nous, c’est le neant : le plateau du Qinghai est un desert d’altitude, compose de sable, de fins graviers et, parfois, de quelques marais sales, reconnaissables a distance avec les grandes etendues de joncs jaunis.
Les conditions climatiques sont rudes pendant cette étape de notre voyage en Eurasie : vent violent et continu, fort ensoleillement. Peu de gens vivent dans ces endroits et les villages sont espaces de plus d’une centaine de km. C’est alors que nous effectuons une traversée de 355 km sans âme qui vive, en 4 jours. Le plein de nourriture est fait (pates chinoises essentiellement) mais pour l’eau, nous comptons sur les quelques rivieres qui descendent des montagnes au Sud.
Finalement nous n’en trouverons qu’une seule qui ne soit pas en assec et pourront remplir nos bouteilles et bidon d’une eau fortement chargée. Nous la filtrons pour la boire et faire cuire nos pates.

Nous mettrons 10 jours pour traverser cette zone hostile, apres avoir essuye un tempete de sable : un apres midi, la visibilite chute en quelques minutes de 20 km a moins de 100m! Le sable vole de partout autour de nous, dans de mini-tornades tourbillonnantes. Nous avons deja 90km dans les mollets depuis le matin mais nous trouvons les ressources physiques et surtout mentales pour parcourir les 30km restants jusqu’a une petite auberge ou on nous offrira le gite : l’hospitalite est grande dans ces milieux.

voyage en Eurasie

Rémi et Pauline sur le plateau du Qinghai, quelques instants avant une tempête de sable

On nous offre parfois de l’eau ou a manger (petits pains, oeufs de canard…). Apres avoir franchi un col a 3600m d’altitude, nous devalons une nouvelle chaine de montagne qui s’eleve du desert du Taklamakan pour mourir sur le plateau du Qinghai.
2500 m de denivele parcourus a 40km/h, sur plus de 100 km de descente! Tandis que nous avalons les km et arrivons a Ruoqiang, petite oasis perdue au milieu des dunes de sable.
Nous prenons le bus de Ruoqiang a Hotan (900km de trajet), pour nous rapprocher des zones plus habitees.
Durant 7 jours, nous pedalons entre Hotan et Kashgar, d’oasis en oasis. L’entrée dans une oasis après plusieurs jours de désert est toujours un moment très intense.

En effet, le désert étouffe les sens. Le sable infini et sa couleur terne, les vents puissants et sifflant aux oreilles, les odeurs de goudron brûlant font oublier que nous pouvons sentir, voir et entendre autre chose.

voyage en Eurasie

Étale d’épices d’un bazar Ouigour

En entrant dans une oasis, touts nos sens sont pris d assaut par une cohortes de stimuli oublies. D’abord, une mosaïque de teintes vertes se dessinent au loin a l’approche des grands arbres, puis, l’ombre fraîche nous enlace soudain des que nous passons l’arche ménagée par la verdure autour de la route. L’odeur de verdure emplie nos narines, le chant des oiseaux et celui de l’eau nous font pressentir la vie toute proche… Et en effet, la vie est toute proche, car si les déserts sont vides, les oasis, par contre, sont très occupées par les hommes. Nous plantons la tente a la nuit tombée, sous des noyers, des amandiers ou des pruniers.

voyage en Eurasie

Rémi poussant le vélo lors du jour de marche dans un petit village d’oasis du Taklamakan

L’arrivee dans la province du Xinjiang est marquee par un changement radical de la population : nous sommes en territoire Ouighour. La langue et l’ecriture ont change, tout comme les visages, les tenues vestimentaires, la nourriture… Nous avons l’impression d’etre dans un autre pays, d’autant que la mixite entre Ouighours et Hans est inexistante. Nous nous arretons 4 jours a Kashgar pour decouvrir la ville, nous reposer et faire une petite révision de notre vélo avant la nouvelle étape de ce voyage en Eurasie.

Du 18/05/2011 au 01/06/2011

Kashgar – Osh
Mode de transport : Velo
Distance parcourue : 530 km
Profil : a venir (logiciel ne fonctionne pas)
Températures minimum: 0’C, maximum: +35’C
Météo: Chaud et sec en chine, tempete de neige et giboulee aux cols Kirghizes
Nombre de nuits sous tente : 13
Matériel non utilise: Aucun

Nous quittons Kashgar le 18 mai en direction d’Irkeshtam, le poste frontiere ou nous souhaitons passer de la Chine au Kirghizstan. Situe dans le Massif du Pamir Allai, juste au nord du plateau du Pamir, ce poste est connu pour etre plus facile a passer que son voisin, Torugart, plus au Nord, repute pour ses obstacles administratifs et financiers . Nous prevoyons 8 jours pour realiser les 250km et grimper les 2000m d altitude qui nous meneront a la frontiere.

voyage en Eurasie

Notre tente a cote d une yourte au Kirghistan

Nous quittons l’oasis de Kashgar et roulons vers les montagnes. Le paysage se fait plus accidente. Nous apercevons nos premiers pics enneiges apres trois jours de velo a remonter une riviere dans son oued. Celui-ci est quasiment assec, mais les traces d’erosion autour de nous a plus de 10 metres au-dessus de nos tetes laissent presager de la puissance des flots lors de la fonte des neiges…

Au fur et a mesure de l’ascension, la route se transforme et piste dont l’etat se degrade peu a peu. Nous finissons par naviguer a la boussole tant nous sommes seuls et sans empruntes a suivre dans ce nouvel environnement desertique. Apres 5 jours, nous apercevons la route principale qui monte a Urugchat puis Irkestam. A quelques centaines de metres du goudron, une riviere de 5-6 metres de large et aux eaux turbulentes nous barre le passage. Nous finirons par trouver un acces, nous permettant de passer pieds nus d’une rive a l’autre dans l’eau gelee et porter nos bagages et le velo.

voyage en Eurasie

Passage de riviere pour rallier la route goudronnee

Le paysage devient de plus en plus montagneux et nous remontons a present une belle riviere. L’ascension est ponctuee d’oasis de verdure, paturees par quelques chameaux paisibles. Apres 2 passages de cols, nous parvenons a la frontiere un dimanche soir, ou nous trouvons une derniere petite auberge chinoise. Le cadre est splendide mais la ville frontiere est vraiment sinistre. Le passage des douanes se fait comme prevu, sans encombres.

voyage en Eurasie

Pauline, lisant la carte pour passer le col avant la frontiere sino-kirghize

Ca y est, nous sommes au Kirghizstan! L’ascension continue jusqu’a un col a 3885m d’altitude. Nous y parvenons en fin de journee, epuises : nous n’avions pas anticipe l’absence totale de personnes et de commerce cote kirghize et nous trouvons le ventre vide a lutter contre le froid, le vent, la pente.. et la piste. Le changement de pays signifie en effet changement de revetement…

Nous franchissons finalement le col epuise et frigorifie, sous la grele, en poussant le velo a tour de role… Il fait bientot nuit mais la piste descend bien. Nous nous arretons apres quelques kilometres de descente aupres d’une yourte, ou nous passerons la nuit et mangerons un bout, invites par les eleveurs…

La piste qui mene a Osh est dans un etat relativement bon. Finis les camions chinois, nous avons la montagne pour nous! Nous franchissons de nombreux cols, dont les ascensions se passent mieux que la premiere. Pour autant, nous prenons systematiquement une averse sur la tete au franchissement des cols. Heureusement, l’hospitalite des nomades est immense et nous sommes tres regulierement invites a manger avec eux, dans leurs yourtes : lait frais, beurre frais, nans, the, gras de mouton et koomis (lait de jument fermente) nous nourrissent ainsi lors de nos pauses. Et nous repartons souvent avec de bonnes reserves!

voyage en Eurasie

Pauline et Remi face aux monts enneiges de la frontiere sino kirghize

Lors de la derniere descente pour atteindre Osh (700m), nous ressentons brutalement la chaleur et l’humidite nous saisir : le climat du Fergana commence a nous envelopper. Bientot la chaleur, la ville, les gens, les restaurants…

01/06/2011 au 19/06/2011

Osh – Kochkor Ata
Mode de transport : Velo et Betaillere
Distance parcourue a velo: 1030 km
Profils topo :

voyage en Eurasie

Profil distance parcourue Osh – Kochkor Ata

Températures minimum: 0’C, maximum: +20’C
Météo: Pluies journalieres vers 17h, orages frequents.
Nombre de nuits sous tente : 13
Matériel non utilise: Aucun
Pour cette nouvelle étape  du voyage en Eurasie à vélo, en quittant Osh, nous longeons la vallée du Fergana Kirghize, zone moins accidentée que nos derniers jours de vélo. Nous perdons notre carte précise du Kirghiztan en roulant et malgré 60 km en marche arrière pour la retrouver, nous devons nous résoudre a nous en passer car les acces Internet ou les librairies sont inexistants.

voyage en Eurasie

Velo encrasse apres l’orage sur la piste

 Les journées sont ensoleillées mais la pluie tombe systématiquement en fin d après midi.

voyage en Eurasie

Accueil kirghize dans une yourte et partage du repas

Les orages s’invitent aussi parfois. Le temps instable des soirées nous pousse a demander l’hospitalité a plusieurs reprise aux kirghizes. Cela nous vaut de passer une nuit mouvementée dans un bar très anime ou des kirghizes passablement alcoolisés nous font passer une soirée peu reposante!!

A Jallalbad, nous imprimons des cartes soviétiques militaires datant de 1975. (site ou l’on peux en telecharger gratuitement) car nous prévoyons de réaliser une petite boucle dans le Kirghize central.

voyage en Eurasie

Tente perdue dans les paturages d altitude

Comme le prevoit notre projet, qui tourne vers l agriculture, nous passons trois jours dans une ferme de producteurs de coton et allons travailler avec eux aux champs. Armes de nos bineuses, nous passons deux jours a gratter la terre seche autour des petits plans de cotons. L’expérience est harassante mais vraiment très intéressante, nous permettant de nous immiscer totalement dans la vie difficile de producteurs de cotons de la vallée du Fergana.

Nous partons ensuite pour une boucle de 20 jours dans le massif des Tian Shan, en plein coeur du Kirghiztan. Nous voulons rejoindre le Song Kol, un lac perche a plus de 3000 m d’altitude. Depuis Jallabad, la seule voie qui mene a ce lac perdu est une piste de 400km, ou se succèdent 5 cols: 3100m, 2200m, 2900m, 3400m, 3500m. Le long de cette piste, les villages sont peu nombreux et petits. Nous enrichissons nos stocks alimentaires de réserves supplémentaires et alourdissons notre chargement de quelques kgs. Le long de la route, nous sommes invites a plusieurs reprises par les nomades installes la pour l été. Leur hospitalité et leur générosité nous surprennent a chaque fois.

Comme eux, nous nous nourrissons de lait, de beurre frais, de Koumis (lait de jument fermente), et de nans (pain rond). Pour ne pas les vexer, nous hésitons a sortir notre réchaud pour compléter ce régime un peu léger pour des cyclorandonneurs. Sans repas réellement consistant, nous souffrons un peu dans les cotes.

voyage en Eurasie

Lacets menant au Song Kol

Nous nous retrouvons également dans l’ascension d’un des cols sans ressource en eau. Nous testons alors les capacités de traitement de notre filtre à eau dans une mare stagnante et peu engageante. L eau que nous buvons est limpide et sans aucun goût! Nous passons deux nuits près du lac Song Kol. Nos duvets nous sont bien utiles, car les nuits sont bien fraîches a 3000m d altitude.

Nous redescendons ensuite vers la frontière entre le Kirghistan et l’Ouzbekistan car notre visa prend fin le 22 juin pour cette étape du voyage en Eurasie à vélo. Des routes que nous croyions goudronnées et qui sont en fait des pistes ralentissent notre progression et nous tentons finalement de faire du stop pour gagner la frontière plus rapidement. Nous parcourrons donc 160 km a l’arrière d’une bétaillère. Nous passons la frontiere vers l’Ouzbeqistan pres de la ville kirgize de Kochkor Ata sans aucun probleme.

19/06/2011 au 29/06/2011

Kochkor Ata – Tashkent
Mode de transport : Velo
Distance parcourue a velo: 473 km
Profil : a suivre
Températures minimum: +25C, maximum: +45’C
Météo: Tres fortes chaleurs.
Nombre de nuits sous tente : 4

Matériel non utilise: Vestes et surpantalons impermeables, surchaussures,
polaires, coupe vent patagonia, gants, bonnets
Nous voici en Ouzbekistan, plus precisement dans la partie est du pays, dans la vallee du Fergana, coincee entre le massif des Tian Shan et celui du Pamir Alai.
voyage en Eurasie
Ensuite nous sommes heureux de retrouver une route correcte suite a ces journees de piste au Kirghistan, étape de notre voyage en Eurasie à vélo. Nous sommes frappes par la presence militaire tres forte dans la vallee. En effet, nous savons que des troubles ont eu lieu en 2005. Nous constatons que la police est toujours aux aguets en cas d un nouveau soulevement populaire. La vallee du Fergana est tres peuplee. Lorsque nous faisons une pause pour boire ou manger un morceau, nous sommes immediatement entoures d’ouzbeques qui nos offrent des fruits ou des boissons, et s il est deja un peu tard, ils se battent pour savoir lequel d entre eux nous logera pour la nuit. Nous roulons jusqu a Marguilon ou nous visitons une fabrique de soie traditionnelle.

voyage en Eurasie

Iwan haute salle voutee ouverte sur l’exterieur

Alors que le soir approche et que nous ne savons pas ou dormir, le directeur de la fabrique nous propose de planter la tente au beau milieu des batiements de l’usine, sur un carre de pelouse. Nous prenons une fois encore toute la mesure de la generosite Ouzbeque. Sur notre chemin vers Tashkent, nous rencontrons nos premieres mosquees et nos premieres ceramiques typiques de la region. Enfin, nous quittons la vallee en passant un col a 2200m d altitude qui separe la vallee du reste du pays.

voyage en Eurasie

Cuisson de Chachliks, la delicieuse brochette de mouton d asie centrale

Ce col sera le dernier avant longtemps lors de ce voyage en Eurasie à vélo, car les paysages qui se profilent ensuite et jusqu a l’Europe sont plutot plats. Nous rejoignons Tashkent apres une longue desente vers l’Ouest, entoures de champs deja moissonnes et pares d’un jaune paille uniforme.

29/06/2011 au 12/07/2011

Tashkent – Boukhara – Tashkent
Mode de transport : Train et Velo
Distance parcourue a velo: 726 km en velo, 600 km en train
Profil :

voyage en Eurasie

KochkorAta – Tashkent

Températures minimum: +25C, maximum: +45’C
Météo: Tres fortes chaleurs.
Nombre de nuits sous tente : 6

Matériel non utilise: Vestes et surpantalons impermeables,
surchaussures, polaires, coupe vent patagonia, gants, bonnets

voyage en Eurasie

Champs de coton

Dans le cadre de notre projet tourne vers l agriculture durable, nous avons rendez vous au Kazakstan avec des pecheurs a Aralsk, pres de la mer d’aral. Pour pouvoir aller a ce rendez vous et ne par rater les villes mythiques de Boukhara et Samarcande, nous prenons le train entre Tashkent et Boukhara pour ensuite reprendre notre velo vers Tashkent. Après une nuit a haute temperature dans le train, nous arrivons a Boukhara . Nous découvrons les premiers batiments de la ville dans la lumiere du matin. Par la suite, nous y passons deux journees et rencontrons un couple de francais, partis de France en février et en route pour l’Australie a vélo.

Nous reprenons notre monture pour Samarcande que nous rallions en trois jours. La temperature a l’ombre atteint chaque jour 45 degres.

voyage en Eurasie

Sur la route entre Samarcande et Tashkent, avec 4 autres cyclo-randonneurs

Nous réglons notre rythme quotidien pour éviter les heures les plus chaudes durant ce voyage en Eurasie à vélo: nous nous levons a 5 h et roulons 4h avant de nous reposer a l’ombre. Nous reprenons le guidon vers 16h apres les tres grosses chaleurs. Ce rythme nous fatigue, car nous n’arrivons pas toujours a dormir pendant la sieste : soit la chaleur est vraiment insuportable, soit les ouzbeques curieux et parfois meme passablement alcoolises, nous submergent de questions. Nous arrivons a Samarcande et decouvrons avec emerveillement les magnifiques batiments laisses par Tamerlan.

voyage en Eurasie

le Gour Emir (mausolee de Tamerlan), Samarcande

Nous sommes toutefois un peu decus par les amenagements et le « nettoyage » realises autour des dits batiments pour rendre l’acces et la visite touristique plus aises. Une partie des vieux quartiers qui entouraient le Registan ont ete ainsi rases pour laisser place a de beaux jardins aseptises.

Nous retrouvons le couple de francais rencontres a Boukhara ainsi qu un autre couple avec qui nous decidons de faire route vers Tashkent. Nos 4 jours de pedalages en sympatique compagnie sont rythmes par les tranches de rigolade provoquees par les anecdotes de nos voyages resptectifs.
Nos amis en ont de belles a raconter sur l’Europe, la Turquie et l Azerbaidjan et nous les divertissons avec nos aventures chinoises et kirghizes issues de notre voyage en Eurasie à vélo. Nous arrivons a tashkent fatigues mais tres heureux de cette parenthese francaise.

Nos routes se separent alors et nous partons vers la frontiere kazake pour la suite de notre aventure.

13/07/2011 au 30/07/2011

Tashkent – Atyrau
Mode de transport : Velo + train
Distance parcourue a velo: 1199 km (+1100 km en train)
Profil :

voyage en Eurasie

Boukhara – Tashkent

Températures minimum: +20C, maximum: +40’C
Météo: Fortes chaleurs. Pluies ponctuelles et violentes dans la steppe
Nombre de nuits sous tente : 13

Matériel non utilise: Vestes et surpantalons impermeables, surchaussures, polaires, gants, bonnets. Nous traversons la frontiere Kazake avec un peu d’attente, mais rien d’insurmontable. Nous sortons des batiments administratifs a la nuit tombee et sommes contraints de planter la tente a quelques km de la, dans la nuit.

voyage en Eurasie

le coin velo du bazar de Boukhara

Nous decouvrons donc le Kazakhstan a notre réveil. Sur la route, nous sommes entourés de collines dorées, couvertes d’herbes seches. A quelques kilometres de Chimkent, une des villes importantes de la région, nous constatons que notre pneu avant est ouvert sur un bon demi centimètre et qu’on apercoit la chambre a air a travers. Nous rallions rapidement Chimkent ou nous nous arretons deux jours. Nous visitons le Bazar ou nous achetons un pneu russe et une nouvelle pompe chinoise. Une fois re-equipes de la sorte, nous repartons plein ouest, a travers les plaines plateaux du Kazakstan.
Nous suivons le Syr Darria de loin et pas une petite colline n’apparait autour de nous, malgre cela, nous n’avancons que lentement durant cette partie de notre voyage en Eurasie à vélo, ralenti par un fort vent de face. Sur notre route, nous visitons Turkestan, ou nous admirons notre derniere mosquee de style Timouride.

Nous nous arretons aussi dans une ancienne ville de la route de la soie, Sauran, abandonnée aux vents et au temps.

voyage en Eurasie

Dégustation d’une pastèque chez l’habitant

Passes Kyzylorda, la plaine sur lequel nous progressons devient de plus en plus sec et les villages ou nous pouvons nous approvisionner et demander de l’eau deviennent de plus en plus rares. Nous devons bien organiser notre journee pour arriver a temps dans un village et avoir de l’eau pour la nuit.

Parfois, les seuls etres vivants que nous croisons sur des dizaines de km sont les chameaux, qui nous regardent passer avec curiosite. Au dessus des etendues plates et infinies de steppe planent souvent de lourds nuages noirs et nous pouvons voir le panache de pluie s’echapper de certain d’eux. Une seule fois, la pluie sera pour nous, alors que nous dejeunons a l’abri dans un petit cafe de village. Une chance!

Comme prevu dans notre projet de voyage en Eurasie à vélo, nous recontrons Aldabergen, pecheur et responsable d’un site d’ecotourisme pres du lac de Kambash. Nous plantons la tente au milieu des yourtes du site, a quelques metres des rives du lac. Nous accompagons Aldabergen a la pêche et prenons 3 beaux poissons dans nos filets. Apres deux journees passées a nous baigner et a nous reposer, nous repartons sur la route.

Nous atteignons Aralsk deux jours plus tard. De belles maisons de pêcheurs bordent l’avenue principale… mais elles semblent abandonnées : le rivage actuel se situe a 25 km de la et le port est totalement asseché.

voyage en Eurasie

Ancien bateau de peche echoue dans le port fantome d’Aralsk

Quelques bateaux de pêche, temoins de l’activite passée, sont echoués sur le sable… Suite aux travaux hydrauliques agricoles realises pendant la période sovietique autour du Syr Daria et de l’Amou Daria, la mer d’Aral a en effet vu sa superficie diminuer tres rapidement dans la 2eme moitie du 20e siecle. La construction d’une immense digue permet petit a petit la reconstitution de la petite mer (au nord), au detrimens de la « grande » qui continue de s’assecher a vitesse grand V. Pour sortir du Kazakstan avant la fin de notre visa, lors de notre voyage en Eurasie à vélo, nous choisissons de parcourir les prochains 1100 km de steppe aride en train, de Aralsk a Atyrau.

voyage en Eurasie

Bivouac en bord de lac Qarnystybas, a cote de la mer d’Aral

01/08/2011 au 17/08/2011

Atyrau – Krasnodar
Mode de transport : Velo
Distance parcourue a velo: 1389 km
Profil :

voyage en Eurasie

Tashkent – Aralsk

Températures minimum: +20C, maximum: +35’C
Météo: Beau et chaud + quelques pluies et orages aux alentours de Krasnodar
Nombre de nuits sous tente : 11
Matériel non utilise : surpantalons, impermeables, surchaussures, polaires, gants, bonnets.

voyage en Eurasie

Lac sale asseche, au creux de collines dans la steppe russe

A Atyrau nous traversons le fleuve Oural qui marque la limite geographique entre l’Asie et l’Europe.

voyage en Eurasie

Petite halte en bord de mer Caspienne

Nous entrons donc en Europe! Quel chemin parcouru depuis nos premiers tours de roues en Chine. La steppe est toujours omnipresente autour de nous. Un fort vent favorable nous pousse et nous nous approchons a vive allure de la mer Caspienne. Nous croisons des champs de forages pétrolier. A perte de vue, les machines pompent le pétrole d un mouvement lent et régulier. Les villages sont rares dans cette steppe infinie. Dans l’un d’eux, nous demandons si la mer Caspienne est loin (notre carte au 1/3 500 000 n’est pas assez précise pour dicerner les contours du littoral). On nous l’indique a 3 km de la!

La piste qui y mene est sableuse mais le détour vaut le coup. Installés sur le sable, nous pic-niquons face a l’étendue bleue, en compagnie de quelques chameaux venus se rafraichir les pieds. Nous abandonnons vite l’idee d’un bain de mer car la plage que nous occupons a une pente tellement faible qu’il nous faudrait parcourir plusieurs centaines de metres pour avoir de l’eau jusqu’a la taille.

Nous reprenons notre vélo en direction de la frontiere Russe. A son approche, le paysage deviens plus vert. Nous entrons dans le delta de la Volga. C’est alors que nous nous rejouissons de cette verdure apres tant de sécheresse traversée. Malheureusement, nos nuits sont un peu moins tranquilles et les attaques de moustiques ecourtent souvent nos soirees.

voyage en Eurasie

Eglise orthodoxe dans le Kremlin d’Astrakhan

La frontiere avec la Russie est marquée par un fleuve et apres le poste frontiere Kazake, nous empreintons un pont pour rejoindre le poste frontiere russe. Les russes nous accueillent les bras ouverts. Nous rejoignons Astrakhan le lendemain, ou Dimitri, un nouveau couchsurfer nous loge. En sa compagnie, nous visitons la vieille ville et le Kremlin local. Le vieux centre ville est construit d’anciennes batisses de bois certaines croulantes, d’autes coquettement entretenues. Nous faisons des achats utiles : des lunettes de soleil, un compteur car le notre ne fonctionne plus et un nouveau pneu car notre pneu russe montre d’alarmants signes d’usure.

voyage en Eurasie

Monastere bouddhiste a Elista

Nous reprenons la route en direction d’Elista, un bastion Bouddhiste perdu en pleine Russie. Nous assistons a une ceremonie Bouddhiste, sous l’oeil rieur d’un immense bouddha dore. Les statues multicolores qui entourent le temple nous rappelle la chine lointaine. Sur la route, le delta de la Volga a fait place a un paysage de grandes cultures. Des champs immenses de tournesol, betterave, mais, nous entourent maintenant. Pour rejoindre Krasnodar, nous devons empreinter une route au traffic dense et nous sommes tres contents d’arriver enfin en zone urbaine pour mettre fin a l’enfer des camions et des voitures nous rasant a 100 km/h.

Du 18/08 au 03/09

Krasnodar – Batchisarail
Jours 140 a 156 (17 jours)
Mode de transport : Vélo
820 km parcourus – Total : 9 321 km

voyage en Eurasie

Atyrau – krasnodar

Profil :
Temperatures minimum : +15’C, maximum : +35’C
Meteo : beau et chaud, vent foraborable
Nuits en tente : 11

Matériels non utilises : mouffles, bonnets, surchaussures, surpantalons, vestes impermeables, polaires, micro-doudounes, filtre a eau.
A Krasnodar nous profitons d’un appartement laisse a noter disposition par un couchsurfer pour recharger les batteries et visiter la ville. Celle-ci a beaucoup de charme avec son architecture melangeant neuf et ancien, grandes avenues ombragees et petites rues pavees, batisses sovietiques immenses et carrees et minuscules maisonnettes de bois.
Nous repartons apres 3 jours de repos et une interview aupres de la television locale. Avant d’atteindre la Crimee, nous empruntons de petites routes qui sillonnent sur de belles collines. Nous longeons parfois des vignobles sur des chemins bordes de chenes et de noyers. Nous nous arretons deux jours chez un maraicher en agro-ecologie et l’aidons dans la recolte des aubergines et poivrons en echange du couvert.

Des etangs sales se succedent en s’approchant de Port-Kavkaz, ou de nombreux pecheurs taquinent le poisson.

voyage en Eurasie

Spot face la mer Noire

Un petit ferry nous fait debarquer en Crimee. Jusqu’a Feodocia, nous progressons dans la steppe vallonnee et seche, avec quelques jolies vues sur la mer Noire et des dauphins en migration le long des cotes. Puis le relief s’accentue precipitemment et nous grimpons chaque jour plusieurs cols, sous un soleil de polmb. Nous devalons ensuite les pentes plongeant vers la mer. Les montagnes sont couvertes de forets de chenes et de pins, ou de vignobles ; des haies de cypres et d’amandiers procurent un peu d’ombre sur le goudron. La perspective des baignades nous aide dans les ascensions.
Les touristes russes son encore bien presents malgre l’avancement de la saison et les petits villages cotiers sont pleins de cafes-restaurants en terrasses. Nous leur preferons les villages plus en hauteur ou l’atmosphere est plus calme. Nous y faisons le plein d’eau dans des fontaines.

A Yalta, nous nous reposons 2 jours, heberges par une nouvelle couchsurfeuse. Nous donnons a nouveau une interview a la mairie, qui souhaite promouvoir l’usage du velo dans sa region. Avant de reprendre la route, nous visitons le palais de Livadia ou eu lieu la conference de Yalta en 1945, et le swallow nest, maison de the en forme de chateau de princesse construite sur un promontoir au dessus des flots bleus.

voyage en Eurasie

Vue sur la cote Sud de Crime

Nous repartons a l’assaut de la montagne avec un dernier col surplombant la cote. Les paysages sur la mer et les falaises est spectaculaire. Nus navigons ensuite dans l’arriere pays de la presqu’ile, beaucoup plus forestier et rural. Des villages troglodytes ont ete habites il y a plus de 2000 ans dans le creux de parois calcaires. Aujourd’hui ce sont des moines orthodoxes qui occupent ce genre de lieux ou des monasteres ont ete construits.
Nous descendons des montagnes de Crimee et atteignons Batchisarail le 3 septembre.

Du 04/09 au 17/09

Jours 157 a 170 (14 jours)
970 km parcourus – Total : 10 921 km
Batchisarail – frontiere ukraino-moldave
Temperatures minimum : 10’C, maximum : 30’C
Materiels non utilises : mouffles, bonnets, filtre a eau, polaires, surchaussures
Nombre de jours sous tente : 9
Nombre de jours avec pluie : 2

La sortie de Crimee nous fait retrouver la steppe et des grandes cultures a l’infini. Sur leurs grosses moissonneuses, les fermiers récoltent le tournesol. Le paysage est sec et monotone, alors nous avançons. Comme mous tentons d’eviter les axes majeurs a la circulation trop dense, nous nous retrouvons parfois sur de petites routes, bordees d’acacias et de noyers, qui se transforment soudainement en pistes. Nous devons ainsi traverser une large riviere sur une passerelle flottante. Une autre fois, nous atterissons dans un champs de tomates ou les ouvriers agricoles nous aident a retrouver notre chemin, entre digues et canaux.

voyage en Eurasie

Poissons séchés

Le temps se rafraichit en soiree et nous slalomons a plusieurs reprises entre des orages de fins d’ete. Avant d’arriver a Mykolaev, nous recevons tout de meme une serie d’averses sur la tete qui nous glacent jusqu’aux os. Nous pedalons alors plus fort pour atteindre la ville le soir même. Un couchsurfeur nous y attend au sec dans un grand appartement tout confort.

Ensuite, nous poursuivons notre route en direction d’Odessa en faisant un petit crochet par l’intérieur des terres. Alors que nous nous apercevons qu’une vilaine hernie s’est formée sur le pneu avant. Nous atteignons Odessa in extremis et trouvons un nouveau pneu au bazar. Alors que nous nous dirigions vers le centre historique de la ville, un craquement sec nous fait stopper net. Nous apercevons avec stypeur que notre cadre vient de rompre! Les films defilent dans nos tetes et nous nous voyons deja rentrer en France, penauds. Par chance, nous sommes dans une grande ville et trouvons rapidemment un garage ou une soudure a l’aluminium peut etre effectuee.
Que les choses auraient ete moins simples si nous avions ete en pleine campagne!!

La réparation opérée, nous nous apercevons que la gaine du frein avant n’a pas supporte la manipulation. Notre systeme de frein hydraulique a disques est peu repandu en Ukraine. Heureusement, il existe un magasin spécialisé a Odessa qui vend ce type de materiel. Un cycliste nous y conduit, apres 20 km a sillonner grandes et petites rues de la cite portuaire.

voyage en Eurasie

Récolte manuelle des oignons

Nous repartons avec un nouvel ensemble de frein avant car la gaine a changer n’est pas en stock. Nous arrivons deux jours plus tard dans un vignoble en agriculture biologique, tenu par un francais. Il nous accueille dans l’ancien kolkoze qu’il a rachete et nous l’aidons dans ses vendanges. La frontière moldave n’est plus tres loin. Nous remontons l’estuaire du Nestre puis grimpons quelques collines agricoles avant d’atteindre le poste de douanes. Les formalites ne posent pas de probleme et nous retrouvons avec plaisir l’alphabet latin que nous avions laisse 6 mois plus tot.

Du 17/09 au 30/09

Jours 171 a 185 (14 jours)
746 km parcourus – Total : 11 037 km
Frontiere ukraino-moldave – Sibiu, Roumanie
Temperatures minimum : 10’C, maximum : 30’C
Materiels non utilises : mouffles, bonnets, micro doudounes, polaires, filtre a eau, surchaussures
Nombre de jours sous tente :11
Nombre de jours avec pluie : 0

La Moldavie est minuscule, coince entre l’Ukraine et la Roumanie. Le relief se plait a mettre des collines sur notre route, nous faisant grimper pour descendre immédiatement. Alors que nous pédalons sous un beau soleil, la récolte du mais bas son plein autour de nous. Aucun problème pour obtenir nos 7 litres d eau quotidiens! Des puits d eau potable jalonnent la route. Certains sont même magnifiquement décores. Nous atteignons la Roumanie en trois jours de traversée.

voyage en Eurasie

Différents modes de transport en Roumanie

En Roumanie, le temps semble s etre arrete de manière surprenantes durant ce voyage en Eurasie à vélo. Les recoltes sont manuelles, les charettes a cheval sont plus nombreuses sur la route que les voitures, des brochettes de babouchkas aux fichus noues sous le menton sont assises sur leurs bancs adosses aux maisonnettes… Nous roulons jusqu a Bacau ou nous sommes hébergés par Daniel et ou nous rencontrons ces amis. L’un d eux decide de nous suivre pendant une journée. Nous sommes toujours tres contents d avoir de la compagnie, car cela change un peu notre quotidien. Apres avoir laisse notre nouvel ami a la gare, nous decidons d aller visiter un monastere situe non loin. Les moines orthodoxes sont tous semblables et assez effrayants : barbes longues, cheveux longs, joues creuses. Leurs monastères sont toutefois vivants et tres bien entretenus.

 
voyage en Eurasie
Monastère Orthodoxe lors de notre voyage en Eurasie

Commence alors pour nous notre premiere traversée des Carpates pendant ce voyage en Eurasie à vélo. Nous avons choisi de realiser celle ci via les gorges du Bicaz. La route devient de plus en plus etroite et bientot, seul un fin passage goudronne et la riviere trouvent une place au creux du defile. La route jusqu au col n est ensuite plus tres longue. Nous dormons en tente au sommet, malgre plusieurs mises en gardes contre les ours.

voyage en Eurasie

Spot au bord du lac Pangarati

Apres ce premier passage des carpates, nous sommes en Transylvanie, vaste region centrale roumaine. Nous empruntons de minuscules routes et traversons des villages aux maisons colorees et aux eglises fortifiees. Nous visitons quelques unes de ces églises, certaines datant du Moyen-Age et toujours debout.

voyage en Eurasie

Maisons colorées dans un village medieval, Transylvanie

Nous arrivons a Sighishoara, ville natale de Dracula, et nous visitons son beau centre medieval sans croiser le sieur aux longues dents. Nous continuons notre traversee de la Transylvanie et nous arretons a Sibiu, ou nous sommes loges par Mihail. En attendant de nous lancer pour la deuxieme traversee des Carpates, nous profitons du vieux centre de cette belle ville magnifiquement conservee.

Du 01/10 au 15/10

Jours 185 a 199 (15 jours)
701 km parcourus – Total : 11 738 km
Sibiu, Roumanie – Novi Sad, Serbie
Temperatures minimum : 8’C, maximum : 28’C
Materiels non utilises : mouffles, micro doudounes, filtre a eau, surchaussures
Nombre de jours sous tente : 6
Nombre de jours avec pluie : 5

Nous quittons Sibiu toujours sous un soleil d’octobre rayonnant, digne d un plein ete. Nous sommes maintenant pleinement conscients de notre chance durant ce voyage en Eurasie à vélo car cet ete indien est loin d etre systematique en Roumanie. Vues les conditions meteo clementes, nous n hesitons pas et choisissons de traverser les Carpates (meridionales cette fois) via la route goudronnee la plus haute du pays, la « transalpina ». L ascension commence tranquillement le long d une riviere que nous suivons au fond de profondes et sombres gorges. La pente devient de plus en plus raide en fin de journee et nous passons finalement un premier col, ereintes. Nous n allons pas plus loin et montons le camps au milieu des sapins. Le lendemain nous descendons avec « rage » 500 metres de deniveles que nous remontons ensuite sur le versant en face. Ainsi va la montagne….

Conscients du col a 2150m qui nous attend aujourd hui, nous grimpons selon un rythme simple et efficace: tous les 100 metres de denivele, nous faisons une pause pour boire un coup et avaler un peu de sucre. Les lacets qui serpentent sur le dos de la montagne sont parfois tellement raides que nous devons realiser nos propres lacets entre les deux cotes de la route. Cela nous permet de diminuer le pourcentage de la cote et multiplie par deux la distance parcourue! Grosse journee! Nous passons le col vers midi, victorieusement, sous les flashs de quelques touristes interesses par notre etrange monture. La temperature remonte au gres de notre descente. Au bas de cette pente sans fin, nous constatons que nos freins avant sont a nouveau sans pression et donc absolument inutiles…

Nous roulons tranquillement vers la frontiere avec la Serbie ou nous devons retrouver les parents de Pauline pour quelques jours de velo en leur compagnie. Avec eux, nous suivons l Eurovelo6, route cycliste plus ou moins bien fléchée le long du beau Danube bleu. Le jour ou nous les retrouvons, notre cher ete indien prend fin et nous passons trois jours sous un ciel gris et bas, evitant les fines pluies aux gres de notre route. Heureusement, le standing de notre voyage en Eurasie à vélo prend du grade avec les parents de Pauline et nous passons toutes nos nuits bien au chaud dans de petites chambres trouvees chez l habitant, le long du Danube. Nous les quittons une semaine plus tard, non loin de la frontiere croate, apres avoir visite Belgrade.

Du 16/10 au 28/10

Jours 199 a 212 (14 jours)
847 km parcourus – Total : 12 585 km
Novi Sad, Serbie – Rijeka, Croatie
Temperatures minimum : 0°C, maximum : 18°C
Materiels non utilises : filtre a eau
Nombre de jours sous tente : 5
Nombre de jours avec pluie : 2

Nous entrons en Croatie par une minuscule frontière où les douaniers jettent  à peine un regard sur nos passeports. Nous devons insister pour obtenir un tampon d’entrée, au cas où.

Le soleil est de retour mais les températures ont fortement chuté. Nous passons trois nuits sous la tente avec chaque matin la toile extérieure couverte de givre. La fermeture éclaire du double toit ne fonctionne plus depuis longtemps et nous comptons sur la porte de la tente pour nous protéger des vents glacés pour le reste du voyage en Eurasie à vélo. Un petit pépin avec notre réchaud nous pousse à cuisiner sur du feu au lieu d’utiliser notre matériel. Nous profitons de la chaleur dégagée par ce dernier avant d’aller nous glisser dans nos duvets.

La Croatie que nous découvrons est bien différente de celle que nous connaissons, le long de la mer Méditerrannée. Alors que les régions côtières sont très touristiques, les zones que nous traversons sont encore marquées par la guerre des Balkans, un moment d’histoire marquée sur ce territoire, pendant notre voyage en Eurasie à vélo. Dans les villages, une maison sur trois porte des impacts de balles sur ses façades. Le long des routes de campagne, nous sommes effrayés par la présence régulière de panneaux indiquant la présence de mines anti-personnel, d’autant plus que nous progressons dans un brouillard éparse. Hors de question de planter la tente dans ces lieux abandonnés! Un endroit le plus dangereux.

Finalement, nous sommes hébergés par des croates et découvrons les spécialités culinaires locales: jambon sec, alcool de prune, et bien sûr l’Ajvar, une purée de poivrons cuits au feu de bois. Aussi, nous profitons aussi des chambres d’hôtes que nous trouvons sur la route pour moins souffrir du froid la nuit.

Nous traversons les Alpes Dinariques, au nord ouest de la Croatie. Lorsque nous atteignons environs 600 mètres d’altitude, les bords de route sont semés de tas de neige. Deux cent mètres plus haut, au passage d’un col, nous sommes enveloppés d’un brouillard epais. Parfois nous distonguons parfois quelques sommets proches mais la plupart du temps nous ne voyons pas à plus de quelques metres devant nous.

voyage en Eurasie

Traversée des Alpes Dinariques dans les nuages

Nous sommes toutefois récompensés car une fois la montagne franchie, nous apercevons la Méditerrannée à travers quelques éclaircies. Nous filons sur des lacets qui nous amènent jusqu’à Rijeka. Environ 20 km avant d’atteindre la ville, nous entendons un bruit tres étrange venant du pedalier. Nous nous arrêtons net. En tentant de reprendre notre route nous constatons que le système de roue libre installé entre les deux pédaliers de notre tandem est cassé. Les coups de pédales de Pauline ne servent plus à rien car la transmission est hors d’usage. Rémi pousse tout seul sur les pédales, soufflant et suant, pour parcourir les km restants pendant ce voyage en Eurasie à vélo.

Des pluies torrentielles nous bloquent deux jours à Rijeka. Nous en profitons pour réparer notre vélo, en montant un pédalier droit à l’envers à la place du pédalier gauche. Espérons que ça tienne jusqu’en France. Le mécano nous conseille de resserer la pédale tous les 300 km. Nous repartons alors et gagnons rapidement la Slovénie. Arrivés, nous traversons ce minuscule pays d’Europe en deux jours. Ainsi nous retrouvons avec facilité la monnaie européenne et avec un peu moins de plaisir les prix élevés des nos denrées journalières.

voyage en Eurasie

Opatija, paisible village en bord d’Adriatique

Du 29/10 au 13/11

Jours 213 à 228 (16 jours)
660 km parcourus – Total : 13 245 km
Rijeka, Croatie – Cuneo, Italie
Températures minimum : -10°C, maximum : 15°C
Matériels non utilises : filtre a eau
Nombre de nuits sous tente : 5
Nombre de jours avec pluie : 5

En Italie,  pour continuer ce voyage en Eurasie à vélo, nous avons rendez vous avec les parents de Rémi pour visiter Trieste et Venise. Nous passons deux jours avec eux dans ces villes de décors de cinéma.
Ensuite, nous reprenons notre route et continuons les visites culturelles car les villes de cette région d’Italie sont plus belles les unes que les autres. Nous visitons ainsi Padoue et Vérone, pleines de charmes et de surprises.

voyage en Eurasie

Vérone lors de notre voyage en Eurasie

voyage en Eurasie

Notre attelage devant un étal de fruits et légumes d’automne

voyage en Eurasie

Venise

voyage en Eurasie

Les retrouvailles avec la famille de Rémi

Nous longeons le lac de Garde mais nous ne le distinguons que très mal à travers l’épais brouillard qui flotte sur l’eau lisse, mauvais temps dans ce voyage en Eurasie à vélo. Les nuages bas nous menacent et la pluie est prévue pour les prochains jours. Effectivement, quelques jours après nous passons une journée entière sous la pluie glacée.

Heureusement que nous sommes logés le soir par Giorgio, à Pavia. Nous restons d’ailleurs chez lui 4 jours, le temps de laisser passer les trombes d’eau qui s’abattent sur l’Italie du nord. Lorsque nous reprenons la route, la campagne est inondée et les rivières sont en crues. Nous passons au dessus du Pô dont les eaux troubles débordent largement sur les berges et noient le pied des arbres. Impossible de trouver un petit coin de terre sèche pour planter la tente.

Nous échouons finalement sur la belle pelouse de l’entrée d’un château. Nous sonnons a la porte et, sans réponse, nous décidons de rester pour la nuit. Malheureusement le châtelain finit par arriver dans la nuit noire et prend peur en voyant notre tente plantée sur son domaine. Apres fortes remontrances dans un français parfait, il nous laisse finalement dormir là. Nous quittons les lieux au petit matin. Le temps est brumeux et nous roulons vers l’extrême ouest de l’Italie sans bien distinguer le petit relief que nous traversons. Puis, lorsque nous arrivons aux abords des Alpes, ces dernières se dévoilent dans le bleu d’un ciel sans nuages.

Nous confirmons auprès des carabinieris que le col de La Maddalena est ouvert malgré la neige qui est tombée drue la semaine passée. Le col a été rouvert la veille: nous sommes chanceux, une fois de plus! Nous entamons l’ascension, le sourire aux lèvres en pensant à la frontière française si proche.

Du 14/11 au 30/11

Jours 228 à 245 (17 jours)
512 km parcourus – Total : 13 757 km
Cuneo, Italie – Montpellier, France
Températures minimum : -10°C, maximum : 15°C
Matériels non utilises : filtre a eau
Nombre de jours sous tente : 4
Nombre de jours avec pluie : 0

Nous grimpons sur 60 km le long de la route qui sinue dans la vallée du Stura. Le temps est magnifique et le froid sec nous pique un peu le nez. Les pics enneiges se dressent de part et d autre de la vallée et forment comme une haie d honneur pour notre arrivée en France. A 10 km de la frontière, la nuit n est plus très loin et nous ne pouvons nous lancer pour l’ascension finale jusqu’en France pour arriver sur la fin de ce voyage en Eurasie à vélo. Nous plantons la tente dans un jardin abandonné à l hiver d’un chalet désert. La température chute vertigineusement avec le jour. Nous nous réfugions dans une pizzeria, ouverte malgré cette mi-novembre en pleine montagne.

Le lendemain, nous remontons sur notre tandem le lendemain et grimpons sans mal les 10 lacets qui nous séparent du col. C’est alors que nous voyons apparaître le petit panneau bleu sur lequel nous lisons avec émotion le nom de notre pays. France, nous voila! Nous dévalons le versant français des alpes. Le froid est vif et il devient de moins en moins agréable de manger dehors à la nuit tombée. Heureusement, nous allons abandonner de plus en plus nos duvets pour les troquer contre de bons lits bien chauds dans les nombreuses maisons où nos amis nous attendent sur notre route.
Ca sent la fin de ce voyage en Eurasie à vélo.

Les chênes truffiers, dénudés de leurs feuilles, s’alignent dans les champs. Les alpes du sud laissent place à la Provence. Nous longeons la Durance jusqu’à Aix en Provence. Puis, nous atteignons Marseille et la mer méditerranée, accueillis par les cris a l’accent marqués d’enfants et d’ados aux sorties des classes. Nous mettons ensuite cap vers Montpellier, en passant par la Camargue. Le vent nous secoue une nuit entière à coté du lac de Vacares. Nous arrivons enfin a Montpellier, accueillis comme des héros par la famille de Remi ainsi que quelques journalistes prévenus pour l’occasion.

Du 01/12 au 10/12

Jours 246 à 256 (10 jours)
480 km parcourus – Total : 14 237 km
Montpellier, France – La Rochelle, France
Températures minimum : 3°C, maximum : 16°C
Matériels non utilises : filtre a eau
Nombre de nuits sous tente : 0
Nombre de jours avec pluie : 0

Le départ de Montpellier se fait sous un soleil magnifique. Nous reprenons nos habitudes après quelques jours de repos bien mérités. Nous traversons quelques petits reliefs semés de vignes. Les vignerons sont à la taille et nous saluent de loin. Notre bolide a toujours autant de succès. Nous atteignons Béziers ou nous rejoignons le canal du midi. Nous comptons suivre ce fil directeur jusqu’à Toulouse où plusieurs amis nous attendent de pieds fermes.

Les berges ne sont pas toujours très entretenues. Les feuilles d automne se sont accumulées en de nombreux endroits sur le chemin de terre. Nous n’avançons que très lentement. Nous reprenons la route goudronnée de temps en temps pour atteindre notre quota journalier de kilomètres. Un soir, la nuit nous surprend alors que nous sommes encore a plusieurs kilomètre de Castelnaudary où des amis nous attendent. Nous rejoignons la route goudronnée pour accélérer le rythme. Soudain, des gyrophares apparaissent et une voiture de gendarmerie nous aborde. Lorsque nous nous arrêtons sur le bas-côté, les deux gendarmes du camion nous expliquent que nous ne sommes pas assez visibles pour rester sur la route. Ils nous indiquent le canal du midi que nous venons de quitter comme voie sécurisée pour terminer ce voyage en Eurasie à vélo…

Un peu embêtés, nous leur expliquons que nous avons peur de tomber dans l eau du canal à cause du manque d éclairage… Très gentiment, ils nous prêtent alors leur lampe torche puissante. Ils partent en nous donnant rendez vous a la gare de Castelnaudary. Nous les y trouvons quelques instants plus tard et nous leur rendons leur bien en les remerciant. La journée qui nous amène à Toulouse via le canal est marquée par la venue en sens inverse de trois de nos amis toulousains. Nous roulons en bonne compagnie jusqu’à la ville rose et déjeunons dans un petit restaurant au bord du canal… Ah, la gastronomie française nous a manquée. Nous profitons de ce petit tour en France pour remémorer à nos papilles le bon goût de la cuisine française.

Dernière tranche de notre voyage en Eurasie à vélo sur la cote sud ouest de la France. Nous arrivons à La Rochelle Samedi 10 décembre, accompagnés encore une fois de quelques amis venus se joindre à nous sur ces derniers kilomètres. Que d’émotion et de joie à notre approche de la ville que nous avons quittée il y a 9 mois et demi!! Notre voyage s’achève, la boucle est bouclée, nous sommes de retour a la maison…

Matériel utilisé pour ce voyage en Eurasie à vélo

CATEGORIE MODELE  MARQUE MOTIVATION DU CHOIX POUR CE VOYAGE EN EURASIE  REMARQUE AU FIL DE L’UTILISATION DURANT CE VOYAGE EN EURASIE PERSONNE
 PANTALON  MERIDIAN CONVERTIBLE PANT  THE NORTH FACE  Leger et polyvalent. Ajustement possible pour une longueur pantacourt et une longeur short. Ceinture elastique, sans passant pour ceinture : Permet d etre confortable meme sur le siege avant de notre velo. Nombreuses poches tres pratiques. Peu adapte a des temperatures froides : en cas de froid, il sera double d un cycliste en coton simple (Decathlon)  Points positifs : sechage ultra rapide, legerete.  pied. Necessite du short a voir (tres court), car passage en zones musulmanes pendant les periodes les plus chaudes de ce voyage en Eurasie à vélo.  PAULINE
 T-SHIRT MERINOS  SF 150 RETREAT TANK  ICEBREAKER  Achat non prevu initialement pour le projet. Interet de la laine superieure a celui du coton pour ses capacites calorifiques et contre les mauvaises odeurs en cas d utilisation repetees. Legerete.  Point negatif : trop echancre pour passage en zones musulmanes.  PAULINE
 VESTE DE MONTAGNE  TORRENTSHELL JACKET  PATAGONIA  Cette veste nous sera utile lors des journees de pluie. Elles sont impermeables avec des aerations possibles sous les bras (fermeture 2claire). Les cordons d’ajustement de la capuche sont bien penses et permettent de regler la capuche au plus pret du visage pour moins de gene. Les zones sensibles aux infiltrations d’eau (visage, cou, ouverture des manches) semblent bien etanches. Patagonia est une marque reconnue pour ses vetements de sport extreme et parfaite pour ce voyage en Eurasie à vélo    PAULINE ET REMI
 SOFTSHELL  TRAVERSE JACKET  PATAGONIA  Cette veste sera notre protection quotidienne avec la possibilite d y ajouter ou d y retrancher des couches chaudes et/ou impermeables. Nous l’avons choisi pour cette polyvalence. Elle est legere et protege contre le vent. Auss iElle reste etanche a des pluis fines. Puis Elle rapidement. 3 Poches pratiques avec fermetures eclaires. Patagonia est une marque reconnue pour ses vetements de sport extreme. Points positifs: Tres bonne protection contre le vent. Points negatifs : quand le soleil devient fort, elles sont rapidement trop chaudes. Prevoir un tee-shirt a manche longue pour se proteger du soleil quand cette veste est otee. Inquiétude pour Remi sur le systeme de fermeture éclaire a la base (25/04) : petite partie en plastique qui commence a se détacher.  PAULINE ET REMI
 DOUDOUNE  DOWN SWEATER  PATAGONIA  Pour nos periodes sans effort (soir et matin) dans les zones froides (montagnes, hivers…) Temperatures attendues allant jusqu a -10C. Apres un journee de sport, necessite de se couvrir si les temeratures descendent avec le nuit. Tres bon compromis entre chaleur, legerte et volume occupe. Patagonia est une marque reconnue pour ses vetements de sport extreme.  Utilisation des microdoudounes par climat tres froid et sec (jusqu a -14C). Utilisation avec coupe vent dessus ou dessous. A – 14C, conditions limites: pas de station immobile plus de 1 heure  PAULINE ET REMI
 CHAUSSURE  ZEN LADY  SCARPA  Legeres et assez robustes, non specifiques pour le cyclisme.(faites pour la randonnes d approche en escalade). Nous n avons pas choisi de chaussures mixtes avec des clips pour le velo car nous n avons pas ete convaincus par ces dernieres lors d un essai, surtout pour leur utilisation pour la marche. Non chaudes et non impermeables : Elles serons doublees si necessaire (grand froid ou pluies) de surchaussures en neoprene (decathlon).  Points positifs : beaucoup moins de prise d’eau. Tres bonne protection contre froid et humidite avec surchaussure en plus. Bonne adherence de la semelle, meme sur glace ou neige.  PAULINE
 CHAUSSURE  GUIDE TENNIE  FIVE TEN  Tres legeres et assez robustes, non specifiques pour le cyclisme.(faites pour la randonnes d approche en escalade). Nous n avons pas choisi de chaussures mixtes avec des clips pour le velo car nous n avons pas ete convaincus par ces dernieres lors d un essai, surtout pour leur utilisation pour la marche. Non chaudes et non impermeables : Elles serons doublees si necessaire (grand froid ou pluies) de surchaussures en neoprene (decathlon). Tres forte adherence : tres bonne accroche aux pedales, meme par temps humide.  Points positifs : tres legeres et confortables. Tres bonne adherence sur substrat rocheux Points negatifs : prennent l’eau rapidement et sechent lentement. Quelques coutures qui se defont, sans importance pour le moment (23/04). Le cuir commence a souffrir legerement (20/04) Les semelles s’usent relativement vite, en particulier au niveau des talons. Mauvaise adherence sur glace ou neige  REMI
 CHAUSSETTE  TREKKING SILVER  X-SOCKS  Achat non prevu initialement pour le projet. Systeme favorisant une circulation d’air le long des chevilles, permettant un apport de chaleur au niveau du pied : utilisation esperer entre -10 et +20 degres. Presence de fils d’argent qui agissent comme anti-bacterien et permettent de rester plusieurs jours sans lavage sans odeur. Le bout des chaussettes est renforce pour eviter l’apparition de trous pendant le voyage en Eurasie à vélo.    REMI
 CHAPEAU  ORICAP  EIDER  Materiel que l’on avait deja avant. Pour se proteger du soleil. Tres leger.    PAULINE ET REMI
 SURCHAUSSURES  1.0MM  B’TWEEN  Pour completer nos chaussures non etanches et peu chaude, nous avons des surchaussures basiques de cyclistes en neoprene. Utilisation occsionnelle ( environs 30X), donc choix de bas de gamme. Ajoute 10C d apres la notice.    PAULINE ET REMI
 TENTE  FJELLHEIMEN 3 CAMP  HELLSPORT  Tente avec grande et relativement haute abside. En cas de mauvais temps, nous pouvons nous servir de cette abside comme lieu de vie et par tous les temps, y preparer a manger a l abri (sauf avec le rechaud). Cet espace permet eglement de stocker toutes nos affaires au sec pendant la nuit tout en gardant un lieu pour dormir pas trop exigu durant ce voyage en Eurasie à vélo. Helsport, marque eprouvee. La FJELLHEIMEN 3 CAMP propose le plus faible poids sur le marche avec les caracteristiques recherches. Point negatif avant essai: le poids reel est au dessus du poid indique par le fournisseur.  Couleur vert sombre tres bien adaptee pour passer inapercue en soiree. Hauteur de l’abside et de l’habitacle tres confortable : possibilite de se tenir assis en tailleur, et ainsi manger, s’habiller, etc sans toucher les parois de la tente (pas de contact avec eventuelle condensation). Grande abside tres pratique pour mettre l’ensemble des affaires a l’abri, remorque Bob yack compris. Grand volume dans l’habitacle qui permettrait a une 3e personne de dormir.  EQUIPEMENT COMMUN
 SAC DE COUCHAGE PLUME    VALANDRE  Duvets dont nous avions deja fait l aquisition il y a 2 ans pour de la randonnee en montagnes et autres projets en dehors de ce voyage en Eurasie à vélo. Poids non optimum, mais efficacite contre le froid eprouve par nous meme lors de randonnees en hivers dans les pyrennes (couchage en cabane et en tente sur la neige). Possibilite de jumelage. Veillissement correct ( 2 ans d utilisation, ont toujours ete conserves hors de leur sacs de rangement lors des periodes sans utilisation)  Temperatures des nuits passees en tente du 1er au 23 avril : entre -5 et 10 degres. RAS pour le moment : certaines nuits avec duvet entierement ferme, d’autres avec duvet ouvert aux 3/4  PAULINE ET REMI
 SAC A VIANDE      Pour l hygiene de nos sacs de couchage que nous ne serons pas en mesure de laver, nous avons des sacs a viande. Ils sont fait main en tissu 40%soie, 60%coton. Cette proportion leur permet de ne pas avoir la texture de la soie pure (desagreable au contact de la peau, d apres nous) tout en gardant l interet de la soie en sechant rapidement. Ils sont leger (85g) et ont des doubles coutures pour resister plus longtemps.  Laves une premiere fois apres une 15 aine d’utilisations. Sechage ultra rapide (10 minutes).RAS pour le moment sur la robustesse  PAULINE ET REMI
 TAPIS DE SOL  PROLITE  THERMAREST  Tapis dont nous avions deja fait l aquisition il a 2 ans pour de la randonnee en montagnes et autres projets. Nous sommes tres satisfaits de leur caracteristiques. Leur isolation est excellente : nous avons deja dormi sur la neige avec). poids correct. Veillissement correct (2 ans d utilisation, ont toujours ete conserves hors de leur sacs de rangement lors des periodes sans utilisation)  Terrains relativements plat sur les terrasses. Les tapis de sol absorbent les petites asperites et isolent tres bien. Pas de crevaison a deplorer apres 1 mois, malgre vegetation epineuse durant ce voyage en Eurasie à vélo. Tapis de la tente + bache posee sous la tente protegent les tapis.  PAULINE ET REMI
 OREILLERS GONFLABLES    QUECHUA  Non essentiel mais pour notre petit confort pendant 9 mois durant ce voyage en Eurasie à vélo. Gonfable,leger, Paraissent relativement fragiles (a voir selon usage) mais possibilite de reparer si crevaison avec le kit dfe reparation de la tente.    PAULINE ET REMI
 SERVIETTE  PACTOWL ORIGINAL XL  MSR  Grand pouvoir absorbant et légèreté pour sécher la tente à l’intérieur et à l’extérieur avant empactage Coupee en 4, dont seuls 2 bouts ont ete emportes car suffisants.  Utilisation reguliere, sechage rapide, grand pouvoir absorbant confirme.  PAULINE ET REMI
 SERVIETTE  PACKTOWL PERSONAL S  MSR  Nous emportons cette serviette tres absorbante pour secher la tente. Apres chaque nuit la tente est allourdie par l eau qui a condense pendant la nuit. Secher la tente nous fera enlever du poids inutile sur ce voyage en Eurasie à vélo.    EQUIPEMENT COMMUN
 RECHAUD + BOUTEILLE + KIT ENTRETIEN  GRAVITY II MF  PRIMUS  Le premier interet de ce rechaud est la possibilte d utilise differents combustibles qui seront a priori disponibles dans les contrees que nous traverserons (essence, petrole, gaz…). D’apres les commentaires d utilisateurs de ce rechaud lus sur internet (trailspace.com, www.auvieuxcampeur.fr, www.backpackinglight.com, https://voyageforum.com), il est leger, stable et puissant. Sa construction le rend plus leger que d autres rechauds comparables. Cette version a ete amelioree par rapport a la precedante sur tous ses points negatifs.  Des problemes survenus avec le 1er carburant (a priori essence sans plomb mais pas sur) : le rechaud s’eteignait de maniere impromptue, en debut de cuisson ou apres 5 minutes… Les 0.5L de carburants nous ont tout de meme permis de preparer une 15aine de repas. Depuis que l’on a change de carburant (essence de base?), plus de probleme a deplorer. Nous effectuons un nettoyage superficiel avec une brosse a dent apres chaque utilisation. Point negatif sur le reflecteur en aluminium : il est trop rigide pour etre range sans prendre trop de volume, du coup il s’est rapidement casse en plusieurs morceaux. Nous avions fabrique un systeme equivalent il y a quelques temps avec des plaques d’aluminium beaucoup plus souples, fines (et legeres), qui avait tenu plusieurs mois durant ce voyage en Eurasie à vélo.  EQUIPEMENT COMMUN
 FILTRE A EAU  MINIWORKS EX  MSR  Nécessité filtration eau sur passages potentiellement sans approvisionnement. Besoin d’un matériel fiable, très léger. Bon retour d’expérience (carnet d’aventures, trailspace, vieux campeur). Marque et modele eprouves. Entretien possible sur le terrain. Leger. Un des filtres les plus fins du marche. Ce filtre nous permettra de ne pas etre dependant des villes et villages et de l eau en bouteille pour notre approvisionnement en eau durant ce voyage en Eurasie à vélo.    EQUIPEMENT COMMUN
 POPOTTE    QUECHUA  Popotte deja acquise de longue date. Legere, fiable, simple, complete. Volu;e de preparation suffisent pour deux personnes.    EQUIPEMET COMMUN
 TABOURET TREPIED    DECATHLON  Non essentiel mais pour notre petit confort pendant 9 mois que dura ce voyage en Eurasie à vélo. Permet de s assoir autre part que par terre. Un seul Tabouret est necessaire, car le siege avant du velo peut etre utilise comme siege complementaire a la arret. Leger. Reuperer aupres de notre famille. Deja servi.    EQUIPEMENT COMMUN
 VELO TANDEM  PINO ALLROUND  HASE  Nous préférons un tandem à deux vélos séparés pour partager instantanément nos impressions, communiquer facilement et avancer au même rythme durant ce voyage en Eurasie à vélo. Notre choix de tandem s’est porté vers un attelage original, un Pino Hase, qui propose une position couchée pour la personne à l’avant et une position plus classique à l’arrière. Ce tandem offre une vue dégagée pour les deux personnes et la possibilité d’intervertir les positions pour le plus grand confort de chacun. Aluminium : plus de legerete mais difficulte a souder si casse. Freins hydrauliques a disques Nagoura Louise : robustesse et puissance. Mais probleme si casse car tres difficile a reparer.  Entretien regulier de la chaine (nettoyage et regraissage) : tous les 10 jours durant ce voyage en Eurasie à vélo. Petit dereglage de la poignee de frein arriere, qui est un peu lache. Grande utilite des freins a disque hydraulique lors des fortes descentes. 1 crevaison a deplorer en 25 jours : 1 sur roue avant, malgre epaisseur du pneu. Aggraphe incrustee. Produit anti-crevaison a bien reagi : pneu non repare apres 10 jours.  EQUIPEMENT COMMUN
 REMORQUE + SAC  BOB YACK  BOB  Choix d’une charette pour ne pas alourdir le poids en portance directe sur le velo : pour moins faire travailler le cadre et la fourche avant. Grande capacite de stockage ( L) et peut supporter jusqu’a 32kg. Permet de maintenir a l’abri quasiment toutes nos affaires durant ce voyage en Eurasie à vélo (sac etanche). Mais poids supplementaire (7.8 kg) et frottements supplementaires au niveau de la roue. Une seule roue pour limiter ces frottements. La charette Bob Yack a d’excellentes references aupres des cyclo-randonneurs.    EQUIPEMENT COMMUN

 

0 commentaire
0

Vous pourriez aussi aimer