Ultra-Draille à Montpellier au FESTA TRAIL

par Expérience Outdoor
Ultra-Draille à Montpellier au FESTA TRAIL

José ALMINANA nous partage son expérience à l’Ultra-Draille à Montpellier lors du Festa Trail du Pic Saint Loup. L’Ultra Draille est un parcours de 120 kilomètres et 5 500 mètres de dénivelé positif, traversant forêts méditerranéennes et crêtes rocheuses, garrigues et vignobles. 

Informations sur la compétition Ultra-Draille à Montpellier

Vers le Roc blanc lors de la participation à la course Ultra-Draille à Montpellier pendant le Festa Trail 2011

Participant à l’Ultra-Draille à Montpellier

José ALMINANA

Présentation de José ALMINANA par Christine FORGEAT

« José est avant tout un passionné de montagne et de toutes les activités s’y rattachant notamment : l’alpinisme, le ski de randonnée, le ski alpin, l’escalade, la randonnée. Les Pyrénées furent son premier terrain de jeu puisqu’il a habité à Toulouse de nombreuses années, puis les Alpes avec plusieurs ascensions du Mont Blanc vers des sommets plus lointains au Pérou et en Bolivie avec notamment l’ascension de l’Illimani à 6500m d’altitude… Son rêve entre beaucoup d’autres est de « gravir l’Everest ».

La course à pied s’est imposée comme une préparation aux courses en montagne mais la vie l’ayant éloigné de sa passion, le trail et l’ultra endurance (comme l’ultra-trail à Montpellier) ont pris une place plus importante dans sa vie : finisher de la diagonale des fous puis de l’UTMB à 2 reprises pour ne citer que les plus fameuses.
Mais José n’est pas là que pour le sport ou la performance, c’est un amoureux de la nature et des autres. Il s’arrête volontiers en pleine course pour prendre des photos, méditer ou tout simplement admirer le paysage. Il aime l’aventure humaine que ces épreuves occasionnent.

Enfin, son moral d’acier lors des courses longues le caractérise tout particulièrement. Il peut marcher et courir plus de 46 heures sans dormir et rester jovial et souriant. Impressionnant ! »

Course de l’Ultra-Draille à Montpellier

Quand j’ai appris la création du Festa Trail, avec 4 courses dont un ultra de 120 km, je n’ai pas hésité longtemps. Courir dans son « jardin », quel bonheur !

Entraînements pour l’Ultra-Draille à Montpellier

Par semaine : 25/30 km de VTT, 1 à 2 sorties de 12 à 20km de course à pied (trail)
Difficile de faire plus (boulot)
Par quinzaine : 1 sortie trail longue (+ de 3 h)
La dernière semaine avant l’ultra trail : repos et trottinage (30 à 45 minutes) 2 fois dans la semaine.

Quoi d’autre dans les environs lors du Festa Trail

Le marathon de l’Hortus est une autre course ayant lieu pendant le Festa Trail du Pic Saint-Loup.

Participation à Ultra-Draille à Montpellier : Le jour J pour 120 km de bonheur

Saint-Mathieu-de-Tréviers : l’accueil

Saint-Mathieu 3 h 15, le petit groupe de mordus est là. Je retrouve des copains, un microcosme d’une espèce en mutation, ambiance sympa et calme.
Pierre est là, il veille aux moindres détails. Il est aux petits soins, il sait mieux que personne ce qui nous attend !
Il me présente à la seule représentante espagnole. Elle et son ami qui l’accompagne ne parlent pas un seul mot de français, je fais donc l’interprète !
Montsérrat Sistere Llop n’est pas là par hasard. Spécialiste de l’ultra endurance, elle a ses chances pour le podium, d’autant que nos courageuses amazones ne sont que trois !

Causse de la Selle : Le départ

Il est 4 h 45. Après un petit déj rapide , nous sommes 91 sous l’arche de départ ! Pierre fait le briefing, intimiste, 3, 2, 1, go ! Il est 5 h !
Nous partons doucement, Montsé est avec moi et je lui rappelle de bien faire attention au balisage.
Très vite nous quittons la route pour longer un joli chemin entre murets de pierres. Le petit groupe avance bien et ma compatriote n’est pas loin derrière.

Vers Monthaut lors de la course Ultra Draille à Montpellier pendant le Festa Trail

Aux premières lueurs du jour

Nous sommes sur les crêtes, et déjà nous nous égarons, plus de balisage !
Nous rejoignons le chemin et Montsé nous passe devant, concentrée, je ne la reverrai plus, sauf sur le podium !
On ne peut pas trop courir sur les crêtes et tant mieux car j’ai des douleurs abdominales très fortes ! Je n’ai rien mangé depuis le départ mais j’ai bu régulièrement !

Ma boisson énergétique Effinov menthe, généreusement offerte par Jérémy d’okidosport , à Clermont l’Hérault, est riche en protéines de lait. Pourtant testée lors de nos entraînements, elle me semblait adaptée à des efforts de ce type… En fait il faudra penser à diluer 2 fois plus que recommandé.

Participation à la course Ultra Draille pendant le Festa Trail

Un petit coup de mou durant cet Ultra-Draille à Montpellier

Pascal, un ami coureur qui est dans notre petit groupe, n’est pas très bien non plus, il boit aussi le même mélange !
Mais la beauté du paysage nous aide à oublier un peu ces désagréments, nous voyons d’ un coup d’œil panoramique presque tout le parcours, Pégairolles-de-Buèges, le Mont Saint-Baudille, le Roc Blanc… ENORME !
Après la traversée de la forêt de pin de Salzmann, le chemin du Roc de la Vigne nous conduit rapidement vers Saint-Guilhem-le-Désert.

Les cloches sonnent et nous accueillent, 8 h, pile dans mes prévisions. Le moral remonte, comme la température !
L’équipe de temps course est là, autour de la fontaine fraîche… Ravitaillement, cocktail eau-coca-banane, et une compote bio vita sport. Un délice ! Je n’ oublie pas de refaire ma réserve d’eau avec cette fois la boisson Nutraperf de Nutrathletic à l’orange ! Merci Jérémy !

Le chemin continue sur le GR vers le Fénestrel, l’ancienne bergerie du Font de Griffe et voilà la première grimpette (plus de 400 m D+ sur 4 km !) qui nous conduit au Pic Saint-Baudille.

Je sors les bâtons, prends un gel SpeedOx , et je monte tranquillement.
Il fait chaud, je bois beaucoup et avec les médocs que j’ ai pris ça va de mieux en mieux et le moral est comme la pente et la température, ça monte, ça monte !

Ravito, 10h30 , 2046 de D+ et 33 km

Je passe les antennes et me voilà devant le point de ravitaillement , ça rame !
Pascal est là aussi depuis une demi-heure, pas bien du tout !
Tranquille, je vérifie mon camel avec sa recharge en poudre Nutraperf à l’orange et ensuite mon cocktail coca + eau + banane + pomme.

On repart tranquille, en trottinant entre ciel et terre, au loin, magnifique, le Pic Saint-Loup, on y sera… demain!
L’air est déjà plus respirable, le chemin serpente sur les crêtes de la Séranne, entre buis et cailloux, ah ! Ces cailloux omniprésents !

Le chemin est « presque » plat et enfin la descente sur Pégairolles plonge littéralement, on se lâche !
Voilà le ravito, une douchette est improvisée par les bénévoles, toujours aux petits soins. Du bonheur quoi !
J’ai toujours un peu de mal à manger, alors buvons le cocktail coca + eau + quelques morceaux de banane.
Pascal est bien là, il ne peut rien avaler, sa moitié prend soin de lui alors je repars seul !
J’ai refais le plein et me prépare mentalement pour la 2éme belle montée, 500 m D+ sur 4 km mais en plein cagnard, il est environ 13 h !

Peyre Martine, 14h,

Mon rythme tranquille me va bien, je me régale dans la descente sur Saint-Jean-de-Buèges, les jambes répondent bien.
Christine est là, c’ est vraiment super, elle est aux petits soins. Je ne change pas mon tee-shirt Salomon offert généreusement par Michaël du magasin le Yéti. La maille est parfaite pour les grosses chaleurs mais sa légèreté le rend fragile aux frottements et s’accroche facilement dans la végétation !
Nous en sommes à la moitié du parcours alors je refais mon sac : Nutraperf orange, Hydraminov menthe, gel Speedox, compote Bio Energy Fruit, barre Mulebar et sel minéraux Isostar ! Merci Jérémy Okidosport !
Je retrouve aussi Monsieur le maire, sportif accompli, coureur à pied aussi. Il sait bien ce qui m’attend et m’encourage. On se sent bien ici mais il faut repartir !

Christine me motive et c’ est parti pour environ 1000m D+ et 10 km! J’adopte la même stratégie. Tranquille et je bois souvent en petite quantité.

Je suis avec Jean-Marc maintenant et nous avons le même rythme. C’ est ce qui me plaît sur ces courses, quelques moments partagés avec des compagnons de voyage improvisés, le même esprit souvent, une richesse !
Il est 18 h quand on arrive au sommet de la course. Les bénévoles sont toujours dispos, souriant et nous offrant même une gorgée de bière ! Sans les bénévoles pas de course, pas de fête !

Le Pic Saint-Loup est là devant nous, le plus dur est passé.

Une longue descente de 13 km et 900mD-, nous conduit au joli pont de Saint Etienne d’Issensac. Christine et les amis sont là, au ravito, quel accueil !
Je suis reboosté pour continuer, tout va bien, encore 40 km !

Je dis bonne nuit à tout le monde et continue mon chemin en remontant la combe pluvieuse qui conduit au ravin des Arc. Le chemin monte régulièrement et au coucher du soleil, nous y sommes !

Combe pluvieuse durant la course à la course Ultra Draille à Montpellier pendant le Festa Trail

Au niveau de la grande arche nous rencontrons Emilienne, qui est alors seconde féminine, avec son mari et un autre coureur.
Elle est blessée au genou et ne peut plus le plier !
Il faut strapper et bloquer sa rotule pour qu’elle puisse remonter sur le plateau et rejoindre les secours, c’ est fini pour elle !
Jean-Marc est parti devant, je le reverrai à l’arrivée. Il veut descendre sous les 24 h et il réussira, bravo !

Je suis alors seul et la nuit est tombée

A part les oiseaux de nuit et les sangliers, il n’y a pas foule et je lutte contre le sommeil.
Le cheminement est pénible, je ne peux pas courir sans risquer de me tordre la cheville, il faut rester très vigilant pour ne pas rater le balisage.

Bientôt j’entends un bruit sourd de sono, le ravito suivant ?
En fait une rave party sauvage dans la carrière de la Suque, le ravito est un peu plus loin mais je ne m’y attarde pas du tout. Un verre de coca et je souhaite bonne nuit aux bénévoles !

Au détour d’un chemin je vois une frontale immobile, un coureur est là, mal en point. Il a vomi et est exténué.
Je lui donne de quoi soulager un temps ses spasmes et nous repartons tranquillement pour Roussières !
Il va mieux, je peux alors accélérer mon rythme et enfin j’aperçois les lumières et une frontale qui vient à ma rencontre. C’est mon ami Vincent et sa petite famille, il est 0h29 !

Roussières

Je refais le plein encore une fois et c’est avec leurs encouragements que je m’enfonce dans la nuit. Il faut que je redouble d’attention pour ne pas perdre le balisage au sol. Je suis fatigué et m’égare une ou deux fois !
Saint-Martin est calme et tranquille, seuls les bénévoles sont là et me redonnent un peu de force. Je continue vers le pic, sa masse noire est de plus en plus imposante !

Bientôt je suis sur ses flancs, mon terrain d’entrainement, J’y vais les yeux fermés, mais la montée au col des tours ruinées menant au dernier ravito est bien raide !
Voilà, nous y sommes. Les bénévoles sont toujours d’attaque, je passe rapidement, ça sent l’écurie !
Encore 7 km pour 250mD+ , c’est cool !

Le jour se lève doucement, je profite de l’instant, je pense aux copains, à Christine qui passeront ici en plein soleil, la gorge sèche avec dans la tête les mêmes pensées. On y est presque !

Au niveau de Saint Etienne d' Issensac sur l'Ultra-Draille à Montpellier au couleur du 1% pour la planète

Voilà le col, familier, les jambes se mettent à dévaler toutes seules, mais que cette descente est longue !
Je double deux ou trois coureurs, et enfin le village est là, calme et tranquille, puis j’entends des cris et des applaudissements. Un copain arrive pour me féliciter et Pierre est là aussi, MERCI !
6 h 23 ! Ce sont les joyeux marathoniens qui partent à l’instant avec la navette !
J’accueille mes compagnons de voyage qui en terminent aussi, et enfin rentre me coucher !

HEUREUX !

Texte provenant du blog de José du MUC Orientation.

Matériel utilisé pour l’Ultra-Draille à Montpellier au FESTA TRAIL

CATÉGORIEMODÈLE MARQUE ETAT COMMENTAIRE
 CHAUSSURESDIOSAZ RAIDDECATHLONMOYENPlusieurs paires de chaussures (Lafuma, Technica, Quechua) achetées, mais cette vieille paire me convient mieux pour le type de terrain spécifique rencontré, majoritairement du rocher, éboulis, instable et peu aisé à courir, la garrigue où l’ attention est permanente pour éviter les entorses. Le confort et la qualité de la semelle, la tenue de pieds en descente, ce modèle est solide ! Mais forcément un peu lourdes (420 gr la chaussure) mais (2 UTMB et ULTRA ANDORRE au compteur !)
SAC A DOS AVEC POCHE A EAUDIOSAZ 10LDECATHLONBONBon rapport qualité/prix, technicité, poches sur la ceinture, increvable. Mon compagnon sur les ultras comme ici à l’ultra-trail à Montpellier et les raids multisports !
CORSAIREDIOSAZ CW XDECATHLONBONMaintien renforcé au niveau des cuisses, effet anti crampe, maille très solide, forcément un peu lourd. 200 gr
T-SHIRT RESPIRANT X-TEE BLANCSALOMONNEUFOffert par le Yéti, merci Michaël ! Super pour les fortes chaleurs mais maille assez fragile, accros dans nos garrigues !
VESTE COUPE-VENT LOWE ALPINEBONLéger et compressible (200 gr)
CHAUSSETTES THYONEUVEConfort et qualité de tenue, pas d’ampoule!
MONTREVECTORSUUNTOBONUne valeur sûre, fidèle compagnon depuis plus de 10 ans !
JAMBIERESUPORTIVDECATHLONBONEffet anti-crampe, efficace car je suis sujet aux crampes +++
FRONTALE LED LENSERBON150 lumens avec zoom (120 gr avec les piles) un jeu de piles neuves nécessaire.
LAMPE FRONTALETIKKA+PETZLBONEn secours
BATON TELESCOPIQUE MC KINLEYBON220 gr le bâton, utile pour moi dans les longues montées et certaines descentes. Sortie au 30ème kilo, puis rangé et ressorti etc…
GANT  BONDe VTT. Un plus pour ceux qui utilisent les bâtons, protection et chaleur par temps froid mais là ce n’ était pas le cas !
COUVERTURE DE SURVIE   Matériel obligatoire
SIFFLET   Matériel obligatoire
BUFF   Matériel obligatoire
GOBELET   Matériel obligatoire
TELEPHONE PORTABLE   Matériel obligatoire
ELASTOPLASTE   Matériel obligatoire
PHARMACIE PERSO   Spasfon, Immodium, Doliprane Codéine, Proxalyoc (Piroxicam), un paquet de Kleenex.
NUTRITIONCOMPOTE VITASPOR ENERGY FRUIT – GURANA MATE ACEROLAVITASPORT BIO80GRProduit donné pour test par le partenaire OKIDOSPORT lors de cet Ultra-Draille à Montpellier. Excellent, idéal par temps chaud, pour les coup de fringale !

Laisser un commentaire