Séjour hivernal de grandes voies escalade à Oman entre désert, oasis et montagnes

par Expérience Outdoor
Au pied du pilier des français

Lucile NICOLOTTO nous partage son séjour hivernal d’escalade à Oman, retrouvez les grandes voies réalisées entre désert, oasis et montagnes.

Rocher acéré lors du séjour escalade à Oman

Rocher acéré d’Oman

Informations pratique sur un séjour escalade à Oman

Dates :

Du 29 janvier au 14 février 2017.

Lieu :

Sultanat d’Oman !

Carte du sultanat dAccès :

Montpellier => aéroport de Marseille (150 km).
Vol Marseille-Muscat avec Air France / KLM : 2h de vol pour Amsterdam puis 9h de vol pour Muscat – 355€ par personne avec 23 kg en soute chacun.

Drapeau du sultanat d
Visa acheté directement à l’aéroport, 20 rials omanis, soit environ 45€ (pour un séjour de 10 à 30 jours).

Transports à Oman :

Nous avons choisi la location de voiture : environ 300€ les deux semaines pour une voiture simple (pas 4×4).
Le réseau routier est très bon, des grands axes bétonnés se parcourent rapidement. Nous avons pu prendre quasiment toutes les pistes avec cette petite voiture automatique, ainsi nous n’avons pas regretté le 4×4.
Pour un peu de folklore, certaines pistes en construction ne mènent à rien, les panneaux en arabe ou même en anglais qui désignent le même village sous différents noms, ça pimente un peu l’aventure ! Mais les locaux renseignent volontiers.

Un bivouac lors du séjour escalade à Oman

Un bivouac à Oman

Budget :

Pour 15 jours, on en a eu chacun pour 700€ tout compris : 350€ d’avion, 150€ de bagnole, et 200€ tout le reste compris, dont le visa (cher pour plus de 10 jours) et une nuit à l’hôtel à Nizwa.

Participants :

Greg

Greg à pendant le voyage escalade à Oman

Greg à Oman

Lucile

Lu pendant le voyage escalade à Oman

Lu à Oman

Où dormir à Oman :

En bivouac !
Il semblerait que l’hébergement en dur soit très cher. Mais le camping « sauvage » (ou libre) est autorisé partout, et la place ne manque pas ! Il n’est pas rare d’être visité au bivouac par des locaux… Qui sont juste curieux et s’inquiètent de savoir si tout va bien pour nous !
Ainsi, il est très agréable de vivre dehors. Nous n’avons fait qu’une nuit d’hôtel à Nizwa à mi-séjour pour se requinquer, une lessive et un shampooing !

Quelques emplacements de bivouac découverts lors de ce trip :

– A proximité de Muscat, une superbe aire désertique perchée au-dessus de l’eau : Al Khayran.

La vue du bivouac à Al Khayran durant le voyage escalade à Oman

La vue du bivouac à Al Khayran

Bivouac sur la plage de Tiwi durant le séjour escalade à Oman

Bivouac sur la plage de Tiwi

– Sur la plage de Tiwi : si nous n’étions pas les seuls sur ce doux sable, la route est trop proche et trop passante pour une nuit agréable.

– Tiwi Canyon : Un premier bivouac au bord de la route (très peu passante) juste avant Mibam, un autre encore plus confortable juste au départ de la route qui descend à Soee, dans un bel enclos sablonneux.

Bivouac dans le canyon de Tiwi pendant le séjour escalade à Oman

Bivouac dans le canyon de Tiwi

– Al Hamra : bivouac bien calé au bord de la piste reliant tours centrale / est et tour ouest (sol bien meuble, palmiers à proximité…). Mais le local venu nous rencontrer en soirée nous a expliqué qu’il n’était pas bon pour nous dormir là : il semblerait que cette zone, c’est pile là où les morts viennent se poser dans les cailloux… Enfin, comme on ne dérangeait pas pour autant, on est resté !

Bivouac à Al Hamra lors du séjour escalade à Oman

Bivouac à Al Hamra

– Dans les montagnes : un bivouac tout confort au pied de la piste menant au Jebel Smet, bordant la route pas passante, ou sur le terrain de foot juste avant Ibchy (panneau « Hail Habesh » sur la route de Sant (ou Sint) à Al Ayn (ou Al Hayl)).

Bivouac dans les montagnes lors du séjour escalade à Oman

Bivouac dans les montagnes à Oman

– Au pied du Djebel Misht, on a trouvé une piste qui passe en « saloon car » : le bivouac qui va bien sans 4×4, il est dans un grand champ, en prenant la piste qui part entre les maisons en face d’une mosquée, et passe un portail vert et une palmeraie.

Bivouac au pied du jebel Misht pendant le trip escalade à Oman

Bivouac au pied du jebel Misht

– Snake Canyon : une aire parfaite quelques kms en aval de l’entrée du Snake Canyon, au pied du Fluchthörner.

Bivouac à Snake canyon durant le trip escalade à Oman

Bivouac à Snake canyon

Où se restaurer/où se réapprovisionner à Oman :

A Muscat, nous avons fait le plein de denrées alimentaires au gros supermarché « Lulu Hypermarket ».
Si nous avions pris un réchaud, pas de gaz compatible, alors nous avons acheté cartouches de gaz + réchaud directement au supermarché : pas bien cher (de mauvaise qualité, il nous a lâché pile le dernier soir !).

Lulu hypermarket lors du trip escalade à Oman

Lulu hypermarket à Oman

On trouve aussi des petites épiceries dans les petits villages, pour compléter.
A proximité des villes plus importantes, il est super sympa d’aller manger dans les restos indiens ou turcs (6-7€/personne, super bon !).

Caractéristiques du massif à Oman :

Massif calcaire proposant un rocher sculpté et abrasif, dans des paysages bien différents !
Les Wadis sur la côte est proposent chacun quelques voies, la zone montagneuse semi-désertique au nord du pays également.
Le caillou est tellement acéré qu’il abîme rapidement les habits et la peau !

Rocher acéré lors du trip escalade à Oman

Rocher acéré d’Oman

Parmi toutes les zones parcourues, certaines ont eu notre préférence : le Tiwi canyon, le massif du Kwar, le Misht qu’on n’a qu’effleuré, et le Tanuf.

A de très rares exceptions près, l’équipement est rare voire inexistant. Nous avons parcouru 3 voies entièrement équipées, pour les autres il fallait le plus souvent compléter les quelques pitons, spits et lunules en place ; parfois aucun équipement n’était à demeure. Les croquis du topo sont très précis sur le matériel présent.

Climat :

La destination se prête parfaitement à une escapade hivernale. En janvier-février, le climat est carrément clément. Sur la côte est, il fait très, très chaud la journée, on est juste bien la nuit. Parfois beaucoup de vent qui rafraîchit !

Dans les montagnes, il peut faire bien plus frais la nuit (5°C) mais on étouffe moins la journée (20-25°C ?). Il semblerait qu’il puisse exceptionnellement pleuvoir : nous n’avons connu qu’une journée de gris et vent, mais pas une goutte.

La mer est à la température idéale, les rivières fraiches font du bien quand on a si chaud !

Rivières d

Rivières d’Oman

Activités dans les environs :

Si nous avons peu pris le temps de faire du tourisme, il semblerait que l’un des points forts du pays soit justement… les forts ! Chaque bourg a le sien, beaucoup ont été restaurés et se visitent, avec de nombreux fortins et tours de surveillance en haut de proéminences rocheuses.

Les wadis (oueds) : parcourir ces lits de rivières plus ou moins à secs, avec ces oasis et ces falals (canaux d’irrigation) nous a convaincu que le pays se prête également très bien à la randonnée !

Approche dans un wadi à Oman durant la session escalade à Oman

Approche dans un wadi à Oman

Les montagnes : Autour d’Al Hamra, ou vers le Djebel Misht, on change de paysage. Si l’environnement reste désertique, plusieurs chaînes montagneuses permettent de belles balades !

Le désert : des excursions en 4×4 sont proposées par différentes agences pour une excursion dans la zone la plus sauvage, sans routes.
La plage de Ras Al Hadd est connue pour ses tortues qui viennent pondre au petit matin… Nous l’avons parcourue de jour et n’en avons pas croisé, mais le bivouac sur place peut être une option pour un réveil au petit matin au milieu des tortues !

Sur la plage de Rass Al Hadd durant le séjour escalade à Oman

Sur la plage de Rass Al Hadd

Bibliographie et topos :

On peut commander le topo d’escalade à Oman à 42€ qui est fort bien fait, en deux parties : les photos et tracés des voies, et des croquis détaillés de la plupart des voies.

Topo d
A compléter avec la carte routière que l’on trouve au Vieux Campeur, bien pratique pour les trajets !

Carte routière d
De nombreux topos sur le site de Remi Thivel.
Et sur le site de Zazland
Sans oublier le classique camptocamp.org.
Il existe également un « Lonely Planet », en anglais, pas nécessaire pour nous mais peut être un bon complément.

escalade à Oman Lonely planet OmanVoies parcourues :

– Wadi Suwayh
La révélation : peu équipée, 150m, 5c.

– Wadi Fins
Pancréatite Aigüe : 150m, semi-équipée, 6a.

– Wadi Tiwi
Juliette Jauffret : 400m, peu équipée, 6b max.
Salut Patron, au Pilier de Soee : 175m, très peu équipée, 6a.

– Wadi Tanuf :
Oublie tout : 250m, semi-équipée, 6c max, 6b oblig

Paysages d

Paysages d’Oman

– Al Hamra :
La Mama, sur la tour Centrale : 250m, semi-équipée, 6a+ max.

– Jebel Smet (Assait) :
Djinn Tonic : 350m, entièrement équipée, 6c max.

– Karnräbäb :
Solo Pillar : 250m, non équipée, 5c.

– Djebel Misht :
Pilier des Français : 1000m, peu équipée, 6a+.

– Nizwa Towers :
Orgasmus : 190m, non équipée, 5c+.

– Snake Canyon et alentours (Wadi Bani Awf) :
Fantastica (1st bowl) : 200m, peu équipée, 5c.
A day at the office (1st bowl) : 190m, peu équipée, 5c.
Fluchthönrüberschreitung sur le Flüchthörner : 500m, non équipée, 4c max.
Luft Hamza (Coco Canyon, ou little Snake Canyon) : 120m, non équipée, 6a+.

– Wadi Mayh :
Scorpion Buttress : 120m, équipée, 6a+.
Crocodile Chimney : 100m, 6b max.

Balade à Muscat durant le voyage escalade à Oman

Balade à Muscat

Désert, oasis et montagnes : notre séjour hivernal de grandes voies à Oman

Escalade à Oman dans les Wadis, approche sur les falajs !

La première super surprise du séjour, c’est les paysages des Wadis : nous attaquons le trip sur la côte est, au sud de Muscat, dans ces canyons bien dépaysants !
Perpendiculaires à la mer dans laquelle les rivières se jettent, la végétation y est verdoyante, les roches sculptées par l’eau… Et les approches sur les falajs, canaux de canalisation des eaux, bien sympathiques !

Approche sur un falaj lors du voyage escalade à Oman

Approche sur un falaj

Le premier crux reste bien souvent de trouver le parking ! Au Wadi Fins, nous avons dû prendre toutes les pistes possibles et imaginables pour chercher où garer… Malgré les indications du topo, et nos interprétations quelque peu imprécises (nous ne voyions ni la palmeraie ni les restes de téléphérique, et la mosquée ressemble juste à une maison, mais le reste colle !), nous nous élançons d’abord sur une fausse piste : pourquoi les cairns mènent à des barres rocheuses, vires expos, et encore d’autres barres rocheuses ? Sagement, nous nous avouons notre erreur et allons tenter une meilleure exploration.

A force de tourner dans le coin, nous avons bien observé que le Wadi passe sous l’autoroute, nous garons donc à proximité de cette dernière, ayant bon espoir de pouvoir au moins le rejoindre et y balader un peu (avec le matos de grimpe, on ne sait jamais !).

En effet après une descente de rigole bétonnée bien raide, nous voilà au fond du Wadi, que nous remontons sous une chaleur écrasante. Nous comprenons alors, au vu des bulldozers et pelles mécaniques, et des travailleurs qui nous invitent même à partager leur repas, que le Wadi est en plein travaux : c’est pourquoi les pistes et repères ne marchent plus !

Approches dépaysantes à Oman pendant le voyage escalade à Oman

Approches dépaysantes à Oman

Enfin, ici ou ailleurs, on a toujours fini par trouver les voies… Parfois au prix de parcours sur un terrain pour le moins surprenant !

Quelques aléas automobilistiques !

Après quelques émotions en découvrant la conduite automatique de nuit à Muscat, on s’y fait vite, au repos du pied gauche !
Si nous avions bien hésité à louer un 4×4, nous avons finalement étaient enchantés de notre petite toyota ! Même si les pistes étaient parfois sévères pour sa petite énergie : faut pas hésiter à prendre de l’élan… Et prier pour que la pluie ne s’en mêle pas, au risque de ne jamais pouvoir rentrer !

Une piste à Oman durant le trip escalade à Oman

Une piste à Oman

Les locaux, que nous questionnions régulièrement lorsque les pistes ne collaient pas avec la carte, nous disaient « ça passe, ça passe ». Moué, enfin pas fâchée d’être partie en vacances avec un pilote quand même, parce que ça passe, mais non sans émotions (quand t’as déjà fait 40 bornes de piste et que se présente un crux à moins de 5km de l’arrivée, tu ne fais pas le fier !).

Le Wadi Tiwi, un vrai coup de coeur !

Annoncé comme le must du pays, ce canyon de Tiwi nous a en effet régalés !

Déjà en voiture, c’est juste exceptionnel d’y monter : un havre de paix bordé par d’imposantes falaises, avec des oasis et palmeraies partout pour adoucir l’austérité ! En plus, la tuture nous a fait la bonne surprise de grimper jusqu’à Mibam, le village au bout du monde.

Pour aller grimper LA voie qui va bien, se présente à nous la traversée de la palmeraie. Magique comme toujours, ce labyrinthe verdoyant ! Mais nous n’avons même pas eu le temps de nous y perdre qu’un local nous a guidé d’un bon pas dans cet entrelacs de blocs et terrasses : drôle, mais il nous a fait transpirer le bougre (en tongs pour lui, ils ont le pied sûr…) !
Nous pouvons profiter de la mythique voie « Juliette Jauffret » : 12 longueurs semi-équipées dans une grande ambiance, un régal !

Dans la voie Juliette Jauffret lors du trip escalade à Oman

Dans la voie Juliette Jauffret

Le lendemain, sur le pilier de Soee, nous irons vivre une journée en montagne comme on les aime ! Une approche régalante, à remonter ces falajs, et à toujours découvrir un sentier quand il nous semble que nous ne pourrons plus passer.
Après avoir trouvé notre chemin parmi ces blocs, la voie « Salut Patron » invite à réfléchir tout autant et à admirer l’audace des ouvreurs, le caillou pas toujours parfait qui vient pimenter le truc, et la vue magistrale au summit : nous, on aime !

Canyon et palmeraie à Oman au cours du trip escalade à Oman

Canyon et palmeraie à Oman

Des conditions plus qu’estivales !

Ambiance estivale pendant notre trip escalade à Oman

Ambiance estivale à Oman

Pour une vraie ambiance vacances, le maillot de bain était systématiquement glissé au fond du sac… Et la baignade presque quotidienne !

Avec ces piscines naturelles partout, pourquoi se priver ?

Nous avons vite affuté la stratégie : grimper le matin, à l’ombre idéalement, puis, sur le chemin du retour, aller se baquer dans l’une des piscines du Wadi, siester au soleil, profiter, quoi ! Et remonter les wadis pieds nus, pour découvrir des vasques enchanteresses où il fait bon nager… Rares sont les endroits aussi enchanteurs sur cette Terre, croyez-moi !

Vasques enchanteresses lors de notre trip escalade à Oman

Vasques enchanteresses à Oman

Pour se rentrer enfin en prenant bien garde à ne surtout plus transpirer, pour une fois qu’on est propre et pas tous pégueux de sueur !

Un caillou acéré… Mais des tailleurs affutés !

Après avoir bien exploré la côte est, nous voilà partis pour les montagnes ! Avec deux objectifs : chercher les tortues… Et repriser nos pantalons !
Faut dire que le rocher est tellement abrasif, que nous avons tous deux lacéré nos fringues ! Dans un pays où nous nous efforçons de maintenir un minimum de décence, il est temps d’agir. Ça tombe bien, la zone regorge de tailleurs ! Ce sera donc le prétexte d’une visite de Sur à la rencontre des locaux : si, pour Greg, l’affaire est vite réglée, pour moi, il
faudra un tailleur pour femme, seulement seuls les tailleurs pour hommes ont ce jaune, et ils veulent le même jaune, absolument ! Nous finirons par assister à une solidarité inter-tailleurs et à un reprisage parfait pour 3 sous !

Chez le tailleur à Sur lors de notre session escalade à Oman

Chez le tailleur à Sur

La plage aux tortues... Sans tortues durant notre session escalade à Oman

La plage aux tortues… Sans tortues

Nous prenons alors la direction de la plage de Ras Al Hadd, où nous espérons bien bivouaquer pour assister au petit matin à la ponte des centaines (parait-il !) de tortues. Mais le vent est trop violent, les conditions n’incitent pas à buller, alors sus aux montagnes : faudra revenir !

Arrivée dans les montagnes

Le massif montagneux à l’intérieur des terres nous a également régalés ! Un cadre bien plus désertique, une fraicheur retrouvée, et un massif complexe !

Changement de cadre lors de notre session escalade à Oman

Changement de cadre à Oman

Un petit coup de coeur pour l’une des rares voies équipées à Oman : Djinn Tonic !
Une voie splendide d’une rare homogénéité dans la grimpe et dans les cot’s : ça grimpe tout du long dans du 6, sur du caillou d’une extrême abrasivité, régalade ! Tout à doigts, à placements finauds, jamais besoin de forcer : même les quelques bombés laissent découvrir des océans de grosses gouttes d’eau derrière.

Dans la voie Djinn Tonic pendant notre session escalade à Oman

Dans la voie Djinn Tonic à Oman

Longueurs longues, qui plus est, pour que le plaisir dure !
L’engagement pimente le truc juste ce qu’il faut : quand, sur les 20 premiers mètres de L1, tu ne clippes que deux spits, tu te dis que cela ne sera pas jouable dans le 6c… Mais tu découvres vite que c’est intelligemment pensé, les pas moins faciles sont mieux protégés.

Escalade au jebel Kwar lors de notre session escalade à Oman

Escalade au jebel Kwar à Oman

Le Djebel Misht et son pilier des Français : un projet trop ambitieux pour cette fois !

Maintenant qu’on a eu quelques vues d’ensemble sur le massif, il est temps de se lancer à l’assaut de cette montagne qui nous fait de l’oeil : Le Djebel Misht !

Vue sur le djebel Misht durant notre session escalade à Oman

Vue sur le djebel Misht à Oman

La voie des Français est un projet, bien qu’ambitieux, nous semble réalisable. 1000m d’escalade à Oman certes, mais surtout en mode « montagne » : logiquement, passé les longueurs les plus dures, on devrait avancer. Après deux jours dans le coin à détailler les options envisageables et à se faire une idée sur l’itinéraire, on a trouvé le bivouac idéal à coté de l’attaque. Nous partirons donc sur la stratégie de sortir la voie « à la journée »

C’était sans compter l’erreur d’attaque, puis le méga gros coup de fatigue à R2, repoussant nos velléités de conquête… À un prochain séjour dans le coin !

Djebel Misht durant notre trip escalade à Oman

Djebel Misht à Oman

Après le bivouac, nous partons gaillardement à 5h30 dans la douceur matinale. Une approche à « vue » (un grand mot de nuit), de moraine en moraine, de traversée à flanc vers la moraine suivante à la pente d’éboulis finale, c’est tellement agréable cette marche nocturne en direction de ce monstre !!

C’est au pied de la voie que ça se complique : gourmands que nous sommes, on débranche le cerveau en choisissant de se lancer dans un vague dièdre bien peu engageant vers un semblant de cairn. Tentative désastreuse : le rocher est fragile, dur à grimper (au moins 6b)… La suite s’annonçant encore plus pourrie et raide, je désescalade (non sans émotions !) et on se recentre. Là, tout s’éclaire : nous repérons rapidement LE fameux toit carré, le seul et unique, il ne manque que le cairn annoncé (qu’on a reconstruit, du coup), et on a même le visuel sur R1 tout là-haut.
Yalaaah !

Au pied du pilier des français lors de notre trip escalade à Oman

Au pied du pilier des français à Oman

Quand ça ne veut pas…

On a perdu une heure, mais c’est encore jouable… L1 est magistrale, surtout après la longueur d’échau pourrie que je viens de me taper à côté. Un interminable dièdre raide et bien sculpté : tellement un régal que c’est la balade !

L2 est annoncée comme le crux du jour. Cette longueur est magique, mais bien soutenue ! Une dalle finaude et engagée pour commencer, on aime ça et on sait faire, mais ça réveille. Et il faut l’être, réveillé, pour s’attaquer à cette fissure déversante : grosse ambiance et pas facile !!! Heureusement protégeable costaud en haut, mais faut y aller ! Le Greg a osé et a grillé toutes ses cartouches, je le rejoins et le découvre fébrile à R2, et ne peux que valider le demi-tour après le coup de pression qu’il vient de se mettre et qui ne redescend pas.

La vue du pied de la voie durant notre trip escalade à Oman

La vue du pied de la voie à Oman

Un ficelou et un maillon à R2, un long rappel… Qui coince ! Après que j’aie fait carnage dans une première tentative de remontée (mes petits bras ne sont pas assez costauds pour me porter, c’est connu), il a repris du jus et se balade sur cette remontée de 60m ! 2ème tentative plus sereine, ouf.

Le coup d’la panne

Une jolie descente s’offre à nous, pour un retour au parking bien plus tôt qu’imaginé : mais il nous faudra encore aller chercher une âme secourable… La voiture ayant eu la bonne idée de nous faire le coup de la panne de batterie au réveil, c’n’est pas plus mal d’avoir l’aprèm pour alpaguer les locaux, les mener à la voiture, et retourner chercher un garagiste avec les fils qui vont bien.
Sympa le contact avec les locaux, le prétexte était bon, et c’est une expérience à vivre que de héler les voitures sur la route, toute trempée de sueur avec les affaires de grimpe sur le dos !
On reviendra, sûr, parce qu’il continue à faire trop rêver, ce pilier !!!!

Un matin à Oman pendant notre trip escalade à Oman

Un matin à Oman

Une course d’arête au Snake Canyon !

Après avoir traversé le massif par des pistes pas toujours évidentes, nous voilà de l’autre côté, au Snake Canyon ! Quelques voies dans les gorges, puis, en feuilletant le topo, on découvre qu’il y a une voie sur le petit sommet planté au-dessus du bivouac (le Flüchthörner) : chouette, il nous attirait bien !

Flüchthörner pendant notre voyage escalade à Oman

Flüchthörner à Oman

Il s’agit en fait d’une course d’arête qui s’avère une géniale balade matinale !
Le topo annonçant du IV et connaissant les IV locaux, nous prenons corde, 4 friends et chaussons okazou. Au final, ces arêtes se laisseront parcourir en baskets et sans corde, mais ça peut valoir le coup si l’on amène quelqu’un au pied moins sûr.

Course d

Course d’arêtes à Oman

Une voie très surprenante par la qualité de son caillou : des prises bien franches et des cheminées logiques pour… Cheminer !
Une superbe ambiance dans les sections de traversée sur les arêtes, larges mais gazeuses !

Dans Fluchthörnüberschreintung durant notre séjour escalade à Oman

Dans Fluchthörnüberschreintung à Oman

Après la montagne… La mer !

Retour à la mer lors de notre séjour escalade à Oman

Retour à la mer à Oman

Après 13 jours de grimpe d’affilée, un peu de repos s’impose histoire de finir les vacances en beauté : nous filons vers le bord de mer !
Une superbe exploration des abords maritimes, avec les belles plages de Yiti, et surtout les grandioses anses de Kieran où je suis allée me perdre durant une longue balade de crique en crique, à la poursuite des crabes et autre faune locale, tandis qu’il se bacquait au milieu des gros poissons : un régal !

Criques magnifiques lors de notre voyage escalade à Oman

Criques magnifiques à Oman

Criques lors de notre voyage escalade à Oman

Criques à Oman

Dernier regard sur la mer d

Dernier regard sur la mer d’Oman

Conclusion de ce séjour escalade à Oman

Ce séjour à Oman nous a convaincu : il s’agit vraiment d’une destination grimpe idéale en hiver !
Les paysages toujours surprenants, le rocher abrasif le plus souvent génial à grimper, la variété des styles entre les canyons mais aussi les voies montagnes…
Mais aussi la logistique tellement facile : autonomes avec la voiture de location et le réchaud, la possibilité d’aller se perdre et de profiter de toutes ces zones sauvages s’est offerte à nous et nous a régalés !
Une découverte fantastique, donc : autant de soleil et de beau caillou si accessible, y a pas à tortiller : Faudra REVENIR !!!!!!!!

A la prochaine lors de notre voyage escalade à Oman

A la prochaine Oman

Matériel utilisé lors du voyage escalade à Oman

Équipement d’escalade utilisé lors du séjour escalade à Oman

CATÉGORIE  NOM DU MODÈLE  MARQUE POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODÈLE AU DÉPART EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À L’EXPÉRIENCE RACONTÉE DANS CE ROADBOOK   SI C’ÉTAIT À REFAIRE 
CORDE À DOUBLE Cobra II BEAL Référence, 2x60m C’est la corde de Greg qui répondait parfaitement à une utilisation principalement en TA : elle reste solide, fluide, agréable. N’ayant plus de rappel, je cherche à en racheter un : je crois que je vais me décider pour celui-ci, même si je regarde aussi du côté des autres marques.
BAUDRIER PRIMROSE BLACK DIAMOND Confort, prix Parfait. Il me convient partout pour le confort et suffisamment de porte-matériel. Mais il vieillit : j’ai depuis acheté un PETZL Sama  en promo (fin de série), je le trouve moins confortable bien que plus léger.
DEGAINES Phantom fil DMM Poids. Parfait ! Idéales pour la légèreté et la facilité d’utilisation.
SANGLES DYNEEMA DIVERSES… Hasard… Répondent à toutes les situations. J’en reprends, 4 à 6.
SYSTEME D’ASSURAGE REVERSO PETZL Référence Il me convient toujours. Pareil.

Accessoires d’escalade utilisé lors du séjour escalade à Oman

CATÉGORIE  NOM DU MODÈLE  MARQUE POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODÈLE AU DÉPART EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À L’EXPÉRIENCE RACONTÉE DANS CE ROADBOOK   SI C’ÉTAIT À REFAIRE 
FRIENDS C4 BD Référence en la matière Parfait, utiles pour des voies peu ou pas équipées ! Nous avions un jeu du 0.3 au 4 en doublant les tailles moyennes, et mousquetons colorés adaptés. Les mêmes !
MICRO-FRIENDS KAILAS ALIENS Promotion et référence en la matière Parfait les petites tailles dans les dalles ! Je ne m’en sépare plus : 2-3 exemplaires viennent toujours compléter mon jeu de C4, je peux alors me passer de câblés le plus souvent !
CASQUE METEOR IV PETZL Légèreté Adapté. C’était l’un des derniers voyages de ce casque qui m’a accompagnée pendant 8 ans… J’ai acheté un Sirocco depuis qu’ils ont fait un effort esthétique : pour un confort plus important et une légèreté inégalable !
CHAUSSONS Anasazi FIVE TEN Ceux qui me correspondent le mieux ! J’en ai pris deux paires comme à chaque voyage : une un peu plus usée que l’autre, pour alterner le confort et l’inconfort selon les voies ! Oui, ils sont à ma pointure, ça fait donc mal aux orteils mais pas trop, la précision est bonne.

Accessoire d’escalade utilisé lors du séjour escalade à Oman

CATÉGORIE  NOM DU MODÈLE  MARQUE POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODÈLE AU DÉPART EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À L’EXPÉRIENCE RACONTÉE DANS CE ROADBOOK   SI C’ÉTAIT À REFAIRE 
CHAUSSURES N’existent plus ! SALOMON Je rachète une paire de baskets Salomon chaque année, je les sais adaptées à mon pied. Idéales pour la légèreté et le confort lors de marches sur tous terrains. J’ai déjà racheté le modèle suivant, puisque celles-ci sont désormais trouées !
SAC A DOS CLIFF 20 SIMOND Prix, légèreté Oui , même s’il manque d’attaches sur le dos du sac. Pareil : ce sac est parfait pour des voies à la journée, suffisamment léger pour se faire oublier, et d’une contenance permettant de tout rentrer !
PANTALON Credo W BLACK DIAMOND Qualité/Prix Parfait : léger et relativement résistant. Le même : je l’ai tellement utilisé qu’il est désormais troué…
POLAIRE QUECHUA Trouvée Remplit son job. Pareil.
DOUDOUNE  Down Sweater femme PATAGONIA Légère et compacte Oui, parfaite pour les soirées fraîches en montagne. La même, difficile de trouver si léger et plus chaud !
GORE-TEX ALPINISM SIMOND Rapport qualité /prix Sa légèreté incité à la prendre souvent, quitte à la porter ! La même, j’apprécie l’ouverture de la fermeture éclair depuis le bas pour libérer le pontet.
LAMPE FRONTALE Tikka PETZL  Autonomie, recharge sur secteur. Elle a été parfaite. Ne me déçoit jamais, notamment sur l’autonomie !

Équipement de camping utilisé lors du séjour escalade à Oman

CATÉGORIE  NOM DU MODÈLE  MARQUE POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODÈLE AU DÉPART EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À L’EXPÉRIENCE RACONTÉE DANS CE ROADBOOK   SI C’ÉTAIT À REFAIRE 
TENTE Hubba-hubba NX MSR Légèreté, praticité Il s’agit d’un prêt de ma sœur : j’ai adoré cette tente légère mais très pratique, avec ses deux entrées sur les côtés. Nous l’avons montée de nuit la 1ère fois sans la connaître et n’avons pas galéré. Je finirai par acheter une tente légère, et, même si celle-ci est un peu chère, c’est un modèle de ce type que je chercherai : vraiment pratique et d’aspect solide malgré sa légèreté.
MATELAS Neo Air Xlite THERMAREST  Cadeau commandé pour son rapport confort / poids. Idéale : pour enchaîner deux semaines de camping, il est vraiment confortable d’avoir une telle épaisseur de matelas, et une telle légèreté dans l’avion. Je prendrai le même assurément, même s’il est un poil long à gonfler et à dégonfler (3 minutes ?!), le confort de la nuit vaut le coup, et il n’a pas encore crevé malgré une apparente fragilité et deux années d’utilisation.

Accessoires de camping utilisé lors du séjour escalade à Oman

CATÉGORIE  NOM DU MODÈLE  MARQUE POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODÈLE AU DÉPART EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À L’EXPÉRIENCE RACONTÉE DANS CE ROADBOOK   SI C’ÉTAIT À REFAIRE 
DUVET meije 700 LESTRA Chaleur, plume. Trop chaud pour les nuits en canyons mais je l’ouvrais, idéal pour les fraîches nuit dans les montagnes. Sans aucun doute le même : même s’il est un peu gros, j’apprécie sa polyvalence, ouvert il fait couverture, fermé il me permet de dormir par des températures vraiment fraîches. Et j’adore le confort du duvet comparé au synthétique.
RECHAUD Micron trail Piezo PRIMUS Taille, poids. Nous n’avons pas trouvé les cartouches de gaz adaptées à Oman, il n’a donc pas servi. Sa légèreté et toute petite taille permettent de prendre ce réchaud pour toutes les occasions : donc même s’il n’a pas servi cette fois, je l’emporte systématiquement !

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire