Escalade dans une des perles du Verdon : La fête des nerfs

par Yoann FOULON
Le 6c+ de l’avant dernière longueur de la fête des nerfs, bien gazeux

Yoann FOULON, Ambassadeur TRANGOWORLD & NAITUP, nous partage son expérience avec la voie d’escalade La fête des nerfs au Verdon

Le fameux pilier de La fête des nerfs au Verdon

Informations pour préparer l’ascension de La fête des nerfs au Verdon

Date :

le 10 et 11 Fevrier 2019

Lieu :

France/ Verdon/ Falaise de l’Escales/

Comment s’y rendre :

En voiture: 3h30 depuis Montpellier

Participants :

Yoann FOULON et Alexandre COLONGES

Ou dormir au Verdon  :

Gîte de l’Escales, 20 euros par nuit et par personne

Où se restaurer/où se réapprovisionner au Verdon :

En cette période de l’année tout est fermé, si non printemps, été et automne, on trouve tout ce qu’il faut à La Palud.

Office du tourisme du Verdon :

www.verdontourisme.com/

Caractéristiques de la falaise du Verdon :

De belles falaises très raides le long des gorges du Verdon, les voies s’accèdent généralementen rappel par le haut, on est donc obligé de sortir sous peine de faire une très longue marche.

Quoi d’autre dans les environs :

Canyonning, canoë et pédalo, pêche

Bibliographie :

Toutes les infos sur la voie « La fête des nerfs » sur le Topo escalade du Verdon

ESCALADE AU VERDON

Infos sur voie d’escalade La fête des nerfs au Verdon

  • Style de voie d’escalade : Grande voie terrain équipée, dalle, mur à trous.
  • Ouverture de la voie d’escalade : La voie a été ouverte en 2008 par Catsoyanis.
  • Approche jusqu’à la voie : 1min du parking au bord de la falaise, 1h pour les rappels et pour rejoindre le bas de la voie.
  • Temps dans la voie d’escalade : Le temps estimé pour la Fête des nerfs est 8h.
  • Longueur de la fête des nerfs : Cette voie mesure 280m avec 10 longueurs
  • Cotation de la fête des nerfs : 10 longueurs ( ED+ 7a+ max, 6c obligatoire ) 7a / 7a / 6c / 6c+ / 6a / 6c / 7a+ / 5c / 6c+ / 7a+
  • Conseils : Le hissage du sac se fait très bien.

Lien Internet :

Le site de CamptoCamp

Escalade dans une des perles du Verdon : La fête des nerfs

L’escalade de certaines voies représentent plus qu’une simple journée de grimpe. C’est souvent le cas de lignes qui occupent votre esprit depuis longtemps. Avec le temps, on peut se créer une idée de se que va en être l’escalade. On s’invente des peurs et on s’imagine de belles émotions. C’est encore plus vrai lorsqu’on prend connaissance de la voie en tant que débutant. On en fait en quelques sortes une montagne. L’idée de la grimper nous semble alors extrême et terrifiante. Puis le temps passe, on prend du niveau et de l’expérience, mais ne s’y jette pas encore, on laisse mûrir l’idée… jusqu’au jour j ! En général, il peut se passer deux choses :

  • la voie vous déçoit très fortement, elle n’est pas au niveau de vos attentes.
  • Ou au contraire elle dépasse vos espérances, et sa réussite efface l’anxiété pour laisser place une sensation de satisfaction personnelle.

C’est cette dernière sensation que j’ai ressenti avec la voie « La fête des nerfs » dans le Verdon.

Vue depuis le relais dans le cade de « la fête des nerfs » au Verdon

Au début c’était un rêve

J’avais pris connaissance de cette voie dès les premières années de ma vie de grimpeurs. J’étais tombé sur des photos vertigineuses du magazine « vertical roc ». J’étais impressionné par le côté compact des dalles grises, l’espacement des points et bien sûr la sensation de vide que suscitait la photo. Quelques mois après avoir lu l’article sur le Verdon, je m’y rendis avec un ami et j’avais très envie d’aller découvrir « La fête des nerfs » mais la peur ma sauvé d’un but évident à cette époque et nous avons fait d’autres voies très belles.

15 ans après, j’ai maintenant un niveau bien supérieur à la voie, j’ai fait beaucoup d’autres voies en cotations plus durs et plus longue. Plus de raison d’hésiter donc, et j’ai enfin une terrible envie de découvrir La LIGNE !

Arrivé sur le parking de l’Escales et Bivouac

Nuit un peu fraîche au Verdon

Après avoir grimpé une journée à la Sainte Victoire pour « s’acclimater » à l’escalade technique et engagée, nous arrivons de nuit sous la pluie-neige au parking du secteur. Le vent souffle très fort. La température est proche de 0°C. Nous ne tardons donc pas à nous mettre au lit. Dans la tente de toit nous nous fessons bousculer par les rafales de vent. Le doute m’envahit… Je vais tenter une voie difficile et m’engager sous des températures froides, avec du vent, des journées courtes et avec un compagnon de cordé peu habitué aux grandes voies…

Le réveil est difficil, il fait – 2°C et le vent souffle toujours, j’hésite à proposer à Alex d’attendre que le soleil apparaisse et d’aller faire une voie plus courte. Puis… je me dis :

aller on y va, une fois sur la falaise nous aurons moins de vent et puis il fait beau, le soleil viendra vite nous réchauffer.

Et puis si nous n’y allons pas je vais le regretter… Aller, nous y allons !

Ce qui a de bien ici, c’est que ce n’est pas la marche d’approche qui vous fatigue. Le rappel est à 50m de la voiture. La descente est assez rapide, nous fessons deux grands rappels de 50m pour rejoindre le jardin des bananes. Puis nous continuons la descente à pied jusqu’au bout du jardin suspendu. Théoriquement nous devrions continuer à descendre en fessant un dernier rappel de 50 m afin de commencer tout en bas. Mais le bas de la première longueur de la voie est à l’ombre et semble y rester un moment, la 2ème longueur en revanche est déjà au soleil. Avec les températures du jour, nous préférons écarter la 1er longueur et démarrer avec la deuxième.

La première longueur « La fête des nerfs » au Verdon après le jardin des bananes

Et c’est parti pour « La fête des nerfs »

Ça grimpe de suite et j’ai envie de dire tout le long, cette 1er longueur en 7a est parfaite pour nous mettre dans l’ambiance. On commence par un mur technique à trous, ou il faut avoir les doigts solides. La suite de la longueur est plus raide et il y a même un passage un peu physique ou il faut fermer les bras. Le relais est très confortable, il se fait dans une petite grotte sur un spit de 8 et une lunule. Je suis déjà bien content d’enchaîner cette longueur.

La suite est encore très belle, il s’agit d’un 6c qui commence vraiment tranquillement, on dirait que cela a été fait exprès pour pouvoir se remettre des émotions de la longueur précédente. Mais cette tranquillité ne dure pas. Cela commence à se corser lorsque la voie part en oblique sur la gauche pour rejoindre un éperon, là on retrouve de l’escalade technique sur trous avec des pas vraiment obligatoires et un peu loin des points… Encore un relais ou je suis content d’y arriver sans avoir chuté.

Le 6c+ qui suit fait partie des plus belles longueurs, du bas le mur est impressionnant mais on y découvre à chaque fois de belles prises et on peut même prendre le temps de savourer son escalade, ça j’adore. La fin est tout de même un peu coriace. Au relais nous avons les pieds sur un vieux cade ce qui est confortable.

La longueur suivante en 6a constitue un vrai moment de repos, enfin… ça fait du bien au moral.

Bien sûr cela ne dure pas et il faut continuer avec un 6c+.

Le Premier 7a+ de « la fête des nerfs » au Verdon

La longueur en 7a+ est un beau challenge à vue

que je suis contant d’avoir remporté, non sans avoir livré une belle bataille. On peut distinguer 2 crux bien blocs. Le premier se situe dans un bombé à 10m, bien technique sur petites prises de mains et pieds fuyants. Le deuxième est au ¾ de la voie après avoir réalisé la traversé vers la droite, ici le pas de bloc est plus physique et il faut avec des prises plutôt plates réussir à monter haut les pieds pour pouvoir se rétablir.

Une courte longueur (10m) facile (5c) permet ensuite de rejoindre le gros et impressionnant cade dans lequel on fait le relais.

Le 6c+ de l’avant dernière longueur de la fête des nerfs, bien gazeux

Le départ de l’avant dernière longueur en 6c+ est assez original

Il faut commencer à grimper dans un chêne vert qui a poussé dans la falaise. Puis on rejoint une goulotte très technique à grimper, ce n’est jamais dur physiquement mais on est souvent mal équilibré et il y a quelques prises de pieds fuyantes pas simple à valoriser. La fin est plus tranquille, ce qui permet de prendre le temps de savourer le gaz qui nous entoure.

En partant dans la dernière longueur en 7a+

je ressens une petite pression, j’ai tout enchaîné à vue jusque là, j’aimerai valider aussi la dernière longueur. La fatigue commence à ce faire sentir, j’ai des crampes qui apparaissent dans les bras de manière épisodique. Cela commence par de l’escalade facile pour rejoindre un dièdre peu fourni en pied puis faut partir sur la gauche, là ça se complique il y a quelques trous plats à arquer, des pieds fuyants pour ce rétablir dans des prises un peu meilleures.

Mais je ne parviens pas à trouver les bonnes prises j’en touche plusieurs, mais rien de bien convainquant, je vois un mono doigt mais je manque de détermination pour aller le chercher, j’ai les bras ouvert, je craque, je vole… Rhaaa ! Quelle déception ! Je remonte à la corde et repars et ça passe bien avec le mono, pourquoi n’ai-je pas tenté le coup ? C’est le jeu du à vue, tant pis. La suite est grandiose, on réalise de grands mouvements sur des bacs, le vide sous les chaussons nous donne l’impression de voler comme les vautours qui nous guettent.

Summit de La fête des nerfs ! C’est beau le Verdon

Quelle belle voie ! Je suis content d’y être allé et d’avoir eu de bonne sensation en la grimpant. ça vaut vraiment le coup de laisser mûrir des projets avant de s’y lancer. Et j’en ai plein d’autres comme ça…j’espère que les prochains m’apporteront autant de satisfactions…

Conclusion sur La fête des nerfs au Verdon

Une très belle voie à faire absolument, tout en gardant à l’esprit que les cotations du topo ne reflètent pas du tout la difficulté réelle de la voie.

Matériel utilisé dans l’ascension de La fête des nerfs au Verdon

Yoann FOULON au pied de La fête des nerfs au Verdon

Vêtements utilisés pour cette voie d’escalade au Verdon

CATÉGORIE NOM DU MODÈLE MARQUE POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODÈLE AU DÉPART EST CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉ DANS CE ROADBOOK SI C’ÉTAIT À REFAIRE
 DOUDOUNE TRX2 800FT  TRANGOWORLD  apport thermique et léger  Oui, Chaud et léger et très compact. Parfaite
 PREMIÈRE PEAU (HAUT) Porma  TRANGOWORLD  Chaud et respirant  Aucune gêne  A continuer
 PREMIÈRE PEAU (BAS) Ket TRANGOWORLD Chaud et respirant Oui Au top
 PANTALON LÉGER Ghawdex  TRANGOWORLD  Léger, et très élastique il permet une bonne aisance des mouvements  Oui, la coupe ajustée permet de bien voir ses pieds.  A renouveler, top pour les grandes voies
POLAIRE Pullover Trx2 stretch TRANGOWORLD Chaud et laisse libre de ses mouvements L’ouverture du col est très pratique lorsqu’on surchauffe un peu, possibilité de la mettre en gardant le casque Ma nouvelle polaire préféré

Matériel de Bivouac

CATÉGORIE NOM DU MODÈLE MARQUE POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODÈLE AU DÉPART EST CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉ DANS CE ROADBOOK SI C’ÉTAIT À REFAIRE
 DUVET  Xero 550  MOUTAIN EQUIPMENT  Léger et compact  Oui  A refaire sans hésitation
 MATELAS LÉGER  Prolite  THERMAREST  Ultra léger et ultra compact  Prend peu de place  A refaire
 RÉCHAUD  Providus  OPTIMUS  Légèreté  Oui, Parfait pour des courses ou le poids est un élément important pour la réussite de la course  Très bien
 FRONTALE  Tikka R+  PETZL  Bon éclairage et différents modes d’éclairage (puissance)  Oui, et bonne autonomie  A reprendre

Matos grimpe

CATÉGORIE NOM DU MODÈLE MARQUE POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODÈLE AU DÉPART EST CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉ DANS CE ROADBOOK SI C’ÉTAIT À REFAIRE
 HARNAIS  Aquila  PETZL  Compromis entre légèreté, compacité et confort  Oui, surpris du confort.  A refaire
 MOUSQUETONS  Attache 3D  PETZL  Forme poire de taille moyenne. Model léger  Oui, le seul point négatif est sa visserie qui a tendance a s’ouvrir facilement.  A refaire
Corde à simple Joker 9,1 60m  BÉAL  Fine et fluide  Oui, très bonne résistance  Au top
Corde de hissage Back up line 60m Beal Très léger ça devient dingue Rien à dire
 CHAUSSURES  Ultra raptor  LA SPORTIVA  Chaussures légère  Pas de gêne au baudrier  A refaire
CHAUSSONS TECHNIQUES Instinct vs SCARPA Technique et confortable Précis oui
 DÉGAINES  Ange  PETZL  légèreté  Oui  Au top
 ASSUREUR  Reverso  PETZL  Assurage du leader et du second avec corde à double  Oui  A refaire
 SANGLE  Fin anneau 60  PETZL  Pratique pour rallonger les points de protections (spits, pitons, coinceurs…)  Oui  A refaire
 SANGLE  Fin anneau 120  PETZL  Pratique pour faire des relais  Oui  A refaire
 CASQUE  Sirroco  PETZL  Légèreté  Oui, et très bonne tenue sur la tête, le clip aimanté permet une mise rapide du casque même avec des gants  Je continue avec lui

 

0 commentaire
0

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire