Le GR20 : Traversée de la Corse du Nord au Sud

par Expérience Outdoor

Flore ATTIA nous partage son expérience du GR20 : traversée de la Corse. Elle nous donne des conseils pour bien préparer son GR20 et retour terrain sur le matériel utilisé.  
Traversée de la Corse par le GR20

Informations sur le GR20 : Traversée de la Corse du Nord au Sud

  • Date de cette traversée de la Corse

Du 8 au 19 juin 2012

  • Lieu

Corse

  • Participants

Flore et Hadelin

  • Où dormir durant la traversée de la Corse

Sur les sites de bivouac près des refuges obligatoirement. Mais c’est payant : 6€ PAR PERSONNE (en 2012).

  • Où se ravitailler

A Vizzavona ravitaillement sommaire. Il faut prendre le train jusqu’à Corte.
Suivant le budget fixé, il est possible de ne porter que les repas du soir et petits déjeuner. Et d’acheter à chaque refuge les repas du midi du jour au lendemain.

  • Conseil sur la traversée de la Corse

Nous avons fait la traversée dans le sens nord/sud. C’est ainsi que nous la conseillons.
Certains diront que l’on évite d’avoir le soleil dans la figure dans le sens sud/nord : nous sommes loin d’être convaincus par cet argument.
D’autre part, les jambes s’alourdissent au fur et à mesure des jours. Nous étions bien contents que les difficultés aillent en décroissant.

  • Quoi d’autre dans les environs

Toute la côte sud et ouest est vraiment incontournable : entre Conc et Porto. Mention spéciale pour Bonifacio et les Calanques de Piana.

  • Bibliographie

Topo officiel du GR20 ( 17e édition-février 2011)

  • Autres expériences sur le GR20

A la découverte du GR20 : Parcu di Corsica en Corse
Le GR20 Nord-Sud par les variantes alpines

Notre traversée de la Corse par le GR20

J1 : Le jour du débarquement

Après cinq heures de ferry, nous sommes arrivés à Calvi à 14h. Avec beaucoup d’envie, d’impatience (et de chance d’avoir trouvé un GR20tiste recherchant des personnes pour remplir un taxi pour monter jusqu’à Calenzana), nous avons pu entamer notre traversée dès 15h.

Ce ne fut pas sans peine car il faisait très chaud, et plus de 1300m de dénivelés positifs nous attendaient.
Mais la beauté du paysage, la vue sur la mer en étant déjà dans les montagnes corses nous ont bien encouragés à avancer et récompensés de ce premier effort.

Vue sur le village de Calenzana lors de notre traversée de la Corse

L’accueil au refuge Di U Piobbu n’a pas été des plus chaleureux…quelque peu frustrant lorsqu’on est habitué aux chaleureux gardiens de refuges Pyrénéens.

J2 : Entrée dans le vif du sujet

La deuxième étape est très agréable. Il faut poser quelques fois les mains lors de la montée et toute une partie reste sur les crêtes. Les paysages vers les différentes vallées étaient très variés et les jeux du vent et des nuages rendaient l’ambiance encore plus exceptionnelle.
La vue depuis le refuge de Carozzu est à couper le souffle, elle a littéralement envoûté Hadelin : vue sur de belles falaises ocres, contrastant avec une forêt de pin d’un vert intense et la mer qui se détache au loin.
L’accueil y était beaucoup plus sympathique. En revanche, le repas y est, paraît-il, très médiocre.

Vue depuis le refuge lors de notre traversée de la Corse

J3 de notre traversée de la Corse : La terre des peaux rouges

La troisième étape était magique, d’abord sur de belles dalles puis montée vers un col bordé par de jolies formes dessinées dans la roche avec notamment une tête d’indien que voici :

Tête d'indien se dessinant dans la rôche lors de notre traversée de la Corse

L’accueil au refuge de Haut Ascu (au pied du Monte Cinto, le plus haut sommet Corse – 2706m)était des meilleurs.

J4 : Le jour du cirque

La quatrième étape est considérée comme l’une des plus difficiles de la traversée, avec le fameux Cirque de la Solitude.
Notre montée jusqu’au Cirque a été très ventée et la vue était plutôt bouchée par un brouillard épais.
Entrée dans le cirque de la solitude sur le GR20 en Corse
Nous avons eu la chance de voir le paysage se dégager au fur et à mesure que l’on approchait du Cirque. Il n’y a pas de difficulté technique majeure grâce aux chaînes et à l’échelle qui sont disposés dans le cirque. Pour notre part, nous nous sommes amusés à ne pas utiliser les équipements en place, et la désescalade (plus impressionnante que l’escalade) n’a posé aucun problème.
GR20 Debut de la montee pour sortir du cirque
Arrivés au refuge de Tighjettu, nous décidons de continuer notre journée en enchaînant avec la cinquième étape qui nous amène jusqu’au refuge de Ciottulu Di Mori.
La fin de la journée a été un peu difficile et la montée au Bocca (col) Di Fuciale nous a un peu cassé les pattes. Passé le col, nous croyions que le refuge serait juste derrière à nous tendre les bras mais NON ! Encore 15 longues minutes et 150m de dénivelé nous séparaient du refuge.
Le gardien était aimable et accueillant comme une porte de prison. Parfait pour nous mettre dans l’ambiance de la nuit qui nous attendait : un vent violent a soufflé une bonne partie de la nuit, accompagné par la pluie qui s’est invitée dans notre tente.
Cette aire de bivouac est très exposée au vent. Si vous avez l’occasion d’éviter la nuitée dans cet endroit ne vous en privez pas !

J5 : Chploc Chploc chploc

L’ambiance froide et pour le moins humide de la tente et le manque de sommeil a rendu le départ pour la sixième étape un peu difficile. Le réveil a donc été repoussé alors qu’une longue journée nous attendait.
La journée a commencé sous un vent encore plus puissant que pendant la nuit, alors que le sentier chemine sur les crêtes. Mettre un pied devant l’autre dans ces conditions n’est pas des plus aisés.
Une partie de la journée s’est déroulée dans le vent et le brouillard, et quelle ne fut pas notre surprise de découvrir le Lac de Ninu alors que les nuages commençaient tout juste à se dissiper !
Nous sommes arrivés au refuge de Manganu, où il y avait déjà beaucoup de monde. Nous y avons retrouvé Boris, un jeune Israëlien que nous suivons depuis 2 jours, et faisons plus ample connaissance avec lui autour d’une agréable tisane (qui ne parvient tout de même pas à nous réchauffer). Les rencontres avec des personnes de tous les horizons font partie intégrante du GR20.
Il est très agréable de partager ses journées de marche et ses anecdotes avec d’autres passionnés conquis par ce magnifique massif Corse.

J6 de notre traversée de la Corse : Glaglagla

Réveil un peu frais le matin des 7 et 8e étapes, au milieu des chevaux qui sont en liberté dans le bivouac pendant la nuit et dorment à côté des tentes.

Bivouac au milieu de chevaux en liberté lors de notre traversée de la Corse

Du refuge, une petite montée nous attend pour arriver jusqu’à la Brèche de Capitellu ; à partir de laquelle le sentier chemine un moment sur les crêtes offrant une magnifique vue sur les vallées de part et d’autres et sur le Lac du Capitellu. Ciel bleu, complètement dégagé et beau soleil bien appréciés.
Après plus d’une heure de marche sur les crêtes, on découvre la neige pour la première (et dernière!) fois du GR.
La descente vers le refuge de Petra Piana se fait sous un ciel chargé. Les nuages jouent avec le vent, l’ambiance se rafraichit. Il pleut même quelques gouttes pour arriver au refuge, qui est très venté. Il est encore tôt, à peine 11h, et on a froid. On fait donc une courte pause repas avant de repartir pour enchainer avec la 8e étape. A l’origine, nous avions prévu de faire la variante par les crêtes (plus courte), mais le vent est trop fort pour s’aventurer sur un parcours aussi aérien, on décide alors de passer par la vallée.

Une chouette descente fleurie par des genêts jaunes est très agréable. Mais ne laissera pas de bons souvenirs à tout le monde. On croise des secouristes du PGHM au galop, appelés pour venir en aid à GR20tiste devant arrêter sa traversée prématurément à cause d’une mauvaise chute.
Une petite pause au bord d’une rivière nous fait le plus grand bien après cette journée un peu longue. Trempage de pieds, et même baignade pour certain sont au programme !
Dernier petit effort de la journée avant d’arriver au bivouac de l’Onda : 1h15 de marche, à l’ombre dans une forêt !

J7 : Le Monte d’Oro VS nos articulations

Septième jour de marche, 9e étape. Sur les conseils de personnes croisées lors des premiers jours, on décide de faire la variante par le Monte d’Oro (2389m). La journée commence avec la superbe luminosité du lever de soleil.

Digitale pourpre au petit matin lors de notre traversée de la Corse

La séparation des chemins pour monter au sommet n’est pas bien claire. Comme beaucoup, on descend trop bas sur le chemin du GR. On doit donc remonter tout droit en free-ride. On tombe sur quelques cairns avant de (re)trouver le chemin marqué de points jaunes. La montée jusqu’au sommet est variée, il faut un peu poser les mains et il y a même une petite cheminée pour arriver au sommet.
On profite de la vue, seuls au sommet pendant presque 1h. L’heure encore matinale (à peine 10h30 passées) ne nous empêche pas de prendre notre repas du midi en admirant cette vue imprenable sur toute la Corse : les principaux sommets et les villes des 2 côtes (Est et Ouest) sont visibles.

La descente décrite dans le topo depuis le sommet n’a pas été trouvée. Nous avons dû repasser par la cheminée empruntée à la montée. Le sentier était très raide, pendant un bon moment, obligeant souvent à poser les mains. Il y a de nouveau plusieurs erreurs dans notre topo, notamment pour les altitudes et les temps de marche.
Après une longue descente non sans peine (pauvres genoux n’ont pas vraiment apprécié), nous arrivons à la Gare de Vizzavona, où l’on rencontre le mythique gardien du petit commerce du village : un vrai personnage, mais d’une bonne humeur sans faille.
On se paye le luxe de la douche chaude (à 2€!) et allons installer la tente sur une…dalle en béton !
L’attaque des moustiques est féroce ce soir-là, jusque-là nous avions été épargnés grâce à l’altitude.

J8 de notre traversée de la Corse : Le repos du randonneur

La 10e étape est courte, mais ne sera pas doublée. La sieste s’impose fortement !

J9 : Le Monte Renoso, un voyage intergalactique

La 11e étape a été agrémentée d’un petit sommet : le Monte Renosso (2281m). Chouette variante, passant par les bordures du Lac de Bastani semblable à un miroir.

Vue sur le lac de Bastani lors de notre traversée de la Corse
Une raide mais courte montée après le lac nous mène sur des plateaux d’ambiance lunaire ! Dernier effort avant le sommet où on admire une fois de plus la vue magique sur les 2 côtes.
On est rejoint au sommet par Boris, notre ami Israélien rencontré quelques jours plus tôt.
Paysage lunéaire avant le sommet lors de notre traversée de la Corse
La descente du sommet est un peu foireuse. On n’a pas trouvé le vrai chemin (si tant est qu’il y en ait un) et sommes descendu à travers des pentes herbeuses.
Cependant nous étions sûrs de notre direction et avons retrouvé sans souci le chemin du GR20.
La journée est loin d’être finie : après une descente dans une forêt (où nous avons rencontré un arbre pour le moins imposant), un dernier effort avec une bonne montée de 600m de dénivelé sous un chaud soleil nous attend.

Rencontre d'un arbre pour le moins imposant lors de notre traversée de la Corse

Arrivés au col d’Oru, le refuge de Prati n’est plus très loin. La vue est y différente des autres jours : pleins feux sur la côte Est, ses plaines et ses étangs.
On s’offre le luxe d’acheter une petite bière en réconfort de cette longue journée (première Pietra depuis notre arrivée en Corse), accompagné d’un très bon saucisson fait artisanalement par les gardiens du refuge de Prati et de quelques noix de cajou (oui oui, c’est le grand luxe ce soir!).

J10 : Le p’tit déj’ royal

La 12e étape commence par un réveil un peu plus matinal que les autres jours pour profiter du lever de soleil sur la mer à 1700m. On a plié les affaires en vitesse pour se poser sur un rocher. Et ensuite prendre notre petit déj’ face à la mer… Un instant magique !

Lever de soleil sur la mer pour le petit déj' lors de notre traversée de la Corse

Petite journée qui s’est déroulée en grande partie sur des crêtes. Le paysage a été un peu monotone puisqu’on a vu la même vallée quasiment toute la journée. La motivation est donc redescendu un peu. On a parié plusieurs fois apercevoir le refuge d’arrivée avant de passer des cols.

J11 : La passerelle Indiana Jones

La 13e étape : une longue étape semée d’embûches. Le parcours du GR a été récemment modifié pour passer par un nouveau refuge. Les marques de l’ancien GR ont été effacées, d’après ce qu’on a entendu dire, par les propriétaires du refuge. De plus, une passerelle permettant de passer un ruisseau a été sciée.
Traversée de la passerelle durant notre parcours sur le GR20 en Corse
Il nous a donc fallu jouer aux cascadeurs pour traverser ce pont. Cette acrobatie est facultative à cette période de l’année mais s’impose lorsque le débit du ruisseau est plus important.
La chaleur écrasante rend longue l’ascension du Monte Icundine, plus haut sommet de Corse du sud.
Arrivee au sommet Icundine sur le GR20 en Corse
Notre effort est largement récompensé par la vue sur les aiguilles de Bavela ainsi que sur la côte. Vu les douleurs aux genoux et le relief très abrupte indiqué par la carte, c’est avec beaucoup d’appréhension que nous commençons la descente vers le refuge d’Asinau. De grandes marches, des dalles en pentes, voici ce qui ponctue notre descente. Il nous suffit d’avancer à un rythme assez réduit pour supporter cette petite épreuve. Ouf nous voilà arrivés !
Bivouac avec notre tente MSR durant notre traversée de la Corse sur le GR20L’après-midi permet de discuter avec des randonneurs qui partagent le même bivouac depuis plusieurs jours.
Les gardiens du refuge nous ont paru très sympathiques jusqu’au moment où ils ont commencé à faire la fête. De 23h jusqu’à peut-être 1h30, toute la troupe s’est mise à chanter à tue-tête et taper des pieds sur la terrasse en bois. La nuit a donc été très courte pour nous.

J12: Bavela l’arrivée !

Les 14e et 15e étapes :
Nous avons fait la variante « alpine » passant par les aiguilles de Bavela afin de raccourcir l’étape 14 et d’optimiser nos chances de pouvoir doubler les 2 étapes. L’arrivée au col de Bavela nous permet de contempler l’immensité du massif que l’on a traversé.

Paysage de l'étape 15 lors de notre traversée de la Corse

Nous n’avons jamais souffert autant de la chaleur que cette dernière après midi. Le topo annonçait 160m de dénivelés positifs pour la dernière étape mais nos corps en auraient bien compté 500! Cela n’enlève rien à notre admiration pour ces paysages, très différents de ce que l’on a vu au cours de cette traversée de la Corse.
Grâce à une magnifique et inattendue rencontre, nous allons pouvoir dormir dans un vrai lit pour ce soir ! L’arrivée à Conca met un point à cette aventure mais en commence une autre puisqu’il nous reste plus d’une semaine pour découvrir la côte Corse.

Arrivée à Conca à la fin de notre traversée de la Corse

Matériel utilisé pour cette traversée de la Corse

Matériel de camping pour la Traversée de la Corse

CATÉGORIE  NOM DU MODÈLE MARQUE  POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODEL AU DÉPART  EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE  SI C’ÉTAIT À REFAIRE
 TENTE  Hubba Hubba  MSR   RAS  Atouts: Poids : moins de 2kg – Facilité de montage 2 portes d’accès hyper pratique Défauts :  Condensation
 POPOTTE  Quicksystem 2  MSR  RAS  Atouts : – la poignée est très pratique – les mugs sont bien isolés, ils gardent le chaud assez longtemps -les aliments n’accrochent pas au fond Défauts : – les mugs sont franchement lourds c’est pourquoi on a opté pour des fonds de brique de lait comme tasse (la durée de vie se limite à 5 jours) ou fond de bouteille de lait qui tient plus longtemps.
 BRÛLEUR  Pocket Rocket  MSR  RAS  Atouts : – Poids – Compact Défauts : -RAS
 PLATS LYOPHISÉS  Voyager  RAS  Atouts : – Prix -Bonne qualité gustative (toute façon on aime tout en montagne !) Défaut : -Ratio kcal/100g faible  La marque MX3 est plus bien meilleure en gout, mais plus chère

Equipement de Hadelin pour la Traversée de la Corse

 CHAUSSURES  Triolet Pro GTX  SCARPA  Recherche de chaussures polyvalentes et cramponables  Atouts: – Le système de lançage est correct – Bon maintien Défauts : – RAS
 VESTE   TRANGOWORLD  Pas de veste imperméable  Atouts : -Testé et approuvé en cas de vent. -L’étanchéité n’a pas été mise à l’épreuve. Défauts : – Capuche trop petite.
 POLAIRE  Microdynamic  SHOEFFEL  Recherche d’une polaire chaude et très légère  Atouts : – Bonne isolation thermique -Très légère Défauts : -RAS
 SAC DE RANDONNÉE  TFX kongur 65 :75  LOWE ALPINE  Recherche d’un sac de grande capacité et très léger  Atouts : – Poids -Attache des bâtons efficace et rapide Défauts : -Fragile au niveau du cordon de fermeture. Le tissu montre des signes avancés de fatigue. -Fragilité au niveau de la fermeture ventrale
 DUVET  Ultralight  DÉCATHLON  RAS  Atouts : – Rapport qualité prix Défauts : -RAS
 MATELAS  Prolite Regular  THERMAREST  Recherche d’un matelas gonflable résistant.  Atouts : – Autogonflant assez efficace -le tissu semble être solide Défauts : -RAS

Matériel de Flore pour la Traversée de la Corse

 CHAUSSURES  Charpoua  MILLET   Recherche de chaussures cramponnables semi auto  Atouts: – Néant Défauts : -Gore Tex inexistant -Semelles vibram beaucoup trop tendres -Finitions mal faites  Je déconseille formellement ces chaussures, j’ai eu un échange avec une paire neuve, qui après 8jours de marche a été dans le même état que la première. C’est une chaussure qui ne tient pas la route.
 POLAIRE  Azimut  EIDER  Atouts : – Compacte -Chaude -Bien coupée Défauts : – aurait pu être un tout petit peu plus chaude
 SAC DE RANDONNÉE   Odyssée 50L  MILLET  Atouts : -Pas trop lourd à vide -Cape de pluie bien étanche -Compartiments du bas Défauts : -Grincements -Nombreux point douloureux (claviculesbassin) dès que je dépasse un certain poids. – Poche supérieure un peu petite -Rappel de charge au niveau du bassin qui sont pas assez serré  lorsqu’ils sont à bloc
 DUVET  Raid aventure  TRANGOWORLD  Atouts : – compactibilité – se marie avec le duvet d’Hadelin qui est un Quechua !! Défauts : -RAS
 MATELAS  Prolite Regular Woman  THERMAREST  Atouts : – Sa taille, un peu plus petite que le modèle homme, pour un même poids car plus de mousse Défauts : -RAS

Autres expériences outdoor pour un voyage en Corse

Voici d’autres activités sportives et différentes idées voyages également en Corse qui pourraient vous inspirer:

0 commentaire
0

Vous pourriez aussi aimer