Escalade à la Via Mathis

par Yoann FOULON
La L4 toujours bien exigeante

Yoann FOULON ambassadeur TRANGOWORLD  réalise dans le Verdon une grande voie d’escalade 7c, la Via Mathis sur la Falaise de l’Escales, Alpes haute Provence.

Présentation de la sortie à la Via Mathis

Date de la sortie escalade au Verdon

La sortie a lieur le 13 et 14 novembre 2016.

Lieu de la sortie d’escalade

France/ Verdon/ Falaise de l’Escales/

Où dormir

Gîte de l’Escalaes, 20 euros par nuit et par personne

Topo du Verdon

ESCALADE AU VERDON

ESCALADE AU VERDON

Style de voie d’escalade

Grande voie terrain équipée, dalle, mur à trous.

Ouverture de la voie d’escalade

La voies a été ouverte en 2008 par Catsoyanis.

Approche jusqu’à la voie

1min du parking au bord de la falaise, 1h pour les rappels et pour rejoindre le bas de la voie.

Temps dans la voie d’escalade

Le temps estimé pour la via Mathis est 7h30.

Longueur de la Via Mathis

Cette voie mesure 360m.

Cotation de la Via Mathis

Les cotations de la via Mathis sont 7c max, 6c obligatoire

Conseils

La première partie est très intéressante et est très bien équipée, allez y même si vous êtes limite dans le niveau.

Récit escalade à La Via Mathis

Nous avons fixé ce week-end depuis un peu plus d’un mois avec le Flo. Le thème est escalade en grande voie et nous voulons essayer « La Via Mathis » une ligne qui nous semble intéressante aussi bien sur le côté difficulté que sur l’aspect originalité. Le petit « hic » de notre sortie c’est qu’elle est organisée pour la deuxième semaine de Novembre, période de l’arrivé du froid et souvent du mauvais temps.

Préparation pour la Via Mathis au levé du jour

Préparation pour la Via Mathis au levé du jour


Le froid est effectivement au rendez vous, le mercure (ou plutôt le thermomètre numérique de la voiture de Flo) indique -2°C lors de notre arrivé sur le parking de la falaise à 23h. Le lendemain, le réveille réglé pour sonner à 6h30 nous sort de nos rêves et nous découvrons un ciel bien dégagé mais un sol gelé à souhait. Le petit déj’ nous réchauffe et après s’être vêtu de nos vêtements les plus chaud (merci Trangoworld) nous partons à la découverte de notre projet du jour. Avant de descendre les rappels nous croisons quelques « highliners » qui funambulent entre les méandres de la falaise, nous aurons un spectacle digne des plus grands cirques pendant toute la journée…

Début de la Via Mathis

Les rappels sous les highliners

Les rappels sous les highliners


Arrivé au pied de la voie nous nous sommes réchauffés mais le rocher est encore froid, la première longueur, un 6a à trous en traversé nous permet de commencer la journée toute en douceur.
Le premier 6a à trous

Le premier 6a à trous


Le soleil arrive assez rapidement afin de nous accompagner à partir de la longueur suivante. Là, le ton est donné, on passe d’un cran en difficulté, et le serrage des petites « croungnes » sans pieds fini de nous réveiller, l’escalade est technique et on se dit : « ok ça va être sérieux ».
La deuxième longueurs bien technique

La deuxième longueurs bien technique


La longueur suivante est le crux de la ligne, il s’agit d’un 7c, c’est la plus belle longueur de la voie pour qui aime l’escalade en fissure. Elle commence avec une section conti sur des trous et des réglettes pour finir avec une fissure à verrous de doigts très athlétique. Je me suis régaler dans cette longueur ou on se sent mal partout mais on arrive à grapiller mouvement après mouvement quelques mètres. Je suis déçu d’être tombé un mouv’ avant le bac, mais heureux d’avoir livré une belle bataille.
La L4 toujours bien exigeante

La L4 toujours bien exigeante


Flo se lance dans la longueur suivante en 6c, la cotation a beau être peu impressionnante on ne chante pas fleurette, l’escalade reste toujours exigeante et demande une certaine concentration. Une dernière longueur en 6b+ nous mène à la vire médiane, en y arrivant un vautour fauve décolle juste à quelques mètres de moi, côtoyer de si gros oiseaux aussi proche reste un moment magique.

L’après midi, une série de 6c/7a

Arrivé sur la vire Médiane

Arrivé sur la vire Médiane


Midi, nous sommes heureux d’être dans le timing, nous pouvons continuer la voie sans craindre d’être pris par la nuit précoce de ce milieu d’automne. Pour ajouter du dénivelé à l’itinéraire, la suite de la voie démarre en bas de la grosse vire médiane.
1er 7a de la deuxième partie

1er 7a de la deuxième partie


Une belle série de 6c/7a nous fait vite prendre de la hauteur au-dessus du Verdon bleu claire. Le calcaire est souvent criblé de trous et il faut parfois en tester plusieurs pour choisir le meilleur ou le moins pire, se jeu peut vite vous faire monter les bouteilles.
En milieu d’après-midi le soleil commence à perdre du terrain et l’ombre de la falaise d’en face grignotte petit à petit notre paroi. Dans la longueur menant au tunnel Florian c’est fait rattraper par cette ombre froide, l’ambiance entre les contrastes de lumières est unique et imprime bien la rétine.
Relais dans le Cade millénaire

Relais dans le Cade millénaire

La longueur du tunnel

La longueur la plus incroyable est celle du tunnel, il s’agit de rentrer dans un trou qui traverse la falaise par l’intérieur pour ressortir 30 à 40m plus à droite. La progression se fait en rampant. En sortant de ce trou je crie à Flo : « Je ne suis pas une taupe ! », oui la spéléo ce n’est vraiment pas pour moi, beurk.

Le tunnel Via Mathis

Le tunnel Via Mathis


Un court 6a nous mène vite au dernier 7a. C’est une longueur dans une dalle grise criblé de trous, il faut se placer pour passer d’un creux à un autre avec un très beau gaz sous les pieds. C’est vraiment pour des longueurs comme ça que je grimpe, pour ressentir ce frisson unique que procure le mélange du vide et de la concentration.
Florian me rejoint rapidement au sommet sous une lumière flamboyante de couché de soleil et le vol majestueux de trois vautours fauves qui nous font bien comprendre que ce sont eux les maîtres des lieux.
Sommet Via Mathis

Sommet Via Mathis

Le lendemain, dans les gorges du Verdon

Le lendemain, nous souhaitons grimper à nouveau dans les belles gorges du Verdon mais le mauvais temps et le froid saisissant nous pousse à plier bagage.
Nous nous arrêtons néanmoins sur le chemin de retour pour grimper sur la très charmante couenne de Vénasque. L’escalade se passe plutôt sur des murs déversant à grosses prises, ce qui est parfait pour nos pieds endolories des dalles du Verdon.

Vénasque sous la surveillance du Mont Ventoux

Vénasque sous la surveillance du Mont Ventoux


Nous avons quitté le Verdon pour fuir le froid mais à l’heure où nous arrivons sur le site de Vénasque le soleil quitte déjà la falaise, c’est donc encore sous des températures hivernales et une humidité certaine que nous finissons le week-end. Heureusement quelques voies seulement suffisent à nous fatiguer et nous ne tardons pas à rentrer nous mettre au chaud dans notre bercail Héraultais.
Fin de journée à Vénasque

Fin de journée à Vénasque

Yoann FOULON ambassadeur TRANGOWORLD

Matériel pour la course

[infoChangeOrientation]

CATÉGORIE NOM DU MODÈLE MARQUE POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODÈLE AU DÉPART EST CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉ DANS CE ROADBOOK SI C’ÉTAIT À REFAIRE
 DOUDOUNE TRX2 800FT  TRANGOWORLD  apport thermique et léger  Oui, Chaud et léger et très compact.  Finalementje ne l’ai pas mis beaucoup, mais comme elle est légère elle ne prend pas beaucoup de place dans le sac.
 PREMIÈRE PEAU (HAUT) Porma  TRANGOWORLD  Chaud et respirant  Aucune gêne  A continuer
 PREMIÈRE PEAU (BAS) Ket TRANGOWORLD Chaud et respirant Oui Au top
 PANTALON LÉGER Ghawdex  TRANGOWORLD  Léger, et très élastique il permet une bonne aisance des mouvements  Oui, la coupe ajustée permet de bien voir ses pieds.  A renouveler, top pour les grandes voies
POLAIRE Pullover Trx2 stretch TRANGOWORLD Chaud et laisse libre de ses mouvements L’ouverture du col est très pratique lorsqu’on surchauffe un peu, possibilité de la mettre en gardant le casque Ma nouvelle polaire préféré
 DUVET  Xero 550  MOUTAIN EQUIPMENT  Léger et compact  Oui  A refaire sans hésitation
 MATELAS LÉGER  Prolite  THERMAREST  Ultra léger et ultra compact  Prend peu de place  A refaire
 RÉCHAUD  Optimus  PROVIDUS  Légèreté  Oui, Parfait pour des courses ou le poids est un élément important pour la réussite de la course  Très bien
 HARNAIS  Aquila  PETZL  Compromis entre légèreté, compacité et confort  Oui, surpris du confort.  A refaire
 MOUSQUETONS  Attache 3D  PETZL  Forme poire de taille moyenne. Model léger  Oui, le seul point négatif est sa visserie qui a tendance a s’ouvrir facilement.  A refaire
 CORDE À DOUBLE  Cobra II 50m dry unicore  BÉAL  Fine et fluide  Oui, très bonne résistance  Au top
 CHAUSSURES  Ultra raptor  LA SPORTIVA  Chaussures légère  Pas de gêne au baudrier  A refaire
CHAUSSONS TECHNIQUES Instinct vs SCARPA Technique et confortable Précis oui
 FRONTALE  Tikka R+  PETZL  Bon éclairage et différents modes d’éclairage (puissance)  Oui, et bonne autonomie  A refaire
 DÉGAINES  Ange  PETZL  légèreté  Oui  Au top
 ASSUREUR  Reverso  PETZL  Assurage du leader et du second avec corde à double  Oui  A refaire
 SANGLE  Fin anneau 60  PETZL  Pratique pour rallonger les points de protections (spits, pitons, coinceurs…)  Oui  A refaire
 SANGLE  Fin anneau 120  PETZL  Pratique pour faire des relais  Oui  A refaire
 CASQUE  Sirroco  PETZL  Légèreté  Oui, et très bonne tenue sur la tête, le clip aimanté permet une mise rapide du casque même avec des gants  Je continue avec lui

Laisser un commentaire