Séjour randonnée au Pérou : Sur les chemins d’Olleros à Chavin de Huantar (randonnée à pied) ou la rencontre des Quechuas

par Expérience Outdoor

Pierre BARBY nous partage sa randonnée au Pérou la rencontre des Quechuas.

Informations pour préparer une randonnée au Pérou

Date du séjour au Pérou

16 et 17 mai 2017

Lieu du séjour randonnée au Pérou

Pérou, province de Huaraz, région de Ancash

Participants à cette randonnée au Pérou

Hameau de Canrey Chico, randonnée au Pérou

Benoit et Pierre (moi- même)
Tout d’abord, Benoit est un adepte de randonnées, et plus elles sont alpines, plus il aime. Les Alpes sont son terrain de jeu principal. Benoit aime aussi partir à la découverte de contrées plus lointaines comme la Nouvelle Zélande, le Népal.

Pour ma part, adepte de sports nature, je pratique vtt, trail, escalade, et alpinisme. Je me lance dans quasi toutes les aventures que ce soit sur des raids multisport d’une journée ou des expéditions plus longues aux quatre coins du monde.

Enfin, quelques réalisations : tour du Mont Blanc, tour des Anapurnas (Népal), circuit du W Torres Del Paine (Chili), Peak of the Balkans (Montenegro) à pied, ou encore traversée du Massif Central, des Alpes, tour du Queyras, en vtt.

Pierre est l’auteur de :

Où dormir au Pérou

Pour le trek, nous avons dormi précisément :
Dans un premier temps, à Huaraz, Ado’s hostal. Hostal bien tenu. Rendez-vous incontournable des baroudeurs à Huaraz. Chambres individuelles et dortoirs. Cuisine équipée pour se faire son repas. 20s/pers/nuit (tarif raisonnable)
Puis, à Chavin, Hotel Inca. Chavin est assez petit et l’offre est plus limitée. L’hôtel Inca propose des chambres propres avec douche, dans un cadre agréable (petite cour fleurie) 25s/nuit/pers.
Enfin le long du trek, une nuit en bivouac.
Nous avons déjà dormi sur Huaraz à El Tambo hostal. Dans une impasse proche du stade. Très simple, sans chichi. Petite cour intérieure qui facilite les rencontres, cuisine sommaire. Dortoirs uniquement. 10s/nuit/pers.

Où se restaurer/où se réapprovisionner

Huaraz, les commerces sont nombreux. Supermarchés (au sens péruvien, ils ne sont pas très grands..), petites boutiques où l’on peut trouver de tout dans la limite du raisonnable. Et surtout, le marché central qui permet de se ravitailler en fruits et légumes (frais ou sec) à un coût défiant toute concurrence. En bon plan, il y a un magasin de montagne derrière la place des Armes.
On peut aussi citer Le California café. Pour un bon petit dej. Les gâteaux faits maison sont extras !
Pour les autres repas, nous sommes allés au marché.
A Chavin, Cafétéria Renato. Menu « Del dia » qui comprend entrée, plat et dessert pour 7s. Bon et défiant toute concurrence !

Restaurant Chavin turistico. De bonne truites « en provenance directe de la rivière » , du chicharon de porc. 2 plats testés, bons et copieux. Il y a aussi du picante de cuy (cochon d’Inde) et d’autres plats mais nous n’avons pas eu assez de repas pour tout gouter.

Office du tourisme

Il y a une agence i-Peru à Huaraz. Proche de la place des Armes. Aide quasi indispensable pour tous les renseignements utiles. Ils connaissent notamment toutes les astuces pour prendre le bon bus. Il n y a pas de réelle cohérence dans les transports péruviens entre les collectivos, bus, caros…..

Quoi d’autre dans les environs

À Chavin, on conseille très vivement la visite des ruines de Chavin de Huantar (800 avt JC). Le clou du spectacle reste les galeries souterraines du temple qui sont quasi intactes et époustouflantes. Elles permettent notamment de voir une statue monolithique exceptionnelle.
En sortie de village, sur la route de Huaraz, les habitués se retrouvent aux bains chauds. Non testés.
Un peu plus loin : la Cordillère blanche, la Cordillère noire, la Cordillère de Huayhuash.
Plusieurs sites d’escalade sont répertoriés près de Huaraz (Condorhuain, Hatun Machay,
Los Olivos et Huanchac). Non testés
Sur le chemin entre Olleros et Chavin, il y avait une sente pour rejoindre le Nevada Uruashraju (Alpinisme, 5 735m).

Bibliographie

En ouvrage, nous ne disposions que du Lonely Planet qui ne fait qu’une description très sommaire des treks que nous voulions réaliser. Egalement, un paragraphe d’une demi-page décrit le trek d’Olleros..

Lien Internet

Lien commercial, avec une vidéo qui donne une bonne idée des paysages

Info pratique

Taux de change 1€ =3,5S/.

Randonnée au Pérou

Départ d’Olleros

Tout d’abord il faut dire qu’au Pérou, nous avons réalisé 4 treks successifs dans la région de Huaraz. la Laguna 69, le Santa Cruz, le Callejon de Conchucos et le tour de la Cordillère Huayhuash. Le plus difficile et aussi le plus long fut le Huayhuash. Mais, celui qui a attiré le plus mon attention de part le dépaysement occasionné (paysage et culture locale) est incontestablement celui de Callejon de Conchucos, connu aussi sous le nom de Olleros à Chavin.

Ce trek peut se réaliser sans forcer en 2 jours. Un total de 40 km est à parcourir avec un dénivelé total de 2000 m.

Le départ s’effectue du village d’Olleros. L’accès à Olleros peut se faire de Huaraz par collectivo moyennant 40 min et 2,5 s. D’Olleros, il est possible de prendre des mules pour faire ce trek. Nous partirons sans.
Une fois à Olleros, on nous renseigne volontiers et avec le sourire sur le chemin à prendre. Nos informations sont maigres quant au chemin de départ, qui est en fait une piste à prendre à droite en sortie du village. Piste qui passe devant une arène et un complexe sportif. Pour naviguer, nous avons un GPS Garmin Dakota avec fond de carte Open street map. De toute évidence, notre chemin y est présent. Sauvés !

Façade à Olleros (les murs des habitations sont souvent taguées à la mode péruvienne), randonnée au Pérou
Façade à Olleros (les murs des habitations sont souvent taguées à la mode péruvienne)

Nous sortons du village et mangeons nos empanadas et avocats sur les hauteurs. Seuls repas frugal prévu. Les autres seront plus basiques.
Nous rejoignons assez rapidement le hameau de Canrey Chico, où nous rencontrons deux enfants d’une dizaine d’année. On échange quelques passes de foot. Ils vont jouer dans leur terrain préféré : carré de terre en pente de 200 m² parsemés d’une bonne trentaine d’arbres !

De paysages en paysages

Hameau de Canrey Chico, randonnée au Pérou
Hameau de Canrey Chico

Le chemin file toujours vers l’est et le paysage commence à changer. On passe de champs et prairies vertes à des paysages de pampa typiques de l’altiplano. Couleur dorée.
Enfin, la météo change elle aussi, et le ciel se charge comme à peu près tous les soirs de ce mois de mai. En ligne de mire, des nuages bien noirs ! Notre chemin nous mène droite sur ces nuages !
On remonte le long de la rivière, avec quelques difficultés pour suivre la bonne sente. Le sol se détrempe avec la pluie pour devenir boueux voire marécageux.

Paysage des steppes, randonnée au Pérou
Paysage des steppes

On assiste peu de temps après à une scène de chargement de 2 vaches dans un camion. Elles ne se laissent pas faire !
Peu de temps après, c’est une femme âgée qui attire notre attention. Elle est assise en tailleur en bord de chemin et garde son troupeau. Même elle nous interpelle d’une voix stridente et elle semble très préoccupée. Par contre elle ne parle pas espagnol mais un dialecte quechua (vraisemblablement). Il nous est impossible de comprendre ce qu’elle veut. Elle semble tenter nous prévenir d’un danger. Malgré tout, après 5 grosses minutes, nous passons notre chemin en la saluant.
Ce qui devait arriver arriva : la pluie ! Plus on avance, plus il pleut. Mais nous n’avons pas le choix: nous devons aller jusqu’au camp de Sacracancha.
Nous comprenons enfin ce que la vieille dame tentait de nous dire. Au bout de 2h sous la pluie, nous arrivons à une ferme, nous décidons de nous abriter sous une cabane de paille pour vérifier le GPS. La cabane (hacienda Breque) semble être un lieu d’habitation.

La cabane Hacienda Breque

Ici une paillasse avec 4 sacs de farines, là 2 tas de bois, et au fond des abats qui sèchent pendus à un fil. 3 sceaux plastiques fermés trainent.
L’idée nous vient de passer la nuit ici mais nous ne sommes pas à l’aise du fait de ne pas savoir chez qui nous sommes. Nous voulons partir rapidement avant de trop vite se refroidir. Nous quittons la cabane et tombons nez à nez avec la supposée propriétaire. On échange 3 mots en espagnol. Elle nous propose de nous accueillir, on décline son invitation en lui disant que nous allons monter notre tente plus bas.
C’est ce que nous faisons sous une pluie battante. Au moment de rentrer sous notre toit, elle réapparaît contente de voir notre campamento ! Nous sommes trempés jusqu’aux os et la tente aussi. On éponge avec les moyens du bord l’intérieur de la tente. Pour dérouler nos sacs de couchage, je déplie ma couverture de survie sur le tapis de sol détrempé. Je dois avoir cette couverture depuis 7 ans dans mon sac, c’est la première que je suis amené à m’en servir. Nous resterons sous la tente et sous une pluie continue. Ce soir, ce sera un repas froid. Le réchaud est inutilisable sous la tente.
Le lendemain, la pluie a cessé. Nous nous levons et un homme arrive à notre camp. Il semble âgé (on apprendra plus tard qu’il a 78 ans). Les échanges sont complexes mais nous arrivons à nous faire comprendre. Il s’agit du propriétaire des lieux et nous explique notre chemin pour Chavin. Il en profite pour nous demander un peu de coca (des feuilles bien entendu), un cigarillo, quelque chose à manger. On partagera nos barres de céréales avec cet homme.

Échange avec les habitants rencontrés durant cette randonnée au Pérou

Quand il repart, mais c’est sa supposée fille qui revient pendant notre petit déjeuner. La scène est alors drôle car nous sommes habillés avec nos seuls vêtements secs c’est à dire notre collant thermique et veste polaire. Bref, on a l’air bien ridicule, mais elle ne semble pas choquée par notre tenue ! Nous partageons donc notre petit déjeuner avec elle. Elle nous explique qu’elle élève 34 vaches, et qu’elle va au marché de Chavin pour troquer la nourriture. Elle nous réclame elle-aussi de la nourriture  » para cocinar « . On lui donnera un sachet de pâtes (non cuisiné la veille). Ces gens semblent réellement dans le besoin. Nous sommes très touchés par leurs conditions de vie précaires.

Notre hôte d
Notre hôte d’une nuit

A nouveau, on se relance alors dans notre rando, sous le soleil de 8h. Une luminosité à couper le souffle nous permet de faire des photos des sommets que l’on voit au loin. Il y a le Nevado Huantsan, .Kashan et Urhuassraju.. Nous passerons 2 hameaux avec quelques maisons de paille (si nous avons bien compris, il y a en tout 3 familles de bergers qui vivent dans cette vallée).

Maison (de paille) des voisins, randonnée au Pérou
Maison (de paille) des voisins

Par contre le chemin n’est pas marqué et on se fait plusieurs fois piégés par des marécages. Faire sécher nos chaussures devient utopiques (je me suis arrêtés plusieurs fois pour éponger mes chaussettes, en vain, elles se gorgent d’eau à chaque pas..).

Pause sèche chaussette, randonnée au Pérou
Pause sèche chaussette

Pourtant l’itinéraire semble être facile. On doit remonter une vallée pour passer un col, puis redescendre sur une autre vallée. En l’occurrence, cette partie est complexe à suivre.

Passage des cols et nouvelle rencontre

Ensuite, on passera le camp de Sacracancha (sans intérêt particulier et finalement il nous restait encore une heure de marche), puis au col de punta Yanashallash (4700m). On croit y arriver à 4 reprises mais ce n’est jamais lui.
Finalement c’est dur dur !! Encore une fois, au col, on croise un autre berger qui lui encore nous réclame dans l’ordre un billet de 10s, des feuilles de coca, un cigarillo, des médicaments, de la nourriture. Du coup, on lui donnera aussi des barres de céréales.. (Nota : de tout notre séjour au Pérou, c’est le seul lieu où les autochtones nous accosteront, impossible de comprendre pourquoi). Du col on a également une jolie vue sur la vallée en contrebas, les lacs et une belle montagne (très certainement le nevada Yanamare). Encore au col, on profite des petits rayons pour essayer de faire sécher un peu les affaires.

Camp de Sacracancha … ou ce qu
Camp de Sacracancha … ou ce qu’il en reste 😉

Après un repas rapidement avalé, on entame alors notre descente au pas de course, la pluie menaçant. En conséquence, une descente longue avec une grande diversité de paysages, culture en patchwork sur les flancs de montagne, cabanes en paille. Pour finir, quelques kilomètres sur une piste qui semblent interminables. Nous traversons alors quelques villages, où les regards sont insistants à notre rencontre.
On arrive à Chavin en soirée.

Rue de Chavin, randonnée au Pérou
Rue de Chavin
Scène de rue à Chavin, randonnée au Pérou
Scène de rue à Chavin
Scène de rue à chavin bis, randonnée au Pérou
Scène de rue à chavin bis

La Rando en chiffres pour cette randonnée au Pérou

Jour 1

La distance parcourue a été de 13km, pour une durée de 4 heures. Le dénivelé correspondait à (D+)700m (D-)131m.

Jour 2

La distance parcourue a été de 29km, pour une durée de 10 heures. Le dénivelé correspondait à (D+)1300m (D-)2100m.
Après cela, avec 30 km dans les pattes, nous passons un nuit bien méritée à l’Hotel Inca, dans lequel on étale nos affaires pour les faire sécher (la chambre se transforme en buanderie, idem pour la petite cour intérieure de l’hôtel).

Conclusion pour ce trekking au Pérou

Pour finir, Pérou et spécifiquement la région de Huaraz est un lieu incontestable pour les randos et autres activités de montagne. Si vous aimez les paysages sauvages et le « retour aux sources », le trek Olleros – Chavin présente un intérêt certain. Il est certes court, mais il doit pouvoir être rallongé par une excursion dans la vallée sauvage de Conchucos. Puis par manque de temps, nous ne nous sommes pas enfoncés dans la vallée, à regret… A proximité d’Olleros, il y a aussi la Cordillère de Huayhuash. Les paysages y sont magnifiques, mais ce massif est victime de son succès et devient une male financière pour les populations locales (les droits d’entrées sont un peu abusifs).

Levé de soleil sur l
Levé de soleil sur l’altiplano

Matériel utilisé pour cette randonnée au Pérou

Campement et sac à dos pour une randonnée au Pérou

CATÉGORIENOM DU MODÈLEMARQUEPOURQUOI AVOIR CE CHOIX DE CE MODÈLE AU DÉPARTEST CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À CETTE EXPÉRIENCE RACONTÉE DANS CE ROADBOOKSI C’ÉTAIT A REFAIRE
TENTEHubba HubbaMSRSpacieuse, avec 2 absides, 2 entrées individuelles. Autoportante. Ratio poids taille. Bonnes critiques sur les blogs internetExcellente tente, qui répond à mes attentes. L’aération est bonne, avec peu de condensation qui se forme. Le tissu est très fin, et pourtant très résistant ! S’il y avait une critique à faire, ce serait le tapis de sol qui manque d’étanchéité. Je me sers souvent de mon poncho comme double tapis de sol. La couleur de la toile extérieure est plutôt claire, la lumière extérieure pénètre assez facilement, ce peut être dérangeant suivant les conditions d’utilisation.Les tentes évoluent assez rapidement sur le marché. Je suis content du produit. Mais, s’il me fallait racheter une tente, je pense que je ferai une nouvelle analyse des différents produits existants afin de trouver le meilleur !
SAC À DOSJaguarKARRIMORBon maintien et ceinture large. Capacité 60L, avec une forme assez étroite. Bonnes sensations lors du test en magasin.Excellente sac, qui commence à s’user avec l’age (6 ans). Cape de pluie trop fine, j’ai dû vite la remplacer par une Quechua.
Les plastiques sont fragiles (changement des clips de la ceinture et de la poitrine, casse de la boucle d’attache des batons de marches)
Je rechercherai un sac moins lourd.
DUVETXero 550MOUNTAIN EQUIPMENTDuvet en plume canard
Poids à 1100g
En promotion lors d’achat.
Première utilisation de ce duvet lors de ce trek. Duvet de bonne qualité, avec un touché agréable. Il tient chaud même avec des nuits inférieures à 0°C.Pas assez de recul sur l’utilisation du duvet pour répondre.

Vêtements et accessoires indispensables pour une randonnée au Pérou

MATELASProliteTHERMARESTLéger. Bonnes critiques.Bon produit, Mais confort un peu sommaire, et un peu fragile. Une crevaison, suite à une utilisation en extérieur.Je pense que j’achèterai le thermarest NeoAir, de part le confort supplémentaire qu’il apporte (plus épais).
POPOTE InconnuQUECHUAPrix très concurrentielBon produit, basique. Ne garde pas assez au chaud les aliments. J’ai dû remplacer les tasses en plastiques, qui se sont cassées au fur et à mesure de mes expéditions.Je réfléchis à les remplacer, après 10 ans de bons et loyaux services !
VESTEAlpine ApproachMILLETGoretex.
En promotion lors d’achat
Très satisfait. Bon maintien de la capuche, avec double serrage cordelette. Bonne résistance :Je reprends la même !
PANTALONLightSIMONDAtout : prix, et coupe assez proche du corps. Tissu élastiqueManque de renfort aux endroits stratégiques ( fessiers, ..).Je reprends le même
CHAUSSURETrainer MID GTXSALEWALégères !
Bonne sensation lors de l’achat
Possibilité de ressemelage.
J’y suis comme dans des chaussons. Je les ai fait ressemeler une fois. Après 6 années d’utilisation, elles prennent l’eau, usure du tissu au niveau de la pliure sur le devant. Je vais devoir les changer…Je reprendrai un modèle léger, mais en cuir, je ne sais pas si cela existe.
CHAUSSETTETrek SummerX-SOCKSRéputés comme tant les meilleures chaussettes de rando: je confirmeJ’ai essayé beaucoup de modèles de chaussettes. Notamment les X-Socks (avec double tissu). Je trouve ces chaussettes très confortables, et limitant les échauffements et ampoules.Aussi, je reprends les mêmes .

Accessoires pratiques pour la randonnée au Pérou

T-SHIRTInconnuMILLETA l’époque (2005), c’est mon premier t-shirt synthétique ! Donc, une grosse évolution par rapport au coton.Inusable : acheté et toujours utilisé. Je le combine avec d’autres t-shirt, en synthétique que je gagne lors de trails ou différents courses que je fais. Certains prennent vite les odeurs, d’autres sont plus performants… Ce t-shirt Millet est de loin le meilleur t-shirt que j’ai.Après cela j’aimerai tenter les t-shirts en laine de mérinos.
DOUDOUNEM Atom LT HoodyARC’TERYXDoudoune en synthétique, donc lavable. Compacte.J’en suis content, cependant elle n’est pas assez chaude en statique.Finalement, je vais en acheter une plus chaude.
SERVIETTE DE TOILETTESInconnuQUECHUATarif. Modèle très petit, et léger.J’ai pris le plus petit modèle qui existe. Serviette qui sèche très rapidement. Cependant, elle prend vite des odeurs.Si je peux trouver une serviette sans odeur, ce serait idéal.
APPAREIL PHOTO NUMÉRIQUEPowershot G15CANONAcheté en 2012, semblait être un bon compromis dans la gamme compact semi pro.(+) Niveau de fabrication (qualité des matériaux, solidité perçue). Ergonomie soignée, nombreux réglages accessibles. Compact, et dans une gamme semi-pro.  Batterie fiable, avec longue durée. Donne un excellent résultat, avec des possibilités de réglage manuel.  (-) Qualité optique en retrait de la concurrence. Viseur optique médiocre.J’hésite toujours avec un reflex. Si je reste dans la même gamme, les concurrents (Fuji et Sony) offrent des nouveaux modèles qui me semblent plus compétitifs.

0 commentaire

David 17 octobre 2017 - 9 h 02 min

Un très bon article, complet du début à la fin. Idéal pour s’équipé et pour organiser un voyage similaire que ce soit dans ce pays ou un autre (même si il faudra improviser).

Merci pour le partage, plein de nouveau trek en prévision je suppose.
Bon courage et bonne aventure 😉

David

Répondre
Marie 21 octobre 2017 - 23 h 34 min

Article très intéressant. J ai beaucoup aimé les rencontres avec les autochtones, surtout le berger. Cette expérience malgré ses difficultés suscite l envie de découvrir les multiples paysages!Il n y a plus qu’à s équiper et à partir à l aventure!

Répondre
GARCIA 23 octobre 2017 - 12 h 02 min

Superbe article qui aide à préparer son voyage et Trek au Pérou ! . Les rencontres sont surprenantes et enrichissantes. En attendant de plus d’articles d’autres voyages.
Merci pour le partager.
Bon chance pour les autres voyages à venir!!

Répondre
Christian 23 octobre 2017 - 17 h 36 min

Il ne manque plus que l’équipement et matériel pour faire cette randonnée qui semble très sympathique.

Répondre
Julien 24 octobre 2017 - 12 h 04 min

Un voyage qui sort des sentiers battus des guides touristiques… Jolie aventure racontée par Pierre qui s’est attaché à relater les différentes rencontres tout au long de ce périple. Encore bravo et merci pour ce récit !

Répondre
Alex 28 octobre 2017 - 18 h 13 min

Une belle aventure avec de magnifiques photos pour l accompagner ! Merci pour ce partage d infos qui permet à d autres de vivre une expérience similaire. Vive les voyages !

Répondre
Marie Julie 15 novembre 2017 - 10 h 24 min

Beau périple! Ca donne envie de partir dans ce magnifique pays et découvrir ces merveilleux paysages.
Merci pour tous les conseils pratiques et tuyaux! On attend avec impatience le prochain trek!

Répondre
Caroline 15 novembre 2017 - 13 h 23 min

Merci Pierre pour ces quelques instants d’évasion offerts à travers ce beau récit 🙂

Répondre
Hugo 16 novembre 2017 - 22 h 46 min

Bravo Tonton !

Répondre
Mo 18 novembre 2017 - 10 h 47 min

Merci d avoir partager cette experience avec nous, Beau voyage!

Répondre

Laisser un commentaire