Voyage à Minorque en mode multisports : VTT, Kayak et trail

par Expérience Outdoor

Myriam (et Olivier Gels) nous partage son expérience de son voyage à Minorque.

Informations pour préparer un voyage à Minorque

  • Date et durée

8 jours et demi, du 5 au 13 avril 2017.

  • Lieu

Espagne, Province des îles Baléares, Minorque. Boucle au départ de Ciutadella.
Depuis Montpellier : environ 3h30 de voiture jusqu’à Barcelone : 340 km (45€ dont 17.50 € de péage). Traversée en ferry Barcelone – Ciutadella avec la compagnie Balearia.

  • Participants au voyage à Minorque

Myriam et Olivier Gels’, deux amoureux des sports nature qui forment un tandem de choc au quotidien comme sur leur monture ! En fervents adeptes des raids multisports, nous pratiquons régulièrement différents sports nature comme le VTT, la randonnée, la via ferrata ou le kayak pour varier les plaisirs et découvrir les régions parcourues d’une autre manière, avec un autre regard.

Roadbook : Les participants, Myriam et Olivier voyage à Minorque
Les participants, Myriam et Olivier

Après avoir testé avec plaisir l’itinérance en tandem en Corse ou en VTT sur des grandes traversées (GT34, GTMC), nous avons jeté notre dévolu sur cette petite île des Baléares pour y passer une semaine de vacances sportives, en guise de préparation du Corsica Raid aventure (voir notre récit « Le Corsica Raid aventure »). Au menu : VTT, kayak et trail pour faire le tour de ce petit bijou d’île, véritable paradis du sport nature

Retrouvez toutes les expériences Outdoor de Myriam et Olivier Gel’s :

Guest House, Castillo Sancho Pansa à Cala en Porter : nous y avons mangé (un repas vraiment sans grand intérêt) et bien dormi avant de commencer l’itinérance en kayak. 30€ l’hôtel et 30€ le repas.

Hôtel Cala Bona y Mar Blava: 100€ les deux nuits grâce à une bonne réduction vu la saison. Un super hôtel avec vue sur une jolie crique de Ciutadella et le coucher de soleil en prime. Nous avons choisi cette option pour mettre nos montures et affaires en sécurité le temps de faire notre dernière étape en mode trail, le long de la côte nord. Le gérant nous a mis à disposition une remise pour ranger nos vélos et il nous a patiemment renseigné pour trouver un bus pour revenir à Ciutadella depuis Es Mercadal après nos 40 km de trail.

Roadbook : Vue de l
Vue de l’hôtel Cala Bona y Mar Blava, Ciutadella
  • Où manger à Minorque

Nous avions pris pas mal de réserve pour être autonome au moins pour les jours où nous bivouaquions et nous avons bien fait, car l’île est encore bien sauvage, et parfois on peut rouler, pagayer ou courir longtemps avant de trouver le moindre commerce (et encore plus début avril quand la saison n’a pas encore commencé). Mais nous avons également fait quelques restaus, soit par choix pour goûter à la gastronomie locale (notamment à Fornells, réputé pour sa pêche locale), soit par commodité (à Cala en Porter ou Ciutadella).

Pour les plats de base, pain ou galettes de riz et préparation pour sandwich de la conserverie « La belle-îloise » pour le midi ; céréales de base (riz, couscous à la tomate, mélange de céréales de Tipiak) et boîte de conserve de poisson pour le soir.

Pour le petit déjeuner, thé ou jus de fruit, biscuits, banane.

Pour l’eau, nous avons parfois galéré pour trouver de l’eau à certains endroits de l’île bien sauvages (notamment au nord), et ceci d’autant plus que la saison n’avait pas encore commencé. Il vaut mieux être prévoyant et faire le plein quand on trouve un point d’eau et emporter quelques cachets d’aqua pur au cas où.

Pour les restaurants, sur les cinq restaus testés, nous n’en recommanderions que deux.

Can Tanuà Fornells : une petite pépite dénichée grâce à Tripadvisor au milieu de la multitude de restaus à touristes qui proposent des langoustes à un prix fou. Dans ce petit restau de pêcheurs, nous nous sommes régalés avec une friture de poisson géante, une fideua aux fruits de mer généreuse et une tarte aux amantes (le tout pour 60€ avec les boissons et le café mais franchement ça les valait !).

Roadbook : Restaurant à Fornells voyage à Minorque
Restaurant à Fornells

Pizzeria Roma à Ciutadella : bonne pizzeria pour un repas pas très cher (30€ à deux).

  • Coût pour un séjour à Minorque

800€ pour deux environ

Transport: 300€. 80€ pour aller à Barcelone en voiture et 220€ A/R pour deux personnes avec les vélos en ferry. On peut également venir à Minorque en avion au départ de Marseille notamment, mais nous avons précisément choisi cette destination pour sa facilité d’accès en ferry, car nous trouvons que c’est le moyen le plus pratique et le plus agréable quand on veut transporter ses vélos, sa carriole et ses sacoches en toute tranquillité !

Location du kayak: 180€ pour trois jours de location, dont un supplément de transport pour nous amener les kayaks à Cala en Porter, et nous ramener nos vélos jusqu’à Es Grau où est située leur base.
Hébergement : 150€ pour trois nuits en hôtel et une nuit en camping.
Restaurants: un peu moins de 200€ pour 5 repas (soit une moyenne de 20€/p.).

  • Caractéristiques de l’île de Minorque

Comme son nom l’indique, Minorque est une petite île et c’est ce qui permet autant de souplesse dans l’itinéraire à adopter. Avec sa superficie d’à peine 700 km², à peine 50 km séparent les deux grandes villes : Port Mahon et Ciutadella : il est donc facile de rayonner sur l’île et d’en découvrir toutes ses facettes, des grandes plages de sable fin aux verts pâturages (au printemps), en passant par les forêts, les garrigues et les petites criques perdues. L’île n’est pas très montagneuse, contrairement à sa grande sœur Majorque : El Toro, le point culminant au-dessus d’Es Mercadal, n’est qu’à 358 m d’altitude.

Il est tout à fait possible de rayonner dans l’île à partir d’un ou deux points de chute (c’est ce qu’avait fait des amis qui nous avaient conseillés cette destination), mais pour nous, rien ne remplace le plaisir de l’itinérance ! Niveau saison et météo, nous avons eu un temps exceptionnellement chaud et beau pour un début avril : cela nous a permis de découvrir la Minorque verte, avec des contrastes saisissants dès qu’on s’écarte un tout petit peu de la côte. Mais si l’on veut être plus sûr du temps et profiter d’eaux plus chaudes, l’idéal est certainement juin / septembre, en évitant la période estivale où l’île doit perdre un peu de son charme, bien qu’elle ne soit jamais aussi fréquentée que Majorque par exemple.

  • Caractéristiques du parcours

Un peu plus de 250 km en 7 jours, tous sports confondus, répartis comme suit : un peu plus de 150 km de vélo sur sentier, chemin et petites routes, environ 50 km de kayak, et environ 60 km de trail

Roadbook : Itinéraire, Carte Minorque voyage à Minorque
Itinéraire, Carte de voyage à Minorque
  • À faire également à Minorque

Le tour de l’île en randonnée par le Camí de Cavalls : 186 km à faire en 10 jours et en 20 étapes selon la plupart des guides. Ce sentier de 185 km existe depuis au moins deux siècles, il permettait le contrôle des côtes par les autorités militaires. D’après les témoignages des internautes et notre propre expérience, il est encore bien emprunté par les randonneurs. Ça peut donner des envies aux amateurs de sentiers tranquilles, à l’écart des autoroutes de la randonnée !

Le tour de l’île en kayak : 200 km de côtes environ en 7 jours de navigation environ (avec une moyenne de 25 km par étape). Selon le site de location par lequel nous sommes passés, on peut faire « le meilleur de l’île » en quatre jours. Nous en avons fait trois, en profitant de la plus belle partie, au sud, qui regorge de grottes et autres anfractuosités. Minorque est en tout cas un haut lieu du tourisme en kayak et le tour de l’île constitue un grand classique du kayakiste itinérant. Expémag semble en faire son terrain de test pour ses reporters. À lire dans Carnet d’aventure un article sur ce sujet.

  • Bibliographie et liens Internet :
Roadbook : uides et cartes de l
Guides et cartes de l’île

GR 223 Le Camí de Cavalls, le tour de Minorque en 10 jours – 20 étapes. Sergi Lara. Triangle postal (2013). Un guide très bien fait pour la randonnée sur le Camí de Cavalls, le chemin qui fait le tour de l’île sur le GR 223. Il comporte également un topo très intéressant à la fin sur le dénivelé et la cyclabilité de l’itinéraire qui nous a vraiment beaucoup aidés à déterminer quels étaient les étapes qui étaient faisables ou non à VTT.

On voit du premier coup d’œil que celle qui va de Binimel-là à Cala Morell, avec tous ses pics rouges est bien plus agréable à pied, et même infaisable avec nos vélos chargés pour l’itinérance (cf. figure 6). Le reproche qu’on peut faire à ce guide en revanche, c’est qu’il ne comporte qu’une carte au 1:75.000 qui est insuffisante dès qu’on s’écarte du GR pour effectuer un itinéraire personnalisé comme nous l’avons fait.

Carte – guide Minorque, Camí de Cavalls GR 223. Editorial Alpina. La carte au 1:25.000 permet de sortir des sentiers battus. Le guide qui va avec la carte référence propose en plus des étapes de randonnée (à pied et à cheval), d’autres itinéraires pour le vélo. Il vaut mieux anticiper et l’acheter à l’avance en France, car nous n’avons pu le trouver qu’en espagnol et pas moyen d’acheter sur place une autre carte IGN.

Menorca en kayak: le site de cette agence de location de kayak est en français et la gérante se débrouille bien en français également. Leur matériel est au top pour faire un tour plus ou moins long de l’île en kayak, avec ou sans guide. Dans les réponses au commentaire de l’article de Carnet d’aventure, c’est ce site qui est également conseillé.

Blog d’un randonneur et page Wikipédia sur le Camí de Cavalls (avec le découpage du GR en 20 tronçons sous forme d’un tableau bien clair).

Voyage à Minorque: Tour de Minorque en mode multisports; VTT, Kayak et trail

Trajet aller : nuit en ferry jusqu’à Ciutadella, mercredi 5 avril

L’aventure a commencé avant même d’embarquer pour Minorque. Nous avons effectivement voulu garer la voiture dans Barcelone sans payer, en la stationnant vers le quartier de l’Université. Après avoir raté la bonne sortie d’autoroute et galéré pendant trois quarts d’heure pour retrouver notre chemin et trouver une place, il nous restait à peine 30 min pour rejoindre le port en vélo.

Sur le papier c’était jouable, sauf que le papier sur lequel était imprimé l’itinéraire de Google maps était tout mouillé à cause d’une grosse averse orageuse. Résultat, nous avons pédalé comme des dingues dans les rues de Barcelone, dans un état approchant de plus en plus de la panique au fur et à mesure que les minutes s’écoulaient. Heureusement que le GPS du téléphone a fini par nous remettre sur la bonne route : 21h53 pour un départ à 22h, c’était moins une !

C’est donc absolument trempés de la tête au pied que nous avons embarqué dans le ferry en direction de Ciutadella, avec un arrêt à Majorque. Après avoir harnaché comme on pouvait nos vélos, nous avons donc visité longuement les toilettes du bateau équipées d’un modeste séchoir qui nous aura permis de passer la nuit un peu plus au sec, en dormant sur (ou sous) les sièges prévus à cet effet. À 7h du matin, nous avons débarqué à Ciutadella : direction le centre-ville pour trouver un petit déjeuner et une carte IGN (voir nos remarques dans la rubrique bibliographie).

Roadbook : Arrimage des vélos dans le ferry voyage à Minorque
Arrimage des vélos dans le ferry

Étape 1 de notre voyage à Minorque : VTT de Ciutadella à Cala Galdana (35 km), jeudi 6 avril

C’est à vélo que nous commençons notre itinéraire, en mettant le cap vers Artrutx, droit vers le sud, par le Camí de Cavalls. Nous sommes impatients de voir à quoi ressemble ce chemin et à quoi correspond la cyclabilité difficile (en rouge) sur cette portion du parcours, de Cala Blanca au Cap d’Artrutx. Et en effet, c’est plutôt difficile, en raison du terrain érodé par la mer. Les rochers sont autant de petits couteaux acérés sur lesquels il vaut mieux ne pas tomber !

Et il faut passer en force la plupart du temps pour ne pas mettre le pied au sol. Mais ça se fait étant donné que le dénivelé est quasiment nul. Et la côte est si belle, ainsi déchiquetée, avec sa palette de bleus allant du turquoise à l’indigo. Cela donne de l’énergie à revendre pour cette première matinée pleine de promesses !

Roadbook : récit Étape 1, VTT sur la côte Ouest, vers le Cap d
Étape 1, VTT sur la côte Ouest, vers le Cap d’Artrutx

Aux environs de midi, attirés par un étrange escalier obscur et profond, nous tombons sur une petite crique sous-terraine qui devait servir d’embarcadère pour les petites embarcations (figure 9). À l’abri de la brise, nous en profitons pour prendre un premier pique-nique, heureux comme des lézards qui font la sieste au soleil ! Il faut dire qu’on avait une mauvaise nuit de sommeil à récupérer !

Roadbook : Repas dans une crique sous-terraine voyage à Minorque
Repas dans une crique sous-terraine

Après avoir repris des forces, nous reprenons le Camí de Cavalls, le long de la côte sud. Il longe alors parfaitement la mer, en passant bien souvent le long des criques (figure 11) aux eaux turquoise ou bien même directement sur les plages de sable fins (figure 12). C’est splendide, mais pas très pratique en VTT ! Mais encore une fois, ça se fait sans problème : il faut juste être patient et ne pas avoir peur du sable !

Roadbook : Étape 1, VTT – Côte sud de l’île voyage à Minorque
Étape 1, VTT – Côte sud de l’île
Roadbook Le Camí de Cavalls sur la plage, Cala en Turqueta - récit voyage à Minorque
Le Camí de Cavalls sur la plage, Cala en Turqueta

A partir de Cala en Turqueta et jusqu’à Cala Galdana où nous avions prévu de nous arrêter pour cette première étape, le Camí de Cavalls prend un tout petit peu de distance avec la plage. Le sentier, longé le plus souvent de murs en pierres sèches typiques de Minorque, devient plus roulant et très agréable en VTT. Il y a bien quelques endroits qui nécessitent de pousser le vélo, mais l’effort est aussi court que violent.

Du coup, cette première étape nous est apparue globalement dès plus agréable. Il faut dire qu’elle était plutôt courte (35 km), mais comme il était difficile d’estimer la difficulté technique des étapes à vélo sur ce fameux chemin, nous avons préféré prendre de la marge pour assurer notre prochain objectif : Cala en Porter, le point de départ du kayak prévu le surlendemain.

Récit : Le Camí des Cavalls le long de la côte sud voyage à Minorque
Le Camí des Cavalls le long de la côte sud

Étape 2 de notre voyage à Minorque : Trail (15 km) et VTT de Cala Galdana à Cala en Porter (45 km), vendredi 7 avril

Nous avions remarqué qu’au niveau de Cala Galdana, le Camí de Cavalls s’écartait pas mal de la côte, mais qu’il y avait un chemin de randonnée qui continuait de la longer. C’était une invitation au trail trop belle pour y résister ! Alors de bon matin, nous avons enfilé nos baskets et rempli une poche à eau pour partir courir sur ce chemin aussi magnifique que technique ! Attention aux chevilles ! Il nous aura permis de passer de crique en crique, plus déserte les unes que les autres !

Récit Trail aller : face A sur le chemin côtier jusqu
Étape 2, Trail aller : face A sur le chemin côtier jusqu’à San Tomas

Une fois arrivés aux environs de San Tomas, nous avons rejoint le Camí de Cavalls pour un retour par un chemin bien différent, entre forêt et prairie. Cette différence de paysage, à quelques dizaines de mètres d’écart à vol d’oiseau, est vraiment saisissante.

En parcourant un peu plus le Camí de Cavalls en retrait de la côte, nous avons vite compris que l’on passerait un temps assez considérable pendant tout le séjour à ouvrir et fermer des portails de bois, installés pour le bétail, mais malheureusement nous en avons vu que très peu (contrairement aux animaux sauvages en tout genre : chèvre, cochon, ânes, chevaux…). Ça va quand on a un chevalier servant pour se les faire ouvrir à l’avance, mais à vélo il faut avouer que c’était un peu pénible : il y en a plus de 100 sur le chemin !

Roadbook : Trail retour, face B : côté prairies et forêt voyage à Minorque
Trail retour, face B : côté prairies et forêt

Après avoir couru déjà deux heures, mangé et rangé la tente au camping, nous avons repris notre route en faisant un crochet par Ferreries pour acheter une bouteille de gaz (faute à un petit oubli dans nos préparatifs). Et en voulant prendre une piste indiquée sur notre carte, nous avons compris à nos dépends que nous ne pourrions pas exploiter à fond le potentiel de notre carte au 25:000, la faute au sens aigu de la propriété privée sur cette petite île.

Après avoir dévalé une longue piste quasiment jusqu’à la mer, nous sommes tombés face à un portail infranchissable d’une immense propriété et après avoir cherché en vain de quoi le contourner, nous avons dû faire demi-tour jusqu’en haut pour rejoindre par la route le Camí de Cavalls.

Récit roadbook VTT sur la côte sud aux alentours de San Bouc voyage à Minorque
Étape 2, VTT sur la côte sud aux alentours de San Bouc

Ayant déjà perdu beaucoup de temps, nous avons préféré ne pas tenter le diable au niveau de Son Bou. Sur notre profil, figurait deux pics de dénivelés de 50 m chacun, avec une cyclabilité très faible, du coup, nous avons préféré contourner complètement cette zone par des petites routes charmantes prises en étreintes entre deux interminables murets plongeant dans le Barrenc (le ravin) de Cala en Porter.

En voyant de nouveau ce fameux panneau « Coto privado de caza », nous avons compris à retardement sa signification : gare aux propriétés privées désormais ! Malgré cette option de prudence, nous sommes arrivés à Cala en Porter après 20h, entre chien et loup : nous étions bien contents d’avoir un repas tout prêt et un lit bien douillet qui nous attendait à l’hôtel Sancho Pansa.

Récit VTT sur piste en retrait du Camí de Cavalls, le long des murs de pierre typique de Minorque voyage à Minorque
VTT sur piste en retrait du Camí de Cavalls, le long des murs de pierre typique de Minorque

Étape 3 de notre voyage à Minorque : Kayak de Cala en Porter à la Torre d’Alcalfar (environ 20 km), samedi 8 avril

Premier objectif atteint : nous voilà à Cala en Porter au petit matin de ce samedi, au rendez-vous pour réceptionner un kayak de mer et le troquer contre nos vélos pendant trois jours pour continuer notre découverte de l’île avec un autre moyen de locomotion. Les renseignements glanés sur Internet m’ont permis de choisir ce trajet plutôt qu’un autre : en effet, le long de cette partie de la côte sud, les falaises sont parsemées de nombreuses grottes que l’on peut explorer en toute liberté. C’était un choix d’autant plus judicieux que le Camí de Cavalls emprunte en cette partie de l’île pas mal de zones urbanisées, notamment à la périphérie de Mahon.

Nous avons eu la chance d’avoir une météo idéale : pas de vent, une mer d’huile, qui nous a permis de rentrer dans chacune des grottes et des failles de ces falaises abruptes. Un sentiment entremêlé de plaisir et d’effroi en sentant notre frêle embarcation, plongée dans l’obscurité de ces anfractuosités, monter et descendre au rythme du courant, comme portée par le souffle puissant de la mer. (figure 17 et 18)

Roadbook Kayak sur les eaux turquoise de la côte sud voyage à Minorque
Étape 3, Kayak sur les eaux turquoise de la côte sud
Roadbook Grottes et cavités de la côte sud récit voyage à Minorque
Grottes et cavités de la côte sud            

Cette première journée de navigation nous a tout simplement subjugués : nous sommes allés de grotte en grotte et de criques en criques, avec pour seule compagnie les oiseaux marins.

Récit Quand tes seuls voisins sont des oiseaux marins... voyage à Minorque
Quand tes seuls voisins sont des oiseaux marins…

À midi, à la magnifique de Biniparratx, nous avons quand même dû cohabiter avec une famille de Français plutôt bruyante : du coup, quel plaisir de goûter à nouveau au silence pendant que nous naviguions paisiblement jusqu’à la pointe sud est de l’île. Nous avons bien pagayé pour ce premier jour (un plus de 6h pour faire une vingtaine de kilomètres), préférant prendre un peu de marge pour la suite de l’itinéraire.

Après un petit crochet par l’île de l’Aire, nous avons mis le cap vers la tour d’Alcalfar et nous avons jeté notre dévolu sur une mini crique, « Es Calo Roig », face à la tour où nous avons réussi à installer notre campement malgré un sol plutôt hostile.

Roadbook Bivouac du 3e jour à la Torre d
Bivouac du 3e jour à la Torre d’Alcalfar

Étape 4 de notre voyage à Minorque : Kayak de la Torre d’Alcalfar à Sa Mesquida (environ 20 km), dimanche 9 avril

En cette deuxième journée de navigation, nous avions comme terrain de jeu le plus grand port naturel de méditerranée : Port Mahon. Et rien qu’en y entrant, c’est vraiment impressionnant, car la circulation de bateau est proportionnelle à sa renommée ! Ce port est tellement grand que nous avons eu du mal à nous faire à l’échelle de la carte : nous avons accosté un peu trop tôt (à la Cala Pedrera) et du coup, nous avons préféré continuer notre exploration à pied. Nous avons fait ainsi une escale dans un petit restaurant dans une des criques (Cales fonts), mais nous avons dû rebrousser chemin avant d’atteindre la vieille ville tant le port est immense.

Récit Kayak sur la côte est vers Mahon voyage à Minorque
Étape 4, Kayak sur la côte est vers Mahon

2h de pagaye plus tard, nous avions atteint un endroit parfait pour un bivouac sur la plage au large du petit port de pêche de Sa Mesquita. Après avoir monté notre campement, nous avons profité des dernières lueurs du jour, confortablement installé sur notre mirador, à l’entrée d’un ancien bunker utilisé par les combattants de la guerre d’Espagne, puis de la 2nde guerre mondiale.

Récit Bivouac du 4e jour à la cala Mesquita, un mirador pour restau ! voyage à Minorque
Bivouac du 4e jour à la cala Mesquita, un mirador pour restau !

Étape 5 de notre voyage à Minorque: Kayak jusqu’à Es Grau (env. 10 km) et VTT jusqu’à la plage d’en Tortuga (8 km), lundi 10 avril

Il ne nous restait plus beaucoup de trajet à parcourir en kayak en ce troisième jour d’itinérance sur l’eau. Nous avons pagayé tranquillement jusqu’à l’île d’en Colomb, en ancrant profondément le souvenir du reflet du soleil dans ces eaux turquoise, de ces parfums d’embrun, de ces bruits délicats de nos pagaies dans l’eau et de ce mouvement paisible des vagues soulevant notre embarcation.

Récit Kayak sur la côte est vers Es Grau voyage à Minorque
Étape 5, Kayak sur la côte est vers Es Grau

Après une dernière petite pause sur l’île, nous avons regagné Es grau vers midi.

Récit Fin du kayak, cap vers le village de pêcheur de Es Grau voyage à Minorque
Fin du kayak, cap vers le village de pêcheur de Es Grau

Le temps de manger, de rendre le kayak, et de rassembler toutes nos affaires, il était déjà près de 15h. Nous avons retrouvé avec plaisir nos vélos et nous nous sommes mis en route sans tarder sur les sentiers du parc naturel S’Albufera des Grau, au milieu des marécages.

Roadbook retour à VTT dans les marais de Es Grau voyage à Minorque
Étape 5, retour à VTT dans les marais de Es Grau

Cap vers le phare de Favaritx. Encore une fois, le chemin était des plus incertains : le profil en montagne russe comportait quelques pentes rouges annonçant une cyclabilité très difficile. Et par-dessus le marché la gérante de la location de kayak nous avait bien fait peur en nous regardant avec de grands yeux quand on lui a dit qu’on comptait prendre le Camí de Cavalls avec la carriole jusqu’au phare.

Mais il faut dire qu’on avait pris ses avertissements avec un certain recul, car elle nous avait aussi dit qu’on mettrait 4 jours pour atteindre Cala en Porter depuis Ciutadella en vélo ! Heureusement qu’elle était plus compétente en kayak qu’à vélo ! Alors certes, par endroit il fallait vraiment envoyer du lourd pour monter des petits coups de culs, mais dans bien des cas, ça passait sans trop avoir à pousser. Et globalement, nous gardons un excellent souvenir de cette petite étape qui nous a permis de faire vraiment du beau VTT plutôt qu’un long détour par la route si on avait voulu l’éviter.

Récit Sentiers de VTT d
Sentiers de VTT d’Es Grau au phare de Favaritx

Au terme de cet agréable parcours à VTT, nous sommes tombés en extase devant la vue sur le phare de Favaritx depuis les hauteurs de la plage d’en Tortuga. Après avoir profité de la fin de cette douce journée sur la plage, nous avons monté notre campement dans un petit coin à l’écart, sans nous rendre compte que son accès était hautement protégé. Ce qui paraissait être de grasses touffes d’herbes n’était en fait que des piquants acérés et la chambre à air de mon vélo n’y a pas résisté !

Roadbook Bivouac du 5e jour face au phare de Favaritx voyage à Minorque
Bivouac du 5e jour face au phare de Favaritx

Mais si ce n’est que ça le prix de la tranquillité, on est prêts à payer ! Car pour le coup, la vue qu’on avait depuis notre bivouac n’avait pas de prix : aucun palace cinq étoiles n’aurait pu nous offrir ce moment magique, tous les deux à contempler le jour s’enfoncer dans ce décor crépusculaire.

Récit Ambiance crépusculaire au phare de Favaritx voyage à Minorque
Ambiance crépusculaire au phare de Favaritx

Étape 6 de notre voyage à Minorque : VTT jusqu’à Ciutadella en passant par Fornells et le Camí Reial (70 km), mardi 11 avril

La grosse journée de vélo du séjour. Mission de ce 6e jour : vérifier qu’on pouvait sans problème traverser complètement l’île dans la journée ! Départ à l’aube : petit crochet par le phare de Favaritx pour contempler la vue panoramique qu’on y a et sans tarder, nous nous mettons en route vers Fornells, en évitant une partie du Camí de Cavalls qui a l’air galère vers Favaritx. Ce petit détour nous aura valu de passer dans ces terres marécageuses et salines ocrées à souhait !

Étape 6, VTT vers la pointe nord de l
Étape 6, VTT vers la pointe nord de l’île

Entre la terre et les champs de fleur, les touches de rouges viennent varier la palette de couleur déjà bien remplie de bleu et de vert.

Minorque verte en fleur récit voyage voyage à Minorque
Minorque verte en fleur

Après nous être régalés au restaurant Can Tanu à Fornells (voir « Où manger ? »), nous nous remettons en route sans tarder, car le chemin est encore long jusqu’à Ciutadella. D’autant plus que le Camí de Cavalls nous réserve toujours quelques surprises et notamment une belle série d’escaliers à Cala Tirant (figure 31).

Torre de Fornells et Cala Tirant voyage à Minorque
Torre de Fornells et Cala Tirant

Instinctivement, nos montures nous mènent vers une piste, puis une route bien plus facile, alors que nous avions prévu d’aller quand même jusqu’à la plage de Cavalleria. Mais bon finalement, ça fait du bien de ne plus rouler comme un escargot et de dévaler les routes vallonnées et les sentiers à bonne allure. Surtout qu’après, il y a encore une sacrée montée pour basculer du côté de Ferreries.

Roadbook VTT, remontée vers Ferreries voyage à Minorque
VTT, remontée vers Ferreries

Finalement, grâce au fait que le Camí de Cavalls ne soit pas bien adapté au vélo dans sa partie nord, cela nous a permis de mieux découvrir l’intérieur de l’île et notamment ce magnifique Camí Reial qui s’engouffre notamment dans le barrenc d’Algendar après Ferreries. L’ambiance y est particulière, moite et sombre, à l’ombre de ces arbres centenaires : on est à mille lieues de l’esprit de farniente qui règne sur la côte. Ici, il faut ouvrir l’œil pour ne pas prendre de racines et serrer les dents à la descente et pousser fort à la montée, en prenant garde de ne pas glisser sur les cailloux couverts d’humidité en permanence.

Figure 33 - Retour vers Ciutadella par le Camí Reial et le Barrenc d
Retour vers Ciutadella par le Camí Reial et le Barrenc d’Algendar

Quand enfin, on arrive au bout de ce ravin, on retrouve tout d’un coup la lumière, l’espace, la douce chaleur d’une fin de journée gorgée de soleil. Et s’il est un lieu où cette énergie se fait encore plus sentir, c’est bien dans ce genre de sites funéraires à la beauté étrange (figure 34). Ces gigantesques stèles nous rappellent que cette île était déjà habitée à la préhistoire.

Figure 34 - Monuments funéraires typiques de la culture talayotiques – Torretrencada voyage à Minorque
Monuments funéraires typiques de la culture talayotiques – Torretrencada

Encore une petite heure à rouler avant de trouver notre hôtel à Ciutadella. Grâce à ce point de chute des plus confortables, nous avons vraiment pu profiter de la journée jusqu’au coucher du soleil, et même plus tard encore avec une petite marche nocturne dans Ciutadella après avoir mangé une bonne pizza.

Étape 7 de notre voyage à Minorque: Trail sur la côte nord de Ciutadella jusqu’à Binimel-là (40 km), mercredi 12 avril

Pour ce dernier jour, nous avions gardé jusqu’au bout un point d’interrogation en face du programme. Nous espérions au moins courir jusqu’à Cala Morell (soit une bonne quinzaine de kilomètres), mais sans trop savoir comment faire pour revenir étant donné qu’il n’y avait que de larges routes pour retourner à Ciutadella. Quitte à courir encore 10 km de plus, autant continuer de manière agréable en pleine nature… En voyant cette empreinte au sol représentant la carte de Minorque, nous nous sommes rendus à l’évidence : elle nous invitait à la suivre pour parcourir la partie manquante de notre tour en suivant le Camí de Cavalls sur la côte nord qui paraissait si belle…

Alors après avoir pris nos renseignements sur les lignes et les horaires de bus nous permettant de revenir à Ciutadella au départ de différentes villes traversées par la route principale de l’île, nous avons rempli la poche à eau à fond, ainsi que deux bidons, nous avons enfilé nos baskets, pris un petit pique-nique, et nous voilà partis en courant pour boucler notre tour, à pied cette fois-ci !

Figure 35 - Minorque à pied pour changer ! voyage à Minorque
Minorque à pied pour changer !

Avant de profiter pleinement des chemins, nous avons commencé notre journée de course à pied par un petit trail urbain dans les ruelles étroites de Ciutadella. Il aurait été dommage de ne pas admirer (au moins au pas de course, faute de temps) cette belle ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

Visite de Ciutadella au pas de course voyage à Minorque
Visite de Ciutadella au pas de course

La sortie de la ville était un peu longue, mais dès que nous avons retrouvé notre sentier favori, il nous a menés de merveille en merveille, à commencer par ce « pont de Gil » à l’arche parfaite (figure 37).

Étape 7, Trail - Pont d
Étape 7, Trail – Pont d’en Gil

Plus le sentier file vers le nord et le Cap de Menorca, plus les falaises deviennent abruptes, plongeant verticalement dans les eaux d’un bleu profond de ce coin de mer tumultueux qui a vu s’échouer bien des bateaux avant que ne soit construit le phare de la Punta Nati (figure 38).

Figure 38 - Étape 7, Trail - Cap de Menorca et Punta Nuti voyage à Minorque
Étape 7, Trail – Cap de Menorca et Punta Nuti

Ces vastes plateaux qui semblent peu accueillants nourrissent pourtant les troupeaux de moutons qui cherchent de l’ombre comme ils peuvent en s’alignant au bord des murets de pierre sèche (figure 39).

Figure 39 - Paysage pastoral, Punta Nati voyage à Minorque
Paysage pastoral, Punta Nati

Ce plateau désertique semble s’étendre à l’infini entre la Punta Nati et Cala Morell. Aux abords de la ville, un site archéologique attire notre attention (figure 40). Cette nécropole utilisée à partir de 1700 av. J.-C. est l’une des plus grandes de l’île et elle est effectivement très impressionnante avec sa succession de 14 grottes creusées dans la roche de ce ravin. Nous avons profité de sa fraicheur pour pique-niquer rapidement, sans trop tarder pour ne pas perdre le rythme.

Figure 40 - Nécropole de Cala Morell voyage à Minorque
Nécropole de Cala Morell

Mais en arrivant au cœur de cette station balnéaire à la blancheur criarde, elle nous a semblé encore plus morte que cette nécropole. Quelle drôle d’ambiance dans cette station balnéaire hors saison : pas âme qui vive dans ce décor fantomatique ! Nous apercevons au loin quelques silhouettes, mais elles sont hors d’atteinte et dans les rues et les jardins, il n’y a personne à qui demander un peu d’eau pour remplir nos réserves déjà très entamées.

Nous avons cherché de l’eau de partout pendant plus de 45 min avant d’en trouver finalement dans une arrivée d’eau extérieure dans le jardin d’une résidence. Vu sa couleur, on s’en est voulu de ne pas avoir pensé à prendre des pastilles d’aqua pur, mais finalement ça allait ! On a pu se remettre en route, péniblement, sous un soleil de plomb. Heureusement, rapidement, le sentier a quitté la côte pour se réfugier en retrait, entre les champs et la forêt, dans une région que l’on nomme le Pla Vermell (la plaine rouge), toponyme qui signale bien quelle est sa caractéristique.

Figure 41 - Étape 7, Trail - la côte nord côté forêt voyage à Minorque
Étape 7, Trail – la côte nord côté forêt

Dans ce coin de l’île, à l’écart des plages et de la côte, on touche à l’état le plus sauvage de Minorque. Au détour d’un sentier, nous y avons croisé des chèvres sauvages, mais aussi toute une portée de petits porcelets accrochés aux mamelons de leur mère.

Étape-7,-Trail---Cala-del-Pilar. voyage à Minorque
Étape-7,-Trail—Cala-del-Pilar.

Et quand le sentier revient vers la côte, c’est pour mieux nous en mettre plein la vue. Ici les teintes ocrées de la roche sont les témoins du passé volcanique de l’île avec ces coulées de terres brûlantes qui se sont figées net en rencontrant le bleu de la mer.

Mais l’admiration ne peut qu’être fugace en ce dernier jour, car le temps file et nous ne pouvons nous permettre d’arriver trop tard au bout de notre périple si nous voulons avoir des chances de rentrer à Ciutadella avant le soir. Alors après une petite pause-goûter à la Cala del Pilar vers 16h30, nous repartons de plus belle. Il reste encore près de 10 km, avec le dénivelé le plus important. Un petit 120 m au plus haut, mais le profil ressemble à une vraie montagne russe et sur le terrain ça se vérifie : ça monte fort, ça descend sec et pour autant, il faut augmenter la cadence pour avoir une chance de trouver du monde au parking de Binimel-là qui voudrait bien prendre deux autostoppeurs crasseux dans leur belle voiture jusqu’à Es Mercadal !

Figure 43 - Étape 7, Trail - ses Penyes Blanques voyage à Minorque
Étape 7, Trail – ses Penyes Blanques

Il faut croire que je m’étais programmée pour tenir pile ces quarante kilomètres en courant, chose que je n’avais jamais faite ! Juste avant Binimel-là, mes genoux me l’ont rappelé ! Mais peu importe, nous avons remporté notre pari : nous avons été au bout de cette côte sauvage en prenant beaucoup de plaisir malgré la difficulté du parcours et la chaleur ; et nous avons eu la chance de tomber presque tout de suite sur un couple de retraités français qui nous ont déposé à la gare routière d’Es Mercadal. Le plan était parfait : nous étions de retour à l’hôtel à la nuit tombée, presque 12h après notre départ !

Trajet retour en ferry vers Barcelone, jeudi 13 avril

Le trajet du retour fut beaucoup plus paisible que celui de l’aller. Pas de course contre la montre en ville pour prendre le bateau : il était là qui nous attendait à deux pas. Et ce trajet en journée nous a permis d’embrasser du regard ces îles Baléares, de comparer la dimension et la hauteur de la petite Minorque face à sa grande sœur Majorque. Et aux abords du port de Barcelone, 8h30 plus tard, nous avons également profité de la très belle vue que nous réserve cette arrivée en bateau.

Pour boucler véritablement notre boucle, il nous fallait faire le trajet en sens inverse jusqu’à la voiture, cette fois-ci sans détour et sans stress. En plein jour et par beau temps, finalement même si cela reste une grande métropole avec ses voitures, ses klaxons, ses piétons qui déboulent dans tous les sens, Barcelone est une ville bien agréable pour les vélos.

Figure 44 - Embarquement et départ du ferry à Ciutadella voyage à Minorque
Embarquement et départ du ferry à Ciutadella
Figure 45 - Vue de Barcelone à l
Vue de Barcelone à l’arrivée en ferry
 Encore quelques tours de pédales dans Barcelone voyage à Minorque
Encore quelques tours de pédales dans Barcelone

Conclusion de notre voyage à Minorque

On nous avait dit que du bien sur cette petite île des Baléares, mais nous ne pouvions espérer un séjour aussi idyllique. Un véritable petit paradis pour les adeptes de sports nature et d’itinérance comme nous. Nous avions déjà goûté au charme insulaire de l’île de Beauté en tandem, au plaisir de parcourir des sentiers à VTT en itinérance sur des grandes traversées, au calme de la navigation en bateau sur la Dordogne, au sentiment de dépassement et d’euphorie que l’on ressent en courant sur les chemins côtiers en Bretagne, à la sensation de plénitude en jouissant d’un bivouac d’exception en pleine nature, mais jamais nous n’avions à ce point combiné tout ce que nous aimions en un seul voyage, qui plus est en seulement 8 jours !

Avec la satisfaction en prime d’avoir eu le sentiment d’avoir découvert l’île sous toutes ces facettes. Son chemin historique, le Camí de Cavalls nous a permis d’en faire le tour et de voir ses côtes évoluer, changer de nature, de taille et de couleur au fil des kilomètres. Les chemins intérieurs nous ont donné à voir la Minorque verte, celle qui tranche tant au printemps avec la Minorque bleue des cartes postales : l’île sauvage avec ses forêts, ses champs, ses pâturages et ses ravins sombres et humides.

Et enfin la voie maritime nous a permis de voir l’île sous un autre angle : grâce au kayak, nous avons pu nous engouffrer dans ses entrailles pour en découvrir ses recoins les plus cachés, tout en profitant de ses multitudes de criques sauvages, plus belles les unes que les autres. Pourvu que Minorque reste pour longtemps encore un petit coin de paradis pour les amateurs de nature, d’aventure et d’authenticité.

Figure 47 - Bilan, une île à la beauté sauvage préservée voyage à Minorque
Bilan, une île à la beauté sauvage préservée

Matériel utilisé pour ce voyage à Minorque

Vélo utilisé durant le voyage à Minorque

CATÉGORIE MODÈLE MARQUE POURQUOI AVOIR FAIT CE CHOIX LORS DE L’ACHATCE CHOIX A-T-IL RÉPONDU AUX BESOINS DE CE VOYAGE A MINORQUESI C’ÉTAIT À REFAIRE?
VÉLO OLIVIERRockrider 8.1DÉCATHLONRapport Qualité / PrixLe premier VTT d’Olivier : un VTT passe partout avec une bonne suspension avant pour le prix. Il lui sert aujourd’hui à la fois pour aller au travail et pour faire ce genre de trip, car son cadre plus solide que son VTT en carbone permet de supporter les contraintes exercées par la carriole.OUI
VÉLO MYRIAMAl 7.0 WCANYONRapport Qualité / PrixNous avons adapté exceptionnellement pour ce voyage un porte-bagage que j’ai recyclé d’un VTC qu’utilise Myriam pour la ville. Les points de fixation présents d’origine sur le VTT ont rendu facile la manip.OUI
2 SACOCHES ARRIÈRESGLOBETROTTERXLCPrix et étanchéitéPar forte pluie, ces sacoches ne sont pas parfaitement étanches. Je dirais qu’elles sont déperlantes et non étanches. Nous avons choisi ces modèles pour leur tarif, mais rien ne vaut des Ortlieb ou Vaude.NON
SACOCHE DE CADRECruiser noireVAUDEPratiqueParfait pour y mettre toutes les petites choses avec un accès rapide : barres de céréales, papiers, nécessaires de réparation…OUI
SACOCHE DE SELLEHi vol 750SYNCHROSPratique OUI
REMORQUE MONO-ROUEIbexBOBSolidité, fiabilitéLa carriole passe-partout par excellence !OUI
SAC ÉTANCHE94 LBOBPratique et étancheC’est le sac associé à notre remorque à vélo B.O.B. Elle est tellement pratique que l’on utilise dans d’autres occasions tout en assurant une étanchéité parfaite.OUI
PORTE-CARTEWeather résistantMIRYFiableC’est le porte-carte que j’utilise habituellement en VTT’O. C’est vraiment appréciable de pouvoir progresser de manière fluide sans s’arrêter à chaque intersection.OUI
COMPTEURDC7R-sans filDECATHLONPrix et simplicité OUI
BIDONS 1LMagnumZEFALVolumeIls ont tendance à fuir légèrement, mais je n’ai pas vu d’équivalent en volume.OUI
BIDON 700MLAlu ArgentZEFALIsolation thermique OUI
MINI-POMPE VTTAlloy Drive SLEZYNEEfficacité et encombrement OUI
MULTI-OUTILSCRV20LEZYNELight, compact et complet OUI

Bateau durant notre voyage à Minorque

KAYAK DE MERBiplacePRIJONModèle en locationKayak de mer très confortable. Le gouvernail est très appréciable en voyage au long cours.OUI
SAC ÉTANCHE94 LB.O.BPratique et étancheC’est le sac associé à notre remorque à vélo B.O.B. Elle est tellement pratique que l’on utilise dans d’autres occasions tout en assurant une étanchéité parfaite.OUI
SAC ÉTANCHEUltralight 12 L et 20 LHIKO SPORTlégéreté et étanchéitéJ’ai choisi ces sacs pour leur légéreté en utilisation raids multisports où le poids est fondamental mais ils se sont vite usés et se sont perforés les rendant inefficaces.NON
HOUSSE DE COMPRESSION ÉTANCHE25 LQUECHUAEncombrement et étanchéitéCertes, elle n’est pas très légère mais elle est robuste et efficace.OUI

Equipement Olivier

CHAUSSURES VTTAlpineMAVICPolyvalence OUI
CHAUSSURES RANDO/TRAILUltraraptorLA SPORTIVAPolyvalence et confort OUI
CUISSARDActive ShortCRAFTMinimaliste OUI
MAILLOT SANS MANCHEBlancSPECIALIZEDRespirant OUI
T-SHIRT SANS MANCHEStaycoolCRAFTRespirant et superlightInitialement conçu comme sous-vêtement respirant, je l’utilise en période estivale. C’est top ! Aération optimale tout en se protégeant au minimum du soleil.OUI
COUPE-VENTSuper Fast IISALOMONLéger, efficace et polyvalentIndispensable pour se protéger du vent en toute circonstance et par sa compacité se glisse partout !OUI
VESTE GORE-TEXAir Gore-Tex ActiveGOREImperméable et respirantElle est parfaitement imperméable et m’assure pour autant une bonne respirabilité au pédalage ! De plus, par son absence de capuche (il est prévu normalement de l’utiliser avec une casquette), elle est très bien adaptée au vélo.OUI
PANTALONAropaVERTICALChaleur et confortUn pantalon Softshell  hyper agréable pour éviter le coup de froid après une journée d’effort !OUI
POLAIRE NOIREShanty jacket 2.0EIDERChaleur et confortAu top pour les bivouacs !OUI
SAC À DOSRaid 38WILSALégéreté, confort et volumeLe sac à dos des raids longs à la légereté inégalable ! Ces multiples poches-filets permettent de bien compartimenter son rangement. Seul petit bémol : le chargement a tendance à légerement baloter mais je suis très difficile !OUI
CHAUSSONS NÉOPRÈNESoftyHIKO SPORTPratiqueLégers et pratiques. Idéal en conditions chaudes et en zones non rocheuses.OUI
LYCRA BLANCmanches longuesDECATHLONRapport qualité / prixIndispensable pour se protéger du soleil tout en séchant rapidement si besoin.OUI

Equipement Myriam

CHAUSSURES MULTISPORTSCrossoverKALENDJIRobustesse, rapport qualité / prix OUI
CUISSARDAltium Ergo 3DMAVICConfort OUI
DÉBARDEUR SALOMONPratique avec la brassière incluse et respirant OUI
VESTE IMPERMÉABLERando/raidQUECHUAQualité/prix et Polyvalence OUI
PANTALON DE RANDO DÉPERLANTPantalon Modulable Arpenaz 100QUECHUAQualité/prix et Polyvalence OUI
      
VESTE SOFT SHELLLd Thunderstorm Wds HoodieMILLETChaleur et confort, compacitéUne veste gagnée grâce à une précédente participation au concours du Yeti. J’apprécie son confort et son encombrement mini dans chacun de mes voyages !OUI
CHAUSSONS NÉOPRÈNEKayakTRIBORDRapport qualité / prix OUI

Equipement commun

GANTS VÉLO SPECIALIZEDRespirant OUI
SOUS-VÊTEMENT THERMIQUE TOPBe active Extreme manche longueCRAFTChaleur et respirabilitéIdéal en fin de journée en bivouac pour les fraiches soirées.OUI
BUFF BUFFChaleurToujours très appréciable !OUI
SERVIETTES MICROFIBRE DECATHLONEncombrement OUI

Campement

TENTET2 Ultralight ProQUECHUAQualité/prix ; poidsParfaite ! Facile à monter, légère et très compacte, même si en cas de pluie un petit auvent serait appréciable.OUI
MATELAS GONFLABLEForclaz Air RougeQUECHUAQualité/prixUn de nos deux matelas fuyait à la fin du séjour. Décathlon nous l’a échangé à notre retour.OUI
SAC DE COUCHAGEUltralight S5QUECHUAQualité/prixIndispensable pour les nuits fraiches.OUI
DRAP DE SOIE QUECHUAQualité/prixAprès lavage en machine, le contact avec la peau est devenu moins agréable.NON
HAMACMoskito-Traveller 350*140AMAZONASLégèreté, robustesse et pratique avec sa moustiquaireIdéal pour faire une bonne sieste ou pour ne pas avoir à planter la tente selon le terrain.OUI
FIXATION HAMACUltralightMICROROPETrès pratique et légerIndispensable pour une installation (très) rapide des hamacs.OUI
OREILLER GONFLABLEUltralightQUECHUAEncombrement et légèreté OUI
RÉCHAUDTwister plusCAMPINGAZPratique et légerAttention cependant à bien utiliser un stabilisateur (MSR Universeller) de cartouche, car la fixation directement sur la cartouche rend l’ensemble assez instable en cuisson.OUI
SERVICE DE VAISSELLEAlpine ClassicMSRInox et légèretéPour une cuisine saine et un encombrement minimal !OUI
LAMPE FRONTALEMyo XPPETZLPuissance / prixUn éclairage suffisamment puissant pour finir certaines étapes ou pour faire une sortie de nuit !OUI
LAMPE FRONTALETikka 2PETZLPour le bivouac OUI
LAMPE DYNAMO À MAIN DECATHLONDe secours en cas de rupture de pile OUI
COUTEAU OPINELEfficacitéIndispensable pour s’attaquer au saucisson !OUI
COUTEAU SUISSE WENGERHyper fonctionnel OUI
COUVERTSSpof duo : fourchette / cuillèreELDERIDLéger et très pratique OUI

9 commentaires

Anonyme 12 novembre 2017 - 18 h 21 min

Magnifique voyage
Très belle description bien détaillée! Encore mieux qu’un guide de voyage
Bravo

Répondre
Clément 12 novembre 2017 - 19 h 11 min

Une belle aventure qui donne envie d’y aller faire un tour …?

Répondre
viarre 12 novembre 2017 - 23 h 44 min

Témoignage et photos magnifiques : avec la poésie en plus c’est mieux qu’un guide de voyage
Quelle belle équipe et quel beau voyage

Répondre
Guedj 13 novembre 2017 - 14 h 50 min

Tous les détails et photos nous font participer comme si nous y étions. La fatigue en moins. …

Répondre
Choquet 14 novembre 2017 - 7 h 31 min

Parfait guide de voyage pour les bons plans et les galères à éviter !

Répondre
Olivier 16 novembre 2017 - 20 h 03 min

Le type de voyage nature version bien sportive que j’adore pour découvrir un territoire !

Répondre
Pierre 16 novembre 2017 - 22 h 49 min

Encore un super récit ! Bravo les Sportifs !

Répondre
carnajac 18 novembre 2017 - 1 h 03 min

en voila deux qui font une superbe equipe avec la rage de la decouverte .!merci pour ce beaux partage qui m’a fait vivre vos efforts ,vos emotions ,votre poesie …j’ai l’impression
d’avoir fait parti du voyage . une place dans la carriole garnie de coussins me conviendrait tres bien !

Répondre
Cécile 20 novembre 2017 - 22 h 43 min

Vraiment Magnifique !
Ça donne envie, en vélo… ou à pieds !

Répondre

Laisser un commentaire