Escalade à Kalymnos en Grèce

par Expérience Outdoor

Florian DESJOUIS nous partage son expérience escalade à Kalymnos en Grèce.

Magnifique vue lors de notre séjour escalade à Kalymnos en Grèce

Florian en lévitation – Escalade à Kalymnos en Grèce

Séjour Escalade à Kalymnos en Grèce

  • Date

Du 18 au 29 novembre 2011

  • Lieu

Grèce, îles de l’archipel des Dodécanèse, île de Kalymnos, ville de Masouri
Depuis Montpellier : Ce que nous avons fait (pas le plus rapide mais dans les moins chers) :

ALLER en Grèce

1. Montpellier => Marseille : 1h30, 21 euros : 7 euros de péage et 14 d’essence, 145 km.
2. Marseille => Athènes : 160 euros/pers comprenant billet aller-retour (Air France) + parking mp2 (20 euros), 2h30.
3. Athènes (aéroport) = > Athènes (Port de Piraeus) : 1h15 de bus environ (bus X96, départ depuis l’aéroport, facile à trouver, arrivée sur le port rempli de ferries), 5 euros/trajet/pers.
4. Athènes (Port de Piraeus) => Kos : ferry de nuit, 12h, (Blue star ferry : départ 19h, arrivée 7h le lendemain), aller en cabine 104 euros/pers, retour en cabine 83 euros pers (60 euros sans cabine). Achat des tickets au port 4 heures avant le départ.
5. Kos (Port de Kos Town et non Mastichari !) => Kalymnos (port de Pothia) : ferry rapide (30 min, 15 euros/pers), le départ le plus tôt est à 11H.
6. Pothia => Massouri : taxi (ils vous attendent à la sortie du ferry), 15 euros (15 min). Il y a des bus (1.5€) mais la fréquence à cette époque était faible…

RETOUR de Grèce

1. Massouri => Port de Pothia (Kalymnos) : en bus 30 min, 1,5 euros, toutes les 2 heures à cette période, le dernier étant à 16h10 dans notre cas.
2. Port de Pothia => Port de Mastichari (Kos) : Ferry, 30 min, 6 euros/pers. Pas de ferry pour Kos town (celui pris à l’aller) ce jour-là. Et les jours où il y en avait le dernier partait à 15h30 ce qui fait quitter Massouri vers midi et donc prive de la dernière journée de grimpe.
3. Port de Mastichari => Port de Kos town (Kos) : Taxi, 30 min. 29 euros le trajet.

4. Port de Kos town (Kos) => Port de Piraeus (Athènes) : Ferry de nuit (23h => 11h), 83 euros/pers en cabine (le retour). Le prix est de 60€/pers sans cabine.
5. Port de Piraeus (Athènes) => Aéroport (Athènes) : Idem aller ou, comme nous avons dû faire car le ferry est arrivé trop en retard, prendre un taxi (45 min, environ 40/45 euros).
6. Aéroport (Athènes) => Aéroport (Marseille) : idem aller.
7. Aéroport (Marseille) => Montpellier : idem aller.
Au total, l’aller-retour Montpellier Massouri nous a coûté, par personne : 446 euros

Pourquoi sommes-nous passés par Kos avec le ferry ?

Car le ferry vous amenant à Kalymnos ne part qu’un jour sur 2, nous ne sommes pas arrivés le bon jour. L’information quant au jour de départ du ferry se trouve à l’aéroport au rez de chaussée auprès des agences de voyages.

Pourquoi nous n’avons pas pris l’avion jusqu’à Kos ou Kalymnos ?
Car en arrivant au dernier moment, l’aller-retour coûte 240 euros. Donc plus cher que le ferry. En s’y prenant à l’avance, il est certainement possible de réduire sensiblement le prix (les 2 compagnies aériennes effectuant ces trajets ou l’un des 2 sont : « Olympic » et « Aegean »).

Combien de temps cela nous a pris ?

Nous sommes partis le vendredi matin à 7h de Montpellier et nous sommes arrivés le samedi matin à 12h/12h30 au port de Pothia (Kalymnos). Nous avons pu faire quelques voies l’après-midi !
En prenant l’avion jusqu’à Kos (en direct ou en changeant à Athènes), le trajet se fait facilement à la journée. Il y a également un aéroport sur Kalymnos. Mais les liaisons sont réalisées qu’en forte période touristique apparemment.

Est-il possible de réserver le ferry à l’avance par Internet pour réduire le prix ?

Oui par internet. Sans réservation, prenez garde d’acheter votre billet dans une agence Blue star ferry (l’agence où il n’y a que du Blue star ferry : les autres, bien qu’aillant la devanture Blue star ferry, ne sont que des revendeurs => 20 à 40 euros plus chers). Cette agence se trouve non loin du gate 6, un peu plus « classe » que les revendeurs.

Quels sont les différentes manières d’accéder à Kalymnos

En avion

Direct jusqu’à Kos (pas mal de Français étaient parti depuis Milan), puis taxi (10/15 euros, 10 min) de l’aéroport au port de Mastichari puis ferry (entre 25 et 60 min, entre 4 et 6 euros)

Jusqu’à Athènes ; à partir de là, plusieurs possibilités :

  • Avion (partant du même aéroport) jusqu’à Kos puis cf 1.
  • Avion (partant du même aéroport) jusqu’à Kalymnos direct (uniquement en haute saison donc pas le cas ici).
  • Ferry d’Athènes (port de Piraeus) jusqu’à Kalymnos direct (fréquence : 1 tous les 2 jours)
  • Ferry d’Athènes (port de Piraeus) jusqu’à Kos puis cf 1
  • Participants au séjour Escalade à Kalymnos

Les participants de cette aventure sont Attia Gwendoline et Desjouis Florian.
On peut retrouver le récit de Attia Gwendoline au Pérou et Desjouis Florian en Sardaigne

  • Saison pour un Trip Escalade à Kalymnos

Toutes les saisons sont grimpables à Kalymnos !
En automne, septembre et octobre sont les périodes les plus adaptées. Les températures sont agréables (même encore un peu chaude début septembre) et les précipitations sont très faibles. Conséquence, il y a plus de monde ! Au mois de novembre, il est très agréable de grimper au soleil (durant la période où nous étions, deuxième quinzaine de novembre, les températures maximales était de 17/18°C, avec grand beau : top conditions pour grimper). A noter que les matinées et soirées sont assez froides. Les précipitations sont un peu plus fréquente mais cela sèche très rapidement (nous n’avons pas eu un seul jour de pluie).

trip Escalade à Kalymnos en grèce

Session Escalade à Kalymnos

Le printemps est similaire à l’automne (avril correspondant plus ou moins au mois d’octobre), très bonne saison pour grimper.
L’hiver est bien ensoleillé et les températures plus fraiches évidemment, 10/12°C. Le mois de décembre est le plus facilement praticable, janvier et février reste assez froid tout de même.
L’été se pratique, grâce notamment au « meltemi » (vent du nord) qui assèchera vos petits doigts suants. Il faudra la jouer fine tout de même en visant les falaises à l’ombre le matin et en faisant de la baignade l’après-midi.

  • Où dormir à Kalymnos

De très nombreux studios sympas à Massouri ! Toujours à peu près le même standing pour des prix très proches d’une offre à l’autre (20 euros/nuit pour le studio de 2 personnes : kitchenette, petite terrasse avec vue sur la mer, une sdb/wc, et la chambre qui fait office de salon).
En cette saison, absolument pas besoin de réserver ! En septembre/octobre, cela m’étonnerait que l’on ne trouve pas car l’offre est assez importante.

  • Où se restaurer/où se réapprovisionner à Kalymnos

A Massouri : en novembre il restait 3 épiceries ouvertes avec tout ce qu’il faut, bien plus nombreuses en plus haute saison. Vente de cartes postales et timbres dans chacune.
La plus sympa mais pas forcément la plus achalandée, est celle qui se trouve la plus proche d’Arméos (nord), juste en face des studios « Sakis » : un couple sympathique et très serviable vous accueillera chaleureusement dans sa petite épicerie. Le pain est bon et la femme du propriétaire peut vous préparer sur demande tout ce qu’il vous plaira (moussaka, tzatziki …) pour une somme modique. Vraiment le bon plan pour manger local à moindre coût !!

Le plus fourni est celui qui se trouve en face du magasin de grimpe mais méfiez-vous. Beaucoup de produits sont à deux doigts de périmer ou sont déjà périmés !
Le dernier, en face de l’arrêt de bus, entre les 2 précédents. Nous n’y sommes pas allés. Pas toujours ouvert apparemment.

  • Caractéristique de la falaise

Kalymnos c’est le calcaire dans tous ses états ; on retrouve 3 types de profil :

  • Gros dévers avec des concrétions allant de la petite patate à l’énorme colo.
  • Vertical léger déver où l’on retrouvera trous, réglettes et concrétions.
  • Dalle à goutte d’eau à l’adhérence redoutable !

Kalymnos est une falaise accessible ! Il y a autant de 6 que de 7 !! Le 8 n’est pas en reste mais dans une moindre mesure tout de même, tout comme le 5. Ce qui est assez caractéristique de Kalymnos, c’est que les voies de 6, 7 et 8 se côtoient dans un même secteur. Très pratique pour les cordées de niveau hétérogène. Dans tous les cas, avec près de 1700 voies, si vous ne trouvez pas de quoi vous amusez…
Et pourquoi aller à Kalymnos alors que nous sommes très largement servis en France. Pour plein de bonnes raisons : la grimpe qui est vraiment excellente et très variée, la quantité et la qualité au plus haut niveau. Pour l’atmosphère de l’île qui est encore très paisible. Parce que c’est un petit voyage, facile à organiser : Kalymnos c’est la destination idéale pour qui veut juste changer de rythme dans une île où l’on prend son temps.
Tout dépend des motivations de chacun mais, des retours des autres grimpeurs, l’atmosphère qui se dégage des lieux dépend aussi énormément de la saison. En septembre/octobre, les lieux sont beaucoup plus fréquentés, la quiétude en prend un coup. Le mois de novembre semble être vraiment un bon compromis de même que début avril.

Escalade à Kalymnos sur les falaises de la grèce

Les cheveux au vent – Escalade à Kalymnos en grèce

Les cotations

Les cotations ont été, heureusement, réajustées sur le dernier topo. La majorité des voies ont perdues une demie voire une cotation (7b => 7a ou 7a+). Pour autant, les voies restent généralement accessibles pour le niveau (un petit bonus cotation persiste sur un certain nombre de voies). Les cotations des premiers topos devaient être vraiment hallucinantes !

L’équipement et la qualité du caillou

L’équipement est vraiment très sécurisant, aucun problème, et dans tous les niveaux. D’ailleurs, n’oubliez pas de prendre du rab de dégaines (18/19 semble bien), ça peut servir => à titre d’exemple (le plus marquant), la voie « fun de chichune » 8a, à la grande Grotta, est équipé de 28 dégaines pour 40 m !!

Sur les secteurs que nous avons fréquenté, un seul m’a un peu gêné en raison de la patine du caillou. Le secteur Troulos (Arhï) => des voies assez courtes, une approche rapide, un superbe mur qui attire et que l’on remarque de loin. Une baie agréable : une dizaine de voies sur fréquentées (les dalles plus faciles sur la partie gauche de ce secteur n’était pas du tout patinée car le calcaire est bel et bien adhérent !). A part ça, tout va bien hormis quelques voies ponctuellement. Les falaises de Kalymnos ont encore de beaux jours devant elles.

Les grandes voies à Kalymnos

Il y a quelques voies de plusieurs longueurs à Kalymnos, de 3 à 11, qui ont l’air assez intéressantes, mais nous n’en avons pas faites. Pour une fin de journée ou une fin de séjour :

  • Sikati cave : p 70 « Kalyrock » 6c+, 7b+, 7b+.
  • Ghost kitchen: p 82 « Rigani » 5c, 6c, 5c.
  • Galatiani: p 90 « Wendenexpress » 6c+, 7a, 6a, 6c, 6a. 6b+ oblig, 135 m.
  • Noufaro: p 97 « Grua » 7a, 7a, 6b. « Rammstein » 7a+, 7b+, 6c. « Vouros » 6c, 7b+, 6c.
  • Arhi : p 112 « Kalymnian cheese » 6a+, 6b+, 7a.
  • School: p 161  » Oraia stithi » 5c, 6a, 6a+, 6a+.
  • School: p 162 « Kalymnos 2000 » 4c, 5a, 5c, 5b, 4b. « Platon » 4b, 5a, 5b, 5c, 4c.

 

  • Ocean dream: p 176/177 « Cardio palma » 6c, 7c, 8a, 6c. « Abert project » 5a, 5b, 6a+, 6b, 6b. « Uomo senza Qualità » 6a+, 7a+, 7c+, 8a, 5a. « Francalypso » 5b, 6b, 6a, 6c+.
  • olympic wall: p 181 « Galasia Petra » 8a+, 8b+, 7c.
  • Grande grotta: p 214 « Massalia » 6b, 5c, 5c, 5c. A l’air superbe !
  • Kalyndna: p 236 « Mitra » 7a, 7b, 7a.
  • Île de Telendos, secteur face nord: p 309 « gelitokit » 6a+, 6b+, 5c, 6a, 5c.
  • Ile de Telendos, secteur face sud : p 329 « Wild country » 5a, 5a, 6a, 5c, 5c, 6a, 6a, 5b, 5c. p 331 « Wings for life » 5a, 5b, 5b, 4b, 4c, 5b, 6a, 5b, 6a, 5b, 5a.
  • Se déplacer sur l’île

Si vous logez à Massouri, un très grand nombre de secteur (de « the north cap » à « Ourania ») vous seront accessibles à pied : très agréable !
Le scooter est un moyen de locomotion très adapté à Kalymnos : très peu de circulation sur les routes, des distances raisonnables à parcourir. Entre 10 et 12 euros la journée en fonction de la saison.
Le bus : il passe toutes les heures en haute saison, et toutes les 2 heures en basse saison. Doit être intéressant quand la fréquence le permet.

  • Bibliographie

Le topo escalade de Kalymnos : « Kalymnos : rock climbing guidebook » édition 2010 à l’époque ( voici la version 2016), par Aris Theodoropoulos. Un superbe topo comme on les aime : absolument toutes les informations nécessaires (comment venir à Kalymnos, dormir, manger …), de magnifiques photos avec le tracé des voies, des commentaires sur les voies, toutes les infos sur chaque secteur etc… Un beau topo !

Topo escalade de Kalymnos

Topo Escalade à Kalymnos en Grèce édition 2016

  • Lien internet

Site de référence sur Kalymnos (news, ouvertures, infos générale sur l’ile, un forum, et la commande du topo !)

Pour réserver le ferry à l’avance, les tarifs seront certainement plus intéressants que les nôtres.

Pour réserver l’avion

Séjour escalade à Kalymnos

Le réveil est tôt, tellement plus tôt que d’habitude pour aller au boulot. Mais ce matin, nous nous réveillons avec la banane, un doux parfum de vacances a envahi l’appartement depuis la veille. Nous avons tout de même visé juste concernant le timing, ce ne sera pas en France que le petit déjeuner s’éternisera. Le rapide trajet qui nous amène à l’aéroport de Marseille se passe sans encombre.

L’aéroport semble vide, les grandes allées lumineuses sont désertes : du soleil et de la tranquillité, un avant-goût de Kalymnos … L’avion Air France à destination d’Athènes est vide, 10% de l’appareil doit être occupé : les 2h30 du vol se déroulent agréablement, chouchoutés, au grès des cafés et collations offerts par des hôtesses détendues par une activité si calme : du confort et de l’amabilité, un avant-goût de Kalymnos, à nouveau. Le vol nous fait découvrir les Alpes vu du ciel, déjà bien blanchies sur les hauteurs, puis la Corse et le sud de l’Italie.

La suite de notre voyage étant peu préparée, nous sillonnons l’aéroport d’Athènes en quête d’informations sur les différents moyens et leurs coûts pour rejoindre Kalymnos : s’y prendre en dernière minute n’est pas le meilleur moyen d’optimiser le trajet… Ce sera ferry jusqu’à Kos. Nous passons notre après-midi de libre à déambuler dans les rues d’Athènes, aux abords du port de Piraeus.  Quel plaisir de manger différent, d’être surpris, nous profitons de la bonne cuisine grecque.

Le port

Il est très impressionnant : des dizaines d’énormes ferries prêts à partir en direction des Cyclades et de l’archipel de Dodécanèse, ou plus loin peut-être. Le nôtre est plein, très bruyant, de nombreux militaires s’expriment bruyamment, des familles nombreuses s’installent dans le salon, à même le sol, pour passer la nuit. Nous ne regrettons pas d’avoir pris une cabine, qui est bien douillette en comparaison.

5h50 : le téléphone nous réveil en sursaut, un employé marmonne au bout du fil, nous arrivons à Kos dans quelques minutes. Il fait encore nuit, ils nous réveillent certainement bien en avance comme toujours dans les ferries, mais dans le doute on ne traine pas. Effectivement, nous sommes sur le pont à 6h20, la terre est encore loin, assez loin pour débarquer 45 min plus tard. Notre second ferry part à 10h50, nous pensions être au port de Mastichari, où la fréquence est beaucoup plus élevée, nous sommes en fait au port de Kos Town ; tant pis, on se plait à ne pas se presser, à déambuler dans cette jolie petite ville et ses petites ruelles si calmes en cette saison.

L’arrivée

Les quelques heures qui nous séparent de Kalymnos passent vite, le ferry nous déposera au port où nous chercherons les horaires de bus : nous passons à côté d’une ribambelle de taxis vides à l’entrée du port, nous nous attendons à nous faire héler de toute part. Mais rien de tout ça, nous passons presque inaperçus. Le prochain bus étant dans plus d’une heure, nous les abordons : ils nous annoncent le tarif évoqué dans le topo ; agréable de ne pas se sentir la proie des locaux.

Le taxi nous dépose au pied de studio qu’il nous a proposé de visiter, nous acceptons : une femme ne parlant que le grec prend le relais. La communication est difficile. Pas tellement plus qu’avec le taxi qui nous parlait anglais mais uniquement au travers de phrase type qu’il récitait par cœur : la moindre question de notre part se voyait suivie d’un long silence, lourd d’incompréhension !!

Le ciel est au grand bleu mais le vent souffle, il ne fait pas si chaud que ça ; nous filons dans l’unique rue pour faire nos courses : le petit village de Massouri est plutôt mignon, nous ne croisons quasiment personnes ; la route qui le traverse fait office de rue piétonne, tellement peu de voitures y circulent. Nous sommes tout de même impressionnés par le nombre de studios proposés aux touristes, les mois d’affluences ne doivent pas être agréables : où habitent les Massouriens ?

Samedi : Secteur Poets

Escalade à Kalymnos au secteur Poets durant le voyage en Grèce

Escalade à Kalymnos au secteur Poets en Grèce


Du 5b au 7a+, beaucoup de 6. Ce secteur est au soleil à partir de 13h30/14h en novembre. C’est un secteur idéal pour se mettre en jambe lorsque l’on arrive en milieu de journée.

Les voies faites au secteur Poets :

  • Mustass 5c+ : jolie petite voie variée qui reprend le schéma classique de pas mal de voies du secteur, dalle – colonnettes – choux fleurs.
  • Styx 6a+ : idem, la voie d’à côté.
  • Iberia 6b+ : superbe, belle dalle grise suivie de section raide sur bacs puis réglettes.
  • Ione 7a+ : superbe aussi, escalade technique, la première moitié est en 6b puis les 4 derniers points nous font grimper sur une superbe dalle compact où quelques trous et réglettes nous sauvent.

Il est 14h, nous décollons pour le secteur Poets, le plus proche, accessible en 20 min à pied depuis notre studio : de jolies dalles pour une escalade technique où l’on passe d’un caillou gris à de petites colos en passant par des choux fleurs un peu agressifs. Les voies proches les unes des autres s’enchainent rapidement, nous nous régalons notamment dans le 6b+ de Ibaria. Il est 16h45, le soleil est déjà proche de se coucher, l’atmosphère devient fraiche, très fraiche même, juste le temps pour moi de me lancer dans sa voisine, Ione 7a+ : le caillou est excellent, bien neuf encore dans cette voie qui a dû en effrayer quelques-uns avec son profil technique ; tant pis pour eux !

Le topo : « Kalymnos : rock climbing guide book » édition 2010 : p 242 à 247 (p 244/245 pour les voies que nous avons faites).

Dimanche : Secteur Ivory Tower et Kalydna

Secteur Ivory Tower

Du 5a au 8a, assez équitablement réparties. Il n’y a pas de soleil au mois de novembre. Un des derniers « gros » secteurs ouverts à Kalymnos (majorité d’ouverture entre 2007 et 2009)

Voies faites :

  • Am abrung 6a+ : petite voie ordinaire.
  • Happiness 6c : très jolie voie, raide, jolie champ de choux fleurs ! Pas trop dur.
  • The Craic 7b+ : superbe voie !! Départ un peu teigneux sur petites prises, puis repos et belle section sur plus ou moins bonnes colonnettes, bon repos, quelques mouvements durs encore puis fissure en 6b. Vraiment classe, pas très dure pour la cotation.

Le topo : « Kalymnos : rock climbing guide book » édition 2010 : p 232/233

Secteur Kalydna

Du 6a au 8c+, majorité des voies du 6b+ au 7b+ et quelques voies supérieures à 8a+. Soleil à partir de 13h30/14h. Une fois de plus, un superbe secteur, toutes les voies dans l’amphithéâtre ont l’air (ou sont pour celles que nous avons faites) superbes.

Voies faites au secteur Kalydna :

  • Miss latex, 6b+ : superbe voie se déroulant dans une belle dalle grise typique Kalymnos (sculptée, grain très prononcé !).
  • Kalyniklha, 6b : voie majeure ! magnifique ballade de choux fleurs en mini colonnettes au cœur de l’amphithéâtre.
  • J’ai du temps donc j’ai de l’argent, 7b+ : voie de résistance sur prises moyennes, moins belle et intéressante que beaucoup d’autres à Kalymnos, aller voir ailleurs !

Deuxième journée à Kalymnos et première vraie journée de grimpe. Le choix des secteurs est bien difficile, mais pas pour les même raisons qu’en France où le critère prioritaire est de trouver des secteurs pouvant satisfaire les envies de chacun, du 5 au 7/8 : ce n’est pas toujours évident. Un des éléments marquant de Kalymnos est la proximité de voies de tous niveaux. Une cordée hétérogène s’y régalera. Ici la difficulté est de réussir à choisir parmi une palette de secteurs tout aussi alléchants les uns que les autres : 64 secteurs, 1700 voies, le tout dans un périmètre assez réduit, la petite île grecque a de sérieux atouts !

Ce sera le cas cette journée comme pour toutes les autres journées du séjour. Tout le monde aura son compte ! Le petit matin frais et venté nous fera privilégier le soleil du secteur Kalydna. Les quelques rayons de soleil nous réchauffent un peu les doigts gelés. Les locaux nous dirons plus tard qu’il fait particulièrement froid pour la saison.
L’ultime voie de la journée se fera au son du tintement de cloches des chèvres et sous les derniers rayons d’un des nombreux magnifiques couchers de soleil que l’île nous aura offert durant le séjour.

Le topo : « Kalymnos : rock climbing guide book » édition 2010 : p 234 à 239

Lundi : Secteur Galatiani

Caractéristiques du secteur Galatiani

Du 4b+ au 8b, les voies les plus intéressantes sont dans le 7 et le 8.
Soleil à partir de 10h sur « galatian left » et « calcite cave » exceptées les voies à droite à partir de « anal + » 6b+, où le soleil apparait plutôt vers 11h/11h30.
Super secteur au calme : voies d’une grande classe pour celles supérieures au 7a.

Voies faites :

  • Stanouch, 5b : très jolie petite dalle suivie d’une portion verticale de quelques mètres.
  • B2, 6a+ : départ technique puis dalle facile, quelques mouvements dans le début du dévers pour atteindre le relais.
  • Anal +, 6b+ : départ dalleux, technique puis dalle facile dans les fientes d’oiseaux… peu d’intérêt.
  • Sunrider, 6b+ : jolie mur technique pas trop dur, homogène.
  • K 44, 7a : très jolie voie de continuité avec un pas un peu plus marqué.

 

  • Nymfy, 7b : exceptionnel ! Un pas dur dans un océan d’excellentes colonnettes, des préhensions faites pour être grimpées ! Un régal.
  • Kroterih, 7b : superbe, encore une excellente envolée, sur des petites colonnettes au départ, puis un final sur une grosse colo.
  • Calcite star plus, 7b+ : excellent ! Un départ où l’on louvoie un peu, une traversée avec des bonnes prises mais pieds à plat, quelques petites prises à serrer pour rejoindre les très bonnes colonnettes qui vous amèneront au relais de calcite star (7b). Quelques mètres avec une colonnette moins franche puis un petit réta, ça y est, vous êtes à 40 m du sol.

Notre aventure en Grèce au secteur Galatiani

La fréquence des bus étant vraiment trop faible en basse saison (toutes les 2h avec le dernier bus un peu avant 16h), nous inaugurerons la conduite en scooter. Après un briefing des plus détaillés, photos à l’appui, sur les dangers de la route (un virage un peu plus serré que les autres, un autre avec des gravillons…), on se lance le nez au vent…

Et on se régale : nous ne croisons pas une voiture sur les 20 min de trajet, la route sinueuse se faufile le long de la côte aux eaux limpides, l’air frais nous saisis le visage et nous décolle les paupières pour de bon, du haut de nos 40 km/h nous savourons le paysage et la quiétude de l’île. Nous laisserons le scooter au milieu de nulle part et sans cadenas : le loueur de scooter nous a bien ri au nez lorsque nous cherchions le nôtre au fond du coffre.

20 min d’approche et nous sommes au pied du secteur, le panorama est magnifique : et nous sommes seuls, à nouveau, nous le serons toute la journée d’ailleurs, tout comme la veille et l’avant-veille ! Kalymnos, hyper fréquenté ? Pas en novembre en tout cas. Il est clair que les mois de septembre/octobre, où l’association grimpe/plage est idéale, doivent être moins tranquilles. Ce serait à refaire, je viendrais peut-être au printemps, pour profiter des jours plus longs, de la floraison mais certainement pas en début d’automne : quel plaisir de s’approprier un secteur, un bout d’île, rien que pour nous : pur plaisir égoïste.

Le topo : « Kalymnos : rock climbing guide book » édition 2010 : p 90 à 93

Mercredi : Secteur Arhi

Caractéristiques du secteur Arhi

Du 4c au 9a. Un très beau secteur pour les voies dans le 6 : des voies longues, beaucoup de choix, un superbe caillou. Le secteur Troulos, qui comprend une partie des voies en 7 et 8, est un ton en-dessous car victime de sa fréquentation : le caillou était globalement assez patiné, plus que les autres secteurs visités les jours précédents. Et les quelques voies en 7 sont assez courtes. Nous ne sommes pas allés à « Arhi right wall » ni « chapi area ».
Soleil à partir de 10 h/10h30, excepté la partie droite de « Troulos » à partir de « mammifères vibes », soleil plutôt vers 13h. Tout le secteur passe à l’ombre à 16h.

Les voies faites :

  • Argonauti 5b+ : voie sympa, rien de spécial.
  • Stanislas 6a+ : Très jolie voie, très homogène.
  • Monolith 6b+ : superbe voie, un pas dans le petit bombé puis une dalle un peu technique mais sans problème.
  • Le bras du guide 6b+ : encore une superbe envolée, un vrai voyage. 38 m, pas un de moins !
  • Il pittore, 6b+ : jolie voie sur grosses colonnettes après le crux du départ, un peu patiné.

 

  • Harry parterre 6c+ : une des plus belles de la journée, extrêmement variée, homogène : dalle grise, bombé technique, colonnettes, traversée sur inversées… on se régale du premier au dernier mètre, excellent !!
  • Barbara 7a+ : jolie voie variée, avec une première section sur colonnettes, un petit toit à franchir, et une dizaine de mètres de grimpe assez technique.
  • Angelika 8a : Jolie voie qui a dû être superbe, mais la patine gêne, où me gêne en tout cas ! Voie intéressante tout de même, de la résistance sur petites concrétions qui se termine par un pas teigneux sur réglettes juste après une bonne décontraction.

Notre aventure au secteur Arhi

Nous arrivons tôt au pied du secteur, plus tôt que les autres grimpeurs en tout cas, qui se laissent le temps de la grasse matinée. Une espèce noctambule, le grimpeur ? Pas sûre, Massouri reste bien calme le soir. La quiétude des lieux incite peut-être à prendre son temps : c’est certainement vrai car faire un voyage à Kalymnos, c’est aller grimper sur des falaises exceptionnelles, mais c’est aussi prendre un autre rythme, le rythme d’une vie facile et simple.

Depuis Massouri

Bon nombre de falaises sont accessibles à pied directement depuis Massouri. Et pour celles qui ne le sont pas, vous aurez le plaisir de circuler en scooter sur cette route côtière désertée par les voitures, le temps d’un court voyage. Toutes les commodités seront certainement à quelques enjambées de votre studio. Le pain frais du matin, les courses de fin d’après-midi, le restaurant du soir si l’envie vous prend. On se l’approprie avec plaisir cette rue qui pourrait presque faire office de zone piétonne tellement la circulation y est réduite, à cette époque de l’année en tout cas.

La journée d’aujourd’hui sera bien remplie, au soleil dès les premières voies, nous aurons un peu chaud même, le vent n’aura pas fait son travail aujourd’hui, et c’est tant mieux pour la frileuse Gwendoline ! Quelques grimpeurs nous rejoindrons, pour une courte journée. L’anglais est la langue officielle mais les accents diffèrent, l’escalade fédère. L’escalade passionne aussi, certains semblent avoir élu résidence ici depuis quelques temps déjà.
La journée s’achève pour nous une fois de plus avec la pénombre et la fraicheur qui prennent rapidement le relais, nous sommes les derniers à partir, heureux des belles voies découvertes…

Le topo : « Kalymnos : rock climbing guide book » édition 2010 : p 104 à 115

Jeudi : Secteur Iliada

Caractéristiques du secteur Iliada

Du 4c au 8b+, mais majoritairement du 6 et du 7. Les voies dans le 6 sont globalement très jolies, mais plus courtes que la moyenne à Kalymnos (20/25 m). Les voies dans le 7 sont vraiment très classes, plus longues (30/35 m). Le panorama est superbe dans ce secteur surplombant merveilleusement Massouri, vraiment classe.
Soleil à partir de 10/10h30 sur la majeur partie du secteur exceptées les voies allant de « poplitis » (7a+, voie n° 38) à « beautiful helen » (6a+, voie n°43), où le soleil apparait plutôt vers 13h.

Voies faites sur le secteur Iliada :

  • Thyme de niveau 5b : rien de spécial.
  • Ekavi avec une cotation 6a : très jolie voie dans la dalle au pied du grand mur qui sépare les 2 grottes, assez technique.
  • Beautiful helen 6a+ : Superbe voie homogène, équipement un peu plus espacé que la moyenne (pas de danger, c’est équipé intelligent).
  • Mirmidons de niveau  6b+ : Très jolie voie, c’est trop court ! Un pas déstabilisant au départ pour se rétablir sur une jolie dalle technique.
  • Paris 6c+ : une jolie voie variée avec une dalle technique qui vous dépose au pied d’un mur à trous et colonnettes où l’on louvoie à gauche et à droite de la ligne de points.

 

  • Nestoras 7a : Superbe !! Hélas un peu patinée, mais dans la fraicheur de l’ombre du mois de novembre, cela ne gêne pas, à faire quand même. Des bonnes prises sur la première moitié, un peu plus technique et moins raide sur la fin : très agréable à grimper.
  • Poplitis 7a+ : jolie voie, un peu trop patinée à mon goût. Le dur est au début, les colonnettes après le repos sont vraiment excellentes à grimper.
  • Mythologie 7b+ : La plus belle du jour, sans aucun doute ! Une dalle pas trop dure vous amène à une superbe colonnette blanche facile à grimper (un petit pas au milieu tout de même) ; ça commence à chauffer dès qu’on la quitte, avec un mur de résistance pas très facile à lire. Une montée en puissance vraiment très élégante.

Le topo : « Kalymnos : rock climbing guide book » édition 2010 : P 184 à 192

Notre aventure au secteur Iliada

Le secteur du jour est un peu à l’écart, un peu au nord d’Armeos. Nous marchons le long de la route pendant près de 20 min avant de se lancer droit dans la pente. En direction du secteur, en hors sentier complet.
Nous nous posons la question de ce qu’étaient ces petits villages auparavant, avant l’escalade : le développement de l’activité semble encore proportionnée, les offres de studios sont nombreuses mais restent à petite échelle, à l’échelle des habitants. Mais une construction sortie d’Armeos interroge, un bâtiment au format de village vacances, un bâtiment qui ne semble pas être issu d’une initiative locale. Après s’être demandé ce qu’était Kalymnos 10 ans auparavant, on se demande ce qu’elle sera dans 5 ou 10 ans.

 Il serait peut-être bon, que l’on en reste là, pour la qualité de la vie, pour la qualité des voies aussi, qui subissent depuis déjà quelques années l’assaut des grimpeurs, pour la qualité de l’accueil aussi. Car les habitants sont ici encore souriants à la vue d’un grimpeur, pas encore saturés de cette présence malgré tout étrangère et pas forcément inoffensive. Nous sommes encore les bienvenus, particulièrement bien accueillis même.

Petite anecdote

Le topo nous en donne un aperçu avec une anecdote racontée en p.314, où il est question d’une lettre donnée à tous les grimpeurs du bateau prenant la direction de Telendos (petit île en face de Massouri). Lettre dans laquelle les habitants leur souhaitent la bienvenue, les remercient d’avance de leur visite, et surtout du travail des équipeurs, équipeurs qu’ils souhaiteraient aider autant que possible dans leur démarche. Vous équipez, nous vous logeons et nous vous nourrissons… démarche hors normes, démarche honnête et réaliste, une démarche main dans la main.

Le retour est un peu long aujourd’hui. La route un peu ennuyeuse. Nous ne sommes pas aidés par la faim qui nous impatiente et nous fait presser le pas. Ce soir nous irons chercher notre moussaka « faite maison ». Et de bon cœur, par la femme du propriétaire du supermarché. C’est avec un grand sourire qu’elle nous accueille. Sur le retour  nous croisons le loueur de scooter. Il nous salue d’un grand geste et d’une mine joyeuse. Nous descendons l’escalier avec la propriétaire du studio, elle rit avec nous. Et on se dit que ce serait bien que cela ne change pas trop.

Vendredi : Secteur Grande grotta

Du Niveau 5a au 8a+ : de manière assez surprenante. Les voies sont assez équitablement réparties dans le 6, le 7 et le 8.
Soleil à partir de 12h30/13h dans le côté gauche de la grotte.
Aussi dément que cela en a l’air depuis Massouri.

Voies faites à la Grande Grotta :

  • Happy girlfriend 5c : très jolie voie, dalle puis quelques mètres dans des colonnettes, excellent pour le niveau !
  • Monahiki Elia 6a+ : cela semble bien raide d’en bas et pourtant c’est bien 6a+ ! Très classe, super pour découvrir la grimpe en colo.
  • Kalypige 6c+ : magnifique voie !! Très variée, dalle à picots, colo techniques, rétablissement un peu physique etc… pas de gros pas dur, c’est homogène et cela requiert une bonne technique de colo. Vraiment très classe.
  • Aegialis, 7c : c’est du lourd ! 30 m de gros dévers sur des colos énormes, c’est vraiment très physique, plutôt dure pour la cotation, dans le référentiel Kalymnos en tout cas. Excellent.

Le topo : « Kalymnos : rock climbing guide book » édition 2010 : p 212 à 219

Samedi : Secteur Panorama

Du niveau 4c au 8a+, beaucoup de voies dans le 7, pas mal dans le 6 aussi.
Secteur excellent, de la très belle grimpe ! Le niveau moyen est plutôt accessible, beaucoup de voies entre 6c+ et 7b+.

Voies faites à la falaise de Panorama :

  • Eureka 6a : jolie voie en dalle, rien de spécial.
  • Panselinos 6b+ : superbe voie, concrétions à gogo.
  • Cyclops 6c : c’est court mais c’est bon, très sympa à grimper.
  • Steeps ahead 7a+ : jolie voie, le mur de départ n’est pas si évident à négocier. La suite, ce sont de très bonnes colos puis un petit pas sous le relais.
  • Mind boogle 7b+: jolie voie. Un bon pas de bloc bien protégé au départ puis ça déroule sur des colos fabuleuses, notamment dans la partie la plus dévers. Ne pas se déconcentrer sous le relais tout de même, il faut avoir encore un peu de jus.

Le topo : « Kalymnos : rock climbing guide book » édition 2010 : p 220 à 227

Dimanche: Secteur Zeus

Des voies de niveau 4b à 7c, 3 voies dans le 7 et une majorité de voies entre 6b et 6c+.
Soleil à partir de 14h30 (quelque soit la saison, il y a une erreur dans le topo)
Un superbe secteur peu fréquenté, dans un autre style. Peu de colos, des trous et des réglettes, avec des voies de grandes qualités.

Voies faites au spot de grimpe de Zeus:

  • Demeter 4b : rien de spécial.
  • Kalyfornication 6b+ : voie intéressante sans plus.
  • Blonde james blonde 6c : Jolie voie, un petit pas pour se lancer, des jolis trous bien francs. Puis un dernier pas bien protégé pour atteindre le bac sous le relais.
  • Mad dad 6c+ : superbe ! on navigue dans un beau calcaire gris/rouge/orange entre trous et réglettes. A faire.
  • Callisto 6c+ : Superbe aussi. Ne pas être effrayé pas le premier pas teigneux pour se lancer dans la voie.
  • Pipe cleaner 7a+ : jolie colo pas évidente à négocier, intéressante pour améliorer sa technique de colos. Caillou pas si beau pour Kalymnos dans la première moitié.
  • Rocklandis 7b : Superbe ! voie technique sur caillou excellent.
  • Blonde 7c : Excellent, l’extension de blonde james blonde (6c). 10 mètres d’escalade technique homogène et bien équipée, très classe dans le genre.

Le topo : « Kalymnos : rock climbing guide book » édition 2010 : p 248 à 251

Lundi

Caractéristiques d’Arginonta

Du 4c au 7b+ : assez également réparties dans le 5, le 6 et le 7 (pas de 6c/+ tout de même)
Soleil à partir de 11h30/12h (pied des voies avant, c’est agréable pour l’assureur !), ombre à 14h30.
Superbe secteur tranquille où l’on évolue sur un superbe calcaire rouge ; de jolies voies où l’on trouve beaucoup de trous et réglettes, peu de colos.

Voies faites sur Arginonta :

  • Hot shot 5c+ : jolie voie assez technique pour le niveau, dans une superbe dalle rouge.
  • Bouboulina extension (seul l’extension existe !) 6a+ : jolie voie technique.
  • Wild sexe 6b : Excellente escalade assez raide dans un superbe caillou. Homogène.
  • Avri 6b : Voie athlétique, succession de sections physiques sur bonnes prises entrecoupées de bons repos.
  • Kel Karma 6b+ : Même style que la précédente, avec un pas un peu plus technique à la fin.
  • Ana Maria 6b+ : voie physique sur bonnes prises, homogène. Très sympa.
  • Red sea secret 7a : Excellent !!! La plus belle voie du jour : un départ sur bac puis colo excellente de laquelle on sort pour franchir le crux qui nous amène à un bac. La fin se fait dans une superbe dalle aux prises globalement assez bonnes (2 petites inversées pour s’y lancer). Vraiment très classe.

 

  • Albi back 7a+ : Voie intéressante, variée : départ technique, rétablissement teigneux mais bien protégé, un pas technique pour atteindre le relais
  • Lysistrati 7a+ : Voie superbe dans sa première moitié, mais le caillou est moyen en sortie (mais il suffit de s’en tenir au prises poffées !). A faire quand même pour la première partie, très originale.
  • No sleep’til Hammersmith 7a+: Jolie! Des colos bien teigneuses et physiques au départ, dalle un peu technique, à nouveau superbes colos physiques, puis petit bombé à prises corrects. Bien variée et pas si facile !

Le topo : « Kalymnos : rock climbing guide book » édition 2010 : p 126 à 133

Que faire durant les jours de repos

Baignade, visite, plongée, randonnée, vélo etc… Pas mal d’informations sur le topo.
Nous avons fait le tour de l’île en scooter, très sympa. Les routes sont très peu fréquentées, et cela permet de sortir du trajet stéréotypé Pothia Massouri. Aller découvrir le petit village d’Emporios. Remonter en direction de Palionisos où l’ambiance est superbe, vraiment très sauvage, certainement l’île d’il y a 20 ou 30 ans.

Aller dans la vallée verte direction Rhina, les mandariniers et orangers sont pleins à craquer en novembre, c’est superbe et très appétissant. Le petit port de Rhina est charmant en cette saison, pas mal de pêcheurs travaillent sur leurs bateaux aux couleurs gaies. Puis retour sur Pothia où vous irez manger du poisson bien frais dans le petit restaurant juste derrière l’hotel Olympic, au port, où l’on ne croise que des autochtones habitués des lieux, sympa.

Conclusion du séjour escalade à Kalymnos

Kalymnos, la célébrissime… Nous voulions à la base partir en Turquie, pour un voyage comme on les aime, avec de la grimpe mais pas que. Ça n’a pas pu se faire, question de températures. Nous nous rabattons donc sur cette petite île grecque. J’arrivais avec des a priori, pas forcément en faveur de l’île : sur fréquentée, la patine serait de plus en plus présente, un site « commercial », un site où l’esprit communautaire peut étouffer… Et puis, les 10 jours sont passés bien vite. Et je m’y serais bien vu rester 10/15 jours en plus. Non non je ne me suis pas lassé du tout ! Sur fréquentée ?  8 jours de grimpe, dont 6 absolument seuls dans des secteurs de plusieurs dizaines de voies de grande qualité.

Patinée ? Certaines voies, mais pas tant que ça et sur des profils qui ne gênent pas (des gros pieds etc… et non sur de petites adhérences où cela pourrait faire la différence). Un site commercial ? Les cotations ont été réajustées, à raison. Mais cela reste un spot où l’on fait des croix. Et c’est aussi lié à un équipement très sécurisant et à un voyage où la majorité de votre énergie sera mobilisée pour la grimpe. Un esprit communautaire trop marqué ? Pas pour nous, nous n’avons pas croisé assez de grimpeurs pour ressentir la moindre gêne !

Pour un grimpeur qui aime la falaise

Bref, c’est excellent ! Je pense que mon ressenti aurait été très différent en haute saison. Mais je pense y retourner, un jour ou l’autre. Soit à nouveau en novembre mais peut-être plutôt au printemps, pour avoir des journées plus longues et une île en pleine floraison. J’y retournerai pour une période plus longue aussi : 65/70 % de notre budget correspond au trajet Montpellier > Massouri, donc quitte à y aller… J’y ferais quelques grandes voies aussi, car bien que modestes, certaines semblent vraiment superbes.

Et je changerai de gites au cours du séjour, pour ne pas avoir à utiliser de scooter, question de budget (Massouri, Emporios et Arginonta sont les 3 villages à partir desquels vous aurez accès à pied à la grande majorité des secteurs). Mais pour sortir de Massouri aussi, pour changer tout simplement. Nous avons eu un rythme de grimpe qui m’a semblé assez approprié à la durée du voyage. 3 jours de grimpe, 1j de repos, 2j de grimpe, 1j de repos et 3j de grimpe. Pour des vacances plus longues, 2jours de grimpe/1jour de repos me semble bien adapté.

Matériel utilisé pour un séjour Escalade à Kalymnos

Équipement utilisé pour un séjour Escalade à Kalymnos

 CATÉGORIE NOM DU MODELE MARQUE  AVANTAGES INCONVÉNIENTS  SI C’ÉTAIT À REFAIRE
CORDE Silver Triaxale MILLET Bonne durée de vie, agréable à manipuler Je garde celle-ci : je ne céderai pas à la mode des cordes fines car bien qu’extrêmement agréable à manipuler (fluide, légère) leur durée de vie est quand même assez réduite.
DÉGAINES Orbit Betlock CAMP Bon marché, Le clip à presser (partie femelle) est une tige pleine, lorsqu’elle ne l’est pas, pour ceux qui ont de petites mains, il est gênant de se coincer les doigts dedans !Clip (partie mâle)est lisse, ce n’est pas un crochet : sinon idem, désagréable de se coincer les bouts de doigts. Trop lourde En grande voie et en montagne, un des « ennemis » majeur est le poids. Quand on sait que cela peut aller du simple au double question poids de dégaine. (110/120 g pour les Camp, et 66 g pour les Ange de PETZL) et que l’on en a 10/15 au baudrier… C’est certain, je ne rachèterai pas ces dégaines, j’investirai dans du light, longues dégaines.
BAUDRIER Sama PETZL Confort, Bon marché Baudrier qui répond à mes attentes : plutôt léger, confortable (en couenne comme en grande voie), et j’arrive à l’enfiler avec mon pantalon d’alpinisme malgré les jambières non réglables. Je reprendrai donc le même.
CHAUSSONS ESCALADE Apache ANDREA BOLDRINI Super précis, Confortable Des chaussons que j’ai pris taillé assez petit pour la couenne et je me régale : un confort tout à fait honnête pour une précisions vraiment très appréciable. Je pensais ne pas quitter mes katana LA SPORTIVA, je nuance, à chaque chausson son domaine. Les katanas conservent tout de même la palme de la polyvalence !

Équipement utilisé pour un séjour Escalade à Kalymnos

MOUSQUETON À VIS BLACK DIAMOND  RAS  RAS  RAS
ASSUREUR Grigri PETZL Facile d’utilisation, Permet de donner le mou rapidement, par rapport à d’autre système d’assurage. Les diamètres de cordes trop fin ne sont pas conseillés – Poids – volume Une référence : tout les défauts évoqués ici sont résolus dans le grigri II. Donc ce serait à refaire, je prendrai ce dernier.
SAC À MAGNÉSIE Trad « Le Yéti » SNAP Volume correct, Taille de l’ouverture Type de fermeture Je ne le prendrai pas et j’achèterai le cocoon clic clac de chez béal : en plus des avantages de mon sac à pof, il a une fermeture plus simple et hermétiques que le serrage avec cordon.
SAC À DOS Combi BEAL Ouverture, Volume, Confort Première fois que nous utilisons ce sac : très intéressant car nous avons accès à tout ce qui se trouve à l’intérieur sans avoir à tout déballer (contrairement à un sac « normal » où l’on empile) : très pratique lorsque l’on est amené à se déplacer au cours de la journée, dans un secteur/ entre 2 secteurs, tout est dans le sac !
SAC À CORDE Rope Sack SALEWA Assez compact, Grande surface au sol quand il est déplié Un bon sac à cordes, pratique. Bien confortable d’avoir une grande surface au sol quand il est déplié, pour que la corde ne traine pas dans la poussière, et nos shorts, pantalons et chaussons non plus.
LUNETTES D’ASSURAGES CU POWER’N PLAY Un peu cher mais vraiment un bon achat, c’est loin d’être un gadget, surtout dans les essais à vue dans des voies de 40 m. On y gagne en confort évidemment. Mais surtout, et c’est lié, en sécurité, car on garde en vue en permanence le grimpeur. Chaque cordée croisée à Kalymnos en avait !

Vêtements utilisés pour un séjour Escalade à Kalymnos

 CATÉGORIE NOM DU MODELE MARQUE  AVANTAGES INCONVÉNIENTS  SI C’ÉTAIT À REFAIRE
PANTALON Toile épaisse COLOMBIA Du costaud, Chaud, Un bon pantalon en toile, bien épais : je n’aurais pas à le changer dans 6 mois !  RAS
T-SHIRT LE YETI  RAS RAS Je le garde, sans aucun doute. En France, je l’utilise à toutes les sauces : salles, couenne grande voie, ski… Il a sa place partout. Je l’ai payé un peu cher mais je ne regrette pas.
T-SHIRT Mérinos 260 ICE BREAKER Très bon apport de chaleur, Léger, confortable, bien taillé pour les hommes fins : on l’oublie complètement, même en grimpant, 1 détail : l’encoche pour placer le pouce dans la manche => mine de rien, quand il fait frais, ça couvre un peu plus de surface et ferme franchement les écoutilles : efficace. Le prix ! beaucoup plus cher que les autres Je la conserve pour le trek, le voyage et en France. Remarque : Actuellement pour l’ensemble de mes pratiques sportives en extérieur (couenne, grande voie, ski de randonnée, randonnée), j’associe et jongle avec les 5 éléments suivant : carline, mérinos, polaire r1, doudoune sans manche et un bon bonnet. C’est léger, ça n’engonce pas, c’est « solide », c’est souple et ça ne prend pas trop de place : l’idéal.
MICRO POLAIRE R1 PATAGONIA Apport de chaleur correct, très confortable (membrane  intérieur doux). Assez bien taillée, bien que le diamètre des manches soit un peu trop important. Je flotte un peu (pour moi, mais je suis fin …). Cela reste assez cher Je la supprimerai pour le trek mais je la garderai sans aucun doute pour le voyage.

Vêtements utilisés (2) pour un séjour Escalade à Kalymnos

DOUDOUNE Down Sweater PATAGONIA Cette doudoune a peu servi durant ce trek pour 2 raisons : en actif, avec le sac de 25 kg, l’association merinos ice breaker 260 + éventuellement polaire PATAGONIA R1 était amplement suffisante en passif, au campement, la fatigue plus le fort gradient de température m’amenait à enfiler directement la doudoune Valandré. Mais cette doudoune est très utile, dans d’autre cadre d’utilisation : durant le reste du voyage : couenne et grande voie à +/- 4000 m, randonnée à la journée, le soir en ville => polyvalence très intéressante pour ce genre de voyage. en France : couenne/grande voie, ski de randonnée, randonnée, elle a toujours sa place dans mon sac ! Je ne la prendrai pas, et je la remplacerai par un poncho grande taille (qui recouvre le sac au passage). Plus léger, beaucoup moins cher, protège aussi le sac (pas besoin de transporter de housse de protection). Réellement imperméable, certes moins respirant mais l’ouverture en bas fait ventiler sous le poncho. Je reste étonné de sa longévité. Je l’ai utilisée en ski, escalade, vélo, course à pied, randonnée mais aussi au quotidien. Depuis 7 ans, et elle n’a pas bougé.
VESTE Gore-Tex Stratosphere THE NORTH FACE Je ne l’ai pas utilisée durant ce trek car nous n’avons pas eu de pluie ni de vent. Pour ce genre de trek, la question de son intérêt se pose. Notamment avec cette problématique du poids qui nous amène à faire le maximum de double utilisation. s’il y a du vent : une doudoune coupe très bien le vent s’il pleut : au bout de 30 min sous la pluie avec ma gore tex, je suis trempé. Je pense qu’il doit en être de même avec pas mal de veste. Commence à fatiguer un peu.

Accséssoires utilisés pour un séjour Escalade à Kalymnos

 CATÉGORIE NOM DU MODELE MARQUE  AVANTAGES INCONVÉNIENTS  SI C’ÉTAIT À REFAIRE
LUNETTE DE SOLEIL Panoramique LOUBSOL Bon rapport qualité prix, Bonne protection pour les visages fins -Fragile : l’encoche qui permet de lier les branches au reste de la lunette casse assez facilement, Des lunettes bon marché, qui sont adapté à un grand nombre de situation avec un maintien au visage très correct pour les visages fins. Indispensable en escalade.
BASKET Speed cross SALOMON  Je les avais sur le sac pendant le trek mais je ne m’en suis pas servis (rappelez-vous la mule !). Mais je les trouve très intéressantes dans 2 cas de figure. En effet pour le voyage/tourisme : extrêmement légère, confortable ce sont des pantoufles de villes ! le laçage rapide est aisé est pratique dans les transports (avions, bus …). Le tissu très fin est aussi intéressant. Si les chaussures sont mouillées rapidement, elle sèche extrêmement rapidement, beaucoup plus que des chaussures classiques (et quand on prend une pluie d’orage ou que l’on marche dans une flaque. Elles seraient les deux quasiment aussi humides de toute façon). Escalade en grande voie : où l‘on se trimballe assez de poids au baudrier pour ne pas s’en rajouter avec les chaussures.  Je gagne 700g par rapport à une chaussure d’approche classique poids. Speed cross : 290 g en 42 et mon ancien modele pour les approches, les merrel chameleon 3 : 1040 g en 43. Et l’accroche est bien suffisante (ce sont des chaussures de trail). Fragilité : la semelle s’use assez rapidement. Mais il suffit de cibler son utilisation : à ce compte la, elle durerait des années !!! (J’avoue les utiliser au quotidien !).

 

0 commentaire
0

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire