Alpinisme et Escalade dans les Pyrénées Ariégeoises et Orientales à Font Romeu et Orlu

par Expérience Outdoor

Florian DESJOUIS  nous partage son expérience alpinisme et escalade dans les Pyrénées

Activités plein air à Font Romeu: informations pratiques pour un week-end d’escalade et alpinisme

  • Date de la sortie

du 11 au 13 novembre 2011

  • Lieu

France, Languedoc Roussillon, Pyrénées Orientales, Font Romeu (66120)
Depuis Montpellier:
Montpellier ; Font Romeu : 3h, 13 euros de péage, 241 km
Montpellier ; Orlu : 3h21, 20 euros de péage, 320 km

  • Participants

L’équipe régionale jeune alpiniste du Languedoc Roussillon (ERJA), quasiment au complet : Benjamin, Yoann, Valentin, Florian et Jade pour l’encadrement.

  • Où dormir à font Romeu

Toutes les informations sont retrouvées dans les sites Internet des offices du tourisme indiqués ci-dessous.

  • Où se restaurer/où se réapprovisionner

Pour la dent d’Orlu : essence, supermarché, boulangerie… Il y a tout ce qu’il faut à Aix les Thermes.
Pour les Pyrénées Orientales : essence, supermarché, boulangerie à Bourg Madame et Font Romeu.

  • Office du tourisme

Les Offices de tourisme dans les Pyrénées Orientales :
– Les Angles
– Matemale
– Font Romeu
– Bourg Madame
Les Offices de tourisme en Ariège:
Toutes les infos pour l’ensemble de la vallée où se trouve Aix les Thermes

  • Bibliographie dont le topo

– « Les Pyrénées du levant » de Thomas Dulac et Pascal Testas. Un superbe topo qui couvre les Pyrénées Orientales ainsi qu’une partie de l’Aude, de l’Ariège et de l’Andorre. Les activités retrouvées dans ce topo : grandes voies équipées et non équipées, alpinisme hivernal et quelques couennes. Beaucoup d’informations pour ce topo de près de 500 pages qui remplit avec brio son rôle. A savoir combler le vide topographique de l’est des Pyrénées : les 32 euros sont tout à fait justifiés.
– « Escalade en Ariège – la Dent d’Orlu », 3 sup éditions, de JD Achard.

  •  Lien internet

Le CAF du coin qui a compilé les topos de ce jolie secteur. On y retrouve aussi le topo de beaucoup d’autres parois.
Le site ERJA de l’équipe régionale jeune alpiniste. Des vidéos, des articles, des photos, tout pour suivre le parcours de ce beau projet.
Le site du comité régional de la Région Languedoc Roussillon.

Escalade et alpinisme à Font Romeu

Premier we du nouveau cru de l’ERJA : la sélection a eu lieu dans le Caroux quelques semaines auparavant. Et nous ne sommes pas encore au grand complet ; mais ça ne va pas durer. L’information diffuse bien depuis la sélection, les prétendants sont nombreux, les 3 dernières places seront vites occupées.

L’ERJA, c’est 2 ans pour former des jeunes de 18 à 27 ans à l’alpinisme sous toutes ses formes. Courses d’arêtes, cascades de glaces, ski alpinisme, couloirs etc… toutes y passent. 2 ans pour vous rendre autonome dans votre pratique personnelle, 2 ans pour acquérir le diplôme d’initiateur alpinisme qui vous permettra d’encadrer en club. Et pourquoi pas 2 ans pour préparer sa liste de courses pour le probatoire du guide de haute montagne.

Nous nous retrouvons donc à cinq pour ce we, 4 stagiaires pour un encadrant. Les caprices météo n’aidant pas au choix, l’ultime décision sera prise au rendez-vous du jeudi soir, à 19h. Ce sera l’Ariège dans un premier temps, et certainement les Pyrénées Orientales pour finir. Le thème de ce stage est « course d’arête » : de l’encordement à la progression en corde tendue, des anneaux de buste à la triangulation. Tous les thèmes seront abordés.

1er jour : arête est dent d’Orlu, D+, 550 m, 5c+ max, semi équipé

 Après une nuit fraîche sur un parking isolé du fond de l’Ariège, les apprentis alpinistes se lancent sur le joli sentier menant au col une centaine de mètres sous le sommet, dans une atmosphère douce pour la saison. Les Pyrénées sont splendides, les couleurs tardives de l’automne côtoient les premières neiges des Pyrénées : merveilleux contrastes.

Nous arrivons au pied de l’arête en sueur, nous sommes en tee-shirt, nous en venons presque à regretter une tenue plus estivale. Une cordée de 2, l’autre de 3, nous nous suivons, enchainant les longueurs aussi rapidement que possible : les chaussons sont accrochés au baudrier, au cas où, mais nous nous prenons au jeu de la grimpe en grosses, le terrain s’y prête particulièrement. Valentin est en tête de cordée, des cordées même. Une petite erreur d’itinéraire et un petit pas de 6a viendra corser l’affaire, délicat avec nos gros godiots !

arête est dent d'Orlu, D+, 550 m, 5c+ max, semi équipé

Le caillou est excellent, le plaisir est bien présent, même comme ici dans les parties les plus faciles.

Au pied des longueurs clés (5c+/6a), nous sortirons les chaussons tout de même : la difficulté est concentrée sur des adhérences qui auraient été vraiment délicates en chaussures d’alpinisme, nous avons bien fait de prendre nos armes de grimpeurs de couennes. L’arête est plus raide, le caillou superbe, très sain et compact, les mouvements s’enchainent avec plaisir.

Yoann ne pensait pas évoluer par des températures si douces, sa doudoune restera sur le sac toute la journée. activités plein air à Font Romeu avec escalade et alpinisme

Yoann ne pensait pas évoluer par des températures si douces, sa doudoune restera sur le sac toute la journée.

 Benjamin négocie facilement cette superbe longueur en 5c/6a, mais les chaussons seront tout de même mis aux pieds! activités plein air à Font Romeu avec escalade et alpinisme

Benjamin négocie facilement cette superbe longueur en 5c/6a, mais les chaussons seront tout de même mis aux pieds!

Nous serpentons sur cette belle échine, entre la douceur de la face sud-ouest et la fraicheur de la face nord est. Les chaussons patineront un peu dans la neige d’ailleurs.

Le soleil est bien bas à présent, l’air se rafraichit brusquement, nous terminerons dans la pénombre, juste à temps pour sortir les frontales et rajouter les couches qui seront restées au fond du sac toute la journée. La descente se fera prudemment, au début tout du moins : la neige est bien présente et quelques sournoises plaques de glace nous rappellent à l’ordre. La journée n’est pas encore finie.
Le col atteint, nous pouvons amorcer la descente au pas de course : les sacs sont légers, les têtes aussi. Satisfaits d’une belle première journée d’escalade, impatients de celles à venir aussi.

Valentin reste concentré dans un 5c pas si facile. activités plein air à Font Romeu avec escalade et alpinisme

Valentin reste concentré dans un 5c pas si facile.

Le regard de Yoann capte les derniers rayons du soleil, sur fond de Pyrénées fraichement saupoudrées. activités plein air à Font Romeu avec escalade et alpinisme

Le regard de Yoann capte les derniers rayons du soleil, sur fond de Pyrénées fraichement saupoudrées.

 2ème jour : Escalade à Tres Ponts

Benjamin a oublié son casque ce we : Jade s’est sacrifié la veille, mais aujourd’hui ce sera différent. Nous décidons donc de poursuivre notre stage par une journée de couenne, à Tres Ponts pour être plus précis. Benjamin a de vagues souvenirs concernant l’accès, tandis que Jade met à profit les renseignements de quelques amis. Nous croisons toutes ces informations : à défaut de trouver le topo des falaises de Catalogne, nous trouverons la falaise et son topo sous plastique au pied des voies : encore mieux.

 Superbe colo pour la première voie de la journée, où le bonnet est de rigueur malgré le soleil. activités plein air à Font Romeu avec escalade et alpinisme

Superbe colo pour la première voie de la journée, où le bonnet est de rigueur malgré le soleil.

Les premières impressions ne sont pas des plus flatteuses pour Tres Ponts : un parking en sortie de Tunnel, une route passante juste à côté du site, auquel s’ajoutent un ciel gris et un vent froid d’hiver. Tout ça est un peu glauque. Mais à peine la courte approche amorcée, l’atmosphère change. La rivière couvre le bruit des voitures, la route disparait, et cerise sur le gâteau le soleil se lève.

 Yoann soulagé par les bacs de fin de cette superbe 7c+. activités plein air à Font Romeu avec escalade et alpinisme

Yoann soulagé par les bacs de fin de cette superbe 7c+.

Nous sommes seuls, la falaise est à nous et nous en profiterons bien. Du 6b au 7c+, les croix tombent, les voies sont belles, souvent assez continues, avec des cotations qui fleurent bon l’Espagne.
La fin de journée approche, nous retournons dans le fourgon de Jade. Cette fois direction les Pyrénées Orientales, pour la dernière journée du stage.

3ème jour : Couloir en S du Malaza (Roc del boc) + arête reliant le sommet du Malaza au pic d’Orrhi

4h, le réveil sonne : la nuit a été bonne pour Valentin et Benjamin, un peu moins pour Yoann et Florian qui se partagent une tente une place… Nous rejoignons dans la nuit Guillaume, guide de haute montagne en charge de la section montagne du lycée de Font Romeu. 7/8 jeunes, tous passionnés de montagne sous toutes ses formes, qui verront s’ajouter à leur emploi du temps 2 heures quotidiennes d’entrainement.
Escalade, VTT, ski de randonnée, ski de fond, trail… autant d’activité aussi variées qu’enrichissantes, qui les amèneront à atteindre le plus haut niveau peut-être, un très bon niveau dans tous les cas, et pourquoi pas rejoindre l’ERJA dans les années à venir.
Tout ce petit monde se retrouve donc au départ de l’approche : il ne fait pas froid, le foehn nous a rejoints aujourd’hui ; les nuages tourbillonneront tout au long de la journée au-dessus de la crête frontière, mais la lessiveuse restera en Espagne.
Le départ se fait à un rythme soutenu, Guillaume ne laisse pas une occasion de mettre à l’épreuve son équipe, nous aussi par la même occasion ; la joyeuse troupe s’éparpille un peu tout de même. Arrivé au pied de la face ouest du Malaza, tout le monde observe : les conditions semblent globalement bonnes, mais le couloir des CRS ne passera pas aujourd’hui.
Les 2 équipes se rabattent sur le couloir en S, joli couloir de neige facile qui sera agrémenté d’une courte section technique en rocher. Nous arrivons ensuite au sommet par des pentes de neige faciles. Le temps est superbe, l’enneigement exceptionnel pour la saison, les Pyrénées Orientales prennent des allures de massifs alpins.

A l'attaque du couloir en s, la quantité de neige nous surprend, agréablement ! activités plein air à Font Romeu avec escalade et alpinisme

A l’attaque du couloir en s, la quantité de neige nous surprend, agréablement !

 Superbe ambiance dans les pentes faciles sous le sommet. activités plein air à Font Romeu avec escalade et alpinisme

Superbe ambiance dans les pentes faciles sous le sommet.

Tout le monde se retrouve au sommet, chacun tracera sa route. La section montagne de Font Romeu redescendra par l’itinéraire de montée, l’ERJA continuera sa route en direction du pic d’Orrhi. Le meilleur est à venir pour nous : une superbe arête aérienne, très variée, ça monte, descend, se faufile au travers des blocs… Les 3 cordées se jouent des reliefs pour trouver l’itinéraire le plus juste, les 3 cordées jouent avec les reliefs pour se protéger au mieux, tout le monde se régale.

 La vigilance est de rigueur sur l'arête menant au pic d'Orrhi. activités plein air à Font Romeu avec escalade et alpinisme

La vigilance est de rigueur sur l’arête menant au pic d’Orrhi

 Près de 1,5 km d'arête nous sépare du sommet, que l'on distingue tout au fond. activités plein air à Font Romeu avec escalade et alpinisme

Près de 1,5 km d’arête nous sépare du sommet, que l’on distingue tout au fond. Le bouillon de nuage a eu le bon goût de rester à la frontière. Le soleil est toujours des nôtres, et les températures bien douces, nous ne pouvions rêver mieux. La fin de l’arête est facile, chacun se relâche et savoure le moment passé. La montagne nous semble encore plus belle à présent, le filtre de la joie et du plaisir modifie notre perception, l’enjolive.
Le hasard fera s’accorder à merveille le timing entre l’ERJA et la section montagne. Nous les retrouvons au moment même où nous croisons le sentier. L’atmosphère est légère, teintée de fatigue tout de même, mais les sourires sont omniprésents, l’ambiance joviale.
Le retour est un long faux plat propice à la course, il ne faudra que quelques mètres pour qu’une partie du peloton s’élance au triple galop en direction du camion. Nous arrivons tous essoufflés, les épaules mâchées et les jambes cotonneuses. Il fait encore grand jour, une première pour l’équipe que de ne pas finir à la nuit. Chacun range ses affaires en se remémorant les beaux moments de cette journée, la tête restera là-haut encore un peu.

L'ensemble de l'arête est visible ici : de la pointe ensoleillée tout à droite aux grandes pentes de neige tout à gauche. activités plein air à Font Romeu avec escalade et alpinisme

L’ensemble de l’arête est visible ici : de la pointe ensoleillée tout à droite aux grandes pentes de neige tout à gauche.

Conclusion des cette sortie escalade et alpinisme : que d’ activités plein air à Font Romeu

Un we varié, 3 destinations différentes, un thème commun pourtant, excepté pour Tres Ponts : la course d’arête.
Pour qui et pourquoi l’arête est de la Dent d’Orlu : pour quelqu’un qui cherche à découvrir un petite course bien équipée (beaucoup de relais et quelques points), pour quelqu’un qui veut faire découvrir une escalade typée montagne sans trop d’engagement, pour grimper sur du très bon caillou, très sain, dans un cadre vraiment agréable, pour quelqu’un qui veut s’entrainer à évoluer sereinement dans ce type de terrain où l’on alterne entre corde tendue et longueurs à tirer. Plein de bonnes raisons donc ! Ne pas négliger « l’ampleur » de la course (pas mal de longueurs tout de même) et les 2 longueurs techniques, bien équipées mais aux cotations un peu serrées.

De manière plus générale, la dent d’Orlu semble assez adaptée pour faire ses gammes comme « apprentis alpinistes » : pas mal de voies semi équipées de niveau modéré, des voies d’artif (dont du sérieux), des grandes voies équipées, des très grandes voies équipées, quelques courses d’arête. N’hésitez pas à fouiller ce site.

Pour qui et pourquoi le couloir en s et l’arête Du Malaza :

Pour tout alpiniste débrouillé : l’itinéraire est vraiment évident, l’engagement réduit et la difficulté modérée. Nous avons certainement profité de conditions exceptionnelles pour la saison, mais le début du printemps doit pouvoir offrir la même chose. Coupler le S et l’arête permet d’avoir une course d’une certaine ampleur, de faire durer le plaisir après un couloir un peu court.

De la même manière que la Dent d’Orlu semble être un terrain d’initiation et de perfectionnement idéal en escalade/alpinisme rocheux, les Pyrénées Orientales offrent une multitude de couloirs, et goulottes d’ampleur assez faible (250/300 m), de difficultés variées (du PD+ au TD+) convenant à merveille à la découverte de l’alpinisme hivernal. Un massif surement très intéressant à explorer, exploration qui sera grandement facilitée depuis la sortie du topo « Les Pyrénées du Levant ». Plus aucune excuse !

Matériel utilisé pour cette sortie activités plein air à Font Romeu avec escalade et alpinisme

CATEGORIE MODELE MARQUE POURQUOI AVOIR FAIT CE CHOIX AU DEPART CE CHOIX A-T-IL REPONDU AUX BESOINS DE LA SORTIE SI C’ÉTAIT A REFAIRE
PELLE LA PELLE NORVÉGIENNE DE MON PÈRE, DU COSTAUD  C’est du solide !  Le poids Je la garde car on me l’a donné, mais elle n’est pas très adapté : bien trop lourde !!  Par contre, suite aux différents échos que j’ai pu avoir, je ne prendrai pas la plus légère ou la moins cher : souvent la partie en contact avec la neige se casse si celle-ci est trop dure (ce qui est la cas pour une neige d’avalanche, très compact !).
SANGLE DYNEEMA 120 CM Tellement plus facile à manipuler pour faire les nœuds, pour les longues dégaines etc… Mes anciennes sangles prennent la poussière au fond du garage !
MOUSQUE-
TONS À VIS
 RAS  Lourd  Toujours dans ce soucis de gain de poids, je rachèterai les plus lights des mousquetons à vis, même si ils sont bien plus petit.
SAC À POF – Volume global – Taille conséquente de l’ouverture  – La fermeture  Je ne le prendrai pas et j’achèterai le cocoon clic clac de chez BEAL : en plus des avantages de mon sac à pof, il a une fermeture plus simple et hermétiques que le serrage avec cordon.
GOURDE PLASTIQUE DUR  RAS  RAS  RAS
SONDE ARVA Légère, montage rapide  RAS  Ne pas oublier lors de vos entrainements arva de jouer le jeu de A à Z, c’est-à-dire de monter la sonde aussi : le montage est rapide, mais uniquement quand on a bien pris le coup de main !
FICELOU 5 MM BEAL  RAS  RAS  RAS
GUÊTRES FRONTPOINT
GAITER
BLACK
DIAMOND
 très bonne protection, facile à mettre  RAS  Déjà une très bonne protection, mais ce serait à refaire je chercherais une guêtre qui protège aussi le dessus du pied : Berghaus en fait.
T SHIRT TECHNIQUE DÉCATHLON  RAS  RAS  RAS
SAC À DOS LYNX GRIVEL  RAS  RAS  RAS
T SHIRT MÉRINOS 260 ICEBREAKER   Cf CR trek au Pérou  Atouts : – Chaleur, respirant, sans odeur (comparaison notable avec du synthétique) – Grand zip très pratique, notamment pour l’ouvrir peu à peu quand on a un départ à la raîche puis que l’on se réchauffe vite en marchant et pour le fermer dès le passage d’un col, mais aussi pour grimper, le ski de rando…aller j’avoue même sous des robes pour aller au boulot il a trouvé sa place !!! Défauts : Son prix ! Sinon le grand col monte tellement haut qu’il a tendance à se plier et retomber.  RAS
CHAUSSURES NEPAL EXTREME LA SPORTIVA  Confort- Protection thermique – poids  Une chaussure que j’ai utilisée en alpinisme facile hivernal et estival ainsi qu’en altitude (jusqu’à 6000m). Elle ne m’a jamais fait défaut, mais je la trouve quand même assez lourde pour la grimpe caillou. Mais bon, quand on cherche la polyvalence on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre (à savoir l’isolation thermique/solidité et la légèreté).
CHAUSSON KATANA LA SPORTIVA  – Les scratchs :comment faisait t on avant ? Que ce soit en salle ou grande voie en bloc et éventuellement en en salle ou grande voie en bloc … C’est un des critères de choix prioritaires en ce qui me concerne. – Précis – Confortable  Un talon que je n’arrive toujours pas à remplir,comme 95% des chaussons ! Cela reste anecdotique, de mon point de vue.  C’est clair, je les garde ! Je recherchais un chausson le pluspolyvalent, qui réponde à mes besoins du bloc en salle au terrain montagne : la katana a répondu à mes attentes ! bravo LA SPORTIVA. J’utilise tout de même une nouvelle paire de chaussons pour les couennes un peu techniques : les apaches V de chez BOLDRINI : précisions et sensations au top.
BONNET MEMBRANE GORE TEX LEVEL  RAS  RAS  RAS
LUNETTE DE SOLEIL PANORAMIQUE LOUBSOL  Bon rapport qualité prix  – Bonne protection pour les visages fins – Fragile : l’encoche qui permet de lier les branches au reste de la lunette casse assez facilement. – Des lunettes bon marché, qui sont adapté à un grand nombre de situation avec un maintien au visage très correct pour les visages fins, indispensable en escalade.  RAS
RÉCHAUD POCKET ROCKET MSR   RAS  Atouts : – tellement compact – et si léger – et en plus il est puissant ! – autonomie très correct, une cartouche de gaz pour 8 jours pour 3 en faisant environ 3 cuissons par jour (thé, bouillon puis pâtes, ce qui n’est pas le plus économique : grande quantité d’eau à chauffer. La cartouche était totalement vide à la fin). Défauts : – sur du long cours et dans des conditions extrêmes (altitude et froid), le réchaud essence s’en sort certainement mieux – le gaz ne peut pas se transporter en soute donc obligation d’en trouver sur place : ici à Cusco en préparant le trek, pas de problème mais il faut le savoir, ce n’est pas partout pareil. Atouts : – tellement compact – et si léger – et en plus il est puissant ! – autonomie très correct, une cartouche de gaz pour 8 jours pour 3 en faisant environ 3 cuissons par jour (thé, bouillon puis pâtes, ce qui n’est pas le plus économique : grande quantité d’eau à chauffer. La cartouche était totalement vide à la fin). Défauts : – sur du long cours et dans des conditions extrêmes (altitude et froid), le réchaud essence s’en sort certainement mieux – le gaz ne peut pas se transporter en soute donc obligation d’en trouver sur place : ici à Cusco en préparant le trek, pas de problème mais il faut le savoir, ce n’est pas partout pareil. Atouts : – tellement compact – et si léger – et en plus il est puissant ! – autonomie très correct, une cartouche de gaz pour 8 jours pour 3 en faisant environ 3 cuissons par jour (thé, bouillon puis pâtes, ce qui n’est pas le plus économique : grande quantité d’eau à chauffer. La cartouche était totalement vide à la fin). Défauts : – sur du long cours et dans des conditions extrêmes (altitude et froid), le réchaud essence s’en sort certainement mieux – le gaz ne peut pas se transporter en soute donc obligation d’en trouver sur place : ici à Cusco en préparant le trek, pas de problème mais il faut le savoir, ce n’est pas partout pareil. Atouts : – tellement compact – et si léger – et en plus il est puissant ! – autonomie très correct, une cartouche de gaz pour 8 jours pour 3 en faisant environ 3 cuissons par jour (thé, bouillon puis pâtes, ce qui n’est pas le plus économique : grande quantité d’eau à chauffer. La cartouche était totalement vide à la fin). Défauts : – sur du long cours et dans des conditions extrêmes (altitude et froid), le réchaud essence s’en sort certainement mieux – le gaz ne peut pas se transporter en soute donc obligation d’en trouver sur place : ici à Cusco en préparant le trek, pas de problème mais il faut le savoir, ce n’est pas partout pareil.  RAS
POPOTTE MSR  Cf compte rendu trek au Pérou par Gwendoline Attia  Atouts : – système très efficace pour égoutter les pâtes !! – la poignée est très sécurisante (pas besoin de serrer la poignée comme un fou pour que sa tienne, surtout quand on a 2 kg d’eau et de pâtes dans la casserole !) – la bande caoutchouc des mugs : isole le chaud du froid (la soupe n’est pas froide au bout de quelques minutes), et le froid du chaud (ça ne brûle pas les mains ) – le volume de la grande casserole (pour le rangement) est bien optimisé. – Bien que rajoutant du poids (mais on peut toujours l’enlever si on veut), la deuxième casserole est pratique si on veut manger les pâtes en même temps que l’accompagnement (s’il y en a ! ça commence à devenir franchement confort quand on commence à parler d’accompagnement !!! ☺ ) Défauts : – c’est peut être pas la plus légère mais bon, c’est très correct. Atouts : – système très efficace pour égoutter les pâtes !! – la poignée est très sécurisante (pas besoin de serrer la poignée comme un fou pour que sa tienne, surtout quand on a 2 kg d’eau et de pâtes dans la casserole !) – la bande caoutchouc des mugs : isole le chaud du froid (la soupe n’est pas froide au bout de quelques minutes), et le froid du chaud (ça ne brûle pas les mains ) – le volume de la grande casserole (pour le rangement) est bien optimisé. – Bien que rajoutant du poids (mais on peut toujours l’enlever si on veut), la deuxième casserole est pratique si on veut manger les pâtes en même temps que l’accompagnement (s’il y en a ! ça commence à devenir franchement confort quand on commence à parler d’accompagnement !!! ☺ ) Défauts : – c’est peut être pas la plus légère mais bon, c’est très correct. Atouts : – système très efficace pour égoutter les pâtes !! – la poignée est très sécurisante (pas besoin de serrer la poignée comme un fou pour que sa tienne, surtout quand on a 2 kg d’eau et de pâtes dans la casserole !) – la bande caoutchouc des mugs : isole le chaud du froid (la soupe n’est pas froide au bout de quelques minutes), et le froid du chaud (ça ne brûle pas les mains ) – le volume de la grande casserole (pour le rangement) est bien optimisé. – Bien que rajoutant du poids (mais on peut toujours l’enlever si on veut), la deuxième casserole est pratique si on veut manger les pâtes en même temps que l’accompagnement (s’il y en a ! ça commence à devenir franchement confort quand on commence à parler d’accompagnement !!! ☺ ) Défauts : – c’est peut être pas la plus légère mais bon, c’est très correct. Atouts : – système très efficace pour égoutter les pâtes !! – la poignée est très sécurisante (pas besoin de serrer la poignée comme un fou pour que sa tienne, surtout quand on a 2 kg d’eau et de pâtes dans la casserole !) – la bande caoutchouc des mugs : isole le chaud du froid (la soupe n’est pas froide au bout de quelques minutes), et le froid du chaud (ça ne brûle pas les mains ) – le volume de la grande casserole (pour le rangement) est bien optimisé. – Bien que rajoutant du poids (mais on peut toujours l’enlever si on veut), la deuxième casserole est pratique si on veut manger les pâtes en même temps que l’accompagnement (s’il y en a ! ça commence à devenir franchement confort quand on commence à parler d’accompagnement !!! ☺ ) Défauts : – c’est peut être pas la plus légère mais bon, c’est très correct.  Je prendrai la même, j’enlèverai la deuxième casserole pour l’utilisation trek, je prendrai un mug et une assiette pour 2. L’idéal ce serait la même popote avec une seule casserole et en plus petit (assiette et mug) : gain de poids certain et pas de perte de praticité.
PANTALON BACKCOUNTRY
GUIDE PANT,
MODÈLE 2010
PATAGONIA  Nickel. Je n’ai pas eu froid mais les conditions étaient clémentes, il est très confortable même en mouvement. Un bon achat.
MICRO-POLAIRE R1 PATAGONIA  2 ans que je l’ai, que je l’utilise intensément, pour quasiment toutes mes activités sportives : et elle commence à avoir pas mal de trous qui ont la fâcheuse tendance à s’agrandir. La polaire est effectivement composée de petits carrés de tissu très fin et de petits carrés de polaire épaise, les zones de tissu fin étant les points de faiblesses : la tension des mailles a tendance à favoriser l’agrandissement des trous. Dommage.  Cf CR trek au Pérou
DOUDOUNE SANS MANCHE DOWN SWEATER PATAGONIA  RAS  Cette doudoune a peu servi durant ce trek pour 2 raisons : – en actif, avec le sac de 25 kg, l’association merinos ice breaker 260 + éventuellement polaire PATAGONIA R1 était amplement suffisante – en passif, au campement, la fatigue plus le fort gradient de température m’amenait à enfiler directement la doudoune Valandré. MAIS, cette doudoune est très utile, dans d’autre cadre d’utilisation : – durant le reste du voyage : couenne et grande voie à +/- 4000 m, randonnée à la journée, le soir en ville => polyvalence très intéressante pour ce genre de voyage. – en France : couenne/grande voie, ski de randonnée, randonnée, elle a toujours sa place dans mon sac ! Dans ces utilisations : Atouts : – bon apport de chaleur pour un poids et volume très correct – pas de gène en actif Défauts : – un peu fragile (je l’ai depuis 2 ans, elle a 2 morceaux de scotch pour boucher des trous et elle tient quand même le choc : je l’utilise fréquemment et ne la ménage pas). Cette doudoune a peu servi durant ce trek pour 2 raisons : – en actif, avec le sac de 25 kg, l’association merinos ice breaker 260 + éventuellement polaire PATAGONIA R1 était amplement suffisante – en passif, au campement, la fatigue plus le fort gradient de température m’amenait à enfiler directement la doudoune Valandré. MAIS, cette doudoune est très utile, dans d’autre cadre d’utilisation : – durant le reste du voyage : couenne et grande voie à +/- 4000 m, randonnée à la journée, le soir en ville => polyvalence très intéressante pour ce genre de voyage. – en France : couenne/grande voie, ski de randonnée, randonnée, elle a toujours sa place dans mon sac ! Dans ces utilisations : Atouts : – bon apport de chaleur pour un poids et volume très correct – pas de gène en actif Défauts : – un peu fragile (je l’ai depuis 2 ans, elle a 2 morceaux de scotch pour boucher des trous et elle tient quand même le choc : je l’utilise fréquemment et ne la ménage pas). Cette doudoune a peu servi durant ce trek pour 2 raisons : – en actif, avec le sac de 25 kg, l’association merinos ice breaker 260 + éventuellement polaire PATAGONIA R1 était amplement suffisante – en passif, au campement, la fatigue plus le fort gradient de température m’amenait à enfiler directement la doudoune Valandré. MAIS, cette doudoune est très utile, dans d’autre cadre d’utilisation : – durant le reste du voyage : couenne et grande voie à +/- 4000 m, randonnée à la journée, le soir en ville => polyvalence très intéressante pour ce genre de voyage. – en France : couenne/grande voie, ski de randonnée, randonnée, elle a toujours sa place dans mon sac ! Dans ces utilisations : Atouts : – bon apport de chaleur pour un poids et volume très correct – pas de gène en actif Défauts : – un peu fragile (je l’ai depuis 2 ans, elle a 2 morceaux de scotch pour boucher des trous et elle tient quand même le choc : je l’utilise fréquemment et ne la ménage pas). Cette doudoune a peu servi durant ce trek pour 2 raisons : – en actif, avec le sac de 25 kg, l’association merinos ice breaker 260 + éventuellement polaire PATAGONIA R1 était amplement suffisante – en passif, au campement, la fatigue plus le fort gradient de température m’amenait à enfiler directement la doudoune Valandré. MAIS, cette doudoune est très utile, dans d’autre cadre d’utilisation : – durant le reste du voyage : couenne et grande voie à +/- 4000 m, randonnée à la journée, le soir en ville => polyvalence très intéressante pour ce genre de voyage. – en France : couenne/grande voie, ski de randonnée, randonnée, elle a toujours sa place dans mon sac ! Dans ces utilisations : Atouts : – bon apport de chaleur pour un poids et volume très correct – pas de gène en actif Défauts : – un peu fragile (je l’ai depuis 2 ans, elle a 2 morceaux de scotch pour boucher des trous et elle tient quand même le choc : je l’utilise fréquemment et ne la ménage pas).  Je la supprimerais pour le trek mais je la garderai sans aucun doute pour le voyage.
BAUDRIER ESCALADE SAMA PETZL   Confort correct  – Réglage ventrale :même en petite taille,c’est limite pour les hommes fins  Un baudrier assez banal, mais qui convient à toutes les situations, de la couenne à l’alpinisme.
DÉGAINES ANGE PETZL  Lourd Clippage plus délicat compte tenu de la taille du mousqueton – Cher  Si c’était à refaire, je me renseignerai sur les dégaines CAMP, la nano 23 express : plus légère encore (52 grammes), à voir si le clippage est plus aisé. Autrement je reprends les anges mais la version avec le mousqueton de clippage plus grand, et en grande taille majoritairement. Dans tous les cas, je m’orienterai vers ce type de dégaines light, le gain de poids est considérable : particulièrement intéressant en montagne et grandes voies, ainsi que pour les à vue en couenne.
PIOLET SNOWALKER PETZL Poids  Manque de technicité donc de polyvalence  Un bon piolet, suffisant pour ce type de course : ce serait à refaire, j’achèterais un piolet un poil plus technique, donc polyvalent. Il suffit de peu de choses, un ergot et un léger galbe du manche, pour que son champ d’action évolue sensiblement : le Sum tech (Petzl) en 59 cm me parait intéressant.
CRAMPONS SARKEN PETZL Polyvalence – fiabilité RAS Aucun
problème ici
 J’ai hésité à prendre ma paire crampons aluminium Air tech (Grivel) mais les quelques passages techniques sur rocher m’ont fait choisir les Sarken. Un crampon alu ayant 2 ou 4 pointes en acier serait certainement le bon compromis sur ce type de course, et plus généralement même car l’utilisation d’un crampon alu stricte est assez réduite (pas d’alpinisme même facile, pas idéal en raid à ski car moins fiable). Friends camalots C3 et C4 (Black Diamonds) – a très largement fait ses preuves, est une référence en terme de polyvalence et de fiabilité RAS J’ai peu de recul concernant leur utilisation et je n’ai jamais utilisé d’autres friends que ceux-là mais dans le « milieu », c’est une référence.  Je me pencherais tout de même un peu plus sur les Totems cams si c’était à refaire. Arva evolution + (Nic impex) modèle 2005 Cf CR ski de randonnée en corse
DESCENDEUR REVERSO PETZL  Simple à manipuler  – Pas autobloquant (tellement mieux quand on veut défaire les boucles ou prendre des photos du premier de cordée) – Difficile de donner le mou rapidement  Je prendrais le smart de MAMMUT (la version corde à double) car il est autobloquant ! A voir à l’utilisation ce qu’il en est.
CASQUE MÉTÉOR 3 PETZL RAS – Poids – Confort : le casque bascule sur les yeux,sur le côté, sur la nuque… pour le dôme des écrins ça va, pour grimper, c’est franchement pénible !! – Peu ventilé  Clairement, je ne le rachèterai pas et je prendrais le météor II PETZL que j’ai actuellement : très bien calé sur la tête (le soutien à l’arrière du crâne fait toute la différence)et léger, je l’oublie complétement. Actuellement, je ne demande pas beaucoup plus à un casque.
COUTEAU SPATHA PETZL  RAS  RAS  RAS
PANTALON ALPINISME ESTIVAL/
RANDONNÉE
QUECHUA  confortable,
prix abordable
RAS   Un pantalon que j’ai peu utilisé mais qui est plutôt bien : stretch, un serrage scratch à la cheville, une petite guêtre intégrée. Pas mal, à voir comment vieillit tout ça.
TENTE 2 SECONDES QUECHUA  Facilité d’utilisation   Très volumineuse lorsqu’elle est pliée Pas mécontent que la tente se soit montée en 2 secondes lorsque l’on est arrivé tard au bivouac. Le pliage n’est pas si compliqué que ça. Par contre elle reste très volumineuse en étant pliée donc totalement inadaptée à toute activité nomade.
GANTS LÉGER OLAN RACER  Petits gants en polaire, c’est idéal pour le ski de randonnée mais ils sont inadaptés à ce type de course : même si c’est occasionnellement, on met les mains dans la neige et la fibre polaire est mouillée pour le reste de la journée. Je n’ai pas trouvé le gant qui me protégera suffisamment en me laissant suffisamment de dextérité pour manipuler le matériel.   Black Diamond semble proposer une offre de gants extrêmement variée, l’arc glove (le plus chaud des gants lights) semble intéressant.
VESTE STRATOSPHERE THE NORTH
FACE
 RAS  Je n’ai pas retrouvé le modèle, une gore tex ultra classique noire d’il y a 5/6 ans) Remarque : Je ne l’ai pas utilisée durant ce trek car nous n’avons pas eu de pluie ni de vent : dans tous les cas, pour ce genre de trek, la question de son intérêt se pose, notamment avec cette problématique du poids qui nous amène à faire le maximum de double utilisation. – s’il y a du vent : une doudoune coupe très bien le vent; – s’il pleut : au bout de 30 min sous la pluie avec ma gore tex, je suis trempé. Je pense qu’il doit en être de même avec pas mal de veste.  Je ne la prendrai pas, et je la remplacerai par un poncho grande taille (qui recouvre le sac au passage). Plus léger, beaucoup moins cher, protège aussi le sac (pas besoin de transporter de housse de protection), réellement imperméable, certes moins respirant mais l’ouverture en bas fait ventiler sous le poncho.
MATELAS THERMAREST  RAS  Atout: Très confortable – Très bonne isolation thermique/humidité – Bon rapport poids / Taille. J’ai investi dans celui-ci même si j’avais un petit de 1,10m car je sentais le froid par le jambe + mal en bas du dos. Avec celui-ci aucun problème sans pour autant avoir ajouté trop de poids. 2cm d’épaisseur suffisent – Housse nickel, facile à ranger – Antidérapant : j’ai l’impression de moins glisser que sur mon ancien trop court.  RAS
DUVET SHOCKING BLUE VALANDRÉ  Toujours aussi chaud, et ce n’est pas plus mal. J’apprécie la durabilité du produit : cela fait 6 ans que je l’ai, aucune plume ne s’en est échappée.
SAC À DOS PEUTEREY MILLET  Confortable  Bon serrage ventrale, poche à crampons extérieurs (très bien pour mettre le thermos aussi, simple et sans fioritures, solide, les tiges rigidifiant le dos ont tendance à sortir de leur logement Un sac à dos tout terrain qui répond à beaucoup de mes attentes :ski de randonnée, randonnée à pied, couenne. Un volume et une organisation qui le rend polyvalent.
CORDE À DOUBLE RUBIX TRIAXIALE 8.5 EN 2*50 MILLET  Durabilité (aucun signe d’usure après une cinquantaine de sortie. Couleurs bien différentes pour chacun des brins. Acheté en octobre 2008.  Un défaut commun à toutes les cordes à doubles en terrain équipé : le poids. Quasiment le double du poids à tirer par rapport à une corde à simple ! et les 2 brins sont malcommodes à manipuler en simultané. Tout ça rend l’escalade assez désagréable au bout d’une certaine longueur.  Je réfléchirai à 2 autres solutions possibles, en penchant je pense pour la seconde: – Pour l’utilisation grande voie équipée stricte : Utiliser un brin de corde à simple de 50 m (une ancienne corde que l’on a coupée par exemple) pour l’assurage durant l’ascension auquel on ajoute une corde de faible diamètre/poids (n’ayant pas besoin de qualité dynamique) que l’on attache sur le porte matériel. Ce dernier brin servira au rappel et à hisser le sac pour que tout le monde grimpe léger et quand ça grimpe un peu, ce n’est vraiment pas désagréable !

Laisser un commentaire