Ski de randonnée sur la Haute Route de Chamonix à Zermatt en Suisse

par Expérience Outdoor

Antoine MARTIN-COCHER nous partage son expérience de son séjour haute route Chamonix Zermatt

Présentation de la sortie ski de rando haute route chamonix zermatt

  • Date de la sortie haute route Chamonix Zermatt

 Du 14 au 20 mars 2017

  • Participants à la sortie haute route Chamonix Zermatt

Moi, Antoine Martin-Cocher, AMM et passionné de montagne, vivant en Corse après de longues études sur le continent, à Grenoble, qui m’ont permis de découvrir et pratiquer intensément un bon nombre de sports de montagne ! Retrouvez moi sur Facebook .
JF Altori, AMM et himalayiste, résidant à Sarr’Alta Retrouvez le sur son Facebook.
Nono, voyagiste et himalayiste, résidant à Grenoble Retrouvez le lui aussi sur Facebook
Je suis le plus jeune, le moins expérimenté et donc, à priori, le plus flippé, d’où l’importance de l’introduction !

  • Hébergements et calendrier

Refuge d’Argentière
La Fouly
Cabane de Prafleury
Cabane des Dix
Cabane des Vignettes
Cabane de Bertol

  • Transports

En voiture
En taxi
En téléphérique Les Grands Montets ou Verbier

  • Budget

Cham to Cham : 600€/personne
=> privilégier covoiturage
=> environ 75€ pour les demi pensions et quelques extras

  • Bibliographie

TOPO skitour
TOPO de Didier Lavigne et François Damilano

  • Intro à cette sortie haute route Chamonix Zermatt

Ca part de loin…

Au moins de Janvier, JF, un ami qui réside à Sarr’Alta, me propose de faire la Haute Route, j’ai passé 2 ans sans faire de ski de rando, mais c’est vrai que ça me manque, je ressort les planches pour faire quelques virages, des Movement Black apple un peu grands que j’ai acheté en solde après avoir cassé la paire de Baltoro avec laquelle j’avais débuté 5 ans plus tôt. Toujours un mauvais feeling avec ces skis, trop grands, trop nerveux ?… j’épluche les tests sur le web et je me rabat sur une paire de K2 wayback ecore, le modèle à semble-t-il fait ses preuves ces dernières années et le style devrait être radicalement différent des Movements.

Comme un gosse je les teste dès la réception, miracle, tout fonctionne, je peux donc incriminer la paire précédente l’esprit tranquille.

Je signe pour le Cham-Zermatt, dans la foulée j’embarque, via un post Fb laconique, l’ami Nono, dont la réputation n’est plus à faire. On fera ça début mars, avant qu’il y ait trop de monde…

Puis l’échéance se rapproche… puis on voit apparaître les photos des avalanches sur le Continent (pour rappel on est Corses, sauf Nono, le pauvre), puis on regarde les bulletins avalanche et ça fait peur…
On se calme (enfin moi) et on se dit que ça va bien se passer.

J’arrive sur le continent une semaine avant le raid afin de faire les courses et d’acheter les éléments qui me font défaut : et ça commence par un airbag ; je m’oriente sur le modèle Reactor de chez Arva en 32L pour son volume, son accessoirisation et sa couleur (parfois je suis pire qu’une gonzesse).
Puis je m’aperçois que tout le matos ne rentre pas dedans… un petit tour chez Petzl plus tard, les crampons leopards et le baudrier tour viennent remplacer un corax et des sarken un peu trop encombrants…

Ca y est, on peut y aller !

En fait… non… pas encore…
Notre team a beau être constituée de 2 AMM (JF et Moi) et d’un alpiniste fou (Nono donc), à part JF qui a quelques tracés sur le GPS, personne ne s’est penché sur l’itinéraire et les réservations des refuges…

Poussé par mon instinct de conservation je m’attelle donc à cette lourde tâche ; je commence par imprimer toutes les cartes nécessaires au 1 :25000 pour matérialiser l’itinéraire intégral, puis je commence les réservations pour faire l’itinéraire de « la haute route historique » décrit dans le livre de Didier Lavigne et François Damilano.
Après quelques heures de résas il apparaît que tous les refuges ne sont pas encore ouverts (à 1 jour près parfois), du coup je fais des résas un peu partout et on avise après avec les collègues.

  • Finalement nous optons pour l’itinéraire suivant

Chamonix => Refuge de l’Argentière
Refuge de l’Argentière => La Fouly
La Fouly => Cabane de Prafleuri
Cabane de Prafleuri => Cabane des Dix
Cabane des Dix=> Cabanes des Vignettes
Cabanes des Vignettes => Cabane de Bertol
Cabane de Bertol=>Zermatt, puis Cham, puis Marseille, puis le village

Sortie haute route Chamonix Zermatt : La Haute Route entre Corses (et assimilés)

Mardi 14 mars, je récupère Nono à Grenoble, nous partons… enfin (l’intro est finie)!

Mardi 14 Mars 2017 Grenoble=>Cham => Refuge de l’Argentière  D+ 221 / D- 675

Il est midi, JF nous rejoint sur le parking des Grands montets, on vérifie qu’on oublie rien et on s’engouffre dans le gigantesque téléphérique.
Il y a du vent à l’arrivée, le changement d’ambiance est radical ! On se retrouve plongés en haute montagne, l’excitation monte, on chausse et c’est parti !

Après quelques virages on saute le balisage de la piste et on poursuit sagement les indications du topo alpinisme pour descendre en biais le glacier des Rognons jusqu’au glacier de l’Argentière.
Grand beau temps, on ne sent plus le vent, peu à peu la glace vive apparaît en dessus de nous pendant que nous glissons pour rejoindre le plat du glacier.
Une petite heure plus tard, nous rejoignons le refuge.

J1-Nono-Quite-les-grands-montets haute route chamonix zermatt

J1-Nono-Quite-les-Grands-Montets – Glacier des Rognons

JF sous les Rognons–refuge de l’Argentière

JF sous les Rognons–refuge de l’Argentière

Refuge de l’Argentière haute route chamonix zermatt

Refuge de l’Argentière

Arrivés au refuge, JF demande systématiquement (en corse) aux gens dans le dortoir si ils parlent corse…

Une étape plutôt courte mais très agréable, avec un accueil chaleureux au refuge et une bonne nuit.

Mercredi 15 Mars 2017 Refuge de l’Argentière => La Fouly D+ 1361 / D- 2602

C’est repartit ! Nous dévalons le glacier de l’Argentière jusqu’au pied du glacier du Chardonnet, ici commence une belle ascension où deux groupes nous accompagnent, il fait bon, il fait calme, les cimes qui s’élancent de part et d’autre du glacier donnent le vertige. Nono est en tête, JF me suit, nous nous rejoignons au Col après avoir doublé tout le monde. Le rappel s’effectue sans problème pour prendre pied sur le Glacier de Saleina, la rimaye est fermée ici.

Attaque glacier Chardonnet

Attaque glacier Chardonnet

montée au col

J2- montée au col

col du Chardonnet

J2- col du Chardonnet

On nage en plein soleil, on skie sur une belle moquette, la visibilité est excellente mais on reste attentifs aux reliefs du terrain. On se rejoint sur le plat pour s’encorder et entamer l’ascension du Col de la Grande Lui. Je navigue en tête, louvoyant entre les immenses crevasses situées à l’aplomb du col.

Glacier de Saleina

J2 – Glacier de Saleina

Arrivés à 100 m du col une surprise nous attend, ou même deux ! Après la rimaye, la neige est poudreuse et n’a aucune portance… j’essaie en déchaussant mais je descend plus que je ne monte… Nono passe sans soucis alors que JF et moi galérons, il revient même nous alléger de nos sacs !

La deuxième surprise est que les 20 derniers mètres sont en glace… Nono se livre à une belle escalade avec du matériel pas forcement adapté (piolets et crampons alu) et parvient à basculer derrière le col. Nous n’avons plus qu’à suivre ses « pas », on a l’impression de faire de la dalle, mais sur de la glace… et les quelques blocs apparents se délitent… ambiance !

Il doit être 16h lorsque nous basculons finalement sur le glacier de l’A Neuve, pour attaquer une belle mais interminable descente sur la Fouly. On a perdu pas loin de 3h sur le franchissement du col…

J2-Jf-et-nono-apres-le-col-de-la-Grande-Lui

J2-Jf-et-nono-apres-le-col-de-la-Grande-Lui

J2.Descente sur l

J2-Descente sur l’A Neuve

Arrivée Fouly

Arrivée Fouly

Il faut pas loin de 2h pour rejoindre la Fouly car la neige est transformée et lourde, très exigeante à skier pour la plus haute partie. Et la fin du vallon est à l’ombre, gelé et ravagé par les avalanches antérieures (à ce propos : le niveau d’alerte avait considérablement diminué).

Nous arrivons à la Fouly, heureux. Nous réservons le taxi bus pour le lendemain pour opérer notre transfert sur Verbier puis apprécions le confort de l’Auberge des Glaciers.

Jeudi 16 Mars 2017. La Fouly =>Verbier => Cabane de Prafleuri D+ 812 : D- 1049

On commence pas trop dur : transfert de la Fouly à Verbier – le Châble. De là nous prenons les remontées mécaniques pour rejoindre le col des gentianes. Il fait toujours beau, trop beau même ! On se laisse glisser jusqu’au plat de la chaux, puis nous gravissons le Col éponyme pour une autre longue descente jusqu’au replat suivant. Pas de glaciers à l’horizon, ni sous les planches donc on profite sereinement.

direction col de la chaux

Direction col de la chaux

J3-ca-discute-itinéraire-sur-fond-de-grand-combin

J3 – Ca discute itinéraire sur fond de Grand Combin

J3. En haut, Rosablanche

J3 – En haut, Rosablanche

Il s’agit maintenant de remonter en direction de Rosablanche avant d’amorcer la descente sur la Cabane de Prafleuri. Nono s’offrira deux fois la montée car il aime en faire un peu plus (comme on le verra plus tard).  Après avoir doublés les américains (ceux qui ne parlaient pas corse dans le refuge de l’Argentière deux jours plus tôt), je gravis le sommet de Rosablanche après avoir déchaussé, suivi de près par Nono qui achève sa deuxième montée !

Le panorama est splendide, le Grand Combin nous fait face, ainsi que le Pigne d’Arolla, la dent d’Hérens et bien sûr, le Cervin !

Depuis le sommet on observe également JF qui tente d’attraper un avion sur l’altisurface du glacier de Prafleuri.

J3.Sommet de Rosablanche et la suite !

J3 – Sommet de Rosablanche et la suite !

J3. JF veut prendre l

J3- JF veut prendre l’avion

Après une longue pause photo on rechausse et on dévale les pentes du glacier jusqu’à apercevoir la cabane de Prafleuri. D’un commun accord nous optons pour tirer à droite et passer ainsi dans la partie la plus raide histoire de nous offrir quelques beaux virages de cette fin de journée (en fait il est pas si tard…). Nous arrivons au refuge vers 16h, JF a lié connaissance avec les américains et leur jeune guide chamoniard. On profite du soleil jusqu’à sa disparition. Encore une belle journée !

J3.traces et coulées de descente

J3 – traces et coulées de descente

virages sur prafleuri

J3 – virages sur prafleuri

Vendredi 17 Mars 2017. Cabane de Prafleuri => Cabane des Dix D+ 690 / D- 419

La météo annonce du mauvais temps l’après midi, et ce pour quelques jours… on décide de partir tôt, quasiment de nuit.

Nous rejoignons tranquillement le col des Roux, puis nous nous laissons glisser jusqu’au pas du chat.

J4.montee au col des roux

J4 – montée au col des roux

J4.lever de soleil sur la Serpentine

J4 – descente sur le pas du chat

J4 descente sur le pas du chat

descente sur pas du Chat

J4-pas-du-chat

J4 – pas du chat

En fait ce n’est pas si facile… il s’agit d’une partie en traversée sur plusieurs kilomètres, avec une déclivité assez faible mais qui se déroule dans une face souvent défoncée par les coulées. Au final il faudra pas loin de 2h pour rejoindre le pas du chat ! Plusieurs itinéraires sont possibles, le plus sûr est de descendre le long du lac et de faire du plat, mais dans ces cas là on veut toujours aller au plus rapide, donc on va tout droit, et… on se fourvoie ! du coup il faut remonter, ou redescendre, ou faire demi tour, bref la galère, heureusement qu’il fait beau !

Arrivé au pas du chat il n’y a plus qu’à remonter le vallon pour prendre pied sur le glacier de Cheillon et rejoindre la Cabane des Dix. La montée est raide et il fait super chaud, sans compter qu’une fois sur le replat il faut rajouter pas mal de temps pour rejoindre le refuge (on tourne autour pour l’atteindre sur son piton rocheux).

Il est 11h quand j’arrive au refuge, Nono est parti faire un sommet un peu plus loin, JF me rejoint un peu plus tard pour déguster un « crosti » et une bière, face à la « serpentine », qui serpente entre le Mont Blanc de Cheillon et le Pigne d’Arolla.(la cabane offre des prestations exceptionnelles )

Cabane des dix

Cabane des dix

Nourriture valaisaine

Nourriture valaisaine

la serpentine

La serpentine

le pas des chêvres

Le pas des chêvres

Nono nous rejoins plus tard, le temps se gâte en fin d’après midi et les prévisions sont très mauvaises, par sécurité nous changeons nos plans pour le lendemain : nous rejoindrons la Cabane des Vignettes par le pas des chèvres et Arolla.

Samedi 18 Mars.Cabane des Dix => Cabane des Vignettes D+ 1050 / D- 819

Vu que la veille on a fait que dormir, enfin surtout moi et JF, on part tôt !

Il y a du brouillard, rejoindre le pas des chèvres depuis le refuge est assez fastidieux, il faut bien gérer la descente dans ce faux plat…

un peu d’art dans le pas des chèvres

Un peu d’art dans le pas des chèvres

Le pas est super bien équipé et ne présente aucune difficulté technique.

La descente pour Arolla est assez fastidieuse elle aussi : neige gelée, mauvaise visibilité, les américains nous accompagnent.
On finit par rejoindre les pistes puis la bifurcation pour remonter sur le glacier qui nous permettra d’accéder à la cabane des Vignettes.

Là… y’a du monde, d’un côté ça a toujours un aspect rassurant. Je suis bien motivé, Nono encore plus, on va bon train. Mais le brouillard nous tombe dessus, c’est à la fois excitant mais aussi stressant : où était le refuge ? où étaient les séracs ? où était la zone de crevasse… ? Puis jour blanc… dans quel sens est la pente ??

Dernier recours… la montre, dans laquelle j’ai enregistré les coordonnées des refuges.
Ouf ! je ne suis qu’à 200 m, ce qui est peu mais aussi beaucoup vu les conditions. Je continue prudemment mon ascension, je croise quelques skieurs qui redescendent, ça fait toujours étrange de voir des gens émerger subitement à quelques mètres de vous, et ça fait surtout du bien de voir apparaître la structure imposante de l’héliport du refuge !

Cabane des vignettes

Cabane des vignettes

Ca fait du bien de se retrouver au chaud alors que c’est la tourmente à l’extérieur, et ça fait encore plus de bien de trouver des gardiens corsophiles… la bière qu’on trouve dans cette cabane est de la Pietra ! et la bandera flotte à côté du drapeau valaisain !

Là encore on s’offre un bon repas ainsi qu’un long repos… mais les choses ne semble pas s’arranger à la météo. En fin de soirée on finit par nous annoncer une accalmie pour le lendemain en début d’après midi et un grand beau temps pour le sur lendemain, qui concorderait avec la descente sur Zermatt. Nous remettons la décision au lendemain.

Dimanche 19 Mars 2017. Cabane des Vignettes => Cabane de Bertol D+ 1360 / D- 1160

Il fait mauvais : vent, jour blanc, une journée à rester couché !

On décide de redescendre sur Arolla en fin de matinée pour remonter sur Bertol et finir avec le beau temps.

Mais Nono veut faire le Pigne d’Arolla, alors il part, seul, de bon matin…

Vers 10h30 il n’est toujours pas rentré, il s’était laissé 2h30 pour faire l’aller/retour, avec sa marge. Les conditions extérieures sont toujours dégueu, avec JF on se dit qu’on aurait peut être du le dissuader de partir sans GPS ni altimètre
Il revient à 10h35, après avoir fait le sommet dans le brouillard et le vent, et confesse s’être fait quelques frayeurs à la descente

On repart tous à 11h30, toujours dans un épais brouillard.
100 mètres en dessous du refuge c’est le grand beau temps…dans une neige fraîche tombée la nuit : un régal !

retour sur Arolla

Retour sur Arolla

On poursuit notre belle descente jusqu’à Arolla où on coupe par la forêt (violant ainsi la règle n°67 :  ne jamais couper quand on est pas sûr) et on galère un peu avant de rejoindre le village : neige transformée sur des feuillus.

On rejoint alors le bas glacier d’Arolla après avoir traversée un plateau bien exposé aux purges des pentes alentours, puis on s’engage sur les pentes qui mène au plan de Bertol.

Nono, comme à son habitude, caracole en tête, je rejoins JF après une petite erreur d’orientation (je croyais deviner le refuge au sommet d’un vallon, mais ce n’était qu’un bloc de rocher, et donc le mauvais vallon…) et on se lance à l’assaut de la Cabane de Bertol ! Ce n’est pas une mince affaire, il y a à la fois une grande distance et un dénivelé conséquent !

Finalement nous rejoignons les échelles d’accès, ça bouchonne un peu, mais c’est les derniers mètres !

les echelles de Bertol

les échelles de Bertol

Refuge de Berto

Refuge de Bertol ski de randonnée dans les alpes

Coucher de soleil ski de randonnée dans les alpes

Coucher de soleil ski de randonnée dans les alpes

Alors que nous assistons à un coucher de soleil exceptionnel (en Corse ils sont déjà pas mal pourtant) JF qui se promène sur son facebook voit dans ses actualités qu’une des ses amies à gravi, le jour même, le pigne d’Arolla, dans de super conditions… Nono est vert… nous aussi d’ailleurs. Mais c’est la montagne, c’est comme ça !

Lundi 20 Mars 2017. Cabane de Bertol => Zermatt =>Cham => Grenoble D+ 450 /D- 2160

Encore une belle nuit, on traine un peu au démarrage, et on part du refuge en derniers,

JF, qui a oublié son bonnet se voit d’ailleurs contraint d’y retourner (enfin c’est la raison qu’il a trouvé ce jour là). On s’encorde et on suit la caravane de 5 ou 6 cordées qui traversent le glacier du Mont Miné.

Reveil à Bertol

Réveil à Bertol

les retardataires-Adieu Bertol

les retardataires-Adieu Bertol

Glacier du Mont Miné

Glacier du Mont Miné

Entre ombre et lumière

Entre ombre et lumière

La traversée est agréable, du faux plat descendant puis une belle montée en pente relativement douce pour rejoindre Tête Blanche, les lumières de ce début de journée sont magnifiques.

On passe un long moment à se photographier et se congratuler au sommet, mais il ne faut pas tarder !

En effet, nous devons rejoindre le groupe des américains pour rentrer avec eux à Cham !

Arrivée tête blanche

Arrivée tête blanche

JF et Nono au sommet

JF et Nono au sommet

Nous nous remettons en route pour la descente finale !

Nous glissons le long du Stockjigletscher et du Tiefmattengletscher, la neige est bonne, il fait beau, on profite. Je suis toujours impressionné par les immenses blocs de glace qui apparaissent de part et d’autre de l’itinéraire que j’emprunte, ressemblant à de gros pâtés de maisons en vrac, gelés, suspendus sur les flancs de cette montagne.

Zermat en Vue

Zermat en Vue

Nono sous le Cervin

Nono sous le Cervin

Au milieu des blocs

Au milieu des blocs

le couloir bonus

le couloir bonus

JF s’élance

JF s’élance

passage l’ombre

passage l’ombre

Enfin, après quelques péripéties supplémentaires, comme la descente d’un couloir un brin raide, nous prenons pied, ou plutôt notre élan, sur le Zmuttgletscher pour aller, dans une immense ligne droite, jusqu’au domaine skiable de Zermatt, non sans nous être perdus de vue et fourvoyés à de multiples reprises pour rejoindre le cœur de la station !

(environ 10km de descente effrénée !)

Nous rejoignons les américains pour boire une bière et échanger un peu avant de prendre le bus qui nous ramène à Cham.

Conclusion de la sortie haute route Chamonix Zermatt

Quel périple ! Une superbe expérience de montagne, avec juste ce qu’il faut d’imprévu, de la chance quant aux conditions globalement.

Une belle équipe également, on a skié mais on a surtout bien rigolé !

A titre perso je me suis redécouvert dans la préparation de raid et dans la manière d’aborder  l’itinéraire. Comme ça faisait quelques temps que je n’avais pas pratiqué j’avais prévu de petites étapes (celles du topo), si je met en balance avec le GR20, jamais de la vie je ne respecte le découpage officiel ! Tout ça pour dire qu’on peut coupler certaines étapes sans trop de difficulté ! Mais bon, un retour bien agréable dans le monde des hautes montagnes !

Matériel utilisé pour cette sortie haute route Chamonix Zermatt

Matériel ski de rando durant sortie haute route Chamonix Zermatt

CATÉGORIE NOM DU MODÈLE MARQUE POURQUOI AVOIR FAIT LE CHOIX DE CE MODÈLE AU DÉPART? EST-CE QUE CE CHOIX A RÉPONDU À L’EXPÉRIENCE RACONTÉE DANS CE ROADBOOK ? SI C’ÉTAIT À REFAIRE
CHAUSSURES tlt 5 moutain DYNAFIT mes premières chaussures très vieillissantes mais toujours agréables et assez précises testerait bien un modèle plus récent, sans cette languette « embêtante »
CRAMPONS leopard PETZL légers, compacts modifés avec des fixations pour chaussures à débords, c’est pas fait pour mais ça marche les mêmes
PIOLET snowracer 45 PETZL léger, compact top le même
CASQUE vector BLACK DIAMOND léger, beau top le petzl sirrocco lui succède pour des raisons de mode … (et il est plus léger, plus solide et bien pensé)
SKIS wayback 88 ecore K2 après de longues heures de comparatifs sur le web très content, bonnes sensations, compense avec les movement black apple un peu grands et trop nerveux que j’avais les mêmes pour de longues années je pense
FIXATIONS speed turn DYNAFIT une classique, revisitée ras les mêmes
PEAUX K2 coupée à la forme des skis, des amis en étaient très contents ras les mêmes
COUTEAUX DYNAFIT mes premiers couteaux ras les mêmes

Matériel ski de rando et sécurité durant cette sortie haute route Chamonix Zermatt

BÂTONS Trail light BLACK DIAMOND compacts et polyvalent toujours au top les mêmes
DVA barryvox MAMMUT fiable et facile d’utilisation, pratique pour la recherche rien à redire le même
FRONTALE nao PETZL surpuissant, très léger quelques bugs à cause du froid (pas pendant ce trip) une nouvelle tikka, plus compacte mais aussi puissante
SONDE ultralight ortovox très compacte jamais servie en vrai ! la même
PELLE BCA alu, légère, compacte ras
SAC A DOS reactor 32 ARVA airbag accessoirisé et typé raid top, tout le matos de raid et sécu rentre juste juste, bon maintient, présence rassérénante a tester les ubics de millet
SAC À VIANDE coolmax adaptor SEA TO SUMMIT le moins chaud ras un 0 degré voir plus aurait suffit

Vestes et accessoires

VESTE ALPI radikal jkt MILLET veste très technique, ajustée,vert fluo pour être vu de loin elle remplace avantageusement l’ancienne version trop décolorée la même
CHAUSSETTES ski R XSOCKS léger, confortable, durable pas de mauvaise surprise les mêmes
SOFT SHELL ultimate hoody MAMMUT confortable, super finition plus du tout « windstopper » depuis le temps, la fermeture éclair a été remplacée vieillissante, à remplacer par une neuve (oui j’ai déjà dit ça l’an dernier)
MONTRE ambit SUUNTO pour prendre des traces GPS et enregistrer les coordonnées des refuges elle a fait son job, mais elle ne brille pas par sa fiabilité, d’où la vector en backup la même
BAUDRIER tour PETZL poids génial, léger et ultra pratique (on le met sans problème par dessus tout le matos les mêmes
DESCENDEUR reverso PETZL celui que j’ai le premier modèle ! lourd mais indémodable et parfait pour les cordes pourries et/ou gelées le même
POULIE minitraction PETZL celle du premier kit crevasse de petzl trop lourd… la micro traction, plus légère
BROCHES express BLACK DIAMOND deux très bonnes broches à glace, longues parfaites les mêmes

Vêtements et accessoires

BUFF buff BUFF le classique coton, increvable, indispensable le même en double !
GANTS ARCTERYX petits gants oranges fracassés mais agréables (encore plus que l’an dernier, donc belle durabilité au final ) cher…
GANTS MAMMUT agréables et chauds jamais d’onglées avec les mêmes
LUNETTES stunt spectron JULBO monture adaptée à mon visage, versatile trop froides,  mais super protection des verres plus « chauds »
PANTALON windy spirit VERTICAL pantalon de tous les jours, robuste comme son nom l’indique, pour la rando et la spéléo le top le même
APPAREIL PHOTO 5Dmk3 CANON pour faire des belles photos le top mais lourd et encombrant

Enregistrer
Enregistrer

Laisser un commentaire