Ascension de la voie Slovène en Face Nord des Grandes Jorasses dans le massif du Mont-Blanc

par Expérience Outdoor

Henri Bourrasse nous raconte son ascension de la voie Slovène ( sortie Croz) en Face Nord des Grandes Jorasses

la voie Slovène ( sortie Croz) en Face Nord des Grandes Jorasses

Présentation de l’ascension de la voie Slovène ( sortie Croz) en Face Nord des Grandes Jorasses :

Cette ascension s’est déroulée les 8 et 9 Juillet 2013. L’enneigement conséquent de cet hiver et le froid tardif ont permis à la Face Nord des Grandes Jorasses de rester exceptionnellement en relativement bonnes conditions de glace en ce mois de Juillet 2013.
Après avoir gravi, en juillet 2010, l’éperon Walker, nous n’attendons qu’une occasion pour revenir gravir cette face mythique. Notre choix se portera sur la voie Slovène avec une sortie par l’éperon Croz classique. Cette voie présente une dénivellation de 1100 m pour une difficulté globale TD+.

Participants :

Henri Bourrasse : 50 ans
David Chapiron : 42 ans

Informations pratiques :

La face Nord des grandes Jorasses se trouve dans le massif du Mont-Blanc au dessus du glacier de Leschaux qu’on atteint depuis le Montenvers par la Mer de Glace en 3h00.
On peut soit bivouaquer sur le glacier, soit dormir au refuge de Leschaux, gardé du 21 Juin au 15 Septembre. Sa capacité est de 22 places, il vaut mieux donc réserver :
Tél +33(0)6.67.69.18.28. On accède au Montenvers depuis Chamonix soit à pied, soit par le train.
Chamonix, constitue une bonne base (campings, commerces) pour parcourir le massif du Mont-Blanc et celui des Aiguilles Rouges. Ce dernier massif propose des voies d’escalade longues et plutôt équipées sans approche glaciaire.
La descente s’effectue par la face sud, versant italien. Il faut donc prévoir soit une navette de voiture depuis le Val Ferret, soit de rentrer en stop et/ou bus via Courmayeur et la tunnel du mont-Blanc.

Bibliographie :

· Carte IGN 3630 OT CHAMONIX MASSIF DU MONT BLANC
· Neige, glace et mixte – Le topo du massif du Mont-Blanc, Tome 1 de François Damilano chez JMEditions

Lien internet

· Le blog de Julien Désécures

– Camptocamp

Informations pratiques :

Pour connaitre les conditions du moment, les numéros de téléphone des refuges, et sur la météo :  +33(0)4.50.53.22.08.
Ne pas hésiter à les appeler pour avoir les dernières informations non disponibles sur le site Internet.

Topo de Voie slovène sortie Croz classique :

Topo de Voie slovène sortie Croz classique en Face Nord des Grandes Jorasses

Descente de la voie Slovène ( sortie Croz) en Face Nord des Grandes Jorasses:

La descente s’effectue directement versant sud (anneaux de sangles sous le sommet) d’abord en rappel et en désescalade (5 à 6 rappels). En principe, ils sont équipés, mais ils peuvent être sous la neige. Ensuite, on rejoint facilement depuis la rimaye les rochers du
Reposoir droit dessous. Ceux-ci se descendent d’abord en désescalade par l’arête centrale, puis en rappel (chaines). Depuis la base des rochers, il suffit de descendre le glacier de Planpincieux. Puis de rejoindre le refuge Boccalate en rive gauche de celui-ci. De là, on rejoint facilement le Val Ferret.

Ascension de la voie Slovène ( sortie Croz) en Face Nord des Grandes Jorasses

En ce début Juillet, après avoir attendu vainement un bon créneau météo pour aller dans les Dolomites, David et moi décidons de nous rabattre vers le massif du Mont-Blanc.
Nous hésitons encore sur l’objectif : Voyage selon Gulliver au Grand Capucin, Eperon Tournier Intégral aux Droites ou encore une voie en Face Est ou Nord des Grandes Jorasses. Après un envoi par mms (merci la technologie) d’une photo de la Face Nord des Jorasses par la gardienne de Leschaux, nous arrêtons notre choix sur la voie Slovène en Face Nord des Grandes Jorasses et, le 7 Juillet dans l’après-midi nous rejoignons le refuge.

voie Slovène ( sortie Croz) en Face Nord des Grandes Jorasses depuis le refuge

Après une très courte nuit sans sommeil

nous quittons le refuge à minuit trente et prenons pied sur le glacier de Leschaux. Par une nuit sans lune, nous nous égarons quelque peu. Mais finalement nous rejoignons le pied de la voie au bout de deux heures trente d’approche.
La rimaye est facilement franchie, juste à droite de l’éperon, et nous atteignons facilement les premières goulottes sous le 1er névé.

Juste avant les goulottes de la voie Slovène aux Grandes Jorasses

Malgré l’isotherme haut, les conditions sont plutôt bonnes et les difficultés modérées : juste quelques mètres de placage très mince à négocier à la base de chaque goulotte.

Dans les goulottes de la voie Slovène aux Grandes Jorasses

Nous atteignons rapidement le haut du névé médian à la base d’un ressaut que nous pensons plutôt facile. Un topo indique 4 longueurs : L1 IV, L2 pas de cotation, L3 5b, L4 5 et l’autre topo indique crux glace 85°, donc normalement ce n’est pas trop dur …

 Dans les goulottes de la voie Slovène en face nord des Grandes Jorasses

Nous passerons près de 4 dans ces quatre longueurs qui nous semblent les plus dures de la voie, le rocher est verglacé et les placages quasi-inexistants : un peu de glace au fond d’un dièdre en L3. Nous estimons les cotations à : L1 6a, L2 M4, L3 85°/M5+, L4 M4+.

Au pied du ressaut difficile de la voie Slovène aux Grandes Jorasses

Le névé supérieur est vite gravi. Mais ensuite les conditions de neige et glace se dégradent nettement. Nous perdons beaucoup de temps pour atteindre la brèche au pied du bastion terminal. De là, la vue sur l’éperon Walker et la pointe Whymper est saisissante et nous permet de nous remémorer notre ascension de la Walker 3 ans auparavant.

Depuis la brèche de la voie Slovène, pointe Whymper et éperon Walker

Le temps du Bivouac

La neige présente est de plus en plus pourrie, le rocher également. Nous continuons à perdre beaucoup de temps et à 19h00, à deux longueurs du sommet de la pointe Croz, nous décidons de bivouaquer sur une petite marche un peu déversée.
Après un « succulent » repas à base de lyophilisés, nous commençons à somnoler. Plus tard dans la nuit, j’aperçois dans un demi-sommeil des flashs lumineux, l’orage n’est pas loin.
Nous rassemblons toute la ferraille, veillons à ce qu’elle soit solidement arrimée et nous nous en éloignons de quelques mètres. Après quelques heures où l’orage aura quelque peu joué avec nos nerfs : tantôt se rapprochant et tantôt s’éloignant, la nuit devient étoilée et nous regagnons notre emplacement de bivouac.

Le bivouac dans la voie Slovène aux Grandes Jorasses

Le lendemain, David me réveille vers 6h00 en m’annonçant que le temps se charge. Nous avons intérêt à ne pas trainer dans les parages. Le déjeuner (un thé et un snickers) est vite avalé.
Les deux longueurs terminales nous demandent pas loin de 2 heures d’efforts (L1 V/V+ et L2 V+/6a) dans ce rocher pourri et verglacé. Et vers 8h30, nous débouchons au sommet de la pointe Croz .

Sommet de la pointe Croz, arête des Jorasses et Mont-Blanc

Nous entamons immédiatement la descente.

Celle-ci se déroule d’abord sans problème, mais le temps se charge rapidement et aux abords du refuge Boccalate, l’orage éclate. Nous nous abritons pendant 2 heures puis nous reprenons la descente vers le Val Ferret.

 le refuge Boccalate après l'ascension de la voie Slovène aux Grandes Jorasses

De là, nous rejoignons rapidement Courmayeur en stop, puis Chamonix en bus.
Comme il a été dit plus haut, c’est notre deuxième ascension dans cette face. Et la tentation est grande de vouloir faire un classement de ces voies en terme de beauté et de difficulté.
Mais ma réponse est une réponse de « Normand ». Elles sont belles et différentes, donc il faut aller les faire toutes les deux !!!
La difficulté de la voie Slovène/Croz est à ne pas négliger, même si d’après les topos, celle-ci est inférieure à celle de la Walker. Mais finalement, les conditions du moment dicterons la vraie difficulté de la voie.
En tout cas, le magnétisme exercé par cette paroi mythique nous attire et nous fait bâtir de nouveaux projets.

Matériel utilisé lors de Ascension de la voie Slovène en Face Nord des Grandes Jorasses:

Check-list David Chapiron :

VESTE DE MONTAGNE GORE TEX M’S POINT FIVE JACKET THE NORTH FACE  Les + : -étanchéité parfaite, testée car rappels dans un torrent d’eau -simplicité avec ses 2 poches. J’avais mis des vivres de courses et l’appareil photo – aucune gêne dans les mouvements d’escalade, la veste reste en place – pas de cordons partout qui s’accroche ou gêne le grimpeur Les – : – La capuche gêne si on ne la met pas – Les poches sont trop profondes ou trop basses. Elles passent sous la ceinture du baudrier, ce qui gêne leur utilisation
SALOPETTE PATAGONIA  Inusable
VESTE PRIMALOFT MONASHEE EIDER  Chaude, légère, on ne la sent pas, un peu fragile à l’abrasion
CAGOULE FINE NOIRE DÉCATHLON
GANTS WORK GLOVE MONTURA  Très précis, conviennent quand il ne fait pas de température trop négative
CHAUSSURES ALPINISME NEPAL TOP EXTREM LA SPORTIVA
CRAMPONS VASAK PETZL  Vieux Inadaptés pour ce genre de voie mixte
PIOLETS NAJA CUP SIMOND  Customisé avec gachette : bon en dry
LONGE PIOLET SPINNER LEASH GRIVEL  Utilisé quasi-systématiquement, plus peur de perdre les piolets
CASQUE METEOR PETZL
SAC À DOS MILLET  35 L, bonne liberté de mouvement pour la grimpe
BAUDRIER REGLABLE CORAX PETZL
DUVET MIRAGE VALANDRÉ  chaud compressible et léger
CARLINE POLAIRE MILLET
ASSUREUR REVERSO 4 PETZL  Super. Que ce soit à la descente ou à l’assurage surtout du ou des seconds

Check-list Henri Bourrasse : 

POLAIRE POWERSTRETCH ACONCAGUA JACKET ROUGE MAMMUT  Excellent : chaud, résistant et respirant
TOUR DE COU AC BALACLAVA ICEBREAKER  En laine mérinos
GANTS WORKGLOVE MONTURA  Très bon gant précis et chaud
GANTS PURSUIT BLACK DIAMOND Excellent gant précis et chaud
CHAUSSURE ALPINISME ROCK AND ICE GORE / TEX MILLET  Confortables mais pas assez chaudes
CHAUSSETTES TREKKING EXPEDITION X-SOCKS
SEMELLE CONFORM’ABLE INSOLE CUSTOM TREK / TRANSFLU SIDAS  Aide à mieux supporter les longues marche d’approche et les longues descente
LUNETTES NOMAD ALTI SPECTRON / X6 JULBO
CRAMPONS SARKEN PETZL  Légers, peu encombrants, précis en glace ou en dry. Mais les pointes ne sont pas amovibles donc quand elles s’usent trop, il faut tout changer. Mais quand même des super crampons
PIOLET QUARK 1 PETZL  La 1ere version de ces piolets, mais avec lame customisée. Je fais tout avec : Cascade (juqu’à grade 6), goulotte (90°)et dry.
LONGE PIOLET SPINNER LEASH GRIVEL  Indispensables dans ces voies
SAC À DOS ALPINE ATTACK 35 L LOWA  Super sac, léger qui laisse une bonne liberté de mouvement pour la grimpe
THERMOS 0.45L THERMOS  Toujours agréable d’avoir un petit thermos de thé chaud
COUVERTURE DE SURVIE COUVERTURE DE SURVIE / JETABLE OR 60 GR
DUVET HELIUM LONG MARMOT  J’ai passé une super nuit … Léger, chaud et peu encombrant.
CASQUE HELIOS PETZL
ASSUREUR REVERSO 4 PETZL  Super. Que ce soit à la descente ou à l’assurage surtout du ou des seconds

Check-list commune : 

CORDE À DOUBLE ICE LINE 8,1 2*60M GOLDEN DRY BEAL  Très bonne corde fine, légère peu encombrante resiste bien à l’abrasion …
SANGLE DYNEEMA FIN’ANNEAU 120 ET 60 PETZL  On avait 6 anneaux. Indispensables pour trianguler convenablement les relais
BROCHE À GLACE EXPRESS ICE SCREWS 13 ET 16 BLACK DIAMOND  3 de 13 cm et 4 de 16 cm .Très bonen broches, bonne amorce, s’affute facilement.
FRIENDS CAMALOT C3 BLACK DIAMOND  Bien que décriés, je les trouve résistant, faciles à poser. Et j’ai déjà volé dessus … Jeu composé de 0,4 – 0,5,
FRIENDS CAMALOT C4 BLACK DIAMOND 0,75 – 1 et 2
PITON UNIVERSALE CASSIN  3 pitons. Indispensables dans ce type de voies
PITON ROCHER MIXTE 8 ET 10 SIMOND  1 de chaque
COINCEURS WALLNUTS DMM  Jeu composé des numéros 2 3 4 5 et 6. A mon sens, les meilleurs des câblés, grâce à la petite gorge dans le bloc de métal …
DÉGAINES VARIÉES  8 longues pas plus et 4 mousquetons à vis.

Autres voies d’alpinisme dans les Jorasses:

Laisser un commentaire